Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
LC awards 2017 !
C'est déjà la quatrième édition et pour les nominations, on se retrouve ici.
Les dés du Père Noël !
Cela se passe par ici pour avoir des cadeaux de la part du Père Noël.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Life is an incurable Disease ❀ Tancredi A. De Conti

avatar
MEMBRE
Difficult roads lead to beautiful destinations.
» Date d'inscription : 29/11/2017
» Messages : 85
» Pseudo : Sweety
» Avatar : Jack O'Connell
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : //
() message posté Mar 5 Déc 2017 - 4:10 par Zola Monroe

Life is an incurable Disease
Tancredi & Zola
Allongé sur mon lit d'hôpital, j'essayais encore de rassembler mes esprits et de comprendre ce qui venait vraiment de m'arriver. En fait, je tentais surtout de me persuader que tout ceci n'était pas réel mais c'était peine perdue. Laissant mes yeux se perdre dans le vide, j'étais à la fois abattu et frustré de constater que le destin ne m'accordait pas le moindre répit. A force, j'avais l'impression d'être maudit car chaque fois que j'apercevais la lumière au bout du tunnel, il fallait qu'une couille m'arrive. Pourtant, au départ, cette journée paraissait semblable aux précédentes: le matin, je m'étais rendu en cours avant de manger en compagnie de mes camarades de classe mais alors que je venais de finir de déjeuner et que je m'apprêtais à retourner en classe, j'avais brusquement senti une vive douleur s'emparer de mon cœur: ayant l'impression de ne plus pouvoir respirer, ma vue s'était rapidement brouillée puis soudainement, cela avait été le néant le plus total. Tout ce dont je me rappelle par la suite, c'est de m'être réveillé dans ce lit d'hôpital tout en ayant l'impression désagréable que je venais de passer sous un rouleau compresseur. Il m'avait d'ailleurs fallu de longues minutes pour émerger totalement et réaliser par la même occasion que je me trouvais dans une chambre d'hôpital.

J'avais alors imaginé le pire mais contre toute attente, un médecin était rapidement venu à mon chevet et avait tenté de me rassurer. Selon ses dire, je m'étais écroulé dans les couloirs de mon université mais heureusement, les secours étaient rapidement intervenus et mon état avait été rapidement stabilisé. A ses yeux, j'avais donc été victime d'un simple malaise mais avant de me donner un verdict définitif, il préférait cependant attendre le résultat de mes examens. Quelque peu rassuré, je m'étais alors dit que d'ici quelques heures, je pourrais quitter cet endroit sordide et ainsi oublier ce petit incident: je ne me doutais pas encore qu'une très mauvaise surprise m'attendrait au tournant.

En effet, quelques minutes plus tôt, le médecin était revenu dans ma chambre et en voyant l'air fermé qu'il affichait, j'avais directement compris que quelque chose clochait. Calmement, il m'avait alors expliqué qu'à son grand regret, la situation était plus grave qu'il ne le croyait. Au regard des questions qu'il m'avait posé par la suite, j'avais immédiatement compris qu'il s'inquiétait pour mon cœur. Ne voulant pas qu'il tourne autour du pot indéfiniment, je lui avais alors demandé de me dire la vérité et sans prendre la moindre pincette, il m'avait confié que ma maladie s'était aggravée. Selon lui, une intervention chirurgicale n'était pas nécessaire pour le moment mais désormais, j'allais devoir passer des examens assez régulièrement pour que les médecins surveillent mon cas de près. De plus,il fallait que je prenne un nouveau traitement pour éviter que la situation ne s'aggrave.

A en juger par ce que l'on venait de m'annoncer, il était logique que je sois secoué. De plus, les médecins m'avaient formellement interdit de quitter l'hôpital seul ce qui m'avait contraint à appeler mes parents à la rescousse. Malheureusement, ce n'était décidément pas ma journée puisque malgré tous mes efforts, je n'étais pas parvenu à les joindre. Coincé, j'avais alors réalisé que je n'avais pas le choix: si je voulais sortir d'ici, il fallait que je contacte un de mes amis. Refusant catégoriquement d'appeler Kenzo, j'avais finalement jeté mon dévolu sur mon meilleur ami. Tancredi allait sûrement arriver d'ici quelques minutes et je me demandais ce que j'allais bien pouvoir lui raconter. Pour le moment,, seuls mes parents savaient que je traînais une maladie du cœur depuis de longues années et cela ne me plaisait pas d'être contraint de dévoiler la vérité à mon meilleur ami. Seulement, il allait bien falloir que je trouve une explication plausible pour lui expliquer pourquoi j'avais atterri ici. Allais-je lui confier la vérité? Rien n'était moins sûr pour le moment.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Life is an incurable Disease ❀ Tancredi A. De Conti
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-