Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Nouveauté !
Ajout d'une ligne "absence" dans le profil, pour faciliter les choses. Toutes les infos par ici.
Version #30 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 30ième version, venez découvrir toutes les nouveautés par .
Destination Vacances
C'est l'été, c'est les vacances. Il est temps de faire ses valises et de voyager un peu. Plus d'informations ici.
Skylight: Bikini Party & DJ's Set
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, laissez tomber le tee-shirt ! Ça se passe par .
Coupe du monde 2018 : demi-finale.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


A christmas gift for you (Frachel)

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1437
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Sam 20 Jan - 14:25 par Frank Turner



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



Rien n'est plus trompeur qu'un sourire. Et nul ne le sait mieux que celles et ceux qui se cachent derrière lui. Certaines montrent leurs dents comme pour mettre poliment en garde leurs ennemis, d'autres arborent une mine radieuse pour empêcher leurs larmes de couler. D'autres encore grimacent bêtement pour masquer leurs peurs. Et puis il y a ce sourire rare, totalement sincère. C'est le sourire qui sait que les ennuis seront bientôt terminés ou qui ignore encore que le pire est à venir. Frank appartenait bien malgré lui à cette catégorie, et même si son sourire n'était pas encore au paroxysme de la joie, il n'en demeurait pas moins sincère et délesté de l'envie quelconque de s'y cacher derrière. Toutefois, le sujet « Maxwell » avait terni ce sourire. Il était une réalité que Frank aurait préféré ignoré, mais il lui suffisait d'un regard sur Rachel pour comprendre que pour elle, il était difficile de l'oublier cette réalité. L'homme d'affaires la tenait encore, aucun divorce n'ayant été signé, voire même énoncé. Il ne pouvait prendre le risque d'écorner sa si belle image de magazine. Frank appartenait bien malgré à ce monde désormais et avait appris, dans sa formation éclaire, que l'image demeurait une donnée essentielle et que pour perdurer, il fallait constamment travailler dessus. Tout n'était que calcul, mais de savants calculs pour rendre beau l'extérieur en se fichant royalement de l'intérieur. Maxwell l’avait compris depuis le temps, c’était évitent et rien ne semblait plus compter que son image.

Il était question d'un gala, sûrement une soirée importante au cours de laquelle le Davis devait faire illusion. La présence de Rachel était de ce fait requise. Frank soupira, il ne pouvait s'y rendre, d'une part pour éviter le scandale inutile d'autre part pour ne pas imposer cela à son fils dont il aurait la garde lors de cette soirée. À court d'idées en pensant que celle qu'il allait énoncer été la meilleure, il proposa à celle qu'il aimerait amener officiellement à des galas en la présentant comme la femme de sa vie, l'alternative de l'un de ses collègues pour veiller à distance sur elle. Rachel refusa, le contraire aurait étonné Frank. Il s'apprêtait d'ailleurs à contre argumenter, mais la pédiatre bien décidée à le convaincre, lui coupa l'herbe sur le pied allant même jusqu'à lui dire qu'elle prendrait tout plein de photos pour le rassurer. Mâchoires serrées, l'ancien flic qui ne voulait pas alourdir ces douces retrouvailles, prit sur lui, Rachel, quant à elle, présenta ses excuses presque instantanément. « - Hey ! » commença l'Américain en la stoppant dans son élan. « - Non tu n'as pas à t'excuser. Tu ne me fais aucune peine, je t'assure. Je suis trop impulsif, tu me connais, je démarre au quart de tour, je ne prends pas le temps de la réflexion. Si tu me dis que ça ira, je te fais confiance. » Et pour exorciser les mauvaises ondes et malgré le décalage horaire qui commençait à se jouer de lui, il proposa une petite sortie, qu'il espérait salvatrice pour leur moral à tous les deux.

« - Si je le propose, c'est que je peux encore gérer la crise côté décalage. Ne t'en fais pas, j'ai fait pire en termes de décalage horaire. Et en plus, la demoiselle meurt d'envie d'aller à la patinoire. Laisse-moi te dire que j'ai fait des progrès, tu vas être bluffée. Aller, on finit la soupe et on met les voiles. Je paye ma tournée de pommes d'amour. » Il serra sa main dans la sienne, attendri par ce qu'elle venait de faire entendre « - Ok, mais faut vraiment qu'on arrête de trop se ramollir, là, on ressemble aux caramels dégueulasses que ton père nous filait quand on se tenait à carreau. Tu t'en souviens ? » Bien sûr qu'elle s'en souvenait, comment oublier une telle infamie gustative. Le sourire aux lèvres, il savoura le doux baiser qu'elle venait de déposer sur ses lèvres avant de se lever à son tour pour débarrasser. « - Je te pince si tu veux pour t'assurer que ce n'est pas un rêve et que je suis toujours là ! » Ils rirent de bon cœur et sincèrement. Cela faisait longtemps que Frank n'avait pas agi de la sorte, qu'il n'avait pas été juste lui, sans calcul et ça faisait du bien, une plénitude qu'il devait à Rachel qu'il était bien décidé à ne plus quitter. Les deux amoureux enfilèrent des vêtements plus chauds afin d'aller braver le froid à l'extérieur.

