Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Chinese New Year !
Venez célébrer le Nouvel an Chinois, avec le Magic Lantern Festival, par ici.
Instaparty n°6 : #ChineseNewYear.
Rendez-vous par ici pour la nouvel Instaparty. Faites-nous partager vos plus belles photos.
LC awards 2017 : les résultats !
Les résultats sont tombés, rendez-vous par ici pour découvrir le palmarès complet.
Version #26 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 26ième version toute douce pour l'hiver, dont vous pouvez découvrir les nouveautés par ici.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Call it magic - Aël

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 626
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin)
() message posté Jeu 8 Fév - 11:46 par Lilly R. Adams

Le sort ne fait pas de différence entre les gens. On est tous égaux face au hasard.On dit souvent que les yeux sont les fenêtres de l'âme. Les gens se caressent, se touchent, mais il faut beaucoup de confiance pour que quelqu'un vous laisse l'observer droit dans les yeux aussi longtemps que vous en avez envie. A ce moment-là, vous n'entendez pas seulement ce qu'il veut bien vous dire, vous voyez ce qu'il est vraiment.
Aël & Lilly

Call it magic



Je dois dire que je ne m'attendais pas à la réponse d'Aël face à mon semblant de menaces. Menaces plutôt gentilles d'après moi, mais si mon but était de le faire réagir en me disant ce qui lui passait par la tête, je le fixais à la recherche d'une quelconque réaction ou non verbal qui m'en dirait un peu plus sur ce qu'il venait de déclarer " Parce qu'à moins que d'être un réel fantasme pour toi, tu ne ferais pas une telle chose aussi rapidement alors que tu ne me connais pas. ". Le reste de la discussion semblait relativement limitée au fait que si moi je voulais qu'il réponde à toutes mes questions, lui aussi campait sur ses positions. Chose qui ne me plaisait guère, ou du moins, qui me fit facilement froncer les sourcils. J'ai un goût de trop peu, alors que j'ai pas l'impression que mes questions soient si indiscrètes que ça. Mais soit, passons. "Je n'ai pas vraiment de style, ça se joue au feeling me concernant. Mais il est vrai que j'ai un certain goût prononcé pour les jolies mains. " Quant au costard, je pouvais faire sans. Ca faisait son petit truc en plus, à condition que ce soit occasionnel.

La différence d'âge entre un homme et une femme reste un sujet qui me fait facilement monter dans les tours. Je fronce les sourcils face à la remarque d'Aël, une remarque que je prends assez mal d'ailleurs " J'ai pas dit ça. J'pense juste que c'est totalement stupide de juger à la différence d'âge si au fond la personne plait. " encore fallait-il que j'ai vraiment plu à Pierre et si je n'en avais eu aucun doute pendant ces quelques mois passés avec lui, j'avais quand même fini par me poser des questions. Cette rupture avait engendré une assez grande remise en question, presque autant qu'elle m'avait brisée d'ailleurs " Et toutes les filles de vingt ans ne sont pas comme ça ". Lui comme moi mettons un peu tout le monde dans le même sac, sans doute est-ce une erreur. Lui n'est peut-être pas aussi coincé que je le prétends dans mon exemple sur la trentenaire, et moi je ne suis pas réfractaire aux histoires sérieuses. J'en suis même plutôt adepte, malgré ce qu'il a l'air de croire " Je dirais que mon père est comme tous les pères avec leur fille. Il n'a rien contre le fait que je fréquente des hommes à condition que ce soit de loin. " Et il n'est même pas sicilien ! Si j'ai du mal avec sa façon de voir les choses quant aux relations que j'ai avec l'un ou l'autre, j'arrive plus ou moins à l'accepter en me disant qu'à un moment donné, il n'aura pas d'autre choix que de me laisser prendre mon envole et faire ma vie avec un autre homme que lui. " Puis je ne peux pas rester la fille à papa toute ma vie, il a pas le choix de me laisser vivre ma vie à un moment donné. "


