Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Nouveauté !
Ajout d'une ligne "absence" dans le profil, pour faciliter les choses. Toutes les infos par ici
Version #30 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 30ième version, venez découvrir toutes les nouveautés par .
Destination Vacances
C'est l'été, c'est les vacances. Il est temps de faire ses valises et de voyager un peu. Plus d'informations ici.
Skylight: Bikini Party & DJ's Set
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, laissez tomber le tee-shirt ! Ca se passe par .
Coupe du monde 2018 : demi-finale.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


(Helga & Nevada) my knight in shining armor.

 :: Zone 1-2-3 :: North London :: Barfly
avatar

» Date d'inscription : 29/05/2014
» Messages : 229
» Avatar : Beyoncé Knowles.
» Âge : beauté éternelle.
() message posté Mer 14 Fév 2018 - 16:30 par Destiny Tynged
my knight in shining armor.



Vous (Helga) êtes au bar, vous attendez votre rendez-vous et pour ne pas paraître désespéré(e) vous avez commandé un verre. Manque de chance, vous venez de recevoir un sms de votre ami(e) qui vous préviens que finalement il/elle ne pourra pas être là. Comme votre verre n'était pas gratuit, vous décidez de rester pour le terminer. C'est à ce moment-là que s'installer une personne à côté de vous, pour vous draguer. Et malheureusement pour vous, ce n'est pas un petit(e) joueur/joueuse. Cela fait bien cinq minutes que vous essayez de le faire partir ou de vous esquiver, en vain, mais subitement vous sentez une main sur votre épaule. Subitement un(e) inconnu(e) vous embrasse, en vous demandant comment s'est passé votre journée. Subitement, votre dragueur compulsive se fait la malle. Mais vous demandez à votre sauveur/sauveuse de rester au cas où.

Il n'y a pas d'ordre défini dans ce RP. Ce RP est issu du système RP est aveugle 2.0.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
hello darkness, my old friend, i've come to talk with you again.

» Date d'inscription : 20/02/2017
» Messages : 916
» Pseudo : scamander. (alizée)
» Avatar : eva green la divine.
» Âge : trente-trois ans.
» Schizophrénie : daley & benedict & astrid.
» Absence : 30.07.2018
() message posté Jeu 15 Fév 2018 - 6:50 par Helga S. Lindholm
My knight in shining armor

J'ai relevé mes cheveux de jais dans un chignon sophistiqué. J'ai maquillé mes yeux d'une ombre à paupières aux nuances de gris et de noir. J'ai fais mon teint, ce qui est d'ordinaire plutôt rare. Une couleur coquelicot dessine mes lèvres charnues. J'ai enfilé une petite robe noire simple, avec des détails en velours sur les coutures. Mes oreilles sont décorées par une paire de boucle d'oreille en or blanc qui chatouille la naissance de mes épaules par leur longueur. Et mes pieds sont habillés par des escarpins noires avec d'épais talons. Un doux parfum, mélange de mirabilis, de rose et de prune, reste dans mon sillage lorsque je passe l'entrée du Barfly, l'air confiante. Je défais rapidement l'épaisse cape en fausse fourrure noire qui se tient sur mes épaules et la porte entre mes bras dénudés. J'observe les personnes autour de moi ; il est difficile de discerner un visage d'un autre. La lumière est tamisée, presque absente de l'immense pièce, mais envoutante dans un sens. Elle baigne le bar dans une chaleur réconfortante, presqu'intime. Je jette un œil furtif à mon vieux téléphone : pas de messages. Ethan ne devrait pas tarder à arriver. J'étais pourtant persuadée que de nous deux, j'aurais été la dernière à arriver sur les lieux, tant j'ai pris du retard pour me préparer. Je ne sais pas quelle lubie étrange m'a prise, alors qu'au détour d'un miroir dans mon grand appartement, j'ai voulu me faire belle pour ce rendez-vous ; ce n'est pourtant pas un rencard, ce n'est pas un dîner important. Je vais juste boire un verre avec l'un de mes plus fidèles amis. Ce n'est pas dans mes habitudes d'aller à ce genre d'endroit. Je suis d'ordinaire plutôt adepte des soirées confortablement installée dans mon canapé, à bouquiner ou regarder de vieux films sur des chaînes obscures, oubliés de tous à la télévision. Mais Ethan a insisté pour que je sorte, il a dit que ça me ferait du bien. Je sais pas si c'est l'ami ou le psychologue qui parlait à ce moment-là, mais je me suis laissée séduire par l'idée. Depuis combien de temps n'ai-je pas bu un peu d'alcool ? Ça doit bien faire des mois, peut-être même des années. Ma vie est bien remplie ces derniers temps, surtout depuis que je suis professeur d'histoire de l'art à l'université en parallèle avec mon métier de conservatrice au musée. Il ne me reste que très peu de temps pour moi, et je dois dire que dans un sens, ce n'est pas plus mal ; je n'ai plus le temps pour penser, pour ressasser les mauvais souvenirs. Il m'arrive de me surprendre à ne pas y penser durant des heures entières, culpabiliser, puis devoir me replonger dans mon travail, et oublier à nouveau durant ce laps de temps.

