Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Coupe du monde 2018 : Demi-Finale Angleterre-Croatie.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


I don't need thanks- Persée

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/04/2018
» Messages : 98
» Pseudo : rose
» Avatar : jeremy irvine
» Âge : 24 ans
» Schizophrénie : andras
() message posté Mer 2 Mai - 13:16 par Derek A. Baltes
Je rentre à la maison après une journée de travail, journée éreintante. Je suis cassé en deux à force d'etre resté debout toute la soirée à servir les clients du fast food et demain je suis du midi, mais au moins j'ai un travail pour payer mon minable appartement. Je retrouve Elvis et il est toujours aussi heureux de me voir rentrer à la maison. Notre maison, à tous les deux, ce chien me suis partout depuis que je l'ai. Je ne sais pas ce que je ferais sans lui. Il est tard mais ça ne m'empêche pas d'aller le promener, ce qui rend mon berger allemand tout joyeux. Je marche vers le parc le plus proche, c'est un peu loin mais ça me fait du bien de marcher et à lui aussi. Après une bonne demi-heure je fais demi-tour et retourne vers l'appartement. Brixton est loin d'être le quartier le plus charmant de Londres. Ce n'est pas par envie que j'ai atterrit ici, c'est juste parce que les loyer étaient moins cher. Je déteste ce quartier et je déteste ma vie. Je sort une cigarette et profite pour un fumer une. Je suis bientôt devant l'immeuble quand j'entends des voix provenir d'une rue voisines. Le ton est sec et peu encourageant. J'entends une voix féminine, qui est beaucoup sûre que l'autre voix. Je soupire. Je devrais passer ma route et laisser faire, mais je ne peux pas. Ça sent les ennuis tout ça et j'avance dans la gueule du loup. Je lève les yeux au ciel quand je vois que le type empoigne une demoiselle que je connais de vue. Je ne lui ai jamais parlé, je fais tout pour l'éviter depuis que je sais qui elle est. On n'est pas du même monde elle et moi. Je ne comprends même pas pourquoi elle est ici, ni ce qu'elle cherche à prouver. Je tire une dernière bouffé de ma clope et l'écrase sous mon pied m'avance vers le type qui s'en prend à elle et je lui lance :

« Hey gros balourd ! Lâche-là. Tu as sûrement mieux à faire ailleurs. »

Elvis grogne, il n'attaquera pas si je ne lui demande pas de le faire. Il se contente de montrer les crocs, pour le moment. L'autre n'a pas l'air de vouloir lâcher Persée et je soupire, pourquoi est-ce qu'il faut toujours que ça se termine en bagarre ? Au moins pour une fois ce n'est pas pour les mêmes raisons que d'habitudes. Je frappe le premier et je me prends quelques coups et j'en profite pour dire à la fille :

«C'est maintenant où jamais pour te tirer. »

Je ne sais pas vraiment si elle a suivie tout de suite mes conseils mais quand le type s'est enfin décidé à me lâcher et à s'arrêter après que mon chien l'ai mordu au bras, elle n'était plus là. Je l'ai vu dans la rue voisine en retournant vers mon immeuble. J'ai soupiré, mais j'ai choisi de prendre un autre chemin pour l'éviter ne voulant pas vraiment qu'elle me dise quoi que se soit. Je suis rentré me coucher non sans passer de la glace sur mes lèvres enflée.

Je me suis levé le lendemain pour aller à la pharmacie chercher une crème plus efficace que des glaçons. J'ai laissé Elvis à l'appartement. J'ai assez mal dormi comme toujours alors j'ai les traits tirés et je baille. Je ne pensais pas retomber sur elle et cette fois je ne peux pas m'échapper. Je lève les yeux au ciel faisant comme si je ne l'avais pas vu.
Revenir en haut Aller en bas
DRIVE ME CRAZY
avatar
DRIVE ME CRAZY

» Date d'inscription : 15/04/2018
» Messages : 234
» Pseudo : lieismyfriend
» Avatar : Nicola Peltz
» Âge : 21 ans
() message posté Mar 8 Mai - 16:44 par Persée Hammer-Kane
Derek & Persée
⚜️ I DON'T NEED THANKS ⚜️

- Lâche-moi putain !
- Allez je t’ai vu sucé un mec dans les vestiaires de la boîte hier, on connait tous ta réputation, tout Londres te passe dessus mais cet abruti de Solal qui fait pas peur à une mouche.