***

Si je regarde mon calepin à dessins, il est déjà bien rempli. Ce ne sont que des gribouillages et des croquis, de quoi me vider la tête. Je crois même qu'il contient quatre ou cinq croquis de Pierre que j'avais fait dans l'espoir que ça m'aiderait à passer outre de mon chagrin amoureux. Finalement, j'ai continué à dessiner d'autres choses de plus en plus neutres, mais moins déprimantes. La nuit que je venais de passer me mettait dans un état de léthargie total, autant dire que la musique m'aidait à rester confortablement dans ma bulle, me sortant les idées de la tête, mais aussi ma mauvaise humeur. Si certains avaient sans doute passé une nuit très enrichissante, ou plutôt très agréable, ce n'était pas mon cas, ni même le cas de ma copine avec qui je partageais la chambre. On avait passé une bonne partie de la nuit à se tourner les pouces en attendant que d'autres daignent bien vouloir s'endormir, puis finalement on avait capitulé en passant sous la douche, et en prenant le chemin du rez-de-chaussée. Emmitouflée dans un pull avec les cheveux attachés à l'aide d'une queue de cheval, je tentais de trouver un peu de chaleur en gardant le nez barricadé dans mon écharpe. Mes yeux ne quittent pas mon calepin dans un premier temps, jusqu'à ce qu'une voix perce la bulle dans laquelle je m'étais enfuie. Je lui adresse un sourire en ôtant mon casque de mes oreilles dans un premier temps, puis me plonge à nouveau dans mon dessin, non sans lui répondre " J'aime pas les poules, mais je veux bien quand même venir avec toi " en le voyant s'installer à mes côté avec sa tasse de café, je repris de plus belle " bien dormi ? " Me concernant, c'était même pas la peine de poser la question et pourtant, je n'étais déjà pas du matin en temps normal, alors là autant dire que ma bonne humeur était aux abonnés absents " Tes potes ils font pas les choses à moitié quand ils ramènent une fille dans leur lit dis-donc " Oui, parce que vu le boucan qu'ils ont fait, à mon avis ils ont vraiment pris leur pied " D'ailleurs, je me retiens d'aller faire un bruit monstre pour les empêcher de dormir. " Peste un jour, peste toujours ? Quant à la petite balade, j'attends de voir où il compte m'emmener " Bon, let's go alors ? "



(c) black pumpkin

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 47
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Jeu 8 Fév - 14:20 par Aël James

Call it magic
And with all your magic, I disappear from view
And I can't get over, can't get over you
Still, I call it magic, such a precious truth

Il se dit quand il se leva que sans doute que Lilly avait raison et que pas grand monde aurait le courage de venir avec lui. Il fallait dire qu'il se levait toujours aux aurores. Normalement, si il avait été à Londres, il serait parti faire un footing avant le petit déjeuner. Cependant il n'était pas à Londres, et ici, il n'allait pas s'aventurer à courir dehors seul en plus.
Se ballader était une bien meilleure option, en plus il finit par découvrir qu'il n'était pas le seul matinal. La raison le fit bien rire. Lui il n'avait rien entendu, si ça aurait été le cas il ne se serait pas gêner pour aller leur donner son point de vue. D'ailleurs maintenant il se demandait qui cela pouvait bien être... Il s'était couché tôt finalement et n'ayant pas jouer avec les autres, il n'avait pas vu de rapprochement se faire. Cependant le suspens n'allait pas être maintenu trop longtemps il en était sûr, quand tout le monde serait réveillé ça allait jaser.

Dans le salon il trouva Lilly entrain de dessiner. Finalement elle allait peut être l'accompagner. Si elle disait non, il ne la supplierait sans doute pas bien entendu, mais finalement parler avec elle la veille au soir lui avait tout de même plu. Cependant puisqu'elle dit oui, la question ne se posait pas. Assis à côté d'elle, son café à la main, il regardait ce qu'elle était entrain de dessiner. Il hocha la tête à sa question. "Oui, mieux que toi sans doute." Il lui décocha un sourire amusé bien qu'elle ne le vit par les yeux rivés sur son dessin. Elle semblait de bien mauvaise humeur, et ça l'amusait encore plus. "Mes potes ? Attend tu veux dire qu'ils étaient combien là dedans ?" Il essayait de la décoincer un peu en prenant le problème sans doute plus légèrement qu'elle. Il finit par rire franchement quand elle lui parla de sa vengeance. "Tu sais ce qu'on dit, la patience est un plat qui se mange froid, je suis sûre qu'on peut trouver quelque chose de plus.... Efficace." Lui qui faisait parti d'une fratrie en connaissait un rayon sur ce genre de vengeance. Dans le genre ils pouvaient couper l'eau chaude quand ils prenaient leur douche, oui, il y avait des moyens plus inventifs de se venger. Lilly semblait sur le pied de guerre malgré tout. "Je finis mon café et je suis prêt, tu devrais mettre un plus gros pull tu vas avoir froid sinon..."

