Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Résultats de la Guerre des groupes !
Après presque un mois de lutte acharnée, il est temps de découvrir les résultats. Rendez-vous par ici.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


I've been waiting for a girl like you [Aëlly#2]

 :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho

avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 67
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Dim 11 Mar 2018 - 19:44 par Aël James

I've been waiting for a girl like you
I don't mind spendin' everyday
Out on your corner in the pourin' rain
Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile
And she will be loved, and she will be loved
Lilly et Aël ont dit aurevoir à tout le monde et ont fini par s’éloigner du nouvel an chinois qui bat encore son plein. Aël marche en silence les mains dans les poches. Il regarde devant lui un peu mal à l’aise de cette situation. C’était déjà étrange de la voir débarquer là, et d’en plus connaître tout le monde… Alors partir avec elle en plein milieu. Elle lui a parlé de cette histoire de cinéma, il n’était pas au courant. Cependant quelque chose le pousse à suivre Lilly, à vouloir passer du temps avec elle, malgré le fait que ça soit relativement étrange comme situation. Pourquoi étrange ? Tout cela est lié au week end qu’ils ont passé ensemble à la campagne.

S’étant mis à neigé, ils se sont retrouvés coincés lors de leur balade en solitaire. Ils se sont réfugiés dans une auberge, où il ne restait qu’une seule chambre. Ironie du sort sans doute. Un jeu dangereux c’est installé entre les deux… Aël n’avait pas le moindre doute sur le fait que la jeune femme lui plaisait depuis la première fois qu’ils s’étaient croisés sur le terrain où il s’entraînait. A vrai dire à l’heure actuelle, il n’a encore aucun doute sur le fait qu’elle lui plaise. D’ailleurs, ils se sont embrassés comme pour confirmer tout cela. Ca aurait pu aller plus loin. A vrai dire ça n’aurait pas dérangé Aël, au contraire même, mais il a respecté la décision de la jeune femme de ne pas aller trop vite. Du moins, c’est comme ça qu’il avait compris les choses quand elle lui avait dit qu’elle ne voulait pas faire ça comme ça le premier soir. De là restant malgré tout proche, ils avaient continué à parler jusqu’à s’endormir. Au matin les autres étaient venus les chercher. C’est là qu’Aël avait tiqué quand Lilly s’était comportée avec lui comme une totale étrangère, son attitude complètement différente de la veille au soir.  Quelque part c’était le premier à rester assez silencieux sur sa vie privée si on ne lui posait pas de question, mais il n’a aucun problème à agir comme il le sent sans se préoccuper du regard des autres. A l’évidence ce n’était pas le cas de Lilly. Sans savoir très bien comment voir les choses, il avait décidé de ne pas insister. Pire, de ne pas la rappeler comme il avait initialement prévu de le faire. Pourquoi ? Pour lui Lilly avait jugé toute seule de leur relation. Est-ce qu’il est amoureux ? Non sans doute pas. Elle lui plait, mais il en rapidement déduit que ce n’était pas réciproque, ou du moins ils ne voulaient pas la même chose.
Il savait qu’ils se recroiseraient tôt ou tard, ça se passe toujours comme ça non ? Il était déçu, aucun doute là-dessus, mais finalement ça s’inscrit dans les relations qu’il a déjà eu jusque-là. Cette fois ci il avait donc décidé de ne pas forcer le destin, parce qu’à chaque fois qu’il essayait, ça se terminait mal. Ca n’a pas manqué. Bien sûr le contexte il n’aurait jamais pu le prévoir.

« Tu les connais d’où les Hemsworth ? » Une question comme une autre pour briser le silence pesant qui a pris place. En fait il ne sait même pas où ils vont dans cette direction. Lilly n’a donné aucun détail sur l’endroit, ni même sur le film qu’ils sont sensé aller voir. Cette histoire lui semble louche d’ailleurs, ça l’étonne que Lilly soit au courant qu’il doive aller au cinéma et pas lui. « On va à quel cinéma ? » Il n’y a pas beaucoup d’entrain dans sa voix. Il ne sait pas sur quel pied danser.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 696
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin) et Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake)
() message posté Dim 11 Mar 2018 - 22:15 par Lilly R. Adams
J’ai attendu qu’Aël termine de distribuer ses boissons et puis, lorsqu’il est fin prêt à bouger, on prend la direction du cinéma. Dehors il fait froid, alors je remonte ma capuche sur ma tête. La fourrure sur le bord me donne une impression de plus chaud et c’est tant mieux. J’en profite aussi pour rentrer mes mains dans mes manches et on continue de marcher sans un mot. C’est le malaise le plus total, déjà parce qu’il ne m’a pas rappelée. Je ne sais pas pourquoi, j’ai pas vraiment cherché à savoir non plus. Sans doute parce que j’ai pas voulu aller plus loin, mais dans ce cas, n’est-ce pas un signe ? Pourtant, sur le moment il n’avait pas l’air si contrarié, et puis je sais pas, tout a changé le lendemain, comme si tout ça n’avait été qu’un rêve.

Durant ce weekend, je n’imaginais pas que nos amis auraient débarqué aussi tôt. J’aurais au moins eu le temps d’émerger et peut-être qu’on aurait pu avoir une petite discussion, histoire de remettre les pendules à l’heure. Je n’ai pas parlé de ce weekend à mes copines et j’ai plutôt esquivé les questions. ‘Il s’est passé quoi avec Aël ?’ ‘Rien, on a discuté et voilà’. Au moins j’ai évité les questions, j’ai évité de devoir me justifier et donc, c’est dans une logique imparable que j’ai creusé un fossé entre nous. Je crois que ça s’est fait un peu malgré moi, n’assumant absolument pas la cascades d’interrogations et de curiosité auxquelles j’aurais eu droit.

