Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


Some promises to keep before i sleep (lola)

avatar
Made with love. From Hell.
Made with love. From Hell.

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 1097
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-six ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) & maxime (t. oman) & bodevan ( g. hedlund ) & nyx (b. hadid)
() message posté Ven 20 Juil 2018 - 17:18 par Solal D. B. Fitzgerald
Solal D. B. Fitzgerald & Lola Barnett
⚜️ SOME PROMISES TO KEEP BEFORE I SLEEP ⚜️
L'amitié était une drôle de chose. Parfois, on avait beau se fatiguer des années durant à préserver une amitié, elle finissait par se terminer. D'autres fois, sans s'y attendre, on tombait sur des amitiés simples et faciles. Comme celle-ci, avec Lola. Sans trop savoir pourquoi ni comment, on s'était compris à la première rencontre, et désormais je n'avais aucune crainte à me dévoiler à elle de cette manière. J'avais encore la tête qui tournait de mes deux pirouettes et revenais alors m'allonger auprès de Lola en riant. Cela faisait trop lontemps que je n'avais pas autant rit à pleins poumons de cette manière. Un sourire infatiguable aux lèvres, je la regardais dans l'obscurité. Mon coeur battait à la chamade, de bonheur. La présence de Lola m'allégeait le coeur, après tant de semaines dans la solitude. Tant de mois à regretter le passé et craindre l'avenir. En riant je tournais la tête vers Lola et répétais en levant les yeux vers le ciel, pensif : « Lola Gentilesse Barnett. » Je riais. C'était ridicule. Mais bon, on voyait de tout dans ce monde. Sa meilleure amie portait bien le prénom d'un vin après tout. Tournant la tête vers elle, je me souvins alors que c'était à mon tour de trouver une question à poser. Faisant tout mon possible pour faire durer le suspens, je me creusais la tête pour trouver une autre question que celle que j'avais en tête. Mais n'en trouvant pas, j'abandonnais et décidais de m'y résoudre. Quel canard. Je devais toujours faire dans la confession et les ressentis. Mais la réponse de Lola, me cloua le bec. Dans l'obscurité, je n'avais pas cessé de la regard, et rapidement, mon coeur sembla se recoller petit à petit. De toutes les blessures qu'il avait encaissé jusque là. On ne m'avait jamais dit quelque chose d'aussi gentil et d'aussi sincère que cela. De plus, ce qu'elle venait de dire, je le ressentais aussi, à ses côtés. Etrangement, le destin avait fait en sorte que l'on se rencontre. Pour se comprendre, et s'aider, sans doute. Touché, je tentais de déglutir en silence et répondais en me redressant :« Wow. Merci. » Je passais une main dans mes cheveux, pour me remettre de telles paroles. Me rendant compte que mon silence était gênant, je me retournais vers Lola, et répondais : « Ca me fait plaisir. Je suis ici avec toi pour les mêmes raisons. Je n'en attendais pas autant en te posant cette question. » Je riais alors, amusé par la situation. Puis, le sourire toujours aux lèvres, je me penchais en avant et attrapais de nouveau la bouteille de vodka. Je commençais à vraiment ressentir les effets de l'alcool. La soirée promettait, car je n'avais en aucun cas envie de dormir. « A ton tour, vérité moi aussi. J'ai peur de ce que tu comptes faire endurer à mon petit corps. » Je riais de nouveau, car je ne voulais pas la faire penser à Wilson en cet instant. Ce soir, tout allait bien. Tant qu'on se trouvait ensembles. Et il fallait continuer de penser ainsi, pour ne jamais gâcher ce moment.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 6027
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja, nova & irsa.
