Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Coupe du monde 2018 : Demi-Finale Angleterre-Croatie.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


A night in hell 2

En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1399
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Mar 3 Juil - 23:30 par Frank Turner
]
A night in hell
Part II


Le retour à la maison se fit en douceur, mais fut au combien salvateur pour Frank qui en plus d'assumer ses erreurs à présent, commençait à retrouver peu à peu ses repaires et cette force de caractère qui lui permettrait dès à présent de soulever des montagnes. Il n'allait plus fuir, ce n'était pas des paroles en l'air et bien que la difficulté puisse s'accroître dans les jours et les semaines à venir, il était enfin prêt à affronter les obstacles aussi nombreux soient-ils avec Rachel. La retrouver, lui permit aussi de comprendre qu'il était désormais impossible d'être loin d'elle. Ils avaient perdu trop de temps ainsi éloigné, et ce, à cause de mauvaises décisions. La vie étant ce qu'elle est, Franky ne voulait plus laisser le Destin s'interposait et l'éloigner de l'amour de sa vie. Pour l'heure, il ne voulait qu'une chose, se posait sur leur canapé et enserrait Rachel de ses bras, sans penser à rien d'autre. Ce moment serait le leur et rien ni personne ne pourrait mettre un terme à cela, sinon quoi il risquerait de tomber sur un os en la personne de Frank.

« - Tu es bien installée ? » demanda-t-il avant qu'elle ne lui fasse savoir qu'elle l'aimait. C'était devenu tellement naturel entre eux de faire entendre ces trois petits mots, Frank n'en demeurait pas moins touché. « - Je t'aime encore plus beauté ! » lui murmura-t-il à l'oreille avant de frotter le bout de son nez au sien. Comme il était bien là, en la tenant tout contre lui. Il aurait à son tour, si cela eut été possible, aimé passer le reste de sa vie dans ce canapé, en la serrant contre lui avec juste ce qu'il faut de force et de douceur. Mais il devait se résoudre à penser à l'avenir le plus proche et malheureusement pour lui, ce n'était pas encore conciliable avec la glu sur le canapé. « - Je suis moi aussi content de rentrer le soir. Je n'aurais pas survécu à la bouffe. Ce n'est pas une légende urbaine, la nourriture à l'hôpital est aussi dégueu autant que celle du self au lycée à San Francisco. Tu t'en souviens ? On nous laissait le choix entre deux plats, histoire de nous faire croire qu'on échappait au pire. Après, je ne sais pas si je gagne au change. Je crois que ma petite amie n'est pas un fin cordon bleu. » Doucement, mais sûrement, il se laissait aller à quelques taquineries pour alléger l'atmosphère et parce qu'à une époque, ils fonctionnaient comme ça, une époque lointaine, mais durant laquelle l'amour les avaient surpris sans crier gare, les unissant ainsi l'un à l'autre. « - On va la jouer collectif miss Parker ! On ira mieux ensemble et peut m'importe le temps que cela prendra. Cette fois super Franky a sortit la cape et les collants. Moi non plus je ne veux pas faire de promesse, car j'ai l'impression que c'est un peu comme les bonnes résolutions, on peine à les tenir. En revanche, j'ai bien l'intention d'être un bon frère, un bon père et surtout un bon mec. » Il s'approcha légèrement et déposa ses lèvres avec douceur contre les siennes. « - Je suis même prêt à regarder tes séries à l'eau de rose ! »