Finalement, je tourne le visage vers Aël lorsqu’il rompt le silence entre nous. C’est une bonne question, bien que j’en viens presque à trouver ça anormal de me la poser. Mais il ne connaît que mon père, peut-être a-t-il déjà vu ma mère, mais certainement pas toute ma famille « Amanda est ma tante. C’est la sœur de mon père et du coup, ben forcément Ethan c’est mon tonton et Ava ma cousine » Cqfd. J’évite de lui expliquer le fait qu’ils sont séparés et pas divorcés, parce que même pour moi, c’est un peu compliqué à comprendre « Mais Ethan ça fait pas des années que je le connais, comme j’ai pas vécu avec mon père… Mais il est cool et super compréhensif. C’est pas toujours le cas de mon père » ajoutais-je avec un léger sourire. Avec les garçons, c’était même rarement le cas. J’avais parfois l’impression qu’on ne parlait pas la même langue, mais peut-être était-ce justement parce que je ne suis pas la fille d’Ethan. On verra quand Ava aura vingt-ans, il se transformera peut-être en Samuel Adams, lui aussi. Lorsqu’il me demande à quel Cinéma on se rend, je ralentis puis finalement je m’arrête. Peut-être est-il temps de lui expliquer pourquoi subitement il se retrouve invité au cinéma alors qu’il n’en a jamais eu vent « En fait… si tu n’es pas au courant pour le cinéma c’est parce que c’est moi qui ai subitement inventé le fait que tu devais y venir. Ton pote ne m’a rien dit, je ne l’ai même pas vu et lui-même ne vient pas non plus au cinéma. C’est juste que j’avais envie que tu viennes, mais je ne me voyais pas le dire comme ça, alors j’ai fait comme si… » Je grimaçais face à mon petit mensonge « Tu m’en veux ? » je me mordille la lèvre, un peu honteuse de ma bêtise pour si peu au lieu de lui demander cash. Je pensais à nouveau à ce weekend qu’on avait passé. J’étais déçue de ne plus avoir de ses nouvelles après, mais avais rapidement conclu que j’avais fauté en refusant d’aller plus loin d’où on était allée. « Est-ce que tu m’en veux, que tu ne m’as pas rappelée ? » lui demandais-je de manière tout à fait innocente sans chercher à régler mes comptes. Après tout, il avait le droit, parce que j’avais la nette impression d’avoir joué avec le feu pour finalement risquer de peut-être me bruler.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 67
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Dim 11 Mar 2018 - 22:53 par Aël James

I've been waiting for a girl like you
I don't mind spendin' everyday
Out on your corner in the pourin' rain
Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile
And she will be loved, and she will be loved

Pour faire passer le malaise Aël n'a pas d'autre choix que de parler. Oui c'est plus fort que lui. Malgré tout, il n'est pas assez fou pour se lancer dans le vif du sujet directement. Non, autant entrer dans les banalités. De plus, comme c'est quand même assez singulier que Lilly connaisse les mêmes personnes que Meluzine, il se pose vraiment la question du lien entre elle, Ethan, Amanda et Ava. Il ne tarde pas à avoir la réponse à ses interrogrations. Amanda est donc une Adams elle aussi ? Il n'a pas décerner trop de liens de parenté, en même temps il ne cherchait pas ça. Il hoche la tête sans faire de commentaire jusqu'à ce qu'elle lui explique en gros qu'Ethan a servi de figure paternelle puisque Samuel n'était pas là. "Oui ton père n'a pas l'air très commode dans son genre." C'est le moins qu'on puisse dire. Aël se souvient très bien la tête qu'il avait fait quand il lui avait demandé des nouvelles de sa fille hospitalisée. Il n'avait rien dit de leur relation, à l'époque de toute façon Lilly n'était en réalité qu'une connaissance et le hasard avait fait en sorte que ce soit lui qui la ramasse après cet accident qu'elle avait eu.

Il oriente ensuite la conversation vers le cinéma. Après tout c'est là bas qu'ils sont sensés aller non ? La réponse de Lilly le pousse à s'arrêter dans la rue. Est ce qu'il lui en veut ? Non. Il trouve ça simplement, vraiment tordu. Vraiment. Il n'aurait jamais pensé à ça tout seul. Il n'aurait jamais pensé à ça tout court en fait. Il n'y a que les filles pour imaginer des plans du genre."Pourquoi tu ne m'as pas juste demander si je voulais venir avec toi ?" Peu importe où, il aurait sans doute dit oui en fait. Ne serait ce que pour passer du temps avec elle, parce qu'au delà de l'attirance qu'il éprouvait, il y a surtout le fait qu'ils s'entendent bien. "Je serais venu tu sais ?" Ca aurait été tout aussi bizarre mais peu importe. Toute façon c'était bizarre ici aussi. Un semblant de sourire commence pourtant à illuminer son visage.

Finalement ils sont arrêtés là au milieu du chemin. Il n'y a personne dans la rue qu'ils pourraient dérangés de toute façon... Ils sont déjà tous sur les lieux du nouvel an. La question de Lilly par contre le fait froncer les sourcils. Quelque part c'était un peu ça la raison du pourquoi il ne l'avait pas rappeler oui. Il lui en veut pour avoir agit comme si il ne s'était rien passé. Que c'était il passé ? Ils s'étaient simplement embrassés au final, ni plus ni moins non ? C'était comme ça qu'il avait interprété le fait qu'elle l'avait par la suite ignoré. "Disons que je me suis dit que tu n'avais pas envie que je te rappelle au vu de ce qui s'est passé au matin." Cette conversation prend des allures de vaudeville. "Tu m'as pas rappelé non plus. Pourquoi ça serait toujours au gars de rappeler ?" Son air est beaucoup moins sévère. Au contraire même. "On va boire un verre pour parler de ça ? J'ai pas vraiment envie d'aller au cinéma."
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 696
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin) et Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake)
() message posté Mar 13 Mar 2018 - 1:04 par Lilly R. Adams
Mon père n’est pas très commode : ça dépend avec qui, et dans quelle circonstance, disons. Il peut être un homme avec beaucoup de sensibilité et, pour certaines choses, beaucoup de compréhension et d’écoute comme il peut manquer cruellement d’ouverture d’esprit et de finesse pour d’autres. Entre nous c’est toujours un peu les montagnes russes, bien que depuis Noël, on a réussi à enterrer la hache de guerre. Ou du moins, de faire une trêve. Il y a encore toujours des désaccords, mais ça je pense qu’il y en aura jusqu’à la fin de ma vie. Chacun son caractère et je sais que le mien peut être parfois assez déroutant. « T’es un homme et donc, potentiellement une menace pour sa fille chérie. C’est tout ce que tu dois retenir. Si tu veux une astuce, t’as plus de chance avec ma mère. Avec mon père c’est peine perdue » et si ce n’est pas le cas, alors Samuel Adams m’étonnera vraiment, mais sincèrement je n’y crois pas, mais alors pas du tout. Je hausse les épaules pour me décharger de tout ce que mon père a pu lui dire un jour.

