Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Résultats de la Guerre des groupes !
Après presque un mois de lutte acharnée, il est temps de découvrir les résultats. Rendez-vous par ici.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Le plus corrosif des acides est le silence


avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/01/2018
» Messages : 55
» Avatar : Torrance Coombs
» Âge : 31 ans
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Lun 22 Jan - 22:30 par Xander M. Winchester

Le plus corrosif des acides est le silence
Meluzine & Xander

« Et si ce soir là était un soir comme un autre? Ne regarde pas se succéder les heures, c'est à toi de les contrôler. »
Il avait changé Xander. Depuis des mois il s'y efforçait. Et dans le miroir désormais, il ne voyait plus de cerne, plus d'apparence négligée. Il ne pouvait plus se le permettre. Il n'avait en fait jamais pu, mais s'en était octroyé le luxe. Un luxe bien risible finalement, quant on prend mesure de son aspect infiniment pauvre. Beaucoup de gens passent par là. Il ne s'estimait pas au dessus, ni en dessous des autres. Il portait son fardeau, voilà tout. Et à force de s'y consacré pleinement, il avait oublié le reste. Il était grand temps que tout cela cesse.

C'est vrai il y repensait, en scrutant son reflet dans la glace de sa salle de bain. Sans même qu'il ne s'en rende compte, ses mains s'étaient crispées sur la faïence de son lavabo. A tel point que ses phalanges en étaient devenues blanches. C'était toujours un peu comme ça avant une prise de service. Il angoissait. Et c'est en cherchant son propre regard dans son propre reflet qu'il parvenait à se donner du courage. Encore un pas. Il avait fait le plus grand déjà.

18H. C'est l'heure qu'indiquait son portable, posé sur une petite étagère juste à côté de la douche. Il ne fallait pas qu'il tarde. Empoignant une serviette sur le radiateur derrière lui, il se sécha hâtivement les cheveux avant de terminer de s'habiller. Un jean noir, une chemise blanche, sobre, mais suffisant pour le serveur qu'il était. Serveur. Il n'arrivait pas à s'y faire. Ils étaient loin les jours ou il était capable de diriger des équipes. Il n'était même plus capable de se gérer lui même.

C'est presque avec dédain qu'il s'observa une dernière fois, histoire de s'assurer qu'il était présentable. Il avait fait l'effort de se raser, mais pas de trop près. Tout effort à ses limites. D'un geste machinal, il avait enfilé son alliance, attrapé son manteau et claquée la porte derrière lui. Par les transports, il lui faudrait presqu'une heure pour arriver à bon port, il ne fallait pas qu'il traine.

Dans la rue, il faisait son possible pour ne pas regarder le trottoir. Il avait la nausée. C'était toujours comme ça avant ses services. Quelle idée aussi pour un ex alcoolique de se reconvertir en serveur dans un bar. Qu'il pouvait-être stupide. Rien qu'à cette idée, un étrange rictus se dessina sur son visage. Un sourire. Oui. Il se moquait intérieurement de lui même alors qu'il progressait, mains dans les poches, vers la station de métro la plus proche. Il faisait frais. Si bien qu'un volute de vapeur d'eau s'échappait de ses lèvres  à chacune de ses respirations.

A 20h à peine, il poussait la porte du bar qui l'employait quelques temps. Il savait que son contrat ici ne durerait sûrement que quelques semaines, mais il avait besoin de ce job. Il en trouverait un autre par la suite, ça ne l'inquiétait plus. Mais comme à son habitude, c'est sans un mot qu'il passa de l'autre côté du bar, rejoignant le petit couloir qui servait de vestiaire aux serveurs. Ce soir, il faisait la fermeture. Ses horaires préférés. Il gagnait plus, et de toute façon, Xander est un oiseau de nuit. Une fois à son poste, toute trace de fatigue avait disparue de son visage. Il savait qu'il fallait faire bonne figure devant les clients, le patron avait insisté là dessus. Il ne le décevrait pas.

Finalement, le service se déroula dans le plus grand calme. Les soirs de semaine ne sont pas les plus agités, mais il n'était pas bien sûr de savoir quel jour il était. Il avait un peu du mal avec la notion du temps. Ça ne l'empêchait pas d'être à l'heure étrangement.

