"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici les clochards célestes (nyx) 2979874845 les clochards célestes (nyx) 1973890357


les clochards célestes (nyx)

Nyx B. St Jude
les clochards célestes (nyx) Tumblr_lyfgauH9t21r5kbalo1_500
» Date d'inscription : 15/05/2018
» Messages : 201
» Pseudo : .KENZO
» Avatar : bella hadid
» Âge : vingt-et un ans
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; max (t. oman) ; solal (m. mcmillan) & bodevan (g. heldund)
() message posté Mar 15 Mai - 17:07 par Nyx B. St Jude

Nyx Bertille St Jude

London calling to the faraway towns
NOM(S) : St Jude, nom d'un père aujourd'hui décédé qu'elle porte fièrement sur ses épaules, mais auquel elle n'a jamais su rendre hommage. La famille St Jude a longtemps vécu en Nouvelle-Calédonie. De générations en générations, ils ont habité cette immense maison coloniale. Aujourd'hui, plus personne n'y demeure. Plus personne ne s'en préoccupe. PRÉNOM(S) : Nyx; comme la déesse de la nuit. Bertille, en hommage à sa grand-mère paternelle.ÂGE : Vingt-et-un ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 15 Mars 1997, en Nouvelle-Calédonie. Elle est née quelques minutes seulement avant sa soeur jumelle, Lux. Mais il y a deux mois, elle a soufflé ses bougies seule, pour la dizième année consécutive. NATIONALITÉ : française et anglaise. STATUT CIVIL : célibataire. MÉTIER : serveuse dans un fast-food, à la demande son grand-frère Pâris. TRAITS DE CARACTÈRE : égocentrique, jalouse, possessive, menteuse, appliquée, cachottière, indécise, effrontée, mal dans sa peau, matérialiste, séductrice, opportuniste, infidèle, joyeuse, solitaire, autoritaire, superficielle, attachante, douce, courageuse, aventurière, curieuse, sportive, sensible, spirituelle, maniaque, sélective, incomplète, rancunière, sauvage, fêtarde. GROUPE : Black cabs



My style, my life, my name

(i) Elle a perdu sa soeur jumelle lorsqu'elle avait onze ans. Un jeu entre frères et soeurs qui a mal tourné. Elle se sent responsable de ce qui lui est arrivé. Le soir, lorsque tout le monde dort, elle lui parle dans le noir en espérant se rappeler leur enfance. Lux lui était complémentaire. Lux faisait les choses correctement et avec le coeur, Nyx les a toujours fait à moitié, avec une idée derrière la tête. (ii) Il y a quelques années, un infarctus a emporté le père de Nyx, la laissant, elle et son grand frère, avec un énorme compte en banque qu'ils n'ont pas tardé à foutre en l'air. Leur mère a quitté la maison lorsque Nyx avait cinq ans. Malgré de nombreuses tentatives de leur part, elle n'a jamais voulu revoir ses enfants. (iii) Nyx est incapable de s'attacher. Elle ne sait pas faire preuve d'empathie, comprendre les autres et faire quelque chose qui ne soit pas dans son intérêt. Avec son père, elle a toujours tout obtenu. Elle a toujours su contrôler les hommes mais n'a jamais dupé les femmes. Nyx est une connasse, et le restera toujours. Même elle le sait. (iv) Nyx prétend toujours tout contrôler et être certaine de chacune de ses décisions, mais la vérité c'est qu'elle ne se sent jamais à l'aise ou protégée. Sans son père, elle se sent perdue et abandonnée. (v) Elle est claustrophobe. (vi) Elle repousse sans cesse les hommes qui s'intéressent à elle et qui tentent de l'aimer. Elle n'est pas capable de nouer des liens et se sert de son physique pour obtenir ce qu'elle souhaite. (vi) Elle vit en colocation avec son frère Pâris, et cinq autres amis dans une grande maison à Kensington. (vii) Nyx a toujours préféré les méchants aux princesses de contes de fées, estimant qu'il est rare d'être méchant gratuitement, qu'il y a toujours une raison, un traumatisme, une explication. Qu'il suffit juste de creuser un peu. (viii) Elle ne compte pas dépendre des gens, elle veut vivre seule, avancer seule, et mourir seule. Elle ne s'est jamais remise de l'accident de sa soeur, ni du décès de son père : elle ne s'en remettra probabement jamais. (x) Les coeurs, elle les piétine. Tout ce qu'elle touche, elle le brise.