J’admets que mon idée est totalement tordue, voir totalement compliquée. J’aurais pu lui proposer cash, mais j’ai peut-être juste pas vraiment osé. Ou peut-être pas devant mon tonton et ma tante. Il a quand même dix ans de plus que moi et si je ne doute pas un seul instant de l’ouverture d’esprit d’Ethan, je crois que la crainte qu’Amanda balance quoi que ce soit, même involontairement, à mon père a pris le dessus. Ici, on a parlé du fait qu’on allait au ciné avec d’autres. Et qu’en plus, c’était pas moi qui l’invitait mais bien son pote. C’est carrément con, peut-être même puéril à ses yeux mais je préfère prendre le moindre risque « Parce que c’est compliqué et que c’est trop long à t’expliquer. Sans compter que tu vas trouver ça carrément con, mais c’est plutôt réfléchi. T’as qu’à te dire que j’ai pas osé, ça résume plus ou moins le pourquoi du comment. » je me pince les lèvres en l’entendant m’affirmer que de toute façon, il serait quand même venu si je lui avais clairement demandé. « si on n’avait été que tous les deux, peut-être que je te l’aurais demandé, mais c’était pas le cas.» Lui il a trente ans et probablement que ses parents ne se fichent pas mal de ce qu’il peut bien faire et à quelle heure il rentre. Il vit sa vie de son côté et voilà. Moi c’est pas le cas, j’ai encore des comptes à rendre et parfois même lorsque je passe mon temps avec un gars un peu plus âgé.

Au beau milieu de la rue, autant dire que je me suis poser des questions. Et que je lui en ai posée à lui. Ou du moins une. J’avais besoin de savoir pourquoi lui ne m’avait jamais rappelé, alors que depuis ce weekend je suis persuadée que c’est uniquement parce que j’ai refusé d’aller trop loin cette nuit-là. En y repensant, je détourne le regard, et évite celui d’Aël. Son explication est compréhensible, mais je crois quand même que je lui dois des explications « En réalité, j’aurais aimé qu’on en parle un peu avant que les autres arrivent et qu’on voit ce que tout… ça signifiait. Surtout que comme j’ai pas voulu aller plus loin, t’aurais pu m’en vouloir ou je sais pas. Je savais pas trop quoi répondre aux questions qu’on aurait pu me poser, j’ai pas géré j’avoue et je suis désolée. » Je soupire lorsqu’il me reproche indirectement de ne pas l’avoir rappelé. Je ne me voyais pas le faire alors que j’étais persuadée que mon refus en était pour quelque chose « Ben j’avais plus de nouvelle de toi depuis, donc je me disais que j’avais surement fait un faux pas en refusant d’aller… plus loin » J’acquiesce d’un signe de la tête lorsqu’il me propose d’aller boire un verre, mais avant je prends le billet que j’ai dans la poche de mon jeans, afin de lui rembourser la nuit dans ce chalet, et m’approche pour le glisser dans sa poche à lui, non sans aller à la rencontre de ses lèvres avec les miennes pour lui déposer un baiser.

Dans un bar encore ouvert, on s’installe à une table et directement, je prends le radiateur en otage une fois ma veste enlevée. Autour de nous c’est calme, il y a peu de monde et on s’entend parler ; c’est une très bonne chose. Ma curiosité me pousse à jeter un œil un peu partout « Est-ce que t’aurais fini par me rappeler si on ne s’était pas croisés au truc chinois ? » oui, truc. Pas capable de dire nouvel an tout simplement parce que c’est pas le genre de chose qui m’intéresse réellement. « tes potes ils t’ont posé des questions ? » demandais-je curieuse de voir comment lui abordait la chose.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 67
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Mar 13 Mar 2018 - 22:52 par Aël James

I've been waiting for a girl like you
I don't mind spendin' everyday
Out on your corner in the pourin' rain
Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile
And she will be loved, and she will be loved


"On m'a traité de bien des choses, mais jamais de "menace". Tu sais habituellement je sauves des vies je les mets pas en danger." Il a très bien compris où elle voulait en venir, mais quand même il trouve ça bien de répliquer en frimant un peu sur les bords.Il aurait pu faire une blague sur le fait qu'il ait plus de chance avec sa mère ? Ca voulait dire quoi ? Au niveau de l'âge, ou bien pour la draguer ? Non, il vaut mieux qu'il ne pose aucune question, qu'il reste muet sur les répliques qu'il a en tête. la situation est suffisamment mal aisante pour ne pas en rajouter une couche non ?

