Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Don't Burry me -18 ♦ ANDRAS&DYLAN

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 77
» Avatar : Robbie Kay
» Âge : 19 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Lun 19 Mar - 21:11 par Dylan B. Turner
Donner l’autorisation à un garçon de le toucher ? Dylan avait déjà embrassé des garçons avant Andras, certains avaient tentés d’avoir plus mais ils arrivaient tous à la même conclusion. Chacun avait insisté, voulant leur dû. Cet homme avait su faire la différence ? Quel homme équilibré aurait pu attendre un mois sans forcer ? Il ignorait si c’était la dispute ou cette façon qu’il avait eut de le regarder. S’embrassant encore et encore, se caressant mutuellement. Jusqu’à cette main entre ses cuisses, il sursauta lorsqu’elle vint le toucher à un endroit bien précis. Automatiquement la réaction se fait, son engin se met à durcir. Il était d’abord mal à l’aise qu’on le touche à cet endroit, mais les caresses et les baisers jouèrent en la faveur de ce garçon. Se détendant, la main s’infiltra dans son sous-vêtement, ses doigts le touchèrent, il était constitué ni trop grand ni trop petit, une moyenne tout à fait acceptable. Il eut un petit gémissement sur le moment, tandis qu’il vint à être à sa taille maximum, trouvant son sous-vêtement de trop.

Le température corporelle ne faisait que s’élever un peu plus, il eut quelques soupirs d’aise, jusqu’à cet instant où il embrassa son cou pour lui mordiller l’oreille, un petit gémissement clair se serra dans sa gorge, le contrit à cet aller et venue sur lui. Cette lubricité soudainement l’épouvantait, mais il était soulagé que ça lui plaise, il voulait bien être condamné à la luxure si c’était avec Andras. Se laissant pousser, ils arrivèrent au canapé, il se pencha à nouveau pour l’embrasser, il recueillit ses lèvres contre les siennes tel le sépulcre de cet envoûtement charnel. Pris dans cette ivresse, ayant possession de son esprit, il se retrouva assis sur le canapé. Son homme encore debout lui faisant face, pris d’une audace certaine il remonta aussi ses mains le long de ses cuisses musclés de danseur. Ses yeux rivés sur ce point culminant, il se mit à le caresser aussi au niveau de son entrejambe, ses lèvres se déposèrent sur son ventre, le bout de sa langue jouant avec son nombril, il avait tellement envie de goûter à sa peau.

Ses pouces passèrent par l’élastique de son boxer qu’il fit glisser le long de ses cuisses, ses doigts s’enroulèrent autour de son engin, et décida de reproduire ce geste propre à la masturbation. Ses yeux clairs, aux nuances de bleu et de vert l’observèrent, analysant s’il s’y prenait bien. Le garçon connaissait quand même la théorie, il avait déjà vu des magasines ou des films. Son cœur tambourinait, était-ce une pratique courante ? S’il s’y prenait mal ? Si ça avait mauvais goût ? Faisant taire ces démangeaisons et préférant donner de l’appétit à ses envies, il approcha l’extrémité de son membre à sa bouche. Sa langue passa dessus, et il décida de l’introduire. C’est à ce moment qu’il comprit son petit ami était plutôt de bonne constitution. Ca n’était pas écœurant, en fait ça lui plaisait, encore pire il avait envie de s’assouvir à son plaisir. Dylan découvrait les joies de la sexualité. Il essaya d’en mettre le maximum dans sa bouche et recula, se mettant à aller et venir. Une main sur sa hanche et l’autre à la base. Attendant qu’il le guide d’avantage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 150
» Pseudo : rose
» Avatar : bill skarsgard
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Lun 19 Mar - 23:34 par Andras L. Gardner
Je sens bien qu'il en a envie autant que moi lorsque ma main entre en contact avec son service trois pièces et un petit sourire se dessine sur mon visage, c'est bien ça que j'attendais au moins son engin est opérationnelle sans trop de mal. C'est un bon point pour lui. Mes caresses et mes baisers ont l'air d'agir et je le vois sur son visage. Je le vois aussi dans sa façon de prendre les choses en main. Je suis debout devant lui et j'allais me pencher pour l'embrasser encore, lui retirer ce qui lui reste de vêtements mais il est plus rapide que moi et me prend de court et ça me plaît énormément. Je suis étonné d'ailleurs. Je frisonne quand ses doigts me touchent et quand il fait glisser mon boxer le long de mes jambes. La chaleur de mon corps vient de monter d'un nouveau cran. Je suis plutôt satisfait que ça soit lui qui prenne les devant. Je le laisse me toucher et je me mords les lèvres savourant ses mouvements de va et viens et je le laisse faire. Je ne m'attendais pas non plus à ce qu'il me fasse une fellation, pas tout de suite en tout cas, mais c'est loin d'être désagréable au contraire. Je pose une main sur son épaule et l'agrippe. Je laisse échapper quelques râles de plaisir. Ce n'est pas si mal pour sa première fois.

