Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Bonne année 2018 !
On vous souhaite une excellente année 2018 !
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


L'appel des présents — ft. leon'

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 14/12/2017
» Messages : 130
» Pseudo : imaginarium.
» Avatar : lily cutie collins.
» Âge : vingt-huit ans, l'approche de la trentaine lui donne des frissons.
» Schizophrénie : aucune.
() message posté Jeu 28 Déc - 18:58 par Nevada F. Artemieva

Precious winter

La texture chaude de son manteau contre la nuque, soupir au bord des lèvres, contenu, maintenu pour ne pas provoquer une nuée de chaleur blanche devant elle. Le froid, l'éternel souvenir qu'elle chérissait toujours autant, les mémoires de la glace qu'elle avait parcouru avant, ce loisir qui lui avait donné des ailes, également celui qui le lui avait arraché, plume par plume. Cependant, elle tentait de ne plus y être attachée, comme ayant mûri, pris de la confiance, de l'expérience avec les acquis. Et Décembre, c'était le mois des souvenirs et des rires, le moment de déposer ces valises quelque part, de s'assoir pour discuter, tête à tête avec sois-même, vérifier ces qualités et ces faiblesses. Décembre, le mois qui avait le goût de l'ivresse, celui qu'elle avait pu craindre dans le passé mais que désormais elle avait appris à aimer, à sa juste valeur. Décembre, c'était folie des grandeurs, la foule dans les rues, une nuée de cadeaux que l'on aurait voulu offrir à sa famille et ses proches et les dizaines de lumières qui brillaient accrochées aux fenêtres, cela donnait les vertige lorsqu'on y était pas habitué. Nevada agrippa la manche de son sac, le soulevant et le ramenant sur ses épaules, les yeux suivant les lumières vives de la ville. Elles l'éblouissaient à chaque coin de rue, comme s'il y en avait toujours plus, comme si toutes menaient au centre ville, au marché de Noël qu'elle cherchait à atteindre désespérément depuis quelques minutes. Toutefois, elle patientait encore, prenant son temps, marche par marche, pas à pas en observant les alentours.

Elle était en retard.
Le temps courant trop vite, elle pas assez.

Le temps libre lui faisait défaut tout comme l'air manquait à ses poumons après l'effort, c'était tout autant étouffant tant elle avait l'impression de ne parvenir à faire ce qu'elle voulait. En tendant les yeux vers sa montre, elle se rendit compte que l'après-midi s'achevait presque, que la lune recouvrirait bientôt le ciel d'hiver, qu'il ne lui restait que peu de temps pour vaquer à ce qu'elle avait à faire. Et pourtant, elle avait calculé le tout par avance, partant une heure en avance une fois toute sa paperasse finie, une fois que tout avait été organisé pour le mariage sur lequel elle avait été appelée. Tout planifier pour ne pas se retrouver devant l'imprévu prévisible, pour ne pas que le souffle ne manque et que les idées ne vrillent inlassablement. Cependant elle n'avait pas réussi à faire les choses correctement, elle s'était égarée dans les rues, repoussant de plus en plus le moment de mettre le pied dans le centre, fouillant de fond en comble les quelques magasins qu'elle avait déjà visité auparavant. S'en était navrant, elle qui pourtant parvenait à tout prévoir pour autrui avait énormément de difficultés à s'occuper de ses propres affaires.

— Évidemment....

Simple murmure contre les lèvres glacées, elle ramena ses sacs contre elle, peu enclin à rester éternellement sous le froid de l'hiver. Et puis, les cadeaux n'attendaient pas, elle n'avait pas le temps de rêver pour le moment, la situation était bien plus compliquée qu'elle ne l'avait espérée au début du mois. Lentement, elle se rapprocha du centre ville, le bruit des voix la rappelant à tourner la tête et voir les environs, l'odeur des sucreries chaudes lui donnant tout autant envie qu'elles ne la repoussaient. Plus tard peut-être... Leonhard n'attendrait pas. Enfin si, il pourrait, il était bien trop gentil pour lui en vouloir, il la connaissait assez pour savoir que jamais elle ne l'aurait oublié malgré son travail. Mais elle n'avait pas envie de le faire, parce qu'elle ne l'avait pas oublié, même pas un jour, qu'elle avait cherché quelque chose de spécial tout autant qu'il était spécial à ces yeux et n'avait tout simplement rien trouvé. Nevada s'arrêta finalement devant un des nombreux magasins disponibles, la calligraphie et l'écriture étant la main d'œuvre du bâtiment. Pendant un moment elle se plu à regarder les environs, les quelques magasins de jouets qui lui rappelaient son enfance et les objets de décoration lui plaisant aux yeux. Elle n'avait toujours pas décoré chez elle.

Sa paume se posa contre la vitre, ses sacs se déposant sur le sol alors qu'elle contemplait une ancienne machine à écrire. Et pendant elle moment elle se dit que ça aurait pu être une bonne idée, si seulement elle n'était pas la réelle grosse fan de ce genre d'ancien objets. Elle ne voulait pas embarquer son meilleur ami dans ce genre de collection, simplement parce que c'était quelque chose qui lui ferait plaisir à lui, qu'elle voulait acheter. Son index venant s'emparer d'une de ses mèches de cheveux, elle la ramena à l'arrière de son oreille, l'attention vite détournée par ce qui semblait être un marchant de roses.

— Tiens donc...

Alors même qu'elle allait compléter sa phrase purement personnelle, un étrange détail attira son attention, une silhouette au loin, à quelques mètres lui semblait bien familière. La malchance te guette jeune fille. Les sourcils légèrement froncés, elle s'empara rapidement de ses sacs et les souleva, accélérant le pas pour rejoindre celui qu'elle avait reconnu comme étant son meilleur ami.

— Leonhard ? Qu'est-ce que tu fais ici ?

Son faciès affichant une certaine expression de surprise, elle tendit la main et la posa délicatement sur son épaule, lâchant ainsi un de ces biens qui s'écrasa lamentablement au sol, répandant les objets récemment achetés.

— Et merde ! Désolé....  
@leon'
j'avais pas d'idées de titre  
MITZI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
L'appel des présents — ft. leon'
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: La City :: Christmas by the River
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...
» Variable nombre de joueurs présents ?
» L'appel du ciel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-