Je m'assois dans un coin du bar, où les banquettes ressemblent à de vieux canapés capitonnés. Je pose mon manteau, mon sac en bandoulière à côté de moi. Et puis les minutes passent lentement. Je n'ai pas grand chose à faire à part attendre, et observer l'environnement qui m'entoure. Certaines personnes semblent déjà bien éméchées, tandis que la soirée est encore jeune. Beaucoup de décorations sont accrochés sur les murs de briques. Une ambiance très rétro règne dans ce bar qui me plait beaucoup. J'imagine que c'est dans ce genre de moment que je devrais regretter de ne pas avoir de smartphone à porté de main pour m'occuper, le temps que mon ami n'arrive. Mon vieux téléphone comme on en faisait il y a une dizaine d'année encore, ne va même pas sur internet, lui. Je finis par me décider à aller commander un premier verre, histoire d'avoir quelque chose sur lequel je puisse porter mon attention. Je me lève, laissant volontairement mon manteau dans le coin où je me trouve pour signifier que la place est réservée. Je prends avec moi mon sac pour régler ma consommation tout de suite. Une fois attablée au comptoir, j'offre un sourire poli au barman, qui me demande ce que je souhaite boire. « Un whisky, s'il-vous-plait. » Ai-je répondu d'un ton affirmé et suffisemment fort pour que ma voix porte jusqu'aux oreilles de mon interlocuteur. Ce dernier hoche la tête, et me sert mon verre en moins de temps qu'il faut pour le dire. Je lui donne l'argent en échange, puis retourne m'assoir là où se trouve mes affaires. Je commence à siroter l'alcool contenu dans mon verre. Et puis finalement, je sens mon portable vibrer dans la poche de mon manteau; mon cœur rate un battement. J'attrape le cellulaire d'un geste de main habile et ouvre le message d'Ethan. « Désolé d'annuler à la dernière minute, mais Ava ne se sent pas bien, sûrement un virus qu'elle a dû chopper à l'école. Je vais devoir rester à la maison pour m'occuper d'elle. » Je soupire, légèrement agacée et surtout désemparée. Je me sens tout à coup ridicule là, seule avec mon verre dans ce bar. Je pourrais partir tout de suite, m’éclipser telle une ombre pour ne pas à avoir subir le regard et le jugement des autres. Et en même temps, leur avis ne m'importe guère, et mon whisky m'a coûté suffisamment cher pour je ne me résigne finalement pas à partir immédiatement. Je décide de prendre le temps de le terminer avant de quitter l'établissement. Un groupe de rock alternatif sort de nulle part et s'approche de la scène. Après quelques minutes d'installation des instruments et de réglages dont j'ignore totalement le sens, ils se mettent à jouer. La musique ne m'est pas désagréable, quoi que totalement étrangère aux oreilles. Je les regarde avec assiduité, observant chacun de leur mouvement. Inconsciemment, je me mets à me dandiner sur la banquette au gré de la musique, l'alcool faisant également son effet dans mes veines. Je me sens un peu plus légère qu'auparavant, sentant des bouffées de chaleur s'emparer de moi, et mon cœur s'accélérer. Il ne me reste finalement que quelques gorgées de whisky dans mon verre, et je prends le temps de les apprécier.

