Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


La beauté est une courte tyrannie

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/03/2018
» Messages : 56
» Pseudo : Kynaeku
» Avatar : Stephen Amell
» Âge : 34 ans
» Schizophrénie : Xander M. Winchester
() message posté Lun 12 Mar - 18:45 par Lexie L. Glades

La beauté est une courte tyrannie.
Abigail & Lex

« ...Mais j'ai rien contre la tyrannie. »
Les paillettes, la musique, les strass, les lumières. Lex connaissait tout ça par cœur.  S'il était un homme et avait donc été épargné par les lubies make-up de sa mère, il avait néanmoins participé à de nombreux fashion show, rien que parce que la grande Kadence Lexie Glades se plaisait à montrer son rejeton avec fierté. Il aurait pu être mannequin. Elle lui répétait dès qu'elle en avait l'occasion. Ce à quoi il se contentait de répondre par un sourire amusé. Pourquoi être mannequin quand on peut-être banquier? Il n'avais pas besoin de voir qui que ce soit approuver son physique, il l'approuvais très bien tout seul.

Tout seul? Pas vraiment. C'est au cours de ces nombreuses représentations qu'il avait fait la rencontre de plusieurs de ses muses. Mais aujourd'hui, il venait en voir une en particulier: Abigail. Égérie de la marque de cosmétique commercialisé par la boîte de sa mère, il s'en était rapproché il y a environ un an de ça, lors d'un shooting photo organisé pour les nouveaux catalogues. Ces shooting prenaient toujours une proportion incroyable dans le monde de la mode. Lex' ne connaissait pas tout du métier, mais à force d'écouter sa mère, il connaissait quelques ficelles. Elle l'avait mise en garde, certaines se serviraient de lui pour arriver à leur fin. Histoire de limiter les risques, il avait toujours choisi celles qui y était déjà parvenu. Passant ainsi pour un sale type qui ne choisissait que les meilleurs. Nous diront que certains ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez.

Quoi qu'il en soit, il était là. Pantalon de smoking noir, chemise blanche au col ouvert. Il dénotait clairement avec tous les grands pontes du milieu, tirés à quatre épingles. Le fait est que pour beaucoup, il s'agissait aujourd'hui d'un défilé promotionnel important. Pour Lex' ce n'était rien de plus qu'une pause récréative dans ses tâches à la banque. Il avait pris son après-midi pour ce rendre dans cette immense salle réservée à toute sorte d'évènement luxueux, dont les défilés évidemment.

Si c'était une marque de vêtements qui était représentée aujourd'hui, la compagnie de sa mère avait "prêtée" son égérie pour promouvoir un nouveau type de rouge à lèvre développé dans leur labo. Les deux marques trônaient d'ailleurs l'une à côté de l'autre, en lettre gigantesque, au dessus de l'entrée que Lex' venait de passer après avoir montré son pass VIP aux vigiles qui la gardait. Autour de lui, les conversations étaient floues. L'effervescence était palpable. Il reconnaissait quelques têtes et constata sur son carton d'invitation qu'il était placé à côté de sa mère. Pourquoi ça ne le surprenait pas. Elle ne tarda d'ailleurs pas à surgir de nul part, comme elle avait le dont de le faire, pour glisser son bras dans celui de son fils. "Lexie, redresse toi un peu mon garçon" Avait-elle sommé avec malice en joignant le geste à la parole, enfonçant son index dans son dos, ce qui eu pour effet immédiat de le redresser. "Oui maman" Avait-il répondu amusé, esquissant un sourire. Elle ne changerait pas.

Elle avait rit et s'était éloigné. Elle avait beau avoir 60 ans, elle ne dépérissait pas. Madame Glades jouissait toujours d'une prestance étonnante. Lexie était peut-être l'un des rares à la voir vieillir. C'est avec un amusement non dissimulé qu'il la vit rabrouer le serveur parce que certaines coupes étaient vides. Laissant échapper un soupire, il se rendit vers les loges. Abigail devait déjà y être depuis un moment. Se stoppant de temps à autres pour saluer les convives qui le reconnaissait, il fini par frapper à l'une des loges, comportant le nom de celle qu'il cherchait. En principe, personne d'autre que l'équipe n'avait le droit d'être ici. Pour Lex', c'était différent....
 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 7310
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 29 ans (20.07)
» Schizophrénie : /
() message posté Jeu 22 Mar - 15:50 par Abigail E. Reynolds
LA beauté est une courte TYRANNIE
Lexie
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.


Heureusement pour sa notoriété et son porte-feuilles, la carrière d'Abigail est loin de s'amenuiser, malgré son âge plutôt avancé pour un métier privilégiant la jeunesse et les idoles des adolescents, entre riches héritières et autres bêtises. Abigail a encore de beaux jours devant elle, puisqu'elle est depuis environ une année, l'une des muses de la maison de cosmétiques Glades. Et elle n'en est pas peu fière. D'autant plus que cette opportunité lui a également apporté une nouvelle relation moins occupationnelle qu'elle ne l'avait d'abord envisagée, avec le fils héritier de la maison pour laquelle elle est justement mannequin. D'abord charnelle, cette lubie a malheureusement évolué, du côté d'Abigail en tout cas. Ce qui fait qu'elle a tendance à beaucoup plus prendre ses distances, et à moins souvent accepter de voir le dénommé Lexie quand il le lui propose. Une façon de se protéger. Elle n'a pas ressenti de telles choses depuis ses dernières années de lycée, ou en tout cas ça ne s'est jamais vraiment installé. Là, en un an, ses sentiments ont eu le temps de faire un bout de chemin, malgré tous ses efforts pour les éradiquer de son coeur.