Ainsi, ils prirent la direction du centre-ville où se tenait la plupart des installations et animations inhérentes à Noël. Frank ne put s'empêcher de dégainer son mobile pour capturer l'instant sous plusieurs angles. « - Viens rapproche-toi ! » lança-t-il à Rachel en levant l'appareil au-dessus d'eux. Il en profita pour lui voler un baiser et c'est tout fier qu'il changea aussitôt son fond d'écran avant de glisser sa main dans celle de la demoiselle tout en se dirigeant vers le stand de pommes d'amour. « - Bonsoir ! Vous pouvez-nous mettre une pomme d'amour et une barbe à papa s'il vous plaît ! » Le commerçant acquiesça aussitôt et s'en alla préparer les commandes tandis que Frank sortait son portefeuille. « - J'avais grave envie d'une barbe à papa, ça fait tellement longtemps que j'en n’ai pas mangé ! » Il sortit ensuite sa nouvelle carte bancaire et régla la somme tandis que Rachel récupérait sa pomme d'amour et la confiserie de son homme. « - Merci et bonne fête de fin d'année à vous ! » lança l'ancien flic en saluant le commerçant. Il récupéra ensuite sa barbe à papa « - Je ne sais même plus comment ça se mange ! » Du bout des doigts, il délesta le nuage sucré d'un bout qu'il porta à sa bouche. « - Hum… j'ai l'impression d'avoir genre 12 ans à nouveau. » Il remarqua ensuite la grande roue et y entraîna sa chérie sans attendre. Une fois assit, la nacelle prit de la hauteur.

Ils étaient à présent presque seuls au monde, rien qu'eux deux sur cette nacelle qui offrait peu à peu une vue panoramique sur le tout Londres. Frank passa son bras autour de l'épaule de Rachel. « - Tu me fais goûter ta pomme et je te laisse piocher ma barbe. Ca te semble équitable ? » Et avant qu'elle ne fasse entendre sa réponse, il s'approcha pour déposer un chaste baiser sur ses lèvres, un baiser qui commença ensuite à s'approfondir, réchauffant peu à peu nos deux protagonistes. Mais il fallait se reprendre au plus vite, sinon quoi le désir achèverait de consumer Frank. « - Wow désolé, c'était un peu fougueux non ? »



(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 341
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Lun 22 Jan - 14:53 par Rachel-Mary Parker-Davis



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



Rachel aimait Frank, c’était une certitude, elle l’aimait au-delà de la raison, et pour preuve, qu’ils se retrouvent tous les deux au vu des circonstances n’était pas raisonnable. Mais c’était ainsi, lorsqu’il était là, elle se sentait revivre, elle qui avait l’impression de s’être éteinte depuis des années. Cet amour la poussait à bien des choses pour le préserver et notamment à lui mentir un peu. Du moins omettre la vérité. De toute façon, il l’apprendrait tôt ou tard, alors autant sauver les fêtes de Noël, non ? Frank méritait le bonheur, il méritait d’être heureux, de pouvoir profiter de son fils qu’il n’avait pas revu depuis longtemps sans être accablé par une mauvaise nouvelle. Aussi la pédiatre fit-elle son maximum pour éviter qu’il puisse apprendre ce qui se dirait lors de ce foutu gala où Maxwell serait à n’en pas douter la star de la soirée.

Finalement, l’ancien flic proposa une petite sortie nocturne après leur souper. La chirurgienne s’inquiéta de sa fatigue à cause du voyage et du décalage horaire, mais le gaillard semblait motivé comme jamais, alors la brunette accepta avec le sourire. Cette sortie leur ferait le plus grand bien à l’un comme à l’autre, c’était certain. Elle se mit à rire lorsqu’il évoqua les fameux caramels que Mr Parker leur donnait quand les deux adolescents daignaient ne pas faire de bruit lorsqu’il travaillait à la maison.

-Mon dieu, c’était ignoble. Tu sais que je peux toujours pas manger de caramel à cause de ça ? Je sais pas pourquoi mon père nous filait ça comme on donnerait un susucre à un chien bien sage. Parfois il avait des drôles de réactions.

Ils débarrassèrent se couvrirent pour enfin sortir. Le marché de Noël était magnifique, les lumières brillaient de mille feux et Rachel avait l’impression d’être à nouveau une adolescente insouciante. Sourire aux lèvres, elle ne vit pas tout de suite Frank dégainer son portable pour immortaliser l’instant. Elle se prêta ensuite au jeu du selfie, une photo qui termina en fond d’écran sur le portable du bellâtre.

-Tu me l’enverras ? Demanda-t-elle tout sourire.

Puis ils avancèrent un peu plus dans le marché et Frank réalisa l’une des envies inassouvies de Rachel en lui offrant une pomme d’amour. Aussi émerveillée que quand elle avait aperçu le marché de Noël cinq minutes auparavant, elle lui déposa un baiser sur la joue avant de saluer à son tour le forain.

-Merci beaucoup. Ça fait du bien de retomber en enfance un peu.

Elle le regarda, attendrie par son attitude adorable. Mais dans la minute, il avait déjà repéré la grande roue et en moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, ils se retrouvèrent tous deux assis dans la nacelle.

-Waow, c’est super ! Lança-t-elle alors qu’ils s’élevaient dans les airs au-dessus de la ville.

Souriante comme jamais, elle tourna la tête vers lui qui alors lui proposait un marché à base de troc de confiserie, mais elle n’eut guère le temps de répondre qu’un baiser se posa sur ses lèvres, d’abord doux et chaste avant de devenir un peu plus intense, réveillant en Rachel des sensations qu’elle avait oubliées depuis longtemps. Prise d’un frisson, elle posa sa main libre sur la joue de Frank en prolongeant son baiser avant qu’il ne mettre fin à l’étreinte. Elle se mordilla la lèvre inférieure en souriant comme une adolescente, fuyant quelques secondes son regard avant de le soutenir à nouveau.

