Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Chinese New Year !
Venez célébrer le Nouvel an Chinois, avec le Magic Lantern Festival, par ici.
Instaparty n°6 : #ChineseNewYear.
Rendez-vous par ici pour la nouvel Instaparty. Faites-nous partager vos plus belles photos.
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Je ne t'abandonnerais pas cette fois ( Jean)

membre de la version
avatar
membre de la version
Ma vie, ma vie <3
» Date d'inscription : 16/10/2017
» Messages : 589
» Avatar : Claire Holt
» Âge : 32 ans
() message posté Mer 8 Nov - 14:43 par Lexie Cole




Lexie & Jean



J'étais ce genre de personne, beaucoup trop gentille et j'en avais payé le prix. J'avais fait confiance à Lucian, qui à l'origine n'était pas du tout le genre de personne que je voulais dans ma vie, il avait un très fort caractère, mais j'avais aimé lui faire face lors de cette soirée et depuis cette soirée, j'avais tout fait pour lui montrer que même s'il avait un fort caractère , j'avais réussi à voir un coeur tendre bien au fond de lui et j'étais vraiment tombé sous son charme. Mais voilà, à vouloir lui faire confiance j'étais tombé de haut en apprenant qu'il allait finir en prison, ce matin-là était un vrai cauchemars, je n'oublierais jamais ce jour-là. Et là j'avais envie d'être gentille avec Jean, avant , on était juste ami, mais le voir autant en détresse me faisant tellement de mal, je lisais la douleur dans son regard et il avait l'air d'avoir baissé les bras depuis bien longtemps. Et même s'il faisait tout pour me convaincre qu'il n'y avait plus rien à tirer de lui, il allait apprendre que j'étais une personne vraiment têtu et donc je ferais tout pour y arriver. C'est vrai que je ne connaissais pas tout de lui, mais je voulais retrouver au moins un peu de joie en lui, même si c'est vrai que cela allait être très très dur. " Jean tu es un homme que j'ai beaucoup apprécié dans le passé et donc oui je vais faire en sorte de t'aider. "

Je pouvais passer pour une femme avec un coeur tendre et trop sensible ce qui était vrai, mais au fond de moi j'avais aussi un fort caractère et beaucoup de patience surtout. Et je savais qu'avec Jean j'allais devoir être très patiente, prendre sur moi et surtout faire un fort travail sur Jean pour qu'il reprenne confiance en lui et surtout qu'il essaye de vivre pour son fils, il n'avait pas le droit de baisser les bras. Même si je ne pouvais pas imaginer ma vie sans ma fille. Je pouvais être très maladroite parfois, mais je voulais vraiment tout faire pour être tendre avec lui. Puis j'avais appris qu'avec Gia ça n'allait plus du tout, donc il était tout seul, personne pour lui donner un peu de tendresse et surtout pour lui redonner confiance en lui. Je faisais un petit rire quand il me disait que Gia serait capable de s'en prendre à moi." Oui c'est un gros engagement mais j'y arriverais , même si ça prend du temps. " Je savais bien que ça n'allait pas être facile .Il fallait que j'aille prendre des nouvelles de Gia aussi, je ne pouvais pas faire que la moitié de choses. Je savais que la personne principale pour l'aider c'était Gia, ils devaient se refaire confiance et surtout s'expliquer. Mais avant tout je devais comprendre ce qui s'était passé. Mais ce soir se n'était pas le bon soir, il avait bien trop bu pour lui faire parler de ce moment qui devait être horrible pour lui. Malheureusement les surprises n'étaient pas fini, je venais de tomber de haut qu'en j'apprenais que si Lucian avait été en prison c'était à cause de Jean. Non pas lui, il ne pouvait pas m'avoir fait ça, c'était insupportable à accepter. J'étais tellement en colère contre lui là. Et voilà qu'il venait me répondre, j'avais l'impression d'avoir un flic en face de moi en train de me parler et ça me mettait hors de moi. "Jean je ne suis pas tes collègues ou une quelconque personne que tu as en face de toi là. Tu n'as pas pensé aux conséquences de tes actes. Je me suis retrouvé toute seule Jean.....Ah bah tu auras qu'à demander les vidéos, j'ai été tellement maltraité. J'ai payé les pots cassés par ta faute...." Et je m'étais retrouvé toute seule avec Lana qui grandissait dans mon ventre à ce moment là. Je n'osais même pas en parler, j'étais tellement en colère contre lui. Encore une fois trop de sentiment d'un coup en moi ce qui m'épuisait encore plus après cette journée de boulot. Je décidais tout de même de le ramener chez moi même si je lui en voulais beaucoup. Je faisais un petit rire ironique quand il me disait que j'allais bien. "Je vais bien, tu pense vraiment que je vais bien. Et bah non je ne vais pas bien, j'ai perdu Lucian et je me retrouve avec une fille de presque 5 ans à élevé toute seule. " Je soupirais alors que je ne savais pas du tout quoi faire. Je me rapprochais de lui d'un pas énervé et j'attrapais son bras pour qu'il me suive dans l'ascenseur. " Je ne te laisserais pas rentré dans cet état, tu as trop bu. " Je rentrais dans l'ascenseur et on arrivait vite dans mon appartement, je rentrais doucement pour ne pas faire trop de bruit.Je voyais bien que la baby-sitter était surprise de me voir avec un homme. Je l'a rassurais en la payant et une fois qu'elle était partis je me retournais vers Jean. " Fait comme chez toi , mais ce soir tu reste là. Je reviens. " Je soupirais alors que je faisais tout pour reprendre mon calme et je me dirigeais vers la chambre de ma fille, je restais assise près de son lit, elle dormait et elle était si sage et innocente, elle ne savait pas tout ce qui se passait autour d'elle. J'avais laissé la porte ouverte pour laisser rentré la lumière du couloir. Je voulais retrouver mon calme avant d'aller retrouver Jean. Je ne savais pas ce qu'il faisait, mais j'avais besoin de ses quelques minutes auprès de ma fille.






