"Fermeture" de London Calling
Après cinq années sur la toile, London Calling ferme ses portes. Toutes les infos par ici Vincent - His own worst enemy 2979874845 Vincent - His own worst enemy 1973890357


Vincent - His own worst enemy

Anonymous
Invité
Invité
() message posté Lun 21 Mai - 23:46 par Invité

Vincent Lignieres

London calling to the faraway towns
NOM(S) : Lignieres. De Lignieres, d'ailleurs, d'après sa carte d'identité, mais il déteste la particule et ne l'utilise jamais. PRÉNOM(S) : Vincent. Seulement Vincent. ÂGE : 30 ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Versailles, 24 mars 1988. NATIONALITÉ : Frenchie. STATUT CIVIL : Célibataire, orphelin, drague davantage la Mort que la trentenaire pour faire son nid. MÉTIER : Cascadeur. A l'heure actuelle en contrat avec une série en tournage, lié pour plus longtemps que d'ordinaire à Londres. TRAITS DE CARACTÈRE : Impulsif – Sombre – Solitaire – Taciturne – Secret – Possessif – Protecteur – Loyal – Sanguin – Fier – Courageux – Généreux – Auto-destructeur – Franc – Plein d'humour (noir). GROUPE : Fast on my bike in my car.



My style, my life, my name

¤ Vince n'est pas facile à approcher, pas du tout. Sauf si vous êtes un chat. Il adore les chats. Il en a récupéré un blessé près d'un plateau de tournage, borgne et à trois pattes, qu'il a appelé Pirate. ¤ Il est végétarien. Ça surprend les gens, vu qu'il est plutôt brutal de nature, mais il n'a jamais aimé la bidoche. Son père se moquait souvent de lui à ce propos. ¤ Ne lui parlez pas de son père plus de deux phrases si vous ne voulez pas découvrir qu'on peut saigner des deux narines à la fois. ¤ Ça ne le dérange pas de frapper une fille. C'est sa version du féminisme : meuf ou mec, tu fais chier, tu dégustes. Bon, il cognera moins fort quelqu'un qui lui arrive sous le pectoral qu'un type dont il tutoie le menton, mais c'est moins une question de sexe que de bon sens. ¤ Il parle un anglais parfait (quoique américain) et ne retrouve son accent frenchie que lorsqu'il a vraiment trop bu. ¤ Sa mère est morte il y a peu, il a coupé les ponts depuis des années avec sa famille côté paternel. De fait il n'est pas très famille... A une exception (notoire) près. ¤ Il fume comme un pompier et ne sort jamais sans un paquet de clopes de secours. ¤ Il a une bibliothèque très bien fournie chez lui, aime surtout Baudelaire et Gauthier. C'est à peu près le seul meuble stable dans ses appartements, compte tenu qu'il déménage fréquemment en suivant les tournages. ¤ Il ne regarde jamais les films ou épisodes dans lesquels il a tourné. ¤ Si on ne peut pas dire qu'il soit coureur, c'est tout sauf un moine. Par contre, il ne ramène pas chez lui. Chez lui, c'est chez lui. Même si vous avez un colis, il ne vous laissera pas entrer.
PSEUDO : Nice Weirdo. PRÉNOM : Non, ça je fais pas ! ÂGE : Presque trente. PERSONNAGE : inventé.  AVATAR : Gaspard Ulliel. CRÉDITS : On est jamais mieux servi que par soi-même. COMMENT ES-TU TOMBÉ(E) SUR LC ? : Je sais plus, à force de fouiller. CE COMPTE EST-IL UN DOUBLE-COMPTE ? : Nope.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Lun 21 Mai - 23:47 par Invité
At the beginning

Entre Vincent et la vie, ça n'a jamais été une grande histoire d'amour. L'époque de la naïveté d'enfant n'a pas été longue, à voir depuis tout petit les yeux de sa mère gonflés de larmes. A l'entendre, l'affaiblie, l'injuriée, la rabaissée, pleurer le soir seule dans sa chambre avant d'être montrée comme un trophée en public en journée, par un père qui n'avait dans son existence qu'un seul intérêt : lui-même.

