Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


All I needed was a Nespresso [feat. Samuel A. Adams]

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/11/2017
» Messages : 8
» Avatar : torrey devitto
» Âge : Trente-trois ans
() message posté Sam 2 Déc - 15:59 par Mila P. Dos Santos
Ce matin, Mila s'est levée encore plus tôt que d'habitude. Et comme sa journée au Great Osmond Hospital ne commence qu'à onze heures, elle a encore un long moment devant elle. Pour en profiter, la belle cardiologue a choisi le Beth's Bistrot, un endroit qu'elle affectionne particulièrement. Ce dernier lui manque chaque fois qu'elle quitte la ville. Ainsi, durant son long séjour à New-York, Mila s'y rendait chaque fois qu'elle était de passage à Londres. Bien sûr, New-York regorge également de lieux où les boissons sont excellentes. Mais le Beth's Bistrot occupe une place privilégiée dans le cœur de la jeune femme. Il lui rappelle de si bons souvenirs, et à certains égards, elle s'y sent même chez elle. La famille Dos Santos et leurs amis y ont leurs habitudes, et chacune des trois sœurs y a déjà fêté son anniversaire. C'est donc avec une émotion certaine que Mila passe la porte de ce lieu cher à son cœur. Se dirigeant vers le bar, elle sait d'emblée ce qui lui fait envie.

-Bonjour, un Nespresso, s'il vous plaît, dit Mila à une jeune serveuse qu'elle ne connaît pas. Jeune et blonde aux yeux noisette, cette dernière a probablement été engagée après la dernière venue de Mila à Londres. Souriante et élancée, elle semble très aimable et volontaire. La médecin est servie en moins de cinq minutes, alors qu'elle n'est visiblement pas la seule cliente au comptoir.
-Merci, mademoiselle, dit-t-elle poliment en prenant sa commande.

Mila s'installe à une petite table aménagée pour deux personnes, le long de la fenêtre. Elle a toujours apprécié regarder les passants tout en sirotant son café. Même lorsqu'elle travaille, il lui plaît de lever la tête quelques instants pour le faire. Ce matin, pour occuper ce moment de tranquillité, le choix de Mila s'est porté sur la lecture. Non sans hâte, la jeune femme ouvre le manuel de cardiologie de l'un de ses anciens professeurs de faculté. A ce jour, ce dernier reste l'une de ses références incontournables. Même si elle a terminé ses études, Mila aime redécouvrir les œuvres de ses enseignants. Même si elle exerce incontestablement le travail de ses rêves, d’une certaine manière, elle regrette ses années d’étudiante. Découvrir la médecine avant de la pratiquer à titre professionnel a été une expérience inoubliable pour Mila. Bien qu’elle soit parvenue à devenir cardiologue, il ne se passe pas un jour sans qu’elle songe à ces cours passionnants d’amphithéâtre. De même, ces après-midi de travaux dirigés en laboratoire lui reviennent presque quotidiennement. Aimant particulièrement la recherche, Mila garde un excellent souvenir de la confection de sa thèse. Soutenir ce travail l’avait rendue fière, elle ainsi que sa famille. Elle revoit encore le sourire de ses sœurs qui n’avaient jamais cessé de l’encourager dans ce dur labeur. En tout état de cause, le doctorat n’avait fait que confirmer l’attrait de Mila pour ce métier. La jeune femme s’en souvient chaque fois qu’elle ouvre l’un de ses manuels de médecine.

Regardant autour d’elle après avoir fermé son bouquin, à l’issue d’une demi-heure de lecture, Mila aperçoit un visage familier. Ayant longtemps entretenu un lien d’alliance avec cet homme, elle ne peut décemment rester indifférente. Mais au vu des circonstances, est-il convenable de l’aborder ? Mila ignore même s’il est au courant de son retour. D’un autre côté, elle craint de passer pour très impolie en restant inerte. Face à ce dilemme, et à contrecœur, Mila fait le choix d’attendre que l’intéressé vienne à elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 357
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Indianna M. (n.dormer) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Dim 10 Déc - 19:08 par Samuel A. Adams
Samuel venait de garer sa moto le long du mur de l'hôpital. Il avait une place de parking réservé mais comme il utilisait rarement sa voiture, il préférait la laisser à ses collègues, notamment les mamans qui avaient bien besoin de ne pas tourner des plombes avant de pouvoir mettre pied à terre. Comme à son habitude, Samuel entra par le service des urgences. Toujours vêtu de sa veste de moto et de son jean noir, il passait incognito parmi les patients. Néanmoins, le personnel médical ne pouvait passer outre la venue du chef de la chirurgie. Certains semblaient oublier qu'il n'avait pas toujours été le chef ici. Comme tous, il avait fait son travail parmi les autres, enchaînant les urgences dans ce même service. D'ailleurs, c'est bien ici qu'il avait passé le plus de temps. Les urgences étaient son secteur de prédilection, celui pour lequel il avait voulu devenir chirurgien. En tant que chirurgien en traumatologie, il était le premier appellé sur un accident ou une urgence. Bien sûr, sa spécialité n'était pas la plus réputée. Et pour cause, s'était elle qui comptait le plus grand nombres de décès au vu des états parfois chaotiques des victimes arrivant aux urgences. Et puis elle n'était pas la plus simple ni la plus esthétique. Samuel devait bien reconnaître que certaines opérations tenaient plus du Frankenstein qu'autre chose. Mais il était là son travail, dans l'urgence, dans la précipitation et l'adrénaline des premieres minutes. Parce que bien souvent, c'est là que tout se jouait. Oui, Samuel était avant tout un chirurgien et non un chef, même si ce statut était devenu bien plus oppressant qu'il ne l'avait pensé. Le Adams jeta donc un regard central sur le hall des urgences et fut soulagé de constater qu'il n'était pas saturé. Il savait qu'il était encore tôt, que le flot des accidents survenait surtout en fin de journée ou au début de la nuit. En silence, il souhaita bon courage à toutes ces personnes qui donnaient de leurs temps et de leurs énergies pour sauver des vies.

