Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Guerre des groupes.
La guerre des groupes est déclarée ! Venez faire gagner votre équipe ! Plus d'infos.
Joyeux Anniversaire LC !
Le forum vient de souffler sa quatrième bougies. N'hésitez pas à lui laisser un petit mot d'amour, par ici.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


( Pudding TC ) Ladies and gentlemen, Please stay calm.

 :: Moving along :: Take a ride :: Tube
membre de la version

En ligne
avatar
membre de la version
Richard Ayoade
» Date d'inscription : 07/03/2018
» Messages : 234
» Pseudo : Chiendelespace
» Avatar : Richard Ayoade
» Âge : 37
» Schizophrénie : Alistair H. Pratt
() message posté Dim 15 Avr - 8:59 par Adrian Friday
19:36, London Underground, King's Cross St. Pancras Underground Station.

Adrian était crevé. Il avait dû faire du remplacement dans un lycée, cette fois-ci, et les adolescents l’avaient lynché toute la journée. Pas moyen de dire trois mots sur le Complot des Poudres. Quelqu’un lui avait lancé un chewing gum dans les cheveux. Il avait passé une heure avec une collègue compatissante, assis dans la salle de bain du collège, à tenter d’ôter la déjonction de ses boucles. Par chance, sa collègue avait été efficace et il avait pu gardr sa coupe intacte ou presque.

Don't you Remember,
The Fifth of November….


À quel niveau devait-on tomber pour arrondir les fins de mois, hein ?

Et puis, il y avait eu l’hôpital. L’infirmière lui avait fait un sourire un peu pincé lorsqu’il s’était présenté, pour les visites, avec son bouquet de fleurs. Sa mère devait se reposer et ses visites mettaient la femme dans tous ses états. Mais il le savait non ?

Alors il était reparti, en direction du métro, le bouquet dans la main, comme un automate. Il se rendit compte qu’il l’avait toujours lorsque la rame arriva devant lui. Trop tard pour le jeter à la poubelle. Et puis ces foutues fleurs lui avaient coûté sept livres. Sept livres !!!

Il soupira et prit les écouteurs autour de son cou pour les enfoncer sur ses oreilles. Our Lady Peace. Le wagon dans lequel il était entré était bondé. Pourtant, l’heure de pointe était passée. Ah ! l’Underbelly Festival dont tout le monde parlait. Ça devait être ça. Envahi par la musique de son adolescence, il baissa la tête en regardant à terre, sans regarder personne, prit place sagement au milieu. Sa grande taille lui permettait de saisir les appuis du haut. Debout, le bras en l’air, il tenta de jongler avec son bouquet, le fil de ses écouteurs et son sac pour en sortir un livre.

Le train démarra. Une ou deux stations passèrent. Certains passagèrent descendirent. D’autres montèrent. Le nouveau livre de Joe Dunthorne était excellent et Adrian avait encore une bonne vingtaine de minutes avant de descendre.

Il tournait la page 82 lorsqu’une première secousse le surprit. Le bouquet de fleurs s’écrasa à ses pieds. Et puis l’arrêt brusque de la rame, en plein milieu du tunnel, lui fit perdre l’équilibre. Il se heurta un peu trop fort sur le mur en face de lui. Il crut que son nez allait exploser. Il le toucha et regarda sa main. Ça y est, il avait le nez en sang.

Lorsqu’il se releva, le train était immobile. À travers les vitres sales du wagon, il pouvait voir une vision presque irréelle : une station du métro abandonnée depuis le début du XXe siècle. Il frissonna. Il y avait comme une odeur de fumée, mais il n’en était plus trop certain. Il cligna des yeux et tenta de reprendre sa stature pour fouiller son sac et se trouver un mouchoir pour arrêter le sang. Un bref coup d’œil autour lui signifia qu’il n’était pas le seul, dans sa situation. Les gens se relevaient, tassés comme des sardines, en plus ou moins bon état.


Les hauts-parleurs du wagon crachotèrent un moment. La voix électronique du London Underground débita une série de codes incompréhensibles, et il eut un long moment de silence. Les lumières de la rame s’éteignirent.

Puis la voix chevrotante de l’opérateur du train retentit dans les haut-parleurs du  wagon.

« Ladies and gentlemen, please stay at your seats. I repeat, please stay at your seats. More information will come »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
I'm only human, I make mistakes Don't put your blame on me.

» Date d'inscription : 29/08/2016
» Messages : 500
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jake Gyllenhaal.
» Âge : 39 yo. (2/12/78)
» Schizophrénie : Lucian T. (j.momoa) & Indianna M. (n.dormer) & Victoria S (o.wilde)
() message posté Mar 17 Avr - 11:52 par Samuel A. Adams
Shiva lui tournait autour, l’empêchant de mettre un pied devant l'autre. La chienne agitait sa queue frénétiquement, signe qu'elle avait envie de se balader. Il soupira devant l'insistance de l'animal, mais finit par céder, comme toujours. Il l'avait offerte à sa fille Lilly pour Noël et la bête avait déjà parfaitement intégré leur famille. Seulement Samuel avait bien insisté pour dire qu'elle était de la responsabilité de Lilly et non de la sienne, et il était persuadé que Lilly avait décampé avant de lui faire faire sa promenade du soir. Samuel attrapa la laisse et l'embarqua avec lui. Sur le chemin, il s'offrit un café dans l'une ses adresses favorites. L'heure pouvait paraître étrange pour s'offrir une boisson caféiné mais le serveur ne sembla pas s'en formaliser, il connaissait le chirurgien depuis assez longtemps pour savoir qu'il avait besoin de ce genre de boisson avant d’enchaîner sur une nuit de garde. De retour de sa promenade, Samuel partit prendre une douche et caressa Shiva avant de quitter l'appartement. L'hôpital était tout proche de son loft, mais il devait encore aller récupérer sa moto qui était en révision à l'autre bout de Londres. Samuel était capable de faire des kilomètres pour être sûr que sa bécane était entretenu correctement, quitte à s'offrir les services d'un spécialiste hors de prix.