Quelques minutes plus tard ils étaient en route. Aël n'avait pas eu tord : il faisait froid, d'ailleurs la neige allait sans doute se mettre à tomber ça se sentait dans l'air. Il ne savait pas trop vers où aller, alors ils prirent la direction du sentier qui partait à l'opposé de là où ils étaient arrivés. Ils avaient demander à Eliza si elle voulait venir avec eux, mais elle avait trop froid pour sortir, et ils n'allaient pas attendre que d'autres se lèvent ça pouvait prendre des heures. "Tu dessines depuis longtemps ?" La question avait fusée alors que ça faisait déjà quelques minutes qu'ils marchaient en silence. Pourquoi avait il pensé à ça ? Il n'en savait trop rien la pensée lui avait simplement effleuré l'esprit comme ça.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 626
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin)
() message posté Sam 10 Fév - 11:23 par Lilly R. Adams

Le sort ne fait pas de différence entre les gens. On est tous égaux face au hasard.On dit souvent que les yeux sont les fenêtres de l'âme. Les gens se caressent, se touchent, mais il faut beaucoup de confiance pour que quelqu'un vous laisse l'observer droit dans les yeux aussi longtemps que vous en avez envie. A ce moment-là, vous n'entendez pas seulement ce qu'il veut bien vous dire, vous voyez ce qu'il est vraiment.
Aël & Lilly

Call it magic



Aël m'annonce qu'il a mieux dormi que moi " sans doute ". En même temps, c'est pas très compliqué de passer une meilleure nuit étant donné que nous, on n'a pratiquement pas dormi. Malgré tout, je garde ma mauvaise humeur pour moi, ou je la déverse sur ma feuille de dessin plutôt que sur les gens qui m'entourent. Et puis j'ai pas à lui en vouloir d'une réponse telle que celle-là, puisque je lui ai posé la question. Je me contente d'autre de lui adresser un léger sourire en coin assez furtif avant de me replonger dans mon dessin. Un dessin qui représente la moitié d'un visage entremêlé dans un branchage, quelques coups de crayon relativement simples, un jeu d'ombres, mais c'est ce qui m'inspire en ce moment, avec peu d'heure de sommeil dans le nez.

Etant donné le boucan qu'ils avaient fait dans cette chambre, je n'ose même pas essayer d'imaginer ce qu'ils ont bien pu faire. Enfin, si, je m'en doute. Mais j'aime autant ne pas entrer dans les détails, et il est vrai qu'on pourrait se poser la question de savoir à combien ils étaient. Je relève la touche d'humour, et pourtant je n'ai pas vraiment envie de chercher à savoir qui avait fait quoi avec qui. Enfin si, je savais laquelle de mes amies m'avait empêchée de dormir, mais je n'avais aucune idée de qui était l'heureux élu de la nuit passée " je sais pas. Suffira de voir qui a des poches sous les yeux et une extinction de voix, et je pense qu'on en saura + " j'exagérais évidemment, mais il fallait mettre ça sur le compte de l'exaspération. " Serais-tu un peu revanchard sur les bords ? " lui demandais-je avec le sourire. En tout cas, la façon dont il me le dit sonne comme telle. Ou un peu comme s'il avait quelques petites idées derrière la tête. Je jette ensuite un œil à mon pull actuel, certes il est pas super épais, mais j'ai un manteau de circonstance, le genre de veste bien chaude avec fourrure autour de la capuche histoire de rester plus au chaud encore et de bien ressembler à un esquimau. " Rassure-toi, je ne compte pas sortir comme ça ! " J'abandonnais Aël pour remonter vers ma chambre et récupérer ma grosse veste, mon écharpe, gants et même bonnet et descendis avec tout " tu vois, je suis parée ! " A la limite du bonhomme Michelin, mais je m'en fous, l'important est de ne pas mourir de froid.