Je le laisse faire quelques instants profitant pleinement de ce moment et je me recul de façon à ce qu'il comprenne qu'on peut passer à autre chose. Je viens l'embrasser de nouveau pendant que je le repousse sur le canapé et que je viens glisser à nouveau ma langue dans son oreille. Mes doigts eux glissent le long de son torse et s'arrêtent à son entrejambe et je lui retire son sous-vêtement découvrant enfin son sexe. Je lui fais un petit sourire, il n'y a vraiment pas de quoi avoir honte. Je ne comprends pas pourquoi il se senti si gêné face à son corps. Je le trouve très bien garnit. Je me positionne de façon à être au-dessus lui pour que les choses sérieuses commencent un peu, jusqu'à maintenant c'était surtout une mise en bouche, dans tous les sens du terme. Je viens l'embrasser langoureusement. Je m' inserts alors sur lui et pose mes mains sur son torse. Je plonge mes yeux dans le siens espérant y trouver du plaisir pendants que je commence mes mouvements de va et viens.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 77
» Avatar : Robbie Kay
» Âge : 19 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Mar 20 Mar - 12:42 par Dylan B. Turner
Dylan est dans la découverte de sa sexualité. L’imprévisible était devenue une loi dans sa vie. Il était encore intimidé par tout ce qu’il était en train de faire. Son petit ami devenait désormais son amant, c’était une étape importante. Dans son fort intérieur, il savait qu’il ne faisait pas le mauvais choix, était emprunt à des sentiments assez fort pour estimer qu’Andras était le garçon qui devait le mener sur la route du plaisir. Se retrouvant assis sur le canapé, il ne pu s’empêcher de le découvrir aussi de son boxer, se débarrassant de la dernière barrière, sa main entra en contact avec son entrejambe, faisant attention, le toucher était agréable de cette partie, et ensuite par envie, pour savoir, pour assouvir un besoin, il alla déposer sa bouche dessus. Beaucoup de fois il avait eut envie de savoir ce que ça faisait de produire cet acte, et à sa grande surprise ça n’était pas rebutant. Il se laissa aller, jouant sur le rythme, sur la quantité qu’il était capable de prendre. Une main se déposa sur son épaule, l’intimant de continuer, il l’entendait gémir ce qui était bon signe et l’incitait d’avantage. Après quelques instants de cette douce gâterie, il le fit reculer.

Un baiser langoureux et son dos entra en contact avec les coussins du canapé. Andras le recouvrait, il l’encercla de ses bras, l’amenant d’avantage à lui alors que de nouveau il venait jouer avec son oreille. Sa peau était devenue sensible, plus réceptive à chacune des caresses. Alors que son petit ami le caressait de nouveau au niveau du torse, il lui subtilisa son sous-vêtement. Un éclair d’angoisse, allait-il aimer ? Ne pas aimer ? Avoir honte de son corps, n’avait été jusqu’à maintenant que la répercutions de ses persécutions. Quand on vous dit sans cesse que vous êtes moche, qu’on se moque de vous, a force on commence à y croire, prenant la cruauté pour vérité. Mais dans le regard de son petit ami, il semblait plaire et son avis comptait bien plus que celui de la population. Il le laissa faire, lorsqu’il plaça une jambe de chaque coté de son corps, leurs lèvres se scellèrent à nouveau dans un baiser profond, leurs langues dansant sur la musique de leur concupiscence réciproque. Les longs doigts de son amant s’appuyaient sur son torse.

