Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Points doublés !
À l'occasion du Royal Wedding tous les points sont doublés pour le weekend (lundi y compris). C'est le moment d'en profiter !
Résultats de la Guerre des groupes !
Après presque un mois de lutte acharnée, il est temps de découvrir les résultats. Rendez-vous par ici.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


fb. why don’t you be you, and i’ll be me ? (tanraz)

 :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 958
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans depuis le douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & bodeva h. andrews (g. hedlund)
() message posté Sam 9 Déc - 20:27 par Shiraz M. Monroe
Why don’t you be you, and i’ll be me ?
Shiraz M. Monroe + Tancredi A. De Conti

Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ? ✻✻✻ Je me pavanais fièrement dans les rues d’Oxford Street. De nombreux sacs au bout des bras et mon garde du corps Larry sur mes pas. Aujourd’hui, c’était mon anniversaire. J’arrivais enfin aux vingt-trois ans, mais je n’avais pas pris en maturité. Je n’attendais pas les premiers appels ou les cadeaux, dès dix heures du matin j’avais quitté mon appartement avec l’envie de dévaliser les boutiques de Londres et de faire chauffer la carte de crédit. C’était ma manière d’accepter qu’en vérité, je vieillissais plus qu’autre chose. La fin d’après-midi approchait, et je commençais à être fatiguée après un marathon shopping comme celui-ci. Il était prévu que je retrouve Tancredi pour 20h. J’avais encore le temps de rentrer chez moi, de prendre un bon bain et d’essayer mes vêtements. Alors sans plus attendre, Larry et moi allions rejoindre Jack qui nous attendait garer non loin de là. Une vingtaine de minutes plus tard, je me trouvais en bas de mon immeuble. J’embrassais mes deux protecteurs et amis et rejoignais mon appartement en sautillant. Je ne tardais pas à me faire couler un bain dans lequel je vidais bien des flacons de produits moussants et colorés. Puis je commençais à me rouler un gros joint pour accompagner mon moment de détente. Après avoir branché les enceintes et lancé ma playlist, je me débarrassais de tout vêtements et le glissais dans mon bain. J’y restai un long moment, pendant lequel je profitais de cet instant de solitude et de sérénité. Aux alentours dix-neuf heures et quart, je sortais du bain et commençais à me préparer. J’essayai tour à tour les robes achetée le jour même et portais mon choix sur une robe noir en dentelle au décolleté plongeant dans le dos, et au col rond. Je me maquillais, me coiffais et glissais mes pieds dans des escarpins rouges bordeaux vernis. Quelques minutes plus tard, Tancredi sonnait à la porte. J’enfilais mon long manteau en fausse fourrure et me dirigeais vers la porte. Je l’ouvris et tout en attrapant mon sac et mon écharpe, lançais à Tancredi : « Pour une fois je suis à l’heure ! » Je me hissais sur la pointe des pieds pour l’embrasser, car même en talons je restai minuscule et lui immense. « Alors on on va où ? » Demandais-je en sautillant, un grand sourire aux lèvres. Un bruit sourd se fit entendre suivit de petits bruits rapides sur le parquet. Stitch arrivait en courant et se heurta contre le pied d’un meuble. Comme toujours. Je me baissais pour caresser le bouledogue français et forçais à rester à l’intérieur en tentant de fermer la porte derrière moi. Une fois fait, je me tournais vers Tancredi, les mains sur les hanches. Impatiente d’être une princesse pour un soir.
✻✻✻
CODES ©️ WICH WITCH


Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/07/2017
» Messages : 2611
» Pseudo : « moo' »
» Avatar : « nicola simoes. »
» Âge : « vingt sept ans (13 août 1990). »
» Schizophrénie : « lou ann m. busby, levi g. woodhull-barnett, constance a. love-baert. »
() message posté Dim 10 Déc - 23:21 par Tancredi A. De Conti
Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ?   ✻✻✻ Nous sommes le douze septembre. C'est l'anniversaire de la femme partageant sa vie depuis déjà six ans. A part le message comprenant les termes « Joyeux anniversaire », « Je passe te prendre à vingt heures. » et « Je t'aime ! » qu'il lui envoie dès que ses mains sont sortis de son coussin, sa tête se lève de son coussin et que son corps prenant toute la place dans le lit s'approche de sa table de chevet afin d'éteindre sa cinquième alarmes, il ne sait pas encore ce qu'ils vont faire tous les deux après l'avoir prit à son appartement dans le quartier de Soho à vingt heures voire plus, si comme a son habitude Shiraz n'est pas prête à l'heure.
Il parcourt le menu de son portable avant que son pouce n'appuie sur l'application de « l'agenda » afin d'être certain qu'il n'a aucuns rendez vous professionnels : que ce soit ce matin ou, cet après midi. Et ce n'est pas le cas. Ce qui fait qu'il va être en mesure de faire de toutes les sites internet possible, triant ce qu'il n'est pas du tout faisable en fonction des goûts de Shiraz et de ce qu'ils ont déjà fait lors des quatre derniers anniversaires jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il lui faut.
Dès que ses pieds touchent le sol de la chambre, il se lève de son lit et avance jusqu'à son armoire, s'étirant dans tous les sens. Il prend un pantalon et un tee shirt qu'il enfile avant de prendre son ordinateur portable trônant sur son bureau. Il va dans la cuisine afin de se faire une tasse de ce liquide noir a base de caféine, passant une main dans ses cheveux. Il ouvre l'un des placards et en sort un paquet de chips avant qu'il rejoigne le salon. Il pose tout sur la table basse et s'assoit dans le divan alors que son pouce appuie sur le bouton rouge de la télécommande qu'il a prit au passage. Il prend le paquet de clopes traînant sur le divan, se la coince entre les lèvres avant de faire apparaître la flamme, parcourant les chaînes de la t.v jusqu'à ce qu'il tombe sur un programme qui lui convient. Il alterne entre sa clope et sa boisson chaude alors qu'il appuie sur le bouton « on » de son ordinateur portable. Dès que sa clope finit dans le cendrier, il prend l'ordinateur portable sur lui ainsi que le paquet de chips tandis que la tasse vide se retrouve sur la table et que ses jambes s'étendent et ses pieds se croisent sur le rebord de la table basse.
Ce n'est qu'en fin d'après midi, qu'il a les deux réservations !
Il enlève ses pieds de la table basse, plie ses jambes et le haut de son corps se penche en avant, afin que son ordinateur portable se pose sur la table basse auprès de sa tasse, des bières et des paquets de chips vides. Il se lève, rejoignant la pièce d'eau afin de prendre une douche. Il en sort avec un drap de bain autour de la taille, se dirigeant vers le salon afin de prendre une clope et son briquet sur la table basse. Il se la coince entre les lèvres, faisant apparaître la flamme alors qu'il rejoint sa chambre. Il sort un sous vêtements, un jeans, des chaussettes et une chemise de son armoire et les enfile alors que sa clope termine dans le cendrier qui se trouve sur son bureau. Il récupère le cadeau pour Shiraz dans le tiroir de sa table de chevet. Il prend sa veste trônant sur la chaise près de son bureau et sort de la chambre, la tapotant afin d'être certain que son porte monnaie est dans l'une des poches.
Alors que la nuit tombe sur la capitale londonienne, il sort de son appartement, la veste sur son dos où il y a mit dans l'autre poche son paquet de clope et un briquet. Il rejoint son transport personnel se trouvant sur une place le long de l'accotement a quelques pas de l'immeuble. Il roule jusqu'au quartier de Soho se situant dans le centre londonien, le garant a nouveau sur une place le long de l'accotement a quelques pas de l'immeuble dans lequel se trouve l'appartement de l'actrice de vingt trois ans qu'il rejoint. Il sonne, la porte qui s'ouvre laissant apparaître la jeune femme dans une robe noire avec des escarpins rouges vernis avec un long manteau. Shiraz prend son écharpe et son sac à main en même temps qu'un « Pour une fois je suis à l’heure ! » avant que ses pieds ne se hissent sur leurs pointes afin afin que leurs lèvres se touchent. Juste après son « Alors on va où ? » le chien qui court jusqu'à eux a le droit a quelques caresses avant que Shiraz ne ferme la porte de son appartement. Après son « On va a bord d'un bateau sur la Tamise et après .. » il prend l'une des mains de la jeune femme se trouvant jusque là sur sa hanche, liant ses doigts au siens suivit d'un « .. on va faire une ballade en montgolfière. » avec un sourire inscrit sur les lèvres alors qu'il l'entraîne vers la sortie de l'immeuble. A son « Et en fait .. » il se stoppe devant la porte dont il tient la poignet suivit d'un   « .. Joyeux anniversaire, Mlle Monroe. Vous êtes vraiment magnifique. »  avant de l'attirant contre lui, déposant ses lèvres sur les siennes.  


✻✻✻
CODES ©️️️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 958
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans depuis le douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & bodeva h. andrews (g. hedlund)
() message posté Jeu 28 Déc - 20:43 par Shiraz M. Monroe
Why don’t you be you, and i’ll be me ?
Shiraz M. Monroe + Tancredi A. De Conti

Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ?   ✻✻✻ Une année de plus au compteur et je n'avançais pas plus vite. J'étais terrorisée, à chaque pas dehors. A chaque fois que mon corps retrouvait celui de Tancredi. J'avais peur de ses décisions, de ses mots. Qu'il me presse, qu'il me brusque. J'avais peur d'être confronté à ce à quoi je n'étais pas préparé. Je voulais rester enfant, je voulais rester à jamais cette éternelle gamine de vingt-deux ans, presque au sommet de sa gloire. Je voulais ne prendre aucune ride, ne pas avoir à regretter le passé. Vivre pour moi et non pour les autres. Je ne m'étais pas rendu compte de l'importance qu'avait prit ma relation avec Tancredi avant Cape Town. Je ne m'étais pas rendu compte que lui et moi, c'était pour ma vie. Si j'avais su, sûrement aurais-je fuit dans la direction opposée. Et je m'en voulais d'y croire fermement. En moi, c'était un torrent de confusions. Il y avait cette peur, mais aussi cette joie lorsque je le voyais. Je ne pouvais m'empêcher de sourire, d'être heureuse dans ses bras. Mais cette dépendance me terrorisait. Je n'avais pas le pouvoir de contrôler le temps et la vie. J'avais trop peur de le perdre, et de ne jamais pouvoir le retrouver comme je l'avais cru auparavant. Je ne voulais plus être perdue sans lui, comme avant. Démunie. Brisée. Avec ces milliers de morceaux de mon coeur éparpillés à travers le monde. J'étais terrorisée, mais comme toujours je gardais le sourire. Je faisais semblant que tout allait bien, que les choses continuaient d'aller bien. Et aujourd'hui encore, même si j'avais peur de ce changement d'âge, j'étais excitée à l'idée d'être la princesse de la soirée. J'étais faite de contradictions, et j'avais parfois du mal moi-même à choisir quel camp adopter. Lorsque Tancredi sonna à la porte, je me dépêchais d'aller lui ouvrir. Bien heureuse de sortir enfin. De fêter enfin, à ses côtés. Il était beau comme toujours, et un grand sourire parfait étirait son visage. Je l'embrassais doucement après avoir refermé la porte au nez de Stitch. Tan m'annonça qu'un tour en bateau sur la tamise nous attendait. J'eu un soupir satisfait et levais la tête fièrement. Mais rapidement je tournais la tête vers lui. Un tour en montgolfière? Il se foutait de moi. Je fis la moue et croisais les bras en prenant l’ascenseur. « Genre t'as trouvé des montgolfière à Londres, arrêtes ton char! » Il me laissa sortir en premier de l'immeuble mais s'arrêta pour me souhaiter un joyeux anniversaire. Excitée je sautillais sur place en tapant des mains et me jetais à son cou. « Merci!! Est-ce que j'ai l'air plus vieille? J'ai cru voir une ride ce matin en me maquillant. » Lançais-je d'un air dramatique. Il me guida jusqu'à sa voiture et je montais côté passager. J'avais toujours aimé monter devant, alors, avec Jack, je n'hésitais pas à monter à ses côtés lorsque Larry n'était pas avec nous. Tancredi démarra la voiture et intérieurement je tentais de deviner où est-ce qu'il m'emmenait, n'ayant pas cru l'histoire de la ballade sur la tamise et en montgolfière. Je gigotais sur mon siège d'impatience et plusieurs fois Tancredi du poser ma main sur ma cuisse pour me faire cesser. Au bout de la troisième fois je me tournais vers lui et lui fis des bisous dans le cou pour le déconcentrer alors qu'il conduisait. « Sinon, tu as passé une bonne journée? » Depuis notre dispute au sujet de Vernon, je m'efforçais de penser à poser ce genre de questions. A toujours demander même si je sens que les choses vont bien. Je devais me monter plus présente et plus intéressée. Alors je tournais la tête vers lui, un léger sourire sur les lèvres, après m'être rassis correctement sur mon siège. Vingt-quatre ans mais j'agissais encore comme une enfant de cinq ans.
✻✻✻
CODES ©️ WICH WITCH

