Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Résultats de la Guerre des groupes !
Après presque un mois de lutte acharnée, il est temps de découvrir les résultats. Rendez-vous par ici.
Version #28 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 28ième version pour fêter les 4 ans du forum, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est arrivé en ville, rendez-vous par ici pour en savoir plus.
Fiches dans le besoin.
Besoins de liens ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider.
Trouver des amis.
Rendez-vous par ici pour trouver vos liens manquants.
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Chasser le naturel, il revient au galop.... Feat Lucian


avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 07/05/2018
» Messages : 24
» Pseudo : Jo
» Avatar : Claire Holt
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Mer 16 Mai - 21:57 par Lexie McDouglas
Chasser le naturel et il revient au galop.
Cela faisait à présent un mois que l’enlèvement de Lana avait eu lieu. Autant dire que j’avais vraiment eu la peur de ma vie. Ma fille était la moitié de moi-même et sans elle, ma vie n’avait pas de sens. Lucian était resté avec moi  pendant un temps, car j’avais peur que l’histoire se reproduise encore et encore. Mais heureusement, tout danger semblait être écarté. J’avais quand même peur de sortir avec elle, alors je laissais Lucian l’emmener au parc. Je savais qu’elle ne risquait rien avec lui. On ne s’attaque pas, voir peu aux hommes et encore moins à Lucian. Il a une carrure vraiment imposante et la plupart du temps, les petites racailles changent directement de trottoir sans qu’il n’ait besoin de faire quoi que ce soit.

Ce jour-là, je crois vraiment que j’aurai mieux fait de rester au lit. Absolument tout allait de travers. J’avais failli avoir une panne de réveil, Lana était malade et j’avais hésité à prendre ma journée pour rester avec elle, mais je savais que sa baby sitter assurait, cette dernière avait l’âge d’être ma mère. Il y avait eu une circulation de folie et j’avais bien faillit arriver en retard à ma première audience. Bref, tout allait de travers.  Mon client était accusé de violence conjugale. Je sais très bien que tout le monde à le droit à un avocat. Mais je ne peux m’empêcher de penser que défendre un homme qui tape sur sa femme à cause de la boisson, c’est un peu frustrant. Ceci dit, j’avais été un peu mauvaise langue sur ce coup-là, car après avoir parlé longuement avec lui, il se trouvait qu’il risquait de perdre son travail et il se réfugiait dans la boisson pour penser à autre chose.  Il s’énervait ensuite très facilement et la suite, je la connaissais très bien. Le pauvre était en train de sombrer dans une profonde dépression mais sa femme s’en fichait. Au lieu d’essayer de parler avec lui, elle préférait divorcer.

J’avais profité d’une pause pour aller au wc et en revenant, qu’elle ne fut pas ma surprise de voir Lucian sortir d’une salle. Non mais je rêve ! Lui qui ne cessait de me dire qu’il allait changer et de venir un homme meilleur pour donner l’exemple à sa fille ? Tu parles… Chasser le naturel et il revient au galop oui… J’avais une envie incroyable de le frapper, mais de un je ne faisais pas le poids et de deux, j’étais sur mon lieu de travail et vu mon métier, ce n’était pas du tout une bonne idée niveau exemple. Sans compter que je clamais haut et fort à mon client que la violence n’est pas le meilleur moyen pour résoudre ses soucis.  Je m’avançais donc vers lui d’un pas énervé. Une fois arrivée à sa hauteur, je prenais la parole sans même un bonjour.