Son gémissement fut étouffé alors que son membre entra en Andras, c’était étroit, chaud, légèrement exigu et pourtant tellement excitant. Sa main vint se poser sur sa cuisse et il se redressa agrippant l’une de ses fesses, c’était doux au contact, il commença à remuer et lui le suivis, leurs regards étaient complices. Il commençait à transpirer, il avait toujours pensé que ça aurait été l’inverse avec ce garçon. En soit il lui donnait confiance, il espérait aussi connaitre ce que c’était.

Sa main gauche remonta le long de son torse et au final, pris dans un élan quelque peu maladroit, il les fit basculer, il se retrouva entre les cuisses de son amant, l’action ne fut pas aisée avec le corps bien plus massif du danseur. Il redressa ses jambes, logeant son bassin entre ses cuisses, trouvant un angle d’attaque suffisant et peu à peu, ses hanches remuèrent, prenant un certain rythme, son ventre frottait un peu contre la constitution charnelle de son petit ami. Leurs peaux se frictionnaient avec intensité, il l’embrassa à nouveau, de longs soupirs s’échappaient de sa bouche. Il commença à prendre un peu de vitesse dans ses va et vient, voulant donner son maximum.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 150
» Pseudo : rose
» Avatar : bill skarsgard
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mar 20 Mar - 18:52 par Andras L. Gardner
Je savoure chaque moment passés avec lui, je n'imaginais pas une seconde quand il m'a renversé en vélo qu'il deviendrait mon amant, ni même qu'il serait encore là après un mois. En terme général je ne laisse personne s'immiscer dans ma vie parce que j'ai toujours peur qu'on me trouver fou, qu'on ne supporte pas mes tocs et qu'on déplace tout dans la maison, alors souvent je n'invite personne. Je me contente de coup d'un soir mais lui c'est différent, parce qu'il est aussi différent. Je ne sais pas comment l'expliquer c'est peut-être ça l'amour finalement.

Ce qu'on fait en tout cas à l'air de lui plaire et je suis plutôt rassuré qu'il prenne aussi les devants, qu'après avoir été à califourchon au dessus de lui il prenne le choses en main. Je le laisse faire, c'est mignon de voir un gars comme lui prendre de l'assurance et je pense que c'est ce qui lui manque encore un peu, mais ça viendra avec le temps. Je me retrouve sur le dos. Mes mains viennes s'agripper à ses petites, mais jolies, fesses et je ne cesse de le regarder pendant l'acte. Je crois que ses yeux qui m'ont fait craquer et qui me font toujours ce même effet de pouvoir m'y plonger dedans. Pour l'heure c'est lui qui est dedans si je puis dire, et je laisse échapper un gémissement de plaisir, bon sang ce que ça fait du bien et ce que c'est bon. Je rapproche mon visage du sien pour l'embrasser encore et encore. Je ne suis pas mécontent qu'il m'ait renversé. S'il ne l'avait pas fait on n'en serait pas là. La vie est parfois très étrange.

