Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Chinese New Year !
Venez célébrer le Nouvel an Chinois, avec le Magic Lantern Festival, par ici.
Instaparty n°6 : #ChineseNewYear.
Rendez-vous par ici pour la nouvel Instaparty. Faites-nous partager vos plus belles photos.
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Yo ho ho and a bottle of rum ┊Poppy.

Guyliner.
avatar
Guyliner.

» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 5034
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 36 ans.
() message posté Sam 20 Jan - 4:23 par Ethan I. Hemsworth

Yo ho ho and a bottle of rum
friends are medicine for a wounded heart and vitamins for a hopeful soul


J’avais atterri au Lucky Star parce que je pensais à Poppy. Non non, rien d’indécent ou de déplacé. L'endroit me faisait penser à elle depuis la soirée... à vrai dire je ne sais pas si je dois dire mémorable ou qui a failli être mémorable qu'on avait passée. Sauf que cette fois je me sentais tout drôle, parce qu’habituellement, quand je me retrouvais dans un bar un verre sous les yeux, ce n’était pas pour patienter le temps qu’une femme me rejoigne mais pour oublier que j’avais perdu la mienne. On dira ce qu’on voudra de l’alcool, ça marchait plutôt pas mal. Oh bien sûr ça ne durait qu’une soirée, le lendemain tout me revenait en mémoire et je me retrouvais forcé de continuer mon petit train-train de mari esseulé. Je ne retrouvais pas ma femme et je gagnais une légère migraine, pourtant, chaque fois je me disais que ça valait le coup. Chaque fois je revenais. Pas que j'étais masochiste, pas à un point si critique, mais je me laissais toujours cueillir par ce moment entre le sommeil et le réveil. Si, ce moment quand vous n’avez pas encore pris conscience de tout, de quel jour on est, de ce que vous avez fait la veille, s’il y a quelqu’un à vos côté ou pas, juste d’être dans votre lit et d’être… bien. Juste bien. J’étais accros à ça. Ça et les cocktails à base de rhum du Lucky Star. Je n’étais pas encore un habitué, je changeais parfois de crèmerie, variant d’un soir à l’autre, je venais au Lucky assez souvent pour que le barman sache quoi me donner à boire avant que je ne réclame et connaisse quelques détails de ma vie. Je ne comptais même pas entrer, seulement envoyer un message à Poppy pour lui proposer de s'y retrouver le soir. Sauf que, erreur fatale, j'avais mis un pied dedans, Lucian m'avait vu, et un verre était apparu comme par magie sous mes yeux... Qu'est-ce que j'avais de mieux à faire que de l'attendre de toute façon ? Je passais un hiver pourri. Ça faisait un an que j’étais à Londres, un an que j’essayais de recoller les morceaux avec Amanda, un an à éprouver ma patience et j’avais tout fait foirer. Je ne travaillais pas de l'après-midi, je n’avais pas ma fille, j’avais donc le choix entre un appartement sans âme et la chaleur d’un bar. Pas besoin de préciser que je n’avais pas hésité longtemps. Contrairement à mes habitudes je me trouvais au Lucky alors qu'il faisait encore jour, mon cul posé sur un des tabourets du bar. En toute logique, j’aurais dû finir la soirée exactement pareil : le cul posé sur mon tabouret. Des verres en plus sur le comptoir. Sauf que voilà, quand j'étais passé devant cette perspective en tête, les heures m'étaient apparues bien longues, et quelque chose manquait. Quelque chose sans quoi c’était beaucoup moins agréable de se poser dans un bar. Quelque chose sans quoi c’était beaucoup plus triste, aussi. Triste au point de me sentir bête de me trouver là, tout seul. Un groupe de potes venait de prendre possession de la petite scène pour accorder leurs instruments, sûrement en prévision d'un show ce soir et il ne m’en fallut pas plus pour me sentir nostalgique. De mes jeunes années, du groupe que je formais avec Daley en Irlande... On aurait pu être à leur place. Elle semblait vachement plus gaie cette place, debout derrière des grattes. C'est là que j'eus l'idée d'embêter Poppy pour patienter. Parce que j'avais vraiment besoin de que sa joie de vivre se pointe ici. Si j’avais eu du courage dès le départ, j'aurais appelé Amanda. Je me serais excusé de la scène que je lui avais tapée -pas du genre musicale celle-là-, aurais emprunté une guitare à un de ces types et relevé le défi qu’elle m’avait lancé de ‘’voir ça’’. Ça me donnait l’impression de remonter une éternité en arrière… Evidemment je n’en fis rien. Comme je mettais trop de temps à taper, l'écran se mit en veille, alors ça me frappa. Ma propre tête. L’écran me renvoyait ma nouvelle coupe de cheveux. ll m’était venu à l'idée de m’arranger en prévision du repas de Noël, pour faire bonne figure auprès de mes beaux-parents. C’est con une coupe de cheveux pas vrai ? Bah ce fut mon inspiration pour taper des bêtises sur mon téléphone a destination de Poppy. Lui dire que je ne savais pas si j’avais perdu mon charme de musicien tragique ou si au contraire elle allait me trouver encore plus irrésistible débarrassé de ma mèche sur le front et de mes cheveux en batailles. Que j’aimerais bien en avoir le coeur net, aussi, comme si ça allait la motiver à venir. Des bêtises de ce genre auxquelles elle devait commencer à être habituée. Je finis par dire que si elle n'arrivait pas à me rejoindre d'ici ce soir, soit dans quelques petites heures, je demanderais l’avis des musiciens telle une groupie, puis je la laissais tranquille. Je m’y prenais un peu tard, bien qu'il était encore tôt. Elle était maman à temps plein, ce n'était pas comme se retrouver au parc le mercredi ou booker un open mic une semaine à l'avance… Une petite voix pas du tout raisonnable me soufflait qu'elle aurait peut-être envie de se changer les idées elle aussi. Qu'elle aurait peut-être eu une journée difficile, ou qu'elle l'aurait passée seule avec rien de très réjouissant à faire, ou encore qu'elle prétexterait une sortie entre filles à son mari, ce qui me donnerait l'impression d'être un de ses amants et me ferait beaucoup rire.