Rachel se détacha alors, provoquant l'étonnement de son compatriote. « - J'ai dit une bêtise ? » qu'il se rassure, il n'était pas question d'une bêtise, mais d'un oubli qui lui rappela l'indignité de son comportement les jours passés. « - Mais qu'est-ce que je suis con ! J'avais complètement oublié que c'était à mon tour d'avoir le petit. Putain espèce d'abruti fini, qui n'est même pas fichu d'assumer ses responsabilités. Écoute, je préfère ne rien lui dire, elle serait capable de changer d'avis et de faire en sorte de me l'enlever définitivement. Je vais trouver une excuse... Quoique... tu ... tu n'es pas obligé de dire oui, mais tu pourrais t'en occuper quand je ne suis pas là ? Je sais que c'est beaucoup te demander et que j'abuse de le faire, mais je ne vois pas d'autre personne en qui j'ai assez confiance pour le faire, hormis le frérot, mais je ne veux pas l'embêter avec ça. Je peux éventuellement faire croire à Megan que j'ai un job qu'est-ce que tu en dis ? »


 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 309
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Lun 9 Juil - 15:41 par Rachel-Mary Parker-Davis
A night in hell
Part II


Ainsi blottie dans les bras de Frank, tous deux installés dans ce confortable canapé, c’était presque comme si tout était normal. L’entendre lui dire qu’il l’aimait tout autant sinon plus lui réchauffait le cœur, cela faisait un bien fou, tout comme la chaleur de son étreinte. Rachel hocha la tête avec un petit sourire pour signifier qu’elle était bien installée effectivement. Malheureusement, elle devrait accepter en journée de le laisser partir à sa cure, mais pour mieux le retrouver le soir. Il fallait qu’il se soigne et c’était une bonne chose pour lui que de se reprendre en main. Elle devrait en faire de même.

- La cantine de San Francisco, comment oublier ça ? Nos parents payaient des fortunes ce lycée et on avait des légumes transgéniques aux couleurs fluo… Je sais pas comment on a pu atteindre l’âge adulte sans avoir des poils verts qui nous sortent du nez. Toujours est-il que je ne laisserai pas mourir de faim… J’apprendrai à cuisiner, je trouverai des tuto sur internet, ou je ferai livrer des repas de traiteurs à la maison si tu préfères assurer tes arrières.

La pédiatre n’avait jamais réellement eu le temps d’apprendre à cuisiner, et ces six dernières années, une cuisinière professionnelle travaillait à lui confectionner des repas de qualité à elle et son mari. Entendre Frank l’appeler par son nom de jeune fille ne fit que lui rappeler combien il fallait qu’elle se défasse de l’emprise de Maxwell. Il fallait qu’elle obtienne le divorce, elle ne pouvait plus continuer à vivre ainsi. Aussitôt qu’elle se sentirait de quitter la caserne, elle se rendrait chez une avocate renommée pour espérer avoir gain de cause. Si Maxwell s’entêtait, elle balancerait tout, elle n’avait plus rien à perdre désormais. Le fil de ses pensées fut interrompu par la voix si apaisante de Frank.

- Tu es et seras toujours mon héros, Frank. Et pour ça, je ne t’obligerai jamais à regarder mes séries à l’eau de rose.

Mais la réalité les rattrapa. Rachel venait de songer au planning de son amoureux, un planning qui disait qu’il devait garder son fils la semaine suivante… qui commençait d’ici deux jours. Megan n’était pas du genre conciliante lorsqu’il s’agissait de Frank, elle était plutôt dure en négociation, et le père de Bowie craignait qu’elle ne lui fasse des difficultés s’il demandait à décaler sa semaine qu’il avait déjà eu du mal à obtenir. Il demanda alors à Rachel si elle pouvait prendre soin du petit la journée. Elle en resta interdite quelques secondes. En soi, elle était tout à fait apte à s’occuper d’un enfant de huit ans, ce n’était pas le problème. Le problème était qu’elle avait peur de ne pas être à la hauteur. Elle ne pouvait pas quitter la maison de peur de faire une crise d’angoisse en pleine rue. Mais Frank avait besoin d’elle, il n’avait pas d’autre solution et elle ne voulait pas le mettre dans l’embarras. Il ne lui demandait jamais rien, elle ne se sentait pas de lui refuser le seul service qu’il lui ait jamais demandé.