() message posté Lun 30 Juil 2018 - 20:22 par Lola Barnett
« Lola Gentilesse Barnett. » D’une certaine manière, Lola se doutait que ça resterait une blague entre eux. Que Solal allait continuer à l’appeler ainsi ou même le lui rappeler parce qu’au fond, ils savaient tous les deux que Lola était loin d’être une personne méchante. Tout le monde semblait savoir que Lola était gentille, peut-être un peu trop. Mais ainsi était-elle et elle ne comptait pas changer. Comme elle l’avait fait en lui offrant une réponse honnête lorsqu’il lui avait demandé la raison de sa présence à ses côtés. Durant tout le trajet, Lola, elle-même, s’était posé les questions. Pourquoi avait-elle décidé de le laisser l’entraîner jusqu’à la plage ? Pourquoi était-elle avec lui à Brighton alors qu’elle le connaissait très peu ? C’était la seconde fois qu’ils se voyaient. Leurs présences ici, à la plage, était l’extension de leur seconde rencontre. Après tout, elle aurait très bien pu simplement ne jamais lui redonner des nouvelles, de jeter son papier et il aurait très bien pu ne jamais répondre à son message. Les deux auraient très bien pu décider ne plus jamais penser à cette rencontre sur le toit de cette fête et cette tentative ratée de coucher ensemble. Mais non puisqu’ils étaient tous les deux ici, présents à des kilomètres de ce qu’ils connaissaient le plus. « Wow. Merci. » Elle lui offrit un sourire. Un sourire sincère, ceux qu’elle n’offrait plus depuis quelques mois. Solal était l’une des rares personnes qui en avait le droit. « Ca me fait plaisir. Je suis ici avec toi pour les mêmes raisons. Je n’en attendais pas autant en te posant cette question. » Encouragé par le rire de Solal, à son tour elle commença à rire. Oui, elle lui en avait donné davantage. Mais elle voulait mettre les choses au clair. Qu’il comprenne qu’avec le temps, il deviendrait important à ses yeux. Qu’elle allait se rappeler de lui avant, pendant et après son décès -s’il mourrait, bien sûr- parce que d’une certaine façon, elle espérait un miracle. Que sa maladie se guérisse. Lola était quelque peu naïve, parfois. « Heureuse de savoir que c’est réciproque. Ça m’évitera d’avoir mal… » Les mots étaient assez larges. Lola avait fait confiance trop vite et sur certains points, elle en payait toujours le prix. « A ton tour, vérité moi aussi. J’ai peur de ce que tu comptes faire endurer à mon petit corps. » Elle devait réfléchir à la question. Que pouvait-elle lui demander ? Bien des choses. « Tu as peur de mourir ? » Questionna-t-elle timidement. Son cerveau savait que c’était la question à laquelle Lola pensait le plus.
✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Made with love. From Hell.
Made with love. From Hell.

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 1097
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-six ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) & maxime (t. oman) & bodevan ( g. hedlund ) & nyx (b. hadid)
() message posté Mar 31 Juil 2018 - 14:23 par Solal D. B. Fitzgerald
Solal D. B. Fitzgerald & Lola Barnett
⚜️ SOME PROMISES TO KEEP BEFORE I SLEEP ⚜️
Je n'accordais jamais ma confiance à des inconnus. Parfois-même, je ne la donnais même pas à mes plus proches. Wilson m'avait rendu méfiant et bien plus vulnérable que la plupart des gens. La méfiance était mon premier outil de survie. Mais avec Lola, je ne ressentais pas le besoin de porter ma carapace. C'était elle qui me protégeait, c'était elle ma carapace. Et inversement. On avait pas réfléchit en prenant le train, on avait juste laissé nos envies parler, et puis on s'était barré. Parce qu'au fond, on avait attendu ce genre d'opportunités toute notre vie. De nos jours, les gens se permettaient peu de rêver à des choses simples. L'important c'était avant tout de devenir quelqu'un, d'avoir du poids, qu'on se souvienne. Moi, je me fichais de ce genre de choses, ce qui comptait, c'était la liberté. On s'entassait tous dans les grandes villes, à grimper les uns sur les autres pour atteindre le ciel. Mais la vraie vie, c'était celle-ci, au bord de l'eau. Entre amis. Je souriais aux mots de Lola, j'étais touché. Touché d'avoir rencontré quelqu'un capable de me comprendre. Cette nouvelle