Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Forever trusting who we are and nothing else matters ♥︎ Samuel

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 255
» Pseudo : Delphya, HEATHEN
» Avatar : Anne Hathaway
» Âge : 37 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
() message posté Mer 29 Nov - 10:22 par Callie M. Dos Santos
 Forever trusting who we are and nothing else matters
Samuel & Callie
Les mains dans les poches de sa veste, Callie se prêtait au jeu de la balade en fin d’après-midi, dans les rues de Londres. Proche des fêtes et surtout de Noël, elle ne pouvait enlever le charme que renvoyait la ville avec ces décorations. Si le père Noël n’est pas la star de cette fête catholique en Espagne, ce n’est pas pour autant qu’ils ne se plient pas à l’ambiance dans laquelle nous plonges les festivités de fin d’année. Evidemment c’est différent, ne serait-ce que par le climat, ou du moins là où vivent les parents de Callie, là où elle a grandi ; cette région pourtant bien croyante n’a pas entrainé l’espagnole dans la religion, mais comme tout le monde, elle reste charmée par l’ambiance que dégage Noël. Habituellement, Callie passait les fêtes de fin d’année avec ses parents, ses sœurs, mais aussi sa fille. Elle savait pertinemment que cette année serait différente maintenant que Lilly vivait avec son père, mais aussi maintenant que Mila avait un pied à terre en Angleterre. Avec sa propre mère, elles avaient décidé que les parents Dos Santos viendraient passer les fêtes à Londres pour le plus grand bonheur de l’espagnole, mais aussi de sa maman qui s’impatientait à l’idée de pouvoir gâter Lilly comme elle aimait tant le faire. Néanmoins, Callie ne voulait pas priver Samuel de sa fille, alors qu’elle l’avait eue bien des années pour passer les fêtes. Tout ça n’était encore que des arrangements qu’ils devront décider, et surtout dont ils devront discuter. En attendant, Callie ne pouvait réprimer le sourire sur ses lèvres à l’idée d’accueillir ses parents chez elle le temps de quelques jours et tout ça, elle ne faisait qu’y songer en prenant le temps de lécher les vitrines des boutiques décorées pour l’occasion, alors qu’elle empruntait le chemin pour rentrer chez elle.

Une fois arrivée dans sa maison joliment décorée elle aussi pour les fêtes, Callie jeta un œil à l’horloge murale. Elle avait encore du temps pour travailler un peu, avant de penser à s’apprêter et sortir à nouveau afin de passer ce diner à laquelle Samuel l’avait conviée. En y réfléchissant, Callie n’avait pas hésité longtemps avant d’accepter cette invitation alors qu’elle l’avait incité à vouloir discuter d’eux, et uniquement de leur couple qui n’était plus depuis bien longtemps maintenant. De l’eau était passée sous les ponts, chacun avait fait son petit bout de chemin avec pour seul lien, leur fille. Malgré tout, Callie ne pouvait nier qu’elle avait aimé ces quelques petits chapitres qu’ils avaient partagé ensemble. Tout ça était lointain et pourtant, maintenant qu’ils se trouvaient tous les deux à Londres, elle avait cette vague impression que tout ça était plus facile. Peut-être parce qu’elle avait réussi à mettre un peu d’eau dans son vin et qu’elle arrivait à vivre avec son passé malgré le fait que Lilly semblait avoir plus de mal. Comme elle ne cessait de le répéter à cette dernière, ce qu’il s’était passé entre elle et Samuel ne devait en aucun cas entacher la relation que père et fille avaient. Et pourtant, Lilly non plus ne semblait pas mettre de côté cette rancœur, même si parfois Callie avait l’espoir qu’un jour elle arriverait à vivre avec, elle aussi.  

Enfin, après avoir au moins pris le temps de consulter ses e-mails et d’y répondre pour certains, elle mit son ordinateur portable de côté et monta à l’étage pour passer sous la douche et s’apprêter. Callie avait opté pour une jolie robe noire à dentelle lui arrivant un peu au-dessus des genoux. Une robe relativement sobre, mais chic avec une encolure bateau laissant entrevoir ses épaules, sans tomber dans la vulgarité pour autant. Un coup léger de maquillage et des escarpins assortis aux pieds plus tard, elle attrapa un blazer qu’elle enfila et sortit de chez elle pour rejoindre sa voiture en direction de l’adresse que lui avait donné Samuel. Un endroit qu’elle ne connaissait pas, ce qui n’était pas étonnant puisqu’elle ne connaissait pas réellement Londres. Sur son visage, un sourire se dessina lorsqu’elle aperçut Samuel dont elle s’approcha pour le saluer « - Bonsoir » Elle s’approcha pour lui faire la bise et reprit aussitôt « - j’étais pas certaine d’être au bon endroit… » Elle porta une attention plus particulière sur les alentours quand elle désigna le bateau du doigt, pas certaine de bien comprendre « - C’est … » Callie n’acheva pas sa phrase pour autant, s’attendant plutôt à ce que Samuel lui dévoile son tour.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 538
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Dim 3 Déc - 20:14 par Samuel A. Adams
Il restait moins d'un mois avant Noël. Samuel ne savait pas comment prendre la chose. D'un côté, il était heureux de voir arriver cette fête familiale et festive, mais d'un autre, cela venait marquer la fin d'une année. Il avait l’impression qu'une éternité s'était écoulée depuis son Noël dernier et il faut dire que l'année avait été lourde en rebondissement. Samuel passa une main dans ses cheveux, les trouvant trop long mais surtout abîmés. Il scruta le miroir de la salle de bain, non pas à la recherche d'un cheveux blanc ou l'apparition de nouvelles rides, mais plutôt de cernes éventuelles. Dans une semaine, il aurait un an de plus, mais il n'était pas inquiet à l'idée de vieillir pour autant. Il avait déjà accepté le fait de prendre de l'âge, de ne pas pouvoir rattraper le temps mais vivre avec le présent. Et puis Samuel avait la chance d'être bien conservé mais surtout de tout faire pour. Il refusé l'idée même d'avoir du ventre ou de s’encroûter, tout était prétexte à sortir s’oxygéner et faire du sport. A la fin du mois, il aurait 39 ans et il entamerait une nouvelle année qu'il espérait meilleur que la précédente. En un peu plus d'un an, il avait vu revenir sa fille auprès de lui, il l'avait vu grandir, le détester, le repousser, le réclamer. Il avait encaissé ses sauts d'humeur et accepté ses états d'âme. D'une même manière, il l'avait vu revenir doucement vers lui, partager avec elle des moments du quotidien qui lui semblaient impossible avant. Il avait pu sécher ses larmes, l'écouter se plaindre sans trop le prendre pour lui. Ils avaient fait du chemin l'un et l'autre pour tenter de construire une nouvelle relation père-fille. Ensemble, ils avaient éprouvé l'une des pires choses qu'une famille pouvait traverser. Samuel avait faillit la perdre, un état qui avait remit en question beaucoup de choses en perspective dans sa vie et dans la sienne. Et quelque part, il était heureux que cette année arrive à son terme juste pour tirer un trait définitif sur cet accident qui avait bien failli causer leur perte.

Et Samuel avait choisi de commencer à changer les choses dés aujourd'hui. Ou plutôt cela avait commencé le mois précédent, quand il avait demandé à Callie de sortir avec lui. Cela pouvait paraître un peu puéril comme démarche, mais pour lui, cela avait un sens beaucoup plus profond. Il n'y avait rien d'anodin à demander à son ex compagne de lui accorder un rencard. Samuel souria à cette idée. Il trouvait le terme assez ridicule, mais c'était bien comme ça qu'on nommait la chose, non ? Après tout, ils avaient marqué un tournant important en dînant ensemble avec leur fille. Ils avaient réussi le pari improbable de partager un moment agréable en compagnie de leur enfant sans ruminer sur le passé, sans se contre-dire devant Lilly. Samuel gardait un souvenir ému de cette rencontre, car la dernière remontait à des années, quand Lilly n'était encore qu'un bébé. Il avait toujours été envieux de ces couples attablés aux terrasses en compagnie de leurs enfants, tous riants à une bonne blague, partageant un moment aussi banal qu'un repas en famille. Lui, n'avait jamais connu ça avec Callie et Lilly. Il n'avait jamais eu l'occasion de voir Lilly mettre un énorme hamburger dans sa bouche devant le visage hilare de sa mère. De la même façon, il ne connaissait pas la joie des vacances en famille, pas avec femme et enfant en tout cas. En réalité, il n'avait jamais emmené Lilly en dehors de Sydney à l'époque, partageant son temps entre elle et son travail.