Il l'écoute mais n'est pas sûr de comprendre ce qu'elle lui dit sur le sujet du cinéma. Il espère que se n'est pas aussi confus dans sa tête que ça l'est  de l'entendre, parce que lui il n'a rien comprit .Ca ne l'étonne qu'à moitié de la part de Lilly, il décide donc de ne pas s'en offusquer.au final il retiendra ce qu'elle lui demande de retenir : elle n'a pas osé devant son oncle et sa tante. Quelque part c'est compréhensible. Il se rappelle de l'âge qu'elle a, essaye de relativiser sur ce qu'il aurait fait 10 ans en arrière, ou presque. "Ca me va." Aël n'est pas du genre à se formaliser avec les détails de toute façon. Non, finalement c'est ce qui se passe qui compte.
Bon bien sûr si elle avait dû traîner quelqu'un dans la boue, ou pire : tuer quelqu'un, là, ça ne serait pas passer. Mais un petit mensonge pour le faire sortir du troupeau, il peut fermer les yeux dessus. "En fait, je serais venu même si tu m'avais proposé d'aller promener ton chien." C'est pour la petite blague, il n'est pas si désespéré. Un moyen comme un autre de faire la paix non ?

Il s'est arrêté parce que c'est plus simple pour réfléchir. Comme si il était incapable de faire deux choses en même temps. Il est finalement venu le temps des explications. L'habitude d'Aël d'être toujours franc, et assez sûr de lui au final, fait qu'il n'a pas peur de dévisager la jeune en attendant un retour à ses mots. Ca ne tarde pas. Les lumières finissent par s'éclairer dans sa tête : en fait la question et la réponse sont aussi bête l'une que l'autre. En parler ça aurait été plus intelligent en effet. Cependant ça leur avait échappé quand les autres étaient arrivés. Ils avaient juste le temps de s'habiller et ils étaient déjà repartis en voiture. Ils avaient veillé tard, même Aël avait dormir jusqu'à plus tard que d'habitude. Cependant il n'a pas pris en compte le point de vue de Lilly en insistant pas pour la rappeler. Ca ne lui était pas venu à l'esprit jusque là qu'elle pouvait se sentir rejetée parce qu'elle n'avait pas voulu coucher avec lui. Ca ne l'avait pas déranger sur le coup, ça ne le dérange pas encore à l'heure qu'il est. Il n'était pas pressé, il comprenait qu'on pouvait vouloir prendre son temps, lui même avec la tête sur les épaules il aurait pu en penser, mais la vision de Lilly à moitié nue ne l'avait pas aidé. Se voyant prendre une bonne charge de la faute il détourne les yeux. "T'excuses pas. J'ai été con." Il marque une pause. "Je crois que ça serait bien de parler maintenant." Il rejoint donc le point de vue de Lilly, et quoi de mieux que d'aller boire un verre pour ça ? Malgré tout la dernière chose à laquelle il s'attendait c'est le billet qui rejoint sa poche, et une Lilly qui l'embrasse. Sans y réfléchir il répond au baiser qui dure quelques secondes à peine et quand elle se retourne pour partir vers le dit bar il reste quelques secondes dans le flou sans bouger, et sourit comme un idiot avant de la suivre.

Aël regarde Lilly lui demander si il l'aurait rappeler si ils ne s'étaient pas croisés. "J'aurais bien aimé dire que oui, mais je crois que la réponse est non." Il a réellement un air désolé sur le visage."Je savais qu'on allait finir par se recroiser tôt ou tard. Je crois que je me suis dit à un moment que j'allais laissé les choses se faire. Parce que si vraiment tu voulais pas me voir... J'aurais eu l'air d'insister et d'être chiant, et c'était pas mon but..." C'est maladroit, il en a conscience mais là c'est le mieux qu'il puisse faire. "Je crois que c'est à mon tour d'être désolé pour ce que je viens de dire, c'était pas très adroit." Il grimace à moitié pour illustrer le tout, et passe sa main dans ses cheveux peut être un peu trop long maintenant pour tenter d'effacer la gêne.  "Oui. Mais j'ai éluder, de toute façon il ne s'attendait pas à quoi que se soit de ma part. Je suis Aël. Parfait. Parfaitement ennuyeux pour eux si tu veux tout savoir. Ils ont pas insisté, et sans doute imaginer que comme eux si il s'était passé quoi que se soit je me serais vanté." Oui, on a beau dire, on enjolive toujours les choses non ? "Enfin... Ca veut pas dire qu'il s'est rien passé... Il s'est passé quelque chose non ?" Pourquoi continue 'il à parler ? "J'imagine que oui sinon tu ne m'aurais pas embrassé tout à l'heure... J'arrête de parler promis.. A toi là." Il tente de sourire, mais ça doit ressembler à rien de l'extérieur.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 696
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin) et Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake)
() message posté Dim 18 Mar 2018 - 17:52 par Lilly R. Adams
Il est clair que traiter un ambulancier de menace, c'était peut-être pousser le bouchon un peu loin, et pourtant je suis pratiquement certaine que mon père fera abstraction de sa fonction pour le juger comme telle. Aël est un homme qui rode un peu autour de sa fille, alors c'est une menace. Pas besoin de plus pour entrer dans la catégorie, il a déjà tout ce qu'il faut. « T'es un homme, ça suffit à être une menace. Même si t'étais le pape, j'pense que tu resterais une menace » lui affirmais-je en rigolant. Bon, j'exagère peut-être, mais j'ai l'intime conviction que si je viens à parler d'Aël à mon père, ça risque de ne pas se passer comme je l'espère. Il aurait plus de facilité à convaincre ma mère que mon père, puisqu'elle évite de partir avec des aprioris quelconques. Alors oui, je maintiens qu'il devrait plutôt commencer par charmer ma mère avant de se lancer à corps perdu dans une quelconque négociation avec mon paternel.

