Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Guerre des groupes.
La guerre des groupes est déclarée ! Venez faire gagner votre équipe ! Plus d'infos.
Joyeux Anniversaire LC !
Le forum vient de souffler sa quatrième bougies. N'hésitez pas à lui laisser un petit mot d'amour, par ici.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


When the past comes back to haunt you ♦ Lorena S. Gennarino

membre de la version

avatar
membre de la version
Difficult roads lead to beautiful destinations.
» Date d'inscription : 29/11/2017
» Messages : 874
» Pseudo : Sweety
» Avatar : Jack O'Connell
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Not yet
() message posté Mar 27 Fév - 8:23 par Zola Monroe

When the past comes back to haunt you
Lorena S. Gennarino & Zola Monre
A l'heure où la plupart des londoniens avaient sans doute rejoint les bras de Morphée, je déambulais dans les rues de la ville tout en étant plongé dans mes songes. Quelques minutes plus tôt, je venais de quitter Tina avec qui j'avais passé toute la soirée. Depuis maintenant plusieurs mois, j'avais pris cette jeune femme sous mon aile pour la simple et bonne raison que j'avais accepté de devenir son parrain. J'avais croisé sa route à une réunion des dépendants anonymes : je me souvenais encore de son témoignage qui m'avait touché au plus haut point et c'est pour cette raison que j'avais choisi de l'épauler. Je n'irais pas jusqu'à dire que je la surveillais comme le lait sur le feu mais je prenais très à cœur la mission que l'on m'avait confié. Chaque fois que je parrainais un ancien drogué, je ne faisais jamais les choses à moitié et je mettais tout en oeuvre pour éviter qu'il ne replonge dans ses travers. Ainsi donc, lorsque Tina m'avait contacté en début de soirée pour m'annoncer qu'elle voulait me voir de toute urgence, je n'avais pas hésité une seule seconde à la rejoindre : souvent, elle ressentait juste le besoin de me parler mais je savais à quel point c'était primordial qu'elle sache qu'elle pouvait se reposer sur moi en toutes circonstances. Une fois de plus, nous avions discuté durant de longues heures et j'avais fait en sorte de chasser les craintes qui n'avaient de cesse de hanter son esprit. Finalement, après m'être assuré qu'elle n'allait pas avoir la tentation de commettre une bêtise, j'avais décidé de la laisser tout en lui rappelant au passage qu'elle ne devait pas hésiter à me contacter de nouveau si elle était confrontée à certaines angoisses.

Plongé dans mes pensées, je tentais d'avoir un regard objectif sur la vie que je menais actuellement. En fait, je me rendais compte que depuis plusieurs semaines, tout semblait me sourire. J'avais beau chercher, je réalisais soudainement que mon horizon était totalement dégagé et que mon avenir s'annonçait sous les meilleurs auspices. A y réfléchir de plus près, cela en devenait presque effrayant dans la mesure où j'avais pris l'habitude que le destin s'acharne sur ma personne. Pourquoi avait-il soudainement décidé de me laisser un peu de répit ? Avait-il enfin choisi de me foutre la paix ou était-ce simplement le calme avant la tempête ? Je reconnaissais volontiers qu'étant plutôt superstitieux, je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir un mauvais pressentiment comme si finalement, tout ceci était trop beau pour être vrai. Je ne croyais pas si bien dire...

M'engageant soudainement dans une ruelle sombre, j'eus brusquement l'impression que je devais revenir sur mes pas comme si mon intuition tentait de me transmettre un message. Soucieux, je décidais alors  de rebrousser chemin lorsqu'au même moment, une voix m'interpella tout en brisant le silence ambiant.

- Tiens donc mais regardez qui voilà.

Aussitôt, un frisson me parcourut le dos. Même si cela faisait plusieurs années que je ne l'avais pas entendue, j'aurais reconnu cette voix entre mille. Tout en poussant un léger soupir, je décidai de me retourner et j'aperçus alors Ryan, un ancien membre du gang que j'avais fréquenté durant les heures les plus sombres de mon existence.

- Cela fait un bail, n'est ce pas ? Tu sais, ce n'est vraiment pas sympa de ta part de ne pas nous avoir donné la moindre nouvelle

Demeurant de marbre, je réalisai rapidement que j'étais en très mauvaise posture. Ryan était accompagné par plusieurs individus et j'avais assez d'expérience en la matière pour comprendre qu'en réalité, je venais de tomber dans un guet-apens.

- Je vais être franc avec toi Zola : je t'appréciais énormément mais j'ai appris des choses à ton sujet qui m'ont beaucoup déçu.

Restant sur mes gardes, je surveillais du coin de l’œil chacun de mes agresseurs afin d'être prompt à réagir dès lors que l'un d'entre eux tenterait de m'attaquer.

- Tu as vendu ton âme à l'ennemi alors de mon côté, je vais te montrer ce qu'il en coûte de nous trahir.

