Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


First impressions never have a second chance, except when fate steps in. ☆ (Soana)

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/03/2017
» Messages : 424
» Pseudo : expectopatronum. (alizée)
» Avatar : eddie hot redmayne.
» Âge : trente-deux ans.
» Schizophrénie : helga s. lindholm & daley k. brady
() message posté Mer 22 Nov 2017 - 2:27 par Benedict J. Hughes
First impressions never have a second chance, except when fate steps in.

Une belle journée pour un mois de Novembre. Moins douce pour ma part qui me réveille avec une certaine difficulté ce matin. Aussi surprenant que cela puisse paraître, j'ouvre les yeux dans ma chambre. J'ai tellement l'habitude de dormir dans le canapé du salon que cela ne dérange presque plus. Je trouve presque ça bizarre pour tout dire. J'entends Lupin gratter à la porte, je regarde l'heure sur mon portable. Il est dix-heures passées. Une frayeur passagère m'envahit d'un coup. Quel jour on est déjà ? Je me lève en sursaut et ouvre la porte de ma chambre avec un certain empressement. Un bain de soleil traverse la pièce principale de l'appartement. Le silence est maître des lieux si on en oublie les expirations erratiques du chien. Je me rappelle finalement que nous sommes dimanche ; pas besoin de me presser par conséquent. Je n'ai pas raté mon réveil pour aller travailler. Je n'en ai juste pas mis parce que c'est mon unique jour de repos de la semaine. Machinalement, je me dirige vers le coin cuisine pour nourrir Lupin. Le bougre se jette sur sa gamelle pleine comme si je ne lui avais pas donné à manger depuis plusieurs jours. J'entends l'alarme de mon portable qui retentit depuis ma chambre à travers l'appartement. La première de la journée. Avant d'oublier, je prends mes cachets rangés  à un endroit précis de la cuisine ; au fond du placard tout à gauche, dans une pochette en plastique rigide. Depuis que Shinya a emménagé je les cache précieusement, comme un secret honteux dont on ne voudrait pas voir l'existence dévoilé. Plus précisément, comme un adolescent cacherait ses revues érotiques sous son matelas. Je devrais pas avoir honte de prendre ces cachets. Shinya m'a déjà vu les ingérer d'ailleurs. Mais il sait toujours pas pourquoi. Lorsqu'il me pose la question, mes réponses varient selon mon imagination ; un jour c'est parce que j'ai des carences en fer. D'autres fois c'est des vitamines. Parfois c'est un simple manque de magnésium ou une petite baisse de tension. En gros les excuses que je lui sers, c'est jamais bien grave. Et pourtant ; pourtant j'ai le SIDA. Mais ça il en sait rien. D'ailleurs personne n'est au courant à ce jour. Je me sens souvent pris de remords lorsque j'y repense ; je regarde mes amis, mes frères, mes sœurs, je leur dis que tout va bien. En vérité je suis atteint d'une maladie qu'on guérit pas à ce jour. On retarde l'heure fatidique avec un nombre incalculable de cachets. Il paraît qu'on vit normalement grâce à ces petites pilules. Du moins si on considère que se gaver de médicaments c'est être dans la normalité bien évidemment.

Je chasse rapidement mes idées qui virent au noir en me préparant un thé. En tendant l'oreille, je n'entends pas Shinya dans sa chambre, j'imagine qu'il dort toujours. Ou peut-être qu'il s'est levé avant moi et qu'il est sorti. Il faut dire que depuis quelques jours c'est devenu un peu étrange entre nous. Déjà parce qu'il y a eu cette énorme dispute l'autre fois, juste avant mon rendez-vous avec Soana ; ça a fortement influencé mon humeur ce soir-là d'ailleurs. Jon a vraiment foiré sur ce coup en me présentant officiellement cette fille. Évidemment les jours qui ont précédé le rencard, je me suis focalisé là-dessus, j'ai eu presque hâte d'en savoir plus sur elle, d'être ce soir-là. Je me suis dis l'espace de quelques jours qu'elle pourrait vraiment me convenir. Mais je me suis pris une bonne claque dans la figure le jour-J. Au sens figuré, bien que je reste persuadé que si Soana en avait eu l'occasion, elle m'aurait aussi tarté. J'ai vraiment pas assuré, et ça a vraiment rien arrangé à mon état d'esprit sur le moment. Pour ce qui est de Shinya, j'ai laissé couler de l'eau sous les ponts, et puis on a discuté. On a ouvert nos cœurs, on a vidé nos sacs. Je pense que ça a pu être que bénéfique. Il y a eu bien trop de quiproquos entre nous. Mais depuis, même si les tensions se sont apaisées, il y a toujours cette méfiance de sa part. Alors je le laisse tranquille, on vit chacun nos petites vies de notre côté. Et quand le moment viendra, le reste se fera naturellement.

