Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


dopo tutto questo tempo? (tobias)

Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.
avatar
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.

» Date d'inscription : 20/04/2018
» Messages : 1576
» Pseudo : atramento. (marine)
» Avatar : nina perfect dobrev.
» Âge : vingt-six années.
» Schizophrénie : suzy darling (e. clarke)
() message posté Lun 23 Avr - 18:45 par Sixteen L. Wellins
— dopo tutto questo tempo ? @Tobias Baudelaire

J'avais envie de sortir. J'ai envie de prendre l'air. Et je suppose que j'avais le droit d'avoir envie à un petit peu de plaisir. J'avais eu une journée réellement chargé, je ne m'étais pas arrêtée, entre les vidéos pour ma chaîne YouTube, les photoshoots à Hyde Park, et les interviews pour la radio, bref, je n'avais pas eu une minute pour moi. C'est alors que les cheveux détachés, une tenue légère et des talons, je fis appel à un taxi pour me rendre au bar The Lucky Star où je savais que j'allais passer un bon moment. Arrivant sur les lieux, c'est tout naturellement que je m'avançais vers le bar. J'avais décidé de faire une escapade nocturne en solo ce soir, histoire de me ressourcer et de me retrouver seule avec moi-même. Arrivant devant le bar, j'observais le barmaid et leva un doigt en l'air pour lui signaler ma présence, le pauvre était déjà très occupé. « Une bière s'il vous plait. » Je lui offris un joli sourire puis pris place sur l'une des chaises hautes qui se trouvaient face au bar. Une musique douce enveloppait la pièce, l'ambiance était reposante et agréable, c'était probablement une bonne soirée tranquille, et je ne pouvais remercier que le bon Dieu pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/04/2018
» Messages : 20
» Avatar : Francisco Lachowski
» Âge : 28 ans
() message posté Lun 23 Avr - 19:41 par Tobias Baudelaire
— dopo tutto questo tempo ? @Sixteen L. Wellins

En cette douce soirée de printemps je donnais une représentation dans un bar. Pour être tout à fait honnête c'était mon plaisir du moment. Jouer pendant quelques heures, puis me transformer en ce dealer des nuits envié des plus camés. Dans un sens, je sais que mes parents m'ont donné assez d'argent pour vivre le reste de ma vie mais je ne peux me résigner à rester chez moi et me morfondre. J'ai arrêté mes études et le conservatoire il y a bien des années maintenant, et mon talent n'est plus inconnu des autres. Mais sur un coup de tête, j'ai mis entre parenthèse toutes ses folies qui n'ont duré qu'un temps. En fait j'ai arrêté à la mort de Rosalie, soit maintenant cinq cent quarante sept jours, oui je les compte. Je fais durer ma dernière note, me lève de mon siège et fais un léger signe de la main aux personnes présentes dans la salle. Elle est remplie, à croire que mon succès est encore présent. Je reste deux minutes chrono dans ma loge, le temps d'attraper ma veste en cuir noir, d'essuyer mon front de sa sueur et terminer par prendre mon portable. Je me dirige directement vers le bar et prends un whisky, je ne paie pas le barman, il m'a sûrement reconnu. Je sors ma cigarette et la mets entre mes deux lèvres sans l'allumer pour autant car je sais que c'est interdit.
Revenir en haut Aller en bas
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.
avatar
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.

» Date d'inscription : 20/04/2018
» Messages : 1576
» Pseudo : atramento. (marine)
» Avatar : nina perfect dobrev.
» Âge : vingt-six années.
» Schizophrénie : suzy darling (e. clarke)
() message posté Lun 23 Avr - 19:58 par Sixteen L. Wellins
— dopo tutto questo tempo ? @Tobias Baudelaire