Terminant sa réplique tout en arborant un sourire machiavélique, Ryan indiqua à ses partenaires de passer à l'action. Rapidement, l'un de mes assaillants tenta alors de me frapper avec sa batte mais je réussis à esquiver son attaque. Heureusement, je n'avais pas perdu la main et ayant moi-même fait parti d'un gang, je savais parfaitement me défendre. Profitant de mon agilité, je parvins d'abord à m'en sortir à bon compte mais très vite, il me devint impossible de tenir mes agresseurs en respect: il faut dire que nous ne luttions pas à armes égale. Soudainement, je reçus un coup des plus violents dans le dos qui m'obligea à mettre un genou à terre puis on me frappa au visage ainsi qu'au ventre. Désormais à terre, mes assaillants s'en donnèrent à cœur joie en me corrigeant comme il se doit. Souffrant de martyre, je ne pus m'empêcher de me tordre de douleur tandis que mes agresseurs étaient mort de rire. Dans la foulée, ils me relevèrent alors et l'un des hommes s'arma d'un couteau qu'il enfonça lentement mais sûrement au niveau de mon ventre. Totalement à la merci de mes assaillants, je parvins néanmoins à trouver un second souffle. Sans doute guidé par mon instinct de survie, je réussis alors à surprendre l'un de mes agresseurs en lui assénant un violent coup de boule. Dans la foulée, je parvins à mordre l'homme qui m'étranglait afin de me débarrasser de son emprise puis je fis en sorte de l'achever en lui foutant un coup de pied dans les bijoux de famille. Sans perdre une seconde, je m'emparai alors de la barre de fer qui venait de tomber par terre et je profitai de la confusion générale pour frapper Ryan ainsi que le dernier homme qui me faisait face. Ayant moi-même du mal à réaliser comment j'avais pu réussir un tel exploit, je décidai néanmoins de rassembler rapidement mes esprits pour prendre la poudre d'escampette.

Je me mis alors à courir tout en observant les alentours : il fallait que je trouve au plus vite une demeure dans laquelle me réfugier. Ma blessure au ventre me faisait atrocement souffrir mais je tentais de passer outre pour le moment. Alors que je commençais à défaillir, j'aperçus soudainement une lumière qui venait d'une fenêtre : aussitôt, je décidai de frapper à la porte de cette habitation en priant de toutes mes forces pour qu'une personne vienne à ma rescousse.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 415
» Pseudo : Virgine - Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Mer 7 Mar - 21:57 par Lorena S. Gennarino

When the past comes back to haunt you
Zola Monroe & Lorena S. Gennarino


Quelle est la plus belle qu’on puisse vouloir après une longue journée de labeur ? Un bon bain et surtout son lit ! C’est ce dont je rêvais depuis la fin la fin de journée. J’aimais énormément mon travail mais aujourd’hui, cela fut quelque peu long. En effet, nous avions eu énormément de visiteurs et qui doit visiteurs dit beaucoup de spectacles avec les animaux, avec mes petites protégées, les otaries. Mais mon travail ne se résumait pas à cela ! Je n’avais pas que les otaries à m’occuper. D’autres animaux peuplaient le secteur aquatique et je devais m’en occuper ! Et cela demandait du temps et de l’énergie !

Comme je souhaitais que mes animaux ne manquent de rien et qu’ils puissent passer une très bonne nuit, je n’avais quitté le zoo que3 heures après l’heure de fermeture. Il devait être 21h30 lorsque je passais les portes de mon chez moi ! Mon entrée fut accompagnée d’un soupir de soulagement ! Je n’avais jamais été aussi contente de rentrer chez moi. Même si j’avais troqué mes chaussures de travail pour une paire plus confortable, la première chose que je fis en arrivant fut d’enfiler des pantoufles encore plus confortables que ce que j’avais aux pieds.

Sur le chemin du retour, j’avais planifié le reste de ma soirée. Je commencerais par manger un morceau puis par prendre un bain bien chaud. Mais j’étais tellement courbaturée que je changeais mes plans ! J’avais commencé par faire couler un bon bain chaud dans lequel je me glissais rapidement. Cela eu l’effet escompté, je sentis tous mes muscles se décontracter ! Je profitais des bienfaits du bain pendant au moins trente bonnes minutes. Une fois se bon petit moment de délassement pris, je m’étais dirigée vers la cuisine, pour me préparer un bol de soupe et une tranche de pain avec du fromage. Il était tard et je n’aimais pas manger trop lourd avant d’aller dormir.

Une fois mon léger repas de pris, je rangeais la cuisine puis tombant de sommeil, je pris rapidement la direction de mon lit ! Je ne mis pas une minute pour m’endormir. J’avais rapidement plongé dans un rêve et pour ne pas changer, je rêvais des animaux dont je m’occupais mais également de ceux dont je rêvais de m’occuper, les dauphins ! Dans ce rêve, je nageais parmi ces derniers et c’était magnifique. Je pouvais les approcher, les voir de plus près ! Tout ce que je n’avais pas encore eu l’occasion de faire ! C’était en partie grâce à eux que j’avais opté pour le secteur aquatique. C’était tellement agréable de rêver d’eux, que je n’avais pas envie de me réveiller, il était hors de question que je me réveille ! Vous pouvez frapper tant que vous voulez que je ne me réveillerais pas ! Mais pourquoi diable frappe-t-on alors que nous sommes sous l’eau ?