Et puis, je sens une masse s'assoir juste à côté de moi. « Salut, beauté. » Ai-je cru entendre très distinctement. Un bras se pose sur l'étendu de mes épaules, et une odeur, mélange de transpiration et d'eau de Cologne se met à chatouiller mes narines. Je repousse instinctivement le bras qui s'est posé sur moi sans vergogne, et observe l'intrus en m'éloignant de plusieurs centimètres de lui. Un homme bien plus grand que moi, qui doit cependant être dans la même tranche d'âge que la mienne, aux cheveux blonds et aux yeux clairs, me regarde d'un air totalement vaseux. « Je ne crois pas vous avoir invité à me rejoindre, Monsieur. » Ai-je répondu sans me démonter, le regard soutenu et défiant le sien. Je suis probablement naïve de penser que j'aurais pu m'en débarrasser comme ça. L'homme s'approche une fois de plus vers moi, s'étendant presque de tout son long sur la banquette pour arriver à hauteur de mon visage, me soufflant une haleine alcoolisé à la figure. « Ohh mais non, faut pas l'prendre comme ça. J'ai vu que t'étais toute seule dans ton coin, alors j'ai accouru vers toi tel un chevalier en armure sur son cheval blanc pour te sauver de ta solitude. Tu devrais me remercier plutôt, avec un petit bisous peut-être ? » Les lèvres de l'homme blond se retrousse vers l'extérieur pour illustrer ses propos. Une fois de plus, je le repousse allègrement et me décale, le regardant avec mépris et consternation. « Adorable. Mais je n'avais pas besoin d'être secouru. » Le ton que j'emploi est beaucoup plus froid, voir même cynique qu'il y a encore quelques instants, trahissant mon agacement. Décidément, je crois que tous les éléments tendent à me signifier que je ne devrais pas m'éterniser ici. Le trentenaire tente une fois de plus une approche, ses yeux vaseux me regardant avec avidité de haut en bas. Il s'élance vers moi pour la troisième fois, posant cette fois une main sur mon sein gauche. « Allez ma mignonne, fais pas ta timide ! » Je repousse sa main avec violence cette fois, fronçant les sourcils. Je tente d'accéder à l'autre bout de la banquette pour récupérer mon manteau et m'enfuir de cet endroit. Si seulement cet andouille ne me tenait pas cette fois l'un des bras pour m'empêcher de bouger. Lorsque je regarde par dessus mon épaule ; personne ne semble conscient de la situation qui m’accapare. L'homme est saoul, et par conséquent je ne pense pas qu'il soit réellement dangereux. En fait, ça ne m'étonnerait pas qu'il finisse par s'évanouir dans quelques minutes. Mais d'ici là il a bien l'intention de ne pas me lâcher. « Bon, ça suffit maintenant ! » Me suis-je exclamée en me décalant pour la énième fois. Si seulement quelqu'un me pouvait me venir en aide. Les paroles de l'homme dites quelques instants auparavant me reviennent en mémoire. Un chevalier en armure sur son cheval blanc qui vienne me secourir. Je crois que c'est bien ce qu'il me faudrait, là tout de suite pour me sortir de ce pétrin.


☆☆☆ Beerus
@NEVADA F. ARTEMIEVA
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 14/12/2017
» Messages : 149
» Pseudo : imaginarium.
» Avatar : lily cutie collins.
» Âge : vingt-huit ans, l'approche de la trentaine lui donne des frissons.
» Schizophrénie : la craintive aéris et son monde imaginaire.
» Absence : 15.08.2018
() message posté Dim 25 Fév 2018 - 14:10 par Nevada F. Artemieva
My knight in shining armor. Elle vient comme la pleine lune lors d'une nuit joyeuse, avec la taille effilée et une forme de pouvoir magique. Elle n'a qu'un œil dont les regards étouffent l'humanité et le rubis sur sa joue reflète sa lumière. ↠ Lorsqu'on s'improvise chevalier sur son cheval blanc sans lance, on se sert des mots pour triompher...
inspire.
☆ Helga & Nevada ☆