Qui aurait cru qu'un instant présent se transformerait en un bond dans le passé ? Je n'étais probablement pas préparé à ça, ni de croiser son regard, sentir son odeur, ou même sentir sa présence. Attablée au bar, ma bouteille de bière entre les mains, j'avais fait le choix de commencer doucement, mais sûrement, la soirée ne faisait que commencer. J'apportais le goulot jusqu'à mes lèvres, fermant les yeux, je penchais la tête en arrière et bu plusieurs gorgées au goût amer qui me descendait dans la gorge. Ce n'était pas le mieux, mais ce n'était pas mauvais non plus. La musique s'arrêta l'espace d'un instant, une note en suspension, j'avais presque le souffle coupé et inconsciemment ça me disait quelque chose. J'avais déjà l'impression de connaître cette sensation. Je ne me retournais pas, je restais face au barmaid, je ne voulais pas avoir raison. Je le refusais. Je bu de nouvelles gorgées de ma boisson âcre. Une musique plus commerciale prit possession de l'atmosphère, et je me dis que j'avais probablement rêvé. Ce n'était qu'un lointain souvenir, un mauvais rêve dont lequel on se réveille, la sueur au front. Je bois encore jusqu'avoir l'impression de n'avoir plus soif, puis je sens un parfum. Un parfum que je ne connais que trop bien. Je m'arrête, le temps est en suspension, j'ai du mal à respirer. Je me tourne et le voit. Il était là. Comme-ci c'était la première fois. Je manque de tomber de ma chaise et tourne aussitôt la tête, espérant qu'il ne m'ait pas vu, et encore moins entendu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/04/2018
» Messages : 20
» Avatar : Francisco Lachowski
» Âge : 28 ans
() message posté Lun 23 Avr - 20:25 par Tobias Baudelaire
— dopo tutto questo tempo ? @Sixteen L. Wellins

La soirée ne fait que commencer. Je sais que mes démons m'attendent dehors, que je vais devenir le maitre des drogués, le temps d'une soirée. Parfois je me dis que si mes parents me voyaient, ils ne seraient pas forcément fiers de moi, ou bien peut-être qu'en voyant le virtuose que je suis devenu, ils en oublieraient mes folies de la nuit. Je prends le verre de whisky et bois une gorgée, enlevant la cigarette que j'ai entre les lèvres. Je ne saurais l'expliquer mais quelque chose plane dans l'air. Une aura qui ne m'est pas inconnue, un parfum qui m'a si souvent envouté, mais je ne saurais dire ce qu'il en est. Foutaises. Je sais très bien qui est-ce. Je sais l'emprise que nous avions l'un envers l'autre, mais je ne veux pas y croire. Et pourtant je lève les yeux directement vers elle, comme si j'avais senti qu'elle était assise là dès le départ. Nos regards se croisent, mon coeur échappe un battement prêt à sortir de ma poitrine. Je me mords la lèvre, termine d'un trait mon verre de cet alcool ambré que j'aime tant et joue avec ma cigarette entre mon pouce et mon index. « Sixteen. » En effet c'est comme ça qu'elle s'appelle, bonne déduction Sherlock. Mais je rajoute malgré moi comme si mon esprit ne voulait pas la laisser partir « Je... comment tu vas depuis le temps ? » En tout cas t'es toujours aussi canon, et tu me fais toujours autant d'effets, un effet que je ne sais contrôler qui me donne envie de t'embrasser et ne plus jamais quitter tes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.
avatar
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.

» Date d'inscription : 20/04/2018
» Messages : 1576
» Pseudo : atramento. (marine)
» Avatar : nina perfect dobrev.
» Âge : vingt-six années.
» Schizophrénie : suzy darling (e. clarke)
() message posté Lun 23 Avr - 20:43 par Sixteen L. Wellins
— dopo tutto questo tempo ? @Tobias Baudelaire

Je n'en revenais pas, comment est-il possible que je me retrouve au même endroit que lui, assise au même bar et respirant le même air que lui. J'étais chamboulée, déboussolée, et pourtant je sentais cette force presque invisible consumer toute mon âme, toute ma conscience vers lui. Comme-ci nous étions faits l'un pour l'autre, que nous nous assemblons tel le Ying et le Yang. Il parle. Il prononce mon prénom et moi je suis dos à lui, comme-ci il n'était qu'un vulgaire étranger. « Sixteen. » Je secoue négativement la tête, comme pour me persuader que ce n'est qu'une illusion, qu'il n'est pas réellement assit à côté de moi, des années après notre histoire d'amour. « Je... comment tu vas depuis le temps ? » Il semble aussi gêné que moi. Du moins, dans un sens, je l'espère. J'inspire profondément comme pour me donner du courage et tourne de nouveau mon regard dans sa direction. Je reste interdite de longues secondes qui me paraissent être une éternité. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Peut-être un petit peu agressive sur les bords, mais je ne savais pas comment m'y prendre, j'avais l'impression que nous étions devenus deux parfaits inconnus. Je secoue négativement la tête et prends une nouvelle gorgée de ma bière. « Je vais bien. Et toi ? » Ma voix s'est adoucie, je n'ai pas envie de l'incendier, après tout, c'était fini, alors pourquoi j'y mettais autant de cœur ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/04/2018
» Messages : 20
» Avatar : Francisco Lachowski
» Âge : 28 ans
() message posté Lun 23 Avr - 21:48 par Tobias Baudelaire
— dopo tutto questo tempo ? @Sixteen L. Wellins

