Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Bonne année 2018 !
On vous souhaite une excellente année 2018 !
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Your story is still waiting to be written. (Eulalie)

I’m only afraid of what I want.
avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 11999
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : notting hill (west london).
() message posté Ven 29 Déc - 18:27 par Poppy O. Rowena
But I’d rather look back and regret something I did when I was young and crazy, than look back and regret something I never had the courage to do, and realize it’s too late. ✻✻✻ D’une oreille distraite j’écoute les différentes histoires que les filles racontent, tout en me demandant s’il serait mal vu de déjà partir. Ce n’est pas mon genre de vouloir rentrer aussi tôt, d’autant plus que je suis encore seule à la maison, mais pour ma défense je suis vraiment fatiguée. Ce n’est sans aucun doute pas la meilleure période pour se reposer, et ceux même si ce sont les vacances. J’ai passé mon temps à courir partout, et Emma a été plus qu’excitée avec l’approche de Noël. Bien évidemment le fait que mon mari ne soit encore pas là, ne m’aide absolument pas. C’est à se demander parfois si je ne suis pas mère célibataire. Non que je ne sois pourtant jamais réellement seule. Mais en attendant, je dois tout gérer toute seule, et je n’ai pas vraiment le temps de me reposer, ou de profiter de mes vacances. Le travail ne se fait pas non plus tout seul, et au final le seul avantage est de pouvoir passer plus de temps avec ma fille. J’aurais peut-être dû rester à la maison, regarder un film, ou aller me coucher de bonne heure. J’étais pourtant heureuse de sortir ce soir. Profiter d’une soirée entre filles, laissant Emma chez ma mère qui est toujours heureuse de la garder. Seulement, plus le temps passe, et plus je pense que je serais mieux chez moi, et encore mieux dans mon lit à dormir. J’étouffe un nouveau bâillement, tout en essayant de suivre la conversation. Seulement, c’est perdu d’avance, il me manque le début de l’histoire, et je ne comprends pas grand-chose. À la place je termine mon verre cul-sec, tout en me demandant une nouvelle fois si je pourrais leur faire faux bond maintenant, ou s’il faudrait que j’attende encore un peu. Il est encore tôt est c’est ce qui me retient un peu, voulant quand même essayer de profiter un peu de ma soirée. Un autre verre, deux verres, et la soirée commence déjà à être moins ennuyeuse. Finalement ça ne tenait pas à grand-chose. Seulement à force de boire, je suis obligée de m’absenter un instant pour aller aux toilettes. J’en profite pour vérifier mon téléphone, voir si je n’ai pas raté quelque-chose, mais il semblerait que non. Je peux donc rejoindre la table en toute tranquillité.
Malheureusement je fais plus attention à ce qui se passe autour de moi, et pas suffisant à ce qui arrive devant moi, et je finis entrer dans quelqu’un. Ce n’est pas assez violent pour que l’un de nous se fasse mal, mais c’est assez pénible pour peut-être gâcher la soirée. Enfin, ça aurait pu l’être s’il n’avait pas s’agit d’elle. Même avec un peu d’alcool dans le sang, je reconnais tout de suite la maman de la petite Madeline. Je ne suis pas bien sûre de son prénom, parce que je n’ai pas l’habitude d’appeler les parents des enfants par ceux-ci. Cela serait un peu trop étrange. Nous nous sommes parlées quelques fois, mais en général cela concerne toujours l’école ou sa fille, difficile de parler d’autre chose à l’école de toute façon. Ce n’est pas vraiment le lieu pour cela. Mais ce soir les choses sont différentes. Je ne suis pas la maîtresse de sa fille, et elle n’est pas un parent d’élève. Je dois reconnaitre que je suis plutôt contente que ce soit sur elle que je sois tombée. Difficile de ne pas avoir remarqué combien elle peut être belle. « Bonsoir. » Ça semblerait presque que c’était fait exprès, alors que ce n’était pas du tout le cas. Seulement, c’est plus fort que moi, je suis incapable de résister. J’essaie pourtant de me reprendre, et de m’excuser un minimum. « Je suis désolée pour ça. Je n’ai pas vraiment fait attention. » En réalité cela ne me dérange pas du tout d’être tombée sur elle, surtout si cela peut nous permettre de faire plus amples connaissances. Je ne sais pas si elle m’a reconnu, ce n’est peut-être pas évident en dehors de l’école. Et puis je ne suis pas sûre que l’on s’attende à croiser la maîtresse d’école dans un bar. En général quand je croise des parents, ils semblent toujours étonnés que je puisse aussi avoir une envie en dehors de l’école. S’ils savaient… J’espère tout de même que ça ne sera pas le cas ce soir.

✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 08/06/2016
» Messages : 8430
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : blake lively
» Âge : 29 ans, née le 21 juin
» Schizophrénie : autumn (e. stone) + willow (e. watson) + tessa (s. turner) + firmin (j. dornan)
() message posté Mar 2 Jan - 20:50 par Eulalie F. Montandon
Your story is still waiting to be written.


Il s’en est fallu de peu pour que je passe les fêtes de fin d’année, loin de Londres et de l’hiver européen. Mon patron avait besoin que l’un de nous passe rende visite à nos collègues présents de l’autre côté du monde, sur une île très proche de l’Australie. Au départ, l’idée me plaisait bien. C’était l’occasion de passer noël au soleil, ce qui changerait un peu du froid de décembre et cela nous permettrait de nous forger de nouveaux souvenirs à Madeline et à moi. Au final c’était ma collègue qui venait tout juste de partir. Déçue je repensais à cette histoire tout en sirotant un verre de vin. J’étais seule dans un bar et je savais que je ne devais pas donner une bonne impression à ceux qui se trouvaient autour de moi. J’avais trop les idées ailleurs que pour me préoccuper des pensées des autres à mon égard. Je reconnais qu’une jeune femme seule, assise dans un bar devait laisser penser à une dépressive en mal de bonheur dans sa vie. Pourtant j’étais heureuse. J’avais une jeune fille adorable et un métier agréable. Par conséquent, j’avais souvent le sourire aux lèvres. Mais ce soir, ce n’était pas vraiment le cas. Les jours ne peuvent pas toujours se suivre et se ressembler. Entre la déception d’un voyage ensoleillé et le lapin qui venait de m’être posé, j’étais loin d’être rayonnante.

Je ne suis pas vraiment le genre de fille qui passe son temps à boire, seule dans les bars. J’avais donc prévu de venir en compagnie d’un collègue. Cet homme passait la majorité de son temps à me demander de l’accompagner boire un verre et j’avais toujours refusé. Ce soir, comme j’étais seule dans mon appartement après que ma fille ait été invitée chez une amie de son âge, j’avais enfin accédé à la requête de mon collègue. C’était surtout l’occasion de ne pas rester seule devant la télévision. J’étais arrivée, en avance comme souvent, et j’avais eu le temps de boire déjà deux verres avant de recevoir un simple texto me disant qu’il ne viendrait pas. Il ne m’en fallait pas plus pour être énervée. Ce gars ne m’intéresse vraiment pas mais je ne supporte pas que l’on me considère comme un jouet comme il venait de le faire. Je ne manquerai pas de lui dire ma façon de penser la prochaine fois que je le croiserai dans les couloirs de l’entreprise. Une fois mon dernier verre terminé, je décide de quitter ma place et de quitter l’établissement. Je n’apprécie pas vraiment que l’on puisse penser que je suis une désespérée seule dans son coin et j’ai assez bu. Je ne bois pas souvent qu’il ne me faut pas beaucoup d’alcoolémie pour sentir déjà ma tête tournée. Mon énervement veut que je ne fasse pas attention et en cherchant à rejoindre la sortie mon corps bouscule celui d’une autre personne. Je sais reconnaître mes tords et je l’étais en n’ayant pas pris le temps de regarder devant moi. La jeune femme qui ne semblait pas blesser par notre collision me salua avant de s’excuser. « Je suis aussi en tort, je n’ai pas non plus fait attention. » Un sourire se dessine sur mes lèvres. On pourrait croire que je suis bipolaire, moi qui râlait quelques minutes auparavant. Mais ma mémoire me rappelait que j’avais vu cette jeune déjà auparavant. Cependant, pas moyen de resituer ce charmant visage. J’ai beau avoir une mémoire visuelle, à force de voir des gens toute la journée, impossible de les associer à un endroit ou une situation passée. « On se connait non ? » Je marquai une pause essayant de me rappeler. « Je suis désolée. J’ai vraiment la mémoire qui flanche. »  Une grimace apparu sur mon visage tellement j’étais mal à l’aise.