Je me délecte de mon thé avec une touche lactée tout en nourrissant le quatrième habitant de ce grand appartement. Salazar n'est pas d'une humeur coopérative aujourd'hui et me le fait comprendre très rapidement ; il se met en boule et montre les crocs. « D'accord Salazar, d'accord, je te laisse tranquille. » Me suis-je vu dire tout en refermant le terrarium après y avoir déposé de quoi le rassasier. Lorsque je jette un œil à l'horloge murale accrochée au dessus de mon bureau, je m'aperçois qu'il est maintenant dans les alentours de onze heures. La question qui me taraude l'esprit est à présent de savoir ce que je vais faire de ma journée. Je commence par prendre une douche pour me rendre un peu plus vif d'esprit.  Si je ne m'étais pas levé si tard, j'aurais pu aller à la messe du dimanche. Mais ça sera pour une prochaine fois j'imagine. Ce n'est pas comme si c'était la première fois que je l'a raté de toute façon. Je pourrais aller faire une longue balade avec Lupin dans les rues de Londres. Il fait beau aujourd'hui après tout, n'est-ce pas ? Je sors de la salle de bain, une serviette autour de la taille et je me dirige vers ma chambre. Je vois que le temps s'est couvert, et que des premières gouttelettes annonçant une averse pointent le bout de leur nez. On va donc oublier la promenade de plusieurs heures avec le chien. Je m'habille avec un pull en cachemire gris et un pantalon cintré bleu marine. Je reviens dans le salon pour lancer l'upload d'une vidéo sur youtube, celle que j'ai tourné quelques jours auparavant avec Flynn, un abonné. Puis j'attrape mon trench, mon béret et la laisse du chien. Après tout, même si la longue promenade tombe à l'eau, je n'échapperais pas à la sortie « petits besoins » de Lupin pour autant.