A 23h, ils n'étaient plus que deux pour assurer le service, comme prévu par la direction. Le bar était déjà presque vide. 4 ou 5 clients terminaient leur verre, et les habituels piliers dormaient presque sur le bar. Tout en essuyant des verres, Xander les fixaient, sans aucune gène, presque comme s'il voyait au travers. Perdu dans ses pensées, il ne semblait pas les voir.      
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version

» Date d'inscription : 23/07/2017
» Messages : 376
» Pseudo : Kim
» Avatar : Rachel Cook
» Âge : 25 ans
» Schizophrénie : Lilly & Célian
() message posté Dim 18 Mar - 12:53 par Meluzine S. Coolidge
Le plus corrosif des acides est le silence


Elle ne s'était pas attendu à ça. Pas depuis qu'elle avait définitivement décidé de mettre fin à son contrat en tant que serveuse dans ce bar. Meluzine avait travaillé plusieurs mois dans cet endroit, elle avait même adoré y travailler. Elle s'entendait bien avec ses collègues, elle avait eu une relation particulière avec d'autres et puis les clients lui rendaient bien. De quoi voir de l'épanouissement sur son visage, un peu tous les jours. Elle aime ce qu'elle fait aujourd'hui ; la psychologie lui réussit bien, parait-il. Mais il lui manque le contact humain. Mel' a besoin d'échanger, de rigoler, de lancer des piques et puis le contexte est différent. A l’hôpital, elle doit garder son sérieux, elle doit pouvoir être là pour ses patients, et leur apporter ce petit je ne sais quoi qui leur donne l'impression qu'ils peuvent lui faire confiance, et ainsi se dévoiler un peu plus. Meluzine est toujours respectueuse de ses patients, et sait exactement comment se comporter, alors il est clair que l'ambiance de travail change contrairement à ce qu'elle vivant auparavant. Néanmoins, ce climat décontracté auquel elle s'était habituée lui manque, parfois.

A la fin de sa journée de stage, la brunette s'était empressée de retourner, de se doucher et de repartir. Elle avait été surprise qu'on lui demande pour venir porter main forte le temps d'une fermeture. En connaissant les reproches que lui faisait Aleksey, elle ne s'était pas du tout attendu à ce qu'on la contacte. C'est juste le temps d'un soir, lui avait-on dit. En même temps, elle ne pouvait pas se permettre d'enchainer deux boulots ; autant dire que sa vie privée volerait littéralement en éclat et probablement les quelques mois de cours qui lui restent aussi. Meluzine a des projets, après ses études. Comme par exemple, ouvrir un cabinet para-médicale beaucoup plus centralisé qu'un véritable hôpital. Elle veut y faire naitre des services où chaque patient à droit à toute l'attention qu'il mérite. Quelque chose qui manque cruellement dans un un hôpital, selon elle. Son projet est viable, elle le sait. L'américaine a pris le temps de se renseigner. Sevan a lui aussi pris un peu de temps pour étudier son projet et lui donner son avis, alors qu'il est à la tête de multiples complexes hôteliers dans le monde. Alors oui, elle y croit réellement. Prête, elle se rend sur son ancien lieu de travail. Elle n'appréhende pas vraiment, parce que c'est un peu comme le vélo : ça ne s'oublie pas. Retrouver ses marques n'est pas bien compliqué et pour ça, elle a confiance autant que ses anciens patrons et collègues.

Après quelques heures d'accomplie, la brunette déambule dans la salle, ramasse les verres vides et nettoie les tables. La fin de la journée touche bientôt à sa fin et autant dire qu'il est temps. Elle rêve de rentrer, de se doucher, et de se glisser dans son lit jusqu'au lendemain matin. Encore quelques clients optent pour les heures supplémentaires autour de leur verre et de temps en temps, Meluzine échange deux ou trois mots avec, pour dire d'apporter un peu d'attention à ces personnes. Moins à l'aise avec les ivrognes, elle les laisse dans un coin. Ses supérieurs d'un jour connaissent son malaise avec ce genre d'énergumène, et Mel a bien mis les choses au clair quant à cette petite parenthèse : elle ne se chargerait pas de les foutre dehors, il en était hors de question. Revenant vers le barre, elle pose son regard sur un nouvel employé, apparemment. Il n'était pas difficile de savoir qu'il fixait lui aussi le sujet d'inquiétude de Meluzine, et pour ça, elle ne le relèverait pas. « J'comprends pas comment on n'en arrive à ce stade » Finit-elle par lâcher, en parlant bien évidemment des ivrognes commençant leur nuit sur la table. Elle était psychologue de formation et selon elle, l'alcool n'avait jamais été un remède à quelconque problème. Alors non, à ses yeux il n'y avait aucune explication, ni excuse. Juste une question de faiblesse, peut-être. « T'es pas un grand loquace toi, je me trompe ? » Autant dire que depuis qu'elle était àl, ils n'avaient pas énormément échangés, ou du moins pas l'un avec l'autre.