Rouge nacré aux profondeurs d'un brun clair, bourgeon de couleur qu'elle n'avait pu essayer qu'une seul et unique fois avant de l'égarer dans une de ces trousser précieuses. La seule teinte roulait sur les lèvres, venait éclaircir le brun de ces yeux, rendait sa tenue un peu plus printanière alors qu'en vérité le froid asservissait encore les corps et les esprits. Le temps d'infortune était un argument de taille face à la finesse des vêtements, très souvent elle désirait se mettre dans une tenue moins adéquate mais plus confortable, enviant les temps où le soleil se faisait roi et où les seules ombres passagères étaient celles des arbres et autres paravents. Ce ne serait pas pour tout de suite. L'impatience la gagnait au fur à mesure qu'elle glissait sa veste sur les épaules, simple modèle aux longs pans arrivant jusqu'au haut de cuisses, aux poches sobres et aux détails brodés d'un fil gris rappelant les tempêtes hivernales. Le printemps et l'été lui manquaient malgré la pluie qu'elle semblait porter en affection tout particulièrement. Le printemps était plus le synonyme de beauté que la glace de l'hiver, bien que son avis changeait radicalement à chaque saison. Une caresse sur les demi-boucles de ces cheveux, elle constata qu'ils avaient bien poussés durant ces précieux derniers mois, arrivant sous le bas de son menton, au point où elle aurait bien pensé à les attacher. Toutefois, l'hiver était rude et harcelait les moindres peaux, titillait le bout des joues et les truffes. Elle aimait la sensation de pouvoir glisser ces doigts dans sa tignasse et de remarquer qu'ils avaient la même douceur que ceux de sa mère.

Nevada déposa ses deux prunelles aux teintes du brun de mère nature sur la vitre du magasin face à elle, s'observant en silence, esquissant un simple sourire qui fit éclore le rouge nacré posé sur ses lippes. Lorsqu'elle laissa son regard parcourir les aiguilles de sa montre, elle constata que l'heure était encore jeune et qu'elle avait encore toute sa soirée pour prévoir quelque chose. L'agréable satisfaction de sentir que ses objectifs journaliers avaient été accomplis sans une once de difficultés apaisait ses sens et la rendait plus ouverte au monde et à ce qui l'entourait. Pourtant, la journée avait commencé avec ce petit côté piquant qu'ont les événements imprévus, en rouvrant les yeux une désagréable douleur lui prit le front et tout le contour de la tête et la força à plisser les paupières, soupirer de bonne forme. Elle aurait pu aisément laisser cette douleur de côté, si seulement elle n'était pas aussi insistance, lui ramenant un frisson qui désagréable l'avait forcé à se blottir un peu plus contre sa couette. Heureusement, elle avait largement temps de gérer tout cela. Alors, début de bonne heure, elle s'autorisa le caprice d'attendre une quarantaine de minutes que le médicament prit fasse effet, profitant de cet instant pour s'occuper un peu plus de ses animaux. Ce n'était que lorsqu'on récupérait un peu de temps que l'on réalisait à quel point il nous en manquait, elle s'amusa à enlacer contre elle son immense Pizza Guy, l'entendant ronronner sous les quelques caresses, son immense fourrure beige crème et brun/noir le protégeant parfaitement du froid. De loin, on aurait pu croire qu'elle tenait une immense peluche contre la poitrine tant il était docile et se laissait complètement faire.