(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 249
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Ven 10 Nov - 0:29 par Jean Marceau
Je me sentais mal. J’avais trop bu et j’avais le cœur au bord des lèvres. Pire que ça même, je me sentais nauséeux, vraiment pas bien au point que je ne pouvais qu’être patraque toute la nuit. Je le sentais, je tenais à peine debout tout seul et ce n’était pas pour entamer une longue marche, ou prendre une bagnole. Je n’étais jamais malade en voiture d’habitude, mais ça ne voulait pas dire que ça ne pouvait pas m’arriver sur un malentendu. Ce qui me sauvait sans doute, c’était que j’étais allé picoler le ventre vide, n’ayant pris ni le soin ni le temps d’avaler un truc. Ou peut-être que si, je m’en rappelais plus. Pas quelque chose de consistant en tout cas, sinon je sentirais un poids pesant dans mes tripes et je n’aurais pas si froid au ventre. Bref. Tout ça pour dire que j’étais dans un sale état et que j’étais parti pour une sacrée migraine au réveil. Et en plus de tous ces symptômes physiques, comme si cela ne suffisait pas, Lexie voulait m’aider alors que j’avais largement contribué à foutre une partie de sa vie en l’air. Bon ok, elle était encore jeune et Lucian n’était qu’un criminel, avec qui elle n’avait rien à voir… Mais quand même. Je sais que tout ce que j’ai dit, tout ce que j’ai fait, rien de tout cela n’avait de poids finalement devant la révélation que je venais de faire à Lexie et qui la touchait personnellement. Oh bien sûr, je la connaissais assez pour savoir qu’elle ne reviendrait pas sur sa décision de m’aider, mais il n’en restait pas moins que j’arrivais à tout faire depuis cinq minutes pour qu’elle en vienne à me détester.


Elle tente de me raisonner quand je lui dis froidement qu’en gros, je n’ai fait que mon boulot. Ce qui était vrai, si on se plaçait d’un point de vue purement pragmatique. Mais d’un autre côté, totue cette affaire avait manqué de tact dès le début et elle aurait pu se finir en véritable drame. Je n’en nourrissais pas de remords jusque là, parce que j’avais appris depuis longtemps que le devoir et son exécution passait souvent par bien des problèmes personnels, et la nécessité qu’il ne pouvait subsister aucune amitié dans le cadre de la justice.



| Ecoute, je suis désolé de ce qui t’est arrivé. Mais le mec qui a provoqué tout ça, c’était le type avec qui tu partageais ta vie. Ce n’était pas moi. Il se serait tenu à carreau, il aurait été honnête, il ne te serait jamais rien arrivé. Moi, je n’ai jamais voulu que tu sois impliquée. Mais je n’ai pas le choix. C’est mon boulot d’arrêter les gens qui font de mauvaises choses, Lex’. C’est mon boulot et aujourd’hui, c’est tout ce qu’il me reste. |


Depuis la mort de Tom et mon divorce, je ne sortais plus. Je n’avais pas de passion, pas de hobby. Je traînais les bars, si je devais mettre le nez dehors. Et si je repassais par une supérette, c’était surtout pour racheter des bouteilles et du café en grosses quantités. Bref, tout ça pour dire que je ne ferais pas d’exception dans mon boulot, jamais, même si ça devait m’arracher dix mètres d’entrailles. Et poussant Lexie à bout, elle me révèle qu’elle a une fille de cinq ans. Je me fige, stupéfait.