Elle pratique le yoga, ainsi que la boxe. Elle court énormément et fait très attention à ce qu'elle mange + Elle est bouddhiste, du moins, lorsque ça lui prend + Son frère est son grand exemple. Elle fait absolument tout pour lui ressembler ou le rendre fier. + Elle a un chat appelé Oggy + Elle ne mange que ce qui est bio et naturel + Elle chante parfois, mais jamais en public. + Elle connaît tout sur tout, mais ne le montre jamais. Elle consacre bien trop de temps à son apparence pour tout gâcher en jouant l'encyclopédie sur pattes. + Elle déteste les couples, et, de temps en temps, s'amuse à leur lancer des bombes à eaux de sa fenêtre + Son rire jure avec son physique. il en a fait fuir plus d'un + Elle ne porte que des talons. Sauf pour faire du sport. + Beyonce est sa reine, Marvin Gaye son roi. + Elle lui arrive de s'improviser organisatrice de soirée + Parfois, elle prend son skate, et s'entraîne aux figures dans le skatepark du coin. Mais personne le sait. + Elle a une moto et s'éloigne souvent de Londres pour jouer avec la vitesse. Adepte des sensations fortes, elle a échappé plusieurs fois à l'accident. Son frère ne cesse de lui répéter qu'un jour, ça finira par la tuer. + Nyx et Pâris ont hérité d'une énorme somme d'argent à la mort de leur père. Arrivé à Londres, ils en ont dilapidé les trois quarts. En l'espace de trois ans. Alors que leur héritage leur permettait de vivre de longues années sans travailler, ils sont désormais contraints de travailler tous deux pour continuer à vivre dans le luxe comme ils l'ont toujours fait.
PSEUDO : .KENZO PRÉNOM :  les clochards célestes (nyx) 3319683203 . ÂGE : 21 ans  les clochards célestes (nyx) 1516522136   PERSONNAGE : inventé.  AVATAR : Bella Hadid. Cassedédi àlaplusbelledetoute, queen sarah, sans qui je n'aurais pas choisi Bella Hadid, mais Thorne les clochards célestes (nyx) 3877719739 CRÉDITS : kane. + tumblr COMMENT ES-TU TOMBÉ(E) SUR LC ? : En évitant un sanglier sur la route. CE COMPTE EST-IL UN DOUBLE-COMPTE ?: si seulement les clochards célestes (nyx) 2798736487 CC  les clochards célestes (nyx) 2123096302



Revenir en haut Aller en bas
Nyx B. St Jude
les clochards célestes (nyx) Tumblr_lyfgauH9t21r5kbalo1_500
» Date d'inscription : 15/05/2018
» Messages : 201
» Pseudo : .KENZO
» Avatar : bella hadid
» Âge : vingt-et un ans
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; max (t. oman) ; solal (m. mcmillan) & bodevan (g. heldund)
() message posté Mar 15 Mai - 17:08 par Nyx B. St Jude
Les clochards célestes

« Un arc-en-ciel vert et rose se dressa à moins de cent mètres de ma porte, comme une flèche, comme un pilier, dans les tourbillons de nuages fumants et de rayons de soleil orangé. Le cerceau roula droit dans le ruisseau de l'Eclair. La neige et la pluie tombaient simultanément. C'était moi, et non le monde qui avais changé. Dans le chaud crépuscule rose, je méditai. Un demi-lune jaune estivale, brillait. Quand j'entendais encore le tonnerre dans la montagne, j'imaginai qu'il battait le fer de l'amour de ma mère. Je chantais : Neige et tonnere, vas-tu te taire?»
Jack Kerouac