Abigail espère que ce soir, Lex' ne sera pas de la partie. Parce qu'elle sait très bien que si elle le voit, par hasard ou non, elle va se sentir fondre. Et se sentir vulnérable. Et terriblement idiote. Abigail déteste se sentir idiote face à un homme, et c'est la principale raison pour laquelle elle ne parle jamais des sentiments qu'elle peut éprouver. Elle s'en débarrasse, point final. C'est mieux pour tout le monde. Pour l'instant, elle est à l'abri dans sa loge, en attendant son tour de passage. Elle doit passer quatre fois en tout. Et faire le passage de clôture du défilé, le tout maquillée des cosmétiques Glades. Le créateur est un peu plus quelconque, mais les vêtements sont quand même du goût d'Abigail, qui pense qu'il doit juste se faire un peu plus connaître.

La brunette est en train de se faire coiffer par deux paires de mains prêtées par un grand groupe anglais de coiffure, dans sa loge, quand on frappe à sa porte. Sans bouger de son siège, elle intime d'un geste de la main à la coiffeuse de s'occuper de qui vient les déranger. Certainement l'un des coordinateurs, pour prévenir qu'Abigail devra bientôt passer au premier habillage. Les personnes étrangères à l'organisation du défilé n'ont pas le droit d'arriver jusqu'ici, les vigiles s'en assurent. Ce serait la cohue, autrement. La porte s'ouvre et Abigail reconnaît Lexie, dont le reflet apparaît derrière la coiffeuse, dans le miroir dans lequel le mannequin regarde. Elle pivote sur sa chaise, tente de durcir son visage, et fait un signe de la main à la coiffeuse pour qu'elle vienne continuer son travail.

- Salut. Ca m'étonne que tu ne te sois pas perdu en chemin, avec le dédale à parcourir pour arriver jusqu'ici... se moque Abigail alors que Lexie entre et ferme la porte derrière lui.

(c) Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/03/2018
» Messages : 56
» Pseudo : Kynaeku
» Avatar : Stephen Amell
» Âge : 34 ans
» Schizophrénie : Xander M. Winchester
() message posté Dim 25 Mar - 14:03 par Lexie L. Glades

La beauté est une courte tyrannie.
Abigail & Lex

« ...Mais j'ai rien contre la tyrannie. »
La porte s'ouvre. Ce n'est pas Abigail qui se trouve devant lui à cet instant. Mais Lex comprend sans mal pourquoi en jetant un œil au dessus de l'épaule de la jeune femme qui venait de lui ouvrir. Abi était en pleine préparation. Ce qui n'avait rien de surprenant compte tenu du programme chargé qui l'attendait. Tout le monde n'avait pas la chance d'être en pause à priori. Lex ne s'était pas attendu à autre chose, ce n'était pas la première fois qu'il venait la voir clandestinement dans sa loge. Enfin...Pas si clandestinement que ça en fait. Dès l'instant que les Glades participaient de près ou de loin à une représentation, Lex avait plus ou moins tous les droits. Excepté celui de choisir sa place, qui devait être immuablement aux côtés de sa mère. Madame Glades y veillait.

Lexie esquissa un sourire amusé devant le visage fermé de la jeune femme. Elle était rarement souriante avant un défilé. Il ne pouvait pas lui en tenir rigueur, cela demandait très certainement beaucoup de préparation. Il s'avança après avoir refermé la porte, la jeune coiffeuse ayant fait volte face pour se remettre à la tâche. "Oh tu sais comme moi que j'ai de la ressource" avait plaisanté Lex avec malice. Une réponse chargé de sous entendus qui fit détourner le regard de la jeune coiffeuse. "Tiens, tu es nouvelle toi?" Avait lancé Lex d'une voix sans timbre, par simple constat. Il ne se rappelait pas l'avoir déjà vue et pourtant, il connaissait une bonne partie des équipes de sa mère.

Il passa néanmoins rapidement à autre chose, il n'était pas ici pour la coiffeuse. Dérangeant coiffeuse et maquilleuse sans aucune gène, il vint embrasser Abi sur le front. C'est en se redressant qu'il esquissa un sourire amusé. "Ne te méprend pas, je teste la qualité du fond de teint" Lance t-il en riant avant de s'asseoir sur une des coiffeuses après avoir poussé tout le matériel.

Lui, s'imposer? Toujours. Il était ici chez lui, et très clairement, il n'avait aucun doute là dessus. Il avait toujours agi ainsi. Pourquoi aurait t-il agit comme un étranger en terre inconnue alors que ce n'était définitivement pas le cas? S'il savait s’embarrasser de faux semblants lorsque la situation le nécessitait, ce n'était pas le cas présentement. Il donnait toujours l'impression d'être maitre de la situation. En réalité, c'était assez rarement le cas. Simplement, il était doué pour le laisser penser.

"Comment vas tu? Tu verrais ma mère, je crois que depuis qu'elle s'est levée ce matin, elle n'a pas arrêté. J'imagine que ça compte aussi beaucoup pour toi." Avait achevé Lex en croisant les bras sur son torse. Il avait beau être plaisantin, il savait aussi que toutes ces paillettes n'étaient pas juste l'occasion de vendre un bête rouge à lèvre. Beaucoup de gens avaient des choses à gagner, mais aussi à perdre si rien ne se passait comme prévu. Il imaginait sans mal que ça pouvait être une source de stress. Bien qu'en fait, il ne se rappelait pas qu'elle ai déjà commis un faux pas sur un défilé. Peut-être ne savait il pas tout non plus.
 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 7310
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 29 ans (20.07)
» Schizophrénie : /
() message posté Sam 31 Mar - 1:13 par Abigail E. Reynolds
LA beauté est une courte TYRANNIE
Lexie
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.