- Écoute je… oui, je peux veiller sur lui, bien sûr. Par contre, ne mens pas à Megan. Ne lui dis rien. Le mensonge, c’est vraiment la pire des choses et ça pourrait se retourner contre toi. On dira à Bowie que tu as des impératifs d’adulte la journée, tout simplement. Ce n’est pas mentir, il n’a pas à savoir ce que tu fais. Je m’occuperai de lui la journée, je lui ferai faire des jeux, et ses devoirs, j’apprendrai même à faire des cookies s’il le faut. Et quand tu rentreras, il sera content comme tout de te retrouver.

Il fallait que ça se passe bien. Il ne pouvait en être autrement. Samuel-Bowie était un petit garçon adorable et vif d’esprit. Rachel en était sure, elle ne s’ennuierait pas avec lui, et puis n’avait-elle pas toujours préféré la compagnie des enfants ? Ça l’aiderait à se changer les idées.

- Il va falloir que tu ailles acheter des quantités de feutres et de feuilles blanches, on va redécorer la porte du frigo.

Le dessin et coloriage, les gamins de huit ans en raffolaient. Ça et les jeux de société. Hors de question de le coller devant un écran toute la journée, en tant que pédiatre, elle ne savait que trop bien combien c’était nocif pour leurs petits neurones. Frank lui confiait son fils, elle ferait de son mieux, même si la pression qu’elle se mettait était énorme.


 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1399
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Mer 11 Juil - 17:05 par Frank Turner
A night in hell
Part II



Il avait choisi de revenir et n'était prêt pour rien au monde à laisser sa place. Mais il le savait, il devra plus que jamais livrer bataille pour faire perdurer leur histoire et permettre au bonheur de refaire surface. Il lui faudrait du temps et certainement beaucoup de patience pour y parvenir, mais avant toute chose, il devait s'occuper de lui et accepter le fait d'avoir un problème, accepter l'aide que l'on pouvait lui apporter, accepter sa défaillance. Rachel blottis dans ses bras, il comprit que pour elle, il était prêt à accepter cela. C'était la moindre des choses.« - Non la cantine de San Francisco reste l'un de mes pires souvenirs gustatifs de mes années lycées. C'était tellement dégueux, qu'on faisait la fortune des distributeurs, qui eux proposaient une bonne alternative » Mais de toute évidence, Frank n'était pas le seul prêt à faire quelques efforts « - Toi cuisiner ? Vraiment ? Hum... Est-ce que je tiens à mon estomac ? D'un côté, la perspective de mourir de faim m'enchante guère. Tu sais, je peux aussi me contenter de riz et de pattes hein ! Je suis sûr qu'il existe de très bon tuto YouTube là-dessus ! »

L'humour était l'une des armes de Franky pour se sortir d'une situation tendue, d'ailleurs, il en usait beaucoup avec les enfants pour les mettre en confiance avant de les interroger. Et puis connaissant Rachel et ses non-prédispositions pour la cuisine, il savait qu'elle ne pourrait mal réagir en étant charriée de la sorte. Tout, comme il savait qu'elle ne réagirait pas mal en évoquant ses séries à l'eau de rose. « - Je suis prêt à tout endurer, tu sais ! Même à regarder ce truc-là, Outlander si ça te fais plaisir ! » Il se fichait bien de l'émission, du film, de la série, le plus important résidait dans ces petits moments qu'ils pourraient s'accorder le soir, à son retour de cure. Malheureusement pour Frank, la réalité l'avait déjà rattrapé.

« - Niveau planning, on repassera hein ?! Je sais que je t'en demande beaucoup et je m'en veux te t'imposer ça » Mais Rachel avait accepté sans broncher, demandant cependant à son ancien flic de ne pas mentir à son ex-femme. Une perspective qui n'enchantait guère l'intéresser. « - Je ne peux pas ... Si je lui dis que je suis en cure de désintox, elle va sauter sur l'occasion pour me prendre définitivement mon fils. Je sais que mentir, c'est mal, mais parfois, on n'a pas le choix. Je vais juste lui dire que j'ai eu un impératif et que je ne pourrais pas être dispo lorsqu'elle viendra l'amener. Elle n'est pas obligée de savoir, je t'assure. J'ai assez bataillé avec elle, je ne veux pas recommencer, pas maintenant. Tu comprends ? On fait comme ça alors ? Et promis, j'irais acheter des feutres de toutes sortes, des cahiers, des feuilles, tout ce qu'il faut pour redécorer le frigo. On fait comme ça ? Rachel, je te promets que plus tard, quand ça ira mieux, je parlerais à Megan. Je ferais mon possible pour que tout se passe bien. Maintenant, c'est trop tôt, je ne suis pas en état de le faire correctement. »



 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 309
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Mar 17 Juil - 14:31 par Rachel-Mary Parker-Davis
A night in hell
Part II


Le souvenir de la cantine du lycée de San Francisco éveillèrent une certaine nostalgie chez Rachel. Non pas que les mets servis lui manquaient, loin de là, mais cette époque d’insouciance où sa seule préoccupation était de savoir ce qu’elle allait porter le lendemain. On en était loin à présent. Désormais, sa préoccupation principale était : comment supporter de vivre une journée de plus ?

- Tu as déjà oublié que j’étais la reine du guacamole et du sandwich tomates-cornichons ? Bon, je dois reconnaître que j’ai pas progressé des masses, mais je te promets de ne pas te laisser mourir de faim, répondit-elle à sa cogitation à haute voix.

Il avait même réussi à la faire sourire. Frank était exceptionnel et Rachel ne cessait de se le répéter à chaque seconde qui passait. Il le montrait encore en ajoutant une énième plaisanterie, montrant qu’il était prêt à beaucoup pour elle, même endurer des séries de filles. Elle secoua la tête avec un petit sourire.

- Je t’assure, le romantisme, c’est plus pour moi. J’ai plus allumé la télé depuis des lustres. En fait, c’est juste avec moi, alors tu sais, moi tant que je suis dans tes bras, il peut bien passer n’importe quoi, ça m’ira.

La légèreté avait soudain laissé place à une réalité imminente : l’arrivée de Bowie à la caserne. Frank avait « légèrement » oublié que Megan lui donnait le petit cette semaine à venir. Comment Rachel aurait-elle pu lui en vouloir d’oublier avec tout ce qui s’était produit ? Elle en vint même à se dire que heureusement qu’il s’était repris par rapport à l’alcool et qu’il allait se soigner sérieusement.

- Ne t’inquiète pas, ça va aller, je m’occuperai de lui la journée… Eh mais non, calme-toi, je n’ai jamais dit qu’il fallait parler de la cure à Megan. Je disais simplement de rester évasif sur tes obligations. Omettre, c’est déjà moins pire que de mentir carrément. Elle n’a pas besoin de savoir au risque de te porter préjudice.

Omettre la vérité… c’était ce qu’elle avait fait au retour de Frank le mois précédent. Était-ce un conseil judicieux ? Elle n’avait pas osé lui dire la vérité de peur de lui gâcher les fêtes de fin d’année, et finalement un drame était arrivé, et le pauvre Frank avait sûrement dû penser que la femme qu’il aimait lui mentait éhontément. La pédiatre s’en voulait encore tellement.

- Quand tu seras guéri et que tu le sentiras, oui, tu pourras le lui dire. Ou ne pas lui dire, la décision t’appartient, et elle n’est pas obligée de savoir. Encore une fois, tu ne mets pas la vie de Samuel en danger, donc elle n’a pas besoin d’être au courant, surtout si ça peut lui servir de prétexte pour te l’enlever.

Ne plus voir son fils serait la pire des choses au monde pour Frank, Rachel le savait, et pour rien au monde elle n’accepterait qu’il soit malheureux, elle ne laisserait pas cela arriver. Il souffrait déjà bien assez.

