Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #25 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 25ième version, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Avant-première : Freddy 4D !
Direction le cinéma. En ce soir d'Halloween, vous êtes attendus pour L'avant première de Freddy 4D, qui se déroule par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.



Partagez|

(New-York)Homo homini lupus est

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1254
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Mar 14 Nov - 0:32 par Frank Turner
Homo homini lupus est
ft Jean Marceau



Septembre 2014- Février 2015


Quelques jours avant le grand départ

Le premier jour ! Voilà comment ça se passe. Ça commence par un mail. Rien de bien folichon de prime abord. Étant à la tête de son unité à Londres, Frank recevait beaucoup de mail de ce genre, du moins c’est ce qu’il croyait avant de prendre le temps de détailler le contenu de l’écrit qu’il venait de recevoir.

Cher Inspecteur Turner,

Je suis le Capitaine Cragen de la SVU de NY. J'ai eu ouïe dire que vous étiez sur une affaire d'un calibre potentiellement international. Je suis moi-même sur une enquête du même type et il est fort à parier au vu des trop grandes similarités, que nous travaillons sur la même affaire. Rappelez-moi au plus vite, je vous en serai reconnaissant !

Cordialement  Don Cragen


Frank n'en croyait pas ses yeux. Un homologue de New-York était entré en contact avec lui. Son premier réflexe fut d'ailleurs de se rendre sur Google, histoire de voir en quoi consistait cette fameuse SVU. La Special Victim Unit était en effet une unité spécifique de la police de New-York, qui se concentrait uniquement sur les crimes sexuels. En outre, une sorte de penchant plus mature de l'USM qui elle se contentait de prendre en charge toutes les affaires concernant des mineurs. L'espace d'un instant et malgré l'heure tardive à laquelle Frank prenait connaissance du mail, le flic se sentit honoré que le supérieur d'une telle unité s'adresse à lui qui œuvrait bien plus modestement avec une unité tout aussi modeste. Un verre de whisky en main, et ce, malgré l'heure tardive, il se replongea dans le dossier inhérent à l'affaire qu'il était en train de traiter actuellement. Il ressortit donc en plus de ses notes, quelques coupures de presse aux titres bien accrocheurs.

« Trois jeunes filles, âgées de 16 ans, ont été retrouvées près des docks »

« Originaires d'Europe de L'Est, elles ont subi des violences »

« Des politiques impliqués ? »

« Conflit d'intérêts ? »


Frank souffla longuement avant de déposer son verre et de se saisir du clavier de son ordinateur. Il se rendit à nouveau sur Google afin d'y checker les actualités new-yorkaises et quelle ne fut pas sa surprise en découvrant des titres de presses à peu près semblables aux siens. Ni une ni deux, il s'enquit des informations misent à disposition. Les minutes s'écoulèrent, ainsi que les heures avant qu'il ne se décide à répondre au capitaine Cragen de la SVU.

Cher Capitaine,

J'ai bien pris connaissance de votre mail et des quelques informations misent à disposition sur ce qui semble être une enquête commune. Je pense... Je n'en doute pas pour tout avouer, qu'il s'agit d'un réseau. Peut-être devrions-nous aussi contacter Interpol, puisque de toute évidence, nos deux continents sont impliqués. Je me tiens à votre disposition, n'hésitez pas à m'appeler

Cordialement Frank Turner


Il hésita l'espace d'une infime seconde avant d'appuyer sur « envoyée » et c'est ainsi que quelques jours plus tard, il se retrouva à New-York, au sein de la SVU, dans le bureau du Capitaine Cragen ravit d'accueillir son homologue britannique.