Je le giflais d’un trait en le poussant de toutes mes forces mais il me chopa par les poignets en commençant à m’embrasser dans le cou. Je criais, je me débattais, je voyais des gens qui passaient mais personne ne s’arrêtait. Ils me regardaient à peine, baissaient les yeux alors que je criais comme une folle mentale jusqu’à qu’une voix retentisse derrière moi. L’inconnu me prit violemment les avant-bras et me secoua comme si j’étais un malheureux sac à patate. Mon regard se dirigea vers la fameuse voix et c’était CE gars. Je ne connaissais pas son prénom, je le voyais dans le quartier en me demandant ce qu’il faisait dans les environs, on était si différents et je ne m’étais jamais attardée sur le sujet. Au contraire on avait tendance à s’éviter, sans même chercher à s’affronter du regard mais là je ne pouvais faire que le regarder.

- Il a dit lâche-moi putain !

Ce gars me mit une énorme claque pour me faire taire et un cri de douleur s’échappa de mes lèvres sauf qu’à peine ce geste de fait, l’autre gars s’approcha et vint lui mettre une droite monumentale. Instinctivement je m’éloignais en passant mes doigts sur ma lèvre et je saignais légèrement. J’avais les larmes aux yeux et je les regardais apeurée se battre. Je me sentais conne et inutile à ce moment là jusqu’à mon « sauveur » me dise de me tirer. Je n’attendais pas une seconde en finissant par courir sans prendre la peine de me retourner.

Une fois chez moi je m’enfermais à triple tours, je regardais l’état désastreux de mon visage dans le miroir de la salle de bain pour finir par m’écrouler en larmes : les nerfs. Je pleurais, je me vidais… Mon cœur battait à cent à l’heure, j’avais chaud, je transpirais, mon front brillait dû à la transpiration abondante émise par cette peur immense… Mon estomac se nouait et sans que je n’eus le temps de boire un peu d’eau ou de passer mon visage sous l’eau froide je me mis à vomir dans la cuvette des toilettes. J’étais blanche, j’étais mal.

Je m’asseyais au sol, en regardant ma faible tenue, une robe noire assez courte, munie d’un décolleté généreux. Je repensais à hier, à mes travers… A mes envies de fête, de profiter… Aux paroles de Solal quand il disait que tout Londres me passait dessus. Je me sentais soudainement sal et démunie et en plus il avait fallu qu’un gars qui me méprisait et que je méprisais vienne me secourir. Pourquoi avait-il fait ça ? Je n’allais plus pouvoir le regarder dans les yeux… Plus jamais. La honte me rongeait sans oublier un certain dégoût pour ma faible personne.

Le lendemain.

J’étais à la pharmacie. J’étais là pour m’acheter des cachets aidant au sommeil sans prendre des somnifères puis une crème pour mon infime blessure à ma lèvre. Je n’avais pas voulu passer au médecin avant, je voulais juste de la crème et des cachets et passer la journée dans mon lit. Je me retournais en avançant tête baissée pour cacher mes immenses cernes et mon sang sec jusqu’à bousculer quelqu’un.

- Pardon.

Disais-je faiblement sauf quand je levais les yeux pour affronter la personne du regard c’était « lui ». Je restais quelques secondes muette avant de reprendre la parole.

- Oh… Bonjour.

Je me trouvais encore plus conne sans savoir quoi dire. Pourquoi m’avait-il aidé ? Il avait une sale dégaine et il semblait un peu amoché au visage. De mes souvenirs il n’était pas comme cela hier. Il ne semblait pas vouloir s’arrêter mais je me sentais redevable et je voulais comprendre ce geste de bravoure hier alors qu’on ne s’était jamais adressé la parole avant. Que devais-je faire désormais ? Le supplier de me parler ? Non, j’avais ma fierté mais je ne voulais pas aborder la « chose » au sein de cette pharmacie. Déjà que la pharmacienne me regardait d’un air suspect…

- Merci pour hier. C’était gentil.