I -

(2002) Assise sur le sol, mes yeux ne quittaient pas la porte fermée. J'attendais. Qu'elle s'ouvre de nouveau, qu'elle change d'avis. Mais elle ne revenait pas. Dans mon dos, je sentais Pâris me tirer en arrière. Je levais la tête vers lui. Il me parlait, me disait de ne pas rester là, de quitter ce sol froid et dur. Mais je ne voulais pas. D'un air désinteressé je ne le regardais plus et m'intéressais à ma soeur. Elle se trouvait là, à moitié cachée dans l'encadrement de la porte, son doudou à la main, à me regarder. Sans savoir si elle aussi devait me forcer, ou si elle resterait là elle aussi. Je me laissais faire, mais je ne bougeais toujours pas. Bien décidée à attendre encore des journées entières s'il le fallait. Elle finirait bien par revenir un jour, non? Au bout d'une dizaines de minutes, Pâris abandonna et se dirigea vers la cuisine en bougonnant. Je l'entendis fouiller dans les placards, sûrement à la recherche du paquet de miel pops que j'avais caché le matin même. J'aurais dû en rire, mais je n'en fis rien. Je ne voulais plus rire. Mais je ne parvenais pas à pleurer. Je me contentais de regarder cette porte, et de temps à autre, de jeter quelques coups d'oeil à gauche à droite pour vérifer qu'eux étaient bien toujours là. Ettoufés, dans un coin de la maison, les sanglots de papa. Je fronçais les sourcils et secouais la tête. Je n'aimais pas entendre ça. Elle ne reviendrait pas. Alors je baissais les yeux vers ma barbie et me mis à lui caresser les cheveux, tristement. J'entendis du mouvement, mais je ne relevais ni les yeux, ni la tête. Très vite, je sentis la présence de ma soeur près de moi. Elle s'installa et me montra sa poupée. Je souris et ris doucement. Mais ce fut tout. Alors, elle posa lourdement sa tête sur la mienne, et se mit elle aussi à caresser les cheveux de sa barbie. Quelques minutes passèrent puis une porte claqua. Des pas lourds et décidés se firent entendre, et papa apparut. Il resta là, à nous regarder, puis d'un geste vif, s'approcha de nous et nous caressa les cheveux, à son tour. Puis, après quelques secondes, il dit d'une voix douce : « Allez, venez... » En silence, et sans protestations, Lux et moi nous sommes levées, et avons suivit mon père jusqu'au canapé. Nous nous sommes installées, chacune de chaque côté de lui, pour regarder un dessin animé. Mais aucun de nous trois ne regardait au début, chacun guettait un son, un pas, un bruit de porte. Après un long soupir, mon père nous serra contre lui, et nous embrassa chacune sur le front, en guise de pardon. De ne pas avoir su la retenir, et de ne pas avoir la force de nous dire que notre mère ne reviendrait pas.