« Mais j’accepte… à condition que ce ne soit pas dans un restaurant typiquement anglais et que tu laisses ton biper ou ton portable chez toi, parce que même la plus grande des urgences ne sera pas une excuse recevable. Si j’abandonne mes clients, t’abandonnes tes patients, c’est donnant-donnant. Tu devrais même enfermer ta fille quelque part, histoire qu’elle ne se retrouve pas encore dans un accident. Au moins je suis sûre que rien ne pourrait venir perturber ce diner » Samuel avait enregistré chaque informations. Il savait que la moindre erreur lui serait fatal. Car Callie n'était pas du genre à accéder à une ultime chance, sans doute se disait-elle qu'elle avait déjà trop donné en matière de pardon... Le Adams avait donc prit sa journée, une situation qui devenait de moins en moins rare depuis l'accident de Lilly. Pour la première fois depuis longtemps, il avait prit plusieurs jours de congé pour passer du temps avec sa fille durant le temps de sa convalescence. Il savait que cela ne serait jamais assez aux yeux de la jeune femme ou même de la Dos Santos, mais lui savait à quel point il progressait vis à vis de sa charge de travail. Et puis on ne pouvait pas tout changer en un jour, Samuel y allait pas à pas, faisant de son mieux.

L'heure du rendez-vous approchait. Samuel prit le temps d'aller chez le coiffeur, une étape inévitable pour la soirée. Il aimait prendre soin de lui, même si cela ne sautait pas forcément aux yeux quand on le croisait au détour d'un couloir de l'hôpital. Mais c'était un homme assez charismatique, bien que simple, qui aimait plaire. Une fois de retour chez lui, il prit une douche et se parfuma d'une eau de toilette feutré mais plutôt entêtante. Il mit un moment avant d'opter pour une chemise pourpre qu'il ajusta d'une veste de costume noire et d'un pantalon assortit de la même couleur. Il favorisa la voiture à sa moto, histoire de préserver ses habits ainsi que sa coiffure, mais également une magnifique rose, la plus éclose, dont la couleur rappelait celle d'un coucher de soleil d'été. Samuel roula jusqu'au nord de la ville et trouva une place au bord de la tamise, face à la péniche décoré avec soin. Il n'était pas du genre à faire les choses à moitié, surtout quand il s'agissait de Callie. En parlant d'elle, il la vit arriver au loin, sublime dans sa robe sombre. Il souria quand il remarqua ses chaussures, des escarpins qu'il savait être son péché mignon. Il avait toujours adoré la voir dans ses chaussures, mettant en avant ses longues jambes galbées. « Bonsoir. J’étais pas certaine d’être au bon endroit… » Il l'embrassa à son tour, posant une main sur sa hanche. « C’est … », commença-t-elle. Samuel hocha la tête en signe d'acquiescement, un léger sourire aux lèvres. « Tu es magnifique. », dit-il simplement tout en sortant de derrière son dos la fleur qu'il lui tendit. Il fit quelques pas vers la péniche, puis lui tendit la main: « Si Madame veut bien me suivre... ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 255
» Pseudo : Delphya, HEATHEN
» Avatar : Anne Hathaway
» Âge : 37 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
() message posté Mar 12 Déc - 21:10 par Callie M. Dos Santos
 Forever trusting who we are and nothing else matters
Samuel & Callie
Dans sa voiture, mêlée au trafic londonien, Callie porta un regard sur son vernis appliqué la veille. En effet, avec sa sœur elles avaient pris le temps de prendre soin d’elle en s’appliquant sur leur manucure. Déjà à l’époque, les deux espagnoles partageaient des moments tels que ceux-là, des moments qu’elle privilégiait presque autant que les moments en compagnie de Lilly. Callie faisait partie de ces femmes prenant soin d’elles, y compris jusqu’au bout des ongles. A ses yeux il était presque aussi important pour une femme d’avoir de jolies mains douces et manucurées qu’une coiffure correcte et une tenue adaptée. Le bordeaux. C’était une des couleurs qu’elle préférait, notamment pour ce qui était du vernis et à ce jour, c’était aussi la couleur qu’elle avait opté. Avec ce coup d’œil sur ses doigts, l’espagnole se rassura en remarquant qu’il n’était pas écaillé. Heureusement d’ailleurs, surtout après seulement une journée. Elle passa ensuite une main dans ses cheveux en voyant l’heure, et si elle n’était pas encore en retard, elle n’était pas non plus super en avance, mais sa positive-attitude la poussait à y croire… Elle finirait bien par bouger une bonne fois pour toute.

Callie avait accepté ce rendez-vous avec Samuel, elle avait appris à mettre sa rancœur de côté, et acceptait de remettre les compteurs à zéro avec le père de sa fille. Elle évitait de se faire trop d’espoir, préférant la surprise quant à l’évolution de leur relation. Avec le temps, leur relation en avait vu de toutes les couleurs, la fragilisant davantage alors qu’au fond ils avaient toujours réussi à garder contact, au moins pour leur fille. Néanmoins, Lilly ne les avait jamais connus autrement que dans une guerre sans nom, alors que récemment ils avaient passé tous les trois un peu de temps dans une atmosphère décontractée et surtout, sereine. Pas d’hypocrisie, pas de critique ou encore de reproche et surtout pas de sous-entendu quant aux erreurs de l’un et l’autre dans le passé. Des erreurs, ils en avaient fait tous les deux et, avec le recul Callie en était désormais pleinement consciente. Certes, il y avait des tenants et des aboutissants d’un côté comme de l’autre, mais elle avait décidé d’avancer. Elle voulait arrêter de voir en arrière et essayait d’entrainer sa fille dans sa nouvelle philosophie de vie quant à leur passé commun à tous les trois. Si Lilly avait encore les reproches faciles en ce qui concerne Samuel, Callie essayait de la pousser à avancer et à aller de l’avant. Ce n’était pas simple pour une enfant et elle ne pouvait même pas prétendre la comprendre pleinement, étant donné qu’elle avait grandi avec ses deux parents, ses deux sœurs, dans une famille soudée et aimante ; mais aux yeux de l’espagnole, Lilly offrait trop de temps aux reproches et pas assez aux bons moments qu’elle pourrait passer avec son père si vraiment elle se décidait d’apprendre à le connaitre correctement.