Il devait être le fils parfait, le bon élève, le garçon qui méritait la particule de son père, malgré son statut de bâtard - après tout, pourquoi Père aurait épousé celle fille-là ? Malade. Pénible. Pâle. Vincent a essayé de correspondre. De montrer qu'il suffisait, que sa mère ne l'avait pas raté. Il a essayé, le gamin. Mais rien n'était suffisant.

Alors il a fait le chemin inverse.

De second de la classe - jamais premier - il est passé bon dernier. L'école est devenue buissonnière. Devant cet homme qui lui faisait baisser la tête pour un 12/20 il a relevé le menton, puis le majeur. Rendu les baffes qu'il voulait lui donner. Rendues celles qu'il avait collées à sa mère quand elle l'a quitté. Père a tenté le lycée privé. Puis la maison de redressement. Il a fini par le laisser à ses errances, ses expériences, sa décevante nature de fainéant du Tiers État. Monsieur De Lignieres finirait bien par trouver une meilleure couveuse pour son patronyme... Sa seule stabilité, c'étaient les visites de sa mère, ces rares vacances qu'il passait avec elle et sa fille - sa demie-soeur, un petit machin tout fragile qui passait sa vie à lui agripper le manteau et à vouloir qu'il joue avec elle. La plaie.

Vincent a eu son bac, pour autant. Une année en retard - sa première Terminale, il l'a passée à découvrir un certain type d'herboristerie - mais tout de même. De petit boulot en appart miteux, il a cherché sa voie sans trop le faire, passant son existence à fuir les liens plutôt qu'à s'en créer. Les attaches... Il n'avait pas envie. Il voyait trop son géniteur en lui dans ses amitiés comme ses amours : jaloux, possessif, intransigeant, tellement vite déçu et détaché. Souvent brutal dans les mots, parfois dans les gestes. Pas loin d'être violent. Dans un moment de lucidité, il a décidé qu'il serait mieux seul plutôt que devoir mal accompagner.

Sa vocation, il a fini par la trouver, un peu par chance, beaucoup par évidence : risquer sa vie. A force de faire le mariole sur sa moto, il a été remarqué par quelqu'un qui n'était pas, pour une fois, un flic appelé par un voisinage inquiet. Juste un spot de pub à faire, une caméra emportée... Mais il avait un pied dans l'industrie vidéo. De petites choses, des contrats minables... Puis d'un coup, la timbale : la porte du cinéma qui s'ouvre. Tout un statut qu'il se fait. Et pas le luxe de croire qu'il mérite seul ce qu'il s'est construit : sur le premier plateau, Père était là. Souriant. Serrant la main du réalisateur. De rien, mon fils. Porte-toi bien. Ce soir-là, il l'a fini en cellule de dégrisement, et le lendemain il avait une plainte d'un inconnu pour coups et blessures sur le dos.

Peu après, quelqu'un a sonné chez lui. Sa soeur. Ce petit machin passablement pénible dont il n'avait que trois photos et un dessin gardé sans trop savoir pourquoi plantait devant chez lui - son nid, celui qu'on ne pénètre pas. Elle voulait rester avec lui. Ses parents à elle - la moitié des siens - lui avaient dit des choses... Atroces. Bien attentionnées, au fond, ce qui les rendaient sans doute encore pires. Qu'elle n'aurait pas dû naître, qu'elle n'aurait pas été aussi malade, pas comme sa mère. Elle faisait pitié, en petite chose fragile au seuil de son appart', avec sa valise et ses grands yeux, ses hésitations balbutiantes... Elle faisait pitié, oui, elle l'emmerdait, aussi, lui et sa routine, sa solitude, personne pour être témoin de ses envies de se planter dans le mur juste pour en finir avec sa propre fureur. Il a soupiré. Lui a ouvert la porte. Pas plus d'une nuit ou deux, qu'il lui a dit.

Elle est restée un an.

Un an chez lui. Un an dans son monde. Un an sous sa peau. Ses murs sentaient la fille. Ses draps sