Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Guerre des groupes.
La guerre des groupes est déclarée ! Venez faire gagner votre équipe ! Plus d'infos.
Joyeux Anniversaire LC !
Le forum vient de souffler sa quatrième bougies. N'hésitez pas à lui laisser un petit mot d'amour, par ici.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Hurricane Kennedy, meet Earthquake Reid [Ft. R&R Lloyd]


avatar
MEMBRE
?
» Date d'inscription : 21/12/2017
» Messages : 764
» Avatar : Davis Heppenstall (Naomi Smalls)
» Âge : 22 ans
» Schizophrénie : Jack Thatcher
() message posté Dim 4 Fév - 23:51 par Kennedy Harris

Hurricane Kennedy, meet Earthquake Reid

@Reid D. Lloyd, @Raven S. Lloyd & Kennedy Harris

Il y avait maintenant quelques temps déjà que Kennedy avait rencontré Raven. Première sortie ensemble, ils avaient parlé et parlé, avaient essayé des chaussures ensemble, des robes, l'influenceuse avait recommandé à Ken ce maquillage nude qui avait fait une tuerie au cabaret. Chaque jours, il s'échangeaient leurs état d'âme, leurs idées, les accrocs et les bons coups de leur quotidien. Il avait aussi entendu parler de Reid son frère et il avait commencé à lui parler de sa maman un peu. Pas encore de son père et de Benedict... le temps viendrait.  

Aujourd'hui, Kennedy avait été invité par la trentenaire chez Reid. Il n'était pas là de la journée donc les deux amis avaient prévu se faire des masques à l'argile. Ken lui avait également demandé de l'aider à épiler son dos à la cire car mère nature n'avait pas manqué de lui faire cadeau d'une affreuse plaque de poils, heureusement pas dense, dans le dos à une hauteur inatteignable, aussi souple était-il.

Tous deux vivant dans le même quartier, Kennedy avait décidé d'y aller à pied et donc après une demi heure de marche pendant lesquels il avait échangé quelques textos avec une de ses camarades de classe, il était arrivé devant l'immense maison victorienne. Si celle de ses grand-parents où il avait vécu en arrivant à Londres était grande, celle-là l'écrasait de loin.

L'étudiant prit le temps de l'observer. Reid avait de toute évidence aussi eu beaucoup de succès, comme sa soeur. Tout était net, bien organisé, la pierre qui menait au garage de la maison semblait avoir été refaite à neuf récemment. Elle se tenait devant lui, imposante, surement à l'image de l'homme qui l'avait acheté de la façon dont il en avait entendu parler.

Kennedy éteint sa musique. Pour faire la route, il avait préféré prendre son sac d'école, soit un sac en cuir qu'il portait en bandouillère. Il y rangea son téléphone cellulaire avec leurs écouteurs et y relit le dernier texto de sa précieuse amie.

"Sonne et entre directement"


Sans gêne, c'est ce qu'il fit. Il enfonça le bouton de la sonnette, entendit au travers de la porte un son de cloche retentir et donc, il su qu'il pouvait entrer. Il ouvrit la porte qui, même face à ses 1m95, restait imposante face à lui.

L'odeur propre de la maison frappa tout de suite ses narines, lui mettant le sourire aux lèvres automatiquement.

"Youhouuuu, mon amour, c'est moi! " Lança-t-il tout haut. Les ondes produites par sa voix ramenèrent à ses oreilles un écho.

Il se déchaussa sans se pencher, mettant ses chaussures avec celles déjà présentes au côté de la porte. Il entendit du son, il assuma qu'elle s'en venait et donc, continua à parler fort, se sachant seul avec elle de toute façon, complètement à son aise.

"Wah, c'est grand ici! Tout un palais qu'il a acheté là, ton frangin! Chérie, les planchers, ah, j'ai jamais eu des planchers brillants comme ça, j'en rêve! "
dit-il en s'avançant dans la demeure de Reid.

La seconde d'après, le sang du grand black se glaçait dans ses veines, il figeait complètement, ses yeux ronds comme ceux d'un hibou.  

.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 238
» Avatar : Alexander Skarsgård
» Âge : 38 ans (12/12/1979)
() message posté Lun 5 Fév - 1:14 par Reid D. Lloyd


Hurricane Kennedy meet Earthquake Reid




Au volant de sa Camaro, l'homme d'affaires ne regardait même plus le paysage défiler. Il avait déjà parcouru cette route des centaines de fois, aller et retour, vers le chalet de son meilleur ami. Quoi que là, c'était plutôt vers son propre domicile mais qu'importait. Le week-end avait à nouveau été relativement mouvementé. Ethan n'avait pas l'air de se remettre du suicide de Marlon, ou du moins il s'en remettait ''à sa manière'', en passant son temps libre à se noyer dans l'alcool et enchaîner les conquêtes. Reid ne pouvait le blâmer, pour aucun des deux points, pas quand on considérait qu'il avait également une descente facile et qu'il avait toujours été du genre à passer d'un partenaire à l'autre ; avant Keith du moins, maintenant... maintenant il acceptait doucement de s'attacher, même s'il essayait la plupart du temps de garder un certain détachement pour ne pas donner l'air d'être tombé dans une quelconque dépendance envers l'assistant de production. Mais il n'empêchait que le blond ne cautionnait que peu l'attitude de l'homme de loi, notamment parce-qu'il avait ce foutu sentiment d'impuissance et le voir sombrer toujours un peu plus, se voiler la face tout en affrontant son regard vide, devenait de plus en plus difficile. Un week-end épuisant en somme, et ses traits tirés et encore plus durs qu'à l'accoutumée prouvaient bien qu'il n'avait pas eu ce repos pourtant bien mérité.

Lorsqu'enfin le véhicule s'engagea dans l'allée menant au garage, l'Américain soupira légèrement, remarquant une fois le moteur éteint que le vélo de Raven n'était pas là. Sans doute était-elle sortie et ne tarderait-elle pas à rentrer. Il en profiterait pour se reposer un peu, juste un peu. Refermant le garage derrière lui, Reid avait ôté ses chaussures dans l'entrée avant de suspendre son manteau et se diriger vers la cuisine attenante à l'entrée. Tirant son smartphone de la poche, il avait envoyé un rapide message à Keith, l'informant qu'il était rentré plus tôt que prévu mais qu'il avait une masse conséquente de travail et qu'il passerait le voir le lendemain. Et il ne mentait pas : après le peu de repos qu'il s'accorderait, il rattraperait le retard dans ses mails causé par ces deux jours hors du temps. Bien sûr, après ces quelques jours, l'envie de voir le Gallois se faisait ressentir mais, une nouvelle fois, le blond se refusait à accourir à chaque fois qu'il ressentait un quelconque manque. Se concentrer sur ses obligations professionnelles d'abord, les distractions ensuite.

S'étant rapidement préparé un café, il avait traversé le salon, s'arrêtant devant la chaîne hi-fi pour lancer le disque de Gary Moore qu'il avait laissé tourner quelques jours plus tôt. Outre la bibliothèque musicale qui l'entourait, il n'y avait pas plus de décoration personnelle que dans le reste de la maison, une ou deux photos de Raven et lui, une avec Ethan, et c'était principalement tout. Il rejoignit alors la véranda chauffée pour l'hiver et s'installa à la table. L'instant d'après, Reid tirait nonchalamment sur une cigarette, affalé dans l'une des chaises confortables de la pièce, elle aussi de ce même style mêlant une patte à la fois industrielle et victorienne. Remontant les manches de sa chemise noire cintrée, le blond observait les volutes de fumée s'élever au dessus de lui, prenant de temps en temps une gorgée de café noir.

