Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

(-18) There is scarcely any passion without struggle. (Jake)

avatar
These violent delights, have violent ends.
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 5547
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Rachel.
() message posté Mar 24 Oct - 15:46 par Jamie E. Jones-Collins
Perhaps all romance is like that, not a contract between equal parties but an explosion of dreams and desires that can find no outlet in everyday life. Only a drama will do and while the fireworks last the sky is a different colour. ✻✻✻ Entre les cartons de Sydni et ma valise que je n’ai pas encore prit le temps de ranger j’ai l’impression de ne plus être chez moi. Je manque de tomber en trébuchant sur une des affaires de ma future nouvelle colocataire, et je ne peux m’empêcher de jurer. Il y a des affaires partout dans l’appartement, ce qui n’est pas des plus pratiques. Je repousse un carton dans un coin, avant d’allumer la télévision pour avoir du bruit. Elle n’a pas encore officiellement emménagé, et pour le moment je me retrouve seule. Je ne suis pas habituée à être seule, et si c’est parfois reposant, à la longue c’est surtout pénible. Je ne suis rentrée que depuis quelques jours, et je ne supporte déjà plus de me retrouver seule. J’aurais préféré rester avec Diana, si j’avais pu. Une fois la télévision allumée, je retourne dans ma chambre pour me remettre à travailler. J’ai fini par prendre du retard à être partie presque sur un coup de tête, et il faudrait vraiment que j’avance. Seulement j’ai du mal à me concentrer pour plusieurs raisons. Dont une qui ne cesse de me revenir en tête, encore et encore. Je savais que ça finirait ainsi, mais il a quand même fallu que je n’en fasse qu’à ma tête. Et comme d’habitude je me sens coupable de ne pas avoir donné de nouvelles, de ne pas avoir répondu à ses messages. Seulement je ne sais pas quoi répondre, alors je préféré l’ignorer. Je crains que de le revoir ne fasse que m’embrouiller encore plus. Ce n’est pas l’envie qui m’en manque, loin de là. J’adorais cela, vraiment. Mais il y a tout le reste. Il faudra forcément expliquer pourquoi je ne réponds pas depuis plus d’un mois, discuter de ce qui s’est passé, comprendre pourquoi, ce que cela signifie et tout le reste. Tout ce à quoi je refuse de penser depuis plus d’un mois. Au final je ne suis pas plus avancée, et je n’ai pas envie d’essayer de comprendre. Je sais très bien que cela ne peut marcher éternellement et qu’il faudra bien que je fasse quelque-chose à un moment donné. Mais pas maintenant, pas aujourd’hui. Voyant bien que je ne parviendrais à avancer, je repose mon crayon avant de rejoindre le salon. Je cherche une chaîne musicale avant de monter le son. Puisque je n’arrive à rien, il serait temps de ranger mes affaires plutôt que de laisser ma valise ouverte côté de mon armoire. Seulement je ne danse plus que je ne range, et cela me prend deux fois plus de temps que nécessaire. Pour m’obliger à ranger je fini par jeter tous mes vêtements sur mon lit. Avant d’aller dans la salle de bain pour ranger le reste. J’ai l’impression de faire du camping depuis plusieurs jours avec les affaires de Sydni, et les miennes qui traînent dans ma chambre. L’appartement est en parfaite adéquation avec ma vie, totalement chaotique. J’aurais cependant plus rapidement remit de l’ordre dans l’appartement. Finalement je fini par laisser mes vêtements sur mon lit, pour me mettre à ranger le salon. Il y a plusieurs carnets de dessin, ainsi que des crayons qui traînent, et je fini par les ouvrir, pour les feuilleter, laissant totalement mon rangement. Je fini par réaliser qu’au lieu de ranger, je ne fais que rajouter des affaires qui traînent. L’appartement est encore pire qu’avant, me donnant l’impression que nous sommes plusieurs à vivre ici, alors que ce n’est pas encore le cas. Je pousse un soupir, tout en reposant le carnet que j’ai dans la main. Je devrais me décider sur quoi commencer, au lieu de vouloir tout faire en même temps. Je décide de reprendre mon rangement, tout en dansant au rythme de la musique. Voilà une bonne façon de m’aider à avancer. Je suis finalement interrompu par la sonnerie de la porte. Il y a de grande chance que ce soit encore un voisin qui vient se plaindre du son de la musique. En guise de bonne volonté, je baisse le son tout en allant regarder de qui il s’agit avant d’ouvrir. Ce n’est pas du tout un voisin, mais Jake, ce qui ne m’arrange pas du tout. Impossible de prétendre qu’il n’y a personne avec le bruit que devait faire la télévision. Non, je ne peux quand même pas pousser plus. Seulement, je n’ai pas du tout envie de le voir, ou plutôt de parler. Ce n’est pas comme ça que j’avais prévu les choses. Je pose la brosse que j’ai dans la main sur la table du salon, avant de me décider à ouvrir. Inutile de préciser que je suis totalement mal à l’aise. « Tient, salut. » Totalement pitoyable. Je n’ose pas l’inviter à entrer, mais je suppose qu’il ne s’est pas déplacer uniquement pour me saluer. Je ne sais pas du tout ce que je dois faire, ou dire.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 14189
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : thirty
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
() message posté Mar 24 Oct - 16:49 par Jake O. Cavendish
Love and life are like riding a bike, you should enjoy the ride and if you fall off, simply get back up and get back on. For there will always be the occasional fall and bump in the road, but the fun to be had on the journey is not one to be missed ✻✻✻ Satisfait, Jake met la touche finale à un reportage et au texte de prompteur qui ira avec, et l’envoie à la production. Celui-ci passera à la télé dans les cinq minutes, une fois approuvé, mais il ne sera plus là pour le voir. Non, sa journée vient de se terminer et, contrairement à ses premières années en tant que journaliste, il ne reste plus pour voir le fruit de son labeur sur les écrans présents un peu partout dans les bureaux. D’abord parce que l’excitation n’est plus la même, et aussi parce qu’il fait déjà assez d’heures supplémentaires. Même si le nombre a bien réduit par rapport à d’autres années, là aussi. Mais c’est sans doute qu’avec la trentaine – et surtout un enfant chez lui à mi-temps – il devient plus raisonnable. Ce soir, pas de Timéo pourtant. Il vient de repartir chez sa mère, et l’appartement risque d’être drastiquement silencieux. Enfin il a du rangement à faire, comme après chaque passage de la tornade Timéo, comme il s’amuse parfois à l’appeler. Enfin, quand le petit garçon de bientôt quatre ans décide de se prendre pour une vraie tornade, il le regrette bien vite.