-Tu embrasses divinement bien, Frank Turner.

Du bout des doigts, elle attrapa un morceau de barbe à papa qu’elle prit entre ses dents, laissant dépasser de sa bouche la moitié du morceau et s’approcha de son amoureux pour qu’il en croque la moitié.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1437
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Dim 28 Jan - 14:40 par Frank Turner



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



La vie, qu'elle soit courte, longue ou moyenne, réserve son lot de surprise, c'est évident. En retrouvant Rachel, par le biais du plus grand des hasards, Frank, c'était mis à penser, à réfléchir même, les soirs venus, lorsque Morphée ne semblait se résoudre à l'emporter avec lui. Le flic en était arrivé à la conclusion que dans une vie, il nous été possible d'aimer plusieurs personnes. Loin de lui l'idée de prôner une quelconque forme de polygamie. Aimer est un verbe emplit de poésie, mais plus encore, polysémique. On n'aime pas de la même façon une personne. On peut tomber plusieurs fois amoureux, c'est évident, toutefois malgré la polysémie du verbe « aimer » il arrive parfois, pour certaines personnes, qu'il abhorre un seul et même sens, une seule et même façon d'aimer. Il arrive même que deux personnes partagent cette façon d'aimer. Cela est très réducteur, mais l'on parle d'âme sœur. Les pourvoyeurs de raison et de connaissance, parlent de concept et évoquent une parfaite comptabilité amoureuse entre deux individus. Puis d'autres parleront d'une personne alignée à votre âme, envoyée sur cette terre pour que vous puissiez atteindre un état de conscience et de sensibilisation supérieure. Mais il n'en demeure pas moins difficile de décrire ce qui vous fait ressentir une âme sœur tant l'émotion est profonde. Check ! Puis il y a cette impression de déjà-vu constante, comme si dans une autre vie, l'un et l'autre se connaissaient et avaient vécus un semblant de la vie présente. Il y a aussi la communication. Cette personne se pourvoit de faculté quasi-télépathique à votre égard, parvenant aisément à finir la plupart de vos phrases. Dès lors nous sommes tentés de nous dire que c'est fatalement ce qui arrive lorsque deux personnes passent trop de temps ensemble. Et si c'était plus profond et s'il existait vraiment une connexion entre deux âmes.

En regardant Rachel, Frank savait qu'elle répondait à chacun de ces critères. Il l'aimait de tout son être. Il louait sa perfection (ses qualités) et aimait son imperfection (ses défauts). La retrouver était une délivrance, un second souffle après avoir cessé de respirer, un droit au bonheur, un retour à la vie, une renaissance. Les mots n'étaient pas assez forts pour apporter un semblant de définition à ses sentiments. Mieux que les mots, subsistaient les gestes et il suffisait de les observer ensemble pour comprendre qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Le regard de Frank pétillait comme jamais au contact de celui de Rachel. Il la regardait comme on observe une merveille, sans modération et avec émotion. Chacun de ses éclats de rire le faisait renaître et aspirer à une promesse d'avenir malgré les embûches de leur vie présente. Sa main trouva la sienne avec facilité, ils agissaient sans crainte, comme un vrai couple. Mais n'était-ce pas ce qu'ils étaient malgré l'alliance que Rachel portait encore à son annulaire gauche.

Assit sur la nacelle cela n'avait plus d'importance à présent. Là, à ce moment précis ils étaient ensemble et rien d'autre ne comptait pour Frank, qui malgré sa fatigue, ne laissait rien apparaître. Au contraire, plus joueur que jamais, après avoir tenté un troc de confiserie, il embrassa sans crier gare sa belle se délestant peu à peu de la chasteté d'un baiser traditionnel. Son bas-ventre lui fit d'ailleurs savoir à quel point il aimait cette entreprise. La chaleur inhérente au désir posséda le corps de l'ancien flic qui dans un dernier élan de raison se soustrayant à la tentation et mit un terme au baiser frôlant l'érotisme. Rachel se mordillait la lèvre telle l'adolescente qu'elle n'était plus et Frank lui la regardait avec désir et portant encore l'amour qu'il lui dédiait à cette période révolue qui continuait paradoxalement à les guider l'un vers l'autre. L'amour n'a pas de limite et le temps, une contrainte pour le commun des mortels, n'est pour eux qu'un détail à présent. Et voilà, qu'après quelques silencieuses secondes, les regards se croisent à nouveau toujours pourvu d'une agréable timidité chez l'une et d'une certitude défaillante chez l'autre. « - J'ai pris le temps d'apprendre Rachel Parker. » Rechérissait-il le sourire aux lèvres alors qu'elle lui vola un morceau de barbe à papa prenant soin de laisser échapper un petit morceau pour que son homme l'en déleste. Leurs lèvres se trouvèrent à nouveau, Frank goûta donc à la saveur sucrée de sa confiserie alors que la nacelle commençait déjà à descendre.

