Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

take a walk on the wild side (w/jean).

avatar
she was like the moonpart of her was always hidden away.
she was like the moon
part of her was always hidden away.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 692
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : eiza gonzalez.
» Âge : vingt-neuf ans (15 février).
» Schizophrénie : lola barnett.
() message posté Lun 30 Oct - 1:45 par Rioja Ibanez
Lundi. Six heures tapantes, les yeux de Rioja s’ouvrirent tandis que la clarté s’installait petit à petit dans la pièce. La place près d’elle était froide, mais Rioja en avait l’habitude. C’était ainsi depuis un an. Un an où elle allait au lit seule et se réveillait toujours seule. Avec le temps, Rioja, elle s’était habitué à cette situation. À ce vide de cet appartement immaculé, situé dans un bon quartier de Londres. Ce n’était plus la même chose et doucement, Rioja s’accommodait à cette situation. Petit à petit, elle se faisait à l’idée qu’un jour, elle terminerait seule, divorcée. Pour l’instant, ce n’était toujours pas le cas. Elle était seule parce qu’elle l’avait décidée. D’un pas lent, elle quittait son lit pour enfiler des vêtements de sport et entamait sa course matinale. Comme tous les matins. Tous les matins, elle se réveillait pour commencer sa routine : course, boulot et retour à la maison. La seule différence était que certains soirs, Rioja se rendait aux réunions des alcooliques anonymes. Trois fois par semaine. Elle essayait d’y aller sur une base régulière parce que même si elle ne parlait toujours pas, ça faisait du bien à Rioja d’entendre des gens parler d’un passé douloureux. En faisant claquer les talons de ses escarpins sur le plancher de son appartement, Rioja prenait la direction de ce chemin qu’elle empruntait tous les jours depuis qu’elle avait été engagée chez British Vogue. Rioja ne conduisait plus depuis son accident et c’était peut-être une bonne chose. Maintenant, elle s’installait sur la banquette arrière et laissait une personne la conduire jusqu’au centre de la ville. Installée à l’arrière de la voiture, Rioja restait muette puisqu’elle était incapable d’endurer les papotages que les gens normaux avaient entre eux. À la place, Rioja parcourait les réseaux sociaux sur lesquels elle était inscrite. Parfois, elle aimait une photo et d’autres fois, elle riait à un tweet d’une personne inconnue. La route durait généralement une vingtaine de minutes et dès le moment où elle entrait dans le bureau de British Vogue, une personne se dirigeait vers elle pour lui donner son horaire de la journée. En fait, cette personne avait le même prénom depuis deux ans : Joann. Et c’était la seule chose que Rioja connaissait de cette personne. Elle n’en savait pas plus que ça et ça ne dérangeait pas Rioja. Puis, la journée passait tranquillement. Rioja courait dans tous les sens pour que les choses avec une date limite soient terminés à temps. Dès que les aiguilles d’une horloge affichaient cinq heures de l’après-midi, Rioja s’emparait de son sac à main et quittait. La plupart du temps, Rioja apportait avec elle, à la maison, son boulot. Encore une fois, elle s’installait sur la banquette arrière d’un taxi jusqu’au coin de son quartier où elle se dirigeait vers le restaurant le plus. L’envie de cuisiner n’était pas présente. « Faites un peu plus attention, nom de Dieu. » Lâchait sèchement Rioja. Sa bonne humeur n’était plus présente depuis une bonne partie de la journée alors Rioja s’en prenait à n’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 151
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Mer 1 Nov - 23:07 par Jean Marceau
La journée avait été bien pourrie, ça oui. Entre Marcel qui gueulait et la direction qui voulait ma peau, j’étais vernis. J’aurais dû adopter un profil bas, l’autre soir. J’aurais pas dû foncer tête baissée, comme ça. J’aurais dû me montrer plus procédurier, faire plus attention aux flics locaux et à leur foutue sensibilité. Si j’avais su mettre un peu plus d’eau dans mon vin et savoir glisser le bon compliment au bon moment, j’en serais pas là. Pour le moment, je le savais, j’étais encore « clean ». Marcel avait de plus ou moins bon gré couvert certaines de mes petites incartades au fil des années et la hiérarchie ne connaissait que la partie immergée de l’iceberg, soit ce qu’il s’était passé quelques soirs plus tôt dans ce club londonien, où j’avais appréhendé tout seul un important trafiquant de chair humaine tout droit venu de Russie, un sale type qui venait « louer » ses filles à Londres. Pauvre raclure d’humanité débridée. Bref. J’avais chopé le type sur la foi des renseignements que nous avaient filé les bureaux russes et maintenant, comme je n’avais pas fait les choses dans les règles, on me tapait sur les doigts. Comme en plus j’étais parfaitement au courant des rumeurs qui couraient sur moi depuis la perte de mon fils deux ans plus tôt, la direction ne rêvait que de se débarrasser de moi et de mes frasques, convaincue qu’elle était qu’un jour ou l’autre j’allais perdre tout sens commun et me retrouver vraiment dans la merde, sans plus la moindre ressource pour me réchapper d’une pirouette d’un mauvais pas. Bref. J’avais encore pris un savon, par visioconférence ce coup-ci. Ca avait plutôt bien commencé ; on encensait mes réflexes et mon sens de la déduction, mon opportunisme sur le terrain aussi. On louait ma capacité à avoir su mener à bien la mission, même sans renforts, tout en notant que c’était un coup de « chance » qu’on ait bien retrouvé un flingue sur le russe, légitimant de mon côté l’usage de la force –en vrai, son matraquage en règle- et donnant du crédit à ma thèse du hasard heureux de notre « rencontre ». Et ensuite quand j’avais eu le malheur de dire que les flics locaux n’étaient que des cons qui se faisaient graisser la patte, que Marcel s’était facepalmé lui-même en pleine visio, ça avait été le festival. On n’avait pas osé me coller de blâme officiel mais on m’avait bien fait comprendre que je ne devais plus déconner.