| Que… Quoi ? |


Alors là, je dégrisais vitesse grand V. Déjà la dispute me permettait de me concentrer sur quelque chose, et alors qu’elle me faisait rentrer et qu’elle allait voir sa fille, j’imaginais, dans sa chambre, je restais dans le salon. Stupidement resté debout. Je regardais quelques photos. Et les larmes me montèrent aux yeux quand j’en vis une d’une petite fille dans les bras de Lex. C’était l’alcool, ça me déshinibait. Je ne pleurais jamais, d’habitude, pas même quand j’étais au comble du désespoir en repensant à Tom, en plein bad trip. Je ne pleurais jamais. Mais là, quelque chose m’y mettait à deux doigts. J’entendis alors un léger bruit derrière moi. Je reniflais bruyamment, contenant mes larmes, gardant le cadre et la photo entre les mains.


| Ta fille est très belle, Lexie. J’imagine que c’est la fille de Lucian, si elle a 5 ans, et que c’est pour ça que tu es partie ? |


J’étais flic. J’avais un besoin viscéral de savoir. Tout savoir, et tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version
avatar
membre de la version
Ma vie, ma vie <3
» Date d'inscription : 16/10/2017
» Messages : 589
» Avatar : Claire Holt
» Âge : 32 ans
() message posté Ven 10 Nov - 11:22 par Lexie Cole




Lexie & Jean



Après cette soirée de travail, je n'avais envie que d'une seule chose, rentré chez moi , voir ma fille et surtout aller prendre une douche pour pouvoir bien dormir ensuite. Mais là c'était un tout autre programme qui se préparait à moi et je dois avouer que je ne m'attendais pas du tout à ça. Retombé sur Jean ce soir était vraiment une surprise et encore plus, de le retrouver dans ce bar. Comme quoi je savais bien qu'en revenant dans cette ville, les fantômes du passé allait revenir dans ma vie. Je ne pouvais pas le laisser comme ça dans ce bar, je l'avais connu il y a longtemps et plusieurs fois j'étais déjà venu l'aider plusieurs fois, donc là je reprendrais mon rôle en moi et c'était encore plus important car, il m'avait appris la mort de Tom et ça c'était quelque chose qui faisait tellement mal. Je ne voulais surtout pas imaginé ce que c'était de perdre son enfant, moi je ne supportais déjà pas d'avoir Lana loin de moi pendant quelques heures, donc la perdre, je sais que je ne supporterais pas, je serais même capable de retourner le monde pour retrouver ma fille. Donc oui je décidais de l'amener chez moi même si c'est vrai que je n'avais pas l'habitude de faire ça. Déjà qu'il m'avait envoyé une bombe en pleine face en m'annonçant la mort de Tom, mais là il venait de m'avouer que c'était à cause de lui que Lucian était en prison, je ne pouvais pas y croire. Je savais bien que c'était son métier et qu'il n'avait pas fait ça contre moi. Mais depuis que Lucian était partis en prison j'en voulais à la police, surtout vu comment il m'avait maltraité. Donc là c'était plus fort que moi, je m'en prenais à lui, je lui en voulais tellement. Pourquoi à chaque fois que je me rapprochais de quelqu'un , celui ci venait à me trahir, c'était plus fort que moi. Il fallait que cela sorte et c'était Jean qui voyait la colère en moi.Malgrès le froid, le vent et la pluie qui tombait sur nous, j'avais beaucoup de mal à me calmer. Je passais mes mains sur le visage en faisant les cent pas alors qu'il continuait de me parler. Je savais très bien qu'il avait raison, mais je lui en voulais, car c'était lui qui avait détruit mon couple, bon serte sans le vouloir. Je revenais en face de lui, je respirais un grand coup. " Je sais c'est ton travail...Mais comprend que je t'en veuille. Je me suis retrouvé toute seule. Je sais très bien que Lucian a fait une erreur, une erreur de trop malheureusement. " Je savais que tout était de la faute de Lucian, mais rien que d'y repenser me faisais beaucoup de mal. Lucian me manquais et j'étais tellement perdu depuis qu'il n'était plus dans ma vie.
Je finissais par attraper Jean pour le bras pour le faire venir dans mon appartement. Il n'allait pas se défiler oh non, je tenais mes promesses, j'avais dit que je ne le laisserais pas tout seul ce soir, je ne le laisserais pas. Je ne sais pas comment on allait faire une fois dans l'appartement, mais pour le moment j'avais envie de voir ma fille, c'était la seule qui arrivait à me calmer. Et je savais bien que je venais de lui envoyer une bombe aussi, il ne pouvait pas savoir. Je voyais bien la surprise sur son visage. "Oui j'ai une petite fille Lana."On montait dans mon appartement et une fois dans celui-ci j'allais rejoindre ma fille qui dormait. Elle était tellement belle, je restais quelques minutes près d'elle à passer ma main dans ses cheveux tout doucement. Une fois la colère partie , je l'embrassais sur le front en refermant la porte. Je ne voulais surtout pas qu'elle se réveille. Je revenais doucement dans le salon alors que je voyais Jean debout à regarder une photo de Lana et moi. Il y en avait partout dans l'appartement. Je m'avançais vers lui en faisant un sourire en voyant la photo. Elle était tellement belle sur cette photo. " Merci beaucoup, c'est bien la seule qui arrive à me faire tenir debout. Oui c'est la fille de Lucian ,mais quand je suis parti, je ne savais pas que j'étais enceinte....Je l'ai découvert bien après , toute seule. "Je soupirais en baissant les yeux avant de me retourner vers lui, je voyais bien que ses yeux étaient rempli de larme et je m'en voulais un peu d'un coup. "Je suis désolé Jean, je ne voulais pas te faire de mal en te disant ça..." Moi même au fond de moi ça me faisait beaucoup de mal de parler de Lucian, il était loin de moi et j'avais vraiment l'impression qu'un fossé c'était formé entre nous et c'était tellement dur à supporter. Je passais une main sur sa joue pour essayer de le consoler, comme je pouvais surtout. " Ce soir tu dors ici, je ne te laisserais pas tout seul. Met toi à l'aise et n'hésite pas si tu veux quelque chose. " J'avançais vers ma chambre pour retirer au moins mon pull et mon haut qui était trempé et j'enfilais un autre débardeur pour être plus à l'aise avec Jean. Je ne savais pas du tout comment j'allais faire ce soir, il souffrait tellement c'était dur de le voir comme ça. Je cherchais une serviette pour la lui ramener car lui aussi il était bien mouillé à cause de ce temps et il n'avait pas besoin de tomber malade.