Dehors, autant dire que le froid piquait, mais grâce à toute ma tenue super renforcée, je survis. Sur le chemin je m'arrêtais de temps en temps pour porter ma curiosité sur divers plantes ou bestiole que je croise et qui m'interpellent, et puis rattrape mes quelques mètres de retard pour revenir à auteur d'Aël jusqu'à ce qu'il me pose la question concernant le dessin. Beaucoup me posent la question, pourtant ça reste une passion comme une autre, bien que la mienne a toute une histoire " Oui assez. J'ai commencé à dessiner vers cinq ou six ans environ. J'arrêtais pas d'emmerder ma mère, à lui demander quand je reverrais mon père qui vivait en Australie à ce moment-là, et moi et ma mère en Espagne. Du coup, je crois qu'elle en avait tellement marre qu'à la fin elle me disait de faire des dessins pour mon père et lui mettre sur la feuille tout ce que je voulais lui dire, et tout ce que j'avais fait à l'école, etc. " je pinçai mes lèvres entre elle, et complétai " Depuis j'ai plus vraiment arrêté de dessiner. " Je lui épargnai la version longue, c'est mieux aussi bien pour lui que pour moi. Raconté comme ça, ça semble assez simple et totalement inintéressant, mais c'est assez significatif pour moi au final. " Et toi, est-ce que tu dessines ? Non.. Est-ce que tu fais autre chose que le foot US plutôt ? "

Après un bon quart d'heure, la neige s'était mise à tomber. Au début, c'était sympa et plutôt agréable, mais elle ne semblait pas vouloir s'arrêter, recouvrant tout de son beau manteau blanc. J'avais remonté ma capuche d'esquimau sur ma tête malgré mon bonnet et dans un moment de folie, je pris une boule de neige que je tentais de balancer sur Aël. Etant donné ma piètre manière de viser, la boule passa au-dessus de son épaule pour aller atterrir contre le tronc d'un arbre. D'ailleurs celui-là, si j'avais voulu le viser je n'y serais même pas parvenue. " On va un peu galérer pour rentrer non ? Vu l'heure en plus " Je regardai un peu autour de nous et en voyant une espèce d'auberge un peu plus loin je repris " On pourrait aller se poser là-bas et se réchauffer un peu avant de repartir. Peut-être que d'ici là il arrêtera de neiger. "



(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 47
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Sam 10 Fév - 12:16 par Aël James

Call it magic
And with all your magic, I disappear from view
And I can't get over, can't get over you
Still, I call it magic, such a precious truth


Une extinction de voix ? Il n'avait jamais connu personne qui avait perdu sa voix après avoir eu des rapports. Si c'est le cas ils ont du vraiment crier, voire s'époumoner. Sans doute Lilly exagérait, parce qu'il avait beau dormir comme une souche, de là à ne pas entendre des gens crier... Il aurait peut être besoin d'un sonotone alors. "J'ai un frère et une soeur, il fallait bien que je trouve des vengeances qui impliquent de ne pas me faire prendre." Oui parce que si jamais sa mère l'avait retrouvé entrain de taper sur son petit frère ça se serait mal passé pour lui. Non, il fallait être original pour ces choses là.

Lilly lui prouva qu'elle était prête à affronter l'hiver qui régnait en maître dehors. La vue de la jeune femme emmitouflée dans toutes ses couches de vêtements le fit rire. Pour sa part, il avait des vêtements qui tenaient réellement chaud. Il m'y par dessus son pull déjà très chaud, une veste qui finirait de le rendre imperméable à l'humidité. "Tu crois que si je te pousse tu roules habillée comme ça ? Si il se met à neiger je te laisse dehors pour faire un bonhomme de neige." Il la taquinait espérant qu'elle ne le prendrait pas mal. Dans la cuisine il entendit Eliza rire à la vanne qu'il venait de faire.