II -

(2008) Je tenais sa tête entre mes mains. Mes mains tremblantes. Il avait suffit d'une seconde d'inattention. C'était notre jeu, à tous les trois. Nous l'avions toujours fait. Comme souvent, Pâris était venue nous reveiller en hurlant qu'on sortait. Lux et moi n'avions pas besoin de demander pour savoir où nous nous rendions. Alors, sans plus attendre, nous avions choisi nos maillots de bain avec attention, car des garçons s'y rendaient aussi. C'était les vacances d'été, et donc le rendez-vous de tous les jeunes du quartier, ainsi que des vacanciers. Nos chaussures de marche aux pieds et nos tongs à la main, nous avions entrepris notre petite randonnée jusqu'à cette fameuse crique. Papa ne venait pas. Papa ne venait jamais, car il avait bien trop à faire pour passer une journée à la plage. Après nous être installés à l'écart comme l'exigeait Pâris, nous l'avions suivit jusqu'au sommet de la falaise. Aujourd'hui, c'était à moi de commencer. Alors sans plus attendre, je m'étais approchée du bord et avais évalué la distance jusqu'aux parois. Il fallait toujours évaluer, le fond n'était pas si profond. Autour de nous, les jeunes de notre âge braillaient, m'encourageaient. Au delà des sensations, c'est ce que j'aimais le plus. Entendre les garçons m'encourager. En crânant, je m'étais préparée à sauter, sous le regard jaloux de Lux. Elle n'avait pas cette même facilité à charmer. C'était toujours moi qui abordais en premier, toujours moi qui recevais le petit mot en classe. C'était toujours moi, et jamais elle. J'avais sauté. Mon coeur s'était laissé emporté par la chute libre, et j'étais rentrée droite comme un piquet dans l'eau avant de remonter à la surface un peu plus loin sous les acclamations des spectateurs. Puis, lentement j'étais revenue sur la plage, me dandinant de droite à gauche pour ne pas perdre le regard des garçons sur moi. Pâris avait sauté après moi. Il revenait déjà à la nage jusqu'à la plage alors que Lux s'approchait du bord. Incertaine, elle évalua la distance, mais je la sentais me surveiller du coin de l'oeil. Personne ne la regardait. Alors, d'un signe de doigt sur ma bouche, je mimais aux spectateurs de regarder le saut de ma soeur. Je la voyais rager d'ici. Mais ce n'était qu'un jeu. Ca n'avait toujours été qu'un jeu. Je la regardais s'approcher du bord, mais soudain, elle fit demi tour et décida de démarrer de plus loin. Pâris qui la surveillait de près lui hurla d'avancer, mais elle n'écouta pas. Elle s'était élancée, avait glissé, et atterit au pied de la falaise dans un bruit sourd avant de s'échouer lourdement dans l'eau. Pris de panique, Pâris et moi nous étions élancés à sa rencontre. Il y parvint avant moi, et tout en tapant les joues de ma soeur, il la ramenait sur le bord. Mais elle n'avait pas répondu. Sur sa tête coulait un filet rouge de sang. Sang qui s'était désormais répandu sur mes mains, mes cuisses et le sable alors que la maintenais contre moi. Elle ne bougeait pas. J'avais sa tête entre les mains, et elle ne se réveillait pas. Cette falaise nous l'avions sauté des dizaines de fois, toujours de la même manière. Mais aujourd'hui elle n'avait pas écouté. Aujourd'hui elle avait glissé. Et j'avais désormais sa tête entre les mains. Sa tête et son corps sans vie.


III -

(2014) Mes doigts tenaient fermement la fleur, et ne voulaient pas la lâcher. Mon bras restait tendu au dessus de la pierre tombale, mais je ne voulais pas m'en détourner. Pétrifiée, je levais les yeux vers Pâris qui s'approcha de moi, et posa sa main sur la mienne. Grâce à son soutien, je parvins à ouvrir ma paume pour laisser tomber la fleur sur le marbre. Puis nous restâmes là, à lire les quelques inscriptions qui s'y trouvaient gravées et qui disaient : « Ci gît Henri Jean st Jude, né le 23 Novembre 1961, mort le 13 Septembre 2014 ». Je fermais les yeux et respirais l'air frais de cette fin d'après-midi. Mes larmes avaient séché depuis le temps. Papa était mort en début de semaine dernière. Un instant, il allait bien. La minute suivante, il tombait raide sur le sol pour ne plus jamais se reveiller. Pâris et moi étions seuls désormais. Seuls, mais ensembles. Après un long moment, mon frère avait murmuré en posant sa main sur mon épaule: « On rentre? » Sans même le regarder, je restais là, droite, à observer les inscriptions de la pierre tombale. Après un long moment de silence, j'avais répondu : « Non, je vais rester encore un peu. » Sa main glissa de mon épaule et je l'entendis soupirer dans mon dos. Puis, d'un pas lourd, je l'entendis s'éloigner. Et moi je restai là, à observer la tombe. Puis mes yeux glissèrent vers celle qui se trouvait à côté. Lux. Lentement, j'ouvris la bouche, et ma voix s'éleva pour chanter la chanson préférée de mon père, Wayfaring Stranger. Le souffle calme, ma voix remplissait l'espace, libérait mes émotions. Puis, lorsque j'eu finis, je tournais les talons et suivais les pas de mon frère. Je tournais les talons pour la toute dernière fois. Mon père n'avait jamais eu l'occasion de m'entendre chanter. Aujourd'hui, j'avais chanté en son honneur. En guise d'adieux. Et sur leurs tombes, je n'y suis jamais retournée.

