Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Bonne année 2018 !
On vous souhaite une excellente année 2018 !
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


House Of Memories

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/11/2017
» Messages : 66
» Avatar : Kate Mara
» Âge : 35 ans
() message posté Mar 9 Jan - 21:40 par Raven S. Lloyd




House Of Memories

Ft. Jean


Lucy était une des filles avec qui Raven travaillait depuis un moment sur un projet de prêt-à-porter dans le style american girl. C'était un projet qu'on lui avait proposé à de nombreuses reprises et qu'elle avait toujours refusé. La trentenaire vivant à Chicago ne voyait pas le projet comme quelque chose d'intéressant, et qui aurait sûrement quelques difficultés à s'exporter,
alors une fois à Londres elle avait enfin dit oui. Une américaine vivant dans cette ville et lançant un projet, oui ça allait vendre. Elle s'était donc mis au boulot depuis une bonne semaine,
elle avait envie d'apporter une touche sexy mais élégante au projet. Pas quelque chose de trop caricaturé. Rave' avait plusieurs fois refusé des propositions, les mini short de sport et les patins à roulettes. C'était bien trop cliché de la côte ouest. La rousse était de la côte est, alors elle connaissait bien la différence. Le strass et le m'as-tu-vu était bien différent. Certes les Americans Girls de la haute société sont souvent botoxées mais pas toutes. Elle par exemple, se refusait à se prendre une seringue dans le visage. Puis connaissant Reid il péterait sûrement un plomb si elle avait la folle envie de faire cela.

Tout en déjeunant donc avec Lucy, Raven photographiait les lieux et les plats afin de pouvoir les poster sur Instagram. La jeune femme restait accro à son téléphone et à ce réseau social.
Instagram c'était vraiment son truc. Sur Twitter elle postait bien moins, juste des choses officielles, la sortie d'un article sur son blog, la fin d'un projet qu'elle gardait secret. Ce genre de chose toute simple.
Ayant terminé de déjeuner une bonne heure plus tard, lorsque Lucy voulu payer cette dernière paniqua et du renverser le contenu de son sac bien rempli sur la table, mais rien. Ses papiers,
son porte feuille, tout avait disparut. Alors l'américaine pris son sac et vérifia l'intérieur du sien.
étrangement tout y était. Mais Raven, ne mettait jamais son sac du côté du passage des gens.
Une vieille habitude. La femme paya donc pour sa collaboratrice et lui indiqua que ça ne la dérangeait vraiment pas. L'argent chez les Lloyd n'avait jamais été un soucis. Et ses parents,
malgré le fait qu'elle est trente-cinq ans, un travail, et un toît sur la tête, du moins que Reid l'acceptait encore chez lui, insistaient pour lui envoyer de l'argent et Raven ne pouvait dire non à chaque fois. Alors elle se servait de cet argent pour vivre et plaçait le sien afin de faire d'autres petits sous. UNe fois le déjeuner payé, Lucy demanda un taxi et emmena Rave' avec elle au commissariat afin qu'elle puisse lui servir de témoin contre X. La suivant elle regarda la ville défiler bien plus vite sous ses yeux, le taxi, ça changeait de ses déplacement en vélo. Mais ce n'était pas désagréable.

Arrivant devant le commissariat, elle observa la structure victorienne et ne put s'empêcher de dégainer son téléphone pour en prendre une photo. Lucy la taquina et l'originaire de Chicago leva les yeux au ciel avant de suivre la blonde dans l'enceinte du lieu. Là elle observa autour d'elle cette effervescence nouvelle, du moins ce calme étrange. Ca changeait des bureaux de sa ville natale ! Tout en s'éloignant de Lucy, sans vraiment regarder où elle allait, Raven finit par se cogner à quelque chose... Ou du moins à quelqu'un en déduit-elle en voyant un costume d'homme juste sous son nez. Elle releva la tête et esquissa un mince sourire désolée,
avant de froncer les sourcils...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 243
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Dim 14 Jan - 18:43 par Jean Marceau
Choux blanc à Manchester, l’enquête était au point mort. Je continuais de faire le tour des endroits qui remontaient dans mes alertes informatiques, essayant de ne rien rater dans le périmètre de mon radar, qui me permettait de capter les informations qui remontaient dans les différents services de police britannique. Ca ne voulait pas dire que je pouvais être influencé par de fausses pistes, bien sûr… C’était même l’essentiel de mon travail que de décortiquer tout ce qui nous venait de partout. Les commissariats anglais en voyaient de vertes et de pas mûres en ce moment, sans parler de Scotland Yard. Le monde devenait fou, et retrouver la trace du tueur qu’on traquait avec William, ce n’était pas de la tarte vous pouvez me croire. Malgré son mode d’action très spécifique, il n’en restait pas moins que j’avais du mal à voir un peu clairement ce qui pouvait dénoter de ses faits et gestes. Il se savait peut-être surveillé ? Ou alors il était en période de repérages ? Allez savoir. Ce n’était pas facile que de savoir ce qu’il se passait dans la tête d’un taré pareil, la seule chose dont j’étais à peu près certain c’était encore qu’il n’avait pas commis de crimes. C’était trop tôt. Il ne se cachait peut être pas, il devait se faire à son nouvel environnement, après avoir commencé à attirer l’attention sur lui en Amérique et au Canada. Il devait prendre sans doute ses précautions, pour éviter que l’on ne puisse être msi trop facilement sur sa piste.


