Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Nouveauté !
Ajout d'une ligne "absence" dans le profil, pour faciliter les choses. Toutes les infos par ici
Version #30 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 30ième version, venez découvrir toutes les nouveautés par .
Destination Vacances
C'est l'été, c'est les vacances. Il est temps de faire ses valises et de voyager un peu. Plus d'informations ici.
Skylight: Bikini Party & DJ's Set
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, laissez tomber le tee-shirt ! Ca se passe par .
Coupe du monde 2018 : demi-finale.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Marche ou crève, mais marche droit. Marche à l'envers ou ne marche pas (lola)

J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.
avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 1040
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans jusqu'au douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; solal (m. mcmillan) ; bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 06/08 au 27/08
() message posté Sam 12 Mai - 19:23 par Maxime S. Monroe
Shiraz M. Monroe & Lola Barnett
⚜️ MARCHE OU CREVE, MAIS MARCHE DROIT. MARCHE A L'ENVERS OU NE MARCHE PAS ⚜️

Je m'étais amusée toute la nuit en compagnie d'amies actrices. Le nightjar était le meilleur rendez-vous pour squatter la piste de danse. En quelques heures, je n'avais bu que quelques cocktails. Je n'avais pas besoin de boire pour passer de bons moments. Aux alentours de une heure et demi du matin, je m'étais enfin décidée à rentrer. Titubant quelque peu sur le trottoir, je marchais jusqu'à l'arrêt de bus le plus proche. Jack et Larry étaient de congés ce soir, il était hors de question que je les dérange. De plus, j'aimais de temps à autre rentrer tranquillement jusqu'à chez moi. Ca me laissait le temps de décuver avant de retrouver Tancredi. Depuis que nous avions emménagés ensembles, les choses se passaient plutôt bien. Il me laissait ma liberté, je lui donnais une certaine stabilité. Chacun y trouvait son compte. Nous avions trouvé notre équilibre. Sans attendre, je m'arrêtai pour lui écrire un sms et le prévenir que je m'apprêtai à rentrer. Je n'avais presque plus de batterie. Puis, je levais la tête et pris au hasard un chemin. Au bout de quelques minutes de chemin, je me rendis compte que je ne m'y retrouvais plus. J'attrapais mon téléphone, à la recherche de google map. Mais le téléphone s'éteignit alors, déchargé. Je soupirais et repris ma marche. Mais bientôt, je sentis une présence dans mon dos. Inquiète, je jetais un coup d'oeil et aperçus un homme. Sans réfléchir, j'accélérais le pas. Je me rendis compte très vite qu'il me suivait. Le coeur battant, je regardais autour de moi. Je reconnaissais cet endroit. Je n'étais pas si loin de chez Lola. C'était plus sûr. Alors, j'empruntais le chemin qui me mènerait jusqu'à elle. Au bout de quelques secondes, je finis par me retourner. L'homme me regardait, et tout d'un coup, se mit à courir dans ma direction. Il me tira jusqu'à une ruelle et me jeta par terre. Sans ménagement, il se mit à me frapper. Tout en hurlant, je me protégeais de mes bras. Mes les coups pleuvaient. Finalement, je me relevais et tentais de me débattre, mais il ne s'arrêtait pas de parler. Il me disait : « C'est ce qui arrive quand on n'écoute rien. » Je ne comprenais pas, et pourtant, je m'efforçais de comprendre. Que me voulait-il à part me taper dessus? Il ne tentait ni de me toucher, ni de me voler. Sous l'incompréhension, je finis par me laisser faire, et m'échouais finalement au sol lorsqu'il eut décidé eque s'en était assez. Essouflée et endolorie, je crachais au sol et relevais les yeux vers lui. Les larmes avaient roulé sur mes joues. Il me regardait de ses yeux noirs. Finalement il lança de son accent italien : « Tu passeras le bonjour à Tancredi. » Et il s'éloigna. Je restai là longuement, à reprendre mon souffle et mes esprits. Puis, lorsque je fus sûre qu'il était parti je me relevais difficilement et titubais jusqu'à chez ma meilleure amie. De longues minutes plus tard je tapais à sa porte telle une furie, en larmes : « Lolaaaa ! Ouvre, c'est Max! Je t'en priiie....» Exténuée, je me laissais tomber au sol. Du sang coulait d'un peu partout sur mon visage, mais je n'osais pas le toucher, il était déjà trop douloureux sans cela. Mon corps entier était endolori, mais rien ne semblait cassé. Je repris mes tambourinements sur la porte, et me laissais emporter en arrière lorsqu'on ouvrit la porte. Mais Lola m'avait rattrapé avant que je ne touche le sol. Lola me rattrapait toujours.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 5743
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja (a. arjona), nova (c. kimberly) & irsa (s. shaik).