- ça va bien se passer, assura-t-elle encore une fois.


 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1399
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Hier à 16:44 par Frank Turner
A night in hell
Maintenant place à l'accalmie


Tomber au plus bas pour mieux remonter, voilà comment résumer la situation. Frank avait encore, quelques jours plus tôt, la tête sous l'eau et s'y serait noyé sans la bienveillance de ses proches. Une nouvelle chance lui était offerte et cette fois, il ne devait la gaspiller. Rachel à son tour, avait besoin de sortir la tête de l'eau et pour se faire il était prêt à redoubler d'efforts et d'humour. « - Tu sais, de base, je ne suis pas un grand romantique si on omet les années lycée. Megane aurait de quoi dire sur le sujet. Mais avec toi, je suis comme un caramel mou. » Il se mit à sourire tant, la comparaison semblait idiote. « - Et puis même si mes bras sont confortables, on va quand même se trouver d'autres activités hein ? Je suis très bon au scrabble » Mais, la légèreté ne put se résoudre à perdurer malgré les efforts de chacun. Bowie devait arriver d'ici quelques jours et Frank au vu de ses nouvelles obligations, ne sera sûrement pas là pour l'accueillir. Il lui fallait trouver une explication à fournir à Megane confrontée à Rachel au moment de déposer le petit monstre. Du genre méfiante, l'avocate posera à n'en pas douter quelques questions à la pédiatre, des questions qu'elle n'avait pas à éluder. Frank devait prendre ses responsabilités, ou du moins préparer le terrain, sans pour autant s'épandre auprès de son ex-femme.

« - Je vais lui dire que j'ai un rendez-vous médical et que comme je ne peux être présent le jour où elle viendra déposer Bowie, c'est toi qui sera là. Ce n'est pas vraiment un mensonge, mais si je reste trop vague, elle posera des questions et je ne veux pas que tu subisses un interrogatoire. Ensuite, une fois que tout ira mieux, je prendrais mon courage à deux mains et je lui dirais tout, en priant pour qu'elle soit plus tolérante qu'elle ne l'a été. S'il le faut, je ferais signer tout un tas d'attestations pour prouver que je suis guéri et apte à être un bon père, ou un truc du genre. » Il la serra un peu plus contre lui. Se rendait-elle compte du bien qu'elle lui faisait ? Peut-être, toujours est-il qu'ils venaient de se trouver ces deux- là et qu'ils n'étaient pas près de se quitter cette fois.

La semaine suivante.

Voilà plusieurs jours, que l'ancien flic se rendait à l'hôpital pour suivre son sevrage et le programme qu'on lui avait préparé. C'était fatiguant, car on lui avait imposé quelques séances de sport pour mieux l'occuper. Ainsi, il courrait quotidiennement avant de rejoindre la salle de sport pour ensuite retrouver le groupe de parole. Parler en public devant des inconnus n'était pas chose facile, tant la peur d'être jugé l'accaparait. Cependant, Frank se rendit compte rapidement, qu'il n'était pas seul, que certaines histoires étaient semblables à la sienne et d'autre plus dramatiques encore. Conscient de sa chance, il consentit à entendre et à se livrer plus facilement.

« Tu te sens comment aujourd'hui, Frank ? »

« - C'est un jour spécial. Mon fils arrive aujourd'hui. Pendant que je vous parle, c'est Rachel, ma compagne qui s'en occupe. Je pense que ça va bien se passer. Elle est pédiatre, je vous l'ai déjà dit. C'est pour elle que je fais tout ça, pour mon fils aussi et pour Dylan mon frère. »

« Celui même que tu as fait interner en désintox ? »

« - Ouais ! Il était accro à la drogue. Une fois encore, je n'ai rien vu venir et j'ai été un peu abrupte dans l'aide que j'ai voulu lui apporter. Mais il s'en est sorti, il a vaincu ses démons et maintenant, c'est à mon tour. »

« Tu es en bonne voie en tout cas ! »

« - Ouais je ne pensais que je serais aussi assidue » La séance collective s'acheva sous les applaudissements de chaque participant. Pour Frank, il était à présent l'heure de quitter la clinique contrairement aux autres patients qui n'avaient pas un emploi du temps aménagé comme le sien.