Ils étaient finalement entrain de marcher dehors. Le froid était saisissant mais Aël aimait cette sensation. Le froid était revigorant, à la différence du chaud qui lui avait tendance à engourdir le corps et l'esprit.
Pour faire la discutions et peut être aussi par réel intéressement à la jeune femme il lui demanda depuis quand elle dessinait. La question méritait d'être posée car il trouvait qu'elle dessinait réellement bien. Bien sûr il était au courant qu'elle était en école pour étudier le dessin, comme d'autres qui étaient ici d'ailleurs... Cependant ils n'ont pas tous les mêmes objectifs, ni même la même vue de la chose. Il écouta attentivement la réponse. Il ne savait pas que les parents de Lilly étaient séparés. Il avait sans doute croiser la mère de la jeune femme à l'hôpital mais ne sachant pas qu'elle tête elle avait il n'aurait jamais pu la reconnaître. Pour le reste il ne savait que très peu de chose sur le docteur Adams. Il nota donc dans un coin de sa tête les détails de sa vie qu'elle venait de lui donner et qu'il ne connaissait pas jusque là. Il n'ajouta rien puisqu'elle enchaîna en lui demandant la pareille, ou presque. "Je suis pompier depuis que j'ai 16 ans ou 17 je sais plus trop, pompier volontaire enfin bénévole quoi. Et... J'entraîne une équipe d'enfant depuis quelques temps au foot." C'est vrai qu'en passion, pour lui, il y avait surtout le foot et le foot. Oui clairement il aimait ça. Il n'avait pas bien sur le niveau d'un joueur professionnel mais il aimait ça suffisament pour l'avoir pratiqué toute sa vie.

La boule de neige il ne l'avait pas vu arrivé puisqu'il était concentré sur un écureuil qui bondissait à côté d'eux. Il était dans un état d'euphorie à voir la neige tomber, ça lui ramenait à tellement d'année en arrière, des souvenirs d'un pays qu'il avait quitté à contre coeur. La boule de neige ne l'avait pas touché, elle était passée au dessus de son épaule pour s'écraser plus loin. Il se mit à rire après s'être retourné, il croisa le regard d'une Lilly qui avait un air innocent. "Bien visé ! Je ne sais pas ce qu'il t'a fait l'arbre..." Il hocha la tête à sa question. Lui aussi avait vu l'auberge. "Après vous mademoiselle." Il la laissa passer devant et prépara son plan. Alors qu'il marchait derrière la jeune femme, il commença à faire une boule de neige. Au bout de quelques instants il appelle "Lilly ?", quand elle se retourna, il balança la neige, qui vient s'éclater dans sa poitrine histoire qu'elle en ait plein la tête. "Touché!" il riait tout seul comme un débile à présent bien content de sa blague.
Se préparant à la riposte, il se mit en tête d'en faire une deuxième.

"Deux chocolats s'il vous plaît" Aël revint quelques instants plus tard avec les deux boissons dans ses mains et en posa une devant Lilly. Il faisait meilleur dans l'auberge. La neige tombait à gros flocons, tellement bien qu'il était impossible d'y voir à plus de 10 m par la fenêtre. "Faudrait peut être envoyer un message aux autres pour ne pas qu'ils s'inquiètent ?"

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 626
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin)
() message posté Lun 12 Fév - 16:30 par Lilly R. Adams

Le sort ne fait pas de différence entre les gens. On est tous égaux face au hasard.On dit souvent que les yeux sont les fenêtres de l'âme. Les gens se caressent, se touchent, mais il faut beaucoup de confiance pour que quelqu'un vous laisse l'observer droit dans les yeux aussi longtemps que vous en avez envie. A ce moment-là, vous n'entendez pas seulement ce qu'il veut bien vous dire, vous voyez ce qu'il est vraiment.
Aël & Lilly