Il me fallut quelques minutes pour me rendre compte que c’était à la porte de chez moi qu’on frappait ! Mais qui diable pouvait venir me réveillée à cette heure ? J’avais qu’une envie me retourner et me rendormir ! Le visiteur passerait surement son chemin ! Mais a l’entendre continuer à taper à la porte, ce n’était pas le cas. Ce fut en grommelant que je me levais, pris un gilet que j’enfilais au-dessus de ma veste de pyjama et je pris la direction de la porte d’entrée. N'avait-on pas honte de venir déranger les gens à une heure tardive?

« Ça va, ça va j’arrive, pas besoin de taper si fort. »

Finissais-je de dire en ouvrant la porte ! Quelle ne fut pas ma surprise de voir un jeune homme devant moi ! Un jeune homme qu’à première vue je ne connaissais pas !

« Que voulez-vous ? »

Lui demandais-je d’un ton peu amical
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version
Difficult roads lead to beautiful destinations.
» Date d'inscription : 29/11/2017
» Messages : 874
» Pseudo : Sweety
» Avatar : Jack O'Connell
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Not yet
() message posté Ven 9 Mar - 5:02 par Zola Monroe

When the past comes back to haunt you
Lorena S. Gennarino & Zola Monre
La dernière chose que je voulais était de foutre dans la merde un inconnu qui n'avait rien demandé à personne mais pour le moment, je n'avais qu'une seule priorité à l'esprit : sauver ma peau. Dans l'état où je me trouvais, je ne pouvais pas aller bien loin et il avait donc fallu que je pare au plus pressé. Frapper à la porte de cette demeure avait été la seule solution qui s'offrait à moi et je n'avais donc pas hésité à franchir le pas même si j'étais conscient que par ma faute, une personne innocente risquait d'en payer le prix fort. Chaque seconde qui s'écoulait jouait en ma défaveur et semblait donc me durer une éternité : de temps à autre, je surveillais mes arrières en craignant qu'à tout instant, les membres de mon ancien gang pointent le bout de leur nez et se chargent alors de me faire la peau. J'avais toujours craint dans un coin de mon esprit d'être rattrapé par mon passé mais je ne pensais pas qu'il me sauterait à la gorge et me plongerait dans un cauchemar d'une manière aussi brutale. Pourtant, je devais me rendre à l'évidence : ma vie venait de nouveau de basculer en une fraction de seconde et je pourrais déjà m'estimer heureux si je survivais à cette nuit.

Je n'avais pas eu le loisir d'examiner ma blessure au ventre mais j'avais dans l'idée qu'elle ne devait pas être belle à voir dans la mesure où je perdais beaucoup de sang. D'ailleurs, même si je tentais de comprimer la plaie avec ma main, je ne parvenais pas à stopper l’hémorragie. A ce rythme, je savais que je n'allais pas faire long feu mais même avec la meilleure volonté du monde, je n'aurais jamais eu la force de traîner mon corps jusqu'à l'hôpital. Encore une fois, mon seul espoir était de voir cette maudite porte s'ouvrir et de tomber sur une personne qui aurait la bonté de me soigner : autant dire que ce n'était pas gagné d'avance. Puis soudainement, je crus percevoir une voix : était-ce mon imagination qui me jouait des tours ? J'admettais volontiers que j'avais peur de me faire de fausses illusions d'autant plus que j'avais désormais du mal à avoir les idées claires. D'ailleurs, je fus brusquement pris d'un vertige et je dus m'appuyer sur le mur le plus proche pour ne pas tomber à la renverse. Doucement mais sûrement, je sentais mes forces m'abandonner si bien que j'éprouvais désormais toutes les peines du monde à tenir sur mes jambes. C'est alors qu'en relevant la tête, j'aperçus la silhouette d'une jeune femme qui se tenait devant mes yeux : étant confus, je fus incapable de comprendre ce qu'elle me disait mais à l'intonation de sa voix, je réalisai qu'elle n'était sûrement pas ravie que je vienne l'importuner à une heure aussi tardive.

Je ne voulais pas l'effrayer ni même l'affoler mais je n'avais guère le temps de lui expliquer la gravité de la situation sachant que les anciens membres de mon gang se trouvaient quelque part dans les parages et que ma priorité absolue était de me mettre à l'abri. Alors, je fis en sorte de rassembler les dernières forces qui me restaient et sans crier gare, je pénétrai de force dans la demeure de cette inconnue avant de refermer la porte derrière moi en quatrième vitesse. Je me doutais déjà que la réaction de la jeune femme n'allait pas se faire attendre et que je risquais d'en prendre pour mon grade voir même de subir des attaques physiques de sa part mais pour le moment, j'en avais cure. Très mal en point, je me retournai avant de m'affaler soudainement sur le sol : je ne parvenais même plus à percevoir ce qui se passait autour de moi. J'étais dans le brouillard le plus complet si bien que rapidement, je me retrouvais dans le noir sans réellement savoir qu'en réalité, je venais de perdre connaissance.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 415
» Pseudo : Virgine - Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Sam 24 Mar - 22:48 par Lorena S. Gennarino

