Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Chinese New Year !
Venez célébrer le Nouvel an Chinois, avec le Magic Lantern Festival, par ici.
Instaparty n°6 : #ChineseNewYear.
Rendez-vous par ici pour la nouvel Instaparty. Faites-nous partager vos plus belles photos.
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


There is something more than pride behind this jealousy

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 224
» Avatar : Alexander Skarsgård
» Âge : 38 ans (12/12/1979)
() message posté Dim 17 Déc - 15:13 par Reid D. Lloyd


There is something more than pride behind this jealousy

ft. Keith & Reid



La réponse totalement désintéressée et détachée de Keith agaça encore un peu plus l'homme d'affaires. Pourquoi ça serait une blague ? Il se foutait sérieusement de sa gueule ou n'en n'avait-il simplement rien à foutre ? Peut-être les deux, assurément même. Bien sûr l'excuse de son chien était un chouette prétexte, mais il n'était tout de même pas suffisamment idiot pour ne pas se rendre compte que le blond ne tolérait que trop mal de se retrouver laissé en plan tout ça parce-que l'ex du brun venait chercher quelques affaires dans son appartement. Alors oui, il devait juste se foutre royalement de leur situation. Et ce fait ne fit que rendre l'Américain un peu plus mauvais ; ironique quand on se rappelait que c'était lui qui lui avait dit qu'il n'y aurait rien de plus, qui lui avait demandé de ne pas s'attacher et ne lui avait promis aucune relation de couple. Toujours plus excédé par sa possessivité maladive, il n'avait retenu un soupir qui montrait clairement qu'il tentait de contenir sa colère.

Ne mâchant qu'à moitié ses mots, le blond avait enfin réussi à capter l'attention de son cadet ; et ça aussi, ça passait difficilement, cette attitude qu'il venait l'avoir de faire comme s'il ne l'entendait pas et qu'il lui balançait des banalités sur la pluie et le beau temps. Non. Quand Lloyd parlait on écoutait, surtout quand il s'agissait de reproche et qu'il était à deux doigts de monter dans les tours. Tant pis si le brun prenait cela pour de l'agressivité gratuite ou mal placée, il ne le connaissait de toute façon pas suffisamment pour savoir que cette colère n'était autre qu'un moyen de se protéger de son propre ressenti et faire comme s'il n'était pas atteint ou peiné par cela. Quand enfin l'employé de la BBC avait levé son regard vers lui, Reid avait gardé cet air condescendant et coléreux. Expression qui ne s'estompa absolument pas au fur et à mesure des mots du Gallois. Il le prenait littéralement pour un imbécile. Inspirant profondément d'un air mauvais, l'aîné n'avait pas retenu des mots secs. « Inutile de répéter tes mots, Keith, je ne suis pas con. » S'il avait pris un peu de recul sur la situation, peut-être se serait-il rendu compte que la situation s'envenimait pour rien, qu'il se montait la tête et que le moment était mal choisi pour entrer dans une telle conversation mais le blond était le genre de personne et rester longuement focalisé sur sa propre colère, ne voyant ainsi plus ce qui pouvait blesser ou non ses pairs. Et de toute façon, c'était lui qui choisissait le moment d'en parler, et c'était maintenant, tant pis si ça ne convenait pas au brun.

Peu à peu, le ton du brun était également monté, fait qui ne plaisait clairement pas à l'aîné. On ne montait pas le ton avec lui, on ne le prenait pas de haut de la sorte en le prenant pour le dernier des crétins qui ne comprenait rien à rien. Serrant les dents, il le toisait toujours de ses deux orbes lourds de supériorité et légèrement assombris par cette colère qui montait de plus en plus. Et le Gallois soutenait toujours son regard, ses joues n'étant pour une fois par empourprées de rouge, comme si la colère l'aidait à prendre le dessus sur cette gêne habituelle. Si Reid avait par moments besoin qu'on lui rabatte le caquet pour ne pas écraser totalement les personnes en question, il ne se laissa pour le coup pas berner par ses prunelles bleues, secouant simplement la tête à ses propos. Bien sûr, ses justifications était valables, légitimes, mais les choses passaient bien plus difficilement quand le trentenaire était piqué à vif dans sa fierté et cette possessivité qu'il ne contrôlait que trop mal. Pourquoi s'était-elle invitée dans la partie d'ailleurs ? Certes, il l'était plus ou moins en fonction du degré d'importance de chacun mais il avait lui-même affirmé à Keith qu'ils n'étaient pas ensemble et qu'il devait faire sa vie alors quoi ? C'était d'une contradiction hors norme et pourtant il ne parvenait pas à ôter ce ressenti de son esprit, ressenti qui ne faisait qu'accentuer son agacement envers sa propre personne. Un cercle vicieux dont le brun devait malheureusement en pâtir.

Et voilà qu'il se mettait à lui donner un ordre, fait qui fit froncer le nez à l'aîné d'un air toujours aussi mauvais alors que ses poings venaient de se serrer à l'instar de sa mâchoire. Dieu qu'il avait envie de le secouer, lui dire de dégager et le foutre dehors en le traînant par le bras. Refermer la porte derrière lui, cette porte entre eux, et ne plus l'ouvrir. Sans doute aurait-ce été la meilleure solution, mais le blond ne parvenait pas à s'y résigner, évidence qui le bloqua net. Keith était venu directement chez lui après sa rupture, il avait depuis passé de nombreuses nuits à la maison et ils passaient plus de temps ensemble que de simple plans cul. Et voilà que lui-même ne pouvait se résigner à le dégager tout bonnement ? Les justifications du Gallois avaient fini par lui passer dessus, ne laissant que cette prise de conscience que oui, cette situation était bien trop ambiguë et qu'il s'attachait bien trop, s'était trop rapidement attaché à sa présence, bien plus qu'il ne l'aurait dû.

Revêtir ce masque d'indifférence pour ne pas laisser entrevoir quel était le réel problème, celui qui était clairement que oui, il était jaloux et ne parvenait pas à prendre de la distance. Mais il était bien trop fier pour le balancer de la sorte, d'autant plus si le brun était à mille lieues d'imaginer ce fait. Ne retenant alors pas une expiration lourde de dédain, il avait à nouveau secoué la tête. « Je ne vais pas venir avec toi et croiser ce type. Tu n'as aucun compte à me rendre, fais donc ce que tu veux » avait-il balancé sur un ton franchement amer avant de se détourner du plus jeune pour reprendre la direction du salon. Faire comme si de rien n'était, comme s'il s'en fichait et qu'il s'était emballé pour rien, en espérant que le plus jeune ne soulève pas le cœur du problème et sorte de la maison sans un mot de plus.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 325
» Avatar : Chris Wood
» Âge : 32 ans et toutes ses dents.
» Schizophrénie : Euuh.. non ?
() message posté Lun 18 Déc - 17:55 par Keith Bradley
There is something more than pride behind this jealousy
ft. Reid and Keith

Le brun n'y comprenait vraiment rien. Il avait juste l'impression d'avoir loupé un épisode et il n'y croyait pas vraiment. Mais oui, Reid avait vraiment l'air "énervé" par cette situation et par le fait qu'il doive retourner chaperonner chez lui. Il ne voulait juste pas qu'on lui prenne son chien ! Il avait bien le droit de faire ce qu'il voulait ? Cette discussion commençait à le gonfler, un peu, mais il était inutile qu'il s'énerve. Déjà qu'il avait vraiment passé une journée de merde, qu'il n'avait pas pu se détendre tranquillement chez lui avec du chauffage, voilà que maintenant il ne pouvait même pas se détendre avec Reid. Ça l'énervait. Et il n'arrivait même pas à comprendre la réaction complètement abusé du blond, donc ça n'aidait en rien la situation. Il pouvait voir que le PDG était vraiment énervé et ça l'énervait aussi d'ailleurs. Ce ton sur son visage, il n'aimait pas ça. D'autant qu'il avait l'impression d'être le fautif dans l'histoire alors que ce n'était pas du tout le cas ! Plus énervant que ça, non, c'était impossible. Et puis le fait que Reid dise "je ne suis pas con" sous-entendant que le brun le prenait justement pour un con, ne passait pas du tout. Et puis quoi encore ? Keith n'avait clairement pas que ça à faire. Il lui donnait des arguments mais il n'avait même pas l'impression que ça marchait alors qu'il n'aurait même pas dû en donner tant la situation parlait d'elle-même. Si Julian était encore dans sa tête, les choses ne se seraient clairement pas passé comme ça et il ne serait même pas en présence de l'homme d'affaires à ce moment précis. Était-il stupide ? Julian venait chercher des affaires, parce qu'il partait, parce que lui et Keith n'étaient plus ensemble. C'était vraiment énervant, trop pour lui qui était calme la plupart du temps et qui s'énervait vraiment que très rarement.