Alors qu’il range son ordinateur pour pouvoir boucler certaines choses ce soir, un petit emballage en carton glisse de la sacoche, et tombe sur le sol. Il n’a pas besoin de le regarder pour savoir ce que c’est. Le DVD de Dirty Dancing, qu’il avait mis dans une pochette au hasard après l’avoir retrouvé, oublié dans son lecteur. Celui-ci appartient à Jamie et, comme s’il ne passait pas déjà assez de temps à penser à elle, tomber sur cet objet ne l’aide en rien. Il l’avait mis dans ses affaires, avec comme idée de le lui ramener, ou de l’envoyer par la poste, mais n’en avait toujours rien fait, depuis les quelques semaines où il se trouve dans son sac. Par pur réflexe, il attrape son téléphone posé sur la table, et ouvre le fil de conversation qu’il partage avec Jamie. Pas besoin de le remonter, il sait que, récemment, il n’y a que des messages de lui. Ce qu’il trouve assez pathétique d’ailleurs. Il se fait sans cesse la réflexion, mais finit toujours par en renvoyer un nouveau, espérant que ce dernier ne restera pas sans réponse. Parce qu’en attendant, il ne fait que se poser les mêmes questions, inlassablement. Et à force, il finit par en avoir marre. Pourtant, il garde un souvenir plus que bon de cette soirée en question, mais tout ça finirait presque par lui faire regretter que ça soit arrivé. Avant tout, Jamie est son amie, et il ne veut pas la perdre. Mais il leur faut tirer les choses au clair, dans un sens comme dans l’autre. Et il ne peut pas le faire seul.
Décidé, il prend son manteau et sa sacoche, et rejoint l’ascenseur le plus proche. Une fois dans le métro, ce n’est pas le train habituel qu’il prend. Il lui faut une dizaine de minutes pour arriver devant l’immeuble où habite Jamie. La porte est entrouverte, et Jake en profite pour se glisser dans l’entrée. Devant les boîtes aux lettres, il hésite à déposer le dvd, toujours dans sa main, et à repartir aussitôt. Après tout, Jamie ne doit pas vouloir le voir. Sinon elle aurait répondu à ses – trop – nombreux messages. Mais à quoi bon être venu jusqu’ici si c’est pour ne pas aller frapper chez elle ? Il est plus que temps qu’il arrête de se prendre la tête avec tout ça. Ou, au moins, qu’ils se prennent la tête à deux. Arrivé à l’étage souhaité, il appuie sur la sonnette rapidement, avant d’avoir l’occasion de changer d’avis. Il y a du bruit à l’intérieur de l’appartement, ce qui le rassure autant que ça l’angoisse. Et puis, au bout de quelques secondes qui lui paraissent très longues, la porte s’ouvre sur Jamie. « Tient, salut. » Et son visage n’exprime pas grand-chose, si bien que Jake ne sait pas ce qu’il doit penser. La meilleure solution serait encore d’en discuter mais maintenant qu’il est là, il n’est pas certain que ça soit une bonne idée. « J’ai ton dvd… J’étais dans le coin alors je me suis dit que j’allais te le ramener. » Mensonge éhonté mais il préfère ça. Et pour appuyer son excuse, il lui montre la pochette qu’il a dans la main. « Je te dérange peut-être ? » Et voilà qu’au lieu d’aborder la question qui le taraude depuis plus d’un mois, il s’offre une porte de sortie. Ridicule.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
These violent delights, have violent ends.
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 5547
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Rachel.