Quelques heures plutôt

« Allez Samuel, tu prends ton sac et tu sors de la voiture ! » Megane, qui venait de se garer devant la caserne, récupéra le sac contentant toutes les affaires de Samuel. Une fois parés, ils regagnèrent l'ascenseur. « Donc, tu te souviens que ton papa n'est pas là ce matin » Le petit, tout sourire acquiesça « Oui ze sais ! C'est Rachel qui va s'occuper de moi. Elle est docteure, tu sais ! » Megane, pas convaincue, fit mine d'acquiescer avant de frapper à la porte, qui s'ouvrit après quelques secondes d'attente. « Rachel, je suppose ! Je suis Megane, l'ex-femme de Frank ! Pouvons-nous entrer ! »


 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 309
» Avatar : Lana Parrilla
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Nope
() message posté Aujourd'hui à 21:36 par Rachel-Mary Parker-Davis
A night in hell
Maintenant place à l'accalmie


Les quelques jours avant la date fatidique étaient passés. Rachel se mettait beaucoup de pression, malgré que Frank essayait de la rassurer. Seulement la simple idée d’être seule pour aller ouvrir la porte l’angoissait. L’idée que sa tête ne revienne pas à Megane et qu’elle reparte avec le petit, et donc d’avoir tout fait foirer, elle ne le supportait pas. Il fallait assurer, être à la hauteur en l’absence de Frank. S’en sentait-elle capable ? Non, pas vraiment. Elle se sentait toujours complètement diminuée, incapable que faire quelque chose de bien. A tel point que les cauchemars se multipliaient. Le moindre stress la rendait malade et l’idée d’être seule confrontée à Megane en faisait partie. C’était l’ex de Frank, la mère de Samuel, et si d’un coup elle décidait de ne pas lui confier son fils, Frank en souffrirait.

Le jour J était donc arrivé. Frank s’était levé tôt pour aller à sa cure, comme il l’avait déjà commencée quelques jours auparavant. La pédiatre était si fière de son amoureux, il était fort et faisait tout pour s’en sortir. Elle, elle avait juste l’impression de subir ses problèmes malgré les efforts qu’elle faisait. Parler à Ethan lui faisait beaucoup de bien cependant et il la rassurait. Frank n’était pas là et indisponible, elle décida d’envoyer un message à Ethan pour chercher un peu de courage et de soutien.

Enfin, la porte sur laquelle on frappait se fit entendre, faisant sursauter l’américaine. Rachel ferma les yeux et inspira profondément avant de se rendre vers l’escalier pour aller ouvrir. Ses mains tremblaient, elle sentait comme des sueurs froides assaillir sa peau. Un flash de la porte s’ouvrant à la volée sur le tueur apparut.

Pas maintenant…

Elle regarda son téléphone avec le message d’Ethan et tâcha de reprendre contenance en ouvrant la porte, un sourire aussi naturel que possible sur les lèvres. Ce n’était qu’une mère et son enfant, elle en avait vu des tas au cours de sa carrière, pas de quoi fouetter un chat.
Megane n’avait pas l’air commode, plutôt pressée.

- Bonjour… Oui c’est moi… Bien sûr, entrez… eut-elle tout juste le temps de répondre en se dégageant pour la laisser passer.

Bowie fut un peu plus jovial et vint lui faire un câlin. Rachel lui sourit avec tendresse et lui caressa les cheveux d’une main, refermant la porte de l’autre.

- Comment tu vas, mon grand ? Ça me fait plaisir de te revoir.

C’était vrai. Quelques secondes avec cet enfant et la chirurgienne se sentait déjà mieux. Elle se tourna vers l’ex femme de Frank.