Et puis ce soupir lourd de dédain. Horrible. Il détestait ça plus que tout. Il avait presque l'impression que Reid le faisait exprès, alors qu'il ne savait même pas que Keith détestait ce soupir qu'il pouvait avoir parfois ! Le fait d'être énervé, pour rien en plus de ça, c'était le pire, faisait en sorte qu'il n'eût pas envie de mâcher ses mots. Reid voulait être insupportable, pour rien, très bien, Keith allait faire pareil. Sauf qu'en le voyant partir et lui tourner le dos, disant qu'il ne l'accompagnerait pas, Keith se résigna. Il était énervé, toujours, mais maintenant il se sentait vraiment coupable. C'était ridicule tout ça ! Il allait seulement partir une bonne demi-heure, alors pourquoi réagir de la sorte ? Il en avait marre de tout ça et de se laisser presque attendrir par Reid en ayant l'impression qu'il était le fautif alors que ce n'était pas le cas. Il poussa à son tour un soupir. «Reid...» avait-il appelé avec un ton las. Quitte à ne pas partir parce qu'il était en "conflit" avec le blond, tant pis. Il était hors de question que ça se passe comme ça pour quelque chose d'aussi stupide. Suivant finalement le plus grand, il le trouva dans le salon. Un air presque attristé sur le visage, mais les sourcils également froncés, il poussa de nouveau un soupir, mais en face du blond cette fois-ci.

«Sérieusement ? Pourquoi tu réagis comme ça ?» avait demandé le brun en se calmant légèrement. Ça ne servait finalement à rien de s'énerver, ça n'arrangerait probablement rien à la situation. Au moins il avait la preuve que Reid pouvait l'énerver pour rien et ça prouvait qu'il comptait un minimum, sinon le trentenaire ne serait probablement pas dans cet état à cause de la réaction de l'aîné. «Je veux dire... c'est quoi le problème exactement ? Nan parce que j'essaye de comprendre pourquoi tu veux pas que j'y aille et pourquoi t'as cette.. réaction digne d'un type jaloux.» Keith prit une profonde inspiration. Il ferma les yeux. «Je dis pas que tu es jaloux, je sais que tu l'es pas.» puis il poussa une nouvelle fois un soupir avant de tourner le dos au blond, passant une main dans ses cheveux avant que celle-ci ne passe sur son visage de façon las. Il se retourna vers lui finalement. «Tu veux pas venir ? Eh ben tu viendras quand même. Comme ça tu vas comprendre que je ne suis pas perdu, que ce type n'est plus rien pour moi et que c'est nécessaire que je chaperonne. Je veux pas que tu penses des trucs ridicules comme ce que tu m'as sorti y a deux minutes en m'accusant d'être encore perdu dans ma tête alors que c'est pas le cas.», il sur réagissait, c'était un fait, mais tant pis, au moins Reid aller comprendre qu'un Keith énervé pouvait être très gonflant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 224
» Avatar : Alexander Skarsgård
» Âge : 38 ans (12/12/1979)
() message posté Mar 19 Déc - 0:45 par Reid D. Lloyd


There is something more than pride behind this jealousy

ft. Keith & Reid



Ayant quitté la pièce, le trentenaire n'avait pas pris la peine de se retourner lorsque son cadet avait prononcé son prénom. Mieux valait qu'il ne voit pas la déception qui se mêlait doucement à la colère dans ses deux orbes clairs, et Reid le savait, s'il se risquait à planter son regard dans celui de son cadet il risquait fort d'exploser et de ne plus tenir ce pseudo masque d'impassibilité. Alors oui, pour le coup, l'ignorance et l'indifférence étaient les meilleures options, pour lui, même si elles étaient sans doute toutes aussi blessantes pour le plus jeune que le dédain perceptible dans son ton. Cela pouvait clairement s'apparenter à de la fuite, fait absolument pas commun chez le PDG, mais il devait se protéger avant toute chose, et le fait qu'il monte dans les tours de la sorte pour une telle broutille avait tiré une sonnette d'alarme dans son esprit, lui faisant prendre conscience qu'il s'était déjà trop dangereusement attaché au Gallois. Ne retenant pas un nouveau soupir à la fois agacé et résigné, il s'était tourné vers le plus jeune en percevant ses pas derrière lui, tentant au mieux de garder cet air hautain et presque rabaissant pour la personne d'en face. Le voir ainsi devait assurément être bizarre pour Keith à qui il n'avait jusqu'alors quasiment montré que ses bons côtés. Il voyait désormais l'envers du miroir et les deux points noirs qui composaient le caractère du blond : cette possessivité et la colère protectrice qu'il endossait comme une armure, relevant ainsi les barrières entre lui et le reste du monde.

S'il avait préféré que Keith s'en aille directement pour ne pas avoir à se justifier de quoi que ce soit, ce dernier n'en fit cependant rien, le questionnant alors sur sa réaction. À sa première question l'Américain ne répondit rien, se contentant de le toiser de cet air supérieur, les poings serrés au fond de ses poches. Il ne lui répondrait pas. Pour la simple et bonne raison qu'il ne se voyait clairement pas lui balancer qu'il réagissait de la sorte parce-qu'il était déçu, parce-qu'il avait espérer pouvoir passer cette soirée avec lui, au calme, et avoir l'exclusivité sur sa personne. Parce-que tout le problème était là : il ne l'avait pas. Mais il avait bien conscient que sa réaction était démesurée, cependant, Lloyd ne faisait jamais dans la mesure quand sa possessivité s'immisçait dans la partie, et tant pis s'il était trop étouffant voire blessant. Difficile de passer outre un défaut bien ancré depuis près de quarante ans et accentué justement parce-que le seul homme qu'il avait réellement aimé dans sa vie avait trahi la confiance qu'il lui avait accordée. Mais ça non plus, Keith n'avait pas besoin de le savoir. Et se rendre compte que s'il réagissait ainsi c'était parce-qu'en effet il s'était attaché le bouffait, littéralement, lui qui s'était pourtant promis de garder ses distances. Et voilà qu'il se prenait un premier revers de cet attachement, revers qu'il ne gérait que trop mal, amenant cette colère gratuite. Une personne normale aurait discuté calmement, aurait mis des mots sur ce qu'elle ressentait pour expliquer la situation à l'autre ; Reid, lui, était incapable d'admettre quoi que ce soit, surtout pas ce fait, et encore moins ''calmement''.

Quand l'employé de la BBC repris la parole, l'aîné inspira à nouveau d'un air relativement mauvais, tout pour se donner une contenance et, machinalement, sa mâchoire se crispa quand son amant mis sur le tapis cette réaction digne d'un type jaloux. Là, ils y étaient. À croire que Reid n'avait pas laissé tomber suffisamment tôt pour que son cadet n'en vienne pas à cette éventualité. Le fait qu'il affirme par la suite qu'il savait qu'il ne l'était pas n'était même pas parvenu jusqu'à l'esprit de l'homme d'affaires, bien trop piqué à vif qu'il ait mis précisément le doigt sur le cœur du problème. Sans doute Keith ne s'en était-il même pas rendu compte, avançant simplement cette éventualité parce-qu'elle était la plus ''logique'' sans se douter qu'il avait tapé en plein dans le mille. « Arrête d'essayer de comprendre » avait-il lancé sur un ton franchement froid mais relativement bas. Mieux valait que le brun s'arrête là en effet, qu'il laisse tomber et qu'ils fassent comme si de rien n'était, qu'il arrête de creuser avant que l'aîné ne laisse simplement tomber les barrières et lui crache à la figure les foutues raisons de sa réaction démesurée.