Abigail s'attendait un peu à voir Lexie, ce soir. Elle est habituée à ce qu'il traîne dans le coin lorsqu'un événement lié à l'entreprise de sa mère se tient en ville. Ailleurs, c'est plus rare. Mais qu'importe, il est là ce soir, et Abigail ne sait pas sur quel pied danser. Elle se moque un peu de lui. C'est sa stratégie défensive préférée. Il ne le prend jamais mal - surtout parce qu'elle n'abuse jamais. Si elle le voulait, Abigail pourrait vraiment se montrer blessante. Mais ce n'est pas son but premier, Lexie lui plaît bien trop.

Ignorant pendant quelques secondes Abigail, Lexie s'adresse à la coiffeuse qui a repris son travail, ce qui n'est pas du goût de son modèle vivant. Même si la voix de Lex' ne laisse transparaître aucune tentative de charme envers la coiffeuse, Abigail fulmine. Intérieurement, car elle est une dame du monde avant tout. Et une dame digne de ce nom ne laisse pas échapper la moindre vulnérabilité. La brunette est de nouveau face au miroir, et elle observe la scène du coin de l'oeil. Elle voit la coiffeuse sourire, certainement touchée que le fils de Mrs. Glades ait remarqué sa présence. Abigail fait un geste en direction de sa maquilleuse, afin qu'elle continue elle aussi son travail. Elle se retient de réprimander la coiffeuse, et se contente de soupirer. Encore plus fort quand elle s'aperçoit que Lex' s'approche d'elle pour laisser ses lèvres s'échouer sur son front, où vient d'être appliqué les couches nécessaires au teint idéal pour défiler. Abigail fronce les sourcils, pour masque le fait qu'elle est touchée par ce geste, surtout quand Lexie lui lance que c'est juste pour tester la qualité du fond de teint.

- Je m'en doutais, pour quoi d'autre ? répond-elle, d'une voix morne en faisant signe à la maquilleuse de reprendre si nécessaire au niveau de son front.

Abigail suit des yeux son amant, qui s'appuie contre la grande coiffeuse disposée dans la loge, occupant presque tout un pan de mur, avec trois énormes miroirs et des lumières disposées tout autour. Il lui demande comment elle va, et elle hausse les épaules. Elle ne peut pas vraiment tourner la tête vers lui étant donné qu'on s'affaire majoritairement sur son crâne en ce moment.

- Ca peut aller. Je n'ai pas encore croisé ta mère, je suis arrivée il y a peu de temps, on m'a contactée un peu tard pour les essayages des tenues. Quelle organisation... soupire Abigail en levant les yeux au ciel, plus pour accompagner ses paroles qu'exécuter ce que vient de lui demander la maquilleuse. "Je ne suis même pas stressée, j'ai juste une grande envie de faire la fête. Quelque chose est prévu au sortir du défilé ?" demande-t-elle à Lexie.

Maintenant qu'il est là, autant profiter de sa présence. Abigail va peut-être réussir à se convaincre qu'il faut se détacher de lui, et que ces sentiments qu'elle ressent ne mèneront jamais à rien.

- Pardon, j'ai tellement envie de me changer les idées que j'en oublie les politesses. Et toi, comment vas-tu ? ajoute-t-elle précipitamment, ne laissant même pas le temps à Lexie de répondre à sa dernière question.

(c) Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/03/2018
» Messages : 56
» Pseudo : Kynaeku
» Avatar : Stephen Amell
» Âge : 34 ans
» Schizophrénie : Xander M. Winchester
() message posté Dim 1 Avr - 12:03 par Lexie L. Glades

La beauté est une courte tyrannie.
Abigail & Lex

« ...Mais j'ai rien contre la tyrannie. »
Lex avait beau connaître Abi depuis un moment maintenant, il ne parvenait pas toujours à comprendre ce qu'elle avait derrière la tête. Et en cet instant précis, il eu la net impression que quelque chose n'allait pas. Il n'était pas toujours très fin psychologue, et ne cherchait pas à l'être. Mais depuis qu'il était entré, il la trouvait bougonne. Distante. Las. En fait, il avait très nettement l'impression de l'emmerder. Ce qui n'était pas franchement un fait suffisant pour le vexer. En fait, emmerder le monde ne le dérangeait pas du tout. Mais venant d'Abi, ça l'inquiétait un peu malgré tout. Il chassa bien vite cette idée, se persuadant qu'il se faisait des idées. Sans doute était-elle fatiguée.

Fixant ses pieds qui se balançais dans le vide à quelque centimètre du sol, depuis le meuble sur lequel il était assis, il s'adossa au miroir derrière lui tout en croisant les bras sur son torse alors que les coiffeuse et maquilleuse s'affairait à achever la préparation de celle qui n'avait pas le droit à un seul faux pas ce soir là. Lex se plaisait à comparer cette organisation à une ruche. Sans doute n'en était il pas très loin. "Hum...Un cocktail, comme d'habitude. Je suis obligé d'y aller; Ma mère aime bien me coller sous le nez de tout un tas de gens. Tu crois que j'arriverais à séduire un vieux de 70 ans plein aux as?" Répondit Lex en riant. Il savait très bien ce que sa mère avait derrière la tête en l'obligeant à venir à toutes ces cérémonies. A 34 ans, Lex n'était toujours pas marié et pas l'ombre d'un héritier ne se profilait à l'horizon. Fait qui inquiétait madame Glades. Si bien qu'elle s'était donnée la mission de le présenter à un maximum de gens de la haute. Quitte à faire un mariage, autant qu'il soit glorieux.