Call it magic



J'avais de quoi avoir bien chaud en m'habillant de ma veste, mon écharpe et même mon bonnet. En le voyant rigoler, je fronce les sourcils et en profite pour le bousculer alors que je m'assieds à côté de lui le temps qu'il finisse son café " Rigole, mais quand toi t'auras la crève, ben moi je serais en pleine forme et là tu me supplieras de te prêter ma veste " Une veste rose, n'empêche, j'aimerais vraiment le voir dedans juste pour rire, moi aussi. Quand à Eliza, je fronce également les sourcils en la voyant rigoler " Tu pourrais venir avec nous toi, aussi. Au lieu de rigoler ! " lâchais-je à mon amie. Ce qui semblait lui ôter le rire avec lequel elle avait eu du mal de s'arrêter " Non, sans façon. Il fait bien plus chaud ici, et je suis sûre qu'Aël aura déjà de quoi faire, rien qu'en te supportant toi uniquement " Je lève les yeux en l'air. Comme si j'avais besoin d'être babysittée, finalement je me laisse tomber dans le fond du canapé, confortable dans ma grosse veste.

Une fois dehors, les questions sur l'un et sur l'autre volaient. Tant qu'à faire, on pouvait aussi en profiter pour apprendre à se connaitre en plus de profiter du paysage qui se recouvrait de neige petit à petit. A force, on s'habituait même à la fraicheur, et si je sentais mon visage picoter avec le froid, malgré la capuche sur ma tête, l'écharpe et même le bonnet, pour ce qui était du reste, je ne ressentais pratiquement rien. " Et t'as jamais eu peur d'aller en intervention ? " non parce que personnellement, si on me demandait d'aller prêter main forte avec le risque d'y laisser ma peau, je préférais céder ma place. Je n'ai pas le même goût du risque, ni même cette envie de sauver le monde. Non pas que le sort des autres me rend totalement indifférente, mais mon petit côté altruiste avait ses limites. " donc en fait t'es un espèce de super-héros amoureux des enfants, pour résumer. C'est ça ? " Me concernant, je n'ai rien contre les enfants, mais là, tout de suite, je ne ressens pas vraiment l'envie de materner. Jouer avec eux, ça me plait bien, mais m'en occuper tout le temps et tous les jours, j'aurais vraiment beaucoup de mal.

Après lui avoir envoyé une boule de neige - ou du moins essayé - je ne retiens mon rire en voyant sa réaction face à mon air innocent. Finalement, je continue mon petit bonhomme de chemin, et lorsqu'il m'appelle, je ne vois pas venir la boule de neige qui m'explose au visage. Après m'être essuyée, j'engage une course poursuite et capitule en lui en lançant une, qui atterri à nouveau partout, sauf sur Aël. " Je t'aurais. Tu t'en rendras pas compte, mais tu vas bouffer de la neige mon cher " Et puis une fois à l'intérieur du chalet, j'avais finalement ôté toute mes couches, restant malgré tout collée au radiateur à côté de moi. Je portai mon regard à l'extérieur en voyant que petit à petit, le soleil commençait doucement à se coucher. Aël apporta des boissons chaudes pendant que je m'intéressai aux autres visiteurs présents dans la salle qui, eux aussi, cherchaient sans doute à se réchauffer. " Merci " L'endroit était plutôt sympathique et chaleureux. Je coulai un regard au canadien lorsqu'il suggéra de prévenir les autres, quand finalement je sortis mon téléphone portable " Justement, Eliza a envoyé un message pour voir si on comptait revenir un jour. " J'en profitai pour lui répondre, tout comme j'en profitai pour envoyer une photo de l'extérieur, à travers la fenêtre, à mes parents. Une façon de leur signaler que non, je n'étais pas encore morte de froid. " Je lui ai mis qu'on était toujours vivants, mais qu'on ne sait pas trop quand on repart, vu le temps qu'il fait dehors. Peut-être qu'on devrait rester ici et repartir demain, mais j'ai pas pris d'argent avec moi … "

(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 47
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Dim 18 Fév - 16:41 par Aël James

Call it magic
And with all your magic, I disappear from view
And I can't get over, can't get over you
Still, I call it magic, such a precious truth