Sixteen a mis du temps à se retourner, en même temps je peux comprendre qu'il puisse y avoir une certaine rancoeur. Les raisons de notre rupture sont simples, nos vies mouvementées et mon instabilité amoureuse. Je pense qu'elle m'en veut toujours et en suis même persuadé, et moi de mon côté je ne peux pas lui en vouloir notre rupture est en grande partie de ma faute. Elle me répond froidement et cela ne me plait guère mais je fais mine de rien et hausse des épaules. « Qu'est-ce que tu fais ici ? » me demande t-elle. Je penche ma tête sur le côté tout en continuant de tourner et retourner ma cigarette entre mes doigts. « Je suis venu m'installer ici il y a quelques temps. Et toi ? » lui dis-je tentant de lâcher un petit sourire malgré moi. Mon dieu, cela me fait du bien de la revoir. J'aimerais pouvoir le lui dire, le lui faire comprendre mais je risque de la brusquer et je ne veux pas. « Je vais bien et toi ? » A partir du moment où j'ai ma dose je vais bien, et mes pupilles dilatées peuvent en témoigner. Je hoche positivement de la tête et lâche un bref « Oui. » J'arrête de jouer avec ma cigarette, m'aventure à m'approcher d'elle et lui dis sans vraiment lui poser la question « Je vais fumer, tu m'accompagnes ? » Je lui attrape le poignet pour l'inviter à me suivre comme si nous nous étions jamais quittés. Une fois dehors je la relâche, allume ma cigarette légèrement amochée.
Revenir en haut Aller en bas
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.
avatar
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.

» Date d'inscription : 20/04/2018
» Messages : 1576
» Pseudo : atramento. (marine)
» Avatar : nina perfect dobrev.
» Âge : vingt-six années.
» Schizophrénie : suzy darling (e. clarke)
() message posté Lun 23 Avr - 22:12 par Sixteen L. Wellins
— dopo tutto questo tempo ? @Tobias Baudelaire

Oui, je lui en voulais peut-être. Je lui en voulais sûrement de m'avoir délaissé, d'avoir préféré son monde plutôt que moi. Je sais que ça pouvait paraître égoïste, mais après tout, j'avais un égo aussi et il l'avait brisé. Il avait brisé mes rêves, brisé mon amour pour lui. « Je suis venu m'installer ici il y a quelques temps. Et toi ? » Je fronçais les sourcils, puis secouait négativement la tête en me mordant la lèvre inférieure, fâcheuse manie que j'avais pris plus jeune. « Je vis ici. Depuis que je suis née. » Je pose de nouveau mon regard sur lui, je ne lui en avais jamais vraiment parlé aussi. Il me répond aussitôt qu'il va bien. « Oui. » J'esquisse un léger sourire, cette fois-ci sincère. J'étais contente de voir qu'il allait bien après toute ces années, il m'arrivait de me demander ce qu'il était devenu après tout ce temps et puis la colère reprenait le dessus. Il joue avec sa cigarette. Est-ce qu'il est nerveux ? Je l'observe, je fronce les sourcils, et je ne m'attends pas à ce qu'il m'attrape le poignet et me fasse sortir du bar. Je le suis, un peu contre mon gré, mais tout de même amusée. « Je vais fumer, tu m'accompagnes ? » Est-ce que j'ai vraiment le choix ? Une fois dehors, je me sépare de lui et recule légèrement. Cette distance infime qu'il y avait entre nous, m'empêche de respirer correctement, j'avais cette désagréable mais aussi agréable sensation de suffoquer. « Tu sais que c'est de la merde. » Je fais un mouvement de menton vers sa cigarette, je détestais ça. « Ça te détruit la santé. Pourquoi tu fumes ? » Peut-être était-ce indiscret mais qu'est-ce que j'en avais à faire ? La cigarette c'était vraiment mauvais et dans un sens, je m'inquiétais toujours pour lui et son bien-être.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/04/2018
» Messages : 20
» Avatar : Francisco Lachowski
» Âge : 28 ans
() message posté Lun 23 Avr - 22:44 par Tobias Baudelaire
— dopo tutto questo tempo ? @Sixteen L. Wellins

