Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Guerre des groupes.
La guerre des groupes est déclarée ! Venez faire gagner votre équipe ! Plus d'infos.
Joyeux Anniversaire LC !
Le forum vient de souffler sa quatrième bougies. N'hésitez pas à lui laisser un petit mot d'amour, par ici.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Le concert, ce jour-là, sur Oxford Street - ft. Sofia H. Goldberg


avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 11/02/2018
» Messages : 15
» Pseudo : ElBigQuebecano
» Avatar : James Corden
» Âge : 37 ans
» Schizophrénie : Kennedy Harris
() message posté Lun 26 Mar - 8:08 par Jack Thatcher
@Sofia H. Goldberg

Oxford Street, 13h27, un jour férié à la température clémente. Ça ressemblait à une blague au début, mais quelqu'un dans un beau jour ensoleillé avait tiré la bâche qui se trouvait sur un objet qui depuis quelques jours s'était adossé au mur d'un édifice. Les yeux des passants s'étaient arrondis quand ils avaient vu que la housse noire cachait en fait un piano vert à pois roses.

Les quelques passants avaient commencés par le fixer, les plus pressés s'étaient vite lassés. Une première dame s'était avancée, incertaine et en regardant son amie, elle y avait posé les doigts. S'en était vraiment un, en avaient-ils déduits, malgré sa couleur loufoque. Son expérience ne dépassa pas quelques notes, puis une autre jeune femme s'était approché et avait joliment joué Für Elise. Quelques curieux s'étaient mis autour d'elle, émerveillé par sa façon d'y mettre son coeur. Il est rare pour le commun des mortels d'avoir droit à des concerts de piano privé quand l'on est ni ami avec un pianiste, voisin d'un pianiste ou musicien soi-même.

Le garçon qui la suivi était plus jeune, ses doigts malhabiles tentèrent de trouver les notes de la célèbre Moonlight Sonata. L'auditoire changea, ceux qui avaient appréciés le talent de l'artiste précédente firent place à des gens qui trouvèrent davantage d'intérêt à voir le garçon lui-même expérimenter : c'était un spectacle adorable.

Un homme grasset dans la trentaine s'approcha de lui avec un sourire bienveillant.

" Tu veux qu'on la joue ensemble? "
demanda-t-il d'un voix douce au jeune qui dans un mélange de gêne et d'admiration, accepta.

Jack alla s'asseoir à côté de lui et commença par lui montrer comment placer sa main. Réceptif, le jeune corrigea tout de suite le tir et rejoua les quelques notes que son oreille connaissait bien du début de la chanson. L'adulte lui montra l'accord de sa main gauche qu'il répéta avec brio. Tous deux émerveillés l'un par l'autre, le jeune Logan comprit très vite le jeu de main qu'on lui montrait, Jack contrôlant les pédales à sa place.

Sa mère sortit de la boutique qu'elle était partie voir, tous deux se dirent au revoir.

Jack brûlait d'envie de continuer à jouer, comme toujours. Il commença par se lever, s'éloigner du piano et voyant que personne ne le prenait, que les gens qui se trouvaient autour se regardaient avec gêne, il s'y installa. Il regarda une des dames, lui demanda ce qu'elle avait envie d'entendre. Charmée, elle lui dit adorer Chopin.

Ça tombait bien, il en avait bien envie lui aussi.

"J'adore. Je vais vous jouer Op.25 numéro 12, l'océan de Chopin. Elle me manque bien. "
dit-il avant de se mettre au travail sur le piano qui ne se fit pas prier pour résonner.

Le pianiste entra un peu dans sa tête, les yeux clos ou ouvert sur le vide, rendant chaque notes qu'il connaissait par coeur avec exactitude, sans aucune partition pour soutenir son jeu. Tout sortait de sa mémoire, l'homme tantôt trop timide pour réquisitionner l'instrument s'était transformé en diable qui se mouvait de droite à gauche au dessus de ses mains. C'était une de ses pièces préférées qui signifiaient beaucoup pour lui, tant la jouer que l'écouter le chavirait. La résonance du piano et son coeur ne faisaient plus qu'un.

Ses doigts eurent à peine fini qu'il enchaîna tout de suite avec sa ballade numéro un du même compositeur après un court regard vers la dame qui semblait avoir du mal à raisonner devant le fait qu'elle était tombée, par hasard, sur un concert gratuit d'un homme qui avait dû jouer pour bien plus que quelques oreilles curieuses en pleine rue. Autour de lui s'étaient rassemblés des gens de toute sorte. Certains associèrent la manigance du piano à la présence de Jack Thatcher, d'autres comprirent que les hasards de la vie sont parfois à savourer quand ils passent, point, mais dans les deux cas, une bonne partie d'entre eux sortirent leurs appareils photos. Rien de tout cela ne sembla le perturber alors qu'il flottait dans son imagination. Enfin, il était à l'aise. Enfin, il se sentait bien, comme ça, en pleine rue avec tous ces gens autour de lui alors qu'il leur offrait le meilleur de lui-même.