When the past comes back to haunt you
Zola Monroe & Lorena S. Gennarino


Une des choses dont j’avais en horreur, c’était qu’on me réveille quand je dormais et cela remontait à ma plus tendre enfance ! J’étais quelqu’un qui aimait bien son lit et de dormir tard ! Mais quand je savais me lever quand il le fallait. Enfin soit, ce n’était le sujet de ce moment ! Là j’étais en pleine nuit ou je dormais profondément quand quelqu’un vint frapper à ma porte ! Bon d’accord, j’avais mis du temps à réaliser ce qu’il se passait ! J’étais tellement endormie que pour remonter à la surface, il m’avait fallu un bon moment ! Mais cela n’avait pas été assez rapide car celui ou celle qui se trouvait derrière la porte frappait encore plus fort !

Avec cela, il ne fallait pas s’attendre à ce que je sois de bonne humeur en ouvrant la porte ! Après avoir mis un gilet au-dessus de ma veste de pyjama, j’avais pris de la porte d’entrée et je n’avais pas arrêté de grommeler jusqu’au moment où je l’avais ouverte. Mais je n’étais pas plus calme pour autant et le ton de ma voix le prouvait, lorsque j’avais ce qu’il voulait. En face de moi, j’eu la surprise de trouver un jeune homme, qui à première vue n’avait pas l’air au top ! Super, j’ai droit à un jeune surement ivre et qui ne sait plus par où il doit aller pour rentrer chez lui. Je me demandais comment j’allais m’en débarrasser.

« Euh vous m’entendez, je viens de vous demander ce que vous vouliez ? »

Mon regard n’avait pas quitté le jeune se trouvant en face de moi ! Il devait être loin pour ne pas entendre ou comprendre ce que je lui disais car il ne me répondait pas. Je me tenais toujours sur le pas de la porte et je décidais d’attendre encore quelques petites secondes avant de refermé la porte surtout si je n’avais pas de réponse. Mais je n’eus pas l’occasion ni d’avoir une réponse, ne de refermer ma porte que cet inconnu força ma porte pour entrer chez moi.

« Hé mais vous allez où comme ça? Veuillez sortir de chez moi s’il vous plait ! ».

J’essayais d’être sèche et directive en lui donnant l’ordre de quitte mon domicile et en même temps j’essayais de cacher ma peur ! J’étais seule avec cet homme et en plus il n’avait pas l’air d’être au top ! Mais là raison n’était pas celle que je pensais ! Surtout que je n’avais pas encore qu’en réalité, cet homme était blessé.

J’allais m’approcher de lui pour le prendre par le bras, le tirer et le mettre à la porte de chez moi quand je le vis s’effondrer au sol ! Euh oui d’accord, il me fait quoi là ?

« Hé Monsieur … »

Je me précipitais à ses côtés pour voir comment il allait. A première vue, il avait perdu connaissance, mais avait l’air d’encore respirer. Ce ne fut que lorsque je me penchais sur lui que je remarquais son teint blanc ! Tient qu’un être humain n’avait pas s’il était ivre ! C’était autre chose mais quoi ? Que devais-je faire ? M’assurer qu’il réagissait et essayer de le réveiller. Pour cela me mis à genou et commençait à le pincer doucement.

« Hé monsieur, vous m’entendez ? »

J’essayais plusieurs fois de le faire revenir à lui, mais c’était plus compliqué que je ne le pensais. J’allais aller chercher un verre pour lui verser sur la tête lorsque je sentis quelque chose d’humide contre ma jambe ! Afin de voir ce que cela pouvait être, je frottais mon bas de pyjama lorsque je remarquais que ma main avait une couleur rouge et quelque chose de liquide dessus ! Je reconnu rapidement de quoi il s’agissait ! J’envoyais assez souvent dans mon boulot mais c’était d’un animal mais pas d’un humain.

Mon dieu, cet homme saignait au niveau du ventre ! Que devais-je faire ? Tout d’abord, je devais garder mon calme ! Cela ne servait à rien que je me comporte comme une hystérique ! Cet homme avait plus besoin d’aide et de soins que d’une personne paniqué ! Bon pour commencer, je devais le mettre dans une meilleure position. Je pris un cousin qui se trouvait dans mon divan pour le glisser sous sa tête. Ensuite, je devais regarder sa blessure, je devais savoir ce qu’il avait pour téléphoner aux urgences ! Quand je soulevais son Tshirt, je vis que la blessure se trouvait au niveau de son ventre ! On aurait dit qu’il avait été coupé ? Peut-être un coup de couteau ? Je n’étais pas une spécialiste, ni un médecin, mais je devais faire quelques chose, car à voir son ventre, ce n’était pas le seul coup qu’il avait dû recevoir ce soir !