Mais une nouvelle fois encore, le brun n'en resta pas là. Profitant qu'il lui ait tourné le dos pour réfléchir, faire le vide dans sa tête et laisser de côté cette déception grandissante, Reid fronça les sourcils quand il se tourna à nouveau vers lui. Il viendrait quand même ? Certainement pas. Attendant qu'il ait terminé de parler, se sentant de plus en plus excédé et coléreux à chaque mot, le blond avait sorti les mains de ses poches, se mettant à faire les cents pas dans la pièce, s'éloignant ainsi du Gallois avant de s'arrêter et le regarder. L'air toujours aussi mauvais, cette colère mêlée à une certaine peine dans son regard, et les mots du plus jeune qui tournaient en boucle dans son esprit quand à cette jalousie. Stop. « Je vais t'apprendre quelque chose, Keith : je suis ce genre de type jaloux et doté d'une putain de possessivité maladive, mais à aucun foutu moment t'es capable de te dire que si je réagi de la sorte c'est parce-que comme un con j'ai fini par m'attacher à toi bien plus que je ne l'aurai dû ?! » Les mots avaient fusé sans qu'il n'y réfléchisse réellement, et son ton était peu à peu monté, amenant une nouvelle fois cette colère protectrice. Il avait exprimé le cœur du problème, cet attachement nouveau qu'il ne tolérait trop mal. Sans doute que s'il n'avait pas cette crainte constante des sentiments, les choses auraient été bien plus simples, mais son passif ne lui permettait aucunement d'accepter un tel attachement, et le brun le découvrait à ses dépens.

Après quelques secondes de flottement, le trentenaire avait secoué la tête en soupirant, se rendant peu à peu compte du semi-aveu qu'il venait de balancer sous la colère. Levant sa main d'un air totalement excédé, il n'avait rien ajouté de plus, la laissant simplement retomber en tournant le dos au brun, plantant son regard au travers de la baie vitrée sur la pelouse éclairée de faibles lumières solaires. Croisant ses bras, il inspira profondément une nouvelle fois. « Cette discussion est terminée. Vas-y si tu veux mais je ne viendrai pas avec toi. » Clore la discussion pour ne pas risquer d'en dire trop, d'avoir à lui parler de lui, de pourquoi ça faisait aussi mal de sentir que peu à peu il s'habituait à lui, qu'il comptait plus qu'il ne l'aurait dû. Reid était peut-être dur, mais c'était sa manière de se protéger, se protéger pour ne pas être blessé une nouvelle fois au point d'être à nouveau démuni comme un gosse à ramasser les foutues miettes de son cœur qui ne ferait que s'endurcir et se fermer encore plus. Mettre de la distance et se fermer, se montrer comme le connard qu'il était pour que le plus jeune ne puisse entrevoir qu'au fond les choses étaient bien différentes, bien plus fragiles. Restait plus qu'à espérer qu'il ne tente pas une approche, parce-qu'il céderait, encore, et ne ferait que s'habituer un peu plus à lui.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 325
» Avatar : Chris Wood
» Âge : 32 ans et toutes ses dents.
» Schizophrénie : Euuh.. non ?
() message posté Mar 19 Déc - 21:11 par Keith Bradley
There is something more than pride behind this jealousy
ft. Reid and Keith

Ne pas comprendre ? Arrêter d'essayer ? Et puis quoi encore ? Keith pouvait être très persévérant sur certains trucs et là il avait clairement envie de l'être, même s'il y avait aussi ce petit stress qui commençait à grandir au fur et à mesure des minutes qu'il passait en plus chez Reid. Parce que Julian allait arriver, qu'il ne serait pas là et qu'en arrivant il ne reverrait peut-être plus son chien ; c'était hors de question, il ferait tout pour empêcher ça. Mais en même temps il ne voulait pas couper la conversation pendant un moment pareil. Pas alors qu'il était peut-être sur le point de comprendre justement, pourquoi Reid avait réagi de la sorte et pourquoi il continuait à se fermer comme ça. Parce que le brun avait presque le sentiment qu'il était en train de se fermer petit à petit et ça il ne le voulait pas. Trop de choses étaient arrivés ces dernières semaines pour que tout s'arrête comme ça. Il était attaché au blond, il l'avait bien compris, Reid ne voulait pas d'une relation de couple, tant pis mais ça n'empêchait le trentenaire de pouvoir profiter de ces moments avec lui, même s'il y avait ce doute qu'il les partageait aussi avec quelqu'un d'autre et ça l'énerver de penser à ça. Il était du genre jaloux, même avec ses amis, alors avec Reid qui était presque plus qu'un ami mais pas plus en même temps, c'était forcément compliqué. Plus compliqué que n'importe quelle autre situation d'ailleurs, il s'en rendait compte. Tout s'était terminé avec Julian et maintenant il y avait ça, comme s'il ne pouvait pas avoir une vie tranquille pendant au moins une petite semaine. Ça faisait de l'animation, pour sûr, mais il s'en serait bien passé aussi.

Puis ce ton froid avec lequel Reid balançait ses paroles ça avait le don de l'agacer encore plus alors qu'il voulait juste comprendre, juste ça. Peut-être qu'il avait parlé avec agressivité aussi, c'était un fait, mais en même temps l'homme d'affaires ne lui avait pas laissé le choix non plus. Ça l'énervait. Il ne cesserait probablement pas de se le dire avant que la situation ne s'arrange. Si elle s'arrangeait, il avait justement peur que ça ne s'arrange pas. Une boule de stress se forma alors dans son ventre, déjà qu'il y avait l'angoisse de devoir revoir Julian, si en plus de ça Reid y mettait son grain de sel ça n'allait clairement pas le faire. Avoir une journée de merde n'avait donc pas suffit ? Il fallait que le destin s'abatte encore un peu plus sur lui. Cet air mauvais que porter Reid ne lui allait pas du tout, il n'aimait pas ça, parce qu'il ne l'avait pas encore vu comme ça, jamais. Et ça avait le don de l'inquiéter encore un peu plus, le faisant légèrement panique sur ce qu'il allait dire. Si habituellement Reid l'intimider dans le bon sens du terme, c'était clairement le contraire à l'instant. Il ne se sentait pas aussi bien que ça. Et il aurait clairement préféré qu'ils passent une soirée dans le canapé du blond à regarder un de ces films qu'ils adoraient tous les deux. Puis ses mots tombèrent, laissant Keith complètement con. Il n'avait même pas eu le temps d'analyser tout ce que venait de dire le PDG. Il avait à peine le temps d'y réfléchir d'ailleurs, même s'il avait bien compris l'idée principale de ses paroles. Il tenait à lui. C'était de la jalousie, clairement. Il était possessif, bien. Et si en un sens tout ça aurait pu le rassurer, le ton avec lequel Reid avait employé ses paroles le faisait plus flipper qu'autre chose, comme si le plus grand s'en voulait pour tout ça.