« Je vis ici. Depuis que je suis née. » me répond-elle. Est-ce qu'elle me l'avait déjà dit ? Si c'est le cas je ne m'en souviens pas. Ou bien étais-je tellement dans les vapes que ses paroles n'ont pas effleurées mon esprit ? En guise de réponse je lui fais un petit sourire et hoche de la tête. Je ne me voyais pas partir dans un débat là-dessus. Je la sens m'observer mais ne dis rien, après tout ce temps sans se voir c'est tout à fait normal. La fraicheur printanière m'aide à aérer mon esprit, me remettre les idées en place, il faut dire qu'elles sont fortement mélangées par Sixteen. Elle a le don pour me faire cet effet inexplicable. La fumée dans mes poumons me fait un bien fou, elle m'apaise en fait. « Tu sais que c'est de la merde. » dit-elle en désignant la cigarette. Elle a raison mais je m'en fiche, je n'arrêtais jamais. Je hausse des épaules et continuer de fumer sans pour autant lui répondre. « Ça te détruit la santé. Pourquoi tu fumes ? » Elle s'inquiète donc toujours autant pour moi ? Les souvenirs de notre relation passionnels refont-ils surface dans sa tête ? « Tu sais, à l'époque je fumais déjà autant. » Je parle de l'époque où j'arrivais à te rendre heureux. Une main passe dans mes cheveux, et j'hésite à lui dire les paroles qu'elle attend sûrement mais me décide enfin « D'ailleurs je voulais te dire que j'étais désolé d'avoir merdé avec toi... » Et je suis sincère, je l'ai toujours été. Derrière cet froideur et mes airs de démons se cachent quelqu'un de plus que sincère. Je pense qu'elle ne se doute pas que je regarde tous les articles de son blog et toutes ses vidéos rien que pour la voir, le temps de quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.
avatar
Quest'è il fiore del partigiano, morto per la libertà.

» Date d'inscription : 20/04/2018
» Messages : 1576
» Pseudo : atramento. (marine)
» Avatar : nina perfect dobrev.
» Âge : vingt-six années.
» Schizophrénie : suzy darling (e. clarke)
() message posté Lun 23 Avr - 22:57 par Sixteen L. Wellins
— dopo tutto questo tempo ? @Tobias Baudelaire

