Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Promenade de santé ✑ ft. Zola

En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 17/02/2018
» Messages : 27
» Pseudo : imaginarium
» Avatar : katherine mcnamara
» Âge : vingt-et-un ans.
» Schizophrénie : nevada
() message posté Jeu 5 Avr - 20:29 par Aéris L. Wheeler
♛ promenade de santé
Tenter, essayer, croire que tout se passera bien ou bien juste... peut-être mieux.  

▼▲▼

L’élastique venant étreindre ses cheveux roux, ancrés sur le haut du crâne, les fils de feu se perdaient le long de son dos et en tendant le bras elle aurait pu encore espérer les attraper du bout de ses doigts. Le bruit des petits pas au creux de sa porte, en tournant des yeux elle croiserait la silhouette fragile de Riza, la belle, aux cheveux d’encre, au sourire d’ange. Elle n’aurait toutefois pas dû se trouver là. En un instant, ses doigts relâchèrent le stylo violet et blanc, délaissant l’encre qui vint tacher ses feuilles, éparpillant et reliant des mots entre eux alors qu’ils auraient été en meilleure compagnie seuls. Elle n’avait jamais excellé en poésie, si bien que ces rimes s’appauvrissaient les unes et les autres. Étrange quand on savait que dans ses textes elle parvenaient à en insérer sans même le remarquer. Aéris cligna des yeux, sur ses lèvres, un minuscule sourire, aucun bruit, aucune autre parole nécessaire. Elle ferma délicatement la main, griffant légèrement ses paumes, finissant par se retourner et faire face à la princesse, sa princesse. Les jours passaient et elle la voyait grandir, elle aimait cet enfant comme si le sang qui ruisselait en leurs veines était identique. Elle aimait Riza, au point de cesser toute action irréfléchie à la moindre prononciation de son nom. Cela ne devenait presque magique.

Un regard et la petite lui offrit un immense sourire, ses joues roses se creusant légèrement, ses pommettes remontant et faisant plisser ces yeux. Oh, elle était contente de la revoir, sans aucun doute. Elle n’avait pas eu énormément de temps à lui consacrer ses dernières semaines, beaucoup trop de choses la tracassaient. Elle avait toujours été une jeune fille nerveuse. A problèmes. Ces mêmes qu’elle semblait créer dans sa tête. Elle semblait dire qu’elle ne marchait mieux que sous le stress mais les mots étaient faux, ses nerfs se fatiguaient jusqu’a l’usure et elle se surprenait à rester muette une journée entière, ravalant ses larmes, cachant ses craintes. Elle n’aimait pas partager ses peines.

— Viens là.

Paroles douces alors que ces bras s’ouvrirent d’eux-mêmes pour accueillir la petite fille, cette même qui vint se blottir contre sa poitrine, un morceau de pomme toujours collé contre la commissure de ces lippes. Doucement, Aéris nettoya son visage, la permit de s’asseoir sur ses jambes alors que le petit dos de sa sœur lui fit face, que la brosse qu’elle eût dans ses mains glissa contre ses pointes. Soigneusement, geste par geste, accessoire par accessoire elle ôta les quelques petites décorations ornant les cheveux de nuit, venant lentement effleurer ses oreilles pour la chatouiller, prenant le temps de caresser ses cheveux avant de les flatter. Riza avait toujours aimé ce moment, celui où elle la coiffait petit à petit, bien que finalement jamais ses cheveux ne se retrouvaient en désordre. Et elle, elle aimait la joie de vivre qui émanait de la petite, elle aimait la retrouver là contre sa porte, lui demandant du regard de lui raconter des histoires et autres choses qui pourraient lui faire plaisir. La jeune rousse sa pinça les lèvres, laissant l’objet cascader les fins fils noirs, se retenant de lui parler d’une des nombreuses épopées qu’elle avait déjà écrite. Ces mêmes qui n’avaient pas de public et peut-être bien, n’en auraient jamais. L’heure n’était pas au comptines toutefois, quelqu’un d’autre l’attendait.

Alors, toujours aussi lentement, comme si elle craignait de la blesser et d’abîmer son sourire, elle la recoiffa, lui demandant comment son début de journée s’était-il passé, souriant en entendant ces débuts de phrases décousus et la voyant s’éparpiller en déposant ses petites mains d’enfants sur ses affaires. Lorsque Aéris jeta un coup d’œil sur sa montre, il était déjà l’heure de partir, elle n’eut que le temps d’embrasser le front de sa belle avant de l’emmener vers le salon, glissant une simple petite veste sur ses épaules avant que son pied ne se faufile hors de son chez elle. Et à nouveau, l’insécurité la fit cacher ses mains dans ses poches, se triturer les doigts comme si elle ne savait que dire, comme si elle tentait encore de structurer ses pensées. Il avait besoin d’elle, sinon ne l’aurait-il sans doute pas appelé. Elle avait été présente déjà une fois, cette même fois où son cœur avait failli lâcher et où son état s’était aggravé. Oui, malgré elle elle avait été présente, avait attendu la boule au ventre de savoir s’il avait survécu sans séquelles. Toutefois, cette fois-ci elle n’était pas sûre d’être la personne qu’il lui fallait, elle était pratiquement certaine du contraire. Elle n’était pas sûre de le connaître assez, tout autant que lui ne connaissait peut-être pas assez de sa nature quelque peu craintive. Elle voulait partir. Fuir ce sentiment de dépassement et de nervosité. Cependant elle ne pouvait pas.

Une fois que ses pas s’arrêtèrent devant l’entre du parc, elle sentit le sentiment de panique prendre le dessus, ses épaules se rapprochant alors qu’elle s’agrippait presque hargneusement à son sac. Non. Il faut se calmer, Aéris. Une inspiration et la prunelle de ces yeux descendit à nouveau fixer l’heure tournante et présente sur son téléphone portable. 10:29. Une minute et ce serait la bonne heure, une minute et elle devrait savoir quoi lui dire, comment rassurer. Toutefois elle ne savait pas s’auto-rassurer. Elle était l’anxiété dans les pores, encore incapable de le délaisser dans sa situation compliquée. Le bout du talon qui claque contre le sol, alors que ses mains se glissent sur une des nombreuses et grandes barrières entourant l’entrée. La jeune rousse avait toujours aimé se promener dans les parcs, en particulier celui-ci dans ses plus jeunes années. Ils avaient quelque chose... d’apaisant.

Lentement, elle tourna sa tête en direction de la rue la plus proche, observant les quelques rares passants rentrant et sortant, manquant de baisser les yeux avant que ceux-ci ne croisent la silhouette quelque peu connue, elle l’avait reconnu malgré tout. Il était là. Zola. En un instant, sa silhouette se tendit comme une flèche, elle relâcha la barrière pour remettre sa main dans sa poche, secouant légèrement l’autre comme pour lui faire un signe discret.

— Zola.

Sa voix se fit un peu plus audible qu’elle ne l’aurait voulu, elle hésitait encore, tâtonnait encore.

— Comment tu vas... depuis la dernière fois ?

Aéris se pinça légèrement les lippes, retenant une autre tournure de phrase, préférant garder celle là, elle rappelait moins les souvenirs qu’il ne voulait sans doute pas citer. Ne pas prononcer le mot hôpital. Non. Juste le dire d’une autre manière. Elle tourna légèrement la tête.

— Est-ce que tu veux... marcher un peu ?

CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster :: St James' Park
» Une promenade de santé pour Pitters ?
» [Fe] Promenade de santé - Rp Wonderland
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Remèdes de grans mère (santé)
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-