() message posté Mar 24 Oct - 17:53 par Jamie E. Jones-Collins
Perhaps all romance is like that, not a contract between equal parties but an explosion of dreams and desires that can find no outlet in everyday life. Only a drama will do and while the fireworks last the sky is a different colour. ✻✻✻ Je suis étonnée que ce ne soit pas arrivé plutôt. Je suis d’ailleurs étonnée de ne pas avoir fini par craquer et aller le voir. Ce n’est pas que je n’en ai pas envie, bien au contraire, c’est juste que je préfère éviter de mettre les choses aux claires. C’est pathétique je le sais bien, d’autant plus que j’ai des tonnes de questions en tête et aucune réponse. Mais je ne suis pas de celles qui savent quoi dire, ou quoi faire. Non, je suis plutôt le genre à éviter les gens et attendre que cela passe. C’est stupide, et je sais très bien que ce n’est pas la bonne façon de procéder. J’ai tellement peur que tout se passe mal, que je fini par tout gâcher moi-même. C’est mieux ainsi. Moins de souffrance, moins de prises de têtes, moins de problèmes. Enfin non, ce n’est pas tout à fait vrai non plus. Je n’arrête pas d’y repenser. Et plus je repense à cette soirée, plus j’ai envie que cela se reproduise. Mais au final, cela revient à vouloir quelque-chose qui n’est pas possible. Bien trop terrifiant. Pourtant je sais que je ne suis pas sympa avec Jake en attendant. Et je finis par m’en vouloir, par culpabiliser et je suis repartie pour un tour. Non, tout ça est bien trop prise de tête. Une seule nuit pour autant de problèmes, je ne sais pas si cela en valait la peine. Seulement en y repensant bien, je sais que oui, ça en valait la peine. Je rougirais presque rien qu’en repensant à tout cela. Mais ce n’est pas le moment, étant donné que Jake se trouve juste derrière ma porte. Difficile de ne pas ouvrir, ou de prétendre que je ne suis pas là. Je n’ai pas envie non plus de pousser jusque-là de toute façon. Je me doutais bien qu’à un moment où un autre on serait obligé de se revoir. J’essaie de paraître normale, détachée, comme si tout était parfaitement logique. Sauf que ce n’est pas le cas. « J’ai ton dvd… J’étais dans le coin alors je me suis dit que j’allais te le ramener. » Mon dvd. C’est exactement avec cette excuse que j’ai débarqué chez lui la dernière fois. « Je te dérange peut-être ? » C’est la parfaite occasion de répondre oui, de prétexter être occupée, ou d’avoir du travail en retard, ce qui est le cas. Ça serait plus facile. Récupérer mon dvd, le remercier et s’arrêter là. Sauf que je n’en ai pas envie. Pas maintenant qu’il est ici. Avant même de répondre, je sais que c’est une mauvaise idée. « Non, vas-y entre. » Je me pousse légèrement pour le laisser entrer, regrettant déjà ma faiblesse. L’appartement n’est pas des plus présentable, il y a vraiment des affaires partout. Mon envie de ranger n’a pas aidé, je crois même que j’ai fini par aggraver les choses. Il faut dire que je suis vraiment douée dans ce domaine. « Ne fais pas attention au désordre. » Difficile pourtant de le manquer. Je referme la porte, avec l’envie de m’enfuir pour ne pas avoir à lui faire face. Peut-être que j’envisage le pire, et que cela se passera bien. Mais après des semaines sans donner de nouvelle, je doute que cela passe tout seul. À sa place je ne serais pas vraiment ravi. Je me sens coupable, ce qui ne m’aide pas. Je fini par avancer dans le salon, ayant une folle envie de ranger plutôt que de me retrouver seule avec lui. Pourtant, il y a peu je ne cherchais vraiment que cela, mais maintenant les choses sont différentes. Si je savais à quoi m’attendre, cela m’aiderait. Je sais aussi que c’est en grande partie ma faute si nous en sommes là. Si j’avais répondu à ses messages, si je lui avais donné des nouvelles, si nous nous étions vus plus tôt les choses seraient désormais claires entre nous. Tandis que là, c’est tout le contraire. Et le fait de ne pas savoir réellement ce que je veux ne m’aide pas non plus. Je ne sais pas non plus ce qu’il veut, ni ce qu’il en pense, ce qui me complique les choses. Et pourtant malgré tout ça, je n’ai toujours pas plus envie d’en discuter. « Alors… Comment tu vas ? » Mauvaise question. Ridicule vraiment. Je me tiens éloignée volontairement, n’ayant pas envie de me compliquer encore plus les choses. Cependant, rien que de le voir, me complique les choses.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 14189
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : thirty
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
() message posté Mar 24 Oct - 19:38 par Jake O. Cavendish
Love and life are like riding a bike, you should enjoy the ride and if you fall off, simply get back up and get back on. For there will always be the occasional fall and bump in the road, but the fun to be had on the journey is not one to be missed ✻✻✻ C’est étrange de se trouver là, sur le pas de sa porte, à ne pas savoir quoi dire. Il aurait dû y réfléchir avant. Pourtant, en un mois sans aucune nouvelle, il aurait dû avoir le temps d’y réfléchir. Il l’avait fait, mais à se retrouver face à Jamie, il ne sait plus à quoi il avait pensé, ni s’il a envie de lui en parler tout court. Il ne sait pas ce qui lui fait le plus peur. Qu’elle admette que c’était une erreur, ou qu’elle veuille recommencer. Dans tous les cas, il plonge dans l’inconnu, et il n’aime pas ça. Jake ignore ce qu’il se passe entre eux, parce qu’il ne l’avait nullement anticipé. Il n’avait jamais pensé que ça puisse arriver, parce qu’ils n’avaient pas exactement fait les choses dans l’ordre. Certes, l’inconnu lui fait peur, mais rester dans le flou, ça lui plaît encore moins. Après plus d’un mois, il en a marre de se prendre la tête avec tout ça. Il a besoin d’en parler avec Jamie, pour avoir son avis aussi. Ou même savoir si ça sert à quelque chose de se poser toutes ces questions.