() message posté Dim 13 Mai - 22:26 par Lola Barnett
Son appartement lui semblait tellement étranger après tous ces mois. Tous ces mois à dormir dans son ancienne chambre partagée avec Levi. Tous ces mois à se réveiller dans cette chambre de jeune adolescent. Des nuits à s’endormir avec les étoiles brillantes du plafond. À se réveiller et voir le visage de son beau-père, première chose le matin. À se lever sans avoir à batailler pour la salle de bain. Elle se sentait tellement étrangère maintenant dans cet appartement. Son odeur semblait avoir disparu de l’appartement et celles de Levi et Alexander toujours présentes. Celle d’Alexander étant plus forte que celle de son frère jumeau; c’était étrange. Elle ne savait pas comment réagir à tout ça. Voulait-elle rester ou s’enfuir encore ? Lola était tellement bien chez sa mère, loin des complications. Mais, ce serait stupide de partir alors qu’elle était ici, avec toutes ses affaires. Lola resterait. Faire un effort. Continuant sa vie sans laisser les distractions l’interpellées. Se concentrer sur ses études de droit, sur son boulot au cinéma et à ses amitiés. La nuit était tombée depuis un moment lorsque Lola s’était décidée à lâcher le rangement pour rejoindre ce qui lui avait le plus manqué : son lit. Ouais, c’était une vraie flemmarde, cette Lola. « Lolaaaa ! Ouvre, c’est Max ! Je t’en priiie…. » Elle dormait toujours, Lola. Plongé dans un sommeil profond. Lola était heureuse de retrouver son lit, ses affaires. Malgré son sommeil, ses oreilles avaient tout de même capté le son d’un poing qui tapait contre sa porte d’entrée. Pourquoi est-ce qu’Alexander n’allait pas répondre ou Levi ? N’étaient-ils pas à la maison ? Probablement pas. Puis, les coups cessèrent, mais dans ce silence, Lola écoutait attentivement. Et si c’était un voleur ? Lola ne comptait pas mourir alors qu’elle venait de célébrer son 23ème anniversaire. Inspirant profondément, Lola quitta les couvertures et se leva du lit, en marchant tranquillement jusqu’à l’extérieur de sa chambre. Là, elle marcha sur la pointe des pieds. Elle tenta de ne pas faire le moindre bruit comme dans A Quiet Place, mais les planches de cet appartement grinçaient sous le moindre pas. Tout ce manège stressait Lola. Face à la porte, Lola sursauta lorsque les coups recommencèrent sur la porte. Finalement, elle se décida à ouvrir la porte après avoir regardé à travers le judas optique. Elle n’y voyait rien et pourtant, Lola avait tout de même décidé d’ouvrir la porte et rattraper le corps fragile qui tombait. Là, elle reconnait Max. « Max, putain. » De toute sa force, Lola traîna Max jusqu’au divan avant de refermer la porte et verrouiller celle-ci. Sa meilleure amie était dans un état lamentable. Mais ce n’était pas par choix. « Max ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Dis-moi. » La minute d’après, elle se dirigeait à la salle de bain afin d’y prendre la trousse de secours. « Faut aller à l’hôpital, je ne suis pas infirmière et je déteste le sang. » Elle ne voulait pas y toucher et ne se sentait pas bien.
✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.
avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 1040
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans jusqu'au douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; solal (m. mcmillan) ; bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 06/08 au 27/08
() message posté Lun 14 Mai - 16:16 par Maxime S. Monroe
Shiraz M. Monroe & Lola Barnett
⚜️ MARCHE OU CREVE, MAIS MARCHE DROIT. MARCHE A L'ENVERS OU NE MARCHE PAS  ⚜️

Jusqu'à ce que je m'écroule contre la porte d'entrée de chez Lola, je n'avais pas encore réalisé ce qui venait de se passer. Ce qui m'avait importé avant tout, c'était me sentir en sécurité. Et ne pas aggraver les douleurs que cette ordure m'avait infligé. Mais en tombant sur le sol, alors je compris. J'avais été victime d'une agression physique. Un mec m'avait suivi, pour me taper dessus. Je ne comprenais pas. Pourquoi moi? Qu'avais-je bien pu faire de mal pour qu'on puisse me frapper aussi fort, et aussi longtemps? Les larmes avaient continué de couler, mais cette fois de colère, et de tristesse. En plus de la douleur. Très vite, Lola avait ouvert la porte pour me rattraper en vol. Elle m'avait traîné jusqu'au divan, et exténuée, je m'étais laissée faire gentiment. Je n'étais plus rien qu'une poupée chiffon défigurée. Je n'avais pas compris la plus grande partie de ce qu'il m'avait raconté. Mais je me souvenais de son accent italien. Et d'un prénom, celui de Tancredi. Lentement, je revins à Lola, qui paniquée, me demandait ce qui venait de se passer. En me redressant, je couinais : « J'sais pas. J'sortais de boîte. Un mec m'a suivi, attrapé, et tapé.» Avec précipitation, je m'étais mise à enlever mes vêtements, pour constater les dégâts. En couinant à chaque moment. Mes larmes continuaient de couler, mais moi, je ne pleurais plus. J'étais sous le choc, les émotions venaient et s'en allaient. Lola disparut alors quelques secondes et revint avec une trousse de secours. Sans plus attendre, mais avec lenteur, je l'aidais à en sortie le nécessaire. Mais brusquement je m'arrêtais et lançais : « Non pas l'hôpital! Je vais finir dans les journaux après! » Je lui avais piqué le téléphone qu'elle venait d'attraper et le cachais dans mon dos pour qu'elle n'y est plus accès. Puis, ayant retrouvé mon calme, j'attrapais la trousse de secours et attrapais du désinfectant et du coton. Je commençais à soigner les blessures qui se trouvaient sur mes jambes. « Je vais le faire. Regarde pas. » Mon courage me surprenait. Mais je n'avais plus envie de pleurer. Lentement et tout en reniflant, je désinfectais mes plaies en tiquant à chaque contact du coton plein d'alcool sur ma peau. Lola n'osait pas parler. Moi non plus. Je n'étais pas certaine de vouloir rendre plus réel que ça ne l'était déjà en en parlant. Mais après avoir débarqué si tard chez elle dans cet état, je lui devais bien des explications. L'alcool était redescendu. Et moi, j'étais au plus bas. Mais gardais tout de même la tête haute. Il le fallait bien.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 5743
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja (a. arjona), nova (c. kimberly) & irsa (s. shaik).
() message posté Ven 25 Mai - 2:16 par Lola Barnett
Se faire réveiller de cette manière était étrange. « J’sais pas. J’sortais de boîte. Un mec m’a suivi, attrapé, et tapé. » La femme devant elle était peut-être une bonne actrice, mais il y avait quelque chose qu’elle ne lui disait pas. Qu’elle ne souhaitait pas dire à Lola. Et Lola savait lorsqu’on lui dissimulait une information qui pourrait se montrer importante. Pourtant, tout ce qu’elle arrivait à faire à cet instant était de paniquer alors que Shiraz se montrait plus forte alors qu’elle était celle en sang. Lola devrait être en mesure de pouvoir aider sa meilleure amie, mais il y avait une barrière : le sang. C’était difficile à voir. Les larmes, le sang et le son que faisait Shiraz à toutes les fois qu’un morceau de vêtements était retiré. Alors, elle s’était contentée de lui apporter ce dont elle avait besoin. Ignorant quoi faire, Lola se dirigeait vers la cuisine afin de verser un peu d’eau dans un verre qu’elle apporta à Shiraz. « Tiens… Tu dois avoir soif. » Elle l’ignorait, mais c’était l’unique manière que Lola avait trouvé pour se rendre utile. « Non pas l’hôpital! Je vais finir dans les journaux après! » Venait de dire Shiraz et Lola avait secoué la tête. Avec les années à côtoyer Shiraz, Lola savait exactement quand elle devait abandonner que les choses soient faites à sa manière. Comme là, lorsque sa meilleure amie lui interdisait d’appeler une ambulance pour qu’on puisse la reconduire à l’hôpital parce que Lola était inutile. Le sang était son pire ennemi et même si elle adorait Shiraz plus que tout au monde, la moindre goutte de sang l’empêchait de fonctionner correctement. Elle se rappelait cette fois, sous la pluie, où une personne était tombée et qu’elle avait la personne à réconforter à cause d’une simple goutte de sang. Lola se sentait si faible alors que sa meilleure amie semblait tellement forte alors qu’on venait de l’agresser. Comme toujours. Toujours un peu plus forte tous les jours. « Max… » Souffla-t-elle, prête à le lui obliger. Son téléphone avait disparu tellement vite de ses mains que Lola n’avait pas eu le temps de réagir ou même empêcher Shiraz de lui prendre. « Et en quoi c’est la fin du monde ? Ta carrière ne sera pas détruite parce qu’un fou à décider de t’attaquer. » Lola ne comprenait pas le lien entre cette attaque et la carrière de Shiraz. Mais c’était peut-être aussi dû au fait qu’il était 3 heures du matin. « Je vais le faire. Regarde pas. » Celle-ci n’avait pas besoin de lui dire deux fois pour que son regard se porte sur autre chose. Lola laissait les secondes s’écouler avant de souffler, secouant la tête afin de se relever pour ouvrir la lampe. Ça allait lui faire mal aux yeux, mais il ne fallait pas que Shiraz se blesse davantage. Lola était muette. Ce silence lui pesait sur les épaules alors elle se mit à marmonner une chanson que sa mère lui chantait lorsqu’elle était plus jeune. Ça lui manquait ce temps : être jeune et innocente. « Max… Faut remplir un rapport, faut le dire à la police. Tu as un souvenir de ce que ce mec a dit ? » Lola avait espoir que Shiraz se rappelle de quelque chose. Ou même qu’elle lui dise tout.