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.
avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 11999
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : notting hill (west london).
() message posté Mer 3 Jan - 18:18 par Poppy O. Rowena
But I’d rather look back and regret something I did when I was young and crazy, than look back and regret something I never had the courage to do, and realize it’s too late. ✻✻✻ En seulement quelques secondes, la soirée devient tout de suite bien plus intéressante. Peut-être que cela ne dura pas, et que d’ici peu elle sera déjà repartie, mais en attendant de le savoir, je suis heureuse de la voir. Le fait de lui être rentrée dedans, est une très bonne excuse pour lui adresser la parole. C’était un accident, mais le hasard a bien fait les choses ce soir. On ne se connait pas vraiment. Je ne sais que très peu de choses sur elle, si ce n’est qu’elle est maman, et qu’elle voyage souvent. Mais en dehors de cela, je ne sais rien de plus. Difficile de connaître tous les parents d’élèves correctement, d’autant plus que tout ne m’intéressent pas. « Je suis aussi en tort, je n’ai pas non plus fait attention. » Il n’y a pas de blessées, ce qui est le plus important. Elle ne semble d’ailleurs pas non plus m’en tenir rigueur, ce qui est une bonne chose. Il est plus facile de pouvoir discuter avec quelqu’un qui n’est pas en colère, même si le challenge peut aussi être intéressant. Je dois reconnaître que même si tout était de sa faute, je ne lui en voudrais pas de toute façon. En réalité, je suis bien trop contente d’être tombée sur elle, surtout après ce début de soirée un peu difficile. Je m’en voudrais presque pour mes amies, mais il faut reconnaître que je n’aurais pas dû sortir ce soir, pas en étant aussi fatiguée. Seulement maintenant, cela me semble bien loin. Parfois il ne suffit vraiment de pas grand-chose. « On se connait non ? » D’accord ce n’est pas vraiment ce que j’aurais espéré, mais je ne peux pas lui en vouloir. Nous sommes très loin du cadre scolaire, ce qui explique qu’il puisse être difficile de faire le rapprochement. Ou bien elle n’a jamais réellement fait attention à moi, ce qui est un peu plus vexant. « Je suis désolée. J’ai vraiment la mémoire qui flanche. » Sans vraiment le contrôler, je ne peux m’empêcher de sourire. Ce n’est peut-être pas volontairement qu’elle n’arrive pas à me reconnaître, et même si ce n’est pas grand-chose cela est déjà beaucoup mieux. Et vu la grimace sur son visage, j’ai l’impression qu’elle s’en veut peut-être un peu de ne pas arriver à me reconnaître. « Je suis la maîtresse de Madeline. » Volontairement, je ne lui rappel pas mon nom de famille, ni le fait que je suis mariée. C’est sans doute ridicule, mais je préfère cela pour ce soir. « Poppy.» À la place je préfère lui donner mon prénom. La rencontre dans un bar s’y prête beaucoup plus, que Madame Rowena qui fait sans aucun doute beaucoup trop formel. Même si cela ne change rien au fait que oui, je suis mariée. Mais cela ne m’a jamais dérangé par le passé, et cela sera encore le cas ce soir. « Est-ce que je peux vous offrir un verre pour oublier tout ça ? » C’est peut-être un peu direct, mais j’ai l’impression que sans cela, nous n’irons pas plus loin. De toute façon, je suis généralement assez direct quand j’ai une idée dernière la tête. Et cela serait mentir de dire que ce n’est pas le cas avec elle. Cela fait un moment que je l’ai remarqué cette jolie blonde, mais difficile de pouvoir tenter quoique ce soit au quotidien. Ce soir, serait donc le moment idéal, à condition qu’elle accepte mon offre bien évidemment. « Quoiqu'on vous attend peut-être ? » J’espère que non, histoire de pouvoir en découvrir un peu plus sur elle. Mes amies m’en voudront sûrement un peu, mais cela finira par leur passer. En attente de sa réponse, je sens mon cœur batte un peu plus vite, ne sachant pas ce qui va se passer ensuite, mais aussi pour ce qui pourrait se passer ensuite.

✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 08/06/2016
» Messages : 8430
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : blake lively
» Âge : 29 ans, née le 21 juin
» Schizophrénie : autumn (e. stone) + willow (e. watson) + tessa (s. turner) + firmin (j. dornan)
() message posté Lun 8 Jan - 20:34 par Eulalie F. Montandon
Your story is still waiting to be written.


Décidément la soirée ne se passe pas du tout comme je l’avais prévu. Rien que d’y penser, j’avais l’impression que m’être levé ce matin était une très mauvaise idée. Même si la journée de travail avait été plutôt « classique » et sans problème, la soirée était bien désastreuse. Premièrement, on m’avait posé un lapin et je m’étais déplacée pour rien. Même si prendre l’air ne fait pas de mal, m’asseoir seule dans un bar n’est pas du tout dans mes habitudes. Ensuite, dans ma précipitation à vouloir quitter l’établissement j’avais bousculée une charmante jeune femme. Je savais que j’avais déjà vu ce charmant visage quelque part, mais je n’arrivais pas à remettre le contexte. Peut-être que dans un autre moment, les choses auraient été différentes. J’étais bien trop énervée que pour avoir les idées claires. Heureusement pour moi, cette jeune femme n’est pas de ces personnes qui vous insultent simplement parce que vous les avez malencontreusement bousculés. Par contre je m’en voulais de ne pas remettre de nom sur ce visage. Je mérite des claques et j’espérais ne pas l’avoir blessée. « Je suis la maîtresse de Madeline. » Ca y est, mon cerveau replace enfin tous les morceaux. Je suis vraiment blonde quand on y pense. Je suis totalement incapable de me rappeler cette jeune femme alors que Madeline m’en parle très souvent. A force j’ai l’impression de bien la connaître. « Je suis vraiment désolée. Madeline me parle tellement de vous que je me demande comment j’ai pu ne pas vous reconnaître. Le décor peut-être ? »  Dis-je en souriant. C’était vrai que l’ambiance changeait de la salle de classe ou j’avais eu l’habitude de la croiser dans le passé. Automatiquement, lorsqu’elle se présenta, je m’empressai de faire de même. Je ne voulais pas juste être : la maman de Madeline. Enfin je le suis mais pas uniquement. « Eulalie. » C’est bien plus convivial et ça enlève toute cette solennité qui prend la place quand on rencontre les professeurs de nos enfants. C’était bizarre de rencontre les gens hors de leurs habitudes. Comme quoi, on a tous notre vie en dehors de nos métiers. Et heureusement d’ailleurs car ce serait triste d’avoir dans nos vies que notre activité professionnelle. « Est-ce que je peux vous offrir un verre pour oublier tout ça ? » Elle me prend un peu au dépourvu. Mais après tout pourquoi pas. A la base j’étais venue pour boire un verre et même si ma soirée s’était écourtée plus rapidement que je ne l’avais prévu, je peux très bien rester un peu. Je ne veux pas la déranger non plus et qu’elle se sente obligée de m’offrir un verre. Surtout que ce serait à moi de le faire vu que j’avais malencontreusement oublié qui elle était. « Ce serait avec plaisir. » Ce ne serait pas très poli de ma part de refuser et de partir. Qui plus est, je risque de très vite la recroiser et je serais vraiment mal à l’aise d’avoir écourter cette rencontre. « Quoiqu'on vous attend peut-être ? » La seule chose qui m’attend, c’est mon lit. Pas très glamour comme rendez-vous. Et je n’ai pas envie non plus d’annoncer la raison pour laquelle j’étais déjà en train de partir.  « Non personne ne m’attend. »  J’essaye de sourire en répondant. Je ne veux pas passée pour une jeune femme désespérée parce qu’elle n’a rien de prévu pour le reste de la soirée. Enfin rien avant d’avoir une invitation sympathique d’une jeune femme. Cependant je n’ai pas l’impression que Poppy était prête à partir et je n’ai aucune envie de déranger. « Par contre je ne voudrais pas déranger, vous étiez surement accompagnée ? » C’est par pure politesse que je pose cette question. Je ne voudrais pas la priver de sa soirée mais je serais déçue de passer à côté d’une soirée en si belle compagnie.  