Baissant les yeux, Keith avait poussé un soupir si discret qu'il n'était même pas sûr que Reid l'ait entendu. Ses bras maintenant le long de son corps, il avait commencé à jouer avec les manches de son pull par anxiété. Ça prenait presque des proportions trop grandes et pour presque pas grand-chose en plus de ça. Reid avait la fierté la plus mal placée qu'il ne l'avait jamais vu, mais il ne pouvait pas lui en tenir rigueur plus que ça, il était comme ça et même s'il avait l'impression de découvrir un autre côté du blond, il ne pouvait pas non plus le repousser, parce qu'il n'en avait pas envie. C'était difficile et il avait besoin d'y réfléchir, ou pas, agir sur le coup, lui dire ce qu'il pensait, il n'en savait rien. Il était paumé, encore une fois, pour ne pas changer. Il ne pourrait jamais se refaire de toute façon. Il releva la tête vers l'homme d'affaires à ses nouvelles paroles. Discussion terminée ? Oh que non, il était hors de question que ce soit terminée, loin de là, ça ne faisait que commencer. Reid venait tout juste de dire qu'il "tenait à lui", du moins c'était ce qu'il avait compris. Hors de question qu'il se ferme maintenant. Il secoua la tête, sans qu'il ne puisse le voir. «Non, la discussion n'est clairement pas terminée. Loin de là.» il fit quelques pas vers Reid. Il avait repris un ton plus calme, c'était inutile de s'énerver maintenant. «Parce que tu crois que t'es le seul à t'attacher ? Que t'es le seul assez "con" comme tu le dis ? Bah non. Autant être honnête. Mais je suppose que t'y a pas vraiment réfléchi... j'en sais rien en fait, vu que je sais pas ce que tu penses.» poussant un nouveau soupir, Keith se retourna, se dirigeant vers la sortie. «J'aurais préféré que tu viennes, pour info. Mais tant pis. Et quand je reviendrais on reprendra cette conversation, que tu sois au lit ou pas.» avait dit le brun avec un ton calme avant d'aller vers l'entrée et de sortir. Il espérait surtout avoir un bus à cette heure-là.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 224
» Avatar : Alexander Skarsgård
» Âge : 38 ans (12/12/1979)
() message posté Mar 19 Déc - 22:32 par Reid D. Lloyd


There is something more than pride behind this jealousy

ft. Keith & Reid



Toujours debout devant la baie vitrée, les bras croisés et les poings serrés, l'homme d'affaires fixait un point abstrait au dehors, tentant au mieux de garder son calme mais surtout de faire taire ses pensées qui l'angoissaient autant que le mettaient en colère. Il s'était attaché oui, comme un foutu imbécile, il s'était laissé prendre à son propre jeu et maintenant voilà qu'il craignait que le plus jeune lui échappe, qu'il ne se rende compte que ce Julian comptait encore, ou que l'autre essaye de le récupérer. Et lui se retrouverait à nouveau comme un con à essuyer une déception. Elle serait la première depuis qu'il avait décidé de ne plus s'attacher, mais elle serait également la dernière, il s'en faisait la promesse. Pour l'instant cependant, il peinait à réellement se fermer, sachant pertinemment qu'il surréagissait mais Reid n'avait jamais été doué pour gérer ses sentiments, encore moins lorsqu'il devait mettre des mots dessus. Pouvait-il d'ailleurs réellement parler de sentiments ? Il n'en savait rien, sans doute un peu au vu de sa réaction, mais il n'était pas encore suffisamment attaché au brun pour ne pas se remettre d'un potentiel abandon. Il passerait outre et continuerait sa vie, comme si rien n'était arrivé.

S'attendant à ce que le plus jeune s'en aille, il n'avait pu s'empêcher de fermer les yeux quelques secondes en soupirant alors qu'il affirmait que non, la discussion n'était pas terminée. Têtu en plus de ça, à croire qu'ils faisaient bien la paire. Mais le PDG détestait plus que tout que l'on joue à ce petit jeu avec lui, c'était lui qui avait le dernier mot, et personne d'autre, sauf que ça, Keith n'avait pas l'air de l'avoir compris. S'apprêtant à reprendre la parole en restant toujours dos à lui, il fut coupé par les nouveaux mots du Gallois qui semblait un peu plus calme, ayant même une pointe de résignation dans la voix. Serrant les dents en restant attentif, il inspira une nouvelle fois. Bien sûr qu'il y avait réfléchi, qu'il s'était rendu compte que son cadet s'attachait lui aussi. Il avait clairement perçu certains regards significatifs, ces regards qui n'étaient pas destinés à un simple ami, ni même un simple ''plan cul'', mais Keith ne pouvait pas comprendre. Il ne pouvait pas comprendre à quel point éprouver un quelconque attachement de ce type était douloureux pour l'homme d'affaires, à quel point il avait peur, et que cette angoisse lui faisait complètement perdre ses moyens, la seule solution à cela étant cette colère dans laquelle il se renfermait. Fermant à nouveau les yeux, Reid ne disait toujours rien, bien conscient qu'en effet, il était quasiment impossible de savoir ce qu'il pensait sans le connaître sur le bout des doigts ; seuls Raven et Ethan en étaient capables, mais Keith n'était ni l'un ni l'autre.

Et le Gallois reprit en affirmant qu'il aurait préféré qu'il vienne, annonçant qu'ils poursuivraient cette discussion lorsqu'il serait revenu. Se contentant d'un simple « ok », Reid ne s'était toujours pas retourné, sachant pertinemment que ses deux orbes devaient être bien trop expressives pour l'instant pour qu'il se risque à croiser le regard du plus jeune. Et il l'entendait s'éloigner, jusqu'à ce que le claquement de la porte d'entrée laisse la maison dans un silence franchement pesant. Silence qui lui arracha un nouveau soupir bien plus résigné. Pourrait-il seulement faire preuve de calme quand le brun reviendrait ? Sans doute pas, toujours pour cette raison d'angoisse qui le rongeait littéralement. Mais il ne pouvait décemment pas le laisser partir seul comme ça ; il était tard, et il se retrouverait seul avec ce type... qui peut-être voudrait en effet le récupérer. Ce n'était pas acceptable.

Se détournant rapidement de la fenêtre, le PDG récupéra sa veste dans l'entrée ainsi que les clés de son véhicule et rejoignit le garage avant de s'engouffrer dans son véhicule. L'arrêt de bus était à environ trois minutes à pieds et, par chance, il arriva à la hauteur de Keith avant que celui-ci n'y soit. Stoppant la Camaro juste à côté, il s'était penché pour ouvrir la portière passager. « Monte » avait-il simplement lancé sur un ton toujours aussi fermé, patientant désormais à ce qu'il le fasse. Et le trajet jusqu'au domicile du plus jeune s'était déroulé dans un silence franchement lourd. L'Américain ne parlait pas, trop peu envieux de s'emporter là alors qu'il se concentrait sur la route. Il n'avait de toute façon aucune envie d'aborder le sujet encore et encore, même s'ils devraient le faire, mais pour l'instant il n'avait juste pas envie de laisser Keith vagabonder dans les rues jusqu'à chez lui ni même de le laisser seul avec cet homme avec qui il avait partagé sa vie durant plusieurs années. Tant pis si ça ne passait pas, s'il se montrerait exécrable avec ce Julian ; Keith avait préféré qu'il vienne ? Soit, qu'il assume.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 325
» Avatar : Chris Wood
» Âge : 32 ans et toutes ses dents.
» Schizophrénie : Euuh.. non ?
() message posté Mer 20 Déc - 16:26 par Keith Bradley
There is something more than pride behind this jealousy
ft. Reid and Keith

En ouvrant la porte Keith s'était pris le vent froid provenant de l'extérieur. Pas étonnant, c'était bientôt l'hiver, mais avec ce qui venait de se passer il était clairement soûle d'en plus devoir marcher dans le froid. Il se sentait ridicule. Tout seul, comme ça, gelé. En même temps il l'avait bien cherché, il avait décidé d'aller jusque chez lui pour être sûr que Julian ne prenne pas des choses qui n'étaient pas à lui. Il lui dirait de toute façon, que ce n'était clairement pas une heure pour venir chercher ses affaires, que ça le gavait clairement et qu'il avait détruit ses chances de passer une bonne soirée, surtout avec la réaction de Reid. Parce que si le blond était fautif par rapport à son énervement, c'était quand même Julian qui avait été l'instigateur de tout ça, involontairement oui, mais lui quand même. Encore après leur rupture il continuait à le faire chier, c'était dingue. Mais il ne reviendrait pas chez Reid, non, le stress de voir son ex repartir avec son chien était bien trop fort, puis l'homme d'affaires n'allait pas partir de chez lui comme ça, du moins il l'espérait. De toute façon ils avaient une discussion à terminer et Keith ne lâcherait pas l'affaire cette fois-ci. Il l'avait déjà fait par le passé, préférant ne pas trop s'imposer auprès Reid mais c'en était trop, il en avait marre de cette espèce de manque de communication. En pensant comme ça il avait presque l'impression de se prendre la tête par rapport à son couple, alors que ce n'était même pas le cas. Voilà ce qui le gonflait encore plus ! Reid lui faisait une crise de jalousie alors qu'ils n'étaient même pas ensemble, parce qu'il ne le voulait pas, soit, mais qu'il ne fasse pas de crise dans ce cas. Keith aussi était jaloux pour certaines choses, parfois pour rien aussi, mais il ne disait que dalle, parce qu'ils n'étaient pas ensemble.

