Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Résultats de la Guerre des groupes !
Après presque un mois de lutte acharnée, il est temps de découvrir les résultats. Rendez-vous par ici.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


some friendship are timeless (w/gabrielle).

maybe i belong among the stars.

avatar
maybe i belong among the stars.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 1565
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : ana de armas.
» Âge : 30yo, february 15.
» Schizophrénie : lola + nova.
() message posté Jeu 18 Jan - 5:29 par Rioja Ibanez

≈ ≈ ≈
{some friendship are timeless}
✰ w/gabrielle rowena

Les portes de l’ascenseur s’ouvrèrent devant elle et ça lui prend une bonne seconde avant de réaliser qu’elle se trouve au bon étage. D’où Rioja se trouve, elle ne peut pas apercevoir son bureau, mais Rioja sait qu’une femme dans la vingtaine l’y attend afin de lui transmettre son horaire de la journée. Dès ce moment, les pieds de Rioja se remettent en marche et le bruit de ses escarpins se font entendre de la réception jusqu’à ce que ses fesses soient installés sur la chaise noire roulante. La minute d’après, une blondinette entrait dans son espace de travail et commençait à lui parler et comme d’habitude, Rioja écoutait à moitié ce qu’elle lui disait. Pas parce qu’elle était distraite par quelque chose, mais pour la simple raison qu’il était trop tôt à ses yeux pour commencer à lui donner des indications sur comment sa journée allait se dérouler. Puis, ce n’était pas comme si Rioja ignorait ce qu’elle avait à faire aujourd’hui. Rioja savait déjà tout ce qu’elle avait à faire avant même qu’on lui demande de le faire. Rioja aimait prévoir d’avance ses journées et lorsque le soir, il était temps de quitter, la jeune femme regardait son agenda. Pour se préparer mentalement à la journée à affronter dès le lendemain matin. Alors, d’un geste de main, elle indique à la blondinette de cesser de parler avant de l’excuser de manière professionnelle, mais directe en lui disant qu’elle était déjà au courant. La minute d’après, la porte se refermai derrière elle et Rioja retrouve le silence de son bureau. Ce bureau où elle passait des heures et des heures à rédiger des articles pour la publication prochaine du magazine. Ou alors, elle faisait des allers-retours entre son bureau et celui de son patron, Eros. La seconde personne à Londres que Rioja tentait d’éviter le plus possible. Après Bodevan se trouvait Eros.
Dès la minute où les aiguilles affichent cinq heures, Rioja se retrouve de nouveau dans l’ascenseur, seule parce qu’elle s’arrange pour être seule, Rioja. Pas qu’elle n’apprécie pas la compagnie de ses collègues, mais c’était mieux pour elle. Pour éviter d’entretenir des conversations ennuyantes et redondantes. Elle en avait assez au boulot, pas besoin d’apporter ce genre de conversations avec elle jusqu’à l’extérieur du bureau. Portable en main, documents dans l’autre, Rioja patiente au froid qu’un taxi s’arrête devant elle. Deux minutes d’attente avant que ses fesses se retrouvent au chaud. Lorsque le chauffeur se remit en route, Rioja constate que tous les chauffeurs empruntaient le même trajet que le précédent. Comme si, eux aussi, préféraient la routine qu’à l’impulsivité. Les mêmes bâtiments défilaient devant ses yeux lorsque Rioja osait lever le menton de son portable. Une réponse par ici, une autre réponse par là. Roulement de yeux aux cinq réponses. Les gens ne lisaient visiblement pas leurs courriels.
Dans un soupir, Rioja abandonne ses escarpins au pied de la porte, se promettant de les ramasser plus tard. Confortablement installée sur son canapé, bouteille d’eau pétillante dans les mains et repas qui refroidit près d’elle, la sonnette de son appartement retentit dans tout l’appartement. Rioja croît à une blague. Personne ne lui rend visite parce qu’elle n’invite personne chez elle. Sauf que la sonnette retentit une seconde fois et cette fois, Rioja n’a pas d’autres choix que de se lever de son canapé, certaine de retrouver un visage inconnu derrière la porte. Ou peut-être que c’est son mari qui décide de lui rendre visite encore une fois. Sans le moindre sourire, sa main tourne la poignée pour ensuite tirer sur la porte et très vite, elle découvre un visage plus que familier. Gabrielle et une petite puce près d’elle qui lui ressemble comme deux gouttes d’eaux. Un pincement au cœur. « Gabrielle, je ne m’attendais pas à te voir. Entre, je t’en prie. » Le courant d’air froid arrive et Rioja n’a pas envie de perdre la chaleur de son appartement.
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.

avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 13196
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : Rebecca, Jamie & Will.
() message posté Sam 10 Fév - 15:44 par Gabrielle Rowena
You can go through life and make new friends every year - every month practically - but there was never any substitute for those friendships of childhood that survive into adult years. Those are the ones in which we are bound to one another with hoops of steel. ✻✻✻ « Emma non, s’il te plaît reviens ! » Poppy se précipite à la suite de sa fille qui a réussi à lui échapper quelques secondes. Emma a beau être petite, ce n’est pas la première fois qu’elle lui fait le coup. Et comme à chaque fois, Poppy se demande comment sa fille arrive à lui faire encore le coup. Elle avait des doutes sur le fait que cette sortie soit une bonne idée, mais elle a quand même voulu la faire. Et aujourd’hui Emma est tout sauf sage. À croire que la petite fille a décidé de rendre folle sa mère aujourd’hui. Poppy parvient à la rattraper sans trop de problèmes devant l’œil consterné de certaines personnes. Il n’y a pourtant pas eu mort d’hommes, Emma n’a fait que quelques pas sans elle. Mais visiblement, c’est assez pour qu’on la considère comme une mauvaise mère. Non, qu’elle s’en préoccupe réellement de toute façon, mais elle ne comprend pas pourquoi les gens se permettent de la juger aussi rapidement. Maintenant qu’Emma est bien sécurisée dans ses bras, Poppy se dirige vers la caisse pour régler ses achats. Elles devraient sans doute rentrer maintenant, avant qu’Emma ne recommence à vouloir n’en faire qu’à sa tête, mais Poppy n’en a pas envie. Si elles rentrent maintenant, elles vont se retrouver toutes les deux. Emma va faire sa sieste, et elle va une nouvelle fois se retrouver seule. Et elle n’a pas envie de se retrouver seule. Pas aujourd’hui. Alors à la place, elle fait les magasins avec Emma qui semble très peu s’intéresser à tout cela. Finalement, voyant sa fille qui ne tient en place, Poppy est obligée de capituler. Mais pour éviter de rentrer à la maison, elle se décide plutôt à passer chez sa mère. Emma sera heureuse de voir sa grand-mère, et Poppy aura un peu de compagnie.
Le temps passe, et sa mère étant attendue, elles peuvent pas rester plus longtemps. Seulement, elle n’a toujours pas envie de rentrer chez elle. En ce moment, elle se retrouve presque toujours seule à la maison. Son mari travaille beaucoup, et la maison lui paraît toujours vide, et bien trop grande seulement pour elle. Emma est beaucoup plus calme, après avoir passé son après-midi à jouer, mais Poppy n’a plus vraiment envie de faire les boutiques. Elle n’a pas envie de grand-chose, si ce n’est pouvoir penser à autre chose, et parler avec quelqu’un. Elle pense soudainement à Rioja, se demandant pourquoi elle n’a pas pensé à son amie plutôt.  Peut-être qu’elle n’est pas chez elle, ou qu’elle est occupée, mais Poppy se dit qu’elle n’a rien à perdre à tenter sa chance. Passer un moment avec une amie serait parfait. Emma dans ses bras, elle quitte l’appartement de sa mère pour rejoindre l’arrêt de bus le plus près. En temps normal elle se déplace le plus souvent à vélo, mais elle est tellement maladroite qu’elle ne le fait jamais avec sa fille. Cela serait bien trop dangereux pour la petite fille, et il est hors de question qu’elle essaie. Londres défile sous ses yeux, alors qu’Emma commence à s’endormir dans ses bras. Elle ne peut pas envoyer un message à son amie pour savoir si elles peuvent passer, et fini par se dire qu’elles lui feront la surprise. Et dans le cas contraire, elle n’a pas envie d’y penser. Pas pour le moment. Elle ne veut pas penser à la possibilité de rentrer, et de passer encore une nouvelle soirée seule. Une fois en dehors du bus, elle remonte Emma qui commence à lui peser, elle n’a pas prévu de sortir toute l’après-midi ainsi. Sinon, elle aurait pris la poussette sans hésiter. D’un pas décidé, elle avance pour finalement arriver devant la porte de Rioja. Avec un peu de difficulté elle parvient à sonner, espérant que celle-ci soit chez elle. Mais elle n’obtient pas de réponse. Elle hésite un instant, se décide à poser Emma par terre un instant, avant de faire une nouvelle tentative. Maintenant qu’elle est ici, elle n’a aucune envie de repartir. Finalement la porte finie par s’ouvrir, pour laisser apparaitre son amie. « Poppy, je ne m’attendais pas à te voir. Entre, je t’en prie. » Elle ne se le fait pas dire deux fois, et entre heureuse d’échapper au froid en priorité. Sa fille la suit, toujours un peu fatiguée, mais visiblement contente d’être ici. « On ne te dérange pas ? » Elle espère de tout cœur que non, mais elle ne veut pas non plus s’imposer. Enfin, pas plus qu’en débarquant sans prévenir. « On passait dans le coin, et je me suis dis qu’on pouvait te faire la surprise. » Ce n’est pas totalement la vérité, mais qu’importe. Le résultat est le même au final. Comme pour prouver ses dires, Emma s’avance vers Rioja toute souriante, ce qui fait toujours fondre Poppy.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
maybe i belong among the stars.

avatar
maybe i belong among the stars.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 1565
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : ana de armas.
» Âge : 30yo, february 15.
» Schizophrénie : lola + nova.
() message posté Mar 13 Fév - 4:54 par Rioja Ibanez

≈ ≈ ≈
{some friendship are timeless}
✰ w/gabrielle rowena

Rioja n'a plus l'habitude de recevoir des gens chez elle. Depuis sa séparation, accueillir des gens chez elle semble surfait et lorsque c'est le cas, Rioja n'a qu'une hâte et celle-ci est que les gens repartent le plus vite possible. Les rares personnes dont elle tolère encore la présence se compte sur les doigts de sa main et trois d'entre elles étaient des femmes. La seule exception est son mari Bodevan. Il était le seul qu'elle tolérait, toujours, la présence près d'elle et même si toutes les fois qu'ils se voyaient cela se termine en guerre mondiale pratiquement, Rioja était incapable de se passer de sa présence. Ce qui était assez contradictoire de l'attitude qu'elle empruntait avec lui. Mais Gabrielle est là, devant elle. Gabrielle qui vient de lui faire la surprise de se présenter jusqu'à chez elle alors qu'à l'habitude, c'est Rioja qui débarquait chez les gens, en mode surprise. Rioja adore Gabrielle et c'était toujours un véritable plaisir de passer un moment avec elle. Les moments passés en compagnie de Gabrielle étaient toujours simples. Un silence pouvait exister entre elles et elles ne sentaient pas obligés de parler pour le rompre. Sauf que pour une raison inconnue, ce soir, ça lui semble différent. Peut-être que c'est la présence enfantine près d'elle lui donne cette impression. À une époque, sa fille et la fille de Gabrielle jouaient ensemble. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas et cette simple pensée fait frissonner Rioja. « On ne te dérange pas ? » La voix de Gabrielle résonne dans ses oreilles et Rioja lui offre un sourire alors que sa main pousse la porte pour refermer derrière elles. « Tu ne me déranges jamais, Gabrielle. » Répond Rioja en s'éloignant de l'entrée où le froid semble vouloir rester. En plus, ce n'était pas comme si Rioja était en plein milieu d'un truc important. Son repas était toujours en train de refroidir dans le salon. « On passait dans le coin, et je me suis dit qu'on pouvait te faire la surprise. » Pour la seconde fois, Rioja offre un sourire à Gabrielle avant de baisser le regard vers Emma. Cette petite boule d'énergie qui se dirige vers elle avec ce beau sourire enfantin que tous les enfants possèdent. Ce sourire innocent. Sans le vouloir, Rioja recule de quelques pas comme si elle essayait d'échapper aux bras d'Emma ou même de s'éloigner d'elle pour la petite soit dans son espace personnelle. Réaction qu'elle espère passe incognito aux yeux de Gabrielle ou même Emma parce qu'elle ne supporterait pas de briser le cœur d'un enfant. « Comment ça va ? » S'enquit la jeune femme tout en prenant la direction de la cuisine afin d'offrir quelque chose à boire à son amie et sa petite fille. Rioja ne savait peut-être plus comment accueillir les gens, mais elle se souvenait très bien d'offrir à boire. La seule différence est que maintenant, elle n'offre plus une coupe de vin, mais de l'eau pétillante parce que c'est tout ce qu'il y a. Suite à la visite de Bodevan durant le temps des fêtes, Rioja avait jeté toute trace d'alcool. « Je peux t'offrir un verre d'eau pétillante ? J'ai l'eau régulière, mais elle provient du robinet et pour Emma, je ne crois pas avoir du jus. À moins qu'elle aime le jus d'orange. » Demande-t-elle doucement tout en se posant la question mentalement. Est-ce que les enfants aiment le jus d'orange ? Rioja se souvient brièvement que sa fille, Kala, n'en raffolait pas plus qu'il le fallait. « Alors quoi de neuf ? Dis-moi qu'il se passe des trucs intéressants avec toi. Je suis en train de me transformer en vieille femme tellement je ne fais plus rien. » Bon, ce n'était pas complètement la vérité. Certes, elle ne sortait plus dans les bars, mais Rioja voyait le monde lorsqu'elle en avait envie.
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.

avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 13196
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : Rebecca, Jamie & Will.
() message posté Dim 18 Mar - 12:00 par Gabrielle Rowena
You can go through life and make new friends every year - every month practically - but there was never any substitute for those friendships of childhood that survive into adult years. Those are the ones in which we are bound to one another with hoops of steel. ✻✻✻ Il n’est pas rare que Gaby débarque chez les gens sans prévenir, parce qu’elle ne pense pas toujours à le faire. Si l’envie lui prend d’aller voir quelqu’un, elle ne prend pas toujours la peine de vérifier que cette personne se trouve bien chez elle. Elle est comme ça Gaby, elle fait ce dont elle a envie sur le moment. Elle n’est pas le genre à tout planifier, à tout prévoir, et préfère largement marcher à l’instant. Suivre ses envies, et tant pis pour le reste. Oh bien sûr parfois cela pose problème, mais cela ne l’a jamais empêché de recommencer. Il n’est donc pas surprenant de la voir arriver chez Rioja sans en avoir informé la principale concernée avant. Elle a néanmoins hésité un instant à cause d’Emma, pour ne causer de peine à son amie. Mais le fait est qu’elle n’a pas voulu rentrer à la maison pour le moment. Pas quand celle-ci se trouvera une nouvelle fois vide. Alors elle se sent rassurée en voyant un sourire apparaître sur le visage de Rioja. « Tu ne me déranges jamais, Gaby. » Voilà qui termine de la convaincre. Elle enlève son manteau, avant de vouloir faire de même avec Emma qui elle semble plus intéressée par leur hôte. Mais elle n’y parvient pas, et Gabrielle est obligée de la rejoindre pour la déshabiller à son tour. Heureusement sa fille est fatiguée, sinon elle serait probablement en train de courir partout, comme elle n’a pas arrêté de la journée. « Comment ça va ? » En théorie tout va bien, elle n’a pas vraiment de quoi se plaindre. Mais en pratique les choses sont un peu plus compliquées. Seulement, Gabrielle ne sait pas si elle doit se plaindre à son amie, parce que finalement ses soucis lui semble bien petit comparé à ce qu’elle vient de vivre. Elle ne l’avouera pas, mais parfois Gaby a du mal à savoir comment agir avec Rioja. Parce qu’elle a peur de faire une gaffe, ou de dire quelque-chose qu’elle ne devrait pas. Pourtant, son amie est une de celle qu’elle connaît depuis plus longtemps, depuis toujours quasiment. Elle finit par prendre la main de sa fille, pour suivre son amie dans la cuisine. « Ça va. Je crois que j’ai épuisée Emma pour la soirée cela dit. » Oui, elle préfère plaisanter, que de lui dire qu’elle en a marre de se retrouver une nouvelle fois seule ce soir. Elle le savait en épousant son mari que son travail était prenant, mais elle n’avait pas vraiment réalisé combien il pouvait l’être. « Et toi ? Comment tu-vas ? » Elle est obligée de prendre Emma dans ses bras, elle sent bien qu’elle a du mal à rester debout. Elles seraient sans aucun doute bien mieux à la maison, mais pour le moment ce n’est pas encore une option envisageable. « Je peux t'offrir un verre d'eau pétillante ? J'ai l'eau régulière, mais elle provient du robinet et pour Emma, je ne crois pas avoir du jus. À moins qu'elle aime le jus d'orange. » À l’évocation de son prénom, la fillette tourne la tête vers Rioja avec un grand sourire, même si elle n’a pas tout comprit. « Elle boit presque de tout, elle a sûrement hérité ça de moi. » Sa blague n’est pas vraiment drôle, mais elle essaie. « À mon avis, elle va s’endormir d’ici peu. Sinon de l’eau pétillante c’est parfait. » Un verre d’alcool serait encore mieux, mais de l’eau ne peut pas lui faire de mal. Elle relève légèrement sa fille, avant qu’elle ne finisse par glisser de ses bras. Avec Emma, Gaby fait toujours beaucoup plus attention, surtout quand on connaît son côté miss catastrophe. « Alors quoi de neuf ? Dis-moi qu'il se passe des trucs intéressants avec toi. Je suis en train de me transformer en vieille femme tellement je ne fais plus rien. » Elle laisse échapper un rire, devant la complainte de son amie. D’elles deux c’est bien Rio qui a le métier le plus passionnant, elle l’a toujours pensé Gabrielle. Elle s’imagine toujours cela comme quelque-chose d’exotique, et de très prenant, même si elle sait très bien que ce n’est pas forcément toujours le cas. « Laisse-moi réfléchir. J’ai cette cliente, qui exige de refaire pour la troisième fois en six mois la décoration de son salon. Il y a aussi cet homme avec d’horrible goût qui me donne envie d’abandonner mon métier. » Bien évidemment, elle choisit des anecdotes qui valent la peine d’être racontées. Il y a aussi tous les autres clients, mais les histoires sont bien moins intéressantes. « Oh, et le bar avec Logan avance plutôt bien. » Elle lui adresse un léger sourire, avant de regarder Emma qui est en train de s’endormir. « Sinon on devrait sortir si tu ne veux pas te transformer en veille femme. » N’importe où, n'importe quoi, juste histoire de sortir comme avant. Avant, quand tout était plus simple.

✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
maybe i belong among the stars.

avatar
maybe i belong among the stars.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 1565
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : ana de armas.
» Âge : 30yo, february 15.
» Schizophrénie : lola + nova.
() message posté Mar 17 Avr - 5:17 par Rioja Ibanez

≈ ≈ ≈
{some friendship are timeless}
✰ w/gabrielle rowena

En moins de cinq minutes, son appartement mort et sans vie, c’était transformé en un endroit chaleureux. La simple présence de Gabrielle et Emma suffisait, semblait-il pour redonner de la vie à quelque chose de mort. Et c’était ce que Rioja appréciait chez son amie. Elle la connaissait suffisamment pour savoir que celle-ci illuminait une pièce lorsqu’elle arrivait. Elle et Emma. Ça devait être de famille. « Ça va. Je crois que j’ai épuisée Emma pour la soirée cela dit. » Pendant une bonne dizaine de secondes, son regard s’était porté sur la petite fillette. Même Rioja était en mesure de constater que celle-ci était épuisée, la fatigue s’était dessinée sur son visage angélique. Elle ressemblait comme deux gouttes d’eau à sa mère. Ça lui manquait à Rioja. Que les gens l’arrêtent en pleine marche pour lui dire que sa fille lui ressemblait même si Kala avait toujours été un mélange parfait de Bodevan et Rioja. « Elle sera facile à mettre au lit, alors. » plaisantait-elle en lui offrant un sourire, loin d’être mal à l’aise. Même aujourd’hui, après un an, Rioja se rappelait les fois où elle avait épuisé sa propre fille au point où celle-ci s’était endormie dès que sa tête avait rencontré l’oreiller. À cet instant, Rioja venait de ressentir une pointe de jalousie. Gabrielle avait tout ce que Rioja avait perdu; un enfant, un mariage. « Et toi ? Comment tu-vas ? » Encore une fois, Rioja ignorait quoi répondre à cette question. Bien des gens lui posaient sur une base régulière et à toutes les fois, Rioja avait une réponse différente. Elle pourrait mentir à Gabrielle en lui disant qu’elle allait bien, mais Rioja n’avait pas la force de le faire. Pourtant, c’était devenue une habitude. « Je ne vais pas te mentir, j’essaie de survivre. Le boulot me tue et la situation avec Bodevan ne s’arrange pas, mais je n’ai pas envie de m’étaler sur ce sujet. » répondait-elle en s’éloignant pour rejoindre la cuisine. Pour l’instant, Rioja ne se sentait pas assez forte pour lui parler de la vie depuis la mort de son enfant ou même de son mariage qui s’effondrait un peu plus tous les jours. Mais ce soir n’était pas la soirée pour en parler. Ou du moins, maintenant. « Elle boit presque de tout, elle a sûrement hérité de ça de moi. » Ça ne devait pas être la seule chose, Rioja s’en doutait bien. « À mon avis, elle va s’endormir d’ici peu. Sinon de l’eau pétillante c’est parfait. » La voix de Gabrielle venait sortir Rioja de ses propres pensées et elle lui offrit un silence en espérant que ça passe incognito. Ça lui arrivait trop souvent dernièrement, partir dans ses pensées. « Je lui verse un jus d’orange et elle peut s’installer sur le canapé. Il est confortable, je le sais, pour m’avoir endormie souvent sur celui-ci. » En deux-trois mouvements, l’eau pétillante était dans un verre et le jus dans un autre verre. Deux verres qu’elle tendait à Gabrielle pour ensuite se diriger vers le salon afin de pousser toutes ses affaires qui traînaient. La plupart était des papiers. « Laisse-moi réfléchir. J’ai cette cliente, qui exige de refaire pour la troisième fois en six mois la décoration de son salon. Il y a aussi cet homme avec d’horrible goût qui me donne envie d’abandonner mon métier. » Elle ricana en secouant la tête. Rioja n’avait pas des clients difficiles, juste un patron très chiant. « Oh, et le bar avec Logan avance plutôt bien. » Une grimace venait d’apparaître sur son visage lorsqu’elle entendit Gabrielle prononcer le prénom de Logan. Disons que ce n’était pas sa personne préférée sur cette planète. « J’admire ton courage de partir en affaire avec Logan. Et je le plains lui parce qu’il ignore dans quoi il s’embarque j’imagine. Mais elle vient d’où cette idée de monter un bar ? Je comprends que vous êtes deux alcooliques, mais je l’ai été et l’idée ne m’a jamais traversé l’esprit. » Bien sûr, Rioja essayait de faire des blagues sur son alcoolisme. C’était une blague terrible. « Sinon on devrait sortir si tu ne veux pas te transformer en vieille femme. » S’asseyant sur le canapé, ses jambes se croisèrent. « Je ne suis pas déjà une vieille femme ? J’ai les cheveux blancs pour le prouver. On devrait faire une soirée entre filles ou même une journée. Je crois qu’on mérite toutes les deux une journée au spa, à se faire chouchouter. Toi pour gérer un client avec des goûts horribles et une cliente chiante et moi pour un patron chiant et une vie chaotique. » Rioja proposait les idées qui lui venait en tête tout en levant son verre comme si elle proposait de trinquer.
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.

avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 13196
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : Rebecca, Jamie & Will.
() message posté Mer 18 Avr - 21:50 par Gabrielle Rowena
You can go through life and make new friends every year - every month practically - but there was never any substitute for those friendships of childhood that survive into adult years. Those are the ones in which we are bound to one another with hoops of steel. ✻✻✻ « Elle sera facile à mettre au lit, alors. » Ça ne fait aucun doute, Emma dort presque débout. Son énergie débordante du début d’après-midi semble bien loin, et même si Gaby ne l’admettra pas, elle en est un peu soulagée. Sa fille est beaucoup plus facile à gérer dans cet état, que lorsqu’il semble impossible de l’arrêter. Et cela ne fait aucun doute que dès qu’elles vont rentrer Emma sera bonne à mettre directement au lit, laissant Gabrielle toute seule, une nouvelle fois. C’est aussi pour cela qu’elle se trouve ici, parce qu’elle n’a justement pas envie de se retrouver seule. Pas pour le moment. Elle l’est déjà bien trop souvent à son goût. Mais elle ne le dira pas, du moins pas à Rioja, parce que cela lui semble ridicule de se plaindre de sa situation. Peut-être que ce n’est pas la bonne méthode, mais elle ne sait pas toujours comment agir, ou quoi dire avec son amie. Et elle s’en veut de ne pas savoir. « Je ne vais pas te mentir, j’essaie de survivre. Le boulot me tue et la situation avec Bodevan ne s’arrange pas, mais je n’ai pas envie de m’étaler sur ce sujet. » Même si elle voudrait pouvoir l’aider, Gabrielle respect son choix. Elle ne veut et ne peut pas la forcer à parler. Si Rio à envie de le faire, alors elle l’écoutera. De toute façon, elle n’est pas sûre de savoir quoi faire pour l’aider. Cela ne la concerne pas réellement, et la seule chose qu’elle peut faire est d’être présente pour son amie. C’est ce qu’elle essaie de faire. Même s’il est peut-être maladroit de venir avec Emma, elle ne sait pas vraiment. Elle n’a jamais osé poser la question. Ce n’est vraiment pas quelque-chose avec lequel elle est à l’aise. Alors à la place, Gabrielle la suit dans la cuisine. « Je lui verse un jus d’orange et elle peut s’installer sur le canapé. Il est confortable, je le sais, pour m’avoir endormie souvent sur celui-ci. » Un sourire se dessine sur ses lèvres. Il est plus facile de parler de choses banales ainsi, même si bien évidemment elle ne peut pas s’empêcher de s’en vouloir. Emma bouge un peu, et Gabrielle est obligée de la déposer pour prendre les verres que lui tend Rio, afin d’éviter de causer une nouvelle catastrophe. Elle fait un signe à sa fille de la suivre, suivant elle-même l’hôtesse de maison. Emma s’installe rapidement sur le canapé, juste à côté de Gabrielle. Il ne faut pas longtemps pour qu’elle ne recommence à s’endormir. Elle l’installe un peu plus confortablement avant de se tourner vers son amie pour lui raconter quelques anecdotes concernant son travail. Elle n’est pourtant pas vraiment à plaindre, mais cela serait bien moins intéressant si elle ne le faisait pas. « J’admire ton courage de partir en affaire avec Logan. Et je le plains lui parce qu’il ignore dans quoi il s’embarque j’imagine. Mais elle vient d’où cette idée de monter un bar ? Je comprends que vous êtes deux alcooliques, mais je l’ai été et l’idée ne m’a jamais traversé l’esprit. » Elle ne peut s’empêcher de tiquer légèrement sur la fin de sa phrase. Mais elle est soulagée de voir qu’elle peut plaisanter là-dessus. La vie n’a vraiment pas été facile pour Rioja ses derniers temps, et Gaby ne sait vraiment pas comment elle fait. Quant aux questions qu’elle se pose, elle peut au moins y répondre. « D’une idée stupide ? » Elle plaisante, enfin à moitié. Elle n’aurait jamais pensé prévoir ouvrir un bar, mais l’idée lui plaît. « Tout le crédit de l’idée revient à Logan… » C’est peut-être facile de tout lui mettre sur le dos, mais c’est aussi la vérité. C’est lui qui lui a parlé de son idée, même si elle aurait très bien refuser. À la place, elle n’a presque pas hésité. Elle ne sait cependant toujours pas si c’est une bonne idée. Pour le moment, tout n’est pas encore terminé. « Et ça va être très bien. » Elle ne sait pas si elle le dit pour rassurer Rioja, ou pour se rassurer elle-même. Sûrement un peu des deux. Elle se penche légèrement pour attraper son verre, faisant attention de ne pas déranger Emma. Proposant en même temps à son amie de sortir. Cela fait un moment qu’elles ne l’ont pas fait, et cela lui manque. « Je ne suis pas déjà une vieille femme ? J’ai les cheveux blancs pour le prouver. On devrait faire une soirée entre filles ou même une journée. Je crois qu’on mérite toutes les deux une journée au spa, à se faire chouchouter. Toi pour gérer un client avec des goûts horribles et une cliente chiante et moi pour un patron chiant et une vie chaotique. » L’idée n’est pas mauvaise. Peut-être que c’est parce qu’elle a en mémoire ces clients pénibles, ainsi que son mari absent en tête. Mais cela lui plairait, et cela ne pourrait pas leur faire de mal. « Je signe où ? » Elle lui adresse un sourire, très sérieuse. « Ça nous ferait sûrement le plus grand bien. » Oui, vraiment l’idée est plus que tentante. Ça pourrait vraiment être sympa. Elle boit une gorgée, avant de reprendre. « Alors ton patron est toujours aussi pénible ? » Elle rebondit sur les paroles de Rio, curieuse d'avoir les dernières informations à ce sujet.

✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
maybe i belong among the stars.

avatar
maybe i belong among the stars.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 1565
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : ana de armas.
» Âge : 30yo, february 15.
» Schizophrénie : lola + nova.
() message posté Mer 25 Avr - 16:56 par Rioja Ibanez