(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 249
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Dim 12 Nov - 17:28 par Jean Marceau
La soirée était tellement étrange. Retrouver Lexie, même dans ces conditions, ça me faisait plaisir bien sûr. Mais d’un autre côté c’était aussi quelque chose de difficile pour moi, que d’anticiper ainsi ses propres réactions au fur et à mesure de nos révélations mutuelles. Je n’avais pas imaginé qu’elle soit mère d’une petite fille, je savais que les choses étaient allées suffisamment loin avec Lucian pour qu’ils aient un lien véritable mais ça voulait dire aussi que j’avais mal ou peu estimé le fait qu’ils aient fait des plans d’avenir ensemble, qu’ils aient pu envisager d’avoir un enfant. Le mec avait dû se mordre les doigts de son arrestation… S’il avait été au courant. Malgré l’ivresse qui me retournait la tête, je me rendais compte que notre situation était suffisamment complexe à l’époque pour que Lucian n’ait pas été au courant. Il n’en avait jamais parlé dans les différents interrogatoires, tout comme il n’avait jamais laissé échapper le moindre doute, de quelque nature que ce soit, sur ce sujet bien précis. La jeune femme peine à comprendre le fait que notre relation ne l’ait pas protégée de la justice, qu’elle n’ait pas servi de protection à Lucian. Je regrettais, mais c’était ainsi. Je ne pouvais pas me permettre d’exceptions, pas plus que je ne pouvais anticiper qu’ils aient été proches à ce point. Entre ma conscience et l’amitié, j’avais préféré ma conscience. Ce n’était pas forcément quelque chose qui me rendait fier, pas comme auparavant en tout cas, quand je me considérais comme quelqu’un d’intraitable en matière de justice.


| Les choses auraient pu se passer autrement. Mais on doit tous, à un moment ou à un autre, assumer les conséquences de nos actes. |


Je ne disais pas qu’elle s’était retrouvée toute seule parce qu’elle l’avait bien voulu, même ivre je n’avais pas perdu toutes ces inhibitions-là ; il était clair pour moi que ce serait assez malvenu et de toute manière, Lexie avait très bien su me dégriser avec toutes ses révélations coup sur coup, et maintenant que j’étais au chaud chez elle je me sentais tout de même un peu mieux. Et les révélations continuent donc. Lana, c’était le nom de la petite. Et elle était tout pour Lexie, visiblement. Ce que je ne pouvais que comprendre. Elle s’excuse, quand elle voit que tout ce qu’elle me dit me touche, m’atteint quelque part. Ce n’est pas tant que ça me blesse personnellement, ce qui n’est pas le cas, que simplement cela me rappelle au bon souvenir de Tom, et de toute la douleur que ça pouvait provoquer chez moi. Je la regarde alors que sa main vient encore me caresser la joue, instillant une grande proximité entre nous. Un peu comme un automate, je la suivais du regard quand elle allait se changer et revenait avec une serviette. Je m’essuyais le visage et les cheveux en silence.


| Je ne pense pas que ça soit une bonne idée que je reste. J’ai trop bu. Et c’est chez toi, ici. Je devais rentrer, et dormir tranquillement dans mon lit. Je crois que j’ai provoqué assez de dégâts ici sans en rajouter, tu ne crois pas ? Mais ça ne veut pas dire que je te fuis. Je suis content de te revoir. Et je suis content d’apprendre aussi l’existence de Lana. Mais je pense que j’en ai fait assez pour une seule soirée. ON devrait remettre ça une autre fois. D’accord ? |
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version
avatar
membre de la version
Ma vie, ma vie <3
» Date d'inscription : 16/10/2017
» Messages : 589
» Avatar : Claire Holt
» Âge : 32 ans
() message posté Dim 12 Nov - 21:46 par Lexie Cole