Remerciements débiles voir même inutiles. Mais là, de suite, je ne savais pas comment tourner « les choses ».
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/04/2018
» Messages : 98
» Pseudo : rose
» Avatar : jeremy irvine
» Âge : 24 ans
» Schizophrénie : andras
() message posté Dim 13 Mai - 20:31 par Derek A. Baltes
Je hausse les épaules quand elle me dit merci et qu'elle souligne que c'était gentil. Ce n'était pas gentil. C'était impulsif et presque suicidaire vu le gabarit de l'autre type, d'ailleurs il m'a collé une droite monumentale, mais il avait fini par me lâcher aussi et par admettre sa défaite. Je ne m'attendais pas à la recroiser aussi vite. Elle a l'air d'avoir la gueule de bois et sans doute que c'est pour ça qu'elle était une cible facile hier soir et ça m'agace de voir à quel pont l'alcool peut faire des dégâts. Je le savais déjà c'est bien pour ça que je ne bois pas d'ailleurs. Je fume c'est un autre vice.

« Tu devrais pas rentrer toute seule après avoir bu, y a des cinglés partout. »

Je ne suis personne pour lui dire quoi faire et sans doute qu'elle va me dire d'aller me faire voir. Je dis ça juste pour alimenter la conversation, parce qu'il est évident qu'on n'est pas du tout du même monde elle et moi. Elle a tout d'une petite princesse et je n'ai rien d'un prince charmant, surtout pas avec ma tronche défiguré.

« Enfin je dis ça, je ne dis rien, tu fais ce que tu veux. »

J'allume une cigarette profitant de cette petite pause pour en griller une. On ne s'est jamais vraiment parler avant. Je sais qui elle est, mais j'ai toujours pris soin de l'éviter. Il semblerait que sa réputation la précède, comme la mienne d'ailleurs. J'imagine que c'est pour ça aussi qu'elle ne m'a jamais accordé un regard et je ne suis donc pas du tout à l'aise face à elle même si je ne lui montre pas. Et finalement je ne peux pas m'empêcher de lui demander :

« Pourquoi tu me parles maintenant ? On s'est croisé plusieurs fois sans se parler. Tu as eu milles occasions de m'adresser la paroles. »

C'est sans doute juste pour hier et quelque part ça m'agace de me rendre compte qu'elle me parle simplement parce qu'elle se sent obligé de me remercier, mais je n'ai pas besoin de ça. Je pouvais très bien me passer de ses remerciements. Je n'ai rien fait d'extraordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
DRIVE ME CRAZY
avatar
DRIVE ME CRAZY

» Date d'inscription : 15/04/2018
» Messages : 234
» Pseudo : lieismyfriend
» Avatar : Nicola Peltz
» Âge : 21 ans
() message posté Dim 13 Mai - 20:41 par Persée Hammer-Kane
Derek & Persée
⚜️ I DON'T NEED THANKS ⚜️
Il me moralisait. J'écarquillais les yeux et j'avais envie de le frapper à mon tour mais il semblait déjà assez amochée. Je venais le remercier et il me jugeait indirectement, j'avais fait ce putain d'effort pour un accueil pareil. Je serrais mes poings et je le regardais allumer sa clope à l'entrée de la pharmacie, il aurait pu se tirer mais aussi étrange soit-il, il essayait de combler les blancs en prenant le soin de me lancer une pique.

- Je peux te retourner la question. Pourquoi tu m'as sauvé la mise alors que tu me méprises? Je vois très bien par ton regard ce que tu penses déjà de moi, c'est pas agréable. Je viens m'excuser et tu fais le gars rancunier. Si tu voulais me parler, t'avais qu'à venir. Là en logique les gens normaux disent juste "de rien fais attention" et toi...

Bref, bref, bref, je me stoppais. Il cherchait sûrement à me provoquer et à avoir la preuve que j'étais bien une connasse. J'avais apprécié son aide hier mais je n'avais jamais rampé aux pieds des gens, jamais... Alors commencer avec un inconnu, ce n'était même pas en rêve.