Une fois qu'il commence à diminuer la cadence j'ai très envie de lui montrer autre chose et je le rebascule mais de façon à ce qu'il soit sur le ventre. Je caresse son dos et dépose des baisers les longs de son corps, mes doigts eux viennent caresser ses jolies fesses et je passe un doigt entre ses fesses histoire de le titiller un peu. C'est peut-être sans doute l'un des moments que je préfère dans l'acte et quand je sens que je peux y aller je m'insert en lui et prend soin d'y aller doucement quand-même, bien que ce n'est pas vraiment ce qui me passe par la tête, mais je veux qu'il se souvienne de notre première fois, je veux l'emmener au septième ciel et je pense que je suis bien parti pour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 77
» Avatar : Robbie Kay
» Âge : 19 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Mar 20 Mar - 19:45 par Dylan B. Turner
Dylan ne voulait pas admettre qu’il était en train de tomber totalement amoureux de ce garçon. Il n’était pas forcément équilibré, il avait des tocs, il était maniaque mais ça semblait faire son charme. C’était trop tard pour faire machine arrière, surtout depuis que son bassin venait se percuter entre ses cuisses. Lorsqu’Andras vint se saisir de son postérieur pendant l’acte, il eut un petit gémissement de surprise, son esprit sombra dans la luxure. C’était l’extase et jamais il n’aurait imaginé qu’en lui touchant cette zone, il se mette à être plus insistant. Des goûtes de sueur perlaient sur son front. Il se sent assez à l’aise, sa tête plonge, il tenait fermement ses cuisses pour prendre appuie, et leurs bouches ne formèrent qu’une.

Jusqu’à cet instant où il s’arrêta, son abdomen rencontra le tissu tendre du canapé. Ses mains viennent lui administrer des caresses dans le dos, son estomac se contracte, il sait ce qu’il va lui arriver. Il angoisse un peu de cette sensation. Les lèvres de son petit ami joue avec son épiderme, chaque frisson est délectable, chaque geste le marque au fer rouge de la tendresse. Les longs doigts continuent leur chemin et à peine eut-il effleuré son petit postérieur rond, il eut un soupir. Jamais il n’avait imaginé que cette zone soit à la fois sensible et aussi plaisante à se faire toucher. Un des doigts d’Andras vint à la rencontre de cet intimité encore vierge de toute intrusion. Allongé, il serra légèrement les poings, cette résistance se fit lorsqu’il entra en lui. Un petit gémissement de douleur et une grimasse déforma son visage. Effectivement Andras était d’une assez bonne constitution, par chance il y allait doucement.

Ses doigts serrent le tissu, il ne veut pas renoncer malgré cette brûlure profonde au creux des reins, il voulait qu’il continue. C’était paradoxal, malgré ce supplice, il était excité, excité qu’il le prenne, excité que ce soit lui, excité par la position. Peu à peu il avait cette inclination pour la perversion, en ayant la verge de son petit ami qui se frayait un chemin en lui, il avait envie de redemander. « Andras… » Il ne pu s’empêcher de gémir son prénom. Son amant venait de déclencher l’ardeur de sa libido en appuyant sur les bons boutons. Il n’avait peut-être pas fait disparaitre totalement sa pudeur, pourtant en cet instant il se sentait beau, il se sentait désirer. Un sentiment noble, enlacé dans les bras de la passion. Cet ensorcellement érotique, de le savoir contre lui.

« Humf, vas y ! » Se sentant plus à l’aise, il lui donnait l’accord de continuer, serrant des dents. Il était ivre de son plaisir et aussi totalement charmé par son homme. Le danseur ne semblait pas se rendre compte que Dylan allait devoir rattraper le temps perdu. Ses fesses se serrèrent légèrement, ses épaules se redressant, il ne voulait faire qu’un avec lui. Ca n’était pas vulgaire, ils faisaient l’amour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 150
» Pseudo : rose
» Avatar : bill skarsgard
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mar 20 Mar - 20:14 par Andras L. Gardner
Je suis en phase avec lui, peut-être plus que d'habitude. On est tous les deux là au même niveau, à se désirer l'un l'autre et à se faire plaisir. C'est sans doute ce qu'il y a de plus beau quand on est deux. Ce n'est pas seulement un acte, c'est une concrétisation, la preuve qu'il y a quelque chose de plus que des sentiments, la preuve que désormais on peut se considérer comme un couple, pourtant ce n'est pas comme ça que je fonctionne d'habitude, faire l'amour ne représente pas autant parce que la plupart du temps je ne suis pas amoureux, mais je peux le dire maintenant. J'aime ce garçon.