≈ ≈ ≈
{some friendship are timeless}
✰ w/gabrielle rowena

Pour le moment, c’était plus facile, aux yeux de Rioja, de sauter le sujet qu’était sa vie personnelle. Certains jours, elle en parlait volontiers, mais aujourd’hui n’était pas une de ses journées où elle avait envie de voir sa vie personnelle exposée sous les feux. Pas parce qu’elle n’avait pas confiance en Gabrielle, loin de là. Il n’existait aucune raison, au fond sauf le manque d’envie alors que les choses étaient plutôt très simples : peut-être qu’ils allaient divorcer, peut-être qu’ils allaient faire des efforts. Aux dernières nouvelles, le divorce semblait être plus l’option même si Rioja n’était pas d’accord avec cette option. Donc, Rioja avait préféré être franche avec Gabrielle en lui disant qu’elle n’en avait pas envie et qu’il était mieux de partir sur des conversations qui n’avaient aucun sens en parlant des banalités de la vie. Par exemple, le métier de Gabrielle qui avait réussi à arracher un sourire à Rioja. Un vrai sourire. Pas les faux qu’elle offrait comme une carte d’affaire à tout le monde. C’était plus simple de prétendre de sourire que d’avoir une quinzaine de personnes venir vers toi et demander ce qui se passait. « D’une idée stupide ? » Rioja arquait un sourcil. À ses yeux, bien sûr que ça partait d’une idée stupide. Londres avait beaucoup de bar. Il fallait que celui de Gabrielle et Logan se démarque des autres. « Tout le crédit de l’idée revient à Logan… » Finalement, Rioja hocha la tête avant de répliquer : « Il est dans sa crise de la quarantaine ou quoi ? Il a besoin à ce point de prouver que c’est un homme ? Puis, elle porta le verre d’eau à ses lèvres pour en boire une longue gorgée, regrettant un peu les mots sortis de sa bouche. Logan était le meilleur ami de son amie d’enfance et habituellement, Rioja marchait sur des œufs lorsqu’elles parlaient de lui parce que la plupart du temps, elle ne parlait jamais de lui en bien. « Et ça va être très bien. » Pour le bien de Gabrielle, Rioja espérait que ce soit le cas. Cette fois, elle se contenta de simplement acquiescer de la tête. « Je peux toujours demander qu’on vous fasse une publicité sur le compte instagram. En mode : endroit « in » de Londres. » Même si Rioja ne mélangeait boulot et vie personnelle, parce que c’était Gabrielle elle pourrait très bien faire une exception à la règle. Puis, si ça empêchait une fermeture éventuelle de l’endroit, c’était un plus. « Je signe où ? » C’était exactement ce qu’elle aimait chez Gabrielle. Toujours prête à presque tout. « Ça nous ferait sûrement le plus grand bien. » Encore une fois, Rioja acquiesça de la tête, plus que d’accord. Ça faisait bien un moment qu’elle se disait qu’elle méritait une pause. « Parfois, j’ai envie de prendre la poudre d’escampette tu vois ? Puis, je réalise que je ne serais jamais en mesure de laisser tout derrière moi. » Pour la première fois de la soirée, Rioja se confiait. Ce ne serait probablement pas la dernière fois. « J’imagine que ma vie est à Londres. » C’était une constatation. Pendant une bonne minute, Rioja regardait le vide en faisant tourner l’eau dans le verre. « Sinon, je t’apporte les papiers demain pour que tu les signes. Promis, je ne vais pas prendre ta voix comme Ursula. » Parfois, il lui arrivait de faire une comparaison avec un film Disney. Celui-là était facile puisque ça se trouvait à être le préféré de sa fille. « Alors ton patron est toujours aussi pénible ? » Un long soupir s’échappa de sa bouche. « Toujours. Ça ne fait plus parti des caractéristiques de son emploi, mais de sa personnalité. » Plaisanta-t-elle en haussant les épaules légèrement par la suite. « Tu te rappelles d’Eros ? On a étudié ensemble à Oxford. Il aurait été the one, je crois, avant qu’ouragan Bodevan entre dans ma vie. Je ne lui en veux pas d’être entré dans ma vie, je l’ai aimé. » Elle divaguait. Parlait d’un sujet pour passer à un autre sujet.
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.

avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 13196
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : Rebecca, Jamie & Will.
() message posté Lun 21 Mai - 13:48 par Gabrielle Rowena
You can go through life and make new friends every year - every month practically - but there was never any substitute for those friendships of childhood that survive into adult years. Those are the ones in which we are bound to one another with hoops of steel. ✻✻✻ Rioja n’est pas la première personne à lui demandé d’où peut venir cette idée, et elle ne sera sûrement pas la dernière. Son mari n’a pas très bien comprit non plus, mais après avoir eu plusieurs fois la même conversation il a fini par abandonner. Sa mère a d’abord cru à une blague, avant de comprendre que c’était sérieux. Peu de personnes semblent réellement croire à ce projet, mais cela ne la dérange pas. Eux y croient, et c’est tout ce qui compte. En réalité, Gabrielle s’est laissé embarquer là-dedans parce qu’il s’agit d’une idée de Logan. Il est évident que pour une autre personne elle n’aurait sans doute même pas prit la peine de réfléchir. Alors que là, Gaby n’a pas hésité longtemps. « Il est dans sa crise de la quarantaine ou quoi ? Il a besoin à ce point de prouver que c’est un homme ? » Elle sait très bien que Rio n’apprécie pas vraiment Logan, et il est assez rare qu’elles parlent de lui pour plus de simplicité. Mais difficile de ne pas l’évoquer, quand ce projet d’ouvrir un bar se fait avec lui. Gaby ne sait pas ce qu’elle est supposée répondre à cela. Elle ne veut pas se disputer avec elle, mais le commentaire n’était pas nécessaire. Elle opte finalement pour un compromis, du moins ce qui lui semble être le mieux. « La quarantaine est encore loin pour nous deux. » Elle s’inclue dedans, parce qu’elle fait aussi partie du projet. Et même si le commentaire ne la visait pas directement, elle doit être au moins aussi folle que lui pour se lancer là-dedans. Elle essaie cependant de positiver, elle y croit vraiment à leur projet. « Je peux toujours demander qu’on vous fasse une publicité sur le compte instagram. En mode : endroit « in » de Londres. » Un sourire se dessine sur son visage. Voilà qui est déjà plus appréciable. Il est évident que Gabrielle ne compte pas refuser toute aide que ce soit. Et puisque Rioja lui propose, elle ne compte pas refuser. « Ça serait super. Mais il y a encore le temps. » Elle laisse échapper un rire, avant de boire une gorgée de son verre. Oui, il y a définitivement encore le temps pour tout cela. Elle se retient déjà avec la décoration, parce qu’ils ont des choses plus importantes à faire. « Merci. » Cette fois, elle lui adresse un énorme sourire. Parce que malgré tout, l’offre de son amie lui fait plaisir. Et même si Rio semble un peu septique, le fait qu’elle lui ait proposé la touche. Tout comme son idée de passer une journée à ne rien faire, si ce n’est se faire chouchouter. Ça pourrait vraiment leur faire du bien. Gabrielle jette un coup d’œil à sa fille endormie, avant de bouger légèrement sur le canapé. « Parfois, j’ai envie de prendre la poudre d’escampette tu vois ? Puis, je réalise que je ne serais jamais en mesure de laisser tout derrière moi. » Elle comprend très bien. Cette idée lui avait aussi traversé l’esprit après son divorce. Quitter Londres, repartir en Espagne. Un nouveau départ. Et maintenant, elle ne pourrait plus non plus. Parce qu’elle ne pourrait pas faire cela à Emma, pas après l’avoir vécu elle-même étant plus jeune. « J’imagine que ma vie est à Londres. » Après tant d’années, il est plus difficile de recommencer ailleurs. Elle ne sait une nouvelle fois pas quoi lui répondre. Elle n’est pas très douée pour donner des conseils, ou même pour réconforter les gens. Et étant donné ses propres choix, Gaby se trouve assez mal placée pour le faire. Elle aimerait pourtant aider Rioja, pouvoir lui changer les idées, lui remonter le moral. Mais la seule chose dont elle est vraiment capable, se trouve d’être présente pour elle. Alors, elle lui laisse nécessaire pour continuer de parler si elle le souhaite, passant sa main dans les cheveux d’Emma. Elle bouge un peu, mais ne se réveille pas. « Sinon, je t’apporte les papiers demain pour que tu les signes. Promis, je ne vais pas prendre ta voix comme Ursula. » Elle éclate de rire, se sentant plus à l’aise. Elle s’en veut de ne pas pouvoir faire plus, mais Rioja la connait suffisamment pour savoir comment elle est. « J’apprécie le geste. » Elle continue sur la plaisanterie de son amie, avant de l’interroger sur son travail. Après avoir parlé d’elle, il est légitime d’inverser les rôles. « Toujours. Ça ne fait plus parti des caractéristiques de son emploi, mais de sa personnalité. » Gabrielle grimace légèrement par compassion. Ce n’est pas la première fois qu’elle en entend parler, et à chaque fois elle admire un peu plus Rioja. « Tu te rappelles d’Eros ? On a étudié ensemble à Oxford. Il aurait été the one, je crois, avant qu’ouragan Bodevan entre dans ma vie. Je ne lui en veux pas d’être entré dans ma vie, je l’ai aimé. » Si le nom lui rappel vaguement quelque-chose, c’est plutôt la fin de sa phrase qui l’interpelle. Elle ne sait pas exactement où on est le mariage de son amie, mais parler au passé n’est pas forcément un très bon signe. Et forcément, elle ne peut s’empêcher d’être un peu triste, peut-être nostalgique aussi. « "Aimé" ? » Elle reprend ses mots, pour en savoir plus. Elle n’aborde que très rarement le sujet d’elle-même parce qu’elle sait combien tout cela est compliqué. Difficile aussi. « Le nom me dit quelque-chose… » Oui, cette fois-ci elle est curieuse. D’autant plus qu’elle ne parvient pas à tout remettre en place dans son esprit. Cela remonte à longtemps, apparemment un peu trop pour elle, et il va falloir que Rioja l’aide sur ce coup-là.

✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
maybe i belong among the stars.

avatar
maybe i belong among the stars.

» Date d'inscription : 26/03/2017
» Messages : 1565
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : ana de armas.
» Âge : 30yo, february 15.
» Schizophrénie : lola + nova.
() message posté Mar 22 Mai - 3:53 par Rioja Ibanez

≈ ≈ ≈
{some friendship are timeless}
✰ w/gabrielle rowena

La simplicité de cette conversation semblait soulager Rioja. Depuis un bon moment, elle avait eu l’impression de marcher avec des poids insoutenables sur ses épaules. Lorsque Rioja se trouvait en compagnie de Bodevan, elle marchait sur des œufs afin d’éviter de dire la mauvaise chose alors qu’au final, elle la disait tout le temps. Au bureau, les gens agissaient normalement lorsqu’elle était aux alentours, mais Rioja n’était pas née de la dernière pluie; elle savait qu’ils discutaient dans son dos. Qu’ils pariaient lorsqu’elle avait le dos tourné afin de savoir si un jour, éventuellement, Rioja retomberait dans l’alcool. C’était un risque tous les jours. Pourtant, elle continuait de se rendre aux réunions, elle continuait d’écouter les gens et refusait toujours de prendre la parole. Rioja n’avait jamais la personne qui discutait de ses problèmes, elle préférait les garder pour soi-même et exploser plus tard. Mais parfois, elle s’ouvrait. Comme ce soir, en compagnie de Gabrielle parce que Rioja savait qu’elle pouvait lui faire confiance. « La quarantaine est encore loin pour nous deux. » Sa main balaya les propos de Gabrielle tandis que sa langue tournait sept fois dans sa bouche. Elle ne voulait pas partir un débat sur Logan, Rioja n’ayant pas la salive nécessaire à gaspiller. C’était mieux de s’arrêter là avant de dire quelque chose de regrettable que Gabrielle ne prendrait pas bien. Il était son ami et elle était son amie. Gabrielle se retrouvait prise au milieu entre Logan et Rioja. « Ça serait super. Mais il y a encore le temps. » Rioja se doutait bien que ce n’était pas pour tout de suite, ça ne servait à rien de mettre le spotlight sur quelque chose qui n’existait pas encore. « Merci. » Rioja offrit un sourire à Rioja en portant son verre à ses lèvres. Elle aimerait que ce soit du vin, ce serait plus cool. « Tu me dis quand et voilà, c’est fait. Et tu sais que ça me fait toujours plaisir de t’aider. » Autant profiter de son poste chez British Vogue. « J’apprécie le geste. » Ça lui faisait du bien d’entendre une personne rire auprès d’elle. Ça changeait du sérieux des gens et en guise de réponse, Rioja lui fit un clin d’œil. Il n’y avait que Gabrielle pour comprendre sa réflexion à Ursula sans avoir besoin de mentionner le titre du film. C’était le fait d’avoir un enfant, probablement. Qui dans une vingtaine bien entamée connaissait ce film à moins d’avoir grandi avec celui-là ? Au moins, Gabrielle avait une excuse d’aller regarder les nouveaux films Disney. Rioja n’en avait plus et elle s’asseyait dans une salle où il y avait des enfants, un parent appellerait la police, c’est certain. « ’’Aimé’’ ? » Entendant Gabrielle reprendre ses mots, Rioja se tournait vers la fenêtre. La vue n’était pas aussi belle qu’à son ancien appartement, mais Rioja n’avait pas de quoi se plaindre. Elle possédait un bel appartement avec une belle vue sur Londres. Ce n’était pas l’Espagne ou même Paris, mais c’était Londres. Londres, sa seconde maison. Puis, elle se raclait la gorge avant de reporter son attention sur Gabrielle. « Le nom de dit quelque-chose… » Rioja ne sait pas si elle a envie de se lancer dans le sujet « Eros » alors qu’elle l’avait catalogué d’interdit. Il était son patron. « Ce n’est pas grave si tu ne te souviens plus de lui. Il n’a pas été important. Pas comme Bodevan. » Pourquoi est-ce que Bodevan revenait toujours la hanter même lorsqu’elle ne vivait plus avec lui ? Pourquoi est-ce qu’il trottait toujours dans un coin de sa tête ? Rioja semblait être incapable de passer une journée sans prononcer son prénom. « Aimé. Aime. Je ne sais plus où mon mariage en est. Peut-être que Bodevan et moi, ce n’était pas aussi épique qu’on le pensait. Il est l’homme de ma vie, mais je n’ai plus ce conte de fées. Il a signé les papiers du divorce et il y a quelque chose qui s’est éteint. Maintenant qu’ils sont signés, je n’ai pas envie de le divorcer. » Rioja refusait toujours d’accepter que son mariage coulait lentement.
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.

avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 13196
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : Rebecca, Jamie & Will.
() message posté Mar 22 Mai - 22:42 par Gabrielle Rowena
You can go through life and make new friends every year - every month practically - but there was never any substitute for those friendships of childhood that survive into adult years. Those are the ones in which we are bound to one another with hoops of steel. ✻✻✻ Peut-être que parler de son projet de bar avec Rioja n’est pas la meilleure idée qui soit. D’autant plus que Gabrielle ne peut pas éviter de mentionner Logan, mais l’avis de son amie est important pour elle. C’est une idée un peu folle, qui sort presque de nulle part. Cela n’a jamais fait partie de ses rêves, ni de ses envies, mais cela n’empêche pas qu’elle y croit. Et tant pis si son entourage n’est pas du même avis, ou plus réticent. Elle apprécie néanmoins la proposition de Rio de leur faire de la pub quand ils auront ouvert. Tout soutient est bon à prendre. « Tu me dis quand et voilà, c’est fait. Et tu sais que ça me fait toujours plaisir de t’aider. » Bien sûr qu’elle le sait, mais l’entendre est toujours appréciable. Gaby n’a aucun doute sur le fait qu’en cas de besoin elle pourrait compter sur son amie. Et inversement. Elle lui adresse un sourire, un vrai, sincère, et rempli de reconnaissance pour la remercier. Savoir qu’elle serait prête à l’idée, la touche vraiment. Et ceux même si elle n’est pas forcément emballée par ce projet. Elle espère néanmoins que les gens changeront d’avis quand ils verront le lieu terminé. Quand Rio lui propose de prendre une journée rien que pour elle, Gaby est tout de suite emballée. Ça leur ferait sans aucun doute le plus grand bien. Entre son travail, sa vie de famille et le reste, Gabrielle ne serait pas contre ne rien faire une journée.  D’autant plus accompagnée d’une amie. Et même si cela ne se fait pas, ça lui fait du bien de pouvoir l’imaginer. Elle ne peut s’empêcher de rire à la référence de son amie, un sujet plus léger qui lui fait du bien. Parfois elle n’est pas des plus à l’aise avec son amie, et elle s’en veut à chaque fois. Mais elle a toujours peur de dire quelque-chose qu’elle ne devrait pas sans le vouloir. Alors pour éviter cela, elle préfère l’interroger sur son travail. Normalement elle ne prend pas trop de risque, et puis c’est un sujet qui l’intéresse. Savoir ce qui se passe dans la vie de son amie, l’intéresse toujours. Mais à la place, elle peut s’empêcher de s’interroger sur le sens de sa phrase. Elle ne sait pas vraiment où en est la situation avec Bodevan, ce n’est pas un sujet qu’elles abordent vraiment. Gabrielle tente plutôt du côté d’Eros, dont elle ne se souvient pas. « Ce n’est pas grave si tu ne te souviens plus de lui. Il n’a pas été important. Pas comme Bodevan. » Si Gaby est un peu surprise par ses paroles, elle est aussi contente que Rioja en parle. L’envie de savoir où ils en sont, ce qui se passe est présente, et si le sujet est abordé elle ne devrait pas risquer de mettre son amie mal à l’aise. Se souvenir de qui est Eros est désormais le dernier de ses soucis. « Aimé. Aime. Je ne sais plus où mon mariage en est. Peut-être que Bodevan et moi, ce n’était pas aussi épique qu’on le pensait. Il est l’homme de ma vie, mais je n’ai plus ce conte de fées. Il a signé les papiers du divorce et il y a quelque chose qui s’est éteint. Maintenant qu’ils sont signés, je n’ai pas envie de le divorcer. » Sans pouvoir s’en empêcher, elle se sent triste pour Rio. Ce n’est pas une situation facile, et si elle savait quoi faire pour l’aider, elle n’hésiterait pas une seconde. En attendant, la seule chose qu’elle peut réellement faire et d’être présente pour elle. Soulevant doucement la tête d’Emma, elle l’installe un peu plus loin d’elle, de façon à pouvoir bouger librement. Elle ne sait pas quoi lui répondre, par peur de mal s’exprimer. Leur mariage, Gaby a encore envie d’y croire, pour avoir été témoin de leur amour. Malheureusement c’est assez délicat de pouvoir lui dire. Parce qu’au fond ça ne la concerne pas. « Vous en avez discuté ? » Elle a parfaitement conscience que la question peut paraître stupide, mais ça le serait encore plus de ne pas la poser. Elle est passée par là aussi, le divorce. Seulement sa situation n’était absolument pas comparable, et elle ne regrette pas son choix. En revanche, elle ne voudrait pas que Rioja finisse par regretter. « Si tu l’aimes encore, je crois que c’est le principal. » Peut-être qu’elle est trop romantique pour voir les choses sous cet angle. Ça ne résoudra pas leurs problèmes, et malheureusement cela ne changera rien au passé. Mais pour Gabrielle, il y a encore un peu d’espoir. « Désolée. C’est juste que je ne voudrais pas que tu fasses quelque-chose que tu pourrais regretter. » Et tant pis si ce n’est pas sa place, ou si Rioja se moque de son avis, elle ne pourra pas s’en vouloir de n’avoir rien dit. Tout ce que Gaby espère, ce n’est pas en avoir trop dit, ou blessée son amie.

✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
some friendship are timeless (w/gabrielle).
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Hampstead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-