« Non, vas-y entre. » Il sent la panique monter un peu en lui, non sans une pointe d’excitation également, alors qu’il entre dans l’appartement. Il est déjà venu ici, pour aller chercher Jamie, ou regarder un film sur son canapé. Mais aujourd’hui, tout semble différent. Et pas seulement à cause de tous les cartons et objets qui traînent sur presque toutes les surfaces disponibles. Même si, forcément, ça joue aussi. « Ne fais pas attention au désordre. » Difficile de ne pas le faire, quand il observe Jamie se frayer un chemin au milieu de tout ça. Il la suit, tout en maintenant une certaine distance. A la fois par respect pour elle et son espace, mais aussi pour lui, pour ne pas être trop attiré par la tentation que cela pourrait être de la toucher. Mais simplement la voir de dos, sa silhouette svelte soulignée par un simple jean et un pull, ça lui rappelle des souvenirs pas tellement appropriés. Ce qui n’est pas une bonne idée. Il faut qu’ils parlent, il en est conscient. Mais il est certaines choses qu’il a du mal à contrôler en présence de Jamie. « Alors… Comment tu vas ? » Elle semble gênée en sa présence, ce qui ne devrait pas l’étonner. Après tout, elle était partie en catimini, et avait refusé de lui parler depuis. Se pointer à sa porte sans s’annoncer n’était peut-être pas une si bonne idée que ça. Mais il avait agi sur un coup de tête, et tant qu’à être là, autant mettre les choses au clair. Même s’il ne sait même pas ce qu’il veut. Autant dire que ça risque d’être compliqué. « Hum… ? Bien, ça va. Et toi ? » De fait, il ne sait pas par où commencer, alors il gagne un peu de temps. Pourtant, il faudra bien parler de l’éléphant dans la pièce. « Tu déménages ? » La question se pose forcément, vu l’état de l’appartement. Il s’appuie sur le dossier du canapé, pour la regarder, essayer de savoir à quoi elle pense. Il espère simplement que, si c’est le cas, elle ne part pas trop loin. Que ça soit en tant qu’amie ou qu’autre chose, il n’a pas envie de perdre Jamie pour de bon. « Je vois que tu n’as pas perdu ton téléphone. » Dit-il en pointant vers la table basse. Il n’avait pas l’intention de commencer sur un reproche, c’est sorti avant qu’il ait le temps d’y réfléchir.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
These violent delights, have violent ends.
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 5547
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Rachel.
() message posté Mer 25 Oct - 13:57 par Jamie E. Jones-Collins
Perhaps all romance is like that, not a contract between equal parties but an explosion of dreams and desires that can find no outlet in everyday life. Only a drama will do and while the fireworks last the sky is a different colour. ✻✻✻ Il faudrait réellement que j’apprenne à réfléchir avant de faire certaines choses, comme par exemple le laisser entrer. Seulement ignorer ses messages est une chose, mais l’ignorer volontairement en est une autre. Je n’ai pas non plus envie qu’il finisse par me détester. Ne pas se parler pendant plus d’un mois a vraiment été étrange, et même si c’est entièrement ma faute, ce n’est pas pour autant que j’ai apprécié. Mais forcément il ne peut pas le savoir, et je ne compte pas en parler. Je lui dois des explications je le sais, et des excuses aussi, mais cela emmènera sur le reste, et je préférais éviter que l’on en parle. Je sais pourtant très bien qu’en le laissant entrer, le sujet viendra forcément à un moment où un autre. Et tout ça, parce que j’ai refusé de lui parler durant tout ce temps. Je suis vraiment douée pour tout compliquer. J’aurais dû lui dire que j’étais occupée à ranger, ce qui n’aurait pas été un mensonge, il faudrait vraiment que je le fasse. Trop tard pour cela désormais. Je reste à une distance raisonnable, pour éviter de prendre des risques. Ce n’est pas parce que je suis mal à l’aise, que cela change quoique ce soit à mon attirance pour lui. J’hésite un instant à éteindre la télé, mais j’ai peur que le silence entre nous soit pire sans aucun bruit. Je ne sais pas quoi lui dire, ni quoi faire, alors je me contente de rester près de la table, à chercher ce que je pourrais bien lui dire. « Hum… ? Bien, ça va. Et toi ? » Pourquoi tout est si compliqué désormais. Après tout, nous étions parfaitement conscients de ce que nous faisions. Mais ce n’est pas ça le problème, c’est maintenant, l’après. Savoir ce que ça signifie, si cela signifie quelque-chose. En temps normal, je n’aurais pas hésité à lui parler de mon voyage, et du fait que j’ai encore un peu de mal à me faire au retour, mais j’ai l’impression que ce n’est pas une bonne idée. « Ça va. » Pathétique. J’ai l’impression que l’on ne sait plus se parler, ce qui est franchement ridicule. Tant que nous n’aurons pas parlé de ce qu’il faudrait parler, ça ne s’arrangera pas. Mais parler de cela, risque d’être encore plus gênant. Le mieux serait encore de ne pas parler. « Tu déménages ? » Mon attention se porte sur les divers cartons, mélangés avec mes propres affaires. L’appartement est vraiment loin d’être présentable. « Non. Je change de colocataire. » Je suis d’ailleurs assez impatiente, commençant à en avoir marre de vivre toute seule. Je ne sais pas comment font les gens, je supporte difficilement de ne pas être entourée. « Elle n’est pas encore là, mais elle emménage au fur et à mesure, me laissant vivre parmi ses cartons. » L’espace d’un instant je suis soulagée de voir que je peux encore lui raconter ce genre de chose. Mais après tout, nous sommes bien toujours amis. Pour autant cela ne m’empêche pas d’être toujours gênée. « Je vois que tu n’as pas perdu ton téléphone. » Et merde. Rapidement je me penche pour prendre mon téléphone et le mettre dans