Mais ce n’était pas le plus important pour le moment. Je me levais pour me rendre rapidement à la salle de bain ou je pris la trousse de secours ! Je pris également des compresses, des bandes adhésives, du désinfectant. Je revins aussi vite près du blessé.
Après avoir déposé le tout sur la petite table de salon ! Je pris le désinfectant, et me je désinfectais les mains ! Une fois cela fait, je regardais d’un peu plus près la blessure. Bon, elle n’avait pas l’air trop profond, mais assez pour devoir recevoir des points de sutures ! Mais sur ce coup, ben j’allais devoir procéder autrement ! J’avais des strips qui pouvaient aider à refermer la plaie ! Mais avant tout cela je devais la nettoyer et surtout la désinfecter, je pris donc ce dont j’avais besoin pour le faire.

Purée, ce n’était pas facile de garder son calme et la zen attitude, surtout que le blessé était toujours dans les vapes ! Je continuais donc à le soigner. Quand je fus certaine que cela était bien propre, j’appliquais les strips pour aider à la plaie à bien cicatrisée. Je me concentrais le mieux possible pour que soit fait correctement ! Une fois terminé, je déposais deux compresses et les fixaient avec de l’adhésif ! Bon maintenant j’espérais qu’il allait reprendre conscience ! Je n’avais pas cesser de lui parler pendant les soins, mais rien n’avais fait en tout cas jusque maintenant.

« Monsieur, vous m’entendez ? Hé, revenez avec moi ! »

Maintenant que la plaie était fermée, il ne perdait plus de sang et devrait revenir à lui ! Enfin je l’espérais ! J’allais attendre un peu avant d’appeler les secours !
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version
Difficult roads lead to beautiful destinations.
» Date d'inscription : 29/11/2017
» Messages : 874
» Pseudo : Sweety
» Avatar : Jack O'Connell
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Not yet
() message posté Lun 26 Mar - 5:19 par Zola Monroe

When the past comes back to haunt you
Lorena S. Gennarino & Zola Monre
A mes yeux, tout devient soudainement incompréhensible et j'ai le sentiment étrange d'avoir perdu la raison. Je me retrouve dans un lieu que je ne parviens même pas à décrire tant tout ce qui m'entoure me semble irréel mais ce qui m'inquiète encore davantage, c'est que j'ai le cerveau totalement embrouillé. J'ai beau me creuser la tête, je suis incapable de me souvenir des événements qui m'ont conduit dans cet endroit au combien sombre et glauque qui me donne la chair de poule. Pourtant, je tente de me concentrer tout en faisant mon maximum pour me rappeler de ce qui a bien pu m'arriver mais malgré tous mes efforts, c'est le trou noir.

C'est alors que je crois percevoir une voix. Dans la mesure où j'ai le sentiment de totalement délirer depuis un bon moment, je me demande si ce n'est pas le fruit de mon imagination mais en tendant l'oreille, je réalise rapidement que je n'ai pas rêvé. Pourtant, j'ai beau regarder partout autour de moi, personne ne semble se tenir à mes côtés. Je suis de plus en plus désorienté mais étrangement, cette voix me rassure : alors que jusqu'à maintenant, je me sentais totalement perdu et apeuré, j'ai désormais l'impression d'être plus en sécurité. Je ferme donc les yeux pour faire abstraction de toute ce qui se passe autour de moi afin de concentrer toute mon attention sur cette voix féminine qui étrangement me paraît familière.  

Malgré tout, je n'ose plus ouvrir mes paupières : je ne veux plus me retrouver dans ce lieu qui me terrorise et dans lequel j'ai l'impression d'être prisonnier. Tout ce que je désire désormais, c'est entendre cette voix qui semble réchauffer mon cœur mais encore faut-il que je parvienne à la capter et comme par hasard, c'est désormais un silence angoissant qui règne autour de ma personne. Je n'ai jamais été particulièrement croyant mais soudainement, je me mets à prier comme si je suppliais le ciel de me venir en aide et de m'accorder une grâce. Malheureusement, mes appels paraissent demeurer sans réponse si bien que je commence à penser qu'au final, j'ai simplement rêvé. Clairement, je suis seul au monde coincé dans un lieu qui sort tout droit sorti de mon pire cauchemar et j'ai le sentiment que tous mes efforts sont voués à l'échec.  C'est alors que brusquement, je suis envahi par une sensation des plus étranges : pour une raison que j'ignore, j'ai l'intime conviction que je viens de basculer dans une autre dimension. Enfin, je ne saurais expliquer ce que j'ai exactement éprouvé mais cela m'a rappelé ce que je vis parfois quand je me réveille : chose que l'on ressent souvent quand on émerge du sommeil avec un pied dedans, un pied en dehors et qu'on a l'impression d'être à la lisière de deux mondes.