Lexie & Jean


Cette soirée était tellement surprenante, d'un je ne m'attendais pas à retrouver Jean, de deux encore moins dans un tel état et surtout pour finir, je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait tant de révélation sur le passé. Je lui en voulais ça c'est sûr. Je m'en prenait à lui alors que la colère montait en moi. Je n'avais pas pu me contrôler, il fallait que cela sorte au bout d'un moment et vu qu'il était responsable, je m'en prenait à lui . Je savais bien que je n'étais pas gentille dans mes paroles, mais c'était de sa faute si je m'étais retrouvé pendant toutes ses années toute seule à élever ma fille . Ma fille était ma vie, le plus important pour moi. Je ne savais pas du tout comment ça se serait passé si j'avais tout dit à Lucian, si j'étais resté ici à attendre qu'il sorte de prison ou encore ce qui se serait passé s'il n'avait pas été en prison. Je ne pouvais malheureusement pas revenir en arrière. Au bout de quelques minutes je finissais par me calmer, Jean faisait son boulot et Lucian avait fait quand même quelque chose de grave, donc c'était Lucian le coupable, mais j'en avais tout de même voulu à Jean. Je finissais par le faire monter . En tout cas j'avoue que je m'en voulais, je m'en voulais de ne pas avoir pu convaincre Lucian comme quoi je n'avais pas besoin d'un mariage de princesse, je me disais que s'il avait fait ce dernier coup c'était pour m'offrir un super mariage. Pendant quelques années j'avais fini par me poser des questions sur le pourquoi il avait fait ça. Et surtout comment j'aurais pu l'en empêcher. Je soupirais alors qu'il n'avait pas tort sur le fait qu'on devait assumer nos actes et c'était dur , car j'avais beaucoup de mal à assumer certains de mes actes, comme le fait de ne rien avoir dit à Lucian sur la naissance de notre fille."Je le sais bien...Lucian est coupable ....Mais j'aurais voulu faire quelque chose pour l'empêcher de faire ça. "Je soupirais alors que je finissais par le convaincre de me suivre jusqu'à mon appartement. Il était juste hors de question qu'il rentre chez lui comme ça. Je savais bien que cette situation était vraiment étrange, il avait déjà essayé de rentrer chez lui, mais non je n'avais pas envie, je voulais qu'il reste à dormir à la maison. Une fois à l'appartement j'allais voir comment allait ma fille, c'était bien la seule qui pouvait me calmer, elle était si paisible. Je revenais dans le salon pour m’intéresser à Jean, il était tellement différent de la première fois que je l'avais vu, ça me faisait mal, la perte d'un enfant était une épreuve très dure à surmonter , je ne voulais surtout pas passer par là. J'allais me changer en revenant vers lui avec une serviette, je ne voulais surtout pas qu'il soit malade. Je levais les yeux au ciel alors qu'il essayait encore de me convaincre qu'il ferait mieux de rentrer chez lui. Je revenais en face de lui en le regardant dans les yeux et en parlant sur une voix douce."Jean, je ne te laisserais pas rentrer chez toi. Comme tu l'as dit tu as trop bu et donc non, maintenant tu es dans mon appartement, je t'ai invité et tu vas dormir ici. Je ne pense pas que tu vas créer d'autres dégâts. Je veux que tu restes ici s'il te plaît, sinon je vais m'inquiéter toute la nuit. "J'allais chercher chercher deux verres et une bouteille d'eau, fini l'alcool pour ce soir. Je ne savais pas du tout comment j'allais faire pour le convaincre de rester ici, et même après notre dispute en moi, l'amitié passée avant tout et donc je voulais vraiment qu'il reste là. Je ne pourrais pas supporter de savoir qu'il lui est arrivé quelque chose. Et vu comment tout à l'heure il avait voulu retourner boire sa bouteille, il était donc hors de contrôle."J'ai à manger, une douche si tu veux. Installe-toi fait comme chez toi? Ce soir tu restes ici s'il te plaît. Si tu veux tu peux même aller directement dormir, mais ce soir tu es avec moi et tu peux compter sur moi."