Comment je pouvais croire ce qui sortait de sa bouche. M'avait-il vraiment aimé ? Est-ce qu'il m'aimait autant que moi à l'époque ? Et aujourd'hui, qu'est-ce que ça lui faisait d'être face à moi ? Tant de questions, dont je ne saurais probablement pas les réponses. J'étais tétaniser à l'idée d'être face à lui, voir surgir de nouveaux mes vieux démons qui m'ont tant obsédé par le passé. Et lui, il fume, hoche la tête, ça avait le don de m'énerver, de me mettre hors de moi. « Tu sais, à l'époque je fumais déjà autant. » Oui, peut-être que je m'en souviens. Mais ça remonte à tellement loin cette époque Tobias, tellement, tellement loin. Au fur et à mesure que le temps s'écoule, j'ai cette désagréable impression de me sentir de plus en plus oppressée. Il me faisait un effet que je n'arrivais tout simplement pas à refouler. « D'ailleurs je voulais te dire que j'étais désolé d'avoir merdé avec toi... » Mon cœur loupe un battement, et moi je détourne le regard, les yeux légèrement brillants. Je n'ai pas envie de lui montrer un seul signe de faiblesse, mais ce qu'il me dit, me touche instantanément en plein cœur. « Je te déteste. » Je reprends mon souffle, pose de nouveau mes prunelles noisette sur lui, et me mords de nouveau la lèvre inférieure. Je l'avais suivi, nous avions fait une tournée ensemble et puis du jour au lendemain, il n'y avait plus rien. Rien que de la poussière et des regrets. Je le détestais tellement pour ça. Mais en même temps, j'étais tiraillée, je l'observais, j'observais la structure de son visage que je n'avais jamais oublié, ses lèvres légèrement rosées, qui m'avaient tellement embrassé. Son regard sombre qui parcourait mon corps avec désir. Ma peau brûlait à chaque fois qu'il posait son regard sur moi. « Tu m'as brisé le cœur Tobias. Tu l'as attrapé, et tu l'as piétiné. Tes excuses ne changeront rien à ce qu'il s'est passé. » Une larme coule le long de ma joue, et moi, rageuse, je l'essuie d'un revers de manche avant qu'il ne puisse l'apercevoir. Je n'étais qu'une marionnette. J'étais sa marionnette.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/04/2018
» Messages : 20
» Avatar : Francisco Lachowski
» Âge : 28 ans
() message posté Dim 29 Avr - 14:20 par Tobias Baudelaire
— dopo tutto questo tempo ? @Sixteen L. Wellins

Retrouver Sixteen me faisait toujours un effet inexplicable. Le genre d'effet qui te met dans tous tes états, qui te fait te sentir drôle, qui t'envahit de souvenirs aussi bons que mauvais. Je l'ai aimé de tout mon coeur, même si je ne l'ai pas toujours montré, et même si je ne lui ai pas donné toute l'affection et l'attention dont elle avait besoin. La retrouver à Londres est pour moi un signe. Je crois au karma, ne crois pas aux coïncidences, alors si elle est là avec moi c'est que peut-être que notre histoire n'est pas terminée ? Je mets ma fierté de côté, j'écoute mon coeur et lui présente mes excuses, pas non plus dans le but de la récupérer. « Je te déteste. » qu'elle me dit. Plisse les yeux, pousse un soupire et hoche de la tête. En général lorsque l'on s'excuse on attend en retour une autre réaction que de la haine. J'écrase ma cigarette avec le bout de mon pied, et vois Sixteen partir en vrille, comme si je l'avais insulté de tous les noms. Elle part dans un monologue disproportionné dont elle seule a le secret. « Tu m'as brisé le cœur Tobias. Tu l'as attrapé, et tu l'as piétiné. Tes excuses ne changeront rien à ce qu'il s'est passé. » Je vois une larme couler le long de sa joue. Je l'ai autant fait souffrir que cela ? Je ne le pensais pas autant. Après tout ne plus donner signe de vie au bout de tant de mois de relation je peux comprendre la frustration, mais je ne pensais pas qu'elle était autant attachée à moi. Je suis qu'un foutu drogué qui passe le temps à pianoté sur un domino. Je n'ai rien pour moi. Je tente de m'approcher d'elle, même si je sais que je vais m'en prendre une « Ne pense pas que je l'ai fait exprès. Je ne voulais pas te faire de mal. Je suis un destructeur, et quand j'ai vu que je m'attachais trop à toi.. j'ai voulu te protéger. » Je tente de garder mon calme, et pour cela rien de mieux que d'allumer un joint déjà roulé que je trouve dans ma poche de veste. « Nous sommes trop différents, il faut se rendre à l'évidence. Je tiens pas à la vie, toi c'est tout le contraire. Je me détruis tout seul et je veux pas que ça soit aussi le cas pour toi. » Sixteen c'est la fille dont tout le monde rêve, pleine de vie, jolie, gentille, adorable. Et moi suis plutôt le mec que l'on fuit, froid, noir, drogué, colérique... Alors oui nous sommes trop différents.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho :: The Lucky Star
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» père Tobias
» Mais c'est qui Père Tobias en fait ?
» Tempo Tempo No Mi
» Je blablate, tu blablates, il blablate ... (39eme edition)
» Qui a dit qu'une femme ne pouvait pas se défendre [PV: Tobias Grant]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-