Madame Glades savait qu'il avait la fâcheuse habitude d'avoir plusieurs partenaires en même temps. Elle le rabrouait souvent à ce sujet. Mais elle ignorait que depuis un bon moment, il n'y en avait qu'une. Cette dernière l'ignorait même très probablement elle même. "Me fera tu l'honneur d'être ma cavalière?" Repris-il on ne peux plus sérieux. Vraiment, il ne plaisantait pas. Il savait pour ce cocktail depuis un moment, il aurait pu inviter quelqu'un d'autre. Mais il n'avait pas envie de s'ennuyer. Et avec Abigail, il ne s'ennuyait jamais. "Par contre, ne prête pas attention à ce que pourrais dire ma mère". Précise Lex simplement. Lui même ne savait pas trop ce qu'elle risquait de dire, mais il la connaissait assez pour savoir qu'elle était parfois très douée pour mettre les gens mal à l'aise. Ceci dit, depuis le temps qu'Abi bossait pour elle, elle avait déjà du en avoir quelques aperçus.

"Moi ça va, R.A.S" Rétorqua t-il en éludant un peu la question. Il n'était pas très fort pour parler de lui et puis de toute façon c'était un peu la routine en ce moment. Quoi que. "Ah si, j'ai retrouvée une amie du lycée l'autre jour. Au parc. Le monde est petit, ça faisait quinze ans que je ne l'avais pas vu". Anecdote assez vague qu'il balaya aussitôt en reprenant sur le sujet initial. "Je ne pense pas retourner à la banque aujourd'hui, on pourra peut-être s’éclipser du cocktail pour aller dîner ailleurs. C'est moi qui t'invite. Tu n'as pas l'air dans ton assiette...Sans mauvais jeu de mot". Acheva t-il sur un ton presque paternel. Vraiment, à y repenser, il avait beau essayer de trouver une explication, elle n'avait pas l'air d'aller bien.

Soudain un homme munie d'un casque audio et d'un micro entra dans la pièce sans même frapper. "10 minutes mademoiselle Reynolds". La porte se referma aussitôt. Lex se leva d'un bond puis s'étira. Il était temps pour lui de rejoindre sa place dans la salle. Le personnels ayant terminé, il s'approcha d'elle et lui vola un baiser avant de se redresser, glissant un pouce sur ses propres lèvres. Pas une trace de maquillage ne s'était transféré. "On est pas si mauvais chez les Glades" Précisa t-il amusé avant d'esquisser un sourire à l'adresse d'Abi. "Tu vas les éblouir". Termina t-il en posant une main sur son épaule avant de quitter la pièce. L'ouverture de défilé commençait; Il pris place à côté de sa mère qui glissa une main dans la sienne. Elle faisait toujours ça. Elle était anxieuse à chaque défilé.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 7310
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 29 ans (20.07)
» Schizophrénie : /
() message posté Lun 9 Avr - 16:37 par Abigail E. Reynolds
LA beauté est une courte TYRANNIE
Lexie
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.


Abigail manque d'avaler de travers l'air qu'elle vient de faire entrer par sa bouche quand Lexie lui propose d'être sa cavalière pour le cocktail qui l'attend après la soirée. Elle y a également été conviée, mais ne pensait qu'y faire un saut, car elle sait très bien que si le stress n'est pas encore présent, il ne va pas tarder à arriver lorsqu'elle sera à quelques instants de monter sur le podium à son tour. Et ça, ça va clairement la fatiguer. Abigail a très envie de faire la fête, surtout pour décompresser après ce qui va suivre, mais elle a également envie de se retrouver seule avec son ordinateur portable, un bain et une série. Sans oublier les bougies et le verre de vin. Le classique d'une fin de défilé, après le cocktail habituel. Peut-elle vraiment refuser d'être vue officiellement en public avec Lexie ? Oui, elle le peut. Mais elle n'en a pas envie, car malgré sa réticence à passer plus de temps avec lui au risque de laisser son début de sentiments se développer davantage, elle aime la compagnie de Lexie, et elle sent qu'une soirée avec lui sera peut-être bien plus divertissante qu'un saut à ce cocktail suivi d'un bain. A moins qu'il la raccompagne chez elle en fin de soirée, et qu'ils prennent ce bain ensemble...

- Je veux bien être ta cavalière pour ce soir, si ça peut te permettre d'éviter d'avoir à séduire un vieux plein aux as... Je pourrai t'enseigner la technique, cela dit, déclare Abigail, un sourire en coin. "Que pourrait donc dire ta mère ?" demande-t-elle ensuite en haussant un sourcil.

Lexie l'informe qu'il a retrouvé une amie de ses années lycée, récemment, et immédiatement Abigail se sent envahie de la même jalousie ressentie quelques secondes plus tôt quand Lexie s'est adressé à sa coiffeuse, ayant remarqué qu'elle semblait être nouvelle. Elle se contente donc de hocher la tête, pour ne pas être forcée à mentir sur ce que cette déclaration provoque en elle. Plutôt s'en moquer que de montrer que ça l'affecte. Heureusement, Lexie change rapidement de sujet, et propose à Abigail de l'emmener dîner, après le cocktail. Elle fronce un sourcil, faisant soupirer en même temps sa maquilleuse qui était en train d'y apporter une retouche, mais quand elle lui lance un regard noir cette dernière reprend sa tâche comme si de rien n'était. Le maquillage est presque terminé, la coiffeuse a depuis quelques secondes rejoint le canapé de l'autre côté de la loge.

