Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


An unexpected call. ☆ (Shinya)

 :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 24/05/2017
» Messages : 456
» Pseudo : expectopatronum. (alizée)
» Avatar : james hot mcavoy.
» Âge : trente-six ans.
» Schizophrénie : helga & benedict.
() message posté Jeu 23 Nov 2017 - 1:45 par Daley K. Brady
An unexpected call.

Il est tard. La dernière fois que j'ai regardé l'écran de mon portable, il était dans les alentours de minuit. Je suis rentré environ une heure avant de l’hôpital. J'ai eu une journée chargée, un service qui s'est terminé par une opération compliquée. Je me sens exténué, et je m’apprête à aller me coucher. Mais je sais que cette nuit encore, je ne dormirais pas ; Je vais tourner et tourner encore entre les draps de mon grand lit. Au début, le tissu me paraît toujours doux, frais et confortable ; mais après plusieurs heures sans trouver le repos, j'ai l'impression qu'il m'irrite la peau, je commence à avoir chaud et j'ai envie de tout arracher. C'est toujours comme ça que ça se passe. Je finis par me concentrer sur la moindre des sensations qui entoure mon corps, jusqu'à ne sentir plus que ça, ne penser plus qu'à ça. Et je me dis que je dois me vider la tête ; mais c'est à ce moment-là que je me mets à penser à tous ces détails inutiles, à ces questions que je me suis déjà posé cent fois, à ces gens qui hantent mon esprit déjà toute la journée. Au final, je finis toujours par me lever pour retourner m'allonger dans mon canapé. Et je zappe les programmes de nuit à la télévision. Jusqu'à ce que le jour se lève à son tour, paresseux et lent. Alors que la nuit m'a longuement tenu compagnie pour sa part. Je pourrais prendre quelques cachets pour me détendre. Pour ne plus penser à tout ça et dormir un peu. J'y pense, chaque soir c'est la même histoire. Je ne cède pas, mais ça aussi ça me bouffe. Un seul cachet, et ça pourrait être quatre ans de sevrage foutu en l'air. Ça vaut pas le coup. Mais peut-être que si. Si ça veut dire que je peux dormir huit heures sans interruption, je serais probablement capable de tout foutre en l'air. Mais je repense à tous les efforts que j'ai fais pour en arriver là, et surtout à tout ce que j'ai perdu, à tout ce que je pourrais perdre encore si je recommençais. Non, ce soir ça ne vaut pas le coup. Mais peut-être que demain, ou que dans un mois ça sera le cas.

Je gratte la gorge de O'Malley, qui lui ne souffre pas d'insomnie et se prélasse sur mes cuisses en exposant son ventre velu. Je le regarde en souriant bêtement, un vieux film qui passe à la télévision en fond sonore. Lorsque bien plus tard, le long-métrage touche à sa fin, je me décide à aller laver mes dents. Résigné, je me regarde dans la glace et touche mon visage ; mes cernes sont tellement marquées, on dirait que je n'ai pas dormi depuis mille ans. Mes yeux sont rouges, ce qui fait d'avantage ressortir le bleu de mes iris. Ma barbe est mal rasée comme bien trop souvent ces derniers temps. J'ai l'impression de m'être creusé au niveau des joues. Peut-être que j'ai perdu du poids. Pourtant ce n'est pas faute de manger comme un ogre. Je finis par hausser les épaules. J'apporte la brosse à dent dans ma bouche et m'acharne à la tâche durant plusieurs minutes. Le chat se joint à moi et me chatouille les orteils avec ses poils. Je rigole et manque de recracher toute la mousse. Après m'être rincé la bouche, j'éteins la lumière de la salle de bain et me débarrasse du pull que je porte en le balançant hasardeusement dans la pièce principale. Je récupère mon portable posé sur la petite table basse du salon et me dirige dans ma chambre. O'Malley me rejoint dès que je m'allonge et que j'éteins la lumière. Je sens son poids sur mon ventre et son ronronnement contre mon cœur. Ça sera encore une longue nuit, mais l'aube n'est pas si loin.