(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 249
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Sam 18 Nov - 22:38 par Jean Marceau
J’avais encore un peu tout fait foirer, et c’était excessivement désagréable comme sensation. Comme si rien ne pouvait jamais se passer comme prévu, comme si j’étais piégé à toujours devoir agir de la même façon, comme si je devais sans cesse encaisser les revers du destin et faire en sorte d’être toujours debout malgré les coups distribués et reçus. Je n’en pouvais plus trop de devoir vivre au jour le jour, comme ça. C’était éprouvant, et ça le serait sans aucun doute pour n’importe qui. Parfois, je me sentais comme un roc. Fier, droit, inébranlable, mais à d’autres moments je me sentais plus fragile, plus seul que jamais et donc, susceptible d’échouer. D’échouer à protéger les gens, à respecter mon serment de protéger et de servir, donc. C’était tout ce qu’il me restait aujourd’hui et je n’étais pas super partant pour devoir flancher comme ça. C’était simplement en train de devenir trop dur. Tellement trop dur, que c’en était trop difficilement supportable. Qui étais-je pour m’élever seul contre le destin qui me mettait des bâtons dans les roues depuis tellement longtemps que je ne me rappelais pas un seul moment normal. Cela dit, ce que j’explique à Lexie semble coller avec ce qu’elle pensait au fond d’elle quelque part, car elle finit pas se convaincre que c’était bien Lucian la cause première de sa situation, et qu’elle s’en voulait surtout pour ne pas avoir su le contraindre.


| Parfois, on ne peut pas simplement réussir à empêcher les gens qu’on aime de faire des choses qu’on regrette tous ensuite. |


Et je suis chez elle. Je me sens sale, déplacé dans cet univers plutôt cosy et accueillant, où une jeune femme élevait tranquillement une jeune fille. On ne pouvait pas dire que j’étais tout à fait à l’aise dans ce genre d’environnement ; c’était même plutôt tout le contraire. Cela faisait longtemps que j’avais déménagé pour mon propre appartement, ne supportant plus la routine de notre maison, et l’immense quantité de souvenirs tous plus douloureux et dangereux les uns que les autres. La jeune femme revient et heureusement, coupe court déjà à ce raz de marée d’émotions tous plus vives les unes que les autres. Je finissais par opiner du chef. Au fond, elle avait raison. Dans mon état il pouvait sans doute m’arriver à peu près tout et n’importe quoi.


| Ok, ok, je me tire pas alors. Mais demain je file de bonne heure. Je vous dérangerais pas plus longtemps que nécessaire. Toi et Lana. Quant à créer d’autres dégâts… | je hausse les épaules | On n’est jamais sûr de rien avec moi. |


Je ne voulais pas qu’en plus du reste elle s’inquiète. Ca ferait beaucoup d’émotions d’un coup pour une seule personne, vous pouvez me croire. Je hochais la tête, et me rappelais d’un coup d’un détail.


| Je peux pas dormir dans ton lit et toi sur le canap’. Je suis beurré, ok, mais je suis aussi con que je suis français, alors t’iras dans ton pieux et moi ici, sur le canap’. Ca me forcera à me lever tôt et à pas vous embêter longtemps. C’est ok, ce compromis-là ? |
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version
avatar
membre de la version
Ma vie, ma vie <3
» Date d'inscription : 16/10/2017
» Messages : 589
» Avatar : Claire Holt
» Âge : 32 ans
() message posté Lun 27 Nov - 18:09 par Lexie Cole