* * *

« Moore ! Poppy Moore ! » Dans le genre référence foireuse qu'on avait dû lui sortir un million de fois... Je savais soigner mon entrée ! Je ne gueulais pas, mais parlais assez fort, levant un bras en l'air pour qu'elle me repère. J'avais migré sur une des tables en hauteur quand le comptoir avait commencé à se faire assaillir. Et comme ça les gens atour pouvaient profiter de ma superbe réplique.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas
I’m only afraid of what I want.
avatar
I’m only afraid of what I want.

» Date d'inscription : 18/05/2014
» Messages : 12280
» Pseudo : stardust. (Margaux).
» Avatar : Blanca Suárez.
» Âge : 29yo.
» Schizophrénie : Rebecca & Jamie.
() message posté Ven 9 Fév - 18:22 par Poppy O. Rowena
That's the problem with drinking, I thought, as I poured myself a drink. If something bad happens you drink in an attempt to forget; if something good happens you drink in order to celebrate; and if nothing happens you drink to make something happen. ✻✻✻ Parfois les journées lui paraissent interminable à Poppy. Pourtant les journées se suivent, mais ne se ressemblent pas. Les enfants ne se comportent jamais de la même façon, et tous les jours il se passe quelque-chose de nouveau. Mais aujourd’hui, la journée lui semble longue, très longue. À tel point qu’elle a l’impression que les heures durent des jours, et elle ne rêve que d’une chose. Rentrer chez elle, retrouver sa fille et son mari, et passer la soirée en leur compagnie. Malgré tout ce qui se passe entre eux, elle est toujours heureuse de passer du temps avec lui. Seulement, parfois elle a l’impression qu’il préfère son travail, à elle. Peut-être qu’elle n’essaie pas non plus autant qu’elle le pourrait Poppy, elle en a bien conscience. Elle pourrait arrêter de voir d’autres gens, mais la vérité c’est qu’elle n’en a pas vraiment envie. Et cela ne les aide pas, elle le sait très bien. Elle essaie tout de même de chasser cela de son esprit pour le moment, ce n’est pas l’endroit idéal. Elle a une classe pleine d’enfants, et elle ne peut pas se permettre de songer à sa vie privée au travail. Non, la journée est loin d’être terminée, et elle a vraiment besoin de se concentrer. L’après-midi lui semble plus courte, bien que tout aussi pénible, et elle ne sait pas vraiment pourquoi ils lui ont tous semblaient pénible aujourd’hui. Peut-être parce qu’elle n’avait pas la tête à ce qu’elle faisait, ou bien c’est eux, qui l’on poussé à penser à autre chose. Quoiqu’il en soit, elle n’est pas mécontente que la journée soit enfin terminée. Pour une fois, elle évite les bavardages avec ses collègues, afin de pouvoir rentrer directement. Ce n’est qu’une fois dans le métro qu’elle prend la peine de regarder son téléphone. Elle est surprise de voir un message d’Ethan. Et elle ne peut s’empêcher de sourire, en le lisant. Beaucoup de texte pour finalement peu de choses, mais cela l’amuse. Malheureusement, elle a prévu de rester chez elle ce soir. Elle se décide à lui répondre plus tard, n’ayant pas vraiment le courage pour le moment. Non, pour le moment, la seule chose dont elle est capable est de se caler au fond de son siège et de se laisser porter jusqu’à son arrêt.