amitié me donnait courage, me prouvait que rien n'était terminé, et que la terre continuait de tourner. Et moi avec. Des rencontres, j'allais en faire d'autres. Les absents manquaient, mais bientôt, ce ne serait plus du tout douloureux. « Jamais. » C'était une promesse. Ce soir, sur cette plage de Brighton, je promettais à Lola de toujours être là pour elle, et de ne jamais la blesser. J'allais être un bon ami, pour une fois. Je promettais encore, même si je savais qu'un jour viendrait où il me serait impossible de les tenir encore. Mais ce jour là, je ne serai en rien responsable. C'est Wilson qu'il faudra blâmer, pas moi. Je soupirais doucement, alors que Lola venait de poser sa question. Lentement, je fixais l'horizon et attrapais la bouteille d'alcool. Soudainement, je me disais que peut-être, quelque part ailleurs sur cette planète, se retrouvaient d'autres âmes perdues sur une petite parcelle de plage. Autour d'une bouteille, dans la nuit silencieuse. Et je me disais que peut-être, c'était le meilleur moment pour ouvrir son coeur, et qu'il me suffisait simplement de laisser le vent emporter mes mots et alléger mon coeur. Alors, pinçant les lèvres, je reposais la bouteille après avoir bu une nouvelle gorgée. Lentement, je me mis à tracer des dessins dans le sable du bout de mon doigt, et recroquevillé quelque part dans le noir, aux côtés de Lola, j'avouais : « Ouais... Ca me terrifie. » En réalité, c'était bien plus complexe que cela, car mourir, ça nous arrivait à tous un jour. « J'ai pas peur de ma mort, je devrais même l'attendre avec impatience parce qu'au moins, à ce moment là, je serai tranquille. En fait, j'ai surtout peur de ne pas avoir le temps... » Je soupirais et tournais la tête vers Lola en fronçant les sourcils. « J'avais neuf ans quand j'ai appris que j'étais malade. J'ai jamais pu vivre normalement, comme tout le monde. Je me suis du coup jamais permis les mêmes choses que tout le monde. Mais je me rends compte :maintenant que... Je veux des petits, je veux tomber amoureux, me marier. Aimer c'est la seule chose que j'ai jamais su faire, j'aimerai bien que ça serve à quelque chose tu vois? Mais le soucis c'est que cette foutue maladie, elle est héréditaire. Puis ce serait cruel de faire vivre ça à quelqu'un. Je ne veux pas faire de veuve et d'enfants sans père... Le mien n'a jamais été là, je sais ce que c'est. Je veux pas reproduire les mêmes erreurs que lui... » Mes confessions étaient sorties toutes seules. Peut-être parce que c'était facile de ne pas voir les traits de Lola. Dans le noir, je ne voyais que ses pupilles briller. Je soupirais doucement, le coeur plus léger. Pour la première fois, j'avouais à quelqu'un mes véritables envies, mes véritables peurs. C'était resté un secret trop longtemps dans un petit coin de mon coeur, aujourd'hui je désignais Lola comme gardienne de ce secret. J'avais parlé de Léopold, mais c'était sans évoquer le courage de Juliette fasse à tout ça. Si à l'époque mon père avait fait des tests, il aurait découvert être porteur du gêne. Ma mère aurait pu faire des analyses à son tour, et ne jamais me garder. Elle aurait pu vivre une plus jolie vie, moins difficile. Mais non. Un jour elle allait finir par perdre son unique enfant après avoir perdu son unique amour. En silence, des larmes avaient coulées sur mes joues. Je ne les essuyais même pas, les laissais sécher. De toute façon Lola ne saurait les voir d'où elle se trouvait. J'avais sans doute plombé l'ambiance, mais désormais, je me sentais mieux. C'était facile de parler avec Lola. C'était facile, et une fois de plus, libérateur.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 6027
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja, nova & irsa.
() message posté Dim 19 Aoû 2018 - 4:00 par Lola Barnett