« Alors là, je dis bravo… Je peux savoir ce que tu as encore fait comme connerie ? Tu n’en as pas marre franchement ? »


©️  Ellana
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 829
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 37 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Indianna M.(n.dormer) + Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
() message posté Ven 18 Mai - 19:21 par Lucian M. Torres

Tu vois, c'est marrant, on se donne toutes les bonnes raisons de s'interdire d'aimer, par peur de souffrir, d'être abandonné un jour. Et pourtant, qu'est ce qu'on aime la vie alors qu'on sait qu'elle vous quittera un jour. Marc Levy

Lexie & Lucian


Le concert avait fini tard. En même temps, quand il s'embarquait pour une soirée comme celle-ci, il savait qu'il rentrerait chez lui au petit matin. Mais cela ne le dérangeait pas. De toute façon, il avait toujours vécu la nuit, bien avant de prendre des boulots comme barman ou videur. Lucian se sentait toujours plus à l'aise une fois le soleil couché, quand il pouvait abriter davantage sa noirceur derrière une bière ou une lumière tamisée. Il s'endormait rarement avant l'aube, profitant des premiers rayons du soleil pour trouver le soleil. Même ses chiens avaient prit le rythme, se calquant au tempo de leur maître. Donc, de temps à autre, il lui arrivait de faire l'agent de sécurité pour de gros événements, histoire d'arrondir les fins de mois. En tant qu'ex taulard, il se savait particulièrement surveillé, mais heureusement pour lui, son contrôleur judiciaire prenait souvent sur lui pour ça passe. De toute façon, Lucian n'était pas assez con pour foutre en l'air sa liberté, il y tenait trop aujourd'hui pour prendre le risque de se retrouver enfermé. Néanmoins, les tentations étaient rudes, il le savait que trop bien. Lucian avait le sang chaud, il ne fallait pas grand chose pour mettre le feu aux poudre. Pour autant, au travail, il se montrait professionnel, c'était assez nouveau pour lui de gagner sa vie honnêtement. Grâce à sa stature, les clients étaient assez calme, une chance pour Lucian de conserver son sang froid plus longtemps.

Quand il avait regagné son appartement, il avait eu la mauvaise surprise de retrouver une amende sous son meuble de télévision. Une putain d'amende salé pour excès de vitesse ! Lucian n'avait jamais réellement fait attention à ce genre de chose avant tout ça, de toute manière, il se foutait de tout en règle générale. Mais après sa libération, il s'était tenu à carreau car il savait que le moindre incident avec la justice pouvait lui être reproché. Mais voilà, cela faisait maintenant trois ans qu'il était dehors, il avait baissé sa garde, il s'était presque sentit tiré d'affaire... Mais la note était corsé et au vu de la date, elle datait depuis plus de deux mois. En relisant le courrier, il comprit que s'il voulait éviter une majoration, il devait se rendre au plus vite au tribunal afin de réguler sa situation. Il ne manquait plus qu'on pense de lui qu'il était un délinquant pour que la boucle soit bouclé. Il jeta un coup d'oeil à sa montre. Il avait deux heures devant lui avant l'ouverture et les deux chiens trépignaient à l'idée d'aller faire un tour. Tant pis pour lui, la nuit de sommeil attendrait.