« - C'était sympa ! Je me rappelle qu'à une époque, il fallait plus de patience que ça pour te faire prendre et perdre en hauteur. De la patience et un sens inné pour la négociation. Et ne dis pas « non » tu veux que je te rappelle l'épisode du chat. Ne me regarde pas comme si tu ne t'en souvenais pas. Billy the Kid, ton chat. Une magnifique boule de poil qui avait décidé de te fausser compagnie au profit de l'arbre centenaire du jardin. Ca te revient maintenant ?! Tu as pris l'échelle du garage sans réfléchir et tu es montée sur l'arbre pour récupérer Billy. Pour redescendre, c'était une autre histoire. Même, en te tenant l'échelle, tu refusais de bouger » Le petit couple continuait à avancer parmi la foule, pomme d'amour dans une main et barbe à papa dans l'autre. « - Ta mère a appelé la mienne en catastrophe et elles se sont retrouvées à dépenser une centaine de dollars pour acheter une espèce de matelas gonflable géant pour que tu sautes dessus. Tout ça pour finalement se servir de l'échelle. Sacrée Rachel ! Mais j'ai quand même bien ris ce jour-là, nos mères moins c'est sûr. » Il s'approcha tout sourire et croqua l'air de rien dans sa pomme « - Quoi ? On partage non ? En général ça commence par une chemise et ça finit par une pomme d’amour, c’est connu. Bon sinon, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Tu as des envies particulières ? Je suis open profite ! »

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 341
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Mer 31 Jan - 14:28 par Rachel-Mary Parker-Davis



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



Installée au côté de Frank dans la nacelle de cette grande roue, c’était comme si Rachel avait droit à un nouveau souffle, une nouvelle vie. Elle était bien là, auprès de celui qu’elle aimait, celui que son cœur avait choisi depuis bien longtemps. Alors qu’ils s’élevaient lentement dans les airs, c’était comme si la réalité n’avait plus de prise sur eux, comme si le rêve pouvait être réalité. Frank et Rachel, c’était une évidence, mais une évidence qui n’avait sauté aux yeux que tardivement, sans doute par peur et manque d’expérience à l’époque de leur adolescence. Pourtant, avec les petites attentions de l’ex flic, la pédiatre avait l’impression de redevenir une ado amoureuse pour la première fois. Sentir sa main dans la sienne, son regard sur elle, ses sourires… tout la troublait, lui faisait battre le cœur à une cadence non conventionnelle. C’était l’Amour, le vrai, elle le savait. Ce baiser échangé sans se soucier de ce qui les entourait en était la preuve. Mais toutes les bonnes choses avaient une fin et après avoir atteint l’apogée de la hauteur de la grande roue, la nacelle redescendit tranquillement. Frank alors s’empressa de lui rafraîchir la mémoire quant à une anecdote avec son chat.

-Oh oui, mon Billy. Eh mais ne te moque pas, j’ai toujours eu peur du vide. Mais quand il s’agissait d’aller sauver mon chat, j’ai pas réfléchi et après je me suis retrouvée paralysée par la peur. C’est facile pour toi, t’as jamais eu peur de rien.

Elle ne put cependant retenir un rire en se remémorant la scène, parce que lui déjà en avait ri à l’époque, et en revoyant les têtes des deux mamans affolées, il y avait de quoi sourire quand même.

-Tu as le chic pour me rappeler des tas de choses auxquelles je ne pensais plus. Tu m’avais charriée pendant une bonne semaine avec ça. Jusqu’à ce que je trouve un truc pour te charrier à mon tour. C’était quoi déjà ? Ta gamelle en roller ?

Ils continuaient d’arpenter le joli marché de Noël londonien, Frank ne se privant pas pour délester la pomme d’amour de Rachel d’un bon morceau, non sans se mettre du sucre coloré rouge sur la joue.

-Attends.

Elle l’en délesta du bout des doigts avant de le regarder avec amour.

-Oui, une envie particulière. Prends-moi dans tes bras et serre-moi fort. S’il te plait.

La chirurgienne se blottit contre celui qui faisait battre son cœur, prenant garde de ne pas le tacher avec la pomme bien entamée en passant ses bras autour de son buste. Elle était bien contre lui, elle pouvait entendre son cœur battre et sentir la chaleur qui émanait de son corps malgré les épaisses couches de vêtements. Le vent frais vint caresser son visage, faisant un contraste avec cette douce chaleur.

-Et si on rentrait ? Il se fait tard et il fait froid. C’est pas décembre à San Francisco. Si tu veux demain je t’emmène au bowling, histoire que tu me montres si tu me mets toujours la pâtée. Qu’en dis-tu ? On pourrait s’endormir devant un film, comme la veille de ton départ.

Elle n’avait jamais été si bien que dans ses bras, sur ce canapé. Même si la tristesse inhérente au départ imminent avait été présente, la sensation de bien-être en étant lovée contre lui était inégalable. Rachel se détacha doucement de Frank et glissa sa main libre dans la sienne pour qu’ils puissent reprendre leur marche. Elle jeta son bâtonnet dans une poubelle lorsqu’ils en croisèrent une en approchant de la sortie du marché aux si jolies lumières.