IV -

(2015) Mon regard balaya la pièce du regard. Toutes ces choses que j'avais gardé, toutes ces choses ne faisaient qu'amplifier le vide de la maison. Elle était chargée de nombreux objets témoignant de notre passé, de nos rencontres, de nos trouvailles, et pourtant, il ne restait que nous deux. Pâris et moi. Dans une immense maison vide de sons, vide de vie. D'un geste vif, j'attrapais une peluche et la jetais dans un carton. Et je recommençais, jusqu'à vider l'étagère de tous ces objets qui rappelaient notre enfance pourrie gâtée. J'entendis du bruit dehors. Je me levais et allais regarder par la fenêtre. C'était le camion de déménagement. Pâris se trouvait en bas et discutait avec le conducteur. Le chargement n'allait pas tarder à commencer. Mais avant, il ne me restait que cette pièce à vider. L'ancienne chambre de Lux dans laquelle j'avais exposé tous mes objets de valeurs. Tous ces jouets offerts par mon père dans l'espoir de combler le vide du départ de notre mère, et de la mort de ma soeur. Mon père nous avait trop aimé, beaucoup trop. Toute sa vie, il s'était tué au travail en espérant que l'argent et les cadeaux nous feraient oublier. Nous n'avions jamais oublié. Avec énervement, je commençais à prendre tous les objets au hasard pour les jeter tour à tour. La maison était vendue. Pâris l'avait vendu contre ma volonté. Mais je savais qu'au fond, il avait raison. Nous ne pouvions la garder, cela demandait trop de responsabilités et d'entretien. Mais la colère n'était pas passée. C'était toute notre vie qu'il laissait à d'autres. Les quelques souvenirs de notre mère, les quelques années de notre soeur, toute l'existence de notre père. Il laissait tout derrière lui et me forçait à en faire de même. Les larmes coulaient sur mes joues. Je ne voulais pas partir, mais je ne pouvais plus rester ici. Londres nous attendait. Une nouvelle vie, un nouveau pays. J'espérai au fond, croiser maman au coin de la rue et être accueillie à bras ouverts. Mais cela n'arriverait jamais. Malgré moi, j'avais accepté de suivre mon frère, car après tout, il était tout ce qu'il me restait désormais.