Marchant pour arriver à l'arrêt de bus qui n'était pas si loin que ça de chez Reid, il espérait juste qu'il n'ait pas à attendre trop longtemps... parce qu'il faisait froid et qu'il n'avait pas envie d'attendre dans le froid après une journée de merde. Le brun avait alors poussé un long soupir. Il avait ensuite pris son téléphone, se doutant qu'il n'aurait probablement aucun message de Reid. Surprise : Julian venait de lui envoyer un message disant qu'il était en train d'attendre dans le bâtiment. Il patienterait. Nan mais comment faisait-il pour être aussi rapide ? Il avait dû prévoir son truc avant et Keith s'était juste laissé surprendre alors que l'autre était prêt bien avant. Il poussa un nouveau soupir. Une voiture s'arrêtant à sa hauteur, il reconnut immédiatement celle de Reid. N'affichant aucunes réelles émotions, quand bien même il était content intérieurement, il monta côté passager avant que Reid ne redémarre en direction de son appartement, qui devait d'ailleurs être glaciale. Il s'inquiétait clairement pour Whisky. Et maintenant il s'inquiétait aussi pour la rencontre Reid/Julian, sauf si Reid décider de rester dans sa voiture, il ne lui en voudrait pas mais quand il lui avait dit préféré qu'il vienne c'était avant tout pour qu'il l'accompagne à l'intérieur. Il attendait de voir. Ne prononçant aucun mot pendant le trajet. Il n'y avait pas grand-chose à dire pour le moment, il préférait parler une fois que tout ça serait passé et qu'ils seraient au calme chez le blond.

Descendant de la voiture une fois qu'ils furent arriver et que Reid avait trouvé une place, Keith appréhendait de plus en plus. Ses clés dans ses mains, les faisant tourner autour de son index, il entra dans le bâtiment, tombant directement sur Julian avec deux gros sacs dans les mains et un sur le dos. «Salut.» avait dit son ex. Restant un peu con, le brun avait tourné la tête vers Reid puis avait à nouveau fixé Julian. «Salut.» avait-il répondu avant de monter vers son appart. Il n'avait clairement pas envie de parler pour rien dire et de faire l'hypocrite, il ne voulait pas voir Julian, surtout pas ce soir alors autant lui montrer. Il ne taperait pas la discut avec lui non plus, parce qu'il n'en avait pas envie également. «Ça va ?» avait demandé son ex. Poussant un soupir, Keith avait juste ouvert la porte de l'appart. «Eh ben disons que tu m'as un peu gâché ma soirée mais bon...» avait-il dit histoire de lui faire comprendre que non, ça n'allait pas et que ce moment allait probablement être très long et éprouvant pour lui. «Pas la peine de prendre ce ton, j'ai le droit de récupérer mes affaires, non ?», Keith avait juste acquiescé, n'ayant pas du tout envie de déblatérer trois heures sur le sujet. Julian s'attardant rapidement sur Whisky, il était parti vers la chambre. Keith s'était servi un verre d'eau. «Tu veux quelque chose ?» avait-il demandé à Reid.

Julian revenant quelques minutes plus tard dans le salon, il cherchait quelque chose dans les tiroirs de la commode de l'entrée. «Au fait, pour Whisky ?», fronçant les sourcils, Keith avait tourné sa tête vers lui. Voilà qu'ils y étaient. «Je retourne chez mes parents, ils ont un jardin, ce sera clairement mieux qu'enfermé dans un appart. Surtout quand y a pas de chauffage.». Keith avait secoué la tête avant de boire une gorgée. «Je t'arrête de suite, il reste ici.», Julian s'était approché d'eux, regardant une seconde Reid avant de fixer Keith. «Keith, sérieux, on sait qu'il sera mieux chez mes parents, au pire quand t'auras quelque chose de plus grand ok, mais tu peux pas garder un chien comme ça dans un petit appart. On en avait déjà parlé.. avant.», il faisait référence au moment où ils étaient encore ensemble. Ils avaient déjà abordé la question, effectivement, mais Keith resterait de toute façon sur ses positions. «Il reste là Julian, non négociable.». L'ex avait poussé un soupir. «C'est ridicule. Et de toute façon j'ai les clés donc...», donc rien du tout. S'il fallait le trentenaire resterait h24 pour que son ex ne rentre pas incognito dans son appart, le sien. Quelle idée il avait eu en lui laissant les clés lorsqu'il était parti.. ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 224
» Avatar : Alexander Skarsgård
» Âge : 38 ans (12/12/1979)
() message posté Jeu 21 Déc - 0:55 par Reid D. Lloyd


There is something more than pride behind this jealousy

ft. Keith & Reid



Malgré son agacement certain, l'aîné avait eu une conduite fluide et calme, il connaissait le chemin par cœur et pouvait ainsi se concentrer sur ce qu'il se passait au dehors plutôt que sur le chemin à prendre à proprement parler. De plus, à cette heure aussi tardive, la circulation était relativement calme ; un coup d’œil sur l'écran de contrôle lui appris qu'il était en effet vingt-deux heures trente, lui arrachant ainsi un soupir. Il n'était pas ''tard'' pour lui qui se couchait toujours à minuit passé, n'ayant pas besoin de beaucoup d'heures de sommeil, mais oui, sortir à cette heure-ci et pour une telle connerie le faisait royalement chier. Fait qui devait d'ailleurs être clairement perceptible sur son visage fermé et dur, une raison de plus pour ne pas en rajouter une couche en lâchant des mots acerbes. Si parfois le silence réglait les choses et était plus significatif que les mots, le trentenaire savait pertinemment que ça ne suffirait pas à arranger la situation, Keith remettrait le sujet sur le tapis, mais il aurait à régler ce problème avec son ex avant toute chose.

Lorsqu'ils arrivèrent devant l'immeuble et trouvèrent une place, le blond était également descendu du véhicule, ne demandant pas son avis au plus jeune, verrouillant la Camaro avant de le suivre jusqu'au hall d'entrée. Et à peine à l'intérieur, ils tombèrent sur ce Julian. Reid l'avait déjà vu, une fois, au café, et autant dire que les choses s'étaient franchement mal passées. Surtout pour l'employé de la BBC à dire vrai mais il n'en ressentait pas le moindre scrupule, il était malheureux dans son couple, c'était évident, alors oui, il se fichait royalement d'avoir causé les vagues qui avaient mis un terme à leur relation.et cela lui avait permis d'atteindre son objectif et d'avoir Keith. Le referait-il s'il avait su par avance tout ce que cela engendrerait ? Les sentiments ? Le trouble ? La jalousie ? Sans doute pas. Mais ce qui était fait était irréversible désormais. Se contentant d'adresser à Julian un regard froid empreint de cette condescendance habituelle, il n'avait pas pris la peine de le saluer, suivant les deux hommes jusqu'à l'appartement du Gallois. Ce type espérait-il le récupérer ? Recoller les morceaux ? C'était bien là ce qui angoissait le blond. Qu'il essaye seulement. Mais si le brun se rendait compte qu'il y avait encore quelque chose à sauver... Il ne se battrait pas, il était encore suffisamment tôt pour tirer un trait sur tout cela et reprendre le cours de sa vie, sa vie, celle qui était si simple avant que le plus jeune ne lui rentre dedans dans ce parc.