(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1437
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Lun 5 Fév - 0:57 par Frank Turner



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



C'était simple, mais magique voilà comment ils pouvaient définir l'instant qui les avait délestés de l'attraction terrestre durant quelques minutes. Des minutes de douceur, de baisers et de souvenirs partagés sans modération. « - Sacré Billy ! Tu t''es dépassé pour lui, une vraie héroïne et quand on y pense aujourd'hui nous ne sommes pas très loin de la vérité docteur. Tu sauves des vies, preuve que c'était ancré en toi depuis un bye. Tu sais que j'ai voulu prendre un chien à Bowie. C'était avant tous nos petits problèmes. Et je me dis maintenant que ça pourrait être une superbe idée de cadeau de noël. Qu'est-ce que tu en penses ? » Il est vrai qu'il n'avait pour l'heure pas encore réfléchi à ce qu'il allait offrir à son petit bout, mais la perspective de lui offrir un animal de compagnie, en se remémorant les souvenirs passés avec Rachel, lui semblait bonne, suffisamment pour qu'il y pense tout à fait sérieusement. « - Je pense que j'irais faire un tour dans une animalerie demain, histoire de voir » Les moyens, ils les avaient, il n'en demeurait pas moins soucieux de son choix et de la santé du potentiel nouveau membre de la famille. « - Viens avec moi si tu peux ! Tu côtoies beaucoup d'enfants, tu devrais connaître le top five des chiens en vogue non ? »

Toujours aussi proche, le petit couple continuait donc à marcher tranquillement à travers les allées de ce petit marché cher aux locaux. Frank observa les guirlandes, il adorait ce genre d'illumination, qu'il pourrait aisément choisir d'installer, et ce, de façon permanente chez lui. D'ailleurs, il y pensait. Une petite guirlande en led Bluetooth au-dessus de sa tête de lit, saurait mettre en valeur le mobilier et apporterait à n'en pas douter, plus de chaleur à la chambre. « - Ouais ouais, j'ai le chic pour ressasser les bons souvenirs, je suis un nostalgique dans l'âme. Mais bon, il faut reconnaître qu'on ne manque pas de bons souvenirs et autres mésaventures. Et pour ta gouverne, ce sont les rollers qui étaient de mauvaise qualité, pas leur utilisateur. Sujet suivant docteur ! » Par fierté, sûrement, Frank préférait ne pas revenir sur la fameuse gamelle en roller, qui en plus d'être mythique et artistiques, lui avait valu un très bel œil au beurre noir et deux dents en moins. Rien de bien flatteur, pour le séducteur qu'il n'était pas à l'époque. Mais il en fallait plus pour l'atteindre et l'air de rien, il croqua à nouveau dans la pomme d'amour, sans se rendre compte des cochonneries qu'il faisait. Rachel elle, semblait avoir l'œil et s'approcha de son chéri pour le délester du sucre coloré qu'il avait sur la joue. Il lui sourit de plus belle, jamais encore une femme ne s'était montrée si prévenante avec lui, pas même son ex. Peut-être était-ce cela qui lui manquait, juste un peu plus de douceur. De ce fait, pour la remercier, il consentit à ouvrir ses bras pour les passer autour d'elle afin qu'elle puisse venir se blottir tout contre lui.

L'étreinte dura quelques secondes durant lesquelles Frank savourait à son tour la quiétude et la douceur de l'instant. Il se sentait tellement bien, à sa place, avec la bonne personne, au bon moment. Rien ne pouvait gâcher ça du moins c'est ce que sa naïveté laissait entendre et que la réalité ballerait sous peu. Rachel frissonna, était-ce le prémisse de ce retour à la réalité ? « - Tu as froid hein ? » Il lui frictionna le dos et se colla un peu plus à elle pour lui transmettre affectueusement sa chaleur avant de regarder le cadran de sa montre. « - Ouais effectivement ça commence à piquer. On va rentrer à la maison, c'est préférable. On va même s'emmitoufler dans une grosse couverture. Je suis partant et pour le bowling demain et pour s'endormir devant un film, sauf que cette fois, on se le regarde dans la chambre, on sera mieux installé qu'est-ce que tu en dis ? On pourrait même se prendre quelques petits trucs à grignoter et tu pourrais choisir le film. On se fait ça ? » Il n'eut pas à insister davantage et tous les deux reprirent leur marche direction la maison. Un retour aussi rapide que le départ. Frank fut le premier à entrer, il aida Rachel à se défaire de son manteau et le déposa avec le sien sur le porte-manteau. « - Je te laisse aller te mettre en pyjama et moi je récupère notre plaide fétiche ça te vas mon cœur ? »

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 341
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Jeu 8 Fév - 12:13 par Rachel-Mary Parker-Davis



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



Jamais Rachel n’aurait pensé se sentir aussi bien. Les dernières années, certes se comptant sur les doigts d’une main, avaient semblé être un calvaire sans fin et s’étendre sur une durée infinie. Mais Frank était arrivé tel un héros sur son fier destrier et avait en quelques sortes sauvé sa princesse en lui rendant le sourire et ce bonheur qu’elle pensait n’être qu’une chimère inatteignable. A présent, comme si les miracles existaient, elle pouvait profiter de sa présence, l’avoir rien que pour elle, être dans ses bras aimants et s’y sentir en sécurité, ne craignant plus l’emprise de Maxwell. Qu’elle était heureuse en partageant ces moments simples avec cet homme qu’elle avait connu pour ainsi dire dans une autre vie.

Ils avaient retrouvé la terre ferme après un petit séjour dans les airs dans la sécurité d’une nacelle, bien que la pédiatre soit toujours quelque peu atteinte. Le souvenir de ce brave Billy le lui rappela de plus belle. Qu’est-ce qu’elle l’aimait, sa petite boule de poils. Les animaux avaient toujours eu une part importante dans son cœur. Frank expliqua alors qu’il aurait aimé prendre un chien à Bowie mais les problèmes de couple entre la mère du petit et le bel ex flic eurent raison de ce projet.