En sortant des bureaux, je constatais que ma voiture n’était plus là. Il m’avait fallu quelques longues minutes pour comprendre qu’on me l’avait embarquée parce que ce matin, je m’étais garé sur une place interdite. Merde alors. Un coup de fil aux plantons du rez-de-chaussée et on m’assurait qu’un agent irait me chercher ma caisse pendant sa garde, mais quand même, prendre le métro ça me soulait, après une journée pareille j’avais juste envie de rentrer, de finir mon petit Jack et d’entamer son petit frère, avant de rouler sur mon lit tel un résidu. Je n’en avais pour quelques stations –durant lesquelles je pus achever de terminer le contenu de ma flasque- mais ma détestation profonde pour la cohue humaine était à son paroxysme quand j’arrivais près de chez moi, et qu’une espèce de mini-tornade brune me rentra dedans comme si, du haut de mon mètre quatre-vingt huit, je n’étais pas visible de loin. Fronçant les sourcils, menaçant, je fus estomaqué d’entendre la donzelle me houspiller.



| Oh, hé, on va se calmer tout de suite la mignonne là hein, je suis pas ton putain de chien c’est toi qui vient de me rentrer dedans ! |


Ok, comme flic on faisait mieux d’habitude comme approche, mais j’étais à bout, je n’étais plus en service, et comme je n’avais rien mangé de la journée, le reste de ma flasque m’avait déjà légèrement échauffé. Et là, je reconnus la jeune femme.


| Oh merde, c’est vous ? Putain mais vous êtes dangereuse à pied autant qu’en bagnole, c’est pas croyable ! Bon, vous avez rien, au moins ? |


Oui, la reconnaître m’avait fait repasser au vouvoiement.
Revenir en haut Aller en bas
take a walk on the wild side (w/jean).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: La City
Page 1 sur 1
» come and take a walk to the wild side ☆ 26.06, 20h31
» Walk on the wild side.[ Terminé ♥ ]
» Morgane O'Hara ミ Take a walk on the wild side
» Siobhan ※ take a walk on the wild side
» FELIA D. RIMENEZ ❋ Take a walk on a wild side.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-