Je souris lorsqu'il m'assure que même pour promener mon chien, il serait venu. Au moins, ce n'était pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Il a de la chance que je ne fais pas partie de ces lèves-tôt capable de se sortir du lit à l'aube pour leur animal à quatre pattes. Heureusement, Shiva est propre et n'emmerde pas son monde aux petites heures du matin pour la sortir. Ce petit cadeau de Noël de la part de mon père fait mon bonheur de tous les jours, avec son trop plein de poils, je prends un réel plaisir à m'en occuper. Je crois même que c'est la première chose sur laquelle je saute en rentrant chez moi « Forcément, mon chien il est trop craquant. On peut pas refuser d'aller le promener. Donc si ton sous-entendu est de dire que pour moi t'aurais forcément dit oui, trouve un autre exemple, parce que là, vous ne vous mouillez pas beaucoup, monsieur James » Encore que je ne suis pas certaine qu'il ait déjà vu mon chien. Malgré tout, un petit sourire se dessine sur mon visage, cherchant à le faire marcher dans ma combine, ou du moins, essayer. Je le taquine, au fond je ne peux pas dire que ça ne me flatte pas, c'est même plutôt joliment dit et totalement moins too much que ce fameux 'pour toi j'irai au bout du monde'.

Finalement, le sujet qui fâche peut-être un peu vient sur la table : pourquoi ni l'un ni l'autre a pris l'initiative de rappeler ? Je pense que si j'avais pas eu l'impression d'avoir merder en nous coupant dans notre élan, lors de ce weekend, que je l'aurais fait. Peut-être même que lui aussi l'aurait fait. J'en sais trop rien. Aller boire un verre pour mettre tout ça à plat est probablement une excellente idée, bien que je ne suis pas sûre de vouloir revenir sur cette nuit. Je sais qu'aux yeux de certains, vouloir attendre un peu, peut paraitre totalement con ou simplement prude, mais je pense sincèrement qu'au bout du compte, j'aurais peut-être regretté. « Pourquoi con ? T'aurais eu le droit de m'en vouloir puisque j'étais partante et puis d'un coup j'ai décrété que finalement je voulais attendre. Plus girouette que ça, tu meurs. Je sais que les filles qui savent pas trop ce qu'elle veulent, ca peut énerver...» Encore que j'étais convaincue qu'il ne m'en tenait pas rigueur, puisqu'on avait quand même réussi à discuter un peu de tout et de rien après, mais la nuit fait souvent cogiter, non ?

Assise près du radiateur, je pose mon regard sur Aël afin de voir ce qu'il compte me donner comme réponse. Je ne peux pas lui enlever son honnêteté, mais j'aurais préféré qu'il me dire que oui, il aurait quand même fini par me rappeler. « Tu te dis toujours qu'il faut laisser faire les choses ? » Je suis plutôt du genre à vouloir provoquer, ou à aller chercher ce que je désire réellement. C'est d'ailleurs ce que j'ai reproché à mon père, lorsque ma mère est partie. S'il n'avait pas 'laissé faire les choses', j'aurais sans doute grandi avec. « Je vois » C'est tout ce que je me contente de répondre, alors que je détourne mon regard vers la vitre. « C'est pas parce que tu rappelles une fille, ou que tu lui envoies un seul message que forcément, t'insistes ou que t'es chiant. Mais j'accepte ton point de vue. » Après, je suis loin de dire que je suis d'accord, ou que je le comprends. Mais j'accepte qu'il diverge, c'est déjà ça, non ? Lorsqu'il s'excuse, je préfère ne pas relever. Dire que je ne suis pas déçue ou que je me fous de ce qu'il a dit serait mentir. J'ai pas non plus envie de dire que ce n'est pas grave, parce que ça donne un peu l'impression de se prendre une claque, mais je fais avec et me contente de soupirer légèrement. Pas par exaspération, mais simplement parce que je crois qu'on paie cash cette balade. Peut-être qu'on aurait seulement dû rester avec les autres, et voila. « Oui, pour ça les mecs sont pas chiants... C'est pas le cas des filles » Je sais que moi, elles ne m'auraient pas lâcher jusqu'à ce que je lâche le morceau et après ce qu'il s'est passé la veille, c'était peut-être signe de prise de tête. Alors j'ai préféré garder tout pour moi et faire comme si de rien n'était. Visiblement c’est mal passé auprès d’Aël, ce que je peux tout à fait comprendre.

Le voir hésiter me fait retrouver un peu le sourire, je ne sais pas plus que lui si on peut dire qu’il s’est passé quelque chose ou pas. Objectivement, oui et concrètement aussi, d’ailleurs. Mais ça signifie quoi ? « Je voulais voir si tu étais réceptif ou réticent. Si tu m’avais repoussé, au moins on aurait été fixé. Maintenant c’est tout de suite plus compliqué » mimant une situation faussement dramatique. « Bon, c’était aussi un peu par envie, mais surtout par curiosité. Et puis je t’ai aussi remboursé. Ca non plus c’est pas négligeable » Alors que le serveur s’approche pour voir ce qu’on désirait boire, je grimace un instant puis opte pour un Fanta. Pas super excitant comme boisson, voire même carrément ennuyante, mais c’est ce dont j’avais envie. Lorsqu’il repart, je fixe Aël « Si je t’embrassais à nouveau, tu me repousserais ? Maintenant que tu sais que je suis le genre à tester » lui demandais-je avec un léger sourire en coin.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 67
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Jeu 5 Avr 2018 - 19:41 par Aël James

I've been waiting for a girl like you
I don't mind spendin' everyday
Out on your corner in the pourin' rain
Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile
And she will be loved, and she will be loved

"Ca va être sympa... Surtout que je suis amené à le croise souvent." Il passe sa main dans ses cheveux. "On fait comment dans les couloirs de l'hôpital ? On fait semblant de ne pas se connaître?" Il est amusé de cette situation... Il y a beaucoup de chose à faire dans les couloirs, ou plutôt dans les petites remises de matériel. Enfin ça, c'est une autre histoire non? Pour l'instant ils n'en sont pas là. Loin du compte. Ou pas. Le reste est encore à voir.