Quoi qu'il en soit, j'ai cette fois vraiment le sentiment de flotter dans les airs : d'ailleurs, je me sens léger comme une plume un peu comme si je me trouvais dans un lieu où la gravité est nulle. Cela devait me plaire et apaiser mes angoisses mais il n'en est rien : mon intuition me dit que quelque chose ne tourne pas rond. Quand je repense à tout ce qui s'est produit ces dernières minutes, je me dis qu'il est impossible que cela soit réel tout comme je suis persuadé que je ne suis pas en train de rêver ou de cauchemarder. Mais dans ces conditions, qu'est-ce que cela peut bien signifier ? C'est alors que la voix se manifeste de nouveau et sans m'en rendre vraiment compte, j'ouvre les yeux sans doute dans l'espoir d'apercevoir celle qui me parle : je tombe alors des nues. Dire que je suis choqué à cet instant précis serait un euphémisme : je suis carrément atterré par ce que j'observe. En réalité, je refuse de croire ce que je vois car cela dépasse l'entendement : de la même manière que si mon âme était sortie de mon corps, j'aperçois ma carcasse inanimée sur le sol. Troublé au plus haut point, je demeure estomaqué par cette vision d'horreur et me dis que tout ceci est tout bonnement impossible : en même temps, qui pourrait croire en l’impensable ? Machinalement, je tends alors l'une de mes mains comme si dans un coin de ma tête, j’espérais qu'une personne la saisisse et me tire de ce mauvais pas.

Est-ce un signe du destin ou une simple coïncidence ? Toujours est-il qu'au même moment, je suis de nouveau envahi par une drôle de sensation et j'ouvre alors les yeux tout en me sentant complètement patraque. Je remarque immédiatement que j'ai froid si bien que je tremble comme une feuille mais surtout j'ai le souffle court et mon cœur bat la chamade de la même manière que si je venais de produire un effort considérable. Dans la foulée, j'aperçois cette jeune femme qui se trouve à mes côtés et qui me contemple avec un air inquiet et rapidement, je réalise alors qu'elle tient l'une de mes mains. Serait-il possible qu'en l'attrapant elle m'ait ramené à la vie ou suis-je devenu totalement dingue ? Puis, d'un seul coup, tout me revient à l'esprit et me fait l'effet de recevoir un boomerang en pleine figure : la soirée que j'ai passé en compagnie de ma protégée, le guet-apens que les anciens membres de mon gang m'ont tendu, le coup de couteau que j'ai reçu au ventre et ma fuite qui m'a conduit jusqu'à cette demeure dans laquelle je me suis réfugié.

Totalement décontenancé par tout ce que je viens d'endurer, je suis pour le moment bien incapable d'avoir les idées claires mais étrangement, la présence de la jeune femme semble apaiser mes craintes si bien que dans la mesure où j'ai l'esprit encore totalement en vrac, j'en arrive à lui poser une question pour le moins étrange.

- Vous êtes mon ange gardien ?

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 415
» Pseudo : Virgine - Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Lun 2 Avr - 17:39 par Lorena S. Gennarino

When the past comes back to haunt you
Zola Monroe & Lorena S. Gennarino


Si on m’avait dit un jour que je devrais jouer les soigneuses pour un humain, je ne pense pas que je l’aurais cru! J’avais donc temps bien que mal réussi à soigner sa blessure. Maintenant j’espérais que ce que j’avais fait allait suffire et qu’il n’allait pas falloir le poser des points de suture ! Mais il n’y avait pas que cela qui me tracassait. Les hématomes que j’avais aperçus sur une partie de son ventre. A première vue on aurait dit qu’il s’agissait d’hématomes dû à des coups. Qu’est-ce qu’il lui était bien arrivé ! Avait-il été impliqué dans une bagarre ? Je l’ignorais et seul lui pouvait me le dire mais pour cela, il fallait qu’il reprenne conscience.

Le fait de ne pas trop savoir ce qu’il avait bien pu vivre ne m’aida pas à être rassurée sur son état ! Certes, j’avais réussi à soigner ce que j’avais vu comme blessure la plus grave. Mais le souci, c’est que je ne connaissais que quelques notions en soins médicales pour humains. J’étais plus spécialisée avec les animaux. J’avais fait ce que j’avais pu et espérais que je n’étais pas passé à côté d’une blessure bien plus grave mais pas visible à l’œil nu, du style une hémorragie interne ou un organe endommager suite à un des coups qu’il avait reçu.

Il était toujours inconscient et afin de m’assurer qu’il allait bien, je devais attendre qu’il reprenne conscient ! Je ne l’avais bougé, mais juste installé un coussin sous sa tête. Quant à moi, je m’étais installée à ses côtés, assise sur le sol, le dos collé à mon divan. Mon regard était posé sur le corps du jeune homme, scrutant le moindre signe de réveille ou autre de la part de cet inconnu ! Je ne savais pas dans quoi je m’étais impliqué, mais je ne pouvais pas le laisser dans cet état sans rien faire ! Le temps qui passait me paraissait être une éternité. Ne voyant pas de signe de réveil, j’avais attrapé le téléphone fixe qui se trouvait sur la petite table à côté du divan. J’allais téléphoner au secours lorsque je cru voir sa main bouger. Je redéposais donc le téléphone par terre. Et me rapprochait de lui et attrapait la main que j’avais cru voir bouger ! Mais je m’étais trompée ! Enfin c’est que je pensais.

« Vous m’entendez ? Vous êtes en sécurité et pour le moment vous ne risquez rien ? »

J’avais été douce dans ma voix, mais on pouvait entendre un peu de stress tout de même. Lorsque j’avais pris sa main dans la mienne, j’avais pu détecter un léger mouvement dans la sienne. Se réveillais –t’il ? Si cela pouvait être cela ! Et pas juste un spasme. Par contre, je me rendis compte qu’il tremblait. Ce qui était tout à fait normal quand on avait été blessé ! Je chopais le plaid se trouvant sur le fauteuil et le déposa sur lui avant de reprendre sa main dans la mienne, comme si le contact allait l’aider à revenir vers nous. Ce fut lorsque j’entendis sa voix, qu’une partie de moi fut rassurée.