- Ca risque d'être un peu tard pour un dîner, mais on peut toujours se faire livrer chez moi. Je voulais prendre un bon bain, après le cocktail... précise Abigail en plantant ses yeux dans ceux de Lexie, pour lui faire comprendre qu'il peut aisément l'accompagner sur ce point.

La porte qui s'ouvre sans qu'on ait frappé au préalable surprend Abigail et la coupe dans son élan de séduction. Elle se retourne à peine, et l'un des régisseurs annonce qu'elle n'a plus que dix minutes avant que son premier tour n'arrive. Elle voit du coin de l'oeil Lexie qui se relève et s'étire, alors que sa maquilleuse lui précise qu'elle a enfin terminé. Avant qu'Abigail n'ait pu se lever, Lexie s'approche d'elle pour lui voler un autre baiser, sous l'oeil intéressé de la maquilleuse qui est en train de ranger son matériel étalé sur la coiffeuse. Il lui souhaite bonne chance à sa façon et quitte la pièce. Abigail prend une minute pour remettre ses idées en place. Le stress est en train de monter, malgré elle.

La brunette quitte, elle aussi, sa loge quelques instants plus tard, suivie de près par la maquilleuse et la coiffeuse qui devront retoucher rapidement sa tête entre deux tenues. Et la changer complètement, et très rapidement, pour le final dont on a chargé Abigail. Celle-ci rejoint l'arrière de la scène où se trouve l'équipe du créateur des vêtements qu'elle devra porter ce soir. Ce dernier aussi, est présent, au milieu de la dizaine de mannequins qu'il a conviées pour l'événement. Toutes les valisettes de maquillage présentes dans le lieu, sur une longue coiffeuse aménagée sur des tréteaux avec plusieurs miroirs et l'éclairage adéquat, portent le nom Glades. Abigail s'installe près du dernier siège libre avec ses deux employées personnelles, et rejoint vite le créateur pour qu'il lui fasse enfiler sa première tenue. Encore une accolade, et c'est l'une des mains d'habillage qui la prend ensuite en charge. Les premières mannequins ouvrent le bal, pendant qu'on referme la longue robe bordeaux qu'Abigail porte en tant que première tenue. Quelques paillettes y ont été cousues, ainsi qu'une quantité colossale de tulle. Tout ce qu'adore la brunette. On lui fait passer les chaussures assorties, avant de l'annoncer pour le prochain passage.

Accompagnée de deux autres mannequins aux robes plus courtes, Abigail fait son entrée, en première, sur le podium. Elle sait que Lexie est dans la salle, mais à cet instant elle est loin de pouvoir penser à lui. Elle doit contrôler chaque mouvement de son corps. Faire attention à ce que ses talons ne se prennent pas dans la traîne de la robe. Penser à sourire qu'à peine, pour faire ressortir le maquillage. Elle marque une pause sur le bout du podium, comme d'habitude. Elle a ça dans le sang, rien ne l'effraie lorsqu'elle est à cet endroit. Pas même les lumières aveuglantes qui l'empêchent de voir la totalité de la salle, ni même les flashs qui crépitent. Dans un jeté élégant de la traîne de sa robe, elle fait demi-tour et croise la seconde modèle de ce passage en trio, qui est prête à enchaîner, elle aussi, sur le bout du podium.

A peine essoufflée, Abigail rejoint l'arrière de la scène et se laisse déshabiller puis rhabiller. On la félicite de son travail. L'anglaise y voit là un soulagement surtout, qu'elle n'ait pas mis la honte au créateur en tombant de ses talons... Le reste du défilé se passe dans l'agitation habituelle. Après cinq passages et cinq retouches maquillage allant avec, on informe Abigail qu'elle va fermer le défilé, dans la robe la plus élaborée. Sa coiffeuse et sa maquilleuse s'empressent de s'occuper d'elle avant de la laisser aux mains de deux habilleuses. Les chaussures sont enfilées, Abigail est prête à défiler, accompagnée du créateur des vêtements qu'elle a portés ce soir. C'est sous les applaudissements qu'ils s'avancent tous deux sur le podium. Abigail se sent grisée par l'ambiance. Le stress commence à retomber, et elle sent enfin la douleur d'avoir tant appuyé sur ses chevilles pour ne pas tomber de ses différentes paires plus ou moins hautes d'escarpins. Mrs. Glades est invitée à rejoindre le créateur ainsi qu'Abigail sur le podium, et c'est à cet instant qu'Abigail repère Lexie. Elle ne peut s'empêcher de lui adresser un sourire, quand même assez pressée de le retrouver quand tout sera terminé.
(c) Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/03/2018
» Messages : 56
» Pseudo : Kynaeku
» Avatar : Stephen Amell
» Âge : 34 ans
» Schizophrénie : Xander M. Winchester
() message posté Jeu 12 Avr - 22:39 par Lexie L. Glades

La beauté est une courte tyrannie.
Abigail & Lex

« ...Mais j'ai rien contre la tyrannie. »
C'est vrai ça, que pouvait bien dire une mère qui cherche à tout pris à marier son fils depuis des années. Quoi qu'en fait, il n'était pas certain qu'elle prenne d'un très bon oeil sa relation avec Abi. Elle faisait parti de ceux qui prône la séparation des camps entre la vie privée et le boulot. En théorie. Parce que sur les faits, tout le monde savait qu'elle était incapable de dissocier l'un de l'autre. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle vivait pour son entreprise, que Lexie n'avait pas de père et qu'elle avait ô combien essayé de le projeter sur les planches lui aussi. Lex' la savait très hypocrite sur ce point. Il ne lui en voulait pas. Tout le monde l'est. En fait, ce serait l'être plus encore que de le nier.