Du coup, Samuel dû prendre le métro londonien. Il n'avait pas vraiment l'habitude de l'emprunter, préférant largement sa moto ou encore la marche. Mais ce soir, il n'avait pas le temps s'il voulait être à l'heure pour prendre sa garde de nuit. Il pénétra dans la rame bondée et se fraya un chemin près de la fenêtre, pianotant sur son téléphone pour passer le temps, vérifiant son bipeur. Puis une secousse assez violente fit trembler le métro. Samuel en lâcha son portable et se rattrapa inextrémis à une poignée encore libre. Quelqu'un tomba sur lui et une autre personne lui marcha sur le pied. Pendant quelques secondes, la rame fut plongée dans le noir avant que quelques lumières ne se rallument, diffusant un pâle halo dans l'habitacle. Samuel observa la scène. Déjà, le secouriste en lui était en éveil. Près de lui, il vit un homme avec le nez en sang, tentant d'éponger au maximum le flux sanguin. « Mettez votre tête en arrière et asseyez-vous », dit-il d'une voix ferme mais bienveillante, tout en s'agenouillant au niveau de l'homme. Il voulait éviter que la tête de l'individu ne lui tourne. Peu importe qu'il s'assoit à même le sol crasseux. Les écouteurs indiquèrent le message classique dans ce genre de situation. « Est-ce que tout le monde va bien ? », demanda-t-il d'une voix forte pour que le maximum des gens autour de lui ne l'entende. Quelque chose lui disait qu'il ne serait pas à l'heure pour sa garde ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Still, still to hear her tender-taken breath.

avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 307
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : garrett hedlund
» Âge : trente-deux ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Mer 18 Avr - 19:57 par Bodevan H. Andrews
Ma voiture était tombée en panne. Il n'y avait aucune raison qu'elle tombe en panne, elle était neuve. Mais ce matin, qu'importe mes tentatives, elles n'avaient pas voulu démarrer. Alors, énervé, agacé, j'avais du attendre qu'un mécanicien se pointe. Il était arrivé avec une demi-heure de retard. Il lui fallut bien une demi-heure de plus pour comprendre qu'il ne pouvait rien y faire, parce que la batterie avait lâché et qu'il lui fallait plus de temps et son garage pour régler le soucis. Après de longues négociations, je suis parvenu à le convaincre d'appeler quelqu'un pour l'aider à ramener la voiture car je devais partir travailler. Après vingt minutes de négociations, il appela son frère. Et ce fut avec une heure et demi de retard que je montais dans un taxi. Arrivé à destination, on m'indiqua de rentrer chez moi. A force de m'attendre ils avaient fini par trouver quelqu'un d'autre. De mauvaise humeur et vexé, j'avais quitté les lieux pour me balader dans Londres, mon appareil photo à la main. Mais rien ne se passa ce jour là. Rien d'intéressant qui aurait mérité une bonne paye d'une chaîne d'information. Alors, las, je me décidais à prendre le métro pour rentrer chez moi. Assis dans mon coin, j'étais plongé dans un bouquin, ma musique sur les oreilles. Je ne faisais pas attention aux gens qui se trouvaient autour de moi. Ainsi, je ne vis pas arrriver l'arrêt brutal du métro et me cognais la tête contre la paroi. J'entendis quelques cris, mais en général tout le monde était silencieux. Il faisait noir. Ma main vint toucher là où ma tête avait cogné et je ressentis une vive douleur. A en juger par le liquide que je sentais, je saignais. Très vite, la lumière revint, les hauts parleurs crachèrent. J'enlevais mon casque, éteignis ma musique et regardais autour de moi. Je n'étais pas le seul abruti à m'être cogné. Je clignais plusieurs fois des yeux, pour réhabituer mes yeux à la lumière. Mais elle me piqua, c'était la blessure. Sans plus attendre, je me tournais vers la vitre et regardais ma blessure dans les réflections de la vitre. Ce n'était qu'une petite ouverture, rien de grave. J'allais probablement avoir une belle bosse et un beau bleu. Sans plus attendre, je sortis un mouchoir et le posais sur mon front. J'en avais fait tomber mon livre au sol, alors je le cherchais du regard. J'entendis alors quelqu'un demander si tout le monde allait bien. Sans rien dire, j'observais autour de moi, me rendant alors compte que je n'étais pas seul. Je l'avais presque oublié dans la précipitation. Je me levais, pour aller aider une jeune femme qui venait de tomber au sol. Quelle journée de merde.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
( Pudding TC ) Ladies and gentlemen, Please stay calm.
London Calling. :: Moving along :: Take a ride :: Tube
» Huuuuum.... Hi... I was just... OKAY OKAY STAY CALM AND DON'T SHOOT !!! ~ pv Aleera
» Benjamin Stanford - "Ladies aaaaand gentlemen ! ... I'm gonna eat you ~ ♫ !"
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» Braquage entre gentlemen [Pv Haron][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-