Trois heures plus tard, Lucian se pointait au tribunal, un établissement dont il se sentait toujours étranger. En vérité, il n'aimait pas être ici. La dernière fois qu'il y avait mit les pieds contre son grès, c'était pour comparaître devant un juge qui l'avait aussitôt envoyé en prison. Et puis tout ce qui touchait à la justice le mettait mal à l'aise, sûrement parce qu'il avait fraudé et triché plus de la moitié de sa vie. L'ironie avait fait qu'il était tombé amoureux une seule fois et c'était avec une avocate. Une jolie blonde pour qui il avait souhaité tout arrêter et devenir un homme réglo. Mouais... En attendant, Lucian grimpa au dernier étage, après avoir été baladé de bureau en bureau, pour enfin trouver le bon office. On le fit patienter, ce qui n'était pas son fort, pour lui dire que son amende ne pouvait être réglé ici mais uniquement par courrier. Lucian expliqua qu'il n'était plus dans les temps, mais la personne ne voulu rien entendre. En gros, il était bon pour payer la majoration et il était furieux. En guise d’au revoir, il grogna dans sa barbe et claqua la porte. Il venait de perdre une heure de son temps pour rien ! Il descendit les marches à toute vitesse, les poings serrés. Il détestait tous ces bureaucrates à l'air pincé, tous ces types qui méprisaient les gars comme lui et qui ne se gênaient pas pour le regarder de haut. Tête baissé sur son téléphone, Lucian ne faisait pas attention à ce qui pouvait arriver devant lui. Puis une voix qu'il connaissait bien l'interpella. Un ton sec, agressif : « Alors là, je dis bravo… Je peux savoir ce que tu as encore fait comme connerie ? Tu n’en as pas marre franchement ? ». Il aurait pu s'y attendre. Croiser Lexie dans un tribunal était très banal, seulement il fallait qu'il tombe sur elle le seul jour où il avait décidé de s'y rendre. Il aurait pu penser que Londres n'était pas assez grand pour eux deux mais il se souvint avec amertume qu'elle l'avait parfaitement évité pendant trois ans. « Bonjour à toi aussi », dit-il avec méprit. Elle avait mal choisi son jour. Elle semblait furieuse. Lucian aurait pu tourner les talons, l'ignorer ou bien arrondir les angles. Oui il aurait dû. Mais au lieu de ça, il fit comme il avait l'habitude de faire, il contre-attaqua : « Je trouve que pour une avocate tu crois pas vraiment aux secondes chances. Tu arrives vraiment à gagner des procès avec cet état d'esprit ? ». Question théorique, il savait bien que oui, mais elle l'avait cherché. Lexie semblait être resté cinq ans en arrière, quand Lucian était au plus bas, quand leur couple avait volé en éclat par sa faute. Et s'il voulait que les choses s'arrangent, il avait parfois l’impression qu'elle ne cherchait pas la même chose. « En fait, pour toi, je suis bon qu'à ça, pas vrai ? ».

(c) black pumpkin



Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 07/05/2018
» Messages : 24
» Pseudo : Jo
» Avatar : Claire Holt
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : non
() message posté Ven 18 Mai - 22:33 par Lexie McDouglas
Chasser le naturel et il revient au galop.
J’haussais un sourcil. Il était sérieux de me parler comme il était en train de le faire ? Bon, c’est vrai que j’aurai pu commencer par lui dire bonjour. C’est la moindre des politesses après tout. Mais j’étais tellement en colère de le voir ici, que je n’avais pas pu m’empêcher de lui rentrer directement dans le lard. Je le connaissais suffisamment pour savoir qu’il n’allait pas se laisser faire et me répondre tout de suite. J’étais en colère et surtout déçue, lui qui m’avait fait tout un tas de promesses comme quoi il allait changer pour sa fille, tu parles… Tout ceci n’avait été que des belles paroles. Je voulais que Lana ait un père exemplaire, mais ce ne serait jamais le cas. Il y a un dicton qui dit que l’amour rend aveugle et le divorce rend la vue. Je ne sais pas pour le divorce, mais pour la première partie, je ne peux qu’approuver, hélas. Comme si ça ne suffisait pas, nous nous trouvions dans un couloir où il y avait quand même pas mal de passage. J’allais donc ma chance d’avoir des spectateurs sur ma dispute, merveilleux… Ma réputation allait très certainement s’en prendre un coup. Le plus frustrant dans l’histoire, c’est que je l’aimais toujours… Pourtant, quand ce dernier se trouvait en prison, j’avais vraiment tout fait pour l’oublier, mais ça n’avait pas été faisable. Il était, et il restera mon premier amour quoi qu’il se passera. Mais je ne voulais pas que Lana visite son père en prison. Je voulais qu’elle puisse le voir libre.