Lexie & Jean




Cette soirée n'était vraiment pas du tout ce que j'avais prévu, déjà je ne m'attendais pas à retrouver Jean et encore moins à ce qu'il m'avoue que c'était à cause de lui, enfin en partie, que Lucian avait finie en prison. Donc oui je lui en voulais beaucoup. Au début j'avais laissé la colère prendre le dessus, je m'en prenais à lui. Mais très vite je me reprenais, je sais bien qu'il ne faisait que son travail et qu'il n'avait pas eu le choix et surtout qu'il n'était pas au courant au début que je sortais avec Lucian. Puis vu dans l'état dans lequel je l'avais retrouvé, je ne pouvais surtout pas le laissé comme ça, sans aucune aide car c'est de ça dont il avait besoin, de l'aide même s'il montrait bien qu'il n'en avait pas besoin. Mais une chose qui n'a pas changé chez moi, c'est que je suis très têtu. Puis comme je lui disais si bien, le principal en cause dans ma douleur c'était bien Lucian, le seul et unique coupable. Même si c'est vrai que depuis que je l'avais vu, j'étais totalement perdu, au fond de moi je l'aimais encore, mais c'était tellement dire d'aller de l'avant sans lui pendant toutes ces années, puis on fait tous des erreurs."Je pense surtout qu'on fait tous des erreurs et c'est une fois qu'on voit les conséquences qu'on le regrette."Moi-même je regrettais d'avoir caché ma fille à Lucian pendant toutes ces années. J'aurais dû revenir bien avant pour lui présenter Lana. Mais j'avais peur de sa réaction, j'avais préférez-la protéger et surtout je dois bien l'avouer, me protéger moi. J'avais eu tellement mal quand je l'avais vu partir avec la police que je ne voulais plus autant souffrir. En tout cas pour le moment je voulais prendre soin de Jean, il était si mal, je le lisais bien sûr son visage et dans ses yeux surtout, ça me faisait tellement de le voir aussi souffrant. Quand on finissait dans l'alcool c'est on était bien bas et je devais trouver un moyen de le relever. Je le faisais donc venir chez moi, je voulais qu'il y dorme, au moins il ne risquait rien. Mais cela avait été très dur de le convaincre, il était têtu mais je l'étais tout autant que lui. Je soupirais en continuant de le regarder."Jean arrête de croire que tu ne vas créer que des dégâts autour de toi s'il te plaît. Je suis là maintenant, donc si tu as besoin je suis là d'accord, tu ne me dérangeras pas et je suis sûr que Lana sera contente de rencontrer un ami ici."
Je continuais de le regarder, mes mots n'étaient pas des paroles en l'air, je voulais prendre soin de lui maintenant que je l'avais retrouvé et surtout tout faire pour le faire remonter la pente petit à petit même si je sais bien que ça allait être dure. Il était resté si longtemps dans la déprime. Je le regardais en croisant les bras en faisant un petit sourire.-J'aimerais que tu dormes bien quand même car je suis sûr que tu manques de sommeil. Donc on verra bien. Pourquoi tu ne prendrais pas un petit déjeuner avec moi demain. Un bon café et en plus j'ai acheté des croissants et pains au chocolat pour l'occasion. S'il te plaît reste.Je lui donnais un verre d'eau alors que je me rendais dans la chambre et je retrouvais un jean dans un carton avec un tee shirt, et oui j'avais encore ce carton chez moi, des vêtements que Lucian avait laissés et je n'avais pas eu envie de les jeter. Je revenais dans le salon en le lui donnant. Je venais m'asseoir près de lui, j'étais fatigué mais je voulais profiter de lui, j'avais peur qu'il disparaisse à nouveau alors que je ne voulais pas. Je ne connaissais plus grand monde et ça faisait du bien de retrouver des personnes à qui parler."Tiens se sera mieux que tes vêtements mouillé."Je sursautais alors que Lana se réveillait en venant me voir. Je lui faisais un sourire alors qu'elle regardait Jean. "C'est qui le monsieur. " Je venais la prendre dans mes bras en lui disant que c'était un ami. Je faisais un sourire à Jean alors que j'allais la coucher. Quelques minutes après je revenais voir Jean."Tu ne penses pas que boire de trop n'est pas la solution?"






(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 249
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Mer 6 Déc - 21:23 par Jean Marceau
Pouah, je commençais à me sentir vraiment mal, là. Ca allait mieux, puis ça empirait. Je ne savais pas quoi faire pour me sentir mieux mais surtout, maintenant, que les choses allaient moins bien, pour m’éviter de partir totalement en vrille. Il y avait des fois c’était simplement devenu hors de contrôle, mon état à cause de l’alcool. Ca n’avait rien de plaisant, et rien non plus d’amusant. Je finissais par délirer au point de rendre mes tripes un peu partout autour de moi, dans une espèce de torpeur éthylique proche de la perte de conscience, mais pas tout à fait non plus. Plus du tout maître de mes actes, mais clairement pas encore en train de bader et de m’enfoncer dans le coma. Cet état intermédiaire pouvait durer plusieurs heures, et je sentais que je n’en étais pas si loin. Déjà en chemin, je m’étais senti mieux. Ma température corporelle était très élevée, et ça ne m’avait pas choqué de devoir affronter le froid. Mais maintenant que je ne bougeais plus, ici, j’étais pris de frissons. Je savais au fond de moi que l’appartement de Lexie devait bien être chauffé, mais je ne pouvais pas m’empêcher de maudire intérieurement le fait que je me pelais les miches. Il fallait que je dorme, que je m’écroule avant que les choses ne m’échappent pour de bon. Je grommelais, essayant de garder le contrôle. C’était impressionnant, ces flux et reflux. Quelques instants plus tôt, la colère et la tristesse m’avaient fait dégriser… OU alors ce sentiment trompeur n’était-il dû qu’au fait que j’avais simplement abdiqué toute précaution, toute résistance.


| Les conséquences, on peut les voir venir. |


Et parfois on les sent dans nos tripes bien avant d’avoir conscience de ce qu’elles allaient nous faire. Et j’entends de moins en moins clairement les mots que Lexie me lance quand elle semble s’impatienter, et prendre ce ton toujours un peu infantilisant, dont on use toujours malgré nous quand on rencontre quelqu’un de particulièrement rétif. Et je ne peux que hocher la tête, un peu honteux, devant ses arguments. Je ne me sentais pas bien, ici. Ce n’était pas ma place. Déglutir simplement me donnait envie de vomir, ça n’avait rien d’agréable. J’accepte le verre d’eau avec un nouveau signe de tête, mais sans avoir la foi de le porter à mes lèvres pour en avaler une gorgée ; c’était tout simplement trop dur. Et elle me présente des vêtements mouillés. J’entends d’autres voix mais à cet instant précis, le cœur au bord des lèvres, je me sens malade, nauséeux, et je me concentre surtout pour ne pas vomir. Une petite apparaît et repart dans les bras de ses mère si vite que j’ai à peine eu le temps de lever la main. Et elle me demande si boire est une solution. Je l’entends de loin, comme dans un rêve, alors que je me couche tout habillé par-dessus les couettes, abattu par la fatigue, par l’alcool et surtout, par ce que j’étais devenu.


| J’en sais rien et je m’en tape. C’est tout ce que j’ai, avec le boulot. Bonne nuit, Lex’. Demain je serais parti quand… quand… |


Quand déjà, je me mets à ronfler.