Quand il eut terminé, laissant ses doigts immobile sur les touches alors que l'instrument fournissait ce qui était les dernières vibrations de la ballade numéro un de Chopin, les applaudissement lui firent monter un agréable frisson chaleureux dans le dos. Il sourit, se leva, puis leur fit une petite révérence, acceptant par la même toute cette reconnaissance. Ce qui devait être une marche bien normale sur Oxford Street s'était vite transformé en une situation tirée d'un de ses rêves les plus fous. Ce qui devait être un après-midi tranquille en était devenu un qu'il n’oublierait pas de sitôt.  

Jack s'éloigna du piano, curieux de voir qui le reprendrait après son petit concert. Une autre jeune fille s'en approcha, pianota quelques notes, puis prit la poudre d'escampette. Personne n'osait plus le reprendre...

Il s'avança une nouvelle fois vers l'instrument.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 13/03/2018
» Messages : 123
» Pseudo : Gaby
» Avatar : Selena Gomez
» Âge : 23 ans
» Schizophrénie : pas encore.
() message posté Dim 1 Avr - 10:08 par Sofia H. Goldberg
Oxford Street, en début d’après midi. Au vu du temps relativement clément, j’avais eu l’envie de faire quelques emplettes. Je n’avais besoin de rien en particulier, j’avais simplement envie de flâner devant les vitrines à la recherche de la perle rare. J’étais une jeune femme, le shopping et la mode faisait partie de mes hobbies. Je m’étais donc préparer en fin de matinée et je m’étais mis en route pour manger un morceau avant de poursuivre ma journée de flânerie devant les devantures. Evidement, sur mon passage, je voyais des regards appuyés, des messes basses. Pour les personnes les plus courageuse, elles s’approchaient et m’abordaient pour me dire quelques mots ou me demander une photo ou un autographe. J’ignore si je m’y habituerais un jour à attirer l’attention comme ça. Je me rendis donc dans une petite brasserie et je déjeunais tranquillement, sans me pressé. Une fois mon repas avaler, je quittais la brasserie et me retrouver dans l’effervescence de la rue. Je souris. J’aimais ça. Les gens, la vie … Je me mis alors en marche, sans but précis. Soudain, une douce mélodie attira mon attention. Attirée et intriguée, je me mis à suivre cette mélodie pour trouver son origine. Il ne me fallut pas longtemps pour repérer un attroupement. Je me frayais un chemin et j’aperçue alors un homme jouant du piano. Le style du piano pouvait faire sourire mais la technique de l’homme qui jouait, elle, imposait le respect. Qu’on aime ou pas la musique classique, le morceau prenant vie sous les doigts de l’homme ne pouvait en aucun cas vous laissez de marbre. Je le regardais, presque avec fascination, ravie de pouvoir assisté à ce moment incroyable et rare. Pendant plusieurs minutes, je restais là, à l’observer le courageux pianiste, qui ne semblait d’ailleurs pas se formaliser de la petite foule présente autour de lui, concentré sur ses notes. Finalement, il frappa la dernier note, qui vibra quelques secondes, hors du temps. Puis la foule se mit à applaudire et j’en fis de même, avec émotion. Ce talentueux inconnu se leva, souriant et salua son public à coup de quelques révérences. Je souris. Il s’éloigna du piano et j’allais reprendre ma route quand je vis cet homme se rapprochait une nouvelle fois de l’instrument.
Je fermais les yeux quelques secondes et décidais moi aussi de prendre mon courage à deux. La musique j’adorais ça et le chant était l’une de mes passions. Je ne dirais pas que j’étais la meilleure. Vraiment pas. Mais j’avais eu de beau compliment sur ma voix. Je m’avançais alors, me frayant un chemin à travers la foule, surprise de me voir. J’allais alors tapoter l’épaule de cet inconnu. Il se retourna et je lui souris. « Bonjour. Bravo pour les morceaux. C’était magnifique, vraiment. » Le complimentais-je, du plus profond de mon cœur. Je glissais alors une mèche de mes cheveux derrière mon oreille, légèrement intimidée et gênée. Je levais alors mes yeux vers lui. « Est ce que cela vous dirait de jouer un autre morceau ? Plus récent ? Je vous accompagnerez en chantant ? » Lui proposais-je alors. « Vous n’êtes pas obliger bien sûr. Je me suis simplement dis que cela serait sympa. » Ajoutais-je  avec un sourire avant d’attendre sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Le concert, ce jour-là, sur Oxford Street - ft. Sofia H. Goldberg
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Oxford Street
» Londres - Oxford Street
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-