En réalité, elle savait déjà qu'Abi faisait partie des conquête de Lexie. Ce qu'elle ne savait pas en revanche c'est que justement, elle n'était pas qu'une conquête. Quand elle avait su qu'ils se voyaient, elle avait mis Lexie en garde. Pas contre Abi non...Bien au contraire. Elle tenait tellement à elle qu'elle avait interdit à Lexie de la briser. Parce qu'elle savait sûrement mieux que quiconque le mal que son fils était parfois capable de faire. Il jouait. Tout le monde dans son entourage le savait. Mais ceux qui avaient la malchance de l'ignorer s'en mordait tôt ou tard les doigts. Lexie n'est pas un homme toujours très franc. Il l'était néanmoins avec Abigail. Quant à Madame Glades, elle s'efforçait de raisonner son fils. Ils en avaient souvent parlé. Ils s'étaient souvent disputés. Lex' avait souvent claquée la porte. Elle aussi. Un mariage. C'était aux yeux de Lexie quelque chose de tellement rétrograde que de lui forcer là main là dessus qu'il en rirait presque aujourd'hui. A chaque représentation, chaque sortie, chaque cocktail, sa mère s'était arrangé pour lui présenter une ribambelle de femmes toutes plus aisées les une que les autres. Il en avait fait des courbettes, des sourire. Il en avait même bien profité parfois, c'est vrai. Mais ça n'avait jamais été bien loin. Le hic, c'est que sa mère était inventive et il craignait un peu ce qu'elle avait prévu ce soir là.

"Oh...Rien" avait répondu Lexie distrait à la question du "que pourrait bien dire Madame Glades?". Tellement de chose en réalité que Lex' préférait ne pas l'imaginer pour le moment. il verrait bien. De toute façon, il était très fort pour faire bonne impression en société. Il avait été élevé pour ça en fait. Imaginez le désastre s'il n'avait pas eu une plastique aussi avantageuse? Il n'était pas bien sur de ce que sa mère aurait pu faire de lui. Ça l'amusait. Pourquoi s'en offusquer, ce n'était pas le cas. "Mais je ne dis pas non à quelques cours...Crois-tu que j'en ai besoin?" Avait-il rétorqué néanmoins avec malice en esquissant un sourire en coin plus qu'évocateur. Elle avait poursuivi sur le même ton en l'invitant tacitement à la retrouver chez elle. Une idée plus qu'alléchante aux yeux de Lexie qui devait jouer de stratégie pour ne pas être retenu trop longtemps au cocktail. Peut-être prétexterait-il un appel de la banque..."Hm...Ce programme est bien plus intéressant" avait-il glissé avant que l'annonce de l'ouverture du défilé ne soit faite.

Lexie avait quitté la pièce suite à l'apparition du régisseur, et avait longé le grand couloir qui menait à la salle dans laquelle trônait une large estrade. C'est au bord de cette dernière, sur une rangé de siège surélevé, dans un carré VIP que Lexie avait pris place aux côtés de sa mère. Et puis le défilé avait commencé. En fait, Lex' s'ennuyait dans ces représentation. Des mannequin, il en avait vu combien défiler? Mais il devait-être là pour sa mère. Et pour Abi, car c'était elle la vedette ce soir après tout. Et comme toujours, elle était splendide. Assurée. Professionnelle. C'était ça qu'il appréciait chez elle. Elle n'était pas noyé sous les projecteurs. En fait, elle leur faisait même de la concurrence.

Lorsque la fin du défilé approcha, il fût soulagé que sa mère relâche la pression sur sa main tant cette dernière s'était engourdie. Il grimaça alors qu'elle applaudissait. Lexie en était incapable sur le moment, trop occupé à remuer les doigts pour faire affluer le sangs dans ses extrémité. Décidément, ça, il ne s'y ferait jamais. Comment une femme de 60 ans pouvait avoir autant de poigne? Son regard se porta néanmoins sur le podium alors que tous les responsables y était grimpé, au coté des mannequin. Croisant les bras sur son torse alors que tous les autres applaudissaient encore, il fixait simplement Abi. Son regard valait sûrement tous les applaudissements à ce moment là. Mais il était tellement bon acteur que parfois, il n'était pas aisé de le croire réellement sincère.

Quoi qu'il en soit, sa mère lui fit rapidement signe de les rejoindre, très enjouée par ce que le défilé avait donné visiblement. Elle semblait heureuse. C'était sûrement tout ce qui comptait. Ça, et le pactole qu'elle allait empocher suite à ça...Du coup. Lexie était co-directeur de la banque dans laquelle une partie des capitaux de la fortune Glades était stockée...Alors il en savait quelque chose. Il était alors monté sur l'estrade à son tour alors que le reste des spectateurs s'étaient levé, déjà assailli par les serveurs qui proposait coupe de champagne et petits fours. En un rien de temps et après un discours bien senti de la part de Madame Glades et du couturier, la salle s'était transformé en salle de cocktail. Après avoir serrées quelques mains, Lex' avait attrapé Abi par la taille pour la soulever de quelques centimètres, affichant un sourire large. "Tu étais parfaite" Avait-il précisé, enjoué alors que sa mère lui jetait un regard noir auquel il répondit par un "Oh, bonsoir Madame Glades" terriblement solennel qui fit rire quelques unes des personnes présente sur l'estrade. Lex' n'était pas certain qu'il ignore qui il était. En fait, c'était même certain qu'ils savaient.