Revenir en haut Aller en bas
membre de la version
avatar
membre de la version
Ma vie, ma vie <3
» Date d'inscription : 16/10/2017
» Messages : 589
» Avatar : Claire Holt
» Âge : 32 ans
() message posté Dim 17 Déc - 11:15 par Lexie Cole



Lexie & Jean



Je ne pouvais vraiment pas laisser Jean dans un tel état, il se faisait du mal à lui-même, personne pour lui montrer que c'était un homme bien, comme moi j'avais pu voir avec son fils. Il était si protecteur avec lui et inquiet, donc le perdre, je ne voulais surtout pas imaginer le mal que ça pourrait faire. Moi-même je ne supporterais pas de me retrouver sans ma fille, je sais que s'il lui arrivait quoi ce soit je me sentirais tellement mal et détruite surtout. Ma fille c'était ma vie, mon petit trésor rien qu'à moi. Donc oui j'allais faire en sorte d'aider Jean même si c'est vrai que c'est à cause de lui que Lucian s'était retrouvé en prison, mais à ce moment-là il ne savait pas que Lucian était mon futur fiancé, il ne devait surement pas vouloir me faire du mal à ce moment-là. Bon c'était toujours dans un petit coin de ma tête, je ne pouvais pas l'oublier, mais je devrais lui pardonner. Pour le moment je voulais qu'il reste à la maison pour dormir au moins, hors de question qu'il rentre chez lui dans cet état-là. Je soupirais en le regardant, je n'étais pas d'accord avec lui, je n'avais pas vu les conséquences venir pour Lucian et moi. Et c'est qu'une seule fois qu'on en avait parler que j'avais fait face à mon erreur. Bon c'est vrai que parfois on ne veut surtout pas faire face aux erreurs qu'on pouvait commettre. Et donc encore moins réalisé les conséquences que ça pourrait provoquer. "Erreurs, conséquences, la vie est loin d'être simple tu sais. Et très loin d'arriver à y faire face. Mais il faut essayer d'aller de l'avant , même si parfois c'est dur". En tout cas pour moi en ce moment ce n'était vraiment pas facile. Beaucoup trop de choses passaient dans ma tête, et depuis mon retour dans cette ville ce n'étaient pas simples tous les jours. En tout cas j'étais contente d'arriver à le convaincre de rester dormir à la maison, je voulais faire attention à lui, et pour commencer, c'était qu'il dorme chez moi pour au moins se reposer un peu. Je venais lui apporter un verre d'eau, c'est vrai qu'il était temps d'aller dormir. Même si c'est vrai qu'en ce moment je ne dormais pas beaucoup, je me posais trop de questions dans ma tête, Lucian, ma fille et mon boulot. Je venais lui apporter des vêtements pour qu'il puisse se changer, avec le temps qu'il faisait dehors, il sera surement plus à l'aise. Mais une petite curieuse venait faire son apparition , ma fille qui avait dû nous entendre. J'allais la remettre en lit en lui faisant un bisou et un câlin tout en l'a rassurant. Je revenais dans le salon pour faire face à Jean. Je le regardais se coucher, il allait dormir ce qui ne lui ferait pas de mal c'est sûr. Il s'endormait alors qu'il me disait que maintenant il ne restait plus que l'alcool et le boulot qui le faisait tenir. Je soupirais alors que je restais quelques minutes assises près de lui. J'allais chercher un plaid pour le mettre sur lui et je posais une boîte de doliprane sur la table basse, il en aura surement besoin le lendemain matin. Et juste avant de dormir je déposais un baiser sur son front avant de rejoindre ma chambre. J'enfilais mon short et débardeur pour aller me coucher, comme à mon habitude je laissais la porte ouverte. J'espérais vraiment revoir Jean pour l'aider et veiller sur lui.






(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Je ne t'abandonnerais pas cette fois ( Jean)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: South London
Aller à la page : Précédent  1, 2
» Doc, j'ai besoin de ton aide, et pas pour enlever mon jean cette fois. [Sawyer]
» Allons-nous avaler cette fois-ci la couleuvre
» Bon cette fois c'est cuit, le PS est foutu
» Un instant avant le Gras [Thibault]
» Cette fois-ci aussi||PV Nuage Lunaire||

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-