Lola avait peur de l’abandon. C’était un fait. Tout le monde devait s’en douter maintenant. Elle n’ouvrait pas son cœur et son espace personnel à tout le monde et lorsqu’elle le faisait, Lola s’attendait à ne pas être déçu parce qu’elle ne supportait pas la déception. Alors, avoir une promesse de Solal signifiait qu’elle s’attendait à ce qu’il la respecte et ce, même si elle savait qu’elle ne serait pas pour toujours. « Jamais. » Lola aimait entendre cette affirmation de la voix de Solal. Quelque part, ça rassurait la jeune femme et confirmait que Solal n’était pas comme les autres, à toujours attendre quelque chose en retour. Pourtant, ils savaient tous les deux que c’était un risque de faire une promesse de ce genre-là parce qu’un jour, éventuellement, Lola allait avoir le cœur brisé parce qu’elle savait que Solal n’était pas là pour rester éternellement. Un jour, elle allait regarder les souvenirs qu’ils s’étaient fait et son cœur allait faire un saut. Un jour, Lola allait parcourir son répertoire téléphonique et elle allait s’arrêter sur le nom de Solal en sachant qu’elle ne serait pas en mesure de lui proposer d’aller marcher, tard le soir afin de parler de tout et n’importe quoi. Lola savait que Solal était sur Terre pour une raison et qu’il avait été mis sur son chemin pour une autre raison. Mais ce soir, elle préférait espérer qu’ils possédaient le monde entier. Qu’ils étaient deux enfants qui ne possédaient pas des priorités. Que Solal n’était pas malade. Qu’elle n’avait pas ce nuage gris au-dessus de sa tête en permanence. Et ce, même si elle lui avait posé cette fatidique question, celle où elle lui demandait s’il était terrifié. Terrifié de quitter cette Terre. Ce n’était pas une bonne question pour leur soirée, mais dans le cerveau de Lola, c’était la seule qui lui était venu en tête. « Ouais... Ca me terrifie. » Dans la noirceur, Lola ne le voyait pas. Elle n’était pas en mesure d’étudier les traits de son visage en avouant que ça le terrifiait. Tout ce qu’elle était en mesure de faire était de se mordiller la lèvre inférieure, honteuse d’avoir un peu plombé leur soirée. « J’ai pas peur de ma mort, je devrais même l’attendre avec impatience parce qu’au moins, à ce moment là, je serai tranquille. En fait, j’ai surtout peur de ne pas avoir le temps... » Quelque part, sa conscience lui disait que Solal avait froncé les sourcils, mais elle n’avait rien pour confirmer cela. Alors, elle l’imaginait froncer les sourcils en se demandant si ce n’était pas le regret de tous les malades du passé, présent et futur : le manque de temps. Pour faire ça et ça, pour pardonner aux gens, pour dire aux gens qu’on les aime. Le temps manquait à tout le monde, bien plus aux gens malades. Comme Solal. Lola n’avait pas peur de manquer de temps puisque quelque part, elle se pensait invincible. Comme si le monde lui appartenait. « J’avais neuf ans quand j’ai appris que j’étais malade. J’ai jamais pu vivre normalement, comme tout le monde. Je me suis du coup jamais permis les mêmes choses que tout le monde. Mais je me rends compte maintenant que... Je veux des petits, je veux tomber amoureux, me marier. Aimer c’est la seule chose que j’ai jamais su faire, j’aimerais bien que ça serve à quelque chose tu vois? Mais le soucis c’est que cette foutue maladie, elle est héréditaire. Puis ce serait cruel de faire vivre ça à quelqu’un. Je ne veux pas faire de veuve et d’enfants sans père... Le mien n’a jamais été là, je sais ce que c’est. Je veux pas reproduire les mêmes erreurs que lui... » Lola se mordillait toujours l’intérieur de la lèvre et soupirait en tapotant dans la noirceur afin de lui prendre la main et la serrer dans la sienne. « Tu sais, Solal... C’est en te refusant de vivre comme les autres que tu manques de temps. Que tu manques la chance de tomber amoureux, d’avoir des enfants. D’être heureux. D’être comblé. Je n’ai aucune idée de comment c’est d’être malade, mais ne laisse pas ta maladie t’empêcher de vivre Solal. » Lâchait-elle en lui offrant un mince sourire bien qu’il ne puisse le voir. « Et Solal, tu n’es pas comme ton père. Tu sais ce que c’est de laisser un enfant seul alors tu sais la douleur que ça fait. Tu ne le feras pas, je le sais. Profites du temps qu’il te reste. Tombe amoureux. Marie-toi. Fais-lui des enfants même si la maladie est héréditaire, ta femme et tes enfants se rappelleront de toi pour les bons souvenirs et ils sauront que tu as fait ton maximum. Que tu as essayé. » Ajoutait-elle en étant le plus honnête du monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Made with love. From Hell.
Made with love. From Hell.