Est ce qu'Aël n'a jamais eu peur d'aller en intervention ? Différentes scènes lui reviennent en mémoire. Il y a plusieurs fois où il a eu chaud, où il sait que de près ou de loin il est passé pas loin de se faire vraiment mal, peut être de mourir. Ce genre de choses ça va vite. Plus vite qu'on ne le croit en fait. Il se souvient aussi de l'intervention chez Xander, cette fois là, il n'avait pas eu peur, mais c'était plus lié à la perte de quelqu'un qu'il connaissait et de l'impact que ça aurait par la suite que celle du feu. "Ca m'arrive parfois. Mais il faut bien des gens pour le faire non ?" Il avait toujours été casse cou quelque part, ça faisait longtemps qu'il faisait ça, il ne voyait pas ça comme dangereux, mais plutôt nécessaire.
Il ne peut s'empêcher de rire quand Lilly lui dit qu'il est une espèce de "super héros amoureux des enfants". Là non plus il ne s'est jamais vu comme tel. Il est plutôt du genre à faire ce qu'il aime. "Si ça te plait de voir ça comme ça... Mais j'ai pas de costume..." Il marque une pause, lui vient une idée puérile mais après tout, lui, il n'a rien à prouver. "Tu pourrais essayer de m'en dessiner un !" Il se demandait ce que ça pourrait donner ce genre de dessin entre les mains de Lilly.

La bataille de neige est à l'avantage d'Aël vu la non-capacité à viser de la demoiselle Adams. Elle ne tarde donc pas à prendre de la neige en pleine figure, et ses vaines tentatives pour en mettre sur Aël ne sont que des ouvertures pour lui en envoyer encore sur la tête. "Je demande à voir je suis pas sûr que t'arrive à me toucher même à moins d'un mètre." Oui, il en était presque persuadé, c'était facile de se moquer d'elle, elle lui donnait de la matière pour le faire. Il avait l'habitude de se battre avec des filles. Ou plutôt : il avait l'habitude de se battre avec sa soeur. Lilly était d'autant plus jeune que sa cadette et plus fragile aussi, il n'avait pas grand chose à craindre d'elle.

Ils avaient finalement passé une grande partie de la journée dehors. Rentrer allait s'avéré difficile, et pour l'instant la meilleure idée était encore l'auberge. Aël avait eu le bon sens de prendre de l'argent avec lui. Il avait réglé les chocolats chauds, puis il retourna à la table où était Lilly et ses affaires.
Il hocha la tête quand elle lui dit qu'il faudrait peut être dormir ici. "T'inquiète pas j'ai ce qui faut, au pire tu me rembourseras en rentrant, ou pas du tout j'ai regardé les prix en rentrant c'est pas exorbitant t'inquiète pas." Il but un peu du breuvage chaud qu'il tenait entre ses mains. Il faisait chaud dans l'auberge mais c'est toujours réconfortant. Ca, et le feu qui crépitait pas loin. "Je vais aller demander si ils ont des chambres quand même." Une gorgée de plus pour finir son chocolat chaud, et puis il se leva à nouveau pour aller voir l'homme qui les avait accueillit en premier lieu. 

"Il reste plus qu'une chambre. Qu'est que je lui dis ? " Il était revenu vers la jeune femme pour lui donner la réponse de l'aubergiste. Une chambre cela impliquait de dormir ensemble. L'idée ne lui posait pas de problème à lui, restait à savoir ce qu'elle en pensait. "Si ça te dérange je pourrais sans doute dormir sur un canapé ou autre je m'en fiche du temps que je dors." Il réalisa ce qu'il venait de dire, et ouvrit la bouche pour rectifier le tir. "Crois pas que ça me dérange de dormir avec toi... Au contraire même, j'aimerais bien, enfin..." Il s'embrouillait tout seul, le rouge commença à lui monter aux joues et il devait se reprendre. "Bref, ça te dérange ?"
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Call it magic - Aël
London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Autres Régions
Aller à la page : Précédent  1, 2
» i call it magic when i'm next to you ღ (clochette)
» EDH for magic
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Age of Magic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-