Arrivée au lieu de rendez-vous, l’espagnole avait abandonné son véhicule pour rejoindre Samuel là où il le lui avait indiqué. Elle avait d’ailleurs été surprise par l’endroit, d’autant plus qu’à part quelques petits bistrots le long de la Tamise, on ne pouvait pas vraiment dire qu’un restaurant se trouvait le long du halage. Elle ne voulut cependant tirer aucune conclusion. Après tout, Samuel avait déjà réussi à l’étonner avec peu de choses à l’époque, et peut-être que l’un de ces bistrots anglais cachait en leur for intérieur, une excellente cuisine, ou tout simplement une ambiance qui rendrait la soirée exceptionnelle. Finalement, alors qu’elle s’était rapproché du chirurgien, le saluant. Son attention s’était porté sur la péniche amarré à côté dans laquelle d’autres personnes s’y engouffraient avec beaucoup de hâte. Face au compliment, Callie décolla ses yeux du bateau pour les poser à nouveau sur Samuel, le sourire aux lèvres. Il avait le don pour parvenir à lui décocher un de ces sourires certes, troublés, mais sincères « - Merci. Tu es très séduisant toi aussi » Elle saisit la rose non sans un sourire « - T’as pas oublié, pour la rose ? Ou alors c’est du pur hasard ? » demanda-t-elle non pas dans l’idée de le piéger, mais plutôt par curiosité et ensuite reprends en s’approchant de lui pour l’embrasser en guise de remerciement « - Merci, ça me touche » Callie jonglais entre la péniche et le visage souriant de son ex compagnon. Elle était surprise de voir qu’il comptait l’inviter à diner sur un bateau. Elle avait déjà expérimenté beaucoup de choses dans sa vie en matière de restaurant grâce à son travail et tous ces diners d’affaires, mais encore jamais on l’avait invitée à passer ce genre de moment, et autant dire qu’elle était plus que ravie de partager cette première fois avec Samuel. Pas certaine que tout ça était réel, ou plutôt que tout ça n’était pas une blague, l’espagnole hésita plusieurs secondes lorsqu’il l’invita à la suivre. Elle le fixa, essayant de décerner un quelconque indice non-verbale lui prouvant que la seconde d’après, Samuel allait lui dire que non, en fait il avait réservé une table pour deux dans l’un de ces bistrots le long de la Tamise, quand finalement elle saisit la main de l’australien pour le suivre.

La curiosité de Callie la poussa à regarder un peu partout. Elle était charmée par le cadre, par l’endroit mais surtout par le concept. Les tables étaient décorées de façon très sobre, mais très classe. Lorsqu’on les conduisit à la table qui leur était réservée, elle fut d’autant plus ravie de remarquer la vue qu’ils avaient d’où ils allaient passer la soirée « - Je dois dire que tu mets la barre haut » lui lança-t-elle avec une once d’humour et un sourire à la clé « - C’est vraiment magnifique Samuel, je suis très agréablement surprise ». La soirée s’annonçait à la hauteur de ses attentes et pourtant, elle n’en avait pas douté une seule seconde. Malgré tout, jamais elle n’avait imaginé qu’ils passeraient la soirée à bord d’une péniche. Non, vraiment, elle était séduite.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 538
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Mar 19 Déc - 18:01 par Samuel A. Adams
Il n'avait pas envie d'entamer cette nouvelle année sans elle. Il ne pouvait pas vraiment se l'expliquer, mais à présent, il voulait que Callie prenne une place importante dans sa vie. Ou plutôt qu'elle la reprenne. Depuis qu'elle et Lilly étaient arrivées à Londres, Samuel ne se voyait plus avancer sans elles à ses côtés. Il n'avait jamais été aussi proche de sa fille que cette année. Alors, oui, bien sûr il l'était quand Lilly n'était encore qu'une enfant, mais aujourd'hui leur relation avait prit un tournant. Et Lilly n'était pas arrivée seule en ville. Dans son sillage, sa mère, le premier amour de Samuel, celle qu'il n'avait jamais vraiment oublié. Parce qu'avec Callie, il y avait toujours eu un goût d'inachevé. Leur relation avait été courte mais elle avait été marqué par des souvenirs biens vivants dans l'esprit de l'australien. Elle avait été la plus belle histoire d'amour de sa vie parce que la plus vraie et la plus sincère. Si Samuel pensait être passé au dessus, le fait de revoir Callie, ce jour-là à la banque alors la tempête battait son plein, lui avait clairement indiqué que non. Quand il avait plongé son regard dans le sien, quand l'ébauche de leur passé commun lui était revenu en mémoire, il avait comprit qu'elle lui manquerait toujours. Il en avait connu des femmes depuis, des femmes admirables, des femmes magnifiques, mais il n'avait jamais retrouvé l'osmose qu'il avait connu avec la mère de sa fille. Puis il s'était interdit d'y songer. Après tout, Callie avait un homme dans sa vie, lui vivait une jolie histoire avec Lorena, et puis ils avaient tous deux tracé un trait sur leur relation, non ? Oui, pas aussi simple. Les choses avaient changé, chacun s'était retrouvé de nouveau célibataire et Lilly avait eu cet accident. Se dire que tout venait de là était assez désagréable, mais il ne fallait pas non plus écarter ce paramètre. Samuel avait passé bien plus de temps avec Callie que ces derniers temps, à partir du moment où il l'avait rejoint dans cette salle d'attente, où chacun avait soutenu l'autre dans sa propre détresse. Et il devait bien admettre qu'il n'avait fréquenté personne depuis. Il ne savait pas si c'était seulement dû au fait qu'il était bien trop préoccupé par l'état de sa fille ou parce que Callie s'imposait de plus en plus dans son esprit.

Et quand Samuel avait une idée en tête, il devait tout faire pour la réaliser. Il avait toujours était un homme de challenge, prêt à tout pour relever les défis. Il ne prenait pas Callie pour un pari à relever, loin de là, mais il avait envie de savoir s'il avait raison d'espérer quoi que ce soit. « Merci. Tu es très séduisant toi aussi ». Il ne pouvait en être autrement. « T’as pas oublié, pour la rose ? Ou alors c’est du pur hasard ? ». Samuel lui fit un large sourire. Il avait la fibre romantique et quelque part, Callie le savait. Autrefois, il pouvait la surprendre par ses petites attentions, même si leur mode de vie n'était en rien comparable à aujourd'hui. Il avait toujours aimé la voir sourire, observer son air malicieux devant ses cadeaux. Parce qu'il avait beau avoir le nez dans ses études, il n'avait pas délaissé Callie pour autant. Parce qu'il se voyait aller loin avec elle autrefois, réellement. Leur vie actuelle aurait pu être parfaite, à l'image de ce soir, sauf que cela n'aurait pas été un rancard après de longues années l'un sans l'autre, mais plutôt un rendez-vous pour se retrouver après une semaine chargée. Mais la vie, ou plutôt leurs choix respectifs, en avaient décidé autrement. Et Samuel ne comptait pas laisser le passé prendre le pas sur cette soirée. Le fait que Callie est accepté ce rendez-vous lui confirmait également qu'elle avait envie d'aller de l'avant. « Tu sais bien que je laisse jamais rien au hasard ». Samuel était un homme d'ordre, quelqu'un de réfléchit. Dans son travail, la rigueur était de mise, il n'y avait pas de place pour le doute, tout devait être préparé. Alors même si dans sa vie de tous les jours il tentait de lâcher un peu ce côté là, il savait que cela finissait par le rattraper. « Merci, ça me touche ». Nouveau sourire complice. Il n'avait pas hésité une seconde quand à la fleur qui lui tendrait ce soir. Même si leur relation avait été assez courte dans le temps, elle était la femme qu'il avait le plus comprit, sûrement parce qu'il avait vécu avec elle. Partager le quotidien permettait d'en connaître plus, n'est-ce pas ?