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 1097
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-six ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) & maxime (t. oman) & bodevan ( g. hedlund ) & nyx (b. hadid)
() message posté Ven 14 Sep 2018 - 11:01 par Solal D. B. Fitzgerald
Solal D. B. Fitzgerald & Lola Barnett
⚜️ SOME PROMISES TO KEEP BEFORE I SLEEP ⚜️
J'avais du mal à oublier Elsa, à laisser partir Alexandra et à renoncer à Alba. Pourtant, à l'époque où j'avais rencontré chacune d'elle, loin était l'idée de trouver une fille à aimer. Elles m'étaient tombées dessus, et malgré moi, mon coeur s'était mis à les aimer. Alexandra était la première fille que j'avais véritablement aimé, la seule qui avait partagé mes jours et mes nuits. Mais la perdre, bien que j'aurai dû m'y attendre, m'avait découragé. J'avais mis bien trop de temps à m'en remettre pour tenter l'expérience. Dès le début, les choses s'étaient présentées compliquées avec ces filles. Et ça n'avait pas fonctionné. Ce soir, j'en arrivais à me confier à une nouvelle amie comme si je la connaissais depuis toujours. C'était simple, et c'est ce qui m'avait toujours manqué, la simplicité. Mais je n'attendais rien de Lola, et c'était rare. Nous avions déjà essayé, le soir de notre rencontre, mais étrangement, le réconfort nous l'avions trouvé en discutant. J'aimais cette complicité, et pour rien au monde je ne voulais la briser. Ainsi, je lui promettais avec sincérité de ne jamais lui briser le coeur. Je lui promettais d'être toujours là pour faire en sorte qu'elle ne s'effondre jamais, mais je n'en deviendrai jamais la cause. Malgré l'alcool qui faisait désormais effet, j'étais clair dans mes intentions. Ca aussi, ça n'arrivait jamais. Un sourire aux lèvres, je m'appuyais sur mes bras et observais l'horizon en attendant sa prochaine question. Lorsqu'elle arriva enfin, je tournais la tête vers elle. Sa franchise était apaisante. Lola était parvenue à aborder mon sujet le plus sensible avec toute la douceur du monde. J'aurai pu me braquer, ou mentir, mais non, je parlais, déversant mon coeur sur le sable pour la laisser comprendre mon monde, ma vie. Je sentis du mouvement et bientôt sa main rencontra la mienne dans l'obscurité. Et doucement, elle serra mes doigts entre les siens. Je craquais, souriais en la devinant dans le noir, touché par son geste, et par ses mots. A mon tour je déposais ma deuxième main sur la sienne pour en caresser le dos de mon pouce : c'était une manière de dire merci. Puis soupirant, je nous fis tomber en arrière et la serrais doucement dans mes bras, en regardant les étoiles. Ma main resta posée sur son bras, pudiquement. Je ne tentais aucune approche. C'était juste agréable de l'avoir là, contre moi, à l'entendre me rassurer. Je me sentais protégé, en sécurité. Croisant les jambes et passant une main dans mes cheveux, je répondis après un soupir : « C'est vrai... Déjà, ce serait plus facile si je rencontrais la bonne. Ca m'étonnerait pas qu'elle ai un prénom se terminant par la lettre A... » Puis baissant la tête vers elle, j'ajoutais en riant : « C'est le cas de toutes mes "exs". » Si l'on pouvait considérer Elsa et Alba comme des exs.... Du moins, toutes les trois étaient parvenues à faire chavirer mon coeur. La seule exception à cela, était Persée. Ma première fois, ma découverte de l'amour. Mais c'était il y a des années, et désormais, je ne m'attendais plus à la retrouver. Un silence s'était établit entre nous, et soudainement je le rompais en éclatant de rire avant d'ajouter : « Peut-être que c'est toi la femme de ma vie Lolaaaaaa. » Je riais de nouveau et repris mon observation des étoiles. Quelque part, sur cette Terre, il existait une fille pour moi. Dans mes rêves, elle avait la peau brune, de longs cheveux noirs et des formes à en faire rompre mon coeur. Mais même dans mes plus merveilleux songes, ce genre de filles ne posait pas regard sur moi, ne s'arrêtait pas pour moi. Je soupirais. Parce que peut-être avais-je été stupide comme Léopold. Peut-être avais-je déjà croisé l'amour de ma vie et m'étais simplement contenté de lui claquer la porte au nez. Je ne comptais plus les appels sans retour de ma part. J'avais épuisé toutes les beautés Londonienne, les restants ne me convenaient pas ou jouaient à un autre niveau qu'un looser comme moi. Je soupirais de nouveau et pour chasser ces mauvaises pensées de mon esprit, je me relevais et attrapais la bouteille de vodka. En l'apportant à mes lèvres je lançais : « Bon, assez parlé de moi. » Je me tournais vers elle et lui tendais la bouteille. « Et toi, dis-moi tout, comment il s'appelle ce garçon? Il y en a forcément un, sinon tu serais déjà amoureuse de moi. » Je riais. Je la taquinais mais c'était sans arrières pensées. J'étais vraiment curieux d'en savoir plus sur elle. Je voulais la découvrir, l'écouter me raconter sa vie. J'en avais oublié les règles de notre jeu. J'étais parti dans nos conversations et je voulais continuer de parler toute la nuit. C'était la meilleure thérapie du monde.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Moving along :: All around the world :: Autres Régions :: Brighton
Aller à la page : Précédent  1, 2
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» Horrible...Histoire de la petite Lola...
» [Tyrannia] Hive nerver sleep [Quête]
» LOLA HARPER ♛ Treat me like your mother

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-