Je l'entends gémir et je l'entends aussi murmure mon nom, ce qui me fait sourire. Comme il me dit que je peux y aller je ne me prive pas et commence mon manège, savourant chaque seconde en lui et au bout d'un moment je suis au bord de l'extase mes jambes tremblent tant j'apprécie ce moment. C'est le moment fatidique je le sais et je le sens aussi, dans un dernier geste je laisse échapper un long soupir de plaisir avant de me retirer et de me poser aux côté de Dylan, allongé contre lui dans ce grand canapé. Je l'embrasse une nouvelle fois. Je suis un peu essoufflé et j'ai chaud, une bonne douche sera la bienvenue et j'ai bien une idée d'avec qui la prendre. Je glisse ma main dans la sienne l'enlaçant dans une étreinte romantique toujours collé à lui. J'attends qu'il me dise quelque chose bien que je ne sache pas vraiment ce que j'attends je ne voudrais pas rompre ce moment magique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 77
» Avatar : Robbie Kay
» Âge : 19 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Mar 20 Mar - 21:55 par Dylan B. Turner
Dylan était assez fier de s’être préservé aussi longtemps, de ne pas avoir bradé ce qui était si cher avec n’importe quel inconnu, avec un garçon de passage qui aurait profité de lui. Il y avait cette osmose entre eux. Il allait et venait en lui, lui-même connaissait des plaisirs inconnus montant peu à peu au paradis. Ses récepteurs sensoriels étaient à leur maximum, le cap de la douleur passé, il n’y avait que ce plaisir. Il crie, il gémit, il se façonne un nouvel être, son corps vient se coller parfois à celui d’Andras, jusqu’au moment où dans la complicité la plus parfaite, l’ultime jouissance arrive dans l’orgasme d’une intensité incroyable. Le jeune homme avait envie qu’il reste encore un peu en lui, désormais il était siens. Après tout ils n’avaient pas mit de protection, il l’avait tatoué à sa manière. Le seul garçon qui avait su aller jusqu’au bout. Mais il se retire, il le laisse s’allonger et sans même réfléchir, il alla se blottir contre ses bras, le corps encore nu, transpirant de l’activité physique qu’ils avaient fait ensemble.

Pour la première fois depuis longtemps il nageait dans un bonheur étrange, au frontière de l’irréel, il était heureux, sans avoir besoin de plus que ce garçon à ses cotés. Ils étaient encore essoufflés tous les deux, ils s’embrassèrent et il s’allongea un peu plus contre Andras, leurs doigts étaient entrelacés. Ses cheveux étaient collés encore par la sueur évacuée. Il déposa sa joue contre son épaule et il admira le corps de son petit ami qui avait été siens, il ne pu s’empêcher d’aller déposer quelques baisers sur son torse. Il pourrait passer son temps à flatter ce physique à coup de langue et de baiser. Il remonta jusqu’à ses lèvres pour l’embrasser à nouveau. « C’était merveilleux… ! Tu as été… » Il n’avait pas de mots pour décrire ça, espérant pouvoir remettre ça rapidement. Au final il avait retrouvé une activité qui donnait plus de plaisir que la drogue.