ma poche, tout en faisant tomber la brosse que j’ai posée il y a peu. Comme si le faire disparaître aller changer quoi que ce soit. J’aurais dû répondre à ses messages, ou ne pas laisser traîner mon téléphone. Je prends sans aucun doute plus de temps que nécessaire pour ramasser cette brosse, voulant éviter de regarder Jake. Je ne suis pas prête à parler, seulement j’ai assez difficilement le choix. « Hum, non. » Il n’est pas stupide, et doit parfaitement se douter que c’était un choix délibéré de ma part de ne pas répondre. Je n’ai jamais dit que c’était un bon choix cela dit. « Je suis désolée, j’aurais dû répondre. » Ça me coûte de lui dire, parce que je ne veux pas avoir à réfléchir à tout ça. Mais ne pas m‘excuser serait encore pire. Je finis par croiser mes bras sur ma poitrine, histoire de ne pas rester planter sans rien faire. Je devrais sans doute m’expliquer, mais c’est trop me demander. Parler n’est vraiment pas mon point fort.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 14189
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : thirty
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
() message posté Mer 25 Oct - 16:02 par Jake O. Cavendish
Love and life are like riding a bike, you should enjoy the ride and if you fall off, simply get back up and get back on. For there will always be the occasional fall and bump in the road, but the fun to be had on the journey is not one to be missed ✻✻✻ C’est étrange pour Jake d’être gêné en compagnie de Jamie. D’habitude, elle est celle avec qui il peut discuter de tout, sans complexe. Même de trucs ridicules, parce qu’ils ont tendance à se comprendre là-dessus. Ou, même s’ils ne sont pas forcément toujours d’accord, ils ne jugent pas l’autre. Mais aujourd’hui, ils ne sont à l’aise en présence de l’autre. Pourtant, il n’y a pas de raison d’avoir honte. Peut-être que c’était une erreur de coucher ensemble, mais c’était une erreur qu’ils avaient fait en connaissance de cause. Ils ne peuvent pas accuser quelqu’un d’autre, ou un abus d’alcool. Non, rien de tout ça. Seulement que l’attirance avait pris le pas sur toute rationalité possible. Même avec les heures et les heures de torture mentale qui ont suivies, au cours du mois, Jake n’est pas parvenu à regretter cette fameuse soirée. Ou du moins, jamais longtemps. C’était tellement bon qu’il s’en serait voulu de passer à côté. Comment regretter quelque chose qui l’avait rendu si heureux ? En vérité, si, il lui serait possible de le regretter. Si ça voulait dire qu’il aller perdre Jamie pour de bon, peu importe la relation qu’ils partagent, il pourrait regretter. Au fil des mois, Jamie est devenue une constante dans sa vie, et elle lui est plus nécessaire qu’il ne l’aurait pensé. Ça aussi, il ignore ce que ça veut dire, mais il souhaite réellement tout mettre à plat, pour pouvoir savoir dans quelle direction ils vont.
Parce qu’en plus de l’avis de Jamie, déjà primordial, Jake a aussi d’autres choses à prendre en compte. Malgré son attirance pour elle, qu’il ne peut pas vraiment cacher, il ne sait pas si ça serait une bonne idée d’aller plus loin. Ça avait déjà quelque chose d’un peu étrange que d’avoir pour amie proche, la meilleure amie de son ex. Coucher avec elle, et penser qu’il pourrait se passer quelque chose, c’est encore différent. Mais toutes les possibilités se bousculent dans la tête de Jake, et il en a marre de ne trouver aucune vraie réponse. Sauf qu’une fois face à Jamie, il ne sait pas comment parler de tout ça. « Non. Je change de colocataire. » Un ‘oh’ silencieux fait bouger les lèvres de Jake. D’habitude, il aurait demandé à en savoir plus. Pourquoi la précédente est partie, qui est la prochaine… Mais pour l’instant, ce ne sont pas ces questions-là qui le turlupinent. « Elle n’est pas encore là, mais elle emménage au fur et à mesure, me laissant vivre parmi ses cartons. » Vivre au milieu de tout ça, ça ne doit pas être facile. Certes, Jake est loin d’être un expert du rangement, mais, même si son appartement n’est pas rangé, ça n’a rien de comparable avec la situation ici. « C’est un style de décoration comme un autre. » Un trait d’humour, qui ne l’amuse même pas. Il n’est pas d’humeur. Pas quand il a toutes ces questions laissées sans réponses. Voyant le téléphone de Jamie sur la table basse, il ne peut s’empêcher de faire une remarque. C’était donc bien délibérément qu’elle ne lui répondait pas. De toute façon, le fait qu’elle soit partie avant son réveil lui avait déjà mis la puce à l’oreille. Mais ça n’explique pas pourquoi elle l’ignore. Elle range son téléphone dans sa poche, comme si ça allait changer quelque chose, fait tomber autre chose au passage, et Jake l’observe, silencieux. Il ne sait pas comment agir, et ça l’agace. « Hum, non. » Il voudrait bien qu’elle lui explique, parce qu’il existe bien trop de possibilités possibles. « Je suis désolée, j’aurais dû répondre. » Il attend quelques secondes, qu’elle continue, mais rien ne vient. Elle peine à le regarder en face, comme si la honte l’accablait. Il ne veut pas lui faire de reproches, il veut simplement comprendre. Et pouvoir en discuter. « Pourquoi est-ce que tu ne l’as pas fait alors ? » Dans sa voix, ce n’est pas de la colère, mais plutôt qu’il est lassé. Il ne veut pas la forcer à en parler, être trop direct, mais il ne sait pas si elle en parlera d’elle-même. « Est-ce qu’on ne pourrait pas juste en parler, Jamie ? Comme deux adultes ? » Il passe une main dans ses cheveux, avant de soupirer.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
These violent delights, have violent ends.
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 5547
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Rachel.