« Un ange gardien ! Je ne sais pas, mais j’ai soigné la blessure au niveau de votre ventre ! Vous vous sentez bien ? »


Ben oui je sais ce n’était pas top comme question, mais je ne savais pas trop quoi dire. Je n’étais pas médecin et donc je ne savais pas trop quoi dire. Par contre, je devais appeler les secours, c’était une bonne idée maintenant qu’il était revenu à lui !

« Je vais appeler les secours, maintenant que vous êtes revenus sur notre bonne vieille terre. »

Sur mes mots, je pivotais légèrement pour reprendre le téléphone.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version
Difficult roads lead to beautiful destinations.
» Date d'inscription : 29/11/2017
» Messages : 874
» Pseudo : Sweety
» Avatar : Jack O'Connell
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Not yet
() message posté Mar 3 Avr - 16:11 par Zola Monroe

When the past comes back to haunt you
Lorena S. Gennarino & Zola Monre
Cette jeune femme doit vraiment penser que j'ai une araignée au plafond ou que j'ai totalement perdu l'esprit et d'ailleurs, je ne lui en tiendrais pas rigueur si elle me prend pour un barjot. Il faut dire que moi-même, je ne suis pas certain d'avoir toute ma tête mais comment pourrait-il en être autrement au regard de ce qui vient de se produire ? Je suis encore tout retourné d'avoir vécu une expérience aussi traumatisante car même si je continue d'être confronté à certains doutes et que je me pose pas mal de questions, je suis convaincu d'une chose : quand je me trouvais dans ce lieu que je ne saurais décrire, la mort rodait dans les parages. Elle était là comme une hyène invisible prête à se jeter sur sa proie et je crois d'ailleurs que c'était pour cette raison que j'avais alors éprouvé un tel mal être envahir chaque parcelle de mon cœur. Dans ces conditions, la question que je viens de lui poser est loin d'être anodine et prend même tout son sens : à cet instant précis, j'ignore encore tout au sujet de cette jeune femme et pourtant, je suis certain que je lui dois la vie. Alors oui, j'aurais presque envie de croire qu'elle est mon ange gardien car j'ai dans l'idée que je ne serais sans doute plus de ce monde si elle n'avait pas pris la peine de m'aider.

Pour le moment, je suis encore patraque et j'ai surtout l'impression d'être vidé de toutes mes forces : d'ailleurs, je suis contraint de produire un effort surhumain chaque fois que j'essaye d'effectuer le moindre geste. Et comme si cela n'était pas suffisant, ma blessure au ventre me lance et m'impose une torture des plus insoutenables à tel point que j'ai bien du mal à ne pas exprimer la douleur que je ressens. Je serre les dents et essaye dans la mesure du possible de faire abstraction du mal qui me ronge : après tout, j'ai déjà connu pire par le passé. Tandis que je tente encore de trouver un second souffle, la jeune femme prend la parole pour savoir comment je me sens. Tout en arborant un sourire en coin, je ne peux alors m'empêcher de jouer la carte de l'humour : il faut dire que cela n'a jamais été mon genre de me plaindre.

- Je pète la forme et je suis même fin prêt pour aller courir le marathon.

Au moins, cette réponse aura le mérite de rassurer la jeune femme. En revanche, je me garde bien de rire à mes propres conneries car déjà que je souffre comme un damné, je ne souhaite pas déguster encore davantage. A dire vrai, mon visage ne tarde pas à se crisper et à s'assombrir en un éclair car brusquement, ma blessure au ventre me ramène à la réalité. Que je le veuille ou non, je ne dois pas oublier pourquoi j'ai atterri ici car désormais, je ne suis peut être pas la seul à courir un danger. J'espère me tromper mais il m'est impossible d'écarter cette hypothèse car je connais parfaitement les anciens membres de mon gang et je sais qu'ils feront tout pour me mettre la main dessus. J'aimerais croire qu'ils ignorent totalement où je me trouve à cet instant précis, qu'ils ne m'ont pas vu rentrer dans la demeure de cette jeune femme mais je n'en ai pas la moindre certitude. Or, tant que je demeurerais dans le doute, je ne pourrais pas m'empêcher d'imaginer le pire : s'il arrivait quoi que ce soit à cette charmante inconnue par ma faute alors qu'elle m'a sans doute sauvé d'une mort certaine, je ne pourrais même plus me regarder dans une glace.

Bien évidemment, je crains pour ma propre vie ainsi que celle de mes proches mais pour le moment, ce qui m'importe en premier lieu est de m'assurer que cette jeune femme ne court pas le moindre risque. C'est alors que soudainement, cette dernière me confie qu'elle compte appeler les secours : il est normal qu'en de telles circonstances, elle veuille que l'on m'emmène à l'hôpital mais aussitôt, je lui attrape le bras pour l'empêcher de procéder de la sorte.