✻✻✻
CODES ©️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.
avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 1040
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans jusqu'au douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; solal (m. mcmillan) ; bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 06/08 au 27/08
() message posté Mar 29 Mai - 15:46 par Maxime S. Monroe
Shiraz M. Monroe & Lola Barnett
⚜️ MARCHE OU CREVE, MAIS MARCHE DROIT. MARCHE A L'ENVERS OU NE MARCHE PAS  ⚜️

A ce rythme là, j'allais finir par devenir professionnelle des agressions. Sans réfléchir, j'étais allée trouver l'aide de ma meilleure amie. C'était sûrement stupide, elle n'avait pas besoin que je lui rajoute du soucis. Mais je n'avais personne d'autre vers qui me tourner. Lola était la seule à pouvoir comprendre ce dont j'avais besoin à cet instant là. Très vite, elle me ramenait un verre d'eau que je m'empressais de boire. En d'autres circonstances j'aurai probablement réclamé un bon verre d'alcool, mais j'en avais suffisament dans le sang. « Merci. » Répondais-je machinalement en passant doucement mes doigts sur mon visage. Il y avait des dégâts. Mais la douleur, ce n'était rien comparé au trouble dans lequel je me trouvais. Comment Tancredi pouvait-il être impliqué? Comment cet homme le connaissait-il ? Pourquoi m'avoir trouvé? Pourquoi m'avoir frappé. Je ne comprenais plus. S'il s'agissait d'un fanatique détraqué ou d'un psychopathe en liberté. Désormais, j'avais peur de lui. Peur d'aller le voir, peur de découvrir une nouvelle facette de l'homme que j'aimais. Je ne me sentais plus capable de lui faire confiance car encore une fois, il m'avait attiré des problèmes. Lola était la seule personne à pouvoir comprendre. Je tentais de me montrer courageuse et me soignais moi-même, pour ne pas forcer ma meilleure amie à regarder le sang. Lentement, j'en essuyais chaque goutte et chaque traînée à l'aide d'un mouchoir et désinfectais mes plaies une à une. Par chance, je n'avais que des entailles. Je sentais mes articulations douloureuses, mais ce n'était rien. Des bleus commençaient déjà à se former ci et là. Désormais en sous vêtements, je prenais un temps fou pour nettoyer la misère, et Lola attendait près de moi. Sans savoir que faire. Elle voulait appeler une ambulance, mais c'était hors de question. « Ca c'est ma vie personnelle Lola. J'ai le droit d'avoir un peu de vie privée. » J'avais répondu très sèchement, car je n'avais pas à me justifier. Je n'en avais ni la patience, ni la force. Être connue n'avait pas que des avantages. Il n'avait rien de gratifiant dans le fait de finir dans les journaux. Je ne voulais pas qu'une fois de plus, mon malheur devienne un produit de consommation et un moyen de se faire de l'argent. C'était ma vie, mon malheur. Il n'appartenait à personne d'autre. Alors que je continuais de nettoyer mes plaies, Lola me demanda si je me souvenais d'éléments importants. J'hésitais tout en grimaçant sous les picotements. Je ne voulais pas lui donner une autre raison d'haïr Tancredi, mais je ne pouvais pas lui cacher. C'était trop important. Sans la regarder - car j'avais trop peur de voir sa réaction - je déglutis, et répondis d'une petite voix : « J'sais pas, il avait un fort accent italien j'comprenais rien... » Je soupirais et appuyais un peu plus fort sur le coton pour que ma plaie s'imprègne d'alcool. C'était douloureux. « Il... » Je n'étais pas sûre de vouloir continuer. Mais je ne pouvais pas garder cela pour moi. Je ne pouvais pas risquer une autre agression. Je n'avais pas les épaules pour affronter cela seule. La douleur, à côté, ce n'était rien. Strictement rien. « Il m'a dit de passer le bonjour à Tancredi, Lola... » Ma voix s'était brisée. Je levais les yeux vers ma meilleure amie alors que des larmes embuaient de nouveau mes yeux. Mais elles ne coulèrent pas car je leur empechèrent. Je ne voulais pas croire que l'homme que j'aimais avait quelque chose à voir avec cette agression. Mais parfois, il fallait se montrer mature. Parfois, il fallait affronter la vérité en face. Parfois il fallait se saigner, se faire mal, se détruire pour mieux s'en sortir. Je ne pouvais pas garder cet évènement secret. Je devais en comprendre la raison. Et je savais que seule Lola était capable de se battre pour obtenir la vérité. A mes côtés.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 5743
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja (a. arjona), nova (c. kimberly) & irsa (s. shaik).