() message posté Mer 25 Oct - 18:24 par Jamie E. Jones-Collins
Perhaps all romance is like that, not a contract between equal parties but an explosion of dreams and desires that can find no outlet in everyday life. Only a drama will do and while the fireworks last the sky is a different colour. ✻✻✻ Les choses étaient bien plus simples avant. Pas de problèmes, pas de soucis, pas de moment gênant comme c’est le cas en ce moment. Non, nous aurions sans doute regardé un film, ou bien discuter de tout et n’importe quoi, et ça aurait été parfaitement normal. Aucune gêne, aucun problème. Aujourd’hui en revanche je suis mal à l’aise, gênée, et je n’ai aucune envie de discuter. Mon problème, c’est que je ne sais pas quoi lui dire. Je ne sais pas ce qu’il voudrait entendre, ce qu’il attend, ou ce qu’il en pense. Difficile de savoir si nous n’en parlons pas, j’en ai bien conscience. Mais j’ai justement peur de savoir. Peut-être qu’il regrette totalement, ce qui serait sans doute le plus simple. Beaucoup moins compliqué à gérer pour moi que si ce n’était pas le cas. On oublie tout, et on reste ami. Oui, ça serait plus facile, parce qu’on sait êtres amis. Seulement, je sais que je ne serais pas totalement satisfaite avec cette option. Parce que je sais que je ne pourrais pas oublier. Si encore ça avait été catastrophique il n’y aurait pas ce problème, mais c’est tout le contraire. Et quand c’est si bon, difficile de ne pas vouloir recommencer. Même si ce n’est pas forcément la meilleure idée non plus. Ce qui me ramène au fait que je ne sais pas ce que je veux. Alors en attendant, j’essaie de repousser la conversation en parlant de mes problèmes de colocataire. S’il n’y avait pas eu tout ça, nous en aurions parlé plus longtemps. Mais je sais très bien que ce n’est pas ça qui est important, et que ce n’est pas pour cela qu’il est ici. « C’est un style de décoration comme un autre. » Je souris légèrement, essayant de ne pas penser au moment où je vais devoir mettre un peu d’ordre dans l’appartement. Je ne sais pas encore comment nous allons nous organiser avec Sydni ce qui explique que je laisse traîner tous ses cartons en attendant. Et puis finalement la décoration de l’appartement, n’est plus le sujet de conversation, mais mon téléphone qui traîne sur la table. Ça n’aura pas mis longtemps pour venir sur le tapis. Voilà pourquoi je n’ai pas répondu, pour ne pas que l’on s’explique. Malheureusement je ne suis pas la seule concernée, et Jake a le droit d’avoir des réponses à ses questions. Tout serait beaucoup plus facile si je savais ce qu’il en pensait. Je pourrais lui dire que je ne regrette pas, et qu’il serait dommage de ne pas recommencer, mais si lui pense tout le contraire, ça serait difficile à supporter. « Pourquoi est-ce que tu ne l’as pas fait alors ? » Question tout à fait légitime. J’ai bien conscience que je ne m’aide pas à ne pas vouloir lui expliquer les choses. À sa place, je n’aurais sans aucun doute pas autant de patiente. « Est-ce qu’on ne pourrait pas juste en parler, Jamie ? Comme deux adultes ? » Je m’en veux vraiment d’être aussi compliquée. Je m’en veux de ne savoir lui expliquer les choses. Et je m’en veux de le laisser dans le flou. Seulement, je ne sais pas faire. D’ordinaire ça n’est pas si compliqué. Ça ne devrait pas être aussi compliqué. Rien ne devrait être aussi prise de tête. C’est peut-être ça la solution, essayer de rendre les choses moins compliquée. Ne pas forcément tout résoudre aujourd’hui et voir au fur et à mesure. Mais cela ne ferait que retarder le moment de mettre les choses aux claires, ce qui au final revient au même. J’ai l’impression que dans tous les cas je ne pourrais pas y échapper. Il va falloir que l’on parle. Je finis par décroiser mes bras, ne sachant pas pour où commencer. Mais si je ne lui explique pas les choses, il ne pourra pas comprendre. « Je ne t’ai pas répondu pour éviter ça justement. » Cette conversation, cette gêne, ce sentiment de ne pas savoir quoi faire, ou quoi lui dire. J’ose à peine le regarder, de peur de me remettre à penser à cette nuit, ce qui ne serait pas une bonne idée. Vraiment pas du tout. Mais puisqu’il veut parler, autant que ce soit lui commence. « Est-ce que tu regrettes ? » Ce n’est sans doute pas juste de lui poser la question directement, surtout après l’avoir ignoré pendant tout ce temps. Seulement j’ai besoin de savoir. Ça m’aiderait aussi à savoir ce que je veux. Peut-être. J’ai peur de sa réponse, autant que j’ai envie de connaître la réponse. Je ne suis pas juste je le sais, mais c’est le mieux que je peux faire pour le moment.

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 14189
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : thirty
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
() message posté Jeu 26 Oct - 11:36 par Jake O. Cavendish
Love and life are like riding a bike, you should enjoy the ride and if you fall off, simply get back up and get back on. For there will always be the occasional fall and bump in the road, but the fun to be had on the journey is not one to be missed ✻✻✻ Même maintenant, une fois qu’il est là et qu’il a entamé la conversation, Jake n’est pas sûr que ce soit une bonne idée. La vérité, c’est qu’il ne sait pas la direction qu’il veut que ça prenne, ce qu’il veut que cette soirée ait voulu dire. Tout ça est nouveau pour lui, et il ignore ce qu’il doit en penser. Ce qui complique forcément le fait d’en discuter avec Jamie. Et pourtant, c’est inévitable. Avant de pouvoir savoir ce que cela signifiait, il a besoin de son avis à elle. De savoir où elle, elle se place. Même si son absence de nouvelles ou même de réponses lui fait craindre de mauvaises nouvelles. En vérité, la seule chose qu’il est certain de ne pas vouloir, c’est une absence totale de relation avec Jamie, amitié ou autre. Passer plus d’un mois sans la voir ou lui parler, ça lui avait paru étrange. Et c’était sans doute pour ça qu’il n’était pas parvenu à arrêter de lui envoyer des messages, même si c’était devenu assez pathétique.