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/07/2017
» Messages : 2611
» Pseudo : « moo' »
» Avatar : « nicola simoes. »
» Âge : « vingt sept ans (13 août 1990). »
» Schizophrénie : « lou ann m. busby, levi g. woodhull-barnett, constance a. love-baert. »
() message posté Ven 2 Fév - 22:47 par Tancredi A. De Conti
Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ? ✻✻✻ De l’instant où son corps vêtu d’un simple bout de tissus est sortit du lit à l’instant où son corps est sortit de l’appartement lorsque la nuit a recouvert la capitale londonienne : le haut de son corps n’a fait qu’un avec le divan du salon ;  le bas de son corps s’est engourdi en reposant tendu sur la table basse ;  ses lunettes aux bords noirs ont fait une marque sur le haut de son nez et ont conduit a l'apparition d'une légère gêne derrière les oreilles ; son ordinateur portable n'a fait qu'un avec ses cuisses au point qu'une chaleur se dégageait d'en dessous de l'appareil ; l'un de ses cendriers s'est remplit d'un tas de clopes ; les paquets de chips et les bières vides ont envahit la table basse. Simplement, parce qu'il a fait tous les sites de touristes concernant les lieux de restauration ou encore, les activités à faire. Ceci jusqu'à ce qu'en fin d'après midi, il est fait deux réservations : une plus classique puisqu'il s'agit de la dégustation d'amuses bouches et de champagne a bord d'un bateau sur la Tamise et une plus originale puisqu'il s'agit d'un tour dans une montgolfière.  Si bien que le « Genre t'as trouvé des montgolfière à Londres, arrêtes ton char ! » de la jeune femme qui croise ses bras contre sa poitrine, ne le surprend pas. Il fait un mouvement d'épaules de haut en bas suivit d'un « Tu verras bien. » un sourire inscrit sur les lèvres alors qu'ils prennent l’ascenseur qui les amène à la sortie de l'immeuble. A son simple « joyeux anniversaire », l'actrice saute sur place en tapant dans ses mains avant de se jeter à son cou suivit d'un « Merci !! Est ce que j'ai l'air plus vieille? J'ai cru voir une ride ce matin en me maquillant. » Il lève les yeux au ciel avant un « Mais, non. Tu es magnifique. » en riant alors qu'ils se rendent jusqu'à son véhicule qui est a l'arrêt le long de l'accotement. Pendant le trajet, une de ses mains se pose sur la cuisse de sa petite amie afin que son corps cesse de gigoter dans tous les sens. Ce n'est qu'après un « Hé, t'as pas le droit. C'est de la triche ! » en se mordant légèrement la lèvre inférieure que Shiraz s'assoit correctement sur son siège, cessant de lui faire des baisers dans son cou alors qu'il conduit a une vive vitesse dans les rues londoniennes. A son « Sinon, tu as passé une bonne journée ? » il fait un mouvement de la tête de haut en bas avant un  « Oui. Mais, c'est plutôt à toi qu'il faut demander ça .. » tournant la tête vers la jeune femme suivit d'un « Qu'est ce que t'as fais de beau pour fêter ces vingt quatre ans ? » un sourire inscrit sur les lèvres alors qu'ils s'approchent du lieu d'embarquement. Après un « Et voilà. » une fois la voiture a l'arrêt sur une place de parking le long de l'accotement, il sort rapidement, se la jouant gentleman puisqu'il ouvre la porte de Shiraz, lui tendant sa main avant qu'ils ne rejoignent le bateau dans lequel il donne son nom à la personne qui est à l'accueil. Il approche ses lèvres de l'oreille de la jeune femme lui glissant un « J'espère t'es pas trop déçues de ton début de soirée d'anniversaire. » avec un sourire inscrit sur les lèvres suivit d'un « Je trouverai bien un moyen de me rattraper, sinon. » avant que ses lèvres ne se déposent furtivement dans son cou alors qu'ils suivent la personne jusqu'à une table a l'avant du bateau, donnant sur une vue imprenable de Londres avec champagne et en préparation un tas d'amuses bouches.  

✻✻✻
CODES ©️️️️️ WHICH WITCH.

Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 958
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans depuis le douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & bodeva h. andrews (g. hedlund)
() message posté Dim 18 Mar - 14:03 par Shiraz M. Monroe
Why don’t you be you, and i’ll be me ?
Shiraz M. Monroe + Tancredi A. De Conti

Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ?   ✻✻✻ Le jour de mon anniversaire avait toujours été un jour spécial, car on avait toujours fait en sorte que je le ressente de cette manière. Mes parents avaient toujours fait le maximum pour que Basile et moi ne regrettions jamais nos anniversaires. Nous avions été des enfants pourries gâtées. Mais encore aujourd'hui, Tancredi avait pris la relève pour me faire passer ce changement d'âge en douceur. Cette sortie me faisait oublier que je veillissais, elle me donnait l'impression d'être unique. D'être le centre de l'attention. Tancredi flattait mon égo, et me rendait heureuse. Il me promettait une soirée en montgolfière à laquelle je ne croyais pas. Mais au fond, c'était possible. Tancredi avait toujours remusé ciel et terre pour me satisfaire. Et parfois, je m'en voulais. D'être si capricieuse. De demander autant, et d'obtenir autant. Depuis toujours, je me pensais être simple, différente des autres célébrités car je gardais tout de même ces étroits liens avec la vie réelle. La plupart de mes amis appartenaient à ce monde réel. Je continuais de vivre et d'agir comme une simple citoyenne Londonienne. Pourtant, mon garde du corps était toujours proche, prêt à me protéger. Pourtant, j'attendais toujours que ma vie soit marquée de moments inoubliables et accessibles à d'autres. Je voulais être différente, et exceptionnelle. J'avais cette ambition et cet égo qui m'empêchait d'avancer. Qui m'empêchait de me contenter de ce que je possédais déjà. Honteuse, je baissais la tête. Malgré tout le recul que je parvenais parfois à prendre sur moi, je ne changeais pas. Tancredi en faisait beaucoup trop pour que je l'aime, alors que notre amour était évident, indestructible. En silence, je le suivais dans la voiture. Mais l'impatience faisait rage, et je tentais de le déconcentrer, n'obtenant aucun autre indice de sa part. Je ris à ses protestations et me calmais. Il était temps que je commence à agir comme une personne de mon âge. J'en profitais pour lancer la discussion, comme sont sensés le faire des adultes lorsqu'ils se retrouvent dans la même pièce. « J'ai fais du shopping. Tu aimes ma robe? Elle fait partie de mes trouvailles de la journée. » Je feignais l'insouscience, mais au fond, je m'étais sentie plutôt seule aujourd'hui. Personne ne m'avait accompagné faire du lèche-vitrine ou ne m'avait donné son avis sur mes achats. A force de trop vouloir être indépendante, je m'étais retrouvée seule. Peut-être était-il temps de sauter le pas, et d'emménager avec Tancredi. Je détournais la tête, pour cacher ce qui me tracassait et regardais autour de moi. Tancredi arrêta la voiture, nous étions sur un parking aux abords de la Tamise. J'avais déjà fait des ballades en bateau, mais ce soir, c'était différent. Ce n'était pas pour une soirée, c'était avec l'homme que j'aimais. Il vint m'ouvrir la portière, et sans voix, je sortis de la voiture. J'avançais jusqu'à l'entrée et laissais Tancredi nous présenter. Je le suivais, en regardant autour de moi, émerveillée. Je me sentais exceptionnelle, à ses yeux pour mériter tout cela. Je me tournais vers lui et abrutie, répondais : « C'est... C'est parfait... » Je me jetais à son cou et l'embrassais tendrement. « Merci... » Je caressais son visage avec douceur et ris à sa remarque. « Ooh mais j'en attends beaucoup de cette partie là de la soirée. Je veux des montagnes russes pour mes vingt-quatre ans. Grrr » Je mimais une panthère en le regardant de manière aguicheuse et suivais le placeur jusqu'à notre table, à l'avant du bateau. Sur la table, pleins de trucs à manger et du champagne. Je sautais sur place et lançais : « Chouette on va se bourrer la gueule en amoureux ! » Sans faire attention au visage surpris du placeur, j'embrassais Tancredi et tapais dans les mains d'impatience, un grand sourire d'enfant aux lèvres. Tout était parfait.
✻✻✻
CODES ©️ WICH WITCH

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/07/2017
» Messages : 2611
» Pseudo : « moo' »
» Avatar : « nicola simoes. »
» Âge : « vingt sept ans (13 août 1990). »
» Schizophrénie : « lou ann m. busby, levi g. woodhull-barnett, constance a. love-baert. »
() message posté Mer 11 Avr - 23:16 par Tancredi A. De Conti
Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ? ✻✻✻ Ce qu'il a fait .. Il a fait un tas de sites internet .. Il a bu des bières en mangeant un tas de paquets de chips .. Il a fait 2 réservations en passant des coups de fil .. Il a rempli son cendrier d'une vingtaine de clopes .. Il a prit une douche .. Il a mit des « beaux » habits ..  Il a prit sa voiture .. Il l'a prit à son appartement à vingt heures .. En soit : Ce n'est pas important ce qu'il a fait .. Mais, ce qu'a fait Shiraz l'est parce qu'en ce douze septembre c'est son anniversaire ! Est ce que Shiraz a vu l'un des membres de son entourage familial .. Comme Zola, Basile ou ses parents ? ou, l'un des membres de son entourage amical .. Comme l'un des ou les 2 jumeaux B. ? ou, Est ce que Shiraz n'eu aucune compagnie ? Il n'en sait rien .. Peut être qu'il ne vaut mieux pas qu'il le sache parce qu'il risque d'être prit de quelques regrets : Elle a reçu un message, oui. Mais, comme ils se sont mis ok sur le fait qu'ils seraient ensembles dès 20 heures, il ne lui a pas dit qu'ils pouvaient être ensembles dès le matin ou l'après midi. Bien que là, il aurait du un peu de mal a faire ses recherches et ses réservations puisqu'il s'y est prit comme un « manche » en les faisant a la dernière minute. Et qu'est ce que Shiraz a fait ? Verdict .. « J'ai fais du shopping. Tu aimes ma robe ? Elle fait partie de mes trouvailles de la journée. » Il acquiesce d'un signe de la tête de haut en bas.  « Elle est très jolie. » Il a un sourire inscrit sur les lèvres. Même s'il n'y connaît absolument « quedal » dans le domaine de la mode féminine, il n'est pas objectif .. Même si dans les rayons d'une boutique de vêtements ou sur la photographie de vêtements sur un site internet de ventes en ligne, il peut être éprit de doutes quant au résultat final si ces vêtements se retrouvent sur le corps de Shiraz, il change d'avis aussitôt .. Il l'a trouve magnifique en toutes circonstances et avec n'importe quoi .. « C'est .. C'est parfait .. » Shiraz l'embrasse, les bras autour de son cou. « Merci .. » Elle lui caresse le visage. Il a choisit une promenade a bord d'un bateau sur la Tamise parce qu'ils ne l'ont jamais fait lors d'un de leurs anniversaires précédents. Bien qu'il n'a pas prit de grands risques en choisissant la dégustation d'amuses bouches et de champagne devant une vue nocturne incroyable de la capitale anglaise, ça le soulage que ça convienne à Shiraz. [color#cc9999]« Ooh mais j'en attends beaucoup de cette partie là de la soirée. Je veux des montagnes russes pour mes vingt quatre ans. Grrr. »[/color] Il rit légèrement en la voyant mimer une panthère avec un air aguicheur inscrit sur le visage. « Ce que Mlle Monrie veut, Mlle Monroe aura. » Il lui sourit, déposant un baiser sur sa tempe. Il ne relève pas même en guise de taquinerie qu'il ne faisait référence à un moment charnel qu'au cas où sa soirée ne lui plaît pas. Pas le contraire. Enfin .. De toute manière il est sûr en son fond intérieur qu'il n'arrivera pas à ne pas lui enlever cette robe dans quelques heures dès qu'ils seront chez l'un ou chez l'autre. « Chouette on va se bourrer la gueule en amoureux ! » Il rit, remerciant quand même l'homme qui les laisse juste après seuls avant que Shiraz ne l'embrasse. « C'est partit ! » Il donne les deux coupes de champagne a Shiraz et prend la bouteille de champagne, les servant. Puis, il prend une des deux coupes. « A toi .. A ton anniversaire ! » Il sourit, tapant légèrement le rebord de son verre contre le sien avant de prendre une gorgée. Il passe sa main libre autour de sa taille avant de l'embrasser, la serrant un peu contre lui. « Oh. J'ai un cadeau pour toi. » A vrai dire, les deux parties de la soirée en sont déjà. Mais il sort quand même une petite boîte de la poche de sa veste. « Tiens .. » S'il est convaincu que c'est ce qu'il veut. Il a quand même peur de la réaction de Shiraz voire que ça gâche la soirée mais bon ..  Non ce n'est pas une bague. Bien qu'il y pense .. Un jour .. Mais il préférait déjà avoir une réponse positive à sa demande là .. Soit qu'ils aménagent ensembles. Il a choisit de faire bien dans le « kitch » : Il a mis dans la petite boîte une porte clef personnalisé avec un clap de cinéma et une médaille en acier avec la gravure de LA question dessus.