() message posté Lun 25 Juin - 3:42 par Lola Barnett
« Merci. » Lola offrit un sourire. À ce stade de la matinée, il n’y avait qu’une question qui traversait l’esprit de Lola : pourquoi s’entêtait-elle à vouloir forcer Shiraz à se rendre à l’hôpital ? Après toutes ses années, Lola devrait savoir quand lâcher le morceau. Sa meilleure amie était têtue aussi têtue qu’elle l’était. Et ça donnait ce genre d’interaction entre elles. « Ca c’est ma vie personnelle Lola. J’ai le droit d’avoir un peu de vie privée. » Bien qu’elle ne soit pas d’accord avec l’idée qu’elle se soigne dans son salon, Lola respectait la décision de Shiraz, celle-ci n’ayant pas entièrement tort. Sa vie était suffisamment sous les projecteurs, elle avait bien droit à un peu de privé dans celle-ci. Puis, c’était son histoire à Shiraz et non la sienne et elle ne pouvait pas la forcer d’appeler une ambulance ou même la police. De toute manière, si c’était la sienne, Lola serait évanouie quelque part tout ça à cause du sang. « D’accord… » Commença-t-elle d’une petite voix en essayant de ne pas faire attention à la sécheresse dans la voix de Shiraz. « Ne m’attaque pas, je ne suis pas la police, okay ? » Ça avait été plus fort qu’elle, répondre comme si le petit oiseau blessé dans le salon était son enfant. Bref, l’estomac noué, Lola avait commencée à s’éloigner du salon pour laisser plus de place à son amie et aussi s’éloigner du sang afin de pouvoir se rapprocher des toilettes si elle ressentait l’envie de vomir. De loin, elle lui posait des questions. Par exemple, se rappelait-elle quelque chose ? Peut-être qu’un détail lui avait échappé entre le moment de l’agression et la route jusque chez elle. Là était le bon moment d’essayer de se rappeler. « J’sais pas, il avait un fort accent italien j’comprenais rien… » Elle voyait la grimace sur le visage de Shiraz et Lola avait mal pour sa meilleure amie. Elle aurait aimé être d’une plus grande aide, mais ça lui était impossible. Il fallait un simple coup d’œil au coton qui commençait à tourner rouge pour que la boule revienne. « Il… » Ses oreilles avaient capté la voix de Shiraz qui s’était aussi arrêté comme si elle ne voulait pas partager la suite des choses. Il y avait quelque chose qui clochait, maintenant et Lola savait. Ça avait commencé à sonner des cloches dans sa tête lorsque le mot « italien » avait été mentionné. Lola connaissait que deux Italiens dans la vie de Shiraz et une de ces personnes était quelqu’un que Lola n’appréciait pas. Tancredi. « Il m’a dit de passer le bonjour à Tancredi, Lola… » Ça mettait la jeune femme en colère de savoir que cette agression avait peut-être été causé par le petit-copain de sa meilleure amie. Elle lui briserait les rotules elle-même s’il le fallait. Il l’avait suffisamment blessé. « Shiraz, je ne sais pas si tu te souviens, mais tu m’as avoué quelque chose il y a quelques années Je n’en ai jamais fait part parce que je n’avais pas envie de te blesser et que je sais que tu aimes Tancredi malgré tout et que ce n’est pas ma place de le dire, mais Shiraz... » Sa voix avait commencé à diminuer plus elle prononçait les mots. « Mais je sais Max pour Tancredi et ce qu’il t’a fait. Je sais pour le trip de cocaïne, tu m’as tout dit. » Lola avait désormais une boule au fond de la gorge. Ce n’était pas un sujet facile et ça se faisait ressentir lorsqu’elle passait de son nom d’actrice pour Max. Et depuis ce temps, Lola avait haï Tancredi de tout son être. Elle avait fait des efforts lorsque sa meilleure amie était dans les environs, mais lorsqu’elle n’était pas là, Lola lui faisait comprendre sa haine ou évitait de lui parler. « Ne m’en veux pas de le demander parce que je dois le faire, mais est-ce que tu penses que ça pourrait être connecté ? » Questionna-t-elle en se rapprochant, cette fois, pour s’asseoir assez près de Shiraz pour déposer une main sur son épaule, évitant tout contact avec les cotons imbibés de sang.
✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.
avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 1040
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans jusqu'au douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; solal (m. mcmillan) ; bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 06/08 au 27/08
() message posté Ven 20 Juil - 15:00 par Maxime S. Monroe
Shiraz M. Monroe & Lola Barnett
⚜️ MARCHE OU CREVE, MAIS MARCHE DROIT. MARCHE A L'ENVERS OU NE MARCHE PAS  ⚜️

Ce soir, mon monde s'écroulait. Ce soir, tous les efforts faits ces dernières années s'arrêtaient ici. Ce soir, le destin me prouvait que j'avais confié mon coeur à la mauvaise personne. Plus je soignais mes blessures, plus je sentais la plaie de mon coeur se rouvrir. L'évidence m'avait éclaté en pleine face, mais je prenais encore le temps pour digérer. Je ne voulais pas y croire. Lola restait à mes côtés, mais assez loin pour ne pas tourner de l'oeil à la vue de sang. Ca m'arracha un sourire entre deux grimaces. J'avais répondu sèchement, mais la seconde d'après, je regrettais déjà. Heureusement, Lola me connaissait et ne le prit pas mal. Calmée, j'affichais un sourire et tout en m'attaquant à une nouvelle blessure, ajoutais : « Oui, excuse-moi, pardon. » Et en silence, je continuais de me soigner. Dans ma tête, revenaient sans cesse les mots que l'homme avait prononcé. Dans quelles affaires traînaient Tancredi pour que je me fasse ainsi tabasser? Pour qu'un tel homme le connaisse? Etait-ce ses parents? Une combine de Matìa pour me récupérer? Je ne savais pas, je ne comprenais pas. Je soupirais. Très vite, Lola s'était mise à me questionner sur l'agression, et malgré moi, je mis du temps à lui avouer ce que mon agresseur m'avait dit. Je m'attendais à ce qu'elle se mette à insulter Tancredi ou n'importe quelle autre réaction que celle qu'elle eut. Lentement, abasourdie, je relevais la tête vers elle. Le coeur battant. Putain. Elle savait. Et lentement, elle me confirma ce que je venais de comprendre. Baissant les yeux vers le sol, bouche ouverte, je tentais de me rappeler de cet aveux. Mais rien ne me venait. Aucun souvenir. Putain, j'avais tout balancé. Ce qui expliquait désormais la haine assumée de Lola envers Tancredi. Quelle conne. Agacée, je détournais la tête et en serrant les dents, je foutais un coton plein d'alcool sur une nouvelle plaie. Pour le coup, ça piquait grave et je le ôtais en couinant. J'avais entendu la question de Lola. Mais pour l'instant, je ne voulais rien répondre. Digérer ma colère et soigner ces foutues blessures. « Non. » J'avais répondu sans prévenir. Les yeux baissés vers ma jambe, je continuais mes soins sans relever les yeux vers ma meilleure amie. Soudain, je lâchais : « Non, ça peut pas être connecté. Personne ne sait. Excepté toi, lui, Basile et moi. J'ai fais promettre à ma soeur de fermer sa gueule pour une fois, et je suis sûre qu'elle l'a fait. Même si lui en avait parlé, pourquoi me faire tabasser en retour? C'est pas suffisant de se faire violer pour sa première fois, putain? J'sais pas ce que je leur ai fais à ces foutus ritals. Moi je sors de boite tranquille, lui vient me foutre des beignes en pleine poire, mais pourquoi putain? Parce que je suis riche, que je pardonne les fautes les plus graves et que pour autant, j'ai jamais pris les armes? Qu'est ce qu'il faut faire pour qu'on te foute la paix putain.» C'était sorti tout seul. Et j'en avais le souffle coupé. La colère s'était déchaînée. Et je n'attendais pas spécialement que Lola réponde à toutes mes questions. J'espérai au contraire, qu'elle me laisse parler. Qu'elle ne cherche pas à discuter du passé. J'avais besoin qu'elle m'aide à trouver les solutions pour l'avenir. « Ca me fait chier tout ça Lola. Honnêtement, je ne sais pas si Tancredi est directement responsable ou même à quel degré il l'est. Je m'en fous. J'veux juste savoir qui est le responsable, et le foutre en taule. Qu'il s'agisse de lui, ou de n'importe quel autre Italien de mes deux. » Je relevais les yeux vers ma meilleure amie. Je n'avais jamais été aussi révoltée et en colère. On voulait détruire ma vie? J'allais détruire la leur à ces connards. Et je savais que pour ça, Lola serait là pour m'aider.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
avatar
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 5743
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja (a. arjona), nova (c. kimberly) & irsa (s. shaik).