Lorsque l'autre s'enquit de l'état de Keith, le soupir du blond avait fait écho au sien et il avait bien perçu l'air agacé qui avait teinté sa voix. ''Un peu'' gâché, c'était faible comme mot en considérant le conflit qui avait éclaté au domicile du PDG mais sans doute qu'une telle crise serait arrivée à un moment ou à un autre, et elle ne serait assurément pas la dernière au vu du caractère de l'Américain ; si toutefois il y avait encore un ''après''. Fronçant machinalement les sourcils, Reid avait serré les dents et les poings au fond de ses poches. Comment ce type se permettait-il d'intimer à Keith de ne pas prendre ce ton alors qu'il en prenait un tout aussi désagréable ? Jugeant préférable de ne rien dire, ne pas se mêler de leurs affaires, le blond avait suivi son cadet, gardant toutefois sa veste au vu de la fraîcheur qui baignait l'appartement et du fait qu'il ne resterait pas là longtemps. Juste le temps que ce Julian ait récupéré ses précieuses affaires et qu'il se soit tiré. À la question de son amant quant à savoir s'il voulait quelque chose ou non, l'aîné s'était contenté d'un simple « non merci » ; à nouveau parce-qu'il n'avait pas l'intention de s'éterniser ici, mais également et surtout parce-qu'il avait besoin et envie de quelque chose de bien plus fort qu'un verre d'eau glacée.

Suivant le locataire des lieux jusqu'au salon, il s'était alors mis à patienter, tout comme lui, que Julian récupère ce qu'il avait à récupérer. Et finalement le sujet que semblait tant inquiéter le Gallois fut lancé. Il voulait donc bel et bien emporter le chien avec lui, sous prétexte de lui donner un environnement meilleur le temps que Keith trouve quelque chose de plus grand. C'était quoi ces conneries ? Fronçant également les sourcils, Reid ne disait toujours rien, restant relativement à l'écart des deux hommes, se sentant néanmoins de plus en plus agacé par l'insistance de ce type. Il ne pouvait pas garder un chien comme ça dans un petit appartement ? Quelle ironie en sachant qu'ils y étaient restés tous les trois pendant plusieurs années. Cette optique piqua à nouveau la possessivité de l'homme d'affaires qui inspira profondément lorsque le type repris la parole. Et la fin de ses propos avaient tout l'air d'une menace. Certes, pas une menace du même acabit que celles que pourrait proférer le PDG, mais il supposait clairement qu'il pourrait revenir ici et récupérer l'animal comme bon lui semblait.

Voyant que le Gallois perdait peu à peu patience, Reid décida de se mêler à l'échange, et tant pis si les étincelles feraient une explosion. « Donc tu vas prendre toutes tes affaires et laisser ces clés ici » avait-il lancé sur un ton froid mais toujours relativement hautain, écopant d'un regard presque choqué de la part de l'ex de son amant. « Tu te prends pour qui pour demander ça toi ? » avait rétorqué le concerné d'un air complètement désabusé. « Ce n'était pas une demande, plutôt un ordre. Prends ce qui est à toi et laisse ici ce qui ne l'est pas, c'est aussi simple que ça. » Son regard s'était légèrement assombri sous la colère et malgré tout il gardait ce calme constant, cette sorte de calme avant la tempête que craignaient ceux qui le connaissaient suffisamment. Ce n'était cependant pas le cas de Julian qui s'était à nouveau tourné vers Keith, faisant comme si de rien n'était. « Franchement Keith tu peux pas comprendre que Whisky sera mieux en ayant plus d'espace ? Qu'il sera plus heureux ? » Essayer de le faire culpabiliser ? Soit, ça marcherait peut-être sur le plus jeune, mais Lloyd ne marchait pas. Avant même d'avoir laissé le temps au brun de répondre, il s'était avancé, dardant toujours sur le type un regard sans équivoque. « Si effectivement la taille de ce logement te posait problème, tu aurais tout fait pour vous sortir d'ici et lui offrir quelque chose de mieux... C'est presque drôle que tu dises cela en réalité quand on considère la manière dont tu as su rendre Keith heureux... » avait-il lancé sur un ton toujours aussi calme, mais ses paroles étaient clairement provocantes. Ça ne passerait sans doute pas, mais hors de question que ce crétin ne se permette de faire culpabiliser le Gallois alors qu'il n'avait pas lui-même été foutu d'offrir au brun une vie et un quotidien meilleur. « Maintenant, les clés, et tu te casses avec ton bordel » avait-il ajouté sans le quitter des yeux, gardant toujours cet air hautement supérieur.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 325
» Avatar : Chris Wood
» Âge : 32 ans et toutes ses dents.
» Schizophrénie : Euuh.. non ?
() message posté Ven 22 Déc - 15:07 par Keith Bradley
There is something more than pride behind this jealousy
ft. Reid and Keith

Le "non merci" de Reid lui avait bien fait comprendre qu'il était soûlé d'être ici, mais même après ce qui s'était passé chez le blond, le fait que Keith se soit légèrement énervé, il était bien content que le plus grand soit là avec lui. Il n'aurait clairement pas supporté les remarques de Julian tout seul et même si Reid ne participait pas à la conversation, rien que sa présence rassurer légèrement le brun, ce qui lui donnait un peu plus confiance et le faisait clairement tenir tête à son ex qui ne semblait même pas vouloir lâcher l'affaire avec Whisky. Quelle lourdeur ! Déjà qu'il avait été énervé avec Reid avant, il ne supportait pas Julian longtemps et si celui-ci continuait à lui faire perdre patience, Keith allait vraiment s'énerver. Il était calme de base, il n'aimait pas faire d'histoire, mais ce soir n'était vraiment pas le moment pour qu'on le gonfle, déjà que Julian avait gâché sa soirée tranquille, son chauffage aussi d'ailleurs, si c'était pour lui prendre la tête Keith le chasserait probablement à coups de pied en jetant ses affaires par la fenêtre s'il le fallait. Comment avait-il pu supporter un type aussi.. insupportable ? Pendant deux ans en plus de cela. Le pire c'était qu'il avait cru à l'amour ! Une belle erreur, il ne s'en rendait compte que maintenant, c'était presque triste. C'était dingue de voir comment le point de vue pouvait changer en un rien de temps après une rupture. S'il supportait un peu Julian avant, même au bord de la rupture, maintenant il lui était presque insupportable d'écouter sa voix et ses phrases bourrées de reproches, ne faisant passer le trentenaire que pour le méchant de l'histoire alors qu'il avait essayé à maintes reprises de rétablir la situation. Au final, maintenant, il était presque reconnaissant envers Reid de s'être arrêté pour qu'il lui fonce dedans.