« Andras, je ne suis pas le spécialiste des grandes déclarations…mais je tiens énormément à toi ! Vraiment ! » Ses yeux clairs remontèrent vers lui, les prunelles bleues avec les touches d’émeraudes autour de l’iris le contemplèrent. Entre eux c’était sérieux, ils avaient su passer le cap des un mois, ça n’était pas rien. Un sourire ne semblait pas vouloir disparaitre. Il approcha ses lèvres de son oreille « Tu sauras maintenant que mes petites fesses sont à toi ! » Un petit rire, surpris lui-même par ses paroles lascives. La journée avait pourtant mal commencé entre eux, les réconciliations sur l’oreiller ça a ses preuves.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 150
» Pseudo : rose
» Avatar : bill skarsgard
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Sam 24 Mar - 16:22 par Andras L. Gardner
J'ai toujours trouvé agréable ce moment de flottement après l'acte, une sorte de calme après la tempête. Un calme étonnamment reposant et plaisant. Mes doigts dans les siens sa tête calée sur mon épaule, il y avait longtemps que je m'étais pas senti aussi apaisé. Je ferme les yeux un instant profitant de chaque moment et c'est assez rare que ça arrive, que je me sente aussi apaisé, d'habitude je suis tendu, j'ai suis souvent sur la défensive et souvent stressé par mes tocs trop envahissant alors je profite pour une fois et je sens que lui aussi. J'ouvre les yeux quand il me déclare son amour. Je ne sais pas tellement comment réagir, sans doute que ça me fait un peu peur, même si je me sens rassuré d'entendre ces mots. Je lui dis :

« Moi aussi. »

C'est pour le moment tout ce que je peux lui dire, parce que j'ai jamais dit je t'aime à personne et qu'il me faudra encore un peu de temps avant de le dire même s'il est évident que dans ses bras je me sens bien et que je l'aime et j'ai un sourire quand il ajoute que ses fesses sont désormais les miennes. Je me mords la lèvre et le regarde avant de lui dire en murmurant à l'oreille:

« J'en ai de la chance. »

Je l'embrasse encore dans le cou une dernière fois avant de me lever, même si je suis bien il faut revenir à la vie et j'ai besoin d'une douche et d'ailleurs …

« Et si je profitais encore de tes fesses sous la douche ? Tu en dis quoi ? »

Petit clin d’œil et petit sourire, après tout autant l'initier entièrement. Je n'attends pas vraiment sa réponse et je monte les escaliers jusqu'à la salle de bain à l'étage. Je verrais bien s'il décide de me rejoindre où non. C'est peut-être un des endroits que j'aime le plus dans la maison, la salle de bain, douche italienne et baignoire les deux balnéo pour bien en profiter. J'entre dans la douche et allume le robinet me rendant compte que je recommence avec mes tocs qui sont déjà revenus, je ne peux pas m'empêcher de l'ouvrir et le ferme plusieurs fois, même pour ça et ça m'énerve tellement que je regrette tout à coup d'avoir quitté les bras de mon amant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 77
» Avatar : Robbie Kay
» Âge : 19 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Dim 25 Mar - 12:33 par Dylan B. Turner
Blottis ainsi contre lui, il ne c’était encore jamais sentis autant en sécurité contre quelqu’un. Toutes ses blessures de l’âme semblaient évaporés, logé nu contre son amant, leurs jambes s’entremêlaient, leurs pieds se touchaient. Dylan ne peut pas se retenir de se lancer dans une petite déclaration un peu maladroite, il voulait juste faire comprendre à son petit ami, que même si ça faisait un mois, pour lui ça n’était pas une petite relation sans aucune importance. Le danseur comptait et sa plus grande crainte n’était pas ses tocs, ses manies mais plutôt lorsqu’il sera loin de lui pour des tournées et des contrats. Ca risquait de faire un vide sévère dans lequel il ne souhaitera que le retrouver. L’entendre lui dire sa réciprocité même si ça restait très succinct, ce fut vraiment agréable. Dylan ne lui demandait pas la lune.

Il ne pu s’empêcher de ponctuer par la suite par une petite phrase un brin coquine, teinté d’une vérité. Désormais il était à lui. Lui aussi avait de la chance de l’avoir mais ne préféra pas lui dire. Un léger frisson lors de ce rapide baiser dans le coup et il le vit se redresser. Son regard se balada sur son corps ainsi exhibé sans aucune pudeur, il était terriblement sexy et il ne pu s’empêcher de sourire en évoquant la douche qu’il s’apprêtait à prendre. Il l’observa partir à l’étage pour rejoindre la salle de bain, le jeune homme resta allongé ainsi quelques secondes seulement. Un homme pouvait-il se remettre d’aplomb aussi vite ? Ils venaient de le faire et il avait aussi très envie de recommencer, dans un tout autre contexte qui lui semblait effectivement propice à ce genre d’activité. Se levant du canapé il se mit en route pour le rejoindre.