Le temps passe longuement, l'obscurité et le silence de la nuit sont maîtres des lieux. Je me rappelle que lorsque j'étais enfant, j'avais peur du noir. Le soir, je voulais toujours m'endormir le plus vite possible pour ne pas croiser le regard sanguinaire d'un monstre caché dans le placard de ma chambre. Déjà à cette époque je préférais fuir et ignorer plutôt que d'affronter. À croire qu'on ne change jamais vraiment. Et cette nuit encore, je pourrais rassurer le petit garçon que j'étais, et lui promettre qu'il n'y a ni fantôme, ni monstre lorsqu'on se retrouve dans une pièce sans lumière : seulement la solitude et la froideur du silence accablant. Mon portable finit par vibrer, et mon cœur rate un battement. Bordel, j'ai eu peur. Je prie pour que ce ne soit pas une urgence à l’hôpital. Tout mais pas ça s'il-vous-plait. J'attrape l'appareil, et je vois s'afficher sur l'écran un numéro qui n'est pas enregistré dans mon répertoire. Je suis piqué par la curiosité, mais ça pourrait être simplement quelqu'un qui s'est trompé de numéro. Après quelques secondes, je me décide à répondre. « Ouais ? » Ai-je simplement dis. Je ne reconnais pas la voix au bout du fil, du moins pas directement. Jusqu'à ce que la personne m'énonce son prénom, je ne sais pas à qui je parle. Et ensuite, je me rappelle. Shinya, le mec du groupe des Alcooliques Anonymes. C'est vrai que je lui ai filé mon numéro. J'aurais peut-être pas dû. Après plusieurs jours, j'avais cru comprendre que je n'aurais plus jamais de nouvelles de sa part. Je me suis trompé on dirait. Je dois dire, je m'y attendais pas à celle-là. Je me relève et m'assois sur le lit. « Ouais Shinya, je me rappelle maintenant. Comment tu vas ?  » Ai-je finalement demandé en passant une main dans mes cheveux. O'Malley se frotte contre mon dos et réclame des caresses que je ne suis pas en mesure de lui offrir. Je suis bien trop occupé à me demander ce qu'il se passe, là maintenant. En quelques mots, le jeune homme à l'autre bout du fil m'explique qu'il est paumé. Il a l'air paniqué et je jugerais qu'il est à deux doigts de pleurer. Peut-être qu'il a bu, c'est la première chose qui me vient à l'esprit. Je tente de le rassurer, même si je comprends pas bien pourquoi c'est à moi qu’il fait appel. On s'est plutôt bien entendu au groupe de soutien, mais on s'est vu qu'une seule fois. Mais peut-être que c'est tout le but de la manœuvre. Vu que je le connais pas, il a moins honte d'être jugé ? Je lui réponds calmement tout en me levant pour allumer la lumière de ma chambre. « Calme-toi, je vais venir te chercher. Dis-moi où tu as passé la soirée, ce que tu vois autour de toi, ça m'aidera peut-être à trouver le coin où tu es. » Il m'explique vaguement qu'il a passé la soirée dans un bar, je comprends pas tout, j'ai l'impression que ses idées sont pas claires. Ce qui m'aide en revanche, c'est ce qu'il voit autour de lui : C'est dans le quartier de Soho, là où j'habite. Coup de bol pour lui, je passe par là en allant bosser et en rentrant; c'est pour ça que j'ai reconnu malgré les descriptions approximatives. Je me dirige vers mon salon et enfile le pull que j'avais jeté un moment plus tôt tout en répondant à Shinya au téléphone « Je pense savoir où tu te trouves, mec. Bouge pas surtout, j'arrive au plus vite. » Et je raccroche. J'essaye de faire vite, je retourne dans ma chambre pour enfiler un jean, et je me glisse dans une de mes vestes en cuir. Je mets une paire de baskets blanches à mes pieds, je récupère mes clés et mon portable. Puis je sors en quatrième vitesse de l'appartement en prenant soin de bien claquer la porte d'entrée.

Une fois dehors, je regarde un instant autour de moi. Les rues sont désertes. Une fine fumée blanche sort de ma bouche à chaque expiration. Il fait froid cette nuit. Je plonge mes mains dans les poches de mon blouson. Je me dirige rapidement dans la bonne direction, presque en courant. Je sais pas ce qu'il me prend, c'est pas comme Shinya allait partir bien loin vu l'état dans lequel il a l'air d'être. Mais il doit être apeuré, peut-être que lui aussi a froid. J'enchaîne les petites rues, je vis pas ici depuis très longtemps mais je suis pratiquement sûr d'emprunter le bon chemin. Et finalement, quelques minutes plus tard, dix tout au plus, je vois un garçon seul dans une ruelle sombre. Des cheveux clairs, des traits familiers et un look improbable. Ça peut être que lui. Je m'active pour le rejoindre, et jusque là, je l'appelle. « Shinya ! » Me suis-je entendu m’exclamer d'une voix portée par l'écho de la rue étroite. Je lui fais un signe de la main, et une fois à sa hauteur, je pose une tape qui se veut réconfortante sur son épaule. Je lui offre également un sourire bienveillant, tout en ajoutant d'un ton léger. « Bah alors mon vieux, qu'est-ce qu'il t'arrive ? »


☆☆☆ Beerus
@Shinya Nakamura
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
An unexpected call. ☆ (Shinya)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Call of Chtulhu LCG
» ~ call me maybe (baptiste)
» Quel est votre Call Of Duty préféré?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-