N'ayant pour une fois pas son cellulaire en main, le PDG se laissait doucement porter par la musique qui venait jusqu'à ses oreilles, appréciant cet album, Ballads & Blues, qu'il avait déjà écouté des milliers de fois. La douce mélodie fut cependant gâchée par le tintement de la sonnette qui lui arracha un grognement mécontent alors qu'il jetait un œil à sa montre. L'après-midi avait à peine commencé et il doutait fort que Keith ne se pointe alors qu'il lui avait dit qu'il devrait travailler... ou si ? Non, il lui aurait au moins envoyé un message pour le prévenir, ou l'appellerait s'il n'ouvrait pas. Et il n'ouvrirait pas. Passant une main lasse dans ses cheveux, Reid perçut plus loin dans la maison une voix qu'il ne connaissait pas, se relevant immédiatement en abandonnant sa tasse sur la table. Et à nouveau la voix, lui faisant froncer les sourcils. Ton frangin ? L'inconnu devait s'attendre à trouver Raven ici mais comment avait-il pu entrer ? Elle ne lui avait tout de même pas donné les clés... si tel était le cas, ça ne passerait assurément pas.

Sortant du salon, il tomba sur un jeune homme qui avait sensiblement sa taille, apparemment émerveillé par l'endroit. Cet émerveillement s'effaça cependant bien vite lorsqu'il croisa le regard et l'air froid du blond. « Qui vous a permis d'entrer ? » avait-il lancé sur ce ton sec et hautain qui le caractérisait, toisant l'homme de haut en bas d'un air peu avenant. Sans doute se trouvait-il face au nouvel ami de sa sœur. Elle lui en avait déjà parlé quelques fois mais sans réellement aller dans les détails, et il était là, devant lui, comme s'il était chez lui. « Le fait que vous connaissiez Raven ne vous permet pas de circuler ici comme dans un moulin, attendre à la porte aurait été la bonne attitude à avoir » avait alors ajouté l'Américain d'un air toujours aussi fermé. Décidément, il y en avait qui n'avaient aucun respect et qui apparemment s'amusaient à entrer chez les autres comme si de rien n'était. Il y avait deux solutions : soit Raven lui avait en effet donné la clé de la porte d'entrée, soit... soit il n'en savait rien, mais si ce type était en effet l'ami de la rouquine, les choses commençaient mal, très mal.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE
?
» Date d'inscription : 21/12/2017
» Messages : 764
» Avatar : Davis Heppenstall (Naomi Smalls)
» Âge : 22 ans
» Schizophrénie : Jack Thatcher
() message posté Jeu 8 Fév - 21:59 par Kennedy Harris

Hurricane Kennedy, meet Earthquake Reid

@Reid D. Lloyd, @Raven S. Lloyd & Kennedy Harris

En fait, avec ce que lui avait raconté Raven au sujet de son frère, l'étudiant ne savait pas s'il devait avoir peur d'entrer dans la maison d'un pur étranger ou encore chez Reid Lloyd. Probablement qu'un étranger lui aurait expliqué son erreur après une vive frayeur, Kennedy aurait fait volte face en s'excusant et tout cela ne serait que du passé. Les choses étaient si faciles envisagées de la sorte. No drama whatsoever, see you later aligator.  

Reid Lloyd ne semblait pas du tout impressionné par leur premier contact. Les deux américains se toisèrent un moment quand le plus vieux eut terminé de lui servir sa sauce.

Toutefois, l'afro-américain, bien qu'il tentait du mieux qu'il pouvait de garder la façade du jeune homme doux et enjoué qu'il était n'apprécia pas du tout le ton du frère de son amie. Certes il avait été prévenu de ses manières d'être, mais le vivre était une toute autre chose. Kennedy n'était pas un tapis d'entrée sur lequel on s'essuyait les pieds.

Or, loin de lui l'idée d'être arrogant, il reprit sur lui-même, tassant du mieux qu'il pouvait sa frayeur de départ, les deux secondes où l'adrénaline avait tenté de monter dans ses veines et sortit son portable.