Par la suite, ce fût l'éternelle danse du quotidien qui s'enchaîna, les vêtements cette fois-ci blancs et noirs recouvrant son épiderme. Sa chemise blanche élégante décorée d'un simple signe d'oiseau noir lui apportait un élan satisfait tant elle aimait la vêtir, d'autant plus lorsqu'elle la recouvrait d'un fin blazer sombre purement décoratif. Elle opta cette fois-ci pour une jupe crayon taille haute noire et des escarpins d'un noir tout aussi éclatant. En cette journée, elle avait envie de se faire belle, d'être satisfaite de son apparence, un peu plus que toutes les autres. Ainsi, ce ne fût qu'une fois sa douche prise et un délicat maquillage un peu plus voyant qu'en temps habituel posé sur le faciès qu'elle s'extirpa de chez elle. Cette journée serait un peu plus tranquille que les autres, elle avait tout le temps nécessaire, s'en était presque angoissant. L'époque où elle n'avait ne serait-ce que le temps de penser lui manquait presque, son travail, c'était sa source de vie. Le travail, c'était aussi le chemin le plus rapide et efficace pour ne pas penser aux éléments auxquels on ne voulait penser.

” Le correspondant est injoignable pour le moment, veuillez laisser un-..."

Son pouce se hâta d'achever cet appel encore une fois vain et Nevada vint tirer sa veste à nouveau sur ses épaules, grimaçant légèrement tant les températures extérieures étaient basses. Encore une fois sa mère ne répondait pas, bien que cela ne soit la septième fois qu'elle ne tentait de l'appeler dans la journée. L'approche de son anniversaire arrivait à grand pas, elle éprouvait ce désir de lui parler, de prévoir quelque chose à lui offrir, de reprendre un bout de dialogue dans sa langue natale et de rire en se rendant compte que son accent n'était peut-être plus aussi parfait que celui de sa génitrice. Ce serait pour une autre fois, peut-être. Elle avait pourtant tenté à des heures différentes, au début de matinée et en après-midi, après avoir fini sa discussion avec sa secrétaire et même lorsqu'elle se glissait dans les transports en commun afin de rejoindre le Barfly, endroit où se déroulerait sa rencontre avec une ancienne connaissance. Ce bar, c'était bien la première fois qu'elle le re visitait depuis de nombreux mois déjà, jadis, elle s'était amusée à y passer une fois par semaine, généralement le soir afin d'écouter les quelques groupes présents et profiter de l'atmosphère très agréable qui y régnait. Ainsi, sa surprise fût grande lorsqu'on lui proposa d'y remettre les pieds, de discuter du vieux temps, de parler de ses objectifs futurs. La discussion ayant duré au tout une heure et demie en tout avant que sa connaissance ne reparte et qu'elle ne se glisse en extérieur quelques minutes pour passer des coups de fils.

L'atmosphère lui manquait déjà.

Glissant son bien dans la poche de son immense manteau, la jeune russe se pinça les lèvres, déposa sa paume contre sa nuque lorsque sa tête vint se pencher en arrière. Elle n'avait pas envie de rentrer tout de suite, préférant encore rester un peu et peut-être boire un verre ou deux de vin rouge, histoire de se détendre davantage. En poussant la porte, l'agréable chaleur lui fouetta les joues, le bruit des tasses s'entrechoquant et de la musique jouée lui rappela sa jeunesse. Elle adorait ce genre d'endroits, rempli d'une nostalgie qui lui dorlotait les sens. En rentrant, elle se sentit comme chez elle, retrouvant cet aspect presque cozy qu'avait pourtant le bar, malgré les quelques effluves d'alcool qu'elle sentait déborder des pores de certains visiteurs. Il n'y avait pas d'heure pour se perdre dans l'alcool, ces yeux semblaient l'affirmer. « Allez ma mignonne, fais pas ta timide ! » Simple phrase qui la fit tiquer légèrement, glisser ses mains dans les poches de son manteau. Inévitablement, Nevada tourna la tête, sa curiosité la forçant à se renseigner sur le porteur de cette voix.

« Bon, ça suffit maintenant ! »

Une voix différente, aux sonorités agacées força son attention immédiate vers un duo étant à quelques mètres d'elle, son regard discret suivant la scène de loin, spectateur neutre de la situation. Devant ses prunelles, une jeune femme encore inconnue prise au piège par un homme aux intentions quelque peu insistantes. À l'intérieur de sa large main, le poignet fragile de la jeune femme qui malgré tous ses efforts ne parvenait décidément pas à faire partir le gorille. En temps normal, la jeune femme aurait probablement attendu encore quelques longues minutes pour bien analyser la situation, pour s'assurer que tout cela n'était pas un malentendu. Toutefois pas cette fois-ci, l'insistance de l'homme en question finissait par l'agacer alors qu'elle n'était même pas la principale victime de sa lourdeur. Plus agaçant encore, en tournant un peu la tête Nevada réalisa que personne ne semblait avoir compris le manège, que personne d'autre qu'elle n'avait pu capter la détresse et la révolte sans doute justifié de la belle brune. La joie des autres dissimulait le malaise d'autrui, entre autres.