() message posté Lun 30 Juil - 5:09 par Lola Barnett
Elle ne savait pas quoi faire ni même quoi lui répondre à Maxime. Lola essayait d’être présente pour sa meilleure amie, mais ça lui était difficile avec ce qui venait d’arriver à cette dernière. C’était comme si Maxime avait une carte d’abonné aux emmerdes. Et Lola blâmait Tancredi. Elle le blâmait pour absolument tout. Depuis le début, Lola savait qu’elle n’aurait jamais confiance en cet homme. Il ne lui avait jamais inspiré confiance et encore moins ce soir ou même de l’histoire que Maxime lui avait racontée, il y a quelques temps maintenant. « Oui, excuse-moi, pardon. » Lola lui offrit un sourire. Elle voulait simplement le bien de sa meilleure amie et ce, depuis leur première rencontre. Maxime donnait l’impression d’être une femme forte et indépendante pour le bien de sa carrière et de son entourage, mais Lola voyait au-delà de cette façade. Elle voyait la jeune femme brisée. Elle voyait les larmes séchées aux coins de ses yeux. Les larmes qu’elle désirait essuyer avec ses doigts. Comme toujours, Lola désirait le bien de sa meilleure amie avant le sien et ça serait toujours ainsi. Peu importe le temps que ça prendrait, Lola allait s’assurer que Maxime soit heureuse. Pour une fois et toujours. Assise près d’elle, Lola lui caressait les cheveux tout en lui posant la fameuse question. Celle où elle désirait savoir si ça concernait Tancredi. Lui et son agression sexuelle. Ça serait con, mais c’était possible. « Non. » Malgré la réponse soudaine de celle-ci, Lola savait que dans sa tête, elle y réfléchissait. Que la petite souris tournait dans sa cage. Elle réfléchissait à la question. À la possibilité que ce soit possible. Que ce soit la raison de cette agression inutile. Maxime ne méritait pas les attaques qui étaient destinées à Tancredi. « Non, ça peut pas être connecté. Personne ne sait. Excepté toi, lui, Basile et moi. J'ai fais promettre à ma soeur de fermer sa gueule pour une fois, et je suis sûre qu'elle l'a fait. Même si lui en avait parlé, pourquoi me faire tabasser en retour? C'est pas suffisant de se faire violer pour sa première fois, putain? J'sais pas ce que je leur ai fais à ces foutus ritals. Moi je sors de boite tranquille, lui vient me foutre des beignes en pleine poire, mais pourquoi putain? Parce que je suis riche, que je pardonne les fautes les plus graves et que pour autant, j'ai jamais pris les armes? Qu'est ce qu'il faut faire pour qu'on te foute la paix putain. » Ce n’était pas son problème à elle, à proprement parlé, mais toute cette situation donnait mal au cœur à Lola. Indirectement, elle se sentait impliquée d’où pourquoi cette boule s’était formée au fond de sa gorge. Elle ne serait jamais en mesure de protéger complètement Maxime et en ce moment, elle se sentait inutile. Inutile à être assise près d’elle, silencieuse alors que son seul mouvement était de lui caresser les cheveux. C’était sa manière de réconforter les gens. « Ca me fait chier tout ça Lola. Honnêtement, je ne sais pas si Tancredi est directement responsable ou même à quel degré il l'est. Je m'en fous. J'veux juste savoir qui est le responsable, et le foutre en taule. Qu'il s'agisse de lui, ou de n'importe quel autre Italien de mes deux. » Maxime était en colère et furieuse. Lola le voyait dans ses yeux. « Tu devrais affronter Tancredi à ce sujet. Il doit être le seul à savoir cet homme. Après, on s’assure que le connard qui a décidé de se venger sur toi se retrouve en taule. Je suis désolée, je ne peux pas répondre à tes questions. Mais je me tiens loin des ennuis, tu le sais. » Au final, Tancredi était le seul à détenir les réponses aux questions de Maxime. Il était le seul à pouvoir lui répondre. « Mais tu sais que je serais là pour t’aider. Toujours. » Ajoutait-elle en lui offrant un sourire sincère.