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 20/01/2018
» Messages : 55
» Avatar : Torrance Coombs
» Âge : 31 ans
» Schizophrénie : Aucune
() message posté Sam 24 Mar - 9:47 par Xander M. Winchester

Le plus corrosif des acides est le silence
Meluzine & Xander

« Et si ce soir là était un soir comme un autre? Ne regarde pas se succéder les heures, c'est à toi de les contrôler. »
Tout en les fixant, il commençait à se dire qu'il serait tant de les laisser rentrer chez eux. L'heure de fermeture arrivant, ils ne pourraient très clairement pas rester à dormir ici. Maintenant qu'il les observait vraiment, il ne ressentait ni pitié, ni dégoût ni autre forme de sentiment. Ca ne le choquait pas. Il ne trouvait pas pour autant ça normal. A ses yeux, chacun était libre de faire ce qu'il souhaite de sa vie et personne n'avait à juger quoi que ce soit dès l'instant qu'aucune autre vie n'était menacée.

Xander savait ce que c'était d'être jugé. Il n'y a pas si longtemps, il était à leur place. Et il n'aurait jamais laissé personne le regarder avec dégoût. Désormais, il s'était plus ou moins sorti de ça, il n'excluait donc pas le fait que ce soit aussi le cas un jour pour ces quelques hommes.

C'est alors qu'il posait le dernier verre essuyé dans le support au dessus de sa tête que sa dernière collègue présente vint lui adresser la parole, le sortant de ses pensées. Des paroles qui lui semblèrent bien acide. Ses iris clair se tournèrent vers elle, il n'avait pas esquissé un rictus. "Moi si". Avait t-il simplement répondu d'une voix sans timbre. Il n'avait pas été froid. Simplement neutre. Elle avait le droit de ne pas comprendre. Lui non plus ne comprenait pas toujours. Lui aussi admettait sans mal que c'était particulier et que ce n'était pas une solution. Mais finalement, s'il n'avait pas eu la possibilité de s'évader un peu avec l'alcool, il doutait du fait qu'il aurait pu tenir. C'était stupide hein? Il était de ceux qui s'était accroché à ça comme un pieux l'aurait fait avec un dieu.

Il l'avait alors contournée, posant une main sur son épaule sans agressivité aucune pour lui signifier de le laisser passer de l'autre côté du bar. Il avait simplement été cherché les verres encore à demi plein, ils n'auraient pas la force de les finir de toute façon. Par son mutisme, il avait clairement répondu à sa question. Il faut dire qu'elle avait abordé la conversation sur le mauvais sujet. Il ne connaissait pas l'histoire de ces hommes. Avant qu'Amber ne disparaisse , il les aurait sans doute jugé avec une égale sévérité. Il prenait un peu plus de recul désormais.

D'ailleurs, c'est avec un tact surprenant qu'il leur demanda de quitter les lieux, les laissant prendre leur temps. "Vous êtes à pieds?" Avait t-il demandé à chacun. Ils avait tous balbutié que oui. Bon, il y avait une ligne de bus en face du bar, ils n'auraient pas de mal à rentrer. Ou plutôt, si, ils en auraient sûrement, mais au moins, il ne mettrait personne en danger. Accompagnant les quatre hommes vers la sortie, il verrouilla la porte et tourna la pancarte qui indiquait désormais "Fermé".

Retournant vers le comptoir, il attrapa une bouteille de produit pour les tables et un chiffon. "Je m'occupe des tables, ça t'embête de ranger les bouteilles?" Avait précisé Xander sans quitter l'esprit boulot. Autrefois, il aurait très certainement engagé la conversation en plaisantant, mais pas ce soir.     
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Le plus corrosif des acides est le silence
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: The Queen's Head

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-