-Ce que j’en pense ? Tu sais, un chien n’est pas un objet donc pour moi, l’offrir en guise de cadeau est un peu… enfin tu vois... déplacé. Et puis songe aussi que Bowie n’est pas à temps plein chez toi. Si tu te sens le temps d’assumer une boule de poils, alors oui, pourquoi pas.

Elle ne put s’empêcher de sourire en imaginant Frank en train de chercher le compagnon idéal pour son fils.

-Si tu veux mon avis, les animaleries sont à éviter. Je pense qu’il vaut mieux adopter un animal en refuge, histoire de sauver une vie et l’arracher à sa misère. Mais cette idée n’engage que moi, évidemment. Bien sûr que je t’accompagnerais avec plaisir. Humm, en ce qui concerne le top cinq… Je connais les races qui ont le moins de chance de donner des allergies, et ce sont souvent de charmantes petites boules de poils qui ressemblent à des peluches, comme les bichons maltais ou les lhassa apso. En plus en appartement, c’est plutôt pratique. Et ils sont très doux avec les enfants.

Ils avançaient tous deux dans ce marché de Noël dont les lumières conféraient encore plus de romantisme à leurs retrouvailles. Mais l’heure de rentrer approcha, il se faisait tard et les températures peu accommodantes malgré une chaleureuse étreinte de Frank auprès de qui Rachel prenait plaisir à se blottir. Mais le programme du lendemain était établi. Une petite partie de bowling comme au bon vieux temps après le travail, voilà qui avait de quoi faire passer la journée. Et le soir, un film bien au chaud sous la couette avec de quoi grignoter.

-Ça me semble parfait. Tu es un organisateur de soirée hors pair.

Le trajet retour ne fut pas bien long, il fallait dire que les températures n’encourageaient pas à rester flâner. Rachel donna son manteau à Frank qui l’avait si gentiment aidée.

-Hum, notre super plaid, je me languis déjà de le retrouver avec toi dedans. Je vais quand même prendre une petite douche bien chaude avant de vous rejoindre avec mon pyjama tue-l’amour.

Elle déposa un chaste baiser sur ses lèvres avant de rejoindre la salle de bain. Il est vrai qu’avec le retour surprise de Frank, elle n’avait pas eu le temps de prendre une douche en rentrant, et puis avec le froid qui les avait piqués dehors, elle n’était pas contre l’étreinte de l’eau chaude. La chirurgienne se déshabilla rapidement, laissant à l’eau le soin de chauffer en coulant le temps qu’elle rejoigne la cabine de douche à l’italienne après avoir remonté ses cheveux à l’aide d’une pince. L’eau chaude, qui avait fait naître de la brume et de la buée sur toutes les vitres, lui fit un bien fou, c’était agréable après avoir fait un tour à l’extérieur. Qu’il faisait froid dans ce pays en hiver ! C’était autre chose que San Francisco où les températures les plus basses en décembres avoisinaient les dix degrés.



(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1437
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Mar 20 Fév - 18:48 par Frank Turner



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



Malgré la fatigue qui pointait le bout de son nez, Frank luttait encore. Il voulait profiter, le plus possible de ces quelques instants passés avec la femme qu'il aimait. Des instants sous la neige et enivrés par les odeurs sucrées du marché de noël. Toutes bonnes choses ayant une fois, il fallait dès à présent faire demi-tour pour rentrer et se mettre au chaud. Frank, en bon organisateur, se risqua à légèrement contrecarrer les plans de Rachel. Ils iraient au bowling, c'était évident, mais pour l'heure, il fallait penser à ce qu'ils feraient en rentrant « chez eux » Cette perspective fit d'ailleurs sourire le nouvel homme d'affaires, qui parvenait à faire abstraction des mauvaises choses, pour se focaliser sur le meilleur, à savoir cet appartement qu'il avait (presque) entièrement rénové de ses petites mains et qui faisait office désormais de petit nid d'amour. Ici, à l'abri des regards, ils vivaient leur amour sans concession et rattrapaient le temps perdu, quitte à régresser à nouveau pour redevenir des adolescents et mieux savourer ces retrouvailles. Cependant, quelque chose titillait encore les pensées du blondinet. Un détail, qui à bien y réfléchir n'en était pas vraiment un et qui au vu de son caractère « intime » ferait rougir n'importe quel adolescent.

Les femmes ! Un domaine qui n'avait que peu de secrets pour Frank. Marié, il avait avant et après son union, connue d'autre demoiselle. Ce n'est pas l'expérience qui manquait, mais lorsqu'il était question de Rachel tout semblait être remis en question. Il se trouvait même gêné à l'idée de franchir un cap supplémentaire, LE cap supplémentaire qui plus est. Car oui, hormis quelques baisers, aussi ardents soient-ils, les deux amants ne s'étaient encore jamais livrés l'un à l'autre (ce n'est pas l'envie qui manquait) L'ancien flic qui se retrouvait seul à présent, puisque la pédiatre avait rejoint la salle de bains, continuait à cogiter. Son cœur tambourinait avec avidité contre sa cage thoracique, tandis que la chaleur l'assaillait en vile traîtresse. « - Mais qu'est-ce que tu me fais là ? » Il se massa les tempes puis sans réfléchir et parce qu'il ne pouvait se résoudre à résister à la tentation, il rejoignit à son tour la salle de bain où la buée avait envahi la pièce rendant la navigation plus incertaine. Turner se déshabilla presque à toute vitesse, tant pis pour la douche en double exemplaire. D'une main presque assurée, il ouvrit la porte en verre de la douche et entra à l'intérieur venant ainsi se coller à Rachel. « - Si tu veux que je m'en aille, dis-le moi ! »

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 341
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Mer 21 Fév - 19:07 par Rachel-Mary Parker-Davis



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.