V -

(2018) En soupirant, je déposais mon sac dans l'entrée et refermais la porte derrière moi. La maison était bruyante. En lâchant mes talons dans l'entrée, je hurlais à l'attention de mes colocataires : « Baissez-moi cette foutue musique! » Quelques secondes après, le volume avait remarquablement diminué. Satisfaite, je relevais la tête et entrais dans la pièce de vie où tous étaient avachis dans le canapé, accompagnés de bières pleines, et surtout vides. Je m'approchais, posais la main sur mes hanches et lançais, vexée : « On m'a pas attendu?! » Je lâchais ma veste sur une chaise de la table à manger et m'approchais d'eux, puis je me laissais tomber sur mon frère qui occupait le seul fauteuil de la pièce. Il me serra dans ses bras et je souris à son étreinte. « On fête quoi? » Demandais-je en me penchant en avant pour attraper une bière. Je la décapsulais avec un briquet et apportais le goulot à mes lèvres tout en cherchant une réponse de quelqu'un du regard. Finalement, ce fut Charlie qui me répondit : « J'ai eu mon permis. On va pouvoir se le faire ce road trip. » Ils levèrent tous leur bière et je les suivais en hurlant de joie. Nous, on voulait la grande vie. On voulait partir à l'aventure, découvrir le territoire anglais. Partir sans rien, mais revenir le coeur entier. C'était pour la liberté, c'était ça notre combat, notre combat pour notre liberté : être libre, ensembles. On s'est rencontrés il y a trois ans, lorsque Pâris et moi étions arrivés à Londres, lors d'une soirée à Brighton. Nous n'avions pas tardé pour faire cette colocation. Nous partagions les mêmes valeurs, les mêmes idéaux, les mêmes rêves. Ma nouvelle famille, c'était eux. Ce noyaux de gens avec qui je riais, pleurais, vivais chaque jour. Je me tournais vers mon frère et le regardais avec un sourire. Pâris s'était battu pour nous donner une seconde chance, pour nous permettre de rentrer chaque soir dans cette maison pleine de vie et de liberté. On passa la soirée à rire, discuter, envisager le trajet de nos prochaines vacances sur la route. J'avais le coeur plein de joie car ce trésor était le mien. Lorsque l'alcool eut fait son effet, chacun se décida tour à tour à rejoindre sa chambre. Je fus la dernière, trop occupée à écouter les vieux vyniles que l'un d'eux avait mis. Puis, lorsque j'eu finis mon verre, j'éteignis tout et me rendais dans ma propre chambre. Je fermais la porte derrière moi, me déshabillais pour enfiler un tee-shirt. Puis je m'asseyais par terre, en tailleur, et allumais un encens. Je le posais sur la table de chevet. Je me levais juste assez pour atteindre l'interrupteur et éteindre la lumière. Me repositionnant, je fixais un point invisible dans le noir. Et doucement ma voix s'éleva : « Salut, Lux. Tu me manques. J'aurai aimé que tu sois là, que tu vives ici avec nous, qu'on partage notre chambre, comme autrefois. Parfois, je me dis que les choses auraient été différentes si je ne t'avais pas provoqué ce jour là. Papa ne serait pas mort, nous serions restés là-bas, à la maison. Ou... Peut-être qu'on serait partis, au final. Mais peut-être pas aussi loin. Peut-être avec Papa. Il me manque lui aussi. Embrasse-le si quelque fois tu risques de la croiser, là haut. J'espère que tu veilles sur moi. En tout cas moi, je pense à toi... » Le temps que les mots sortent, l'encens s'était presque intégralement consumé. Alors, je me levais du sol pour me glisser sous les draps. Je fermais les yeux, et imaginais que là, à côté de moi, Lux se trouvait encore là. Et je le savais au fond, qu'elle serait à jamais avec moi. En moi. Une partie de moi.
Revenir en haut Aller en bas
the stars look so peaceful in your eyes.
Alexander Levinson
the stars look so peaceful in your eyes.
les clochards célestes (nyx) Tumblr_ox7um3rvZf1sx1fcmo5_400
» Date d'inscription : 03/03/2017
» Messages : 2316
» Pseudo : tearsflight / marine
» Avatar : will higginson
» Âge : twenty-five
» Schizophrénie : Jake & Roman
() message posté Mar 15 Mai - 17:17 par Alexander Levinson
le caractère donne envie les clochards célestes (nyx) 2798736487 les clochards célestes (nyx) 2798736487 les clochards célestes (nyx) 3903491763
(re)bienvenuuue, t'es belle les clochards célestes (nyx) 2057610021 les clochards célestes (nyx) 2871878655 les clochards célestes (nyx) 1419071523
Revenir en haut Aller en bas
these violent delights, have violent ends
Jamie E. Jones-Collins
these violent delights, have violent ends
les clochards célestes (nyx) 7bac228050390a8135cc9508782c4df2821a8ea6
» Date d'inscription : 05/03/2016
» Messages : 15023
» Pseudo : margaux ; stardust
» Avatar : shay mitchell
» Âge : 32yo
» Schizophrénie : alycia & gabrielle
() message posté Mar 15 Mai - 17:24 par Jamie E. Jones-Collins
@Alexander Levinson a écrit:
le caractère donne envie les clochards célestes (nyx) 2798736487 les clochards célestes (nyx) 2798736487 les clochards célestes (nyx) 3903491763
Grave, elle a l'air sympathique les clochards célestes (nyx) 2057610021