Perdant clairement patience quant à leur conversation sur son chien, à lui, parce que Whisky avait toujours grandi avec Keith jusqu'à présent, il commençait presque à trouver ça pathétique de la part de Julian. Oui, ils en avaient déjà parlé avant, sauf que les choses avaient bien changé depuis et il ne laisserait pas son chien à ce type, jamais. Et Keith ne savait pas si Julian faisait ça pour le chercher et donc se disputer, parce qu'il connaissait son ex et savait qu'il aimait provoquer les gens, ou s'il était vraiment sérieux et qu'il voulait vraiment récupérer Whisky. Dans tous les cas c'était stupide, parce qu'ils avaient vécu dans ce "petit" appart pendant 2 ans et que Julian n'avait attendu que de longs mois avant de parler de cette possibilité de faire déménager son chien chez les parents de Julian. Et tandis qu'il baissa les yeux, prenant une profonde inspiration, sur le point de répondre, il fut surpris d'entendre la voix de Reid, ce qui fit bondir son coeur sur le moment. Relevant les yeux vers le blond, il était carrément étonné de le voir participer à la conversation, mais c'était un soutien non négligeable et en fait il était même content que l'homme d'affaires ait ouvert sa bouche. Mais malgré tout il n'avait pas pu cacher son visage surpris par les paroles de Reid. L'étonnement passé, il avait tourné la tête vers son ex au moment où celui-ci voulait répondre. Il ne voulait pas que ça parte en cacahuètes mais il connaissait Julian et vu le ton de Reid, il avait un peu peur que ça tourne mal.

Surtout que le ton de Julian montrait clairement son agacement. Il était insupportable ! Et Reid ne semblait pas se démonter pour autant, ce qui n'était pas vraiment étonnant, c'était un PDG, pas des plus sympathiques, du moins c'était ce qu'imaginait le plus jeune. Le regard de Julian se redirigeant vers lui alors qu'il déblatérait des paroles complètement stupides, des sortes d'arguments pour essayer de récupérer Whisky. Il le faisait exprès, clairement. Ignorer la personne en face histoire de chercher encore plus la merde et malheureusement Reid semblait marcher parce qu'il n'avait même pas laissé le brun répondre. Mais la phrase de Reid n'avait clairement pas laissé Keith de marbre. Il aurait pu réagir en disant qu'il devrait plutôt se mêler de ses affaires, ne pas parler de ce qu'il ne savait pas parce que mine de rien il avait eu des bons moments avec Julian, mais il n'en avait pas envie, parce que voir Reid "prendre sa défense" presque était assez satisfaisant. Et puis le fait qu'il la ferme à Julian était jouissif. Sauf que Julian n'allait pas se laisser faire, il le savait très bien, il le connaissait et il avait eu ce qu'il voulait, à savoir énerver Reid histoire qu'il puisse s'énerver aussi et que tout ça finisse en joyeuse baston. Abruti qu'il était. Ne regardant toujours pas Reid dans les yeux, Julian avait toujours le regard braqué sur Keith, ce qui le mettait mal à l'aise, presque. Et puis qu'est-ce qu'il foutait ?! Ne pouvait-il pas ranger ses affaires tout en se prenant la tête plutôt que de s'arrêter et de leur faire perdre encore du temps ?! «Bon Keith, tu peux pas dire au chien de garde de se la fermer ?» avait répondu Julian. Voilà, exactement le genre de phrase à laquelle le brun s'était attendu. Son ex tourna finalement son regard vers le blond. «Et d'où est-ce que tu me donnes des ordres, toi ?»

Voyant son ex faire quelques pas vers Reid, Keith s'avança également, remarquant la petite bouille de Whisky dans son panier. Un peu gêné par la tournure de la situation, Keith prit un ton calme. «Bon, c'est bon, on passe outre. Julian, tu n'auras pas le chien, point barre. Et je suis d'accord avec Reid, je préférerais que tu laisses les clés ici... C'est plus mon appart que le tien quand même.» avait dit le trentenaire en s'interposant entre les deux. «Oh, je vois... Donc tu laisses des inconnus comme ça me parler de la sorte ? Wow, beau retournement de situation Keith. T'es ridicule. En attendant cet appart et même ce chien c'était à nous pendant deux ans, pas qu'à toi. Je trouve vraiment ça injuste mais d'accord, fait le gamin, c'est pas grave.»

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 224
» Avatar : Alexander Skarsgård
» Âge : 38 ans (12/12/1979)
() message posté Sam 23 Déc - 11:33 par Reid D. Lloyd


There is something more than pride behind this jealousy

ft. Keith & Reid



Sans doute que si ce Julian n'avait pas été l'ex de Keith, le blond aurait laissé couler plus facilement et ne se serait pas mêlé de leurs affaires. Ou pas. Le fait qu'il s'attaque à Keith de la sorte, essayant de le faire culpabiliser, ex ou pas, ne passait pas. Sans doute une preuve de plus que le Gallois avait pris une certaine importance aux yeux du PDG qui ne tolérait que trop mal ce ton insolant qu'arborait l'autre type, autant avec son cadet qu'avec lui-même. L'énervement montait de plus en plus et pourtant il gardait cet air froid et condescendant. Reid n'avait jamais été de ceux qui s'énervaient pour rien, il ne criait pas et gardait un certain calme. Jusqu'à ce qu'une certaine limite soit dépassée. Il lui était arrivé à quelques reprises de hurler mais ce n'était vrai que lorsque la personne en face de lui était suffisamment importante pour qu'il ne puisse user de menaces. L'intimidation par contre semblait être dans ses gènes, sans doute une répercussion directe de la prestance de son géniteur, bien trop étouffant et castrateur à son goût et oui, sans même s'en rendre compte, il avait reproduit cela au fil des années, montant ainsi à une sorte d'apogée du système social et se prenant pour supérieur aux autres. En cet instant précis c'était exactement ce qu'il pensait : ce type, Julian, n'était qu'un crétin et non, il n'avait aucunement à lui parler de la sorte.

La remarque que ce dernier avait lancé à Keith, concernant le fait que l'Américain soit un chien de garde lui fit plisser le nez d'un air mauvais alors que son regard se fit encore plus assassin. Automatiquement il serra les poings en inspirant profondément. Et le fait que le type s'approche encore de lui n'arrangea rien à la situation mais Reid ne cognerait pas, il ne se rabaisserait pas à cela, et aller plus loin pour le faire taire n'était évidemment pas une option acceptable en considérant le fait qu'il avait été proche de l'employé de la BBC et que ce dernier ne lui pardonnerait pas un acte irréversible. S'apprêtant à répondre, le blond fut coupé par les mots de Keith qui venait de s'interposer entre eux. Ils allaient passer outre ? Admettons, pour l'instant, mais l'autre devait mieux espérer de ne jamais retomber sur l'homme d'affaires. Malgré le ton calme du brun, il était évident que l'agacement le prenait, et son air directif en témoignait suffisamment. Mais, une fois encore, Julian ne sembla pas s'en formaliser, gardant cet air insolent. Lui balancer qu'il était ridicule avant de le faire à nouveau culpabiliser d'un foutu ''c'est injuste''. Il voulait un mouchoir peut-être ? Sortir les violons pour accompagner sa déception ? Pitoyable.

A la fin de ses mots, Reid contourna son amant pour s'approcher à nouveau de son ex d'un air mauvais. Il avançait alors que l'autre soutenait son regard, le défiant littéralement, avant qu'il ne se mette à reculer jusqu'à arriver au mur. Et le blond avait continué à avancer, le toisant hautainement de sa taille supérieure, n'étant désormais qu'à quelques centimètres de lui. « Les clés » avait-il à nouveau intimé en levant la main. « Va te faire foutre, t'as rien à me dire toi » avait lancé Julian sur un ton agressif. Comment ce type pouvait-il être aussi peu inquiété par l'attitude du trentenaire ? Sans doute parce-qu'il ne le connaissait pas et parce-que c'était lui le vrai gamin, provoquant et complètement con. Soupirant bruyamment, le blond remarquait que le type serrait son poing autour de quelque chose ; ces fameuses clés. Agrippant alors son poignet, le blond lui pris les clés des mains. Et ce qui devait arriver arriva. Julian se servit de sa main libre pour lui assener un coup dans le menton avant d'essayer de s'extirper de son emprise. Sans succès.

