Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Résultats de la Guerre des groupes !
Après presque un mois de lutte acharnée, il est temps de découvrir les résultats. Rendez-vous par ici.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


we have all the night to drink it all (ethan)

Still, still to hear her tender-taken breath.

avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 323
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : garrett hedlund
» Âge : trente-deux ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Sam 12 Mai - 14:38 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Ethan I. Hemsworth
⚜️ WE HAVE ALL THE NIGHT TO DRINK IT ALL ⚜️

Tout avait commencé avec une émission de télé à la con. Je m'étais assis dans le canapé, afin de me choisir un film ou un documentaire pour la soirée. N'ayant rien trouvé, j'avais arrêté mon choix sur un fait divers de société exposant le mode de vie de certaines familles et populations. Désinteressé, j'avais attrapé mon livre en laissant l'émission en fond. La télé ne m'avait pas dérangé jusqu'à ce qu'ils abordent les infanticides. Je tournais brusquement la tête vers l'écran et changeais de chaîne sans réfléchir. Moi j'avais perdu ma fille, d'autres s'amusaient à buter leurs propres enfants. Et d'autres encore, faisaient des émissions dessus dans le seul but de se faire de l'argent. Je soupirais. Le journalisme me donnait envie de vomir. Pourtant, j'étais journaliste. Par désespoir, j'étais allé me chercher cette vieille bouteille de vin rouge français. Longtemps gardé. Elle était restée là, depuis mon mariage avec Rioja. Nous étions sensés l'ouvrir pour les dix ans de Kala. Mais Kala n'aurait jamais dix ans, et Rioja ne serait plus jamais ma femme. Sans regrets, du moins je tentais de m'en persuader, je la débouchonnais en m'en servis un verre. Puis un second, un troisième, un quatrième. Bientôt, j'avais terminé la bouteille, avachit dans mon canapé. J'avais beau être attaqué, je ne voulais pas dormir. Alors, je me dirigeais vers le bar et cherchais dans mes bouteilles. Au bout de cinq minutes, je trouvais finalement un bon digestif. Ma bouteille de Calvados sous le bras, j'enfilais des vêtements à la va vite et quittais mon appartement. Il était hors de question que je continue à trinquer seul. Je descendis jusqu'au garage, mais en tentant de sortir ma voiture de ma place de parking, je fonçais dans un poteau. L'arrière train désormais cabossé, je me décidais à la laisser là et partais à pied. Titubant. Le chemin fut long jusqu'à Shoreditch, mais je ne me décourageais pas. Bientôt j'arrivais devant l'immeuble d'Ethan. Je m'approchais de l'interphone, mais ne parvenant pas à trouver le nom de mon ami dans cet état d'ébriété, je décidais de prendre l'escalier de secours. Forcément, je ne choisissais pas le plus prudent. Mais au point où j'en étais, je m'en foutais. Alors, tout en protégeant la bouteille plus que moi, je grimpais jusqu'à la fenêtre de mon ami. Je l'aperçus enfin, avachi dans le canapé. Je toquais et attendais qu'il vienne m'ouvrir. Lorsqu'enfin il ouvrit la fenêtre, je me glissais à l'intérieur en disant essouflé : « Saluuut ! Regarde ce que j'ai ramené ! » Je brandis la bouteille en l'air, toujours titubant. Marcher m'avait fait décuver, mais pas assez. « Je buvais tout seul comme un con, alors j'me suis dit que c'était mieux de boire à deux. Je peux? » Je n'attendis pas sa réponse pour me laisser tomber dans son fauteil. J'étais déchiré. Et j'attendais d'Ethan qu'il le soit tout autant que moi.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Guyliner.

avatar
Guyliner.

» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 8706
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 36 ans.
() message posté Dim 20 Mai - 1:06 par Ethan I. Hemsworth
Turnin all the wrongs into right, I can drink to that all night. Take your cup fill it up. You cant raise it high enough. ✻✻✻ Tout partait toujours d’un prétexte bidon. Un qui, comme à chaque fois, ne tenait pas face à ma bonne volonté. Même la vieille rengaine Ah si Amanda te voyait ne suffisait pas à m’arracher un verre de la main. Je luttais encore, pour le moment. Le nez rivé sur de la paperasse. Quand d’habitude ce genre de papier se contentait d’être barbant, celui-ci avait quelque chose de spécial. Un petit truc en plus que j’étais loin d’apprécier. De la nostalgie. J’essayais de me concentrer sur les papier de notre maison australienne et, déjà, j’entendais ma mauvaise conscience faire des sienne. Pourquoi penser à Amanda. Elle n’est pas là. Qu’est-ce que ça pouvait bien faire de savoir ce qu’elle penserait. Bon point. Je pouvais bien bouger mon cul du canapé jusqu’au buffet et tout vider bouteille par bouteille, qui s’en soucierait ? Peut-être que poser mes fesses sur le canapé n’était pas une bonne idée dès le départ. J’étais distrait. Si je fermais les yeux, rien que deux minutes, je pouvais la voir, recroquevillée juste à côté de moi sa boisson chaude dans la main. En me concentrant une minute de plus j’arrivais à sentir le parfum de ses cheveux encore humides. C’était une putain de torture. Elle avait ravivé quelque chose de profond et intense en moi puis s’en était allée reprendre le cours de sa vie, me laissant comme un con avec ce feu intarissable à gérer. J’étais vraiment con de penser que de douloureux bouts de papiers le ferait taire. Un verre bien corsé n’aiderait pas plus. Non, au mieux j’allais me retrouver à chialer sur l’acte de mise en vente de la maison. Sacré spectacle pour ma dignité. Il m’aurait fallu toute une bouteille pour arriver à quelque chose. Mais quoi ? Peut-être les foutre en l’air ? Je trouvais l’idée poétique. Après tout, tout ce qu’il y avait d’inscrit sur ces pages, je l’avais foutu en l’air. Las, je me contentais de pousser la table basse du pied et de basculer dans mon canapé. On verra plus tard. M’endormir ou craquer pour un verre, je ne voyais pas d’autre issue possible à la fin de cette soirée. Trouver le sommeil sembla vite compromis. Quelqu’un dehors trouvait amusant de trainer dans les escaliers de secours. Peut-être Peter Parker. Voilà que je pensais comme ma fille de neuf ans. Sûrement pas Spider-man non, peu importe, je n’étais pas contre un peu de surprise. Amusant, parce que je ne me doutais pas à quel point j’allais être servi. Les bruits métalliques raisonnèrent de manière plus rapprochées. Sans déconner c’était quoi ça ? Quelqu’un se battait avec un chat errant ou quoi ? J’arrivais à garder les paupières closes quand un boum beaucoup trop proche m’extirpa de ma couche plus vite qu’un coup de pieds au derrière. J’avais reconnu le bruit de la fenêtre, mais ça ne faisait aucun sens, que quelque chose cogne à ma fenêtre, jusqu’à ce que je regarde vraiment. Pas quelque chose. Quelqu’un. « Putain. » Je le pensai tellement fort que le juron sortit de ma bouche dans un sursaut. Bodevan se tenait de l’autre côté de la fenêtre. Ok. Donc on partait sur de la surprise et de la folie. Très bien. Inutile de préciser que je me précipitai pour l’extirper de là, quoi qu’apparemment il n’avait pas besoin de mon aide. À part pour ouvrir la fenêtre, évidemment. « Saluuut ! Regarde ce que j'ai ramené ! » Oh bonne nouvelle, il n’était pas venu seul. Alors que je le regardais glisser -littéralement- dans mon salon en me demandant comment il était arrivé jusqu’ici, comment il avait pu physiquement grimper jusque là, lui agitait une bouteille en l’air, entre deux souffles et deux pas de travers. « Je buvais tout seul comme un con, alors j'me suis dit que c'était mieux de boire à deux. Je peux ? » D’un coup, je me demandais plutôt comment la bouteille était arrivée jusqu’ici entière. Merde alors, j’étais beaucoup trop sobre. « C’est parfaitement logique. » De toute façon, je ne pensais pas Bo' capable de m’expliquer la différence entre une porte et une fenêtre dans son état. « Vu que t’as déjà le cul sur mon fauteuil et que t’as pas oublié les règles d’hospitalité, tu peux rester. » Il était d’ailleurs temps que je m’intéresse à ce qu’il avait ramené. C’était à l’hôte d’ouvrir la bouteille non ? J’étais curieux de voir si lui enlever la bouteille des mains allait le faire réagir. « Cuit comme t’es t’as pas peur que j’en profite et que je te vole tout ton rhum ? » Je doutais que ce du rhum coule là-dedans, mais le ton de ma menace rendait mieux en parlant de rhum. Je partais du principe que même avec tout ce qu’il avait bu il ne pouvait oublier mon penchant pour la piraterie. Ce qui ne signifiait pas que je comptais me comporter comme un fiéffé pirate pour autant. Mimant la façon dont il avait brandi la bouteille en débarquant, je la portai ensuite à ma bouche. « Waw » J’avais attrapé ça comme une vieille bouteille de Jack, mais bordel, c’était pas du Jack. Je m’intéressais à l’étiquète seulement maintenant. Du Calvados. « Monsieur ne picole pas avec n’importe quoi. » À ce niveau-là, je devais sortir des verres.

✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
Still, still to hear her tender-taken breath.

avatar
Still, still to hear her tender-taken breath.

» Date d'inscription : 15/05/2017
» Messages : 323
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : garrett hedlund
» Âge : trente-deux ans depuis le quatorze mars.
» Schizophrénie : kenzo a. armanskij (k. scodelario) ; shiraz m. monroe (t. oman) et solal d. b. fitzgerald (m. mcmillan)
() message posté Hier à 19:00 par Bodevan H. Andrews
Bodevan H. Andrews & Ethan I. Hemsworth
⚜️ WE HAVE ALL THE NIGHT TO DRINK IT ALL ⚜️

Ca faisait un mal de chien tout ça. D'avoir perdu ma gamine, d'être rejeté par ma femme. D'avoir été délaissé par des parents biologiques, trompé par des parents adoptifs, remplacé par un autre enfant. Tout ce que la vie m'avait donné, j'avais fini par le perdre. Je m'étais trop plu dans mon bonheur, n'avais pas cherché à le conserver, à le nourrir. J'en avais trop profité, stupidement. Désormais, je me complaisais dans mon malheur. Ce soir, j'avais trouvé du réconfort dans cette foutue bouteille de vin. Je la buvais, brisant cette promesse qui n'avait plus lieu d'être. En titubant, je m'étais rendu chez Ethan. Car il était le seul ami que je m'étais fait depuis la mort de Kala. Non, il était le premier ami que je m'étais fait tout simplement. Comme moi, il avait perdu son enfant. Comme moi, son couple avait volé en éclat. Il avait été la seule personne à comprendre mon point de vue quand d'autres s'étaient empressés de me tourner dos. En perdant fille et femme, j'avais aussi perdu mes amis. On ne pouvait en vouloir à une mère de perdre la tête après la mort de son enfant. En revanche le père, lui, avait toutes les raisons de garder la tête froide, d'être fort pour deux. On ne m'avait jamais pardonné de ne pas être assez fort. Rien que pour moi-même, je ne l'avais pas été. Ethan comprenait. C'est pour ça qu'il était devenu mon ami. Sans même réfléchir aux risques, j'avais escaladé l'escalier de service. Mon père m'avait entraîné chaque jour dans les forêts de Louisiane. J'étais capable de survire en toute circonstances. Je n'avais jamais eu peur du danger. Alors, une fois grimpé je toquais à sa fenêtre. Il ne tarda pas à venir m'ouvrir. Titubant, je m'étais presque jeté dans son fauteuil. L'alcool faisait son effet. Mon morale était au top. « Cool, de toute façon je ne comptais pas partir après tant d'efforts. Je suis venu à pied juste pour toi. » Ma langue avait du mal, mais j'étais arrivé au bout de ma phrase avec un peu d'acharnement. Je m'étais assis correctement dans le fauteuil après avoir ajusté mes vêtements. Même en survetêment je devais paraître impeccable. Il me demanda alors si je n'avais pas peur qu'il me pique ma bouteille. Me redressant encore plus je lançais : « C'est pas du rhum! » Le reste de sa question, je l'avais déjà oublié. Abruti, je le regardais inspecter l'étiquette, et souriais fier de moi, à sa remarque. Puis me relevant brusquement, je me mis à faire le tour de la pièce en me pavanant. « Oh bah non, j'ai sorti le grand jeu ce soir. » Il n'y avait pas de musique, et pourtant je m'étais mis à me dandiner, dans le but de danser. Agacé de danser sur du silence, je me dirigeais vers la chaîne hi fi d'Ethan, et appuyais sur play. Content, je recommençais ma "danse". Je me tournais vers mon ami et lançais : « Je suis de bonne humeur ce soir. » Je m'approchais de lui et me mis à danser autour de lui. Et tout en gigotant, je demandais : « Je t'ai pas dérangé au moins? Allez bois, ça va refroidir. » L'alcool ne refroidissait pas. Ma folie oui, en revanche. Ce soir, je voulais oublier que j'avais une vie de merde. Je voulais noyer mon désespoir dans des verres de Calva et me taper la plus grosse cuite de toute ma vie. Je m'étais rendu chez la meilleure personne pour ça.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
we have all the night to drink it all (ethan)
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: East London :: Shoreditch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-