Là, dans cette douche à l’italienne, avec l’eau chaude qui lui coulait sur le dos, le front appuyé sur le carrelage froid du mur embrumé de bué tout comme chacune des vitres de la salle de bain, Rachel réfléchissait. Encore et toujours. Parfois, elle aurait aimé pouvoir mettre sur cerveau sur « pause », histoire de s’en accorder une. Seulement voilà, elle se trouvait dans une situation délicate, et même si l’idée de faire comme si tout allait bien, de faire semblant que tout était normal entre eux, était alléchante, la réalité subsistait malgré tout, et cette réalité était pesante. Elle était mariée à un psychopathe tyrannique qui avait réussi à la mettre enceinte, et nul doute que s’il apprenait le retour de Frank, il essaierait encore de lui nuire comme il l’avait fait plusieurs mois auparavant. Et cela, la pédiatre n’était pas prête à l’accepter. S’il arrivait quoi que ce soit à Frank, jamais elle ne pourrait s’en remettre. Et son cher Frank dans tout ça ? Comment réagirait-il quand il apprendrait la vérité qu’elle lui cachait délibérément pour l’instant ? Certes, elle la lui cachait pour son bien, pour qu’il puisse avoir quelques jours de bonheur, profiter pleinement de voir son fils sans se sentir alourdi par une mauvaise nouvelle. Mais ne se sentirait-il pas trahi par la femme qu’il aimait ? La chirurgienne était en proie à la culpabilité, à tel point qu’elle n’avait pas entendu le maître des lieux entrer dans la pièce et se dévêtir. Ce n’est que lorsqu’il entra dans la cabine de douche qu’elle sursauta, son cœur manquant un battement, constatant qu’il y avait quelqu’un. Elle avait fait volte-face en un sursaut, les mains sur le cœur, sentant ses battements vifs manifester la frayeur qu’elle venait d’avoir.

-Merde, Frank, tu m’as fait peur ! lâcha-t-elle avant de fermer les yeux, soulagée que ce soit lui.

Elle le regarda, hésitante, ne sachant trop que répondre à sa phrase.

-Mais enfin Frank… mon cœur, tu es chez toi. Pourquoi… pourquoi je voudrais que tu t’en ailles ?

C’était étrange comme moment. Ils étaient là, tous les deux nus comme des vers, dans cet espace confiné avec toute cette brume autour d’eux causée par l’eau chaude qui continuait de couler inlassablement. Rachel avait l’impression que le temps s’était soudain arrêté, ou plutôt qu’elle se trouvait hors du temps, elle était là, immobile, seul son cœur tambourinait contre sa poitrine, lui rappelant ainsi qu’elle était encore en vie.



(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1437
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Mer 28 Fév - 19:31 par Frank Turner



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.




Frank est un impulsif, il n'est pas le genre de type qui se perd en réflexion. Bien sûr, il lui est arrivé de commettre beaucoup d'impairs et il faut avoir la tête dure en de telles circonstances. Il continuait toutefois à ne pas prendre le temps de peser le pour et le contre avant de se lancer. Et c'est bien ce qu'il fit en se délestant de ses habits pour pénétrer la cabine de cette douche à l'Italienne qu'il affectionnait tant. Rachel, perdue dans ses pensées, ne le vit pas arrivé et sursauta en le sentant s'approcher. « - Hey ! » lança-t-il tout sourire « - Excuse-moi, je ne voulais pas te faire peur, mais si je t'avais prévenu, l'effet de surprise aurait été moindre. » Passé l'assurance des premières minutes, il se sentit vite gêné la situation étant toute nouvelle et la promiscuité de mise. Son regard d'ordinaire si plein de certitude, peinait à trouver de la stabilité cette fois. « - Vraiment si tu veux que je m'en aille » réitéra-t-il devant l'absence de paroles face à une Rachel elle aussi déstabilisée. L'eau continuait à couler sur eux, rendant l'échange agréable malgré le silence que la pédiatre fut la première à briser. « - Wow, je rêve où tu m'as appelé « mon cœur »? C'était aussi inattendu que mignon ça ! » Toujours le sourire, il se mordille la lèvre inférieure. Ce moment, il y avait songé sans oser pour autant espérer le vivre ici et maintenant. Et pourtant, ils y étaient, ensemble nus, l'un contre l'autre dans l'espace restreint d'une cabine de douche. Un fantasme pour de nombreuses personnes, une étape pour Frank et Rachel qui ne se quittaient plus du regard. « - Rachel… » Il s'approcha à nouveau et écrasa ses lèvres contre les siennes. Son corps parti de ce fait à la rencontre de celui de sa belle. L'eau les éclaboussa davantage. Frank ne résista pas à l'envi de poser ses mains sur ses hanches tout en la soulevant pour donner une impulsion passionnée à leur baiser.


