Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Entretien pour un poste ( Elizabeth)

avatar
MEMBRE
Cricri
» Date d'inscription : 25/11/2017
» Messages : 6
» Pseudo : Mathie
» Avatar : Francisco lachowski
» Âge : 27
» Schizophrénie : Nope
() message posté Ven 1 Déc 2017 - 23:42 par Christophe de Liederkerke
Christophe était un jeune gérant, les autres lui disaient assez bien, mais comme de toute façon il s'en moquait il faisait avec. Il avait un ami de visite à l'hôtel qui lui avait le style et l'âge que l'on prédisposerait. Il avait pour lui une assez grande admiration, lui qui avait su ouvrir un hôtel du côté de Manchester./ Il s'était spécialisé dans un accueil à la rustique tout en étant toujours dans une clientèle raffinée. C’était un pari risqué aux yeux de Christophe, mais ce dernier le rassurait en lui disant qu'il y avait comme un renouveau de la nature et que tel qu'il était placé, il ne craignait pas la concurrence. Christophe sourit en se disant que sur ce point il n'avait pas tord. Il y avait tellement d'hôtels dans Londres qu'il y avait vraiment pour tous les goûts. Il fallait afficher une certaine, image, unité, une vision de l'établissement unique. Christophe répétait souvent à ses employés " souvenez vous que chacun de vous participe à notre image, nous sommes un service tout entier où vous comme moi pouvons maintenir notre succès." Les personnes de nombreux horizons venaient, du très beau monde, il n'avait vraiment pas à s'en plaindre. Une affaire bien triste avait cependant plané sur le pianiste qui jouait... Ses doigts ne pouvaient plus jouer. Il avait perdu toute envie depuis un moment et venir ici ne lui apportait aucune joie. il était venu un matin alors que Christophe venait lui ouvrir en disant " Monsieur Liederkerke, je suis désolé..."Bien que son nom soit "DE liederkerke", il voulait que l'on oublie cette petite particule entre eux, après tout cela participait au credo du tout le monde sous la même échelle. En marketing, il était possible de manager son équipe de diverses façons. Il ne voulait pas être contre eux, mais avec eux. Le peu de cours qu'il avait suivi à l'université lui avaient au moins appris ce qu'il désirait être. Certains vous diront que cette façade n'est rien quand les reproches pleuvent, et par reproches, il pouvait en sortir un certain nombre par jour, mais acceptait le juste retour de bâtons. peu de gens osaient critiquer le patron au risque qu'il devienne bien plus pointilleux avec celui qui l'avait montré du doigt.

Christophe s'était habitué depuis ces trois années à ce que personne n'ait à redire sur son travail ou ses prises de décision, il devenait le seul à se jeter lui-même des pierres dès qu'il trouvait que sa performance était loin d'être la plus adaptée avec tel collègue ou employé. Ce type se levait, vivait et dormait avec une pression digne des meilleurs films de suspense. Il serrait sa veste marine dans l'attente de cette nouvelle pianiste. Quand il songeait à ce vieux pianiste... il en avait le coeur serré. Il aurait bien tout donné pour ne pas changer d'équipe, mais il fallait se rendre à l'évidence... Il allait devoir le vire, car ses morceaux étaient de moins en moins juste. Il avait dû partir de son propre chef, il ne rajouter pas cette tâche à faire à son directeur.Le jeune homme n'avait pas peur de dire les choses, il était assez distant avec certaines, dirait-il, "actions nécessaires." Dans la gestion, il n'y avait pas de place pour les affaires qui ne marchaient pas. S'il avait réussi à se hisser vers le haut, il était convaincu que son pragmatisme en étant pour quelque chose. Il avait toujours dans les entretiens cette cravate noire légèrement laquée comme s'il venait de soirée huppée. Ses chaussures mimaient le même effet pour donner un homme plein d'élégance dans cet ensemble bleu et marine. Cet ensemble n'était pas souvent de bonne augure. Il ne le mettait que lorsqu'il prenait des décisions importantes. C'était un peu stupide, mais c'était aussi celui qui lui avait donné son poste. Certains avaient des rituels plus ou moins étranges, il dirait mais lui c'était ce costume que lui avait offert son père. Assis dans le fond de sa chaise matelassée, il observait la porte devant son bureau. Bientôt une personne arriverait, pousserait la porte qui couinerait et viendrait s'asseoir face à lui. Ce moment était sur le point d'arriver. Son ami lui fit un signe depuis le couloir pour disparaître dans les escaliers. Diantre ! Il aurait pu remonter lui donner son ressentis. Sa porte resta entrouverte sur une charmante jeune femme.