Callie lui donna la main et il l’entraîna à sa suite. La péniche était joliment éclairée, ni trop chargée ni trop léger. Samuel passa devant sur le ponton et la guida à travers le bateau, gardant toujours sa main dans la sienne. Il était fière d'être à son bras et il pouvait parier que les autres clients pensaient de même. Ils furent guidé à l'étage où seulement deux tables occupaient l'espace. Samuel avait vraiment souhaité un espace intime. Il avait préféré ce bateau à n'importe quel autre restaurant justement pour son côté atypique et, il fallait bien l'admettre, romantique. Et quelque part, cela lui faisait penser au bateau-mouche du bord de seine à Paris, une ville qui le faisait rêver et, si ses souvenirs étaient bons, Callie également. Le serveur s'esquiva le temps de les laisser s'installer. Samuel tira la chaise afin que sa belle puisse prendre place. « Je dois dire que tu mets la barre haut. C’est vraiment magnifique Samuel, je suis très agréablement surprise». Il faut dire qu'il avait lourdement insisté pour avoir cette table, ainsi que ce service. Il n'avait pas regardé à la dépense, rien n'était trop beau pour une soirée comme celle-ci. Et puis Samuel n'avait jamais été proche de son argent, au contraire, il pouvait dépenser sans compter pour ses proches. Il allait lui dire qu'elle n'avait pas encore tout vu quand le serveur remonta vers eux, un énorme bouquet de roses dans les mains. Il les déposa devant Callie et s'esquiva de nouveau. « Tu pensais vraiment que j'allais me contenter d'une seule rose ? », dit-il avec un léger sourire en biais. Il aimait ménager son entrée afin qu'elle n'en soit que plus réussie. « Comme ça tu pourra le mettre en évidence dans ton entrée, ça laissera supposer à tes prétendants qu'ils ont de la concurrence ». Au moins, les choses étaient claires. Si jamais Callie voulait reculer, elle en avait encore l'occasion, mais s'il elle décidait de rester, Samuel ne la laisserait plus jamais partir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 255
» Pseudo : Delphya, HEATHEN
» Avatar : Anne Hathaway
» Âge : 37 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
() message posté Lun 22 Jan - 20:08 par Callie M. Dos Santos
 Forever trusting who we are and nothing else matters
Samuel & Callie
En débarquant à Londres, Callie n'avait jamais vraiment imaginé le genre de vie qu'elle y vivrait. A la base, elle avait plutôt misé sur l'Espagne, ou à la limite les Etats-Unis puisque pour son travail, c'était quand même là que tout prenait son sens. Les plus grandes sociétés étaient bien souvent Américaines, autant dire qu'au niveau de la publicité et de la communication, c'était un peu comme le Nirvana à ses yeux. Jusqu'à maintenant, elle s'était contentée de faire les trajets, profitant en même temps pour aller rendre visite à sa sœur. Elle avait la certitude qu'un jour elle y emmènerait sa fille, ne serait-ce que le temps d'un weekend. Il fallait bien plus qu'un weekend pour découvrir New-York ou Los Angeles, mais elle connaissait suffisamment Lilly pour savoir que si vraiment la ville ne lui plaisait pas, elle pouvait être invivable. Et puis son travail ne lui permettait pas pour l'instant de prendre ne serait-ce qu'une semaine de vacances, bien trop préoccupée par ce nouveau projet de société qui lui tenait à cœur.

A son arrivée dans cette ville anglaise, elle s'était au moins apprêtée à revoir Samuel. Après tout, ils avaient un enfant en commun, et qu'importe ce qu'ils souhaitent vraiment, ils étaient liés à vie. Cependant, Callie ne s'était pas apprêtée à ce qu'ils en arrivent au point de passer une soirée ensemble, rien que tous les deux. Elle connaissait assez son ex-compagnon pour savoir qu'il n'était pas le genre à faire les choses à moitié, mais elle n'avait jamais imaginé qu'il en viendrait à l'inviter pour passer une soirée sur la Tamise, rien que tous les deux. Avec Lilly, peut-être. Ne serait-ce que pour essayer de lui montrer qu'on pouvait faire de chouettes choses à Londres, alors qu'elle avait une réelle aversion pour cette ville. Passer une soirée avec ses deux parents réunis à diner sur un bateau était une chouette chose. Alors oui, ce genre d'activité avec Lilly ne l'aurait pas étonnée, mais jamais elle n'avait imaginé qu'il aurait ce genre d'idée pour une soirée qu'ils avaient programmé à deux. Autant dire qu'il parvenait encore à la surprendre. Son sourire s'élargit face à la rose qui était de loin sa fleur préférée comme le rouge était sa couleur de prédilection. Couleur fascinante, couleur qui anime les sentiments et qui jongle avec la passion, la colère ou encore la sensualité et le triomphe. Des caractéristiques qui lui ressemblent et qui font d'elle cette femme respectée dans ce monde bien trop masculin qu'étaient le monde, ou simplement le business.

Le Hasard, Callie avait envie d'y croire, mais savait que rien n'arrivait jamais par hasard. Et heureusement d'ailleurs. Elle préférait pouvoir gérer sa vie, gérer ses choix et agir en conséquence. Elle non plus ne laissait rien au hasard, et elle était presque rassurée que Samuel soit cet homme qui préférait avoir les cartes en mains. Elle le connaissait plein d'audace, et pourtant elle refusait de mettre la vie de sa fille entre les mains d'une personne qui prônerait le hasard partout et surtout… pour tout. Elle lui adressa un sourire suite à sa remarque. Certes elle pouvait anticiper quelques coups, mais avec le temps et le besoin d'oublier ce passé en commun, elle ressentait le besoin de vouloir le redécouvrir, plutôt que de rester sur un homme qu'elle avait aimé passionnément, mais aussi détesté " - Je crois que je t'en aurais voulu si tu ne te rappelais pas de mes fleurs préférées " Un sourire se joint à ses paroles. Elle n'était pas totalement sérieuse, même si à ses yeux, beaucoup de femmes aimaient les roses rouges. C'était certes, un peu le cliché, mais aux yeux de Callie, elles représentaient bien plus qu'une simple et jolie fleur.

La suite de la soirée allait donc se passer à bord d'une péniche faisant sa balade le long de la Tamise. Ca ne faisait pas des années que Callie se trouvait à Londres, tout juste un an peut-être. Mais jamais elle n'avait fait attention au fait qu'on puisse diner à bord d'un bateau le temps d'une soirée, d'un diner. L'espagnole suivit Samuel, se demandait presque où contait-il l'emmener. Elle fut surprise de ne voir qu'un espace intime, mais aussi agréablement bien décorer. Elle restait épatée par la surprise en elle-même, ne s'y attendant absolument pas. Callie posait ses prunelles un peu partout afin de ne louper aucun détail à cet endroit qui lui plaisait jusqu'à finalement arrivée à la table réservée par son ex-compagnon. La surprise fut d'autant plus grande lorsqu'elle vit un énorme bouquet de roses posé juste devant elle avec l'aide du serveur qui les avait accompagnés. Son regard passa de Samuel, au bouquet de fleurs avec l'impression qu'elle rêvait, ou bien qu'elle venait simplement d'avoir une apparition " - Mais Sam, t'es fou. " Elle se leva non seulement pour pouvoir admirer le bouquet de fleurs, mais s'approcha également de Samuel pour le remercier en l'embrassant.  " - Merci, elles sont magnifiques " Elle ne put cependant réprimer un sourire face à sa remarque. Pour ça, il n'avait pas vraiment à s'inquiéter puisqu'elle ne laissait pas n'importe qui entrer chez elle, à part peut-être des amis, mais rien qui pourrait présager quoi que ce soit d'ambigu. Callie avait toujours eu cette habitude, sans doute par rapport à Lilly. Elle n'avait jamais voulu imposer qui que ce soit à sa fille et même si aujourd'hui Lilly ne vivait plus chez elle, elle n'était pas à l'abris de la voir débarquer. " - Ah maintenant je sais qu'elles sont tes réelles intentions " Elle plaisantait. Elle les connaissait. Ils avaient plus ou moins mis les pieds dans le plat la dernière fois qu'elle s'était rendue chez lui et Callie n'avait pas accepté ce rendez-vous dans l'idée de parler de leur fille toute la soirée. Justement, elle avait espéré qu'ils laissent un peu Lilly de côté et qu'ils puissent discuter d'eux, peut-être du passé et d'arriver à reconstruire quelque chose sans forcément avoir besoin de mettre Lilly au milieu. Callie mit le bouquet de fleur sur une chaise voisine avant de se rassoir " - Et donc, je mets le bouquet dans mon entrée pour faire fuir mes prétendants. Et la rose je la mets où ? Dans ma chambre ? " Peut-être serait-ce symbolique, ou du moins, moins commun que la mettre sur la table du salon. Callie jeta un œil vers le paysage qui se dressait à travers la vitre, puis reporta son attention sur son interlocuteur " - J'ai pas de prétendants. Je n'ai qu'un passé " autrement dit, Samuel était réellement le seul homme pour qui elle avait de l'intérêt. Callie avait mis de côté Macsen, elle n'avait plus de contact avec. Avec son travail, elle rencontrait beaucoup d'homme, puisque le monde des affaires en est peuplé, mais elle a toujours préféré se laisser du temps. Ou laisser du temps à le couple qu'elle et Samuel formaient il y a bien des années de cela.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 538
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Dim 4 Fév - 20:28 par Samuel A. Adams
Il se sentait assez fébrile avant d'arriver ici. Et il se rappelait que cela était plutôt normal aux vues des circonstances. Samuel n'en n'était pas à son premier rancard. Il y en avaient même eu pas mal. Mais jamais avec cette intensité là, jamais il n'avait eu aussi peur que cela ne fonctionne pas. Pourtant, il était homme assez sur de lui et quand il ne l'était pas vraiment, il arrivait à le dissimuler avec assurance et conviction. Il pouvait berner son monde derrière une bonne blague ou un sourire de facade. Il avait toujours été joueur, prêt à relever les défis. Si Samuel pouvait gérer d'une main de maître une opération compliquée, il n'était pas toujours aussi à l'aise face à une femme intimidante. Pour autant, si une femme lui plaisait, il allait tout faire pour lui plaire, pour lui apporter satisfaction. Parce qu'il n'était pas égoïste comme beaucoup. Samuel avait rapidement comprit que pour qu'une femme lui tombe dans les bras, il devait avant tout lui faire plaisir à elle. Son plaisir à lui viendrait après. Il était assez patient pour attendre son tour. Et puis voir le sourire éclatant sur le visage d'une jolie femme était une satisfaction en soit, non ? Non, Samuel n'était pas égoïste. Aussi, quand il donnait rendez-vous à une femme, il n'y allait pas avec la prétention d'obtenir quoi que ce soit ensuite. Pas que cela ne lui traversait pas l'esprit, cela serait mentir et puis il restait un homme qui n'était pas insensible à la sensualité d'une jolie plante. Mais il ne payait pas l'addition dans l'espoir que la dit femme finirait dans son lit. Il ne supportait pas l'idée qu'on puisse penser de lui que s'était un goujat, un enfoiré prêt à tout pour arriver à ses fins. Samuel avait eu une éducation plutôt stricte à ce propos et il remerciait ses parents d'avoir fait de lui un homme droit et respectueux de la gente féminine.