En arrivant dans son bureau, Samuel constata que deux hommes en costumes l'y attendaient. S'il était du genre à oublier des rendez-vous, celui-là était bien imprimé dans sa mémoire. Au vu de leur visages fermés, il sut que cet entretien ne serait pas une partie de plaisir. Pourtant, il leur serra chaleureusement la main, leur proposa du café et les invita à s'asseoir sur la banquette trônant contre le mur du fond. Samuel les connaissaient pour être de vrais emmerdeurs. En tant que représentants du conseil d'administration de l'hôpital, ils avaient pour but de veiller au grain, d'éplucher toutes les dépenses, toutes les demandes et les anomalies attenantes à cet hôpital. Ce type d'entretien avait lieu chaque trimestre afin de faire un point sur les mois passés. Et comme Samuel le craignait, son comportement ainsi que ses absences avaient été remarqué. Mais il se justifia rapidement en expliquant qu'il n'avait jamais prit de congé avant ça et qu'il l'avait fait pour rester au chevet de sa fille, gravement accidenté. Il ne se servait pas de Lilly comme excuse, pas du tout, il disait simplement la vérité. Sans le vouloir, sa fille l'avait poussé à prendre du temps pour eux en dehors de l'hôpital. Une fois ce point énoncé, ils lui parlèrent de sa faute professionnelle quant à l'opération qu'il avait mené lui même sur son enfant. Samuel prit sur lui pour ne pas soupirer. En tant que chef, il se devait de fermer sa bouche et d'écouter les remontrances sans broncher. Mais en tant que père, il bouillonnait de l'intérieur de ne pas leur dire d'aller se faire foutre.

L'entretien avait duré plus d'une heure. Une éternité pour Samuel. Il se sentait à la fois las et épuisé de cette rencontre. Il jeta un œil à sa montre. Il avait encore le temps de partir et de courir, d'aller se vider la tête avant de commencer réellement sa journée. De toute façon, il était déjà venu en avance ce matin et puis il avait largement eut son compte d'heures supplémentaire. Il pouvait bien se permettre ce petit écart. Il fouilla donc dans son placard et troqua sa tenue de ville pour un jogging et un sweat à capuche. Samuel demanda à son assistante de lui accorder une heure et demi de répit avant de le harceler de mails et d'appels en tout genre. C'est ainsi qu'il démarra son jogging matinal et il en avait grandement besoin. Le froid hivernal lui brûla le visage, mais très vite, Samuel trouva son rythme de course et son corps s'auto-réchauffa. Après plus de quarante minutes de course, Samuel s'arrêta devant le Beth Bistro afin de se réchauffer et de s'offrir une petite douceur. Il commanda un café bien noir et un muffin à emporter quand son regard se posa sur une cliente un peu plus loin. Mila. Son ex belle-soeur était ici, à Londres. Celle-ci semblait l'avoir reconnu aussi. Samuel paya ses achats et se dirigea vers elle. Il n'était pas du genre à filer sans faire preuve de politesse. Au vu des relations qu'il entretenait aujourd’hui avec Callie et Lilly, il ne voulait pas se montrer rustre envers celle qui faisait partit de leur famille. « Salut Mila », dit-il en arrivant à sa hauteur. « J'vois que tu t'offres aussi une pause boisson chaude », ajouta-t-il en désignant le gobelet posé devant elle.
@Mila P. Dos Santos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
All I needed was a Nespresso [feat. Samuel A. Adams]
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Oxford Street :: Beth’s Bistrot
» Autour d'un billard ( Feat Samuel )
» (disparu) samuel h. adams - civilian - vieil homme prêtre
» Construction d'une Haiti Nouvelle: GRAHN MONDE Samuel Pierre Editeur
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» NSA : Samuel "Sam" Fisher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-