Quelle sensation étrange de se promener ainsi, en tenue d’Adam chez son petit ami. Lorsqu’il arriva face à la cabine, il le voit actionner le robinet à plusieurs reprises, une fois, deux fois, trois fois…jusqu’au moment où l’eau soit en continue, tombant en pluie du plafonnier. Il l’observa s’abattre sur les jolis muscles de son amant, il entra dans la cabine avec lui, ses pieds foulant le carrelage. « Sous la douche vraiment ? On peut donc faire ça partout ? » Il l’enlaça au niveau de la taille, pour l’embrasser sur les lèvres. Il était encore débutant en la matière, il fut recouvert de ce voile chaud, les gouttelettes glissant sur sa peau.

Ses lèvres dérivèrent sur l’angle de sa mâchoire, arrivant jusqu’à son torse, il était à bon niveau, ses mains passèrent sur ses pectoraux, jusqu’à que ses lèvres ne les dévore aussi, jusqu’à venir placer un de ses tétons dans sa bouche, il avait agis instinctivement sans vraiment réfléchir, le bout de sa langue titilla le petit bouton, s’amusant avec, de nouveau son corps embrasé par la situation lascive.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/03/2018
» Messages : 150
» Pseudo : rose
» Avatar : bill skarsgard
» Âge : 28 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mar 27 Mar - 23:07 par Andras L. Gardner
Je fini par ouvrir le robinet complètement laissant couler l'eau sur ma peau. Je sens une présence derrière moi et je souris quand je vois Dylan. Je souris encore plus et même je ris quand il me demande si on peut le faire partout. Je l'embrasse et lui réponds :

« Oui, où tu veux, n'importe quand. C'est toi qui décide.»

Je le laisse faire et je vois qu'il prends des initiatives, plus que tout à l'heure ça me fait sourire de nouveau. Je le laisse faire profitant de ces moments de tendresse. Je passe ma main sous son menton et ramène son visage vers le mien, je l'embrasse langoureusement, profitant de ses lèvres délicates.

Je me baisse et me met à genou avant de m’asseoir sur mes jambes, de façon à ce que ma tête soit à hauteur de son entre jambe. Je le rapproche de moi un peu plus et garde une main sur ses fesses pendant que l'autre le touche son service trois pièces. Autant qu'il profite aussi. Ma bouche se rapproche et je le regarde attendant qu'il me dise que je peux y aller. Une fois que je vois dans ses yeux que oui je commence mes va et viens avec, ma bouche et avec ma langue sur sa partie intime. Il a été bien gâté par la nature. Je le regarde en faisant ce geste, espérant qu'il y trouvera du plaisir. Une fois que j'ai terminé mon petit jeu avec son sexe je remonte mes baiser sur tout son corps, jusqu'à ses lèvres que je prends d'assaut, mes mains toujours sur ses jolies fesses. J'ai tourné le bouton de l'eau chaude pour la mettre sur le froid étant donnée que la chaleur de nos corps est déjà bien assez élevé. C'est ou ce qu'il peut me faire comme effet.

« Je t'aime. »

Je lui ai glissé ces trois petits mots à l'oreille et mon cœur bats à cent à l'heure. C'est une première pour moi de dire ces mots, mais je les lui susurre à l'oreille. Je les vis ces mots, parce que c'est lui, il a besoin de le savoir et je veux qu'il reste avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
» Bolin ♥ We can't burry the past, let's bring it one more time.
» Théandras, Général du Chrysaor
» DEVENIR PARTENAIRES ?
» La soirée du vernissage [PV - Terminé]
» (M) DYLAN O'BRIEN ▬ Take my hand and come with me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-