« - Bien je suis là comme promis. »

« Nous serons rejoints sous peu par Interpol. J'ai pris les devants »

« - Vous avez bien fait. Attendons donc cette personne alors ! »



made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 151
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Dim 19 Nov - 11:34 par Jean Marceau
Tom est en train de jouer dans le jardin. Il court au milieu des traverses, entre les rangées de plants de tomate et d’herbes aromatiques, essayant d’échapper à son père qui lui court après avec un casque bricolé à partir de cartons et de différents matériels de récup’. Le gamin a ses ailes de Buzz l’éclair fixées dans le dos grâce à des bretelles, et produit de petits sons aigus à chaque fois qu’il me tire dessus avec son laser intégré dans son armure. Je crie que ma revanche, celle du terrifiant Zod, dévoreur de planètes, sera terrible. Le gamin crie de joie, de rire et de peur quand je l’attrape et que je lui « mange » le ventre. Il essaie de me repousser en disant qu’il a une armure et que les dents de Zod ne sont pas assez solides. Je fais claquer mes dents devant son visage et il rit de plus belle en me mettant par mégarde son petit poing en plein dans l’œil.


Je me réveille en sursaut. Quelqu’un me secoue.


Une hôtesse de l’air. Je reprends mon souffle, et elle a l’air d’avoir sursauté, en peu effrayée peut être par ma réaction, et elle s’éloigne un peu précipitamment. Je réprime un grognement en me frottant les yeux et le visage, j’ai l’impression qu’en ayant dormi contre l’appui-tête j’ai toute la moitié droite du visage qui est endolorie, et ce n’est pas forcément une sensation plaisante. Je me retrouve à essayer de me réveiller juste avant l’attérissage, et je suis encore dans le pâté au moment de passer la douane. J’ai du mal à chasser les sentiments et le raz-de-marée d’émotions violentes qui se bousculent dans ma tête et me serrent le cœur, le sentiment persistant que tout était si bien pendant quelques instants… Avant de replonger dans le carnage de ma vie, et Heureusement, je n’ai aucun problème de papiers, ni pour l’arme de service ni pour rien d’autre. L’avantage d’être à Interpol, c’est que l’administration est efficace. Un taxi m’emmène au siège du service qui a fait appel à mes services et a demandé mon détachement provisoire, chemin pendant lequel j’enfile mon costard avec l’autorisation du chauffeur… Comme on est dans les bouchons, il a rien contre le fait que je retire la ceinture pour changer de chemise, de pantalon et de veste. Ajuster la cravate est difficile, et je note que je n’ai pas pris le temps de me tailler la barbe. Tant pis. J’arrive enfin au service des crimes sexuels, où le bâtiment grouille déjà d’activité alors qu’il est encore tôt. Après une courte attente le temps de me renseigner, on m’introduit dans le bureau.



| Capitaine Craven, je présume ? Enchanté. | dis-je en saluant brièvement l’homme derrière le bureau. Et je me tourne vers l’autre homme, en face du premier et donc, plus proche de moi. Et vous êtes ? | dis-je en tendant la main.


J’espérais qu’on en vienne vite au briefing ; j’avais eu le dossier et sa lecture m’avait rappelé ces vieilles opérations avecKat’ et Samuel, mais ça manquait de détails…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1254
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Hier à 22:48 par Frank Turner
Homo homini lupus est
ft Jean Marceau



Septembre 2014- Février 2015


En descendant du taxi pour rejoindre le bâtiment affilié à la SVU, Frank mettait un pied dans le concret. Sans trop réfléchir au préalable, il s'était embarqué dans cette affaire, une de plus s'offusquera Megane, qui depuis la mort de sa belle-mère, peinait à ramener son mari vers elle. Pourtant elle n'avait rien fait, du moins pas encore. Elle était une bonne avocate, la meilleure de son équipe, une mère dévouée qui prenait le temps de lire une histoire au petit Samuel avant qu'il ne se couche. Elle se levait la nuit pour chasser ses cauchemars et la bête fictive qui habitait la penderie du petit garçon. Oui, elle n'avait rien à se reprocher et ne comprenait pas l'éloignement de Frank. Un éloignement qui se traduisant par une surcharge inutile de travail alors qu'il pouvait déléguer. Étant désormais à la tête de son unité, c'est un privilège dont il pouvait jouir. Mais non, Frank passait encore et toujours pour un égoïste, absent, focalisé sur son travail. Megane n'avait quant à elle pas compris que c'était la seule façon pour lui de ne pas sombrer suite à la perte de sa mère, la femme la plus importante dans sa vie. Son moteur, son héroïne, son équilibre. Mais tout bonnement incapable d'extérioriser, l'Américain avait tout gardé pour lui contrairement à Dylan adepte du grand n'importe quoi, en échec scolaire et sans cesse dans la provocation. Le flic n'en demeurait pas moins un être humain qui tôt ou tard explosera. En s'enfonçant dans le travail, il espérait néanmoins retarder l'échéance.