« Je ne t’ai pas répondu pour éviter ça justement. » Lui non plus, ne tient pas à en parler, et pourtant, il va bien le falloir. Sans ça, ça risque d’être compliqué. Il a du mal à comprendre pourquoi Jamie l’évite à ce point, depuis qu’ils ont franchi cette ligne. Ignorer le problème ne va pas le faire disparaître, et s’ils veulent pouvoir continuer de se voir, il faut régler ça d’abord. Sauf si Jamie ne veut pas qu’ils se voient, c’est aussi une possibilité. Même s’il espère sincèrement avoir tout faux là-dessus. « Est-ce que tu regrettes ? » La question qui change tout. Il connait la réponse, mais sans connaître celle de Jamie, il a peur de le dire à voix haute. Et si, elle, elle regrettait ? Est-ce que ça changerait quelque chose ? Au fond, non. Le sexe avait été phénoménal, il ne peut pas le nier. Ce qu’il pourrait regretter, c’est la suite des événements. Selon la façon dont la conversation va tourner aujourd’hui. Il vient s’asseoir sur l’accoudoir du canapé, pas vraiment à l’aise. « Je ne sais pas. Non, je ne crois pas. » On a déjà connu plus clair comme réponse. Mais il est un peu perdu, et ne s’attendait pas à devoir répondre à cette question tout de suite. « Et toi ? » Autant savoir ce qu’elle en pense, elle aussi. Peut-être que ça les aidera à pouvoir en discuter, une fois cette première étape passée. Ses doigts jouent nerveusement avec le tissu du canapé, parce qu’au fond, il a peur de la réponse qu’elle pourrait donner. Et ce n’est pas – seulement – une question d’égo. Non, c’est que ce silence qu’elle lui a infligé ne l’a pas exactement mis en confiance.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
These violent delights, have violent ends.
These violent delights, have violent ends.

» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 5547
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Shay Mitchell.
» Âge : 30yo.
» Schizophrénie : Charlotte & Rachel.
() message posté Jeu 26 Oct - 13:56 par Jamie E. Jones-Collins
Perhaps all romance is like that, not a contract between equal parties but an explosion of dreams and desires that can find no outlet in everyday life. Only a drama will do and while the fireworks last the sky is a different colour. ✻✻✻ Peut-être qu’une fois que nous aurons parlé les choses iront mieux. Peut-être que je cesserais d’être aussi mal à l’aise en sa présence. Je ne le suis pas à cause de ce qui s’est passé, et du fait qu’il m’ai vu nue, non je le suis parce que j’ai évité de répondre à ses messages. Je me sentais déjà coupable avant, mais maintenant qu’il est ici dans mon salon, c’est d’autant plus difficile. J’aurais dû répondre, lui expliquer les choses. J’aurais dû, mais je ne l’ai pas fait. D’abord parce que je ne sais pas exactement ce que je veux, et ensuite, parce que j’ai peur que si je lui explique il ne comprenne pas. Les choses étaient plus faciles quand nous étions seulement amis c’est évident. Je n’aurais jamais eu besoin de réfléchir à tout ça, ni à me poser toutes ses questions. Nous n’aurions pas eu besoin d’aborder le sujet, et je ne me serais pas sentie aussi gênée. Et pourtant, je ne parviens pas à me dire que c’était une erreur. Non, j’avais parfaitement conscience que cela risquait de tout compliquer, mais je n’ai pas pu m’en empêcher. Et je suis heureuse de l’avoir vu, de ne pas être passé à côté. Simplement, maintenant il faut mettre les choses aux claires, pour savoir ce qu’il en est. Et ça je ne sais pas. Je sais que je ne voudrais pas perdre mon ami, ce qui impliquerait d’en rester là et de ne jamais recommencer. Mais difficile de ne pas vouloir recommencer après une telle soirée. Le mieux serait encore de faire un mélange de deux, ce qui malheureusement ne dure jamais longtemps. Sur le long terme, il faudra finir par faire un choix. De toute façon, peut-être que lui regrette, ce qui m’éviterait de me torturer autant. À peine ai-je posé la question que j’ai peur de sa réponse. Oui, ou non, je ne sais pas ce que je préférais. Je n’aurais peut-être pas dû commencer par-là, mais finalement c’est peut-être la question la plus importante. Une fois fixé là-dessus, il sera peut-être plus facile de discuter et de voir ce qu’il en est. « Je ne sais pas. Non, je ne crois pas. » Apparemment je ne suis pas le seule à être un peu perdue. Je ne peux m’empêcher de sourire, légèrement soulagée. Je ne sais pas si c’est une chose, mais je suis heureuse de sa réponse. Seulement, maintenant qu’est-ce que ça veut dire ? Et c’est là que je recommence à ne pas savoir. Je finis par m’assoir à mon tour, dans le fauteuil à côté de moi, passant mes bras autour de mes genoux. « Et toi ? » Je m’attendais à ce qu’il demande en retour, c’est tout à fait normal. Et je sais que non je ne regrette pas. « Non. » J’en ai eu bien trop envie pendant longtemps pour le regretter. J’en garde un trop bon souvenir pour me dire que ça n’en valait pas la peine. Non, malgré la situation délicate aujourd’hui, malgré le fait que je ne sais pas ce qui va se passer désormais, je ne regrette pas. Au moins nous sommes fixés là-dessus, ce qui est déjà un bon début. Étrangement, je me sens un peu mieux. Pas encore totalement à l’aise, parce qu’il y a forcément d’autres choses à discuter. « On a été bien trop doués pour regretter. » Rien que d’y penser, je pourrais rougir. Et vouloir recommencer. Je lui adresse un sourire, essayant de rendre l’ambiance un peu moins gênante. Je ne sais pas quoi lui dire de plus, ne sachant pas ce qu’il en pense. J’aimerais le savoir, ça me compliquerait beaucoup moins la tâche. Cela rendre les choses beaucoup plus facile. Mais peut-être que pour lui c’est la même chose, ne pas savoir ce que je veux ou en pense ne l’aide pas. Et si aucun de nous deux ne se jette à l’eau, ça ne va pas arranger nos affaires. « Et maintenant ? » La question qui peut tout changer. Celle à laquelle je n’ai pas plus de réponses que tout à l’heure. Pourquoi est-ce si compliqué de se parler désormais ?