Touché. Sourire coupable pour Aël. "Au moins tu as compris où je voulais en venir non ? Je vais pas abattre toutes mes cartes maintenant ... " Son ton a quelque chose d'énigmatique. Elle a raison cependant, il ne se mouille pas beaucoup en disant cela. "Au moins j'invente pas une histoire de cinéma farfelue... D'ailleurs t'as prévenu tes copines que tu avais trouvé mieux pour occuper ta soirée ?" Pas besoin d'un dessin, le mieux c'était définitivement lui. "Difficile de faire mieux non ?" Il doute que Lilly lui passe le compliment, mais si il ne tente pas sa chance il ne le saura pas. En tout cas une chose est sûre : il n'a pas de ressentiment envers elle après ce qu'il s'est passé l'autre soir. Peut être plus du regret vis à vis de cet acte manqué. Il aurait pu la rappeler, par égo il ne l'avait pas fait. Elle non plus d'ailleurs... eaxeco ? "Non, il m'en faut plus pour m'énerver. C'est juste que je n'ai pas vraiment essayé de me mettre à ta place, je suis resté butté à ton comportement le matin." Il lui sourit pour la rassurer. "On enterre la hache de guerre ?" De la même façon il se sent obligé de lui dire la vérité, et toute la vérité. Il aurait laissé l'eau coulé sous les ponts, et advienne que pourra. L'eau a tout de même fini par lui faire croiser son chemin plus rapidement qu'il ne l'aurait cru. "Au moins quand mon égo est touché... Je ne suis pas le genre qui cherche le conflit à tout prix. " Pause. "Je me bats assez comme ça." Il aurait pu rajouter que sans doute Lilly le cherchai suffisamment pour deux. "Et toi quand est ce que tu cherches pas le conflit demoiselle Adams ? "

Il est moyennement convaincu quand elle lui dit qu'elle accepte son jugement. Il avait fait avec les moyens du bord, sans vraiment calculer le moindre de ses agissements... "Tu regrettes ?" La question a fusée sans qu'il ne puisse la retenir. Pour sa part ce n'est pas le cas.
"Elles t'ont posé beaucoup de question?" Qu'elle réponde oui ne l'aurait pas étonné.

Aël se sait maladroit avec Lilly et ça depuis sans doute la soirée sur la terrasse. Il l'écoute lui dire qu'il aurait mieux valu qu'il la repousse. Ca, il en aurait été incapable. Il est sur le point de lui répondre mais le serveur l'en empêche. Il attend qu'il se soit éloigné pour répondre à la question de Lilly. "J'en serais bien incapable au vu de l'homme faible que je suis." Il accepte assez bien sa condition en fait. Au moins sur ça. Comme pour confirmer, il attrape sa main sur la table pour la prendre dans la sienne. C'est tout ce qu'il peut faire étant donné la table qui les sépare. "Qu'est que tu veux tester ?"

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 696
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin) et Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake)
() message posté Dim 22 Avr 2018 - 21:09 par Lilly R. Adams
Je ne retiens même pas mon sourire lorsque Aël me parle de mon père. C’est vrai que c’est un peu compliqué, voir totalement risqué ou peut-être kamikaze, mais je n’ai pas non plus envie de mettre ma vie de côté parce que mon père n’accepte pas, ou moyennement un homme dans ma vie. De toute façon, même l’homme le plus gentil risquera probablement sa vie, alors autant vivre dans le risque puisqu’on n’a qu’une vie. Néanmoins, sa suggestion pousse à la réflexion « Surement, parce que je suis sûre qu’il a des espions dans les couloirs de l’hopital » plaisantais-je, puis je reprends « après on peut aussi vivre dangereusement, ou alors se planquer pendant cinq toutes petites minutes, le temps d’échanger deux trois mots et ainsi, n’éveiller aucun soupçon » Heureusement, j’aime autant ne pas passer ma vie dans cet hôpital et si j’ai encore quelques petits check up suite à mon accident, après ça je compte bien ne plus y mettre les pieds. Autrement dit, Aël ne risquera pas sa vie bien longtemps.

Au fond je montre ma satisfaction d’avoir deviné ce qu’il avait en tête, ou du moins de l’avoir démasqué et pourtant, ma curiosité me pousse à vouloir connaitre son jeu de carte et si je le fixe avec beaucoup de malice, je reprends de plus belle « Faut voir, tu pourrais aussi me dévoiler tout ton jeu et moi je fais comme si je ne savais rien. » Je doute que ça fonctionne, mais ça me plait de lui soumettre l’idée « On est gagnant tous les deux, ça nous permet d’anticiper puisqu’on connaitrait le point de vue de l’autre » Comment ça je m’enfonce ? Oui peut-être, au fond je doute que ça fonctionne, mais qui ne tente rien n’a rien. Quant à la soirée, il marque un point. Aussi, je l’ai un peu cherché. Lui ne m’avait pas remarqué dans la foule, j’aurais tout aussi bien pu passer mon chemin et me rendre au cinéma comme prévu, mais non j’ai préféré déballer une explication totalement débile pour l’arracher des mains de son occupation et me l’approprier. « Tu n’espérais quand même pas que je te dise : ‘tu viens ? J’ai envie de te voir’ ? »  Ou bien si, j’aurais pu. Mais devant mon tonton et ma tante, autant dire que c’était pas le meilleur plan à mes yeux. Je sors mon téléphone et sans m’éterniser, je pianote sur l’écran « Sorry, empêchement dernière minute, je t’appelle demain. Biz » que j’envoie à ma copine avant de tourner l’écran vers Aël pour lui montrer le contenu du message non sans sourire face à sa potentielle réaction. « Ok, on a qu’à faire ça et recommencer à presque zéro. Ça te va ? »