✻✻✻
CODES ©️️️️️ WHICH WITCH.

Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 958
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans depuis le douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & bodeva h. andrews (g. hedlund)
() message posté Jeu 12 Avr - 15:44 par Shiraz M. Monroe
Why don’t you be you, and i’ll be me ?
Shiraz M. Monroe + Tancredi A. De Conti

Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ?   ✻✻✻ Il y a quelques temps, j'avais tendance à toujours broyer du noir. Mais c'était la drogue qui me provoquait ces moments de dépressions. Hormis cela, j'avais toujours été heureuse. Je me contentais de la simplicité, en même temps que je jouissais des plaisirs d'avoir de l'argent. Je pouvais ressentir le même bonheur à regarder un film en compagnie de Tancredi qu'en passant une soirée sur une péniche à déguster des amuses bouches. J'étais simple, j'avais le coeur pur et le sourire facile. Cette soirée signifiait probablement beaucoup pour Tancredi, car il s'était donné du mal pour que les choses soient parfaites. Je n'en avais pas attendu moins, je n'avais jamais douté qu'on fêterait dignement mon anniversaire. Une simple sortie au cinéma m'aurait rendu toute aussi heureuse. Mais j'aimais être une princesse. Pour mon égo, cette soirée dépassait toutes mes attentes. J'avais de la chance. J'en avais toujours eu dès lors que Tancredi avait posé son regard sur moi. Son amour était la solution à tout. Sans lui, les choses n'avaient plus aucune saveur. Je me contentais de tout et de rien car je l'avais lui. Car ses caresses, ses paroles étaient déjà assez suffisantes pour m'accrocher un sourire idiot aux lèvres. Rien n'était grave car je savais qu'il serait là pour sécher mes larmes. Depuis le premier jour, il avait toujours tout fait pour que je ne manque jamais de rien. Être aimé à ce point me rendait capricieuse et négligeante, mais le bonheur, il le voyait chaque jour sur mon visage. Et ça lui suffisait. Et il n'en demandait jamais plus. Il répondit bien assez vite à mes avances, et je gloussais en me rapprochant du buffet. Quelques secondes plus tard, il levait son verre à mon honneur. Fière, je haussais la tête et levais mon verre moi aussi. J'y bus une gorgée, rapidement coupée par l'évocation d'un cadeau. J'aimais les cadeaux. Je trépigais sur place alors qu'il me tendait la petite boîte. Au moins, ce n'était pas une bague, tout allait bien. Avec précipitation, j'ouvrais la boîte et restais pétrifiée. Une clef. Il n'y avait pas besoin d'explications pour comprendre les sous-entendus de ce cadeau. Au bout d'un long moment je m'autorisais enfin de respirer et me mis à taper du pied, d'incertitude. Mon talon claquait contre le sol. Le silence était pesant. Je n'avais pas quitté la clef des yeux. D'un geste brusque, j'attrapais la coupe de champagne que j'avais pos pour ouvrir ce cadeau empoisonné. Je la termindais cul sec et la reposais tout aussi violemment. Je me resservis, et rebus mon verre d'une traite. Puis, as cette même frénésie indécise, j'attrapais une cigarette et la calais entre mes lèvres. Je l'allumais, et m'adossais à la rembarde en me mordillais la lèvre. Je sentais le regard paniqué de Tan sur moi mais je n'y faisais pas attention. Je voulais vivre avec lui, mais j'avais peur. De changer, de ne plus l'aimer à force de toujours l'avoir près de moi. J'avais peur que la routine gâche tout. Je passais une main dans mes cheveux et tout en tapant du pied, je tentais de masquer mon inquiétude. Après un long moment, je répondis enfin : « Ok, mais j'veux les choses en grand. On repart de zéro, Tan. » Lentement je me détachais de la barrière pour me rapprocher de lui. J'attrapais le col de sa chemise et l'attirais contre moi. Je murmurais : « On cherche un appart et on s'aime pour la vie. Si je me perds, tu me rattrapes. Je ne veux pas que ça nous change. On oublie le passé, mais on ne regarde pas vers l'avenir. Laisse moi aimer notre vie mais ne m'en demande pas plus. » Toutes ces conneries autour du mariage et des enfants, fallait qu'il les foute aux encombrants. Il veillissait, mais moi je grandissais. Je n'étais pas prête pour ce genre de responsabilités et d'engagement. Tout ce que je voulais c'était être avec lui. Tout simplement. Mais passer une étape, c'était envisager la suivante. Pour le moment, il n'y avait pas d'autres étapes. Juste le temps, et nous lui donnant sens.
✻✻✻
CODES ©️ WICH WITCH

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 04/07/2017
» Messages : 2611
» Pseudo : « moo' »
» Avatar : « nicola simoes. »
» Âge : « vingt sept ans (13 août 1990). »
» Schizophrénie : « lou ann m. busby, levi g. woodhull-barnett, constance a. love-baert. »
() message posté Mer 2 Mai - 17:50 par Tancredi A. De Conti
Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ?   ✻✻✻ Même s'ils ont fait un « break » de deux ans cela fait quand même sept ans qu'ils sont ensembles. Il est temps qu'ils habitent ensembles, non ? C'est ce qu'il pense, lui. Mais, il ne sait pas les raisons de ce « déclic » qu'il a eu quelques jours auparavant. Au point qu'il fasse quelques sites de ventes en ligne avant de se rendre dans des boutiques de Londres afin de prendre ce porte clef et la clef. Ceci afin de faire une « vraie » demande d'emménagement ensembles à Shiraz. Pourquoi, là. Pourquoi ce 12 septembre 2018, lors de son anniversaire. Il ne sait pas. Stupide. Parce qu'il le connaît, son « électron libre. » S'il se sent prêt, lui. Parce qu'ils connaissent le caractère, les goûts de l'autre « parc coeur. » Parce qu'ils ont déjà vécu  un tas d'expériences ensembles tout aussi positives que négatives. Parce qu'ils s'en sont sortis. Parce qu'ils s'aiment toujours autant. Il les sent prêt. Mais, ce n'est peut être pas le cas de Shiraz. En tout cas en n'entendant seulement l'impact d'un de ses talons de chaussures sur le sol du bateau ou encore en la voyant boire sa coupe de champagne déjà servit d'une traite et de s'en servir une autre afin de faire de même avant de s'appuyer contre la rambarde en fumant une clope, il en a l'impression  ..  Mon dieu. Panique. Il n'aurait pas dû. Ca y est .. C'est sa soirée d'anniversaire a cause de lui est un gâchis. Enfin, c'est ce qu'il croit là tout de suite. Sauf que d'un coup, Shiraz accepte sa proposition. S'il acquiesce d'un signe de la tête a son « Ok, mais j'veux les choses en grand. On repart de zéro, Tan. » un sourire de dessinant sur ses lèvres alors que Shiraz s'approche a nouveau de lui, il « tilt » légèrement concernant son « On cherche un appart et on s'aime pour la vie. Si je me perds, tu me rattrapes. Je ne veux pas que ça nous change. On oublie le passé, mais on ne regarde pas vers l'avenir. Laisse moi aimer notre vie mais ne m'en demande pas plus. » notamment sur la condition qu'il sait déjà non négociable et la plus importante de Shiraz. Il pose l'une de ses mains sur sa taille frêle tandis que son autre main se pose dans sa nuque, son pouce caressant sa joue.  « Ce que tu veux, d'accord .. » Il pose ses lèvres sur les siennes un court instant. Il pose son front contre le sien. « Même si j'suis pas sur que j'puisse te faire la promesse de tenir tes conditions indéfiniement. » Aussitôt, il pose a nouveau ses lèvres sur les siennes, ne réprimant pas un sourire contre ses dernières. Il n'est pas comme Shiraz.  Il a conscience des ans qui défilent. Il a envie que dans plus ou moins longtemps ce soit sa femme et qu'ils aient des enfants. Enfin .. Dès que leurs lèvres se détachent, il pose son front contre le sien.  « Mais, je vais essayer .. Promis. » Il le sait d'avance que ce sera un échec cuisant de sa part. Mais, bon. Il se recule et prend sa coupe de champagne afin d'en boire tout en s'éloignant vers la rambarde afin de fumer a son tour une clope.  « J'crois que tous les amuses bouches vont être pour toi parce que j'ai engloutit trop de chips, aujourd'hui ! » Il sourit, revenant sur une conversation plus légère ..