✻✻✻
CODES ©️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
i am every word i ever said.
i am every word i ever said.

» Date d'inscription : 21/03/2015
» Messages : 14189
» Pseudo : marine / tearsflight
» Avatar : jon kortajarena
» Âge : thirty
» Schizophrénie : Peter & Diana & Alexander
() message posté Ven 27 Oct - 9:37 par Jake O. Cavendish
Love and life are like riding a bike, you should enjoy the ride and if you fall off, simply get back up and get back on. For there will always be the occasional fall and bump in the road, but the fun to be had on the journey is not one to be missed ✻✻✻ Bien sûr que Jake est nerveux. Ce n’est pas le genre de conversation qu’il a avec Jamie d’habitude, ou même avec personne, et il ne sait pas comment ça va tourner. Et, pour compliquer un peu plus les choses, il ne sait pas ce qu’il attend de cette conversation, comment il voudrait que la suite de leur relation se profile. Autant l’admettre, il est perdu et il a réellement besoin de savoir, pour arrêter d’y penser sans cesse. Peu importe l’issue de cette discussion un peu hésitante. « Non. » Elle ne regrette pas. Ouf. Pour un peu, il aurait pu pousser un soupir, mais le retient juste à temps. A la place, il observe Jamie s’asseoir dans le fauteuil face à lui, alors qu’un léger sourire nait sur ses lèvres. C’est que cette soirée lui a plu, à elle aussi. Certes, il s’en était rendu compte sur le coup, mais l’entendre de la bouche de Jamie, c’est tout autre chose. « On a été bien trop doués pour regretter. » Et elle en rajoute même. Au moins, il n’est pas le seul à le penser. C’est vrai qu’ils ont été doués, très doués. Sans aucun doute l’une des meilleures nuits que Jake ait pu passer avec une femme. Dans l’immédiat, il n’arrive même pas à penser à une autre nuit qui soit seulement comparable. Et de toute façon, à quoi bon comparer ? Si ç’avait été si spécial, c’est parce que c’était avec Jamie. Et peut-être que ça veut bien dire quelque chose.
« Et maintenant ? » LA question. En vérité, Jake ne sait pas ce qui doit se passer, et il sait qu’il ne peut pas prendre cette décision seul. Pourtant, Jamie lui pose la question et il doit bien trouver une réponse à lui donner. Quelque chose qui aille dans le sens de ce qu’il voudrait. Souhaite-t-il vraiment qu’ils redeviennent seulement amis, après tout ça ? Déjà qu’il peine à la regarder sans penser à son corps entièrement nu et à ce qu’il voudrait lui faire, comment pourrait-il se contenter d’être ami avec elle désormais ? « On a été bien trop doués pour ne pas recommencer, non ? » Un sourire en coin, un peu fier, apparaît sur son visage. Peut-être que c’est sa libido qui parle, parce que, forcément, il a envie de revivre les mêmes sensations que l’autre soir. Mais peut-être y a-t-il autre chose, de plus profond. Et peut-être qu’il y a une façon d’en être certain. Et ce n’est pas partager à nouveau le lit de Jamie. Pas tout de suite du moins. « Est-ce qu’on ne devrait pas faire les choses dans l’ordre ? » En vérité, ils ont tout mélangé. Quand il aurait pu se passer quelque chose, il y a plusieurs années de ça, Jake ne l’avait jamais rappelée. Et maintenant qu’ils sont amis, qu’ils ont une relation saine et stable, ça revient sur le tapis. Mais il n’est pas trop tard pour recommencer dans l’ordre. Il se lève, pour s’approcher de Jamie, avec un sourire qui ne quitte pas ses lèvres. « Je m’appelle Jake, je suis journaliste. Enchanté. » Il tend la main vers elle, comme s’il se présentait réellement. Comme s’ils reprenaient vraiment au début. « Je connais un restaurant très sympa en ville, un italien. Peut-être qu’on pourrait y aller ensemble un soir. Ou bien ce soir. » Un premier rendez-vous galant. Ou plutôt deuxième si on prend en compte le soir de leur rencontre, sur un rendez-vous arrangé. Et, alors qu’il énonce sa proposition, il réalise que c’est vraiment ce qu’il veut.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
(-18) There is scarcely any passion without struggle. (Jake)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: South London :: Brixton
Page 1 sur 5
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
» (-18) There is scarcely any passion without struggle. (Jake)
» Ma nouvelle passion : le patchwork
» Comment votre entourage vit-il votre passion?
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-