Re-bienvenue à la maison Louise les clochards célestes (nyx) 1973890357 les clochards célestes (nyx) 1922099377
Revenir en haut Aller en bas
Guyliner.
Ethan I. Hemsworth
Guyliner.
les clochards célestes (nyx) 1557878364-tumblr-ogindvnttb1ux6xe1o1-250
» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 12723
» Pseudo : Meg'
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 37 ans (19/02/82).
» Schizophrénie : Le quadra.
» Absence : 26/05
() message posté Mar 15 Mai - 17:30 par Ethan I. Hemsworth
Un titre de Kerouac les clochards célestes (nyx) 3744571258 les clochards célestes (nyx) 3744571258 les clochards célestes (nyx) 4094582668 les clochards célestes (nyx) 4094582668
Re(...)re-bienvenue avec cette adorable petite les clochards célestes (nyx) 3903491763 les clochards célestes (nyx) 208687334
Revenir en haut Aller en bas
Lola Barnett
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.
les clochards célestes (nyx) Tumblr_mw0xuqkdLh1rswl9oo1_r1_500
» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 6568
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja, nova & teodora.
» Absence : 30 avril.
() message posté Mar 15 Mai - 17:31 par Lola Barnett
ah ouais, c’est comme ça. les clochards célestes (nyx) 3096256268
pas de dédicace pour t’avoir aider à trouver ton avatar. les clochards célestes (nyx) 3096256268
le fake love que je reçois, pfff. les clochards célestes (nyx) 3096256268
Revenir en haut Aller en bas
Nyx B. St Jude
les clochards célestes (nyx) Tumblr_lyfgauH9t21r5kbalo1_500
» Date d'inscription : 15/05/2018
» Messages : 201
» Pseudo : .KENZO
» Avatar : bella hadid
» Âge : vingt-et un ans
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; max (t. oman) ; solal (m. mcmillan) & bodevan (g. heldund)
() message posté Mar 15 Mai - 17:33 par Nyx B. St Jude
@Alexander Levinson @Jamie E. Jones-Collins Mais non en vrai elle est chou les clochards célestes (nyx) 1975938187 Faut juste s'attacher un peu au début les clochards célestes (nyx) 2798736487

Merci les filles les clochards célestes (nyx) 1922099377 les clochards célestes (nyx) 1973890357


@Ethan I. Hemsworth Merci mon beau  les clochards célestes (nyx) 385371470
Ouiiiii les clochards célestes (nyx) 2637431331 Maître Kerouac  les clochards célestes (nyx) 4094582668


@Lola Barnett j'avoue comment je suis ingrate les clochards célestes (nyx) 2778241890 les clochards célestes (nyx) 878725457
Pardon ma Sarah les clochards célestes (nyx) 1481422717 J'vais te mettre une cassedédi du feu de dieu les clochards célestes (nyx) 2741342887

edit : les clochards célestes (nyx) 993970762 les clochards célestes (nyx) 1973890357
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 15 Mai - 17:46 par Invité
BELLA HADID les clochards célestes (nyx) 705448254

ReBienvenue parmi nous les clochards célestes (nyx) 1973890357
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 15 Mai - 17:56 par Invité
Le pseudo + l'avatar les clochards célestes (nyx) 1942225346

(Re)Bienvenue à la maison les clochards célestes (nyx) 1973890357
Revenir en haut Aller en bas
Nyx B. St Jude
les clochards célestes (nyx) Tumblr_lyfgauH9t21r5kbalo1_500
» Date d'inscription : 15/05/2018
» Messages : 201
» Pseudo : .KENZO
» Avatar : bella hadid
» Âge : vingt-et un ans
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) ; max (t. oman) ; solal (m. mcmillan) & bodevan (g. heldund)
() message posté Mar 15 Mai - 18:05 par Nyx B. St Jude
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciennes fiches
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-