"Je vais raccompagner mademoiselle Reynolds à sa loge. Je vous rejoint au cocktail. Mère." Avait-il lancé avec un clin d’œil histoire de dissiper les dernier doute alors que Madame Glades se contentait d'un long soupire. Il savait très bien qu'elle ne lui répondrait pas devant tous ces gens. Pas comme elle aurait aimé le faire avec son habituel "Lexie, tu n'es plus un enfant". peut-être que si. D'ailleurs, il faisait œuvre de ses habituels caprices en attirant Abi vers les loges sans même se demander si c'était vraiment ce qu'elle voulait.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 7310
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 29 ans (20.07)
» Schizophrénie : /
() message posté Lun 23 Avr - 0:28 par Abigail E. Reynolds
LA beauté est une courte TYRANNIE
Lexie
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.

D'abord une étreinte de Mrs. Glades, puis une du styliste, puis une autre, et encore une autre... Abigail a mal aux zygomatiques à force de sourire. Toujours meringuée comme pas deux, qui plus est. Elle a beau aimer se trouver dans de somptueuses tenues, ces dernières sont généralement très lourdes et il est très compliqué de se mouvoir avec. Lexie est invité à rejoindre tout le petit gratin sur le bout du podium, et les flashs crépitent de plus belle. Il serre la main aux personnes présentes, et ne s'occupe d'Abigail qu'après avoir fait son devoir. Elle se fait soulever du sol entre les mains terminant les deux bras musclés de Lexie. Abigail ne peut s'empêcher de lui jeter un regard d'abord noir, puis rieur. Il n'est pas censé faire ce genre de choses en public, et encore moins devant sa mère ! Maître de ses émotions, Abigail ne rougit pas quand elle remarque l'expression de la mère de son amant, à quelques pas d'eux.

- Merci... souffle Abigail après que Lexie a faussement salué sa mère.

Elle n'a pas le temps de rejoindre elle-même l'arrière de la scène que Lexie l'y emmène déjà.

- Attends !s'exclame-t-elle alors qu'elle comprend qu'il est en train de l'entraîner en direction des loges, "Je dois retirer cette tenue, quand même..."

Abigail lâche la main de Lexie et retourne sur ses pas en direction des habilleuses, qui l'attendaient de pied ferme, ayant déjà préparé la tenue qu'Abigail a prévu de porter pour le cocktail. C'est une fois cachée derrière le plus grand paravent qu'elle s'autorise à souffler, et à décompresser totalement. L'une des habilleuses la rejoint pourtant vite, et l'aide à se défaire de sa robe imposante, sans un mot.

- Comment as-tu trouvé le défilé ? demande Abigail d'une voix forte, sachant pertinemment que Lexie se trouve quelque part derrière le paravent, à l'attendre.

L'habilleuse termine de s'occuper du mannequin, et cette dernière peut enfin enfiler sa robe fourreau bleu marine ainsi que ses escarpins noirs, préparés le matin-même.

- Ah, enfin libre ! lance-t-elle en se montrant à nouveaux aux yeux de Lexie.

Elle prend ce dernier par le bras et l'entraîne en direction des loges.

- Je vais récupérer ma pochette. On ira faire un tour au cocktail après, si tu veux bien.

En réalité, Abigail a juste envie de l'embrasser franchement, chose qu'elle ne pouvait pas faire devant son personnel, un peu plus tôt. Sa présence la met dans cette humeur tout à fait particulière, qu'il est le seul à déclencher chez elle depuis quelques temps. Elle ne doit pas s'attacher, elle ne doit pas. Mais elle aime être avec lui, c'est indéniable.
(c) Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 03/03/2018
» Messages : 56
» Pseudo : Kynaeku
» Avatar : Stephen Amell
» Âge : 34 ans
» Schizophrénie : Xander M. Winchester
() message posté Jeu 17 Mai - 19:16 par Lexie L. Glades

La beauté est une courte tyrannie.
Abigail & Lex

« ...Mais j'ai rien contre la tyrannie. »
Lex avait attirée Abi sans trop se poser de question, rapidement stoppé par la jeune femme qui émis le besoin de se changer. Ce n'était pas franchement surprenant, les tenues de défilés ne sont pas de simples vêtements, il avait tendance à l'oublier. Attendant simplement de l'autre côté du paravent, il avait croisés les bras en soupirant. "Bien Madame" Avait-il prononcé dans un rire alors qu'elle se changeait. La ruche s'était remise en route autour d'elle, s'affairant à la débarrasser de cette robe qu'elle ne pouvait pas enlever toute seule. "J'aurais pu le faire hein..." Avait murmuré Lexie sur un air malicieux en se rapprochant du paravent, de sorte qu'elle seule puisse l'entendre. Esquissant un sourire en coin.

Vint alors la question du défilé. Comment l'avait-il trouvé? Il n'en savait trop rien. Pour tout dire, il ne l'avait pas franchement regardé. S'il était ici, c'était pour Abi. Alors il n'avait vu qu'elle. Des défilés, il en avait vu des centaine. Il baignait là dedans depuis qu'il était enfant. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'était pas forcément sa passion. "Tu était parfaite" S'était t-il contenté de répondre, éludant quelque peu la question, tout en restant sincère. Il le pensait vraiment.

Et alors qu'elle sortait enfin de sa cachette, Lexie n'eut pas franchement le temps de constater le changement. C'était à son tour de se laisser entrainer vers les loges. Arrivé là bas il esquissa un sourire amusé tout en poussant la porte. "Ta pochette hein?" Avait-il répété, suspicieux en refermant la porte derrière elle. C'est sans gène qu'il avait laissé son regard courir le long de son corps et de sa robe fourreau. Elle pouvait bien porter ce qu'elle voulait, elle était toujours aussi belle. "Elle attendra". Avait t-il soudainement décidé au sujet de la pochette, poussant Abi dos à la porte qu'il venait de refermer, sans violence malgré tout. Il lui avait alors volé un baiser bien plus passionné que celui qu'il avait pu dérober plus tôt dans la soirée.