Il y avait bien eu quelque chose dans un autre commissariat de la capitale, mais une fois sur place, je m’étais rendu compte que le disparu, un animateur de talk-show un peu célèbre et assez en vogue grâce aux valeurs qu’il portait dans ses émissions, était entretemps rentré chez lui. Fausse alerte. Il correspondait au profil, mais pour clore l’enquête sur sa disparition de quelques jours, signalée par sa mère, il avait expliqué avoir un peu trop fait la fête avec une fille des quartiers Est de Londres. L’histoire n’avait pas été vérifiée par les gars en bleu ; le disparu semblait bien aller, pas de traces d’agression ou quoi que ce soit. Je soupirais donc, et j’allais devoir retourner au bureau les mains vides. Toujours aucune piste, donc. C’était désespérant. Je m’apprétais donc à m’en aller, décidé à me noyer dans le fond d’un verre de whisky jusqu’au lendemain matin, mais une jeune femme me rentra dedans sans trop faire attention où elle allait. C’est con, je pensais qu’elle allait m’éviter jusqu’au dernier moment, mais ce fut ensuite un peu trop tard. Elle fronça les sourcils en même temps que moi.


Mince, sa tête me disait quelque chose, mais quoi ?



| Hmmm Pardon, mademoiselle ? Jean Marceau. |


Je venais de me présenter par réflexe, comme pour provoquer chez elle la reconnaissance qui semblait aussi douteuse dans ses yeux sans doute, que dans les miens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/11/2017
» Messages : 66
» Avatar : Kate Mara
» Âge : 35 ans
() message posté Mer 17 Jan - 21:37 par Raven S. Lloyd




House Of Memories

Ft. Jean


L'impression de déjà vue, cette façon de se dire que l'on a déjà vécu cette scène quelque part, dans une autre vie. Tout en s'excusant d'avoir été étourdie, elle écouta le nom de l'homme et fronça encore plus les sourcils, tout en se disant que cet homme ne lui était pas du tout inconnu. Ni ce nom d'ailleurs. Alors cherchant dans les tiroirs de sa mémoire elle finit par remettre en place ce Jean Marceau. Son regard s'illumina alors et Raven tendit sa main dans sa direction.
"Bonjour, Raven Lloyd. Je ne pensais pas vous revoir ici un jour !"Certes c'était peut-être un peu expéditif, mais Rave' était comme ça, a aller droit au but,
ou presque. Mais elle était réellement surprise de recroiser cet homme de loi ici. Quelle chance avait-elle sur un million de le recroiser à Londres et dans ce commissariat plus précisément !?
Une seule sur un million ?! Décidément le sens de cette célèbre phrase : "le monde est petit"
prenait un réel sens.

Encore un peu surprise par cette rencontre étonnante, elle se recula un peu tout en remettant derrière son oreille une de ses mèches de cheveux roux et lui adressa alors un sourire ravi.
"Vous avez travaillé sur une enquête il y a un ou deux ans, à Chicago, pour du cyber harcèlement. Et vous avez mis un sacré bordel dans ma vie !" Raven laissa échapper un léger rire un peu gêné en se remémorant cette situation. En effet elle avait vraiment eu peur pour elle au bout d'un moment. En plus de ce cyber harcèlement, ce type l'avait suivit lors de ses sorties, de ses invitations à des évènements. Et de ce qu'elle avait su durant le procès était qu'il lui vouait un culte malsain et obscène qui l'avait mise fortement mal à l'aise. Mais Raven en était sortie la tête haute et avec l'envie d'écrire un article sur le sujet du harcèlement. Article qui avait fait fureur sur son blog. Elle avait même été convié sur des chaînes YouTube féminine pour en parler avec d'autres victimes faisant partie du monde médiatique.
C'était un souvenir encore douloureux par moment, surtout lorsqu'elle lisait des commentaires rageux et insultants sur ses réseaux socio. Mais Raven se tenait de rester transparente là dessus et de ne pas effacer ces messages ignobles à son encontre. Si elle revivait la galère qu'elle avait vécu il y a plusieurs mois, elle aurait à nouveau des preuves.
D'ailleurs, elle se demandait si Reid lisait parfois ce qu'elle recevait, mais ça l'étonnerait grandement s'il le faisait. De plus elle ne lui en avait jamais parlé, de cette affaire judiciaire. A coup sûr qu'il aurait débarqué à Chicago pour régler les choses lui-même. Et ça n'avait jamais été son projet de le prévenir, elle voulait le préserver tout en se préservant de sa façon d'agir. La cadette connaissait trop bien l'aîné, pour savoir qu'il aurait remué ciel et terre pour régler l'affaire de ses propres mains. Alors pour éviter tout débordement elle avait demandé et insisté auprès de Jean Marceau de ne rien faire savoir à sa famille.

Reportant son attention sur l'homme et se pinça les lèvres et jeta un coup d'oeil à Lucy qui semblait partir avec un flic pour déposer sa plainte. Rave devrait donc rester à l'attendre ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dona Nobis Pacem

» Date d'inscription : 10/10/2017
» Messages : 243
» Pseudo : Torben
» Avatar : Christian Bale
» Âge : 40 ans (né le 20/04/1977)
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Dim 21 Jan - 16:26 par Jean Marceau
Je n’ai quand même pas toujours la meilleure des mémoires, c’est évident. Je ne peux qu’essayer de me creuser un peu les méninges. Merde alors, où je l’avais vue ? Une enquête, c’était évident, mais je ne pouvais pas pour autant me rappeler laquelle. Combien en avais-je connue dans ma vie ? Beaucoup, c’était évident. Des centaines ? Sans aucun doute. Et avant ça, l’armée.Cela dit, ma vis-à-vis était relativement jeune et il y avait donc assez peu de chances pour qu’elle soit une connaissance qui datait de cette époque reculée où je portais encore le kaki et le béret rouge des parachutistes. Donc, une enquête. Et donc relativement récente, aussi. La jeune femme semble aussi essayer de me reconnaître, un peu comme si elle m’avait elle aussi reconnu mais seulement en partie, comme avec retenue elle ne sait plus très bien non plus où elle m’a vu. Ah, elle se présente et me tend la main. Je la lui saisis un peu vigoureusement, par habitude. Raven Loyd… Et elle ne pensait pas me revoir « ici » un jour. Je dois encore réfléchir un moment, et je sais que je ne peux pas vraiment cacher le fait que ma mémoire me joue un tour.


| Ravi de vous revoir, euh, Raven… Je suis désolé, je ne vous remets pas, je vous reconnais mais… |


Heureusement, la jeune femme vient à ma rescousse d’elle-même. Elle m’explique en replaçant une mèche de ses cheveux, que j’ai travaillé sur une enquête il y a un ou deux ans sur du cyber harcèlement, et que j’avais « mis un sacré bordel dans sa vie ». J’avouais que je ne m’en rappelais plus très bien, même si je voyais très bien qui elle était maintenant. Une blogueuse ou un truc du genre. Comment on disait, déjà ? Les gens qui essaient d’imprimer des tendances et tout ça ? Je n’y avais jamais rien compris. Mais je me rappelais de l’époque. Je venais de perdre Tom, et j’étais en train de subir la folie de ma femme et le divorce en cours. Pas un moment facile, où je m’étais jeté à corps perdu dans le travail comme pour oublier tout le reste… Ce qui n’avait fonctionné qu’en partie, bien évidemment. Et cela m’avait rendu plus déterminé que jamais, et plus brutal aussi. Je n’avais pas laissé la meilleure partie de ma personnalité s’exprimer, à cette occasion.


| Ah oui, je me souviens. Comment allez-vous Mrs Loyd ? Vous n’avez plus été embêtée j’espère, par ces espèces de crétins qui considèrent que comme c’est sur internet, ils ne risquent rien à déblatérer leurs conneries ? En tout cas, tout à l’air de bien rouler, pour vous. |


Cela aurait pu paraître pour de l’envie, mais ce n’était absolument pas le cas. Elle avait l’air bien, en forme et en bonne santé, du coup je n’avais aucune idée sur la raison de sa présence ici. Et elle était toujours aussi jolie.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
House Of Memories
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» Young Haitian MD named White House fellow
» The Best Memories With Memories
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» Little House on the Prairie [FB 1623]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-