J’arque un sourcil en écoutant Aël donner son point de vue. Cependant, une de ses remarques me laisse perplexe « Tu te bats ? » Je voulais surtout savoir où il voulait en venir et systématiquement, un léger sourire se dessine sur mon visage en attendant la réponse de mon interlocuteur. « Je ne cherche jamais le conflit… » je marque une pause, en me rendant compte que j’étais peut-être justement tout l’inverse « Bon d’accord, peut-être que je cherche un peu, parfois. Mais dans certaines situations ça vaut la peine ! Et puis je suis le genre de fille qui n’arrive pas à s’écraser alors je m’exprime. Mais je ne mords pas, rassure-toi. » de nouveau une micropause « Enfin… ca dépend la situation, évidemment » La malice se lit clairement sur mon visage, mais j’assume totalement mes dires et mes pensées, ou encore la façon dont Aël va interpréter tout ça. Est-ce que je regrette le weekend que l’on a passé ? Non. Pas vraiment. Peut-être que si j’avais pris plus de temps, j’aurais agi différemment, peut-être aussi que si je m’étais posée plus de questions, qu’il y a des choses que je n’aurais pas faites, mais en soit non je ne regrette pas. « Non, peut-être que c’était un peu maladroit, mais je me dis qu’on a quand même réussi à briser la glace, sans ça, qui sait où on en serait aujourd’hui. Peut-être qu’on se parlerait tout simplement plus. » pas parce qu’on s’en veut l’un ou l’autre, mais plutôt parce que chacun mènerait sa barque en se disant que ce weekend était un weekend comme un autre, ni plus ni moins. « Elles sont assez curieuses, mais je suis restée évasive. J’ai pas envie de raconter les détails de ma vie, après dès qu’il y a un souci, elles s’en mêlent et j’ai compris avec le temps que moins il y a de gens pour se mêler des affaires des autres, mieux on se porte » Et c’était un peu vrai, avant j’avais cette envie de raconter à mes amies les plus proches, mais aujourd’hui j’ai décidé de garder tout pour moi et de préserver mes relations ou mes histoires et vivre ça pour moi et pour la personne concernée « Il y a des chances pour qu’elles t’en posent aussi, si elles te croisent un jour au détour d’une rue ou quelque chose comme ça, tu n’y échapperas pas, je te préviens » Et elles sont championnes pour tirer les vers du nez des gens.

Lorsque le serveur débarque, je détourne mon regard et le pose sur une table un peu plus loin où sont attablés deux hommes une bière à la main, et à voir leur façon de se comporter, ça n’est surement pas leur première. Lorsque le serveur s’éloigne, je porte à nouveau mon intérêt sur Aël et le laisse prendre ma main dans la sienne. Avec mon pouce, je me surprends de caresser le dos de la sienne et lève à nouveau le regard vers lui face à sa question. « Je sais pas. Je me dis que j’ai pas envie de rentrer chez moi, mais ça ne serait plus un test comme j’ai déjà passé au moins une nuit avec toi. Faudrait que je trouve autre chose, en fonction de la situation. Il y a quelque chose que t’aimerais tester toi ? » je me mordie la lèvre inférieure et je reprends « tu avais quoi d’autres en tête de mieux que le cinéma ? Juste boire un verre ? »


Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 67
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
() message posté Jeu 3 Mai 2018 - 14:58 par Aël James
Malgré la tension qu’il y a pu y avoir entre les deux jeunes elle semble s’être dissipée pour aller vers autre chose. Quoi ? C’est une bonne question. Si on la posait à Aël sans doute ne saurait-il pas quoi répondre. C’est compliqué les relations humaines non ? Lilly n’est pas forcément une fille compliquée, elle est pleine de vie et assez brute de décoffrage chose que Aël apprécie, parce que ce qu’il en ressort c’est que même si elle reste une fille et donc capable de se prendre la tête pour des choses qui à ses yeux paraissent futiles ça n’empêche qu’il arrive à suivre. Du moins il en a l’impression.

Il tente un geste envers elle, et après hésitation elle y répond. Quelque part, il se sent soulager de ça. Recommencer à zéro c’est une bonne solution pour eux. Le différent qu’ils ont eu est loin d’être insurmontable. Sans doute n’a-t-il pas agi comme Lilly aurait voulu. Les gens ne font pas toujours ce qu’on veut. Pour lui les choses sont simples, il doute moins sur la marche à suivre. Il n’est pas non plus du genre à forcer les choses. Il savait qu’ils finiraient par devoir se croiser à nouveau dans une occasion comme ce soir. Il n’avait pas eu tord finalement.

Quelle est la marche à suivre maintenant ? Lilly semble vouloir tester. Tester quoi ? Il n’est pas très sûr. En tout cas s’il a pu apprendre quelque chose de leur précédente expérience c’est que les choses ne seront pas brusquées. Il est capable de s’adapter à son rythme, du moins c’est ce qui lui semble pour l’instant. Il est prêt à lui servir de cobaye en quelque sorte. Pas de façon désintéressée bien entendu. Il sait qu’il a lui-même quelque chose à gagner là-dedans c’est pour ça qu’il est capable de s’armer de patience pour l’attendre. Pas besoin de rementionner qu’elle lui plait. A quel point serait il assez fou pour ne pas se protéger et subir de la même façon que ça lui ai déjà arrivé dans d’autres relations ? Il a souvent l’impression d’être le laissé pour compte, sur les dernières relations qu’il a eu, avec des filles de plus ou moins son âge tout c’était arrêté parce qu’il voulait du stable, du sérieux et qu’elles non. Parfois c’est à se demander si le monde ne marche pas sur la tête.