" Madame Perkins, je présume, entrez, je vous prie, prenez votre temps. Vous avez tout le mien." Il s'avança pour offrir la main d'un homme qui n'avait jamais oscillé, sûr de lui sur ses deux jambes. Il reprit ensuite sa place et lui exposa le plan de l’entretien. Il aimait cadrer les choses pour aller droit au but au plus vite."La première partie de l'entretien dure 10 minutes, je vous laisse maitre de la discussion. Vous vous présentez, dites moi vos motivations et ce que vous attendez de notre établissement.Ensuite nous discuterons...si vous avez les moindres questions, vous pourrez les poser tout au long de cette discussion. Je me présente tout d'abord, je suis Christophe de Liederkerke, gérant de cet hôtel depuis maintenant trois ans. Je recherche un pianiste pour remplacer un départ. Le pianiste étant très aimé de notre clientèle, son rôle est primordial. Il apporte plus de gaieté, disons et donne une vraie âme à l'hôtel. Je vous laisse à présent vous présenter".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
ep
» Date d'inscription : 25/11/2017
» Messages : 9
» Pseudo : cooky.
» Avatar : frida gustavsson.
» Âge : 26 ans.
» Schizophrénie : nope.
() message posté Mer 6 Déc 2017 - 21:19 par Elizabeth L. Perkins
 

entretien pour un poste

Christophe de Liederkerke & Elizabeth Perkins


Depuis quelques semaines, la vie reprenait son cours. Elizabeth ne restait plus des heures allongées sur son lit à attendre que le temps passe, regardant ces petites tâches d'eau sur ses oreillers, signe de sa profonde tristesse. L'océan était à l'intérieur de son corps. Il ne cessait de monter et de déborder au niveau de ses yeux. Salées, les larmes n’atteignaient pas toujours le sol, le tissus des oreillers ou la table. En un coup de langue, la petite goutte d'eau qui perlait sur son visage était happée et ré-ingurgitée, prête à reprendre le même chemin qu'elle avait emprunté jusqu'à la sortie. Les jours se ressemblaient. Et si cela faisait quelques mois que Jeremy n'était plus présent, Elizabeth le portait toujours dans son cœur. Dans son corps. Elle avait senti ce manque s'installer doucement et la dévorer, dévorer ses pensées.