Quelques heures plus tard, une grosse averse s'abat sur la ville du Grand Brouillard. Mais la bonne nouvelle dans cette histoire, c'est que j'ai trouvé l'activité de ma journée : le Sea Life London Aquarium. Ce n'est pas comme si je n'y aillais jamais habituellement, mais s'il y a une chose que j'adore, c'est m'y rendre par temps de pluie ; entendre les gouttes de pluie perler sur le toit de l'établissement quand on se retrouve entouré de poisson, ça a quelque chose de magique. Je n'y suis pas allé depuis un petit moment. Et je pensais pas y retourner d'aussi tôt après l'incident survenu avec Soana. Si j'ai un peu de chance, elle ne travaillera pas aujourd'hui, et je n'aurais pas besoin de l'esquiver. Je me retrouve donc devant l'entrée du Sea Life London Aquarium. J'achète mon billet, on me prévient qu'il y a plusieurs animations géniales cette après-midi. Je suis tout excité à l'idée d'en savoir d'avantage. J'entends par ci et par là que dans l'ailes consacrées aux requins, un animateur va nourrir les requins devant les spectateurs. Je n'ai jamais vu pareil divertissement auparavant. Il faut absolument que j'y assiste. Je suis donc la foule et me dirige là où mon cœur me mène. Je me retrouve dans une salle immense entouré d'aquariums gigantesque. Il y a vraiment beaucoup de monde. C'est le soucis d'aller dans un lieu public couvert un dimanche pluvieux. L'animation a déjà débuté depuis quelques minutes si je suis mon intuition. Je ne vois qu'à peine l'animateur en question. Je l'entend parler de loin, assez pour en conclure qu'il s'agit d'une animatrice en réalité. Mais je ne reconnais pas sa voix. Je tends attentivement les oreilles pour écouter ce qu'elle dit. Elle parle de ce que mange les requins. J'entends crustacés, mollusques de tout genre, du poulpe, seiche, calmar, bivalves et gastéropodes, mais aussi des échinodermes , surtout les oursins. Elle précise que les requins ne se nourrissent pas des humains, que c'est une fausse idée répandue. Et je suis bien d'accord avec elle. Et puis elle propose une idée folle. Une occasion inopinée. Nourrir les requins avec elle. Pas d'enfant, un adulte de préférence. Je ne peux pas rater ça. On est pas beaucoup à lever la main pour être désigné. Faites que ce soit moi, je veux nourrir les requins. Il faut être taré pour vouloir ça, mais les autres ne se rendent pas compte de l'occasion que c'est. C'est pas tous les jours qu'on vous propose ça. Je ne vois toujours pas le visage de l'animatrice, mais il faut qu'elle me voit. Je me mets sur la pointe des pieds, et je continue d'agiter la main. Je suis comme un enfant. Je la vois à présent l'animatrice, je la fixe des yeux. Je ne l'avais jamais vu auparavant à l'aquarium. C'est peut-être une nouvelle. Un moment j'ai eu peur que ce soit Soana, mais mes craintes se sont finalement envolées. « Le monsieur avec le béret au fond de la salle ! » C'est moi, c'est moi le monsieur au béret. Je souris à pleines dents. Je suis vraiment heureux. « Rejoignez moi là-haut, un collègue va vous escorter. » La foule se disperse.

Je suis la personne en question, on emprunte une échelle, puis on se retrouve dans une salle au dessus du grand aquarium. Je regarde un instant l'animatrice, partagé entre excitation et appréhension. Je vais nourrir des requins, bon sang. Je jette un œil aux poissons sous nos pieds. L'animatrice s'adresse une nouvelle fois à moi. « Je vais vous laisser en compagnie de ma collègue pour la suite de l'animation. Elle sait mieux y faire que moi avec les requins. » S'est-elle exclamée en me souriant de façon bienveillante. Je tourne les yeux vers l'acolyte en question. Et là c'est la douche froide. Parce que la fameuse collègue n'est autre que Soana. Je détourne le regard automatiquement. L'espace d'un instant je l'avais totalement effacé de mes pensées. Et pourtant elle est là, juste à côté de moi. Ça paraissait évident que ça allait être elle. Je lui adresse un petit sourire gêné. « Hm, salut. » Je n'ose poser les yeux dans les siens. « Je dois avouer que c'était pas vraiment ce que j'avais prévu en me portant volontaire pour l'animation. » Ai-je ajouté tout en me grattant l'arrière de la tête, expression évidente de mon malaise. Je m'exprime avec une certaine distance et une froideur qui remémore assez facilement les événements du rendez-vous qu'on a eu elle et moi. Et j'ai soudainement peur que Soana se serve de moi pour nourrir ses requins. Ça serait de bonne guerre vu la façon dont s'est déroulé notre rencard. J'ai été sévère, froid, désagréable ce soir-là. Très loin du gentleman que ma mère m'a appris à être pourtant. Ça avait été inacceptable. Et j'espère que Soana ne m'en fera pas payer les pots cassés aujourd'hui, parce que finir en friture pour poissons, ce n'est pas exactement le projet de vie que j'avais envisagé.


@soana m. golvat
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
First impressions never have a second chance, except when fate steps in. ☆ (Soana)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster
» mon RP donnez vos impressions :)
» II,2. défilé - impressions tributs
» STONEHENGE
» II,2. défilé - impressions mentors/hôtes/équipes
» Premières impressions ... et main trempée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-