- Moi qui pensais faire un bon geste, voilà que le bon samaritin me remballe. Faudra que tu m'expliques en quoi tu me détestes tant, je suis là que depuis janvier et je suis la nana à abattre?

Je le provoquais aussi et je commençais à kiffer ça, je m'en voulais déjà mais il avait commencé. J'avais juste essayé de faire un effort pour le remercier, juste une fois dans ma vie... Personne n'avait réagi à part lui, personne et pourtant des gens étaient passés à côté de moi.

- Et j'étais pas si saoule...

Ok, si, je l'étais mais il y avait pire. Si j'avais été vraiment HS, j'aurais été à terre, en train de ramper, or j'étais encore debout quand l'agression s'était passée et j'avais su courir pour fuir. Sauf que mes yeux s'attardèrent sur les blessures de son visage, voilà que je m'en voulais. Je me mordais ma lèvre inférieure en grognant un peu avant de lever les bras en l'air.

- Je lève mon drapeau blanc. Je veux pas m'embrouiller avec toi, je voulais juste te remercier. Et... Je suis désolée de, de ce qu'il t'a fait.

Je pointais le bout de mon index vers la cicatrice qu'il n'avait pas la dernière fois en recroisant immédiatement mes bras sur ma poitrine. J'aurais pu dégager une nouvelle fois mais à croire que je tendais ma joue pour me faire battre.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 27/04/2018
» Messages : 98
» Pseudo : rose
» Avatar : jeremy irvine
» Âge : 24 ans
» Schizophrénie : andras
() message posté Lun 21 Mai - 14:22 par Derek A. Baltes
J'aurais du passer mon chemin. Sérieusement, elle me prend déjà la tête. Je lève les yeux au ciel. Pourquoi je suis intervenu ?La réponse est assez simple :

« Je n'allais pas le laisser te faire du mal. Généralement quand on voit quelqu'un se faire agresser on lui vient en aide, on fait quelque chose, même si on n'aime pas forcément la personne, ce n'est pas une raison pour la laisser se faire agresser. Je ne sais pas ce qu'on t'a raconté sur moi, mais je ne suis pas ce genre de gars. »

Je lève les yeux au ciel, avec sa belle gueule elle doit en attirer des gars, sans doute des gros relou comme celui d'hier soir. Je ne sais pas si ce qu'on raconte sur elle est vrai ou non, mais j'imagine que ça ne sont que des rumeurs, comme celles qui doivent courir sur moi, que je ne suis qu'un clochard, qu'un pauvre type qui s'est fait arrêté plusieurs fois et ça m'agace tellement ce genre de commentaires.

« Je ne te déteste pas. Je ne voulais pas t'attirer d'ennuis ou que tu m'en attires ça marche dans les deux sens j'ai l'impression. Tu as du aussi entendre dire des trucs sur mon compte, certains sont vrais. Je ne suis pas quelqu'un de bien, tu n'as pas besoin de moi dans tes contacts. Je ne suis personne et je ne suis pas sur de mériter de te connaître. »

Elle ne comprendra sans doute pas pourquoi je suis si réticent à l'idée de rencontre de jolies filles, mais si elle savait tout ce que j'ai pu faire par le passé, tout ce que je suis aussi, elle comprendrait et je n'ai pas envie qu'elle comprenne. Je soupire, elle s'excuse et ça me laisse sur les fesses. Je hausse les sourcils, surpris, finalement je devrais arrêter de croire aussi ce qu'on raconte, commencer par là serait une bonne idée.

« Ok désolé aussi, et ce n'est rien, ce n'est pas le premier gars qui me casse la gueule. J'allais à la pharmacie chercher un truc à mettre dessus. On va dire que j'ai eu de la chance hier. »

Je hausse les épaules, j'ai connu pire. Ce n'est sûrement pas la fin du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: South London :: Brixton
» Persée ('Aime bien les prénoms des héros)
» Perséphone Dupré|Terminer ^^
» athéna perséphone zubrowka ☞ hey baby (uc).
» Hadés et Perséphone en Europe.
» [Combat GS] Sköll & Aukoti VS Perséphone || Prophétie de la Nuit Noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-