Les sorties avec ses amis lui permettaient de respirer, de se sentir vivante, d'avoir du positif dans cette vie qui semblait s'assombrir de jour en jour. Elle qui se voyait proposer à son ex petit-ami de la soutenir alors qu'elle allait tenter la carrière de sa vie, Elizabeth se retrouvait seule à déprimer, à consoler son cœur, panser ses blessures. Ô elle avait bien du soutient dans son entourage, c'était principalement sa motivation interne qui en avait prit un coup. Elle se revoyait quitter le bureau de son centre de finances des idées plein la tête : elle voulait faire un plan stable pour le présenter à son petit ami et lui dire qu'enfin elle réalisait ce rêve qu'elle avait depuis sa tendre enfance. Ce n'était pas que dans les rêves des jeunes garçons que de faire parti d'un groupe de musique, Elizabeth en avait rêver toute sa vie. Malheureusement, elle n'avait pas choisi son orientation, et puis la facilité l'avait emportée : suivre le bon vouloir de tout le monde semblait être mieux pour la cohabitation de chacun. Bien qu'étant un mère aimante, Agnès était beaucoup trop à cheval sur la vie de sa fille, ce qui lui repprochait beaucoup son mari Charles : c'était bien plus fort qu'elle, incontrôlable. La vie d'artiste était bien trop instable pour une jolie jeune fille comme la sienne : elle méritait tellement mieux ! Mais était-ce vraiment mieux, au bout du compte ? Non. Les regrets dévoraient doucement Elizabeth. Le regret de ne s'être jamais opposée à ce que lui avait dit sa mère. Actuellement, elle avait quelques économies qui lui permettait de vivre un certaine temps, et un petit travail en tant que serveuse dans un restaurant chic du coin. Elle faisait tout bien Elizabeth. Elle était belle Elizabeth. Elle passait partout Elizabeth. Mais Elizabeth n'avait pas la motivation pour tout. Et en quelques mois, elle avait enchaîner différents petits boulots, qu'elle laissait rapidement tomber. Actuellement, elle était à la recherche de l'emploi de sa vie, d'une occasion, d'un travail dans la musique. Car si une chose l'enchantait tous les jours, c'était de retrouver les touches de son piano. Les notes venaient avec un naturel déconcertant, des mélodies d'une mélancolie sans fond dignes de l'océan au fond d'elle. Il est vrai que les dernières compositions de la demoiselle n'étaient pas joyeuses, mais elle s'efforçait d'en pratiquer souvent. Surtout depuis qu'elle avait prit rendez-vous pour un entretien afin de devenir pianiste dans l'hôtel Hilton. Elle avait rendez-vous avec un certain Monsieur de Liederkerke à quatorze heure tapante. Il fallait que tout soit parfait.

Comme toujours lorsqu'elle était atteint d'un stresse intense, Elizabeth demandait à sortir les soirs précédant l'entretien, sauf la veille. Elle était donc sortie toute la semaine et s'était si bien alcoolisée qu'elle avait du mal à travailler correctement de lendemain. Mais qu'importait, le mieux, c'était qu'elle prenait du bon temps, qu'elle se changeait les idées, qu'elle profitait d'autre chose avec de se préparer à ne penser qu'à l'entretien. Malheureusement, le rythme ne fut pas le même cette semaine. A croire que le moral était trop bas pour sortir, elle composa des chansons toute la semaine dans le but d'en avoir au moins une bien à présenter à son peut être prochain directeur. La veille, elle prit un long bain, très long, et alla courir ensuite, pour reprendre un second bain et cette fois se préparer. Elle serait tellement jolie demain qu'elle serait prise. Ayant postulé dans un hôtel de luxe, elle doutait que l'homme qu'elle allait rencontrer serait très conciliant sur la tenue qu'elle porterait : elle décida alors de ne pas trop en faire, mais de montrer qu'elle avait tout de même les bons codes. Elle n'allait pas non plus trop en faire, il ne fallait pas donner l'impression de draguer le directeur d'emblée... Surtout qu'il allait certainement être vieux non ? C'est grâce à cette question que la demoiselle tapa le nom de "Christophe de Liederkerke" sur google et tomba sur une petite base de photographies qui montraient tout l'inverse de ce qu'elle pensait : il était carrément mignon, jeune... Que faisait-il déjà à se poste ? Elizabeth ne s'interrogea pas bien longtemps sur la vie de cet homme, mais plutôt sur le choix de sa tenue. Elle décida de prendre quelque chose de simple, se maquillerai tout autant, avec classe et simplicité. Elle pensait que cela conviendrait plus au style de la boite.