Je ne savais pas ce qu’il avait fait, mais je n’arrivais pas à comprendre que la prison ne lui ait pas servi de leçon. Il avait vraiment envie d’y retourner ? Quel pourrait-être son avenir là-bas sans sa fille ? Tellement de questions qui allaient, très certainement, rester sans réponse. Après tout, il faisait ce qu’il voulait de sa vie, ça ne me regardait plus, mais quand je constatais ça, je ne pouvais m’empêcher de me dire que le fait de me séparer de lui avait vraiment été une bonne et douloureuse décision. Je croisais les bras et plongeais mon regard dans le sien, je savais qu’il impressionnait un bon nombre de personne, mais pas moi. Je le connaissais bien. Cela dit, c’était quand même dommage, car je savais très bien qu’il pouvait être sérieux quand il le voulait. Après l’enlèvement de notre fille, il m’avait prouvé qu’il pouvait se montrer responsable et protecteur. Alors pourquoi tout gâcher de cette manière ? Non seulement j’avais passé une mauvaise journée, mais en plus je dormais vraiment très peu et très mal. Je me réveillais au moindre bruit. Alors, ce qui était en train de se passer ne m’aidait pas.

« Eh bien, quelle incroyable répartie… Bravo ! » J’applaudissais ironiquement à ce qu’il venait de m’envoyer en plein visage. Moi j’avais un travail respectable et reconnu contrairement à d’autres… Et ça, j’avais clairement faillit le lui balancer en plein visage. « Tu ne serai pas ici si ce n’était pas le cas Lucian. Très franchement, tu me déçois. Tu n’en as pas marre de faire tout le temps des conneries ? Perdre un certains nombres d’années de ta vie ne t’a donc pas servit de leçon ? » Il avait manqué tout un tas de choses. On aurait pu avoir une vie heureuse et bien rangée, mais non. Je croisais les bras contre ma poitrine tout en secouant négativement la tête. « Franchement, tu me déçois… Avant de faire des conneries, pourquoi tu n’essaies pas de penser à ta fille et au fait que tu ne risques pas de la revoir si tu retournes en prison ? » Non mais il pensait à quoi sérieusement ? Moi qui pensais que ça le rendrait responsable le fait d’être père, tu parles. Je m’étais bien enfoncée le doigt jusqu’à la rétine, dans le sens figuré du terme bien sûr. « Donc non, pardonne moi si j’ai un peu de al à croire à une seconde chance là tu vois. » Bon sang, mais qu’est-ce qu’il avait encore fait comme connerie pour se retrouver ici ? J’espérais qu’il n’allait pas tomber sur le collègue que je pensais, c’était une véritable mauviette aux audiences. La dernière fois que j’ai assisté à une de celle-ci, il transpirait tellement que l’avocat de la partie adverse avait bien faillit glisser sur la flaque qui se trouvait par terre… Alors si c’était lui qui représenterait Lucian, ce dernier allait vraiment être dans la merde jusqu’au cou. Et comme j’étais la mère de sa fille, je ne pourrai pas prendre l’affaire car on allait dire que j’en faisais une affaire personnelle. Il n’y avait pas beaucoup de bons avocats dans cette ville. Oui, j’ai bien le droit de me vanter de faire partie des meilleurs, voir même de l’élite. Les avocats c’est comme les médecins, il y a un concours entre eux. Il faut toujours donner le meilleur de soi-même et aller toujours plus loin, toujours plus haut. J’aimais bien cet esprit de compétition pour ainsi dire. Mais pour le moment, je n’avais pas la tête à ça. Je voulais savoir ce que Lucian avait encore, fait pour préparer psychologiquement ma fille, même si cette dernière était encore en bas âge. Intérieurement, je souriais en pensant à elle. C’était vraiment ma plus belle réussite et je ne regrettais pas une seconde de l’avoir gardée. Elle est tout pour moi et je ferai en sorte de ne plus jamais la mettre en danger. La dernière fois, ça m’avait vraiment suffit. Je plongeais mon regard dans celui de Lucian et ne baissais pas les yeux. Je savais qu’il avait horreur de ça, il considérait que c’était de la provocation. Mais c’était plus fort que moi. Avec le temps, j'avais appris à ne plus me laisser atteindre par la moindre réflexion. Il avait largement plus à perdre que moi dans cette histoire.



©️  Ellana
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Chasser le naturel, il revient au galop.... Feat Lucian
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-