D'ailleurs, notez que s'il s'était montré si chaste, c'était uniquement pour ne pas embarrasser Abi. Il n'avait toujours eu que faire de l'avis des autres à ce sujet. Et c'était sa soirée, il l'avait décidé. Après tout, ce n'était pas pour tous les autres qu'il était là. Bon, un peu pour sa mère aussi, c'était vrai. Mais pas que. C'est d'ailleurs entre deux baiser qu'il lui répondit. "le cocktail peut bien attendre" Avait il précisé visiblement peu décidé à quitter cette pièce pour le moment.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
no one knows what tomorrow holds, all we got is here and now.
--
» Date d'inscription : 02/08/2016
» Messages : 7310
» Pseudo : Eilyam
» Avatar : Keira Knightley
» Âge : 29 ans (20.07)
» Schizophrénie : /
() message posté Dim 27 Mai - 20:01 par Abigail E. Reynolds
LA beauté est une courte TYRANNIE
Lexie
feat.
Abigail


 

 



 

 

If you got the keys then start the car and drive as far as you can. If you got the blood then you got the heart to give yourself a chance. It seems like we've been so scared... Some people call it art, I hope you make peace with your pain and never lose your flames.

Avant que l'habilleuse n'arrive derrière le paravent, Abigail entend Lexie lui murmure qu'il aurait pu s'occuper de la déshabiller, ce qui la fait glousser. Elle reprend bien vite son sérieux et sa quasi-froideur, parce qu'elle déteste glousser bêtement comme les poules à hommes. Plutôt que de lui montrer qu'elle a trouvé cette remarque furieusement touchante, elle lui demande comment il a trouvé le défilé. Il lui répond qu'elle a été parfaite, et un sourire naît à nouveau sur son visage aux traits fins. L'habilleuse le remarque, Abigail remarque qu'elle l'a remarqué, et lui lance un regard noir pour lui faire comprendre qu'elle ne doit surtout rien en penser. Mais elle ne peut pas s'empêcher de sourire, même à l'habilleuse, qui l'accompagne.

- Merci... C'est très gentil de votre part Monsieur Glades, lance-t-elle à nouveau.

Une fois vêtue de sa robe fourreau bleu marine et de ses chaussures de cocktail, Abigail se rappelle qu'elle doit récupérer sa pochette dans sa loge. C'est le seul semblant d'affaires qu'elle a ramené avec elle, hormis sa robe et ses chaussures pour le cocktail. Une fois Lexie et elle arrivés dans sa loge, il commet le geste qu'elle pensait être la première à faire. Lexie plaque Abigail contre la porte qu'il vient de refermer derrière lui, et l'embrasse avec passion. Le mannequin se délecte de ses lèvres viriles mais pourtant douces, avant de murmurer, entre deux baisers :

- Oui, ma pochette... Et nous sommes attendus au cocktail, ne tardons pas, veux-tu ? Je ne voudrais pas subir de quest..

Abigail ne peut même pas terminer sa phrase que Lexie lui dit que le cocktail peut bien attendre, tout en se remettant à l'embrasser. Un nouveau gloussement parvient presque à s'échapper des lèvres d'Abigail, mais elle le retient juste à temps. C'est quand Lexie l'embrasse de la sorte qu'elle se rend compte qu'il lui a manqué depuis quelques semaines qu'ils ne se sont pas vus. Sur le point de se dégager de l'étreinte de Lexie pour l'emmener sur le canapé un peu plus loin dans la loge, Abigail sursaute car on frappe énergiquement à la porte et on entre sans même attendre sa réponse. Elle s'écarte en une fraction de seconde de son amant, et se déplace un peu pour faire face à son agent, qui vient d'entrer comme d'habitude sans se soucier de l'avis du mannequin. Ils se connaissent depuis des années, Abigail ne s'en formalise plus. Il lui dit qu'il avait peur qu'elle soit déjà partie, et lui précise qu'il souhaitait la féliciter en personne pour ce soir. Une rapide étreinte, un sourire d'Abigail, et il remarque enfin la présence de Lexie.

- Euh... Je te présente Lexie Glades, un ami à moi, fait-elle en cachant au mieux sa gêne.

Accordant à peine l'attention qu'il mérite à Lexie, l'agent d'Abigail la prend par le bras et la tire jusqu'à lui par la taille, lui lançant que c'est l'heure d'aller se montrer et faire des courbettes pendant une heure ou deux auprès du gratin. Sentant qu'elle n'a pas vraiment le choix, Abigail se dégage pour récupérer sa pochette sur la coiffeuse. En revenant vers la porte, c'est sous le bras de Lexie qu'elle passe le sien, et fait comprendre à son agent qu'elle a déjà un cavalier. D'un regard entendu, ce dernier quitte la pièce non sans un clin d'oeil et clame à Abigail depuis le couloir qu'elle ne doit pas trop tarder.

- Excuse-moi... Il est plutôt envahissant, mais je lui dois une partie de mon succès, souffle-t-elle à Lexie une fois qu'ils se retrouvent tous deux seuls.
(c) Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» la beauté est une courte tyrannie
» Ce n'est pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse
» Tyrolienne et courte echelle
» Récit des rêveries d'une courte vie. Histoire de Gabriel Denroth, ou Eto Hachiro.
» La beauté n'attend pas... [2 filles recquises]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-