« Bonjour, je suis Elizabeth Perkins, je viens pour un entretien d'embauche avec Monsieur de Liederkerke. » A quatorze heure tapante, elle attendait dans une petite salle qu'on lui indique la direction à prendre. Un charmant jeune homme lui présenta une porte à moitié ouverte : « Pour être pianiste ? C'est au fond du couloir, la porte en face, vous ne pouvez pas vous tromper mademoiselle. Quelqu'un attend peut être encore son tour. ». Elizabeth ne se laissa pas impressionner, elle regarda la couloir et sourit au jeune homme : « Merci beaucoup pour votre aide. » et d'un pas assuré, elle reprit son chemin. Elle frappa à la porte, la poussa doucement, celle-ci se mit à grincer de manière peu agréable. Avec un sourire aux lèvres, elle reconnu l'homme des photographies et entra dans la pièce suite à son invitation. Elle prit sa main doucement et l'agita pour le saluer. Elle s'installa sur le siège face à lui, séparée de lui par son bureau, elle avait donc tout son temps... Tant mieux. Pendant qu'il parlait, Elizabeth observait légèrement l'homme qu'il était, elle tentait de l'analyser et de comprendre qui il était pour tenter de convenir parfaitement à la représentation de pianiste qu'il avait. Malheureusement, le bureau n'avait pas beaucoup d'indices... Elizabeth se concentra donc sur ce qu'elle devait faire : se présenter. « Bonjour, enchantée de vous rencontrer, monsieur, je suis donc ici pour prendre le nouveau poste de pianiste, je n'étais pas au courant que c'était un départ, vous m'en voyez désolée. J'espère que mon parcours, et surtout mon jeu, vous conviendront. J'ai un parcours quelque peu atypique, comme vous avez du le voir sur mon CV. Je suis des cours de musique depuis mes sept ans. Après des cours de solfège et individualisé en piano et guitare,  j'ai été sélectionnée au conservatoire de Londres lors de mon collègue et mon lycée. Cela me prenait beaucoup de mon temps, je faisais des concerts et aidait parfois certains groupes lors de représentations mineurs. Mon entrée en études supérieurs ne m'a pas permis, malheureusement, de continuer sur le même rythme. Je me suis inscrite dans une école d'économie où j'ai été spécialisée en finance, et j'en ai fais mon métier pendant les quatre dernières années. Je n'ai cependant pas arrêté la musique pour autant. J'ai de nombreux amis du conservatoire qui requiert souvent mon aide pour composer des morceaux et les accompagner sur scène. Dans la mesure du possible, je les aidais. C'était un grand plaisir pour moi que de participer à des projets musicaux que je n'avais jamais pu faire. Il est dur de se lancer dans le milieu de la musique et ce n'était pas la norme de mon entourage. C'est donc après un diplôme de finance et des ressources financières plus importantes, surtout mes économies, que je me permets de le faire, enfin, maintenant. Votre emplois me parait idéal. Je ne vous cache pas que c'est sa stabilité qui m'intéresse le plus. Les horaires sont fixes, les jours de travail plus ou moins, ce qui me permettra de continuer de faire quelques activités musicales en dehors du travail et surtout de composer. Car c'est certainement une de mes parties favorites. J'ai composé quelques morceaux au vu de cet entretien afin de m'aider à mieux comprendre le style de l'hôtel et vos attentes.   » Elizabeth se tenait droite sur sa chaise, les mains sur ses genoux, qui ne bougeaient pas, et les yeux rivés sur Christophe, signifiant qu'elle lui offrait toutes ces paroles. « Je pense que votre établissement est un endroit où des personnes viennent pour obtenir le service idéal. Pour se détendre. Je pense aussi que c'est un lieu où le passage est régulier et où le client doit être accueilli de la meilleure des manière possible. Votre bâtiment respire le goût, le style et la classe. J'espère que la touche de gaieté qu'il a perdu dernièrement sera en ma capacité. Je ne vous ai pas mentionné mes compétences, mais je suis une experte du piano donc, et je joue aussi de la guitare et du violoncelle. J'aimerai savoir si vous aviez une playlist de référence, et voir aussi comment est installé le piano dans le logement, cela me permettrai de mieux appréhender ce qu'il faudra jouer. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Entretien pour un poste ( Elizabeth)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: South London :: Hôtel Hilton
» Besoin de votre aide pour les postes vacants
» 1 poste de juge de trade a combler
» Commissariat de police féminin pour protéger les femmes.
» Et un entretien pour la cabane dans le vieux chêne, un.
» Une interview... pour une préfète... [PV: Olivia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-