✻✻✻
CODES ©️️️ WHICH WITCH.
Revenir en haut Aller en bas
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.
avatar
J'aurai tout fait jusqu'à m'en étouffer.

» Date d'inscription : 10/01/2016
» Messages : 1040
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : teresa oman
» Âge : vingt-quatre ans jusqu'au douze septembre.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; solal (m. mcmillan) ; bodevan (g. hedlund) & nyx (b. hadid)
» Absence : 06/08 au 27/08
() message posté Mar 31 Juil - 1:43 par Maxime S. Monroe
Shiraz M. Monroe & Lola Barnett
⚜️ MARCHE OU CREVE, MAIS MARCHE DROIT. MARCHE A L'ENVERS OU NE MARCHE PAS  ⚜️

Des efforts j'en avais fais pour tenter d'arranger les choses, mais il fallait croire que ça ne suffisait pas. J'avais cru trop longtemps en un amour impossible. Hormis notre passion commune pour le cinéma, Tancredi et moi n'avions rien à faire ensembles. On s'était aimé autant qu'on s'était détruit. J'avais voulu croire qu'il était l'amour de ma vie et que les choses finiraient toujours par rentrer dans l'ordre, mais je m'étais trompé. Cette fois, les choses n'iraient pas mieux. S'il était véritablement impliqué, notre amour était foutu à tout jamais. J'aurai sans doute du avoir honte devant Lola, d'en être arrivé jusqu'ici alors qu'elle m'avait prévenu de faire attention. Mais non, ce n'était pas le cas : je n'avais pas honte. Je n'avais pas honte car comme tout le monde, j'avais fait des erreurs qui allaient m'apprendre la vie. Lola tentait de savoir si Tancredi était véritablement impliquée, et trop désorientée, je ne parvins pas à lui donner une réponse pertinente. Je n'étais pas pressée d'en arriver là. Aux confrontations. Je craignais le lendemain. Je ne voulais pas avoir à rentrer dans notre appartement. Je ne voulais pas croiser son regard, entendre sa voix mielleuse. Non. Encore une fois, il n'avait pas su me protéger, et je lui en voulais. Jetant un dernier coton ensanglanté à côté de moi, je poussais un long soupir. J'en avais fini avec mes blessures. Mon corps entier piquait à petit dose par-ci par là, mais c'était supportable. Sur le visage en revanche, ça faisait toujours aussi mal. « Je sais... » Finissais-je tout de même par répondre à ma meilleure amie. Adossée contre le canapé je m'étais mise à observer le plafond. Je n'avais aucune idée de l'heure qu'il était, mais j'étais fatiguée. Exténuée. Il suffisait que je m'allonge pour m'endormir instantanément. Le silence était pesant dans l'appartement, mais je préférais cela. La présence d'Alexander ou de Levi aurait compliqué les choses. Tournant les yeux vers Lola après un long moment, je demandais d'une petite voix : « Est-ce que je peux dormir avec toi cette nuit?» Je tâchais de me montrer forte, mais au fond, j'étais terrifiée. Terrifiée à l'idée de me retrouver seule avec ces souvenirs, ces questions, ces blessures. Peur que ça recommence, peur de ce que j'allais apprendre sur les raisons de cet évènement. Peur d'en rêver la nuit. Bref, j'avais besoin de Lola. Lasse, je tournais les yeux vers la salle de bain. J'aurai voulu prendre une douche, comme pour laisser les traces de ses coups derrière moi. Mais je n'avais pas la force. Soupirant, je laissais tomber ma tête en arrière avant de me mettre à pleurer silencieusement. La colère avait laissé place à la tristesse et la fatigue.
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: East London :: Shoreditch
» Marche ou crève . ( Autumn )
» Marche ou Crève. [RP EVENT // Aion-Squall-Wildstorm]
» Inauguration du nouveau marché de la croix des bossales
» Ne regarde pas en arriere, marche droit devant toi [pv Ian]
» Ezekiel Jackson : La marche des vertueux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-