« C’est moi ! » Elle a tout juste le temps de poser son manteau et ses chaussures, que sa fille se précipite dans ses bras. Elle n’est pas encore trop grande pour ce genre de chose, et Poppy espère que cela dura le plus longtemps possible. Elles se rendent dans le salon, et qu’elle n’est pas sa surprise de trouver sa mère. Logiquement, son mari ne travaille pas aujourd’hui, c’est lui qui devait s’occuper de leur fille. Mais pour avoir déjà vécu la scène de trop nombreuses fois, elle comprend tout de suite que la soirée en famille, tous les trois n’est encore pas pour ce soir. Poppy pousse un soupir, avant de poser Emma au sol, et d’aller saluer sa mère. Sa mauvaise journée lui revient en mémoire, et immédiatement elle se sent lasse. Elle discute cinq minutes avec sa mère, avant d’essayer d’appeler son mari. Bien évidemment, elle tombe sur le répondeur. Une fois, deux fois, trois fois, et finalement laisse un message. Elle comprend très bien que son travail est important, tout comme le sien l’est pour elle, mais ils ont aussi besoin de passer du temps ensemble. Sa soirée lui semble tout de suite bien moins intéressante, et ceux même si elle peut passer du temps avec sa fille. Et puis elle se souvient du message d’Ethan, et ce dit que finalement elle pourrait très bien le rejoindre. Ne serait-ce qu’une heure pour ce changer les idées. Sa mère est ici après tout, ce n’est pas comme si elle devait chercher une baby-sitter pour Emma. Son téléphone toujours en main, elle se contente d’envoyer un emoji à Ethan pour lui faire comprendre qu’elle viendra. Pas tout de suite, néanmoins. Elle a d’abord besoin de prendre une douche, et d’essayer d’évacuer un peu sa mauvaise humeur.

« Moore ! Poppy Moore ! » Elle l’entend avant de le voir, tout comme toutes les personnes présentes dans le bar ont dû l’écouter aussi. Un sourire vient éclairer son visage quand elle l’aperçoit, ce qui s’est fait rare aujourd’hui. Visiblement il a déjà commencé de boire avant son arrivée. Elle s’arrête commander un verre au bar, avant de le rejoindre. Elle n’a pas envie d’attendre pour un premier verre, pas après cette journée. « Beaucoup plus sexy comme ça. » Elle ne peut pas s’empêcher de flirter légèrement, répondant par la même occasion à son message. De toute façon, il est habitué. C’est ainsi qu’ils se sont rencontrés. « J’ai failli te laisser seul, et puis je n’ai pas voulu te briser le cœur. » Elle s’installe à côté de lui, espérant que sa soirée se déroule mieux que le reste de sa journée.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Yo ho ho and a bottle of rum ┊Poppy.
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho :: The Lucky Star
» Trèfle Greengrass ~ « “Trèfle” de plaisanterie, comme dirait un lapin dans un carré de luzerne... »
» POPPY ϟ In the end, betrayal is the only truth that sticks
» Petit rayon de soleil [Pv Sorcha]
» POPPY PETIT CROISE BICHON 14 ANS EN GROS SOS DANS 57
» POPPY ⊰ Hope is the only thing stronger than fear.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-