Mais il savait qu'il avait d'autres défauts. Et si quelqu'un le savait, c'était bien Callie. Parce que son rendez-vous avec elle n'avait rien de comparable avec les autres. Là, il ne s'agissait pas d'une inconnue ou d'une simple connaissance, mais de la mère de sa fille. Avec elle, il ne pourrait se cacher derrière une facette, au risque de se faire surprendre ou d’être découvert. Il se sentait nu quand il se gara devant le bateau. Et cela lui confirma qu'il avait encore plus raison d'être ici. Callie pouvait le juger, pouvait faire remonter à la surface le Samuel d'autrefois et il ne savait pas si cela était une bonne ou une mauvaise chose. Un peu nerveux, Samuel avait pianoté sur son téléphone, s'occupant autant les mains que sa pensée. A presque quarante ans, il se faisait encore surprendre par l'adrénaline d'un rendez-vous amoureux. Amoureux... Il ne savait pas comment le qualifier autrement. Pour autant, il était assez nerveux à cette idée. Mais quand il la vit enfin, sa nervosité laissa place au plaisir de la voir. Il la trouvait sublime, peut être encore plus qu'à l'époque de leur rencontre. Callie avait mûrit, elle était devenue une femme brillante qui s’assumait.

Une fois sur le bateau, il reprit le court de ses pensées. Il était plutôt fière de sa surprise et il lut sur le visage de sa compagne que cela fonctionnait assez bien. Et le bouquet de fleur ne fit qu'accentuer un peu plus cette ambiance. « Mais Sam, t'es fou. Merci, elles sont magnifiques ». Gagné ! Mais il savait que cela n'était pas le gage d'une réussite quelconque. Cependant, voir le visage s'illuminer devant les nombreuses roses était un sucés en soit. Il l'étreignit rapidement tandis que ses lèvres venaient se poser sur sa joue en gage de remerciement. Il sentit de nouveau son parfum avec plaisir, puis ils prirent place l'un en face de l'autre. « Ah maintenant je sais qu'elles sont tes réelles intentions ». Samuel appuya son regard, un sourire qui voulait tout dire sur le visage. « Parce que tu en doutais ? ». Non, il savait bien que non. A voir sa tenue, son maquillage, son allure, Callie n'était pas venue pour simplement discuter avec son ex-compagnon. Et quelque part, il était heureux que le message soit bien passé. Il faut dire qu'il n'avait pas vraiment prévu que l'inverse se produise. Samuel pouvait encaisser de se prendre une veste, cela arrivait même aux meilleurs, mais venant de Callie, cela aurait eu un goût amer, très amer. « Et donc, je mets le bouquet dans mon entrée pour faire fuir mes prétendants. Et la rose je la mets où ? Dans ma chambre ? ». Il esquissa un sourire. Samuel ne connaissait pas sa chambre, aussi il ne pouvait que l'imaginer. Mais connaissant l'espagnole, il imaginait un espace décoré simplement mais avec goût, avec une odeur de lavande dans l'air peut être. Puis la voix de Callie se fit plus sérieuse. « J'ai pas de prétendants. Je n'ai qu'un passé ». Il ne cacha pas son soulagement. Jusque là, Samuel ignorait tout de la vie sentimentale de Callie. Il avait su pour Macsen parce que Lilly lui avait dit sans détour, et avec assez d'entrain, que cela était finit entre eux. Mais pour ce qui concernait le reste, il n'avait pas posé de question et ne pouvait que supposer. Mais Samuel était prêt à rivaliser, pour Callie, il était prêt à tout. Pour autant, il était content que la belle soit seule et surtout qu'elle se tourne vers lui. Parce que quand elle énonça le passé, il sut qu'il parlait de lui, d'eux. Il avait fallut qu'ils se retrouvent dans une même ville pour que le passé les surprenne à nouveau. « Tant mieux, ça m'évitera de monter la garde devant chez toi », plaisanta-t-il. Il était toujours ainsi quand il se sentait troublé et c'était le cas actuellement. Sa phrase l'avait quelque peu chamboulé même s'il n'en montra rien. A cet instant, le serveur revint avec un seau où se trouvait une bouteille de champagne. En silence, il déposa deux coupes sur la table, fit sauter le bouchon qui vint se perdre dans l'obscurité de la nuit. D'un geste, Samuel lui expliqua qu'il allait poursuivre. Une fois seuls à nouveau, Samuel servit Callie puis lui même avant de lever sa coupe dans sa direction. « A l'avenir alors », dit-il avec sourire en faisant tinter son verre contre le sien. Le champagne vint lui picoter la gorge avec plaisir puis son attention se porta à nouveau vers l'espagnole. « Que dirait-tu d'être plus qu'un passé ? », demanda-t-il d'une voix posée, son regard rivé dans celui de Callie. Et avant qu'elle ne puisse répondre, il ajouta : « Si tu comptes les roses, tu en trouvera vingt-deux, soit le nombre d'années qu'on se connaît. Il y a eut beaucoup d'années sans toi, mais maintenant qu'on est tous les deux à Londres, j'aimerais qu'il n'y en est plus ».
@Callie M. Dos Santos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 255
» Pseudo : Delphya, HEATHEN
» Avatar : Anne Hathaway
» Âge : 37 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
() message posté Sam 24 Fév - 16:10 par Callie M. Dos Santos
 Forever trusting who we are and nothing else matters
Samuel & Callie
Depuis qu'elle a quitté l'Australie, Callie n'a pas eu beaucoup d'histoires. Elle s'est concentrée sur Lilly, et le reste du temps, elle le consacrait à ses études.  Peut-être même que le fait d'avoir un enfant si jeune pouvait effrayer les hommes de son âge, mais au fond, elle n'a jamais souffert de ce manque d'affection. En cours, la seule chose qu'elle attendait avec beaucoup d'impatience, c'était de voir la journée toucher à sa fin, pour pouvoir rentrer chez elle et passer une partie de la soirée à jouer avec sa fille. Son sourire lui redonnait l'énergie nécessaire pour se plonger dans l'étude, mais Callie essayait surtout de rattraper le temps en consacrant à Lilly quelques heures, juste toutes les deux. Lorsqu'elle se voit aujourd'hui, sa vie reste professionnellement palpitante, mais sentimentalement ennuyeuse. Ou désastreuse. Pour autant, elle assume son passé comme son futur et ça ne fait pas d'elle une femme déprimée. Callie est avant tout, une femme très indépendante et capable de vivre sans la présence d'un homme dans sa vie. Désormais, son travail et sa fille lui prennent beaucoup de temps, et lui font oublier qu'elle peut aussi mettre tout ça de côté, le temps de quelques heures, pour un homme quelconque.