« Avez-vous fait bon voyage inspecteur Turner ? » demanda Cragen avec bienveillance. Sortant de ses pensées et prenant place sur la chaise face au bureau de l'homme dégarni, l'Américain acquiesça. Pas adepte de la parlotte avec des inconnus, il allait cependant devoir faire un effort pour que la coopération se passe sous les meilleurs auspices « - Un long voyage dira-t-on ! Donc vous avez contacté Interpole ? » L'homme acquiesça avant de prendre place à son tour derrière son bureau, quelque peu intrigué par son interlocuteur. « Pas d'accent ? » demanda-t-il presque circonspect. «- Non ! Je ne suis pas britannique. Je suis natif de Seattle, mais j'ai passé tout mon cursus policier à Londres. »

« Ah, je vois ceci explique cela ! »

« - Toujours est-il que je suis ravi de revenir au pays et de collaborer avec votre unité »

« Moi tout autant. Surtout, que j'ai eu de bons échos de la vôtre qui est tout jeune »

« - Oui elle va bientôt souffler ses huit bougies » La discussion était sommaire, mais l'amabilité de Don Cragen perdit à Frank de se détendre et d'enrichir la conversation avant d'être interrompu par un bleu en uniforme qui annonça l'arrivée de l'agent d'Interpol qui entra sans attendre. Le capitaine quitta son bureau et s'approcha pour serrer la main du nouveau venu en rectifiant poliment la prononciation de son nom. « Monsieur Marceau ! » lança-t-il pour introduire le nouvel arrivant à Frank qui lui serra ensuite la main. « - Inspecteur Frank Turner de l'USM de Londres. » La poignée de main fut plus virile que la précédente, ce qui n'échappa au Capitaine Cragen qui toujours dans la bienveillance, fit signe aux deux hommes de le suivre hors de son bureau pour rejoindre celui des inspecteurs en charge de l'enquête. Une petite équipe de quatre personnes, dont une femme, le bras droit du capitaine qui présenta les deux nouveaux arrivants. « - Donc est-ce possible de débriefer histoire de rentrer rapidement dans le vif du sujet ? » demanda Frank bien décidé à s'y mettre. « Qu'est-ce que vous avez ? » lança l'un des inspecteurs à son homologue Britannique. « - Trois jeunes femmes de type caucasien, originaires de l'Europe de l'Est, retrouvées près des Docklands. Mineures évidemment. Le transport portuaire est typique dans les réseaux organisés. Nous avions des suspects qui nous ont mené à un poisson un peu plus gros qui n'a pas été inquiété grâce à ses bonnes relations. Mais c'est une petite échelle tout ça. »

« Effectivement. 500 arrestations, on était réalisées en Californie il y a peu. Il était bien évidemment question de trafic humain et malheureusement de pédophilie. Nous avions affaire à plusieurs réseaux. La presse en refusant de s'impliquer ne nous a pas rendu la tâche facile. Cependant, cette fois, j'ai comme l'impression que nous sommes sur un seul et même réseau » Frank se tourna alors vers Jean « - Et pour Interpol ? Vous avez le droit de nous communiquer des informations ? » Tant pis pour les pincettes, Frank voulait savoir quitte à ouvrir la boîte de Pandore.



made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
(New-York)Homo homini lupus est
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Amériques
Page 1 sur 1
» [partenariat] Lupus' Phrophetie
» • Lupus in tabula ? késksékça ?
» Le patronus de votre personnage
» LUPUS IN TABULA (de 8 à 24 joueurs)
» Lupus ~ " Enragé comme un loup affamé "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-