Cependant pas pour longtemps...

Ses talons claquèrent contre la surface lisse et sans imperfection du bar, s'étouffant lorsqu'elle marcha sur le tapis recouvrant qu'une minuscule partie de l'espace les séparant. La tête haute et le menton relevé, la jeune russe se rapprocha très rapidement des deux protagonistes, venant à effleurer le dos de l'homme présent, sentant l'odeur insistante de l'alcool émanant de lui. Bien évidemment... Du bout des doigts, Nevada le repoussa quelques peu de la jeune inconnue, se créant une place, se penchant délicatement pour déposer un baiser contre la commissure de ses lèvres, d'une légèreté proche de l'effleurèrent mais assez prolongée pour se faire convaincante. Sa main libre se posa sur l'épaule de la jeune femme, d'un geste à la fois rassurant et affectueux. De là où l'homme de situait, il ne pouvait voir correctement où elle l'embrassait. Puis, satisfaite et toujours fière, elle se recula, les talons claquant à nouveau lorsque d'un mouvement bref elle prit la parole.

— Je suis vraiment navrée pour le retard chérie, j'ai eu quelques problèmes pour me garer.

Une pause. Ses yeux bruns vinrent chercher ceux de la jeune brune, cherchant à la rassurer sur ses intentions. Désormais il fallait juste espérer qu'elle ne fuirait pas devant cette solution proposée.

— Comment s'est passée ta journée d'ailleurs ?

Son ton s'adoucit légèrement devant ses paroles, presque mélodieux tant elle y mit un bout de sa douceur. Puis, soudainement, elle fit semblant de réaliser la présence de l'autre homme, se tournant à quarante-cinq degrés pour l'observer de toute sa hauteur, bien qu'il ne soit légèrement plus grand qu'elle sur ses talons hauts. Doucement ses sourcils se haussèrent, la moue étonnée se fendant sur son visage aux traits typiquement russes.

— Et bien, puis-je vous demander ce que vous faites ? Si vous n'êtes pas là pour dire quelque chose d'intéressant je vous prierai de relâcher ma compagne et de partir, par la même occasion.

Les traits de son visage se raffermirent alors que sur ses sourcils se dessinait un semblant d'agacement. Elle n'en revenait pas de croiser encore à ce jour des hommes incapables de comprendre qu'un non était un non, peu importe leur persévérance. Elle espérait tout de même ne pas effrayer la jeune femme par son approche. Réalisant la situation qu'au bout de plusieurs minutes, l'homme cligna des yeux de nombreuses fois, balbutiant quelques débuts de phrases incompréhensibles puis cédant finalement devant la situation imprévue. Au bout de nombreuses secondes, sa main relâcha le poignet de la brune, il se gratta l'arrière du crâne, peu enclin à démarrer une quelconque discussion.

— Je tenais juste compagnie à la jolie, c'est rien d'mal.
— Mais bien sûr...

Susurra-t-elle contre ses lippes, croisant les bras sur sa poitrine alors qu'elle le regardait partir un peu plus loin. Espérons qu'il ne revienne pas à la charge, plus tard. Finalement, Nevada soupira, se retournant le plus discrètement possible en direction de la jeune femme.

— Navrée que ce genre de choses vous soit tombé dessus, on a tendance à oublier que ce genre de comportement existe encore. Hm... j'espère que je ne vous ai pas dérangé avec mon approche.

La question se posait encore, bien qu'elle n'arrive qu'à la fin des hostilités.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Barfly
» be my knight in shining armor. [/w. marius]
» Not your knight in shining armor
» Screen armures 165 Knight
» AGE OF ARMOR
» 155-157(rogue)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-