✻✻✻
CODES ©️️️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 958
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans depuis le douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan) & bodeva h. andrews (g. hedlund)
() message posté Ven 11 Mai - 21:25 par Shiraz M. Monroe
Why don’t you be you, and i’ll be me ?
Shiraz M. Monroe + Tancredi A. De Conti

Come on let it go, come on let it be, why don’t you bey ou and i’ll be me ?   ✻✻✻ Tancredi m'en demandait beaucoup, mais c'était légitime. J'avais conscience que je n'avais plus aucune raison de refuser. La seule personne capable d'en trouver serait Lola. Mais Lola n'était pas objective dans son jugement pour une raison qui m'échappait. Sûrement parce qu'elle m'avait ramassé à la petite cuillère sans en savoir le motif, mais simplement la cause. Elle avait hait Tancredi et quelque part, moi aussi je m'étais longtemps protégé de lui. Mais aujourd'hui, je n'avais plus aucune raison d'avoir peur. Il n'avait jamais cessé de répondre à mes attentes, aujourd'hui il était temps que je réponde aux siennes. Je voulais passer ma vie avec Tancredi, c'était certain. Mais lui n'avait aucune preuve de cela. Je devais le rassurer, lui montrer que finalement, non je ne pensais pas si différemment de lui. J'acceptais alors, sans lui cacher toutes mes craintes. En réponse, il vint me prendre dans ses bras et me souffla qu'il accepterait tout, tant qu'il lui serait possible. Il m'embrassa doucement et je souriais. Mais ce fut un sourire à moitié forcé, car je craignais la vie à deux. Je craignais qu'on se détruise de nouveau. J'avais besoin de me sentir rassurée. Je m'éloignais de nouveau de lui et tirais avidement sur ma cigarette. Il en alluma une à son tour et changea de sujet. Je jetais un regard au buffet avec un sourire. Je n'avais plus si faim. J'avais l'estomac noué, par la peur de tout faire foirer. J'avais toujours tenu à notre relation, même lorsque je m'étais trouvée au pus bas. Mais je pouvais rechuter, tout pourrait exploser, de nouveau. « T'inquiètes, j'ai toujours un tupperware sur moi pour pas gâcher si jamais j'ai plus faim. » Pas très classe en effet, mais c'était tout moi. Je regardais au loin, tirant lentement sur ma cigarette. J'avais le coeur lourd désormais. Je n'étais pas encore assez rassurée pour être heureuse de cette décision. J'aimais ma liberté, ma vie décalée du reste du monde. J'aimais pouvoir me réfugier derrière mes bouquins, foutre le bordel puis tout ranger. J'aimais mon quotidien, mais Tancredi, je l'aimais plus encore. Je tournais la tête vers lui et demandais alors : « Comment tu imagines notre vie plus tard? » J'avais osé posé la question. Car au fond, je voulais savoir. Je m'étais toujours interdit de me poser la question, mais puisque Tancredi y songeait, j'attendais de lui qu'il me donne une image rassurante de l'avenir. Une image qui me donnerait envie d'abandonner ma vie actuelle pour commencer la nouvelle à ses côtés. Lentement, je me rapprochais de lui et attrapais ses mains : « Dis-moi. Je ne sais pas pourquoi, mais ce soir, je veux savoir. »
✻✻✻
CODES ©️ WICH WITCH

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
fb. why don’t you be you, and i’ll be me ? (tanraz)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Don’t blame Haitians for election fiasco
» Vadim - You want to kiss me, don’t you ?
» « If you have a dream, don´t wait. Act. One of life´s little rules. » - Écume des Jours
» LITTLE K - We like lists because we don’t want to die.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-