- Je vous en prie, ne faites pas cela.

Ma réaction risque de la surprendre au plus haut point et je sais par avance qu'il y aura alors de grandes chances pour qu'elle me soumette à un interrogatoire. Il va de soit que je préférerais ne pas me retrouver dans une position inconfortable mais je ne compte pas me soustraire aux questions qu'elle me posera : après tout, je luis dois la vérité. Prenant mon courage à deux mains, je réussis enfin à me relever et contemple alors la jeune femme avec un air qui en dit long sur le désarroi qui m'habite.

- Laissez-moi juste me reposer durant quelques heures et après, je m'en irais.  

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/09/2016
» Messages : 415
» Pseudo : Virgine - Virg
» Avatar : Natalie Portman
» Âge : 32 ans
» Schizophrénie : Breena A. Donnelly
() message posté Mar 17 Avr - 22:04 par Lorena S. Gennarino

When the past comes back to haunt you
Zola Monroe & Lorena S. Gennarino


Le fait de voir mon inconnu reprendre doucement conscience me rassura ! Mais le sentiment d’inquiétude était encore toujours présent ! Cela était surement dû au fait que je ne savais si ce jeune homme avait encore d’autres blessures importantes et qui ne se voyaient pas. J’espérais que seulement la blessure que je venais de soigner était la seule être grave. Mais pour cela, le temps nous le dirait. En attendant je devais veiller sur lui et m’assurer qu’il reprenne bien connaissance et qu’il n’allait pas repartir aussi rapidement dans les pommes. En le voyant pratiquement revenu à lui, je le demandais aussi vite comment il se sentait. Et à entendre sa réponse, ben cela avait l’air d’aller !

« Je vois que votre sens de l’humour fonctionne bien, c’est déjà bon signe. Mais blague à part, hormis l’endroit de votre blessure que j’ai pu soigner, vous ne souffrez pas à d’autres endroits ? »

Je voulais m’assurer qu’on ne passait pas à côté de quelque chose de plus grave. Même si je ne le connaissais pas vraiment, je n’avais pas envie qu’il ait quelque chose de bien plus grave car je savais que je m’en voudrais d’être passé à côté.

« Je pense qu’avant de courir le marathon, on va attendre encore un peu ! »

En déposant le plaid sur lui, j’espérais que cela serait suffisant et qu’il aurait assez chaud ! Certes je pouvais aller chercher une couverture dans ma chambre, mais une partie de moi n’avait pas trop envie de le laisser tout seul. J’avais peur qu’il ne fasse un autre malaise ou voir pire. Maintenant s’il le demandait, j’irais tout de même la chercher tout en m’assurant qu’il serait en sécurité.

Le voyant revenir un peu plus à lui, je décidais d’appeler les urgences, choses que j’aurais déjà dû faire dès le moment où il avait perdu connaissance. Mais qu’aurais-je pu bien leur dire ! Allo les secours, j’ai un inconnu qui vient de perdre connaissance dans mon salon, je ne sais pas ce qu’il a, hormis une blessure au ventre ! Même si on aurait envoyé les secours, je pense qu’ils auraient tout de même trouvé cela bien étrange ! Maintenant, je pense qu’il était temps de le faire. Au moment où je tendis le bras pour attraper mon téléphone, je sentis qu’on m’attrapait. Je me retournais, avec un air surpris pour lui faire face. Pourquoi m’arrêtait-il ? Pourquoi ne voulait-il pas que je contact les secours ?

« Mais pourquoi ? Vous avez besoin de soins. Puis il faut s’assurer que vous n’avez pas de blessure bien plus grave ! »

Je voyais à son regard qu’il ne souhaitait pas que je poursuive mon acte. Mais pourquoi ? Avait-il quelque chose à cacher ? Ne voulait-il pas qu’on le soigne. Toutes sortes de raisons me traversaient l’esprit. J’étais même arrivée à penser qu’il avait peur d’avoir à faire à la police ! Car il aurait surement droit à leur visite car il fallait être un aveugle pour ne pas comprendre que ses blessures étaient dues à une bagarre. Mais bon si il ne voulait pas, je n’allais pas aller contre sa volonté.

« Si c’est que vous souhaitez, je ne le ferais pas, mais sachez que je ne suis pas d’accord avec votre choix ! Par contre, vous pouvez rester autant de temps que vous le souhaitez avant de repartir ! »

Si il ne voulait pas se rendre à l’hôpital, d’accord, mais il était hors de question qu’il quitte mon appartement avant d’être certaine qu’il soit apte à le faire. Bon en attendant, il n’allait pas rester là, par terre, sur un sol pas très chaud !

« Vous vous sentez assez bien pour vous lever et vous mettre dans le divan ? Vous y seriez beaucoup mieux que sur le sol ? »

Avant d’essayer de l’aider à s’installer, je voulais m’assurer qu’il se sentait assez bien pour faire cet effort et ne pas risquer qu’il ne retombe dans les vapes. .
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
When the past comes back to haunt you ♦ Lorena S. Gennarino
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury
» come back and haunt me (archie)
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-