Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

out of my head + liam

avatar
she was only half bird now, and the other half song.

» Date d'inscription : 06/06/2015
» Messages : 2304
» Pseudo : like animals (noha)
» Avatar : alicia vikander
» Âge : 32 yo
» Schizophrénie : none
() message posté Mer 25 Oct - 15:59 par Lyanna Belshaw-McAlister

i wanted to kill the me underneath. that fact haunted my days and nights. when you realize you hate yourself so much, when you realize that you cannot stand who you are, and this deep spite has been the motivation behind your behavior for many years. Le miroir était cassé. Je tenais les morceaux de verre entre mes doigts. Le sang roulait sur mon poignet, mais je ne ressentais aucune douleur. Pourquoi? Mon corps se découpait entre mes paupières. Et malgré le silence, je ne parvenais pas étouffer les pensées. Liam me trompait. Liam en préférait une autre, dont les formes plates et osseuses, identiques aux miennes, ne semblaient pas malades. Je fermais les yeux. Mon esprit tanguait dans le monde, agité par l’envie de disparaitre. Je pensais avoir guéri. Je pensais que tout allait mieux. Certains jours, il me souriait. Il me parlait de sa journée. Il revenait pour me quitter. Il se fichait de moi, de ce que je pouvais représenter. Ici, dans une ville grise et morose, seule et étrangère dans les brumes de Londres. Je le détestais de m’avoir dépaysé. Je le détestais d’aimer lorsque mon âme était rongée par la haine. Je voulais être heureuse. Je voulais trouver quelqu’un. Les souvenirs d’Australie me sauvaient de la solitude. Mais ce n’étaient que des mirages. Des éclats de mémoires qui se perdaient dans le temps. Je soupirais en nettoyant la plaie. L’appartement était presque vide. Quelques affaires de Liam trônaient dans le vestibule. Deux valises à moi. Comme si nous partions en voyage. La vérité, je n’avais pas encore décidé, lequel de nous deux je voulais chasser. Je fermais la chambre de Louis afin de le protéger des cris. Le pansement se serrait sur ma peau. Je marchais à reculons, la silhouette lestée par l’angoisse. Je saisis une bouteille de vin et un cigare. Je devenais folle, peut-être fallait-il en arriver là pour avoir son attention. La porte s’ouvrit. Ma voix s’élevait pour entonner mes complaintes. Je rirais fort. C’était absurde. La situation n’était pas drôle. Je tremblais en serrant les dents. Je ne supportais plus cette sensation. L’amertume roulait dans mon oesophage alors que je me retenais de vomir. Liam m’avait sauvé des doutes et de la maladie. Je faisais l’effort pour lui, pour notre promesse d’éternité. Il y avait des moments ou je me sentais tomber. Mais il était toujours là pour me rattraper, avec son regard taquin et désireux. Avec ses baisers brûlants et ses étreintes enflammées. Puis il y avait eu, l’Angleterre et son travail. Il y avait l’ambition qui se consumait au creux de son regard. Il y avait cette autre femme. Je n’existais plus pendant leurs rencontres. Combien de fois m’avait-il fait l’amour en pensant à ses lèvres ? Je redressais la tête. J’esquissais quelques pas vers l’entrée. Ma démarche était vacillante. Je grommelais en inspirant les vapeurs du tabac. «Regarde je me suis coupé en cognant le miroir. » Sifflai-je en secouant l’entaille. «Du vin, mon amour? » Il en avait besoin aussi. Mes paupières étaient lourdes. Pour une fois, j’aurais voulu qu’il parte - qu’il s’attarde dans ses soirées de collaboration interminables. Je voulais qu’il m’oublie, qu’il ne prenne pas le temps de revenir, simplement pour allonger le déni. Pour retarder cette confrontation. Mais il était là. Il était beau. Et je l’aimais peut-être. Mes yeux étaient humides. J’essayais de garder le sourire malgré les larmes. Malgré mon envie d’exploser. Je lâchais ma coupe sur le sol. Mes mains se crispaient sur mes tempes. Il faisait tellement froid ici. Il faisait si mal. «Je t’ai vu, Liam. Il y a deux semaines. Tu l’as embrassé juste devant moi. Tu aurais pu au moins en choisir une avec un gros cul. » Soupirai-je sans le regarder. Sans ciller. Il avait tout gâché - à cause de lui, tout était fini.  
Revenir en haut Aller en bas
out of my head + liam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury
Page 1 sur 1
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Liam L. Gibbs [ Terminé ! ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-