Si elle n’a pas envie de rentrer chez elle, il se sent bien entendu capable de l’inviter à passer la nuit chez lui malgré le désordre qu’il y règne. Mais elle a raison, ce ne serait plus vraiment un test. Ils ont déjà dormi ensemble. La tentation semble plus grande pour lui que pour elle. Il y a plusieurs questions qui lui passent par la tête. Mais il ne les posera pas maintenant ni ici. « Ma patience sans doute. Je veux bien me plier à tes demandes, tu peux venir dormir chez moi si tu veux… Je promets de ne rien tenter, mais à toi de voir tes limites et de ne pas me torturer. » Il ne l’accuse pas de le faire, mais quelque part c’est inévitable et sans doute sont ils tous les deux au courant de ça. Qu’a-t-il d’autre en tête ? Pas grand-chose, à la base, si il a proposé de boire un verre c’était pour esquiver le cinéma et se retrouver tous les deux. « On peut aller au resto si tu veux, commander à manger et aller chez moi ? » Il marque une pause, conscient de ne pas prendre de décision et de s’en remettre à elle. « En fait, pour faire simple de passer la soirée avec toi. Mais le choix de ce qu’on fait, repose sur ce que tu veux … Tester. » Ca en devient presque étrange de garder le champ lexical du test pour cette discussion.
Revenir en haut Aller en bas
membre de la version

avatar
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 696
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 20 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : La ravissante Meluzine (B. Palvin) et Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake)
() message posté Mar 15 Mai 2018 - 22:50 par Lilly R. Adams
Dans ce bar, autant dire qu’il n’y a pas énormément de monde. Sans doute que la plupart se sont perdus au festival, un peu comme nous juste avant. Ou du moins comme Aël, puisque moi je ne faisais que passer par là. Sans vraiment m’arrêter. Sans aucune intention quelconque de m’intéresser à cette soirée qu’avait organisée la ville de Londres. L’idée n’était pas mauvaise, c’est simplement que ce soir-là, l’idée d’aller voir un spectacle aux lanternes ne m’intéressait pas, ça ne me disait absolument rien et si je n’avais pas rencontré Aël, mes plans auraient été les mêmes, c’est à dire le cinéma avec les copines. J’aurais forcément droit à l’interrogatoire, et pourtant j’aimerais garder ça pour moi. Non pas qu’Aël n’est pas assez bien pour être mis en avant, loin de là. Mais j’aimerais simplement en profiter un peu, moi toute seule ou juste tous les deux avant d’y mêler amis et compagnie. Je crois qu’au jour d’aujourd’hui, mon oncle et ma tante ont déjà grillé, ou peut-être juste mon oncle, mais au fond c’est pas bien grave. Je sais qu’Ethan n’est pas le genre de personne à aller raconter tout à mes parents, sans doute connaît-il le tempérament de mon père et ma mère … J’ai envie de dire qu’il la connaît à peine ? Peut-être devrait-on en arrêter là pour les présentations, le temps d’arriver à qualifier notre relation, le temps d’arriver à mettre de côté les malentendus et clarifier ce que chacun veut vraiment.

Face à moi, j’observe Aël alors que je viens tout juste de décommander ma soirée auprès de mes copines. Sans doute m’ont-elles déjà répondu, mais qu’importe, je laisse le portable dans la poche de ma veste, parce qu’au fond il sera toujours temps… plus tard, pour répondre. Au fond, sans doute aurais-je du lui demander clairement de venir ailleurs… mais pour une raison quelconque je ne l’ai pas fait. Je crois que c’est surtout ce week-end qui m’a vraiment bloqué. Ce qu’il s’y est passé, ou plutôt ce qu’il ne s’est pas passé. Le manque de réaction, mon cruel manque de réactivité. Je joue avec la paille qui se trouve dans mon verre en face de moi, puis je prends appui sur le dossier de ma chaise, alors que la voix du jeune homme en face de moi attire mon attention. Petit à petit, mon sourire s’élargit, pas tellement pour son invitation, mais plutôt pour ce sous-entendu qu’il me glisse en me demandant de rester sage. Une moue malicieuse et une seconde de réflexion puis je rétorque « Pourquoi tu penses que je suis le genre de fille qui aime manier la tentation ? » C’est vrai qu’il pourrait se remémorer le weekend dans le fin fond de l’Angleterre, on ne peut pas vraiment dire qu’on n’y a pas mis du sien, l’un comme l’autre. Finalement, je lève la paume de la main et je reprends « Je le jure » ou pas. Je rebondis ensuite sur sa proposition. Est-ce bien raisonnable d’aller dormir chez lui ? Au fond j’en ai envie, mais j’ai pas non plus envie de m’incruster, déjà que je lui ai totalement explosé sa soirée … « Je veux pas abuser, t’as déjà changé tes plans à cause de moi .. je vais pas en plus m’incruster »

Néanmoins, l’idée de commander quelque chose fait mouche, alors mimant une moue réfléchie, j’acquiesce d’un signe de tête. Je ne suis pas affamée, mais je sais par expérience que si je ne mange pas, dans deux heures j’aurai faim et puisque je ne suis pas encore totalement fixée sur les plans de la soirée, autant prendre les devants. Peut-être aussi suis-je curieuse d’en savoir plus sur Aël et quoi de mieux que de jeter un rapide coup d’œil à l’endroit où il vit ? « Donc toi t’es le genre de gars à me pousser dans mes expériences. T’as même pas peur de peut-être te faire dévorer tout cru. Du coup, c’est peut-être mieux de manger avant, ça m’éviterait d’en arriver à ce stade. » j’adresse un sourire espiègle, il le prend bien comme il veut, tant que ce n’est pas en mal. Cette tournure de phrase peut évidemment être bourrée de sous-entendus, mais je lui fais confiance pour prendre ça de la façon qui pourrait rendre la soirée un peu plus intéressante, ou simplement de façon à être un peu plus… productifs ? Ou simplement fixés sur ce que chacun souhaite réellement.

Je termine mon verre, puis m’empresse de dégainer un billet pour payer les boissons. Aël n’est pas ma banque et j’ai pas l’intention de profiter de lui. J’ai déjà un peu abusé – bien que remboursé – lors du weekend nature, cette fois-ci j’ai envie de montrer que non, je ne suis pas ce genre de personne qui fait croire à qui est assez bête pour l’entendre, qu’elle soi-disant oublié son portefeuille pour ne jamais rien payer. « On y va alors ? Tu vis loin d’ici ? Et…. Il y a des endroits où on peut emporter près de chez toi ? » Au pire, il y a toujours le célèbre et géantissime McDonald, ou le fastfood le moins recommandable, mais le plus rapide et pratique pour dire de se mettre quelque chose sous la dent.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
I've been waiting for a girl like you [Aëlly#2]
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-