- Je peux vous proposer quelque chose à boire ? Demanda-t-elle poliment.

A vrai dire, Rachel n’avait qu’une envie, la voir partir rapidement. Cette femme la mettait mal à l’aise. Pourvu qu’elle ne pose pas trop de questions sur Frank. Elle regarda le petit qui était tout sourire en avançant à côté d'elle vers le centre de la pièce.

- J'espère que tu aimes les coloriages et les jeux de société.

 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1399
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Aujourd'hui à 22:29 par Frank Turner
A night in hell
Maintenant place à l'accalmie


Megane était pressée, trop pour prendre le temps de faire preuve d'une once de gentillesse et puis il s'agissait de la petite-amie de son ex-mari, celui-là même qui par le passé, lui avait causé bien des tourments. Cependant, elle se demandait par curiosité, si Frank agissait de la sorte avec Rachel ? Bénéficiait-elle d'un traitement de faveur ? Samuel, l'appréciait-elle ? Était-elle un danger ? Bons nombres de questions effleuraient l'esprit de l'avocate, des questions qui ne trouveraient peut-être pas de réponse aujourd'hui. La porte s'ouvrit donc sur une jeune femme à mille lieux de ce que Megane imaginait. Samuel, qui entre ces mûrs se faisaient appeler Bowie, fut le premier à émettre un peu de gentillesse. De toute évidence le petit de Frank était plus que ravi de retrouver Rachel et ne manqua pas de le faire savoir, ce qui agaça légèrement sa mère.« Frank ne rentre pas trop tard, j'espère ! Samuel est difficile à canaliser et je doute que vous y parveniez sans son père. » Bam, ça c'était fait. Le moins, que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne prenait pas de gants. « Je dois refuser votre proposition. J'ai un vol à prendre sous peu. Les affaires de Samuel sont toutes là. Dites bien à son père, qu'il doit m'appeler à son retour ! Mon cœur, viens par ici ! » Le petit s'approcha de sa mère qui se mit à sa hauteur pour pouvoir le serrer plus facilement dans ses bras. « Tu es sage d'accord ? » Le petit acquiesça aussitôt tout sourire.Megane satisfaite, se releva tout en réajustant son tailleur. Le regard braqué sur Rachel, elle se demandait bien ce que son ex-mari pouvait lui trouver, elle qui semblait si frêle. « Au revoir mon ange ! » Elle salua une dernière fois son fils « Dites bien à Frank qu'au moindre problème, il entendra parler de moi ! » Et c'est sur ces hostiles paroles que Megane mit les voiles.

« Rachel, Rachel ! On va dessiner ? Faire du coloriage ? Papa m'a dit dans le sms, qu'il avait acheté pleins de crayons, même des crayons magiques. C'est vrai ? » Il exultait et ne semblait, pour rien au monde, touché par le départ de sa mère. Il se permit même de s'approcher de la chérie de son papa pour lui un câlin. « Papa, il a dit que je devais te faire pleins de câlin pendant qu'il n'était pas là ! » Il posa sa tête contre sa jambe qu'il serra fort, l'obligeant ainsi à se mettre à sa hauteur pour bénéficier d'un vrai câlin. Le petit plein de bonnes attentions, comme son père, était loin d'imaginer, qu'il serait sous peu capable d'accomplir des miracles auprès de Rachel. Plusieurs heures s'écoulèrent avant le retour de Frank. Arrivé face à la caserne et après s'être arrêté chez le fleuriste d'une part et au fast-food du coin d'autres parts, Turner qui venait de verrouiller sa voiture, pénétra la caserne et prit l'ascenseur pour regagner l'étage de vie. « - Hey ho ! Est-ce qu'il y a quelqu'un dans le coin ? J'attends les deux amours de ma vie-là ! J'ai même les bras chargés ! Un peu d'aide serait la bienvenue ! »



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: Great Ormond Street Hospital
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-