Les minutes s'écoulèrent, la buée s'intensifia dans la pièce, les corps se mêlèrent encore et encore avec délice sous le jet chaud de la douche. Frank redoublait de douceur à l'encontre de Rachel. Sa bouche consentit à nouveau à quitter la sienne pour se perdre dans son cou. « - Si tu savais comme j'attendais ce moment » lui murmurait-il à l'oreille tandis que l'eau coulait dans son dos. Il passa ensuite devant la demoiselle, quitta la cabine et attrapa une serviette qu'il enroula autour de sa taille avant d'attraper un peignoir pour le tendre à la femme de sa vie. Son regard osa se perdre sur son corps « Bon dieu qu'elle était parfaite » Les battements de son cœur enrayèrent sur une toute autre cadence, tandis qu'il avalait bruyamment sa salive. « - Wow ! Tu es tellement…parfaite… Si j'étais un personnage de cartoon, j'ouvrirais grand la mâchoire et ma langue pendrait au sol, tandis que mes yeux sortiraient de leur orbite. Rachel, j'ai envie de toi ! Dit comme ça, c'est très maladroit, j'en conviens. Ce que je veux dire, c'est que si toi, tu préfères qu'on en reste en stage des câlins, des baisers, je comprendrais. Tu es encore mariée, tu as tes habitudes et… et j'ai l'air d'un idiot hein ? »



(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 341
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Jeu 1 Mar - 14:11 par Rachel-Mary Parker-Davis



A christmas gift


for you

HOLY NIGHT ALL IS CALM ALL IS BRIGHT ROUND YON VIRGIN MOTHER AND CHILD HOLY INFANT SO TENDER AND MILD SLEEP IN HEAVENLY PEACE SLEEP IN HEAVENLY PEACE.




Ça pour une surprise, elle avait effectivement été surprise, tant que les battements de son coeur peinaient à retrouver une cadence normale. Frank s’était excusé, avec son beau sourire qui lui permettait de se faire pardonner presque n’importe quoi, même ses imprudences au travail, Rachel ne savait résister à ce sourire. Elle secoua la tête, encore un peu décontenancée.

- ça va… Tu sais que les surprises c’est pas trop mon truc… Rappelle-toi que tu as failli te recevoir un vase sur la tête en arrivant…

Tâchant de reprendre ses esprits, elle l’entendit lui demander par deux fois si elle voulait qu’il sorte. Cette question lui parut tellement étrange. Il était chez lui, c’était sa salle de bains et elle se voyait mal exiger quoi que ce soit de lui. Il s’étonna même qu’elle l’ait appelé « mon cœur », un petit surnom qui lui était venu comme ça, naturellement, après tout n’était-il pas l’élu de son cœur, celui qu’elle aimait depuis l’adolescence ?

- Euh… j’ai pas réfléchi… répondit-elle simplement.

L’ancien flic avait trouvé ça mignon, c’était le principal. Malgré le sourire qu’il venait d’afficher et qui aurait pu réchauffer le coeur le plus froid, il transparaissait de son regard une soudaine gêne. Rachel elle-même n’était pas très à l’aise. Soudain il s’approcha encore et l’embrassa, l’obligeant à reculer dans l’élan de passion. Le contraste du mur froid dans son dos et le corps chaud de Frank contre elle était saisissant. Elle sentit ses mains tout aussi chaudes se poser sur ses hanches et la soulever. Elle réprima un tremblement et essaya de paraître moins crispée.

C’est Frank ! Il ne te fera jamais de mal ! Détends-toi.

La douceur de ses baisers l’y aida. Il était tendre et passionné à la fois et la pédiatre retrouvait le plaisir qu’elle avait eu à l’embrasser sur la grande roue, en oubliant le sursaut de frayeur qu’elle avait eu en étant surprise par sa présence. Elle le laissa parcourir son cou, et sa remarque la fit sourire.

- Le moment de reprendre une douche ? Demanda-t-elle faussement ingénue.

Elle le laissa s’éloigner et finit par couper l’eau avant de sortit à son tour. Il lui tendait un peignoir, toujours aussi prévenant, et elle le saisit pour rapidement l’enfiler avant de reporter son attention sur son amoureux qui l’affublait d’un compliment.

-Parfaite ? Tu délires. C’est le décalage horaire qui te fait divaguer, ton cerveau est en proie à la fatigue et ton jugement est amoindri..

D’ici peu, son corps changerait considérablement, elle n’était pas sure alors qu’il continue de la trouver toujours aussi « parfaite ». Elle se mordilla la lèvre, fuyant son regard. Que pouvait-elle lui répondre à cette nouvelle déclaration ?

- Frank… commença-t-elle un peu gênée avant d’enfin oser le regarder, croisant les bras pour mieux s’emmitoufler dans le peignoir tout doux. Déjà, t’es loin d’être ou d’avoir l’air d’un idiot. Et je m’en fous d’être mariée, c’est toi que j’aime. Ça a toujours été toi. C’est juste que… Enfin tu vois…comment dire… J’appréhende, voilà. Je sais, je SAIS que tu n’es pas lui, que tu ne me feras jamais de mal, je le sais, j’en ai conscience, et tu vois ça me rends malade de te décevoir, mais est-ce que tu crois que tu pourrais me laisser un peu de temps ? Juste un tout petit peu ? S’il te plaît ?

Rachel s’en voulait déjà de lui demander ça. Elle culpabilisait à présent.

C’est toi l’idiote !

- Pardon Frank, je t’en prie pardonne-moi. Je te promets que je vais prendre sur moi.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
» Merry Christmas!!
» A gift to Haiti from the White House: right-wing dictators for you!
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!‏
» END - Merry Christmas : Le miracle de noël ? [Chuchu]
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-