Si le blond était étonné par le coup, il n'en laissa rien paraître, reprenant rapidement en contenance. Il avait glissé les clés dans sa poche afin de libérer sa main et avait agrippé l'autre au col, le soulevant légèrement pour le rapprocher un peu. « J'espère pour toi, Julian, que nos chemins ne se recroiseront pas » avait-il lancé sur un ton franchement menaçant, exprimant bien qu'il gardait en travers de la gorge ce coup qui lui avait été assené. L'instant d'après, il le tirait par le col jusqu'à la porte de l'appartement, l'ouvrant à la volée pour littéralement le jeter dehors. Quelques secondes après, ses sacs l'avaient rejoint et le type n'avait de cesse de vociférer des insultes autant à son égard qu'à celui de Keith qui n'était qu'un ''gamin et un con''. Refermant la porte sans même lui jeter un nouveau regard, l'homme d'affaires s'était tourné vers le brun en soupirant. Il s'attendait déjà à se prendre des reproches quant à son attitude, mais mieux valait qu'il s'abstienne : il n'était clairement pas d'humeur et après tout, c'était le Gallois qui avait voulu qu'il vienne, qu'il en assume les conséquences. Se passant machinalement une main sur son menton qui le lançait légèrement, il était d'autant plus agacé de se dire qu'au vu de la manière dont sa peau marquait vite, il allait sans doute écoper d'un bleu durant quelques jours. Il s'était ensuite approché de Keith, tirant de sa poche le double des clés de l'appartement pour lui tendre sans dire un mot, plantant simplement son regard à peine plus calme dans le sien.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 325
» Avatar : Chris Wood
» Âge : 32 ans et toutes ses dents.
» Schizophrénie : Euuh.. non ?
() message posté Sam 30 Déc - 12:54 par Keith Bradley
There is something more than pride behind this jealousy
ft. Reid and Keith

Peut-être qu'amenait Reid n'avait pas été une si bonne idée que ça finalement ? Keith n'en savait trop rien, la seule chose dont il était sûr c'était que la situation avait plus l'air de dégénérée que de s'arranger. Pourtant il voulait vraiment calmer le jeu, c'était pour ça qu'il s'était plus ou moins interposé entre les deux hommes. Mais Julian ne cessait pas de faire son "homme virile et combattif" et Reid avait toujours cet air mauvais qui pouvait en dire très long sur le reste de la discussion si Julian continuait. Keith n'avait jamais vraiment vu Reid énervé, excepté une petite demi-heure avant quand il lui avait lancé qu'il tenait à lui bien plus qu'il ne l'aurait dû. Et à cause de ça, Keith n'était que plus inquiet pour la suite, parce que Reid avait clairement l'air d'être "énervé" avec tout ce qu'ils s'étaient dit avant et le fait qu'il ait presque été ramener de force ici. Et maintenant Keith se sentait vraiment coupable d'avoir fait ça, parce qu'il avait l'impression que c'était lui qui avait gâché la soirée. Oui, tout était parti de Julian, mais il aurait très bien pu refuser. Il était con. Un coup il était contre son ex, un autre il était contre lui-même ; il était surtout beaucoup trop contradictoire et le fait qu'ils voient deux types prêts à se sauter à la gorge n'arrangeait clairement rien. Enfin.. il y en avait qui voulait sauter sur l'autre, Reid avait plutôt l'air tranquille dans sa posture, mais l'air menaçant qu'il avait sur le visage inquiétait clairement le brun qui ne l'avait jamais vu comme ça jusqu'à aujourd'hui. Tout ce qu'il voulait c'était que Julian prenne ses affaires, repose les clés et parte, c'était si compliqué que ça ? Pour son ex oui apparemment. Était-il complètement stupide ? Ils n'habitaient plus ensemble, il n'avait plus aucune raison d'avoir les clés de l'appart.

Et lorsque Reid avait contourné Keith, le trentenaire l'avait suivi du regard, ses sourcils se plissant alors que l'expression de son visage caractérisait très bien son inquiétude face la suite. Il frôla à peine le bras du blond de sa main mais Reid n'avait même pas eu l'air de s'en formaliser. Ayant instinctivement reculé d'un pas, il avait croisé les bras, cherchant du regard son chien qui était sur le canapé, les oreilles baissées. Lui-même avait dû sentir la tension palpable qui régnait dans l'appartement à l'instant. Le ton froid de Reid qui demandait les clés à son ex fit frissonner Keith, ou alors était-ce à cause de la panne de chauffage ? Il n'en savait rien mais dans tous les cas ce n'était pas rassurant. Et Julian en rajoutait. Il avait presque l'impression que ce type ne pouvait parler qu'en insultant. Un autre point négatif qu'il avait toujours trouvé agaçant chez son ex et il ne le regardait limite que maintenant à quel point c'était insupportable : sa vulgarité. Et puis ce besoin de montrer qu'il était supérieur. Reid aussi avait ce côté-là, mais ce n'était pas plus gênant que ça bizarrement. Il espérait juste que ce n'était pas parce qu'il le connaissait depuis peu qu'il pensait ça. Peut-être qu'au bout d'un moment il en aurait marre ? Mais rien que l'alchimie entre lui et le blond lui faisait éprouvait quelque chose de bien différent que ce qu'il avait senti pour Julian pendant ces deux ans de vie commune.
«Julian...» avait soufflé Keith à l'entente de son insulte envers le blond, qui était clairement en position de force en plus de cela. Mais personne ne semblait vraiment l'écouter apparemment, excepté Whisky qui avait légèrement relevé les oreilles quand le brun avait parlé.

Voyant Reid lui reprendre les clés, Keith poussa un léger soupir. Son cœur, auparavant serré et la boule de stress qui s'était formé dans son estomac disparurent, signifiant qu'il avait presque l'impression que la situation s'arranger désormais. Que dalle. Le coup qu'avait lancé Julian en direction du plus grand le fit sursauter. Il avait vraiment osé ? Le brun resta droit comme un piquet, il voulait intervenir mais il ne savait pas pour quoi faire. Pour sûr que Julian lui en fouterait une aussi, mais en même temps il ne voulait clairement pas laisser Reid tout seul face à cette situation, surtout qu'il s'agissait de son ex à lui, pas à l'homme d'affaires. Voilà la situation qu'il avait toujours redoutée. Et pourtant Reid ne semblait pas vouloir riposter, même si le trentenaire l'avait bien cru en le voyant agrippé le col de Julian. Regardant tout le reste de la scène sans réagir plus que ça car plus ou moins surpris, le stress qu'il avait ressenti avait refait surface. Mais Reid avait l'air d'avoir plus ou moins tout arrangé. Il s'en fichait bien des insultes qui vociféraient Julian, il s'y était attendu un jour ou l'autre, même si ça ne faisait pas plaisir à attendre. Reprenant les clés lorsque Reid lui avait tendu, il les avait juste jeté sur la table basse, gardant un contact visuel avec le blond. «Merci...» avait-il soufflé doucement. «Désolé de t'avoir mêlé à ça, ce n'était pas le but, vraiment, j'avais juste besoin d'un peu de soutien et au final ça a mal fini...» avait expliqué le brun. Il se sentait terriblement coupable maintenant, parce qu'il avait mêlé Reid à quelque chose qui ne le regardait pas, quelque chose auquel il n'avait jamais voulu le mêler et maintenant Julian avait quelque chose contre lui aussi. La soirée avait vraiment mal tourné.

S'approchant légèrement de Reid, il avait remarquer qu'il y avait déjà une trace rouge au niveau de son menton suite au coup de Julian. «Tu n'as pas trop mal ?» l'autre avait beau être plus petit, ce n'était pas un petit gabarie non plus et il se doutait qu'il n'y allait pas de main morte quand il donnait un coup, surtout avec son impulsivité mal placée. «Tu veux quelque chose ? De la glace ? Je vais t'en chercher au cas où.» et il n'avait pas vraiment laissé le temps à Reid de répondre avant de se retourner pour partir vers le frigo.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
There is something more than pride behind this jealousy
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
» Pride Of nation
» Soirée 2 ♣ Gay Pride
» soirée quatre ∞ gay pride
» Banderole Thiercelieux
» Les 100 plus beaux Solos de tout les temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-