" Ah mais je suis d'accord avec...vous. Enfin toi. Moi c'est Kennedy, en passant. Mais... t'es Reid, c'est ça? " commença-t-il simplement, s'assurant qu'il parlait à la bonne personne, certes un peu maladroit comme il avait été un brin secoué par la situation. Sa nervosité se traduit par la façon dont il gesticula de la main, l'utilisant pour signifier à Reid d'un simple doigt levé qui grouillait de gauche à droite alors que de l'autre main, il cherchait frénétiquement dans ses messages la conversation qu'il avait eu par texto avec Raven.

" Je sais que c'est ta maison, mais ta soeur m'a précisément dit de sonner et d'entrer. Je ne sais pas comment vous fonctionnez, apparemment pas tout à fait comme ça, mais je m'en suis tenu à ça. Puis c'est ce que l'on fait chez moi aussi, alors je me suis senti à l'aise de le faire. Mais je vis peut-être dans un moulin, après tout t'as entendu même si je pensais parler à Rave, c'est splendide ici et je rêve de planchers aussi beaux que les tiens. Oui...en fait ça doit être ça. Et c'est un compliment, cela dit. "


Sa main s'immobilisa quand il trouva la preuve de ses dires.

"Ah oui! Voilà. Envoyé à 14h32 : "sonne et entre directement". "
répéta-t-il en s'avançant dans sa direction, ses pas silencieux comme il s'était d'abord déchaussé.

Kennedy, son sac toujours sur son épaule, sa casquette rose à l'envers, arriva à la hauteur de Reid et lui tendit son Iphone à la vitre éclatée où effectivement, la consigne était clairement écrit dans la conversation qu'il tenait avec Raven. Malgré le malentendu, la façon dont le frère de son amie lui avait répondu et le fait qu'il soit entré en effet sans permission de son propriétaire légitime dans une maison de luxe, il était clair dans sa façon de se tenir et son expression qu'il venait en paix. Maintenant que tout avait été expliqué, il lui offrit un sourire affable, même si intérieurement il était prêt à la tempête.
 

.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 19/09/2017
» Messages : 238
» Avatar : Alexander Skarsgård
» Âge : 38 ans (12/12/1979)
() message posté Dim 11 Mar - 15:20 par Reid D. Lloyd


Hurricane Kennedy meet Earthquake Reid




Toisant toujours le type qui devait être l'homme que Raven avait rencontré quelques temps auparavant et dont elle lui avait déjà parlé à de vagues reprises, le blond avait toujours ce regard des plus supérieurs qui témoignait de sa place dans la société et de l'éducation qui allait avec, le fait que l'autre soit tout aussi grand que lui ne l'intimidait pas le moins du monde. Il avait alors froncé les sourcils en le voyant sortir son téléphone avant de l'entendre dire qu'il était d'accord avec lui. Et il le tutoyait encore plus de ça. Croyait-il qu'il pouvait se le permettre ? Ils n'avaient pas élevé les cochons ensemble et le fait qu'il soit un ami de sa sœur ne l'exemptait pas de la politesse qui était de mise. Ou peut-être que si, un peu. Reid était bien conscient que sa cadette n'avait pas vraiment d'amis ici, arrivée depuis trop peu de temps, son seul cercle proche était celui du PDG alors sans doute devrait-il faire un effort pour ne pas faire fuir la première personne qui faisait partie de son cercle à elle. Ce fut uniquement pour cette raison qu'il n'avait pas relevé la familiarité du jeune homme, qu'il ne l'avait pas tout bonnement remis à sa place d'inconnu, ne se défaisant cependant pas pour autant de son air toujours aussi supérieur et froid. Il s'était contenté de hocher brièvement la tête quand le fameux Kennedy lui demanda s'il était bien lui, se demandant ce qu'il pouvait avoir de si intéressant sur son cellulaire pour faire défiler son écran aussi nerveusement.