Chose qu'elle a faite avec Samuel ce soir. Une exception peut-être. Son exception. Dans la vie de Callie, Samuel a une place particulière. Déjà en étant le père de sa fille, mais peut-être est-ce le seul avec qui l'histoire était la plus aboutie autrefois. L'espagnole a envie de croire qu'entre eux, il y a bien plus que cette jeune adulte au tempérament de feu qui les lie. Ils peuvent très bien passer une soirée sans se relancer la balle à chercher qui, autrefois, avait raison ou tort. Au fond, avec le temps elle a compris que des torts, ils en ont tous les deux. Et si elle a accepté de passer la soirée avec lui, c'est pour elle, la preuve qu'elle peut désormais passer à autre chose et accepté qu'ils ont un passé commun, pas très glorieux, mais qu'il y a toujours moyen de recoller les morceaux. Il leur avait fallu du temps et de la patience. Une grosse remise en question aussi, mais aujourd'hui ils avaient fait du chemin et Callie n'était pas peu fière de tout ce chemin parcouru.  

Le regard porté sur le bouquet de roses, Callie les trouvait magnifiques. Ce rouge l'envoutait totalement, mais le geste également. Installée face à Samuel, elle lui coule un regard, avec ce sourire qui ne l'avait pas quitté depuis le début de la soirée. " - Non. J'avais quand même une vague idée, mais si j'avais su que tu mettrais les bouchées doubles à ce point, j'aurais au moins redoublé d'effort moi aussi " l'espagnole a pourtant pris le temps pour se préparer. Mais peut-être aurait-elle pris plus de temps pour choisir sa tenue, et peut-être aussi aurait-elle opté pour une toute autre tenue. Elle se serait peut-être coiffée autrement, maquillée différemment " - Au moins, je te verrais plus souvent dans le coin " Si elle avait déjà fait plusieurs fois le trajet jusque chez Samuel, elle ne se rappelait pas que lui soit déjà venu plus d'une fois chez elle. Alors si vraiment il lui prenait l'envie de monter la garde, elle pourrait au moins se voir heureuse de le voir devant chez elle, c'était déjà mieux que rien, c'était un bon début. Non ?

Callie lève également sa coupe, trinquant à l'avenir, comme l'avait si joliment souligné Samuel. A l'avenir. Un avenir auquel elle a confiance et qui lui donne envie d'espérer vivre de nouvelles aventures, de nouveaux changements et ce pourquoi elle est prête à prendre un nouvel élan. Une nouvelle année, de nouveaux buts, mais aussi pourquoi pas de nouveaux projets. Voilà comment elle aimait voir 2018. Face à Samuel qui lui parle d'une possible fusion entre leur passé commun et leur présent, elle ne peut s'empêcher de le fixer. Elle ne pouvait pas faire comme si leur passé n'était qu'un vulgaire moment qu'elle pouvait oublier. Mais elle ne pouvait pas non plus nier que si ses sentiments pour Samuel avaient fini par s'endormie au plus profond d'elle, aujourd'hui il parvenait à les éveiller. Callie coule un regard sur le bouquet de son ex-compagnon, alors que justement, il se justifie. Elle écoute ce qu'il lui dit, toujours réceptive, puis le regarde à nouveau. Callie a l'impression d'avoir mal compris ce que Samuel venait de lui dire. Il y a un an d'ici, elle n'aurait jamais imaginé qu'ils en seraient là ; une bonne chose, une très bonne chose et elle ne peut s'empêcher de lui sourire. " - Je suis d'accord " elle s'arrête, mais reprend en se rendant compte que ça ne voulait absolument rien dire " - Je veux dire, moi aussi j'aimerais beaucoup, Samuel. " Mais il y a un mais. Un mais pas trop compromettant, et au fond Callie espère au moins qu'il pourra comprendre. Alors elle reprend "  - Mais tu penses qu'on peut … prendre un peu de temps ? Je veux dire, qu'on profite un peu de nous. " Elle n'avait pas envie de se lancer à corps perdu et d'y mêler sa famille ou celle de Samuel tout de suite. Elle ne comptait même pas parler de tout ça directement avec Lilly. Oh, Callie ne cherchait pas à se cacher. Loin de là, mais préférait très probablement profiter de tout ça, rien qu'eux deux. Garder leur histoire pour eux, et prendre le temps de se retrouver comme avant au moins le temps de s'assurer que cette fois, ils désirent vraiment la même chose. " - Rassure toi, je ne parle pas de se cacher aux yeux de tous. Mais peut-être juste prendre son temps et laisser les choses se faire sans penser qu'on doit absolument rattraper les vingt-deux années l'un sans l'autre en quelques mois. "


Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 538
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Mar 13 Mar - 17:16 par Samuel A. Adams
Rien n'avait dû être facile pour Callie, il l'imaginait bien à présent. Il savait qu'elle n'était pas seule cependant, qu'elle avait trouvé de l'aide et du soutien auprès des siens, à Madrid. A l'époque, Samuel s'était lancé à corps perdu dans ses études, passant le plus clair de son temps à réviser, à travailler d'arrache pied pour devenir quelqu'un. Mais le soir, quand il fermait enfin les yeux après une journée éreintante, il pensait à Callie. Il imaginait ce qu'elle faisait au même moment, tentant de percevoir de quoi sa vie était faite maintenant. Et il n’apparaissait pas dans le décors, bien sûr. Il se refusait à l'imaginer avec un autre également, alors qu'elle avait toutes les raisons du monde de lui en préférer un autre. Quant Callie avait quitté Sydney, ce n'était pas une pause entre eux, ils ne s'étaient pas promis de tenir la distance pour leur couple. Non, la rupture avait été inévitable, il n'y avait même pas eu à discuter. Si elle partait, c'était pour de bon, c'était parce qu'elle ne voyait pas d'avenir pour eux. Et lors de ces moments de trêve, il repensait à elle avec affection, mais à chaque fois, il sentait son cœur se serrer. Lilly lui manquait. Il la devinait entrain de marcher maladroitement entre deux meubles, s'agrippant aux jambes de sa mère, puis riant aux éclats. Il voyait nettement Callie la prendre dans ses bras, lui chantonnant une comptine bien de chez elle avec son accent qu'il aimait tant. Lui parlait-elle de lui ? Lilly était si petite quand elle avait quitté l'Australie... Elle n'avait pas eu le temps de se créer des souvenirs avec lui, après tout.