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.
avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 11999
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : notting hill (west london).
() message posté Mer 10 Jan - 17:36 par Poppy O. Rowena
But I’d rather look back and regret something I did when I was young and crazy, than look back and regret something I never had the courage to do, and realize it’s too late. ✻✻✻ « Je suis vraiment désolée. Madeline me parle tellement de vous que je me demande comment j’ai pu ne pas vous reconnaître. Le décor peut-être ? » Sans aucun doute. On doit rarement s’attendre à trouver la maîtresse d’école de son enfant dans un bar. Ce qui vaut aussi pour moi. Je n’aurais pas pensé tomber sur elle ce soir, mais la surprise est agréable. Il est beaucoup plus facile de pouvoir discuter en dehors de l’école. Le cadre est tout de suite beaucoup moins formel, moins professionnel, et plus enclin à faire connaissance. « Il est vrai que cela change de la salle d’école. » Je lui adresse un sourire, pas du tout vexée d’avoir dû lui rafraîchir la mémoire. Bon, peut-être que mon égo en un prit un léger coup. Mais pas au point de lui en vouloir, ou de la laisser, et de partir rejoindre mes amies. Ce que je devrais faire pourtant, sans aucun doute. Mais à la place de cela, je préfère lui donner mon prénom. Inutile de s’appeler par nos noms de famille ici, ça serait un peu ridicule. « Eulalie. » Il est tout de suite plus agréable de savoir son prénom. Ce n’est pas grand-chose, et pourtant cela me fait sourire. Eulalie voilà un prénom peu commun. Comme très souvent dans ce genre de situation j’ai dû mal à tenir en place, ou à être très subtil. Ce qui n’est malheureusement pas toujours une bonne chose. Je ne voudrais pas la faire fuir, ou qu’elle me prenne pour une folle. Elle reste tout de même une maman d’un des enfants, et je ne peux pas me permettre de faire n’importe quoi. Et pourtant, cela ne m’empêche pas de lui proposer un verre. L’excuse est toute trouvée, même si la vraie raison n’a vraiment rien à voir. Pour éviter de faire n’importe quoi c’est un peu raté. Mais c’est plus fort que moi. Je préfère tenter ma chance, que de ne rien faire et de la laisser passer. Et puis boire un verre n’engage absolument à rien. Cela nous permettrait seulement de faire plus ample connaissance, ce qui ne peut pas être une mauvaise chose. « Ce serait avec plaisir. » Sans pouvoir le contrôler, je suis incapable de pouvoir arrêter de sourire. Décidément, j’ai l’impression que c’est mon jour de chance. Moi qui ne voulais même pas sortir ce soir.
« Non personne ne m’attend. » Voilà une réponse qui est encourageante. Certes prendre un verre en ma compagnie doit être loin de ce qu’elle avait prévu ce soir, mais cela ne veut pas dire que ça sera forcément moins bien. C’est d’ailleurs étrange qu’elle puisse se trouver seule ici ce soir, une femme comme elle. Mais je n’ai pas envie de lui poser la question, après tout, cela m’arrange bien. « Par contre je ne voudrais pas déranger, vous étiez surement accompagnée ? » Avec tout ça, j’en ai oublié mes amies l’espace d’un instant. Il est vrai qu’elles doivent se demander où je suis passées, mais elles me connaissent suffisamment pour ne pas s’inquiéter. Je pourrais toujours prétendre être tombée sur une vieille amie, plutôt que de devoir tout expliquer. C’est plus ainsi, même si elles ne sont pas le genre à juger. Je pourrais d’ailleurs inviter Eulalie à se joindre à nous, mais cela ne serait pas la même chose. Peut-être que cela serait mieux cela dit, pour moi. Mais je n’ai pas envie d’être raisonnable ce soir, et tant pis pour le reste. « Je tenais compagnie à un couple d’amis. Ils seront sûrement ravis de se retrouver tous les deux. » Un petit mensonge pour ne pas qu’elle culpabilise, ou ne change d’avis. Il serait de toute façon un peu trop bizarre de lui dire la vérité. Je lui adresse un sourire avant de finalement me diriger vers le bar pour pouvoir lui offrir ce fameux verre. « Qu’est-ce que je vous offre ? » Le vous est peut-être un trop formel, surtout ici. D’autant plus après avoir échangé nos prénoms. « On pourrait peut-être se tutoyer ? » Je n’ai pas envie de la mettre mal à l’aise, et préfère lui laisser le choix.

✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice
avatar
Modératrice

» Date d'inscription : 08/06/2016
» Messages : 8430
» Pseudo : night stars. / Vanessa
» Avatar : blake lively
» Âge : 29 ans, née le 21 juin
» Schizophrénie : autumn (e. stone) + willow (e. watson) + tessa (s. turner) + firmin (j. dornan)
() message posté Sam 13 Jan - 18:21 par Eulalie F. Montandon
Your story is still waiting to be written.


« Il est vrai que cela change de la salle d’école. » Ca c’est le moins que l’on puisse dire. J’ai vraiment du mal à imaginer une école ayant la même mise en place qu’un bar. Je pense que je ne serais vraiment pas rassurée de savoir ma fille dans un établissement où l’alcool puisse couler à flot. J’ai toujours imaginé que les maîtresses d’école étaient des femmes sages qui ne devaient sans doute pas passer leurs soirées devant des boissons alcoolisées. Visiblement, je me suis trompée et je suis ravie que mes préjugés soient faux. Je ne peux imaginer cette charmante jeune femme à vivre une vie recluse dans une maison. Elle est jeune et mérite de pouvoir en profiter autant que moi. Sans elle je serais déjà sur la route du retour en me plaignant de ma vie très chaotique.
Une fois les prénoms connus, je sens que la glace est brisée. Ce n’est plus une mère de famille qui rencontre l’institutrice de sa fille, mais deux jeunes femmes qui se retrouvent dans un bar. Elle semble avoir le même âge que moi, ce que je n’avais jamais remarqué. Comme quoi certaines situations peuvent facilement vous aveugler sur beaucoup de choses. Poppy me propose un verre et c’est un peu sans réfléchir que j’accepte. Je n’ai pas vraiment envie de rentrer chez moi et en même temps, elle me semble être de charmante compagnie et je m’en voudrais de passer pour une femme froide en refusant. Je n’avais rien d’autre à faire et ce serait mentir que de dire le contraire. Mentir ne fait pas vraiment partie de mes habitudes. Même si j’étais ravie de rester en sa compagnie, je ne voulais pas déranger. Je n’aime pas m’imposer là où je n’ai pas ma place et elle ne semblait pas vraiment être seule dans cet endroit. Après tout, qui voudrait laisser seule une charmante jeune femme comme elle ? Un soulagement se fit retentir. « Je tenais compagnie à un couple d’amis. Ils seront sûrement ravis de se retrouver tous les deux. » Je ne pus retenir un sourire comprenant très bien. En quelque sorte j’étais peut-être la solution pour abréger un peu le temps où elle devait tenir la chandelle. Ou alors elle avait peur de me dire la vérité mais je ne la forçais pas à rester en ma compagnie, c’était son choix.

« Qu’est-ce que je vous offre ? » Excellent question. Oserais-je prendre le risque de boire un verre d’alcool devant la personne qui apprend des choses à mon enfant. J’espère qu’elle ne juge pas trop vite et qu’elle ne me verra pas comme une mère indigne qui passe ses temps libres à boire. «   Je veux bien un verre de vin rouge. » Simple et ce n’est pas non plus quelque chose de faire. « On pourrait peut-être se tutoyer ? » Comment refuser ? J’ai l’impression de prendre quelques années en une fraction de seconde. Puis le tutoiement permettra de pouvoir parler sans pour autant laisser des barrières entre nous. Je sais qu’elle reste la maîtresse de ma fille chérie. «   Evidemment. Evitons les formalités. » Ca me semblait tout à fait logique. «   Donc c’est ici que tu viens décompresser en dehors de l’école ? » Je ne savais pas trop comment lancer la conversation, sans trop paraître ennuyante. C’est difficile de parler avec quelqu’un que l’on ne connait pas vraiment mais qu’on ne serait pas contre de connaître.
☾ ANESIDORA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Your story is still waiting to be written. (Eulalie)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: East London :: Shoreditch :: Nightjar
» Maple story
» 05. What the hell are you waiting for.
» Love et Story
» Maple Story ^^
» Yuki de Anzu Story !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-