Sûr que si Raven avait été là, elle n'aurait pas laissé passer un tel comportement de l'aîné, mais si justement elle avait été présente, les choses auraient été toutes autres. Il n'aurait pas eu l'impression d'une violation de domicile par un type qui se croyait comme chez lui alors qu'il ne l'était pas le moins du monde. Certes, le dénommé Kennedy n'avait pas encore investi toute la maison, il n'était pas allé se poser sur le canapé pour attendre la rouquine, mais le simple fait qu'il ait pénétré dans le domicile de la sorte suffisait déjà à mettre le blond dans une colère noire. Et surtout : comment avait-il pu entrer ? La porte était blindée, elle devait constamment être fermée à clé, alors qu'avait-il bien pu se passer pour qu'il entre aussi facilement ? Si l'influenceuse avait donné ses clés à son ami, sans doute aurait-elle au moins eu la décence de prévenir son aîné, il l'espérait du moins, mais si le jeune homme les avait, pourquoi aurait-il pris la peine de sonner ? Ça n'avait vraiment aucun sens.

Et le brun aux manières relativement efféminées s'était remis à parler, avançant le fait que Raven lui avait dit de sonner et d'entrer. Soit, c'était admissible, mais dans ce cas pourquoi la concernée n'était-elle pas là mais que la porte d'entrée n'avait pas été fermée à clé ? L'homme d'affaires ne put retenir un soupir quand l'autre balança qu'il vivait peut-être dans un moulin. Se foutait-il ouvertement de sa gueule ? Apparemment. Mais en effet, cette manière de fonctionner, rentrer chez les gens de la sorte, n'était absolument pas la manière de faire de Lloyd. Les sourcils toujours froncés, il avait légèrement secoué la tête. Donc de par ses compliments sur le plancher le logement de l'autre devait avoir l'allure d'un moulin ? Tant mieux pour lui s'il n'avait rien d'assez précieux chez lui pour empêcher les inconnus d'entrer, mais Reid n'était pas de ces gens là ; entre les objets de valeur, l'argent et l'arme qu'il gardait dans son bureau, mieux valait que personne ne se risque à entrer ici ''comme dans un moulin''.

Sans doute l'Américain aurait-il dû le remercier suite à ce qui était apparemment un compliment, mais il n'avait pas pris la peine de répondre. S'il avait tout cela aujourd'hui, outre son enfance aisée, c'était parce-qu'il s'était démené pour y parvenir, s'en sortir par lui-même dès l'instant où son père avait décidé de lui couper les vivres parce-qu'il ne lui donnerait pas la descendance à laquelle il aspirait. Il s'en était sorti, et se bouger pour avancer et obtenir toutes ces choses était à la portée de tout le monde, ou du moins des plus forts, élite dont il faisait partie. Lorsque finalement Kennedy sembla trouver ce qu'il cherchait sur son smartphone, Reid l'avait regardé approcher sans mot dire ni reculer ne serait-ce que d'un millimètre, prenant entre ses doigts l'objet pour regarder le message de sa cadette d'un peu plus près. Le numéro affiché sous le nom était bien le sien, et en effet, elle lui avait demandé de venir et d'entrer immédiatement. Inspirant profondément, un soupir avait rapidement suivi avant qu'il ne rende le cellulaire à son propriétaire, dardant à nouveau ses prunelles claires dans les siennes, bien plus sombres. « Raven ne m'a rien dit, elle devait penser que je ne rentrais pas avant ce soir » avait-il lancé sur ce ton à la fois relativement neutre et légèrement condescendant. Sans doute que si elle avait su que le blond serait là, elle aurait donné rendez-vous à son ami ailleurs, mais il était là, et elle ne l'était pas. « Étant donné que tu l'as appelée en arrivant je ne vais pas te demander si tu sais où elle est. Pourquoi deviez-vous vous voir ? » Un sourcil haussé, les bras croisés, Reid le toisait toujours, s'étant mis à le tutoyer comme lui-même l'avait fait. Oh bien sûr, il aurait pu lui proposer directement de prendre ses aises le temps d'attendre la cadette Lloyd, mais il lui fallait plus d'éléments pour accepter chez lui celui qui à ses yeux était un étranger.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Hurricane Kennedy, meet Earthquake Reid [Ft. R&R Lloyd]
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
» ted kennedy on obama's camp!!!
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Chomsky: Haiti earthquake a "class based catastrophe"
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-