Samuel avait donc fini par imaginer la vie qu'elles vivaient toutes deux loin de lui. Et il avait comprit avec le temps que Callie arrivait à tout gérer d'une main de maître. Lui, en avait été incapable. Il n'avait pas fait l’effort, avait pensé qu'il ne pourrait pas tout concilier, s'était montré si égoïste... Aujourd'hui, il s'était plus ou moins pardonné pour tout ça, même si le mal était fait. Mais ce soir, il reprenait espoir. Samuel s'était rapproché de Callie au point où elle était la seule femme occupant ses pensées. Et elle était sublime ce soir, quant bien même elle pensait qu'elle aurait pu faire un effort supplémentaire. Samuel l'avait connu plus jeune, certes, mais elle avait toujours ce charme naturel qui le faisait craquer. Callie n'avait pas besoin d'artifice, elle avait une élégance innée, un visage avenant et un sourire à tomber. « Au moins, je te verrais plus souvent dans le coin ». Il est vrai que Samuel ne s'était jamais trop aventuré chez la belle. Lilly était assez grande pour faire les trajets seule, et les rares fois où il l'avait déposé, il s'était tenu à distance, sans trop savoir pourquoi. Sûrement parce qu'il ne s'était jamais sentit assez à l'aise pour pénétrer dans l'espace intime de son ex. Après tout, Callie était une femme discrète qui tenait à sa vie privée et puis Samuel, à l'époque, n'avait eu aucune envie de tomber sur Macsen. Où n'importe quel autre homme. Mais ce soir, il semblait être définitivement le seul encore en course. Et il n'était pas peu fière.

Alors il se lance. Parce qu'il ne tient plus, il veut être le plus clair possible. Ils sont tous deux assez intelligents pour savoir que ce rendez-vous n'est pas anodin, qu'il cache bien plus. Mais encore faut il savoir s'ils sont sur la même longueur d'onde. « Je veux dire, moi aussi j'aimerais beaucoup, Samuel ». Il lui sourit mais sent bien qu'une suite arrive. Il le voit à son visage et au ton de sa voix. Alors il attend, patiemment, sans la lâcher des yeux. « Mais tu penses qu'on peut … prendre un peu de temps ? Je veux dire, qu'on profite un peu de nous ». Samuel retient un soupire de soulagement. Ce n'est que ça. Il s'était attendu à ce qu'elle diffère, à ce qu'elle reparle du passé faisant obstacle à leur futur. Parce qu'ils ont un passé et que la page ne sera jamais blanche entre eux. Et Samuel ne veut pas faire comme si rien ne s'était passé, comme s'ils reprenaient depuis le début. Ce ne sera jamais le cas entre eux. Callie ne sera jamais une ex comme une autre, au même titre qu'il ne veut pas qu'elle soit juste une copine comme ça. Pour elle, il est prêt à faire le maximum, à la rassurer sur les erreurs qu'il a faite autrefois. Des années se sont écoulées depuis leur rupture et ils se sont assez prouvés qu'ils avaient changé depuis, non ? « Bien sûr. Tout ce que tu voudra », lui dit-il alors, prenant sa main dans la sienne. Et il le pense sincèrement. Il serait même prêt à l'attendre si elle le lui demandait, même si, dans le fond, il espère sincèrement qu'elle ne le fera pas. Parce qu'il ne veut plus perdre de temps, mais si cela était vraiment sa volonté, alors il serait se montrer patient. « Rassure toi, je ne parle pas de se cacher aux yeux de tous. Mais peut-être juste prendre son temps et laisser les choses se faire sans penser qu'on doit absolument rattraper les vingt-deux années l'un sans l'autre en quelques mois ». Il devine qu'elle parle de Lilly, mais aussi de leurs proches. Il n'est pas sans savoir que Mila n'a jamais apprécié la façon dont il avait agit à l'époque, comme il sait que Charlotte à quelques ressentis vis à vis de l'espagnole. Cependant, Samuel n'a pas vraiment imaginé la réaction de leur fille si elle venait à savoir que ses parent se fréquentaient, sans sa présence. Samuel n'ignore absolument pas que Lilly admire sa mère, qu'elle lui voue un amour sans limite, qu'elle aimerait plus que tout devenir comme elle. Mais Callie à raison, il n'est pas nécessaire de tout dévoiler, encore moins à Lilly qui deviendrait tout de suite trop curieuse. « On ne les rattrapera pas, mais on peut en créer de nouvelles. Mais je suis d'accord pour que nous prenions notre temps, je ne compte pas changer de boulot et tu ne comptes pas repartir de Londres, pas vrai ? », demande-t-il à tout hasard, sans vouloir l'offenser. Parce qu'il n'était pas prêt à la voir partir à nouveau, surtout avec Lilly. Il aimait sa vie londonienne et plus particulièrement ce qu'ils avaient créé depuis presque un an ici, avec elles. Il boit une autre gorgée de champagne et le serveur refait son apparition en venant déposer les cartes. Quelques instant s'écoulent avant qu'ils ne fassent leur choix et qu'ils se retrouvent à nouveau seuls. Le bateau file lentement le long de la tamise, l'horizon se découpant au rythme des lumières de la ville. De la musique se met à résonner dans les haut-parleurs. Samuel repoussa sa chaise, tendant sa main à Callie avec un large sourire : « Tu veux bien m'accorder cette danse ? ». Peut être est-ce trop, ou pas, en tout cas Samuel se montre gentleman. Il a toujours accordé à la danse un grand pouvoir de séduction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 255
» Pseudo : Delphya, HEATHEN
» Avatar : Anne Hathaway
» Âge : 37 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
() message posté Ven 13 Avr - 21:05 par Callie M. Dos Santos
 Forever trusting who we are and nothing else matters
Samuel & Callie
Callie n’avait jamais vraiment vu Samuel passer le seuil de sa maison. Elle ne savait pas trop pourquoi, parce que même si elle garder une certaine réserve quant à sa vie privée et refusait catégoriquement de mélanger le travail et le privé, elle doute très probablement que si Samuel avait osé franchir le cap, elle ne l’aurait pas laissé sur la porte. De son côté, il est vrai que l’espagnole n’avait jamais pris le temps de lui proposer de venir. Peut-être parce que son boulot lui prenait toute son attention, ou bien simplement parce qu’elle n’avait pas vraiment osé l’inviter, en pensant la situation quelque peu bancale pour peut-être se retrouver chez sans trop savoir quoi dire. Quoi qu’il en soit, elle ne lui reprochait rien, mais culpabilisait un peu de ne lui avoir jamais proposé de passer, ou simplement de ne pas simplement servir de taxi à leur fille.

En acceptant cette soirée avec le père de sa fille, clairement Callie n’avait pas du tout imaginé qu’il mettrait les petits plats dans les grands. Elle ne s’était pas attendue à une balade à bord d’un bateau, ni même au bouquet de fleurs. Des petites attentions qui lui font plaisir et qui tire un large sourire sur le visage de l’espagnole. Elle aurait aimé pouvoir lui rendre la monnaie de sa pièce et peut-être s’investir un peu plus à son tour, mais vraiment elle n’avait pas du tout imaginé la soirée de cette façon. Un peu de culpabilité lui traverse l’esprit, et puis directement elle se concentre sur la conversation. Callie connaît désormais les intentions de son ex et ça lui réchauffe le cœur. Elle est presque soulagée que ce soit des sensations et sentiments réciproques, même si pour le coup, elle ne veut pas être pressée, elle ne veut pas que tout aille vite, elle veut simplement profiter de se retrouver. Désormais, ils ont une jeune fille au centre de leur vie, autant dire qu’ils ne peuvent pas non plus penser qu’à eux. Pourtant, l’espagnol sait qu’au fond Lilly est grande et qu’au fond, elle commence à vivre sa vie anglaise de son côté, avec ses proches et ses coups de cœur. Jamais elle n’a osé lui parler de la potentielle relation qu’elle aurait avec son père, sans doute est-ce un sujet tabou entre elles-deux.

Néanmoins, Callie ne veut pas que Samuel pense qu’elle n’est pas sûre d’elle, ou qu’elle ne veut pas que ça se sache. Peut-être préfère-t-elle plutôt préserver leur début de nouvelle histoire, comme une petite chose fragile, sans l’exposer au grand public. Elle n’est sans doute pas encore totalement prête à recevoir des avis ou des jugements. Elle n’est pas non plus prête à affronter les questions de Lilly, mais au fond peut-être qu’elle se monte aussi la tête toute seule. Callie aime prendre des risques lorsqu’il s’agit de son boulot, parce qu’elle est sûre d’elle et sûre de ce qu’elle fait. Elle connait son travail par cœur, et elle sait parfaitement où elle veut aller. Cependant, pour sa vie privée, autant dire que c’est une autre affaire étant donné son passé. On ne peut pas dire que c’est un grand succès, à part peut-être Lilly qui a ses yeux est sa plus belle réussite. « Normalement non, sauf si tu me donnes des raisons de le faire. » lui avait-elle répondu avec un léger sourire. Encore que la ville était assez grande pour eux deux et que chacun pouvait aussi vivre sa vie de son côté si vraiment leur relation était vouée à l’échec. De plus, elle avait la vague impression que Lilly arrivait plus ou moins à se faire sa petite vie et à trouver ses marques, et la trimballer encore dans un autre pays, recommencer tout à zéro n’était pas une mince chose à faire. Parce que oui, si Callie décidait soudainement de partir, elle comptait bien emmener Lilly avec elle.

Après avoir choisi ce qu’ils allaient bien pouvoir manger, Callie adresse un sourire aimable au serveur en lui tendant la carte. Elle tourne la tête pour admirer les jolies lumières illuminant les rues de Londres, et les vues qu’offrait ce petit moment en bateau, et fut interrompue lorsque Samuel lui tendit la main pour l’inviter à danser.  L’espagnole sourit et hésite une fraction de secondes, puis accepta en attrapant la main de son ex-compagnon. Elle se leva pour suivre Samuel et s’approcha de lui en se laissant délicatement entrainer sur le rythme de la musique. Pendant quelques minutes elle avait l’impression que le temps s’était arrêté et ne pensait à rien d’autre qu’à cet instant, jusqu’à la fin de la musique où elle s’écarta de Samuel et lui adressa un sourire « Tu comptes me réserver d’autres surprises ou bien c’était le bouquet final ? Non parce qu’il va falloir que je mette les bouchées doubles, la prochaine fois. » Si prochaine fois il y avait ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 538
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Jeu 10 Mai - 23:23 par Samuel A. Adams
Dans le fond, peut être que Samuel n'était pas si carriériste que cela. En tout cas, pas seulement. On avait beau lui reprocher de faire passer son travail avant tout, il n'avait pas lésiné sur les moyens ce soir. Attention, il ne se vantait pas, mais il fallait bien reconnaître qu'il avait tout fait pour charmer la belle. Jusque là, Samuel avait mit sa carrière en avant, au centre de sa vie. Néanmoins, il n'avait jamais eu besoin de faire des démonstrations de romantisme pour conquérir une femme. Il en avait eu les moyens, les occasions aussi, mais la finalité n'était pas la même. Aujourd'hui, il savait très bien pourquoi. Parce qu'à part Callie, il n'avait jamais eu envie d'en avoir une seule comme elle, il la désirait. Pas que les autres n'avaient pas compté, mais il n'avait pas ressentit ce même besoin de leur plaire, de tout leur donner. On pense toujours connaître l'amour, le vrai, mais ce n'est qu'une fois devant la personne aimé qu'on le ressent pour de bon. Et cet amour là, Samuel ne l'avait ressentit que pour une seule femme, à deux reprises. La première fois c'était il y avait plus de vingt ans et aujourd'hui. Mais à l'époque, les événements n'étaient pas les mêmes. L'époque dans laquelle ils vivaient faisait d'eux de jeunes adultes en quête de découverte, du monde, de challenges à relever. Ils étaient adultes mais encore tellement jeunes pour la vie qui les attendait... Et, finalement, ils n'avaient pas eu le temps de se connaître réellement avant de passer de deux à trois. Une fois encore, Samuel s'en voulait un peu d'analyser la chose ainsi, mais c'était un constat devenu concret. Pour autant, il ne reniait pas la naissance de sa fille, au contraire, elle était sa plus grande réussite, sa plus grande fierté. Mais il savait que pour en passer par cet état d'esprit, il lui avait fallut du temps, énormément de temps.

Et c'était en partie grâce à Callie. L'espagnole lui avait prouvé qu'il n'était pas seulement un chirurgien, mais aussi un homme, et surtout un père. Père d'une adolescente aujourd'hui devenue une adulte qu'il avait bien du mal à lâcher dans le grand monde. Un monde qui lui avait lui même réservé bien des surprises à son âge... Aujourd'hui, ils étaient loin de Sydney, loin de ce premier échec entre eux. Du moins Samuel l'espérait. Il cherchait à déjouer le destin à nouveau en s'offrant une seconde chance de courtiser la femme qu'il avait laissé partir des années plus tôt, sans chercher à la retenir. « Normalement non, sauf si tu me donnes des raisons de le faire. » Le sourire qu'elle lui rendit le soulagea. Samuel n'était pas un homme violent, ni intrusif, ni trop jaloux, ni un tas d'autres défauts qui pourraient faire fuir une femme. Mais dans leur cas, il ne s'agissait pas de cela, il le savait bien. Callie avait aimé l'homme derrière le masque, l'homme avant le médecin. Elle était tombé amoureuse de sa fougue, de son humour, de sa gentillesse, des traits de qualités dont il disposait toujours. Alors il ne lui donnerait pas de raison de quitter la ville, d'emporter avec elle des espoirs vains à nouveau. Seulement il ne pouvait pas promettre que tout irait bien, il ne faisait pas de paroles en l'air. On ne savait jamais ce que la vie nous réservait, sinon on ne se lèverait jamais le matin. Mais il pouvait lui promettre d'essayer, ça, il pouvait le faire.

Samuel avait opté pour des mets raffinés, comme il les aimaient. Il aimait joindre l'utile à l'agréable. Plus jeune, il n'aurait pu s'offrir un repas pareil, ni une table comme celle-ci. Pourtant né dans une famille aisée, il avait toujours tenu à devenir indépendant une fois la majorité passé. Il avait vécu comme bon nombre d'étudiant et même à la naissance de Lilly, ils avaient conservé leur petit appartement. Aujourd'hui, il pouvait offrir à Callie un repas digne de ce nom, même s'il savait que l'important n'était pas là. La musique vint flotter jusqu'à eux et Samuel en profita pour inviter Callie à se joindre à lui. Il n'était pas mauvais danseur et, dans son souvenir, Callie non plus. Elle plongea son regard de braise dans le sien et il glissa sa main dans le bas de son dos, une autre dans sa main à elle. Il la berça au rythme de la musique, respirant le parfum entêtant de la chevelure de la belle. Durant cet instant, ils semblaient seuls au monde. « Tu comptes me réserver d’autres surprises ou bien c’était le bouquet final ? Non parce qu’il va falloir que je mette les bouchées doubles, la prochaine fois. » La musique s'était tue, Callie s'était reculée. Mais Samuel avait conservé sa main dans la sienne. Elle était belle à tomber en cet instant, son visage éclairé simplement par la guirlande au dessus d'eux, son air faussement sérieux. Il ne fit même pas attention à son invitation de la fois prochaine, car pour lui, c'était devenu une évidence. Il l'attrapa à nouveau et vint la coller plus près de lui doucement puis il prit son visage à deux mains. Il sentait l'odeur de son parfum, mais aussi son souffle contre sa peau. Sans réfléchir davantage, il l'embrassa tendrement, savourant ce baiser comme si elle risquait de le rompre. « Je rêve de ça depuis que je t'ai vu sur le quai », souffla-t-il. Depuis plus longtemps en fait. « Je voudrais pouvoir recommencer sans avoir peur que tu partes ou qu'il arrive quoi que ce soit ».
@Callie M. Dos Santos
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London
» Love me now or hate me forever!
» FLEUR ✤ forever young
» -Claire-"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit" Serdy forever.~
» La Forever Académie (Forum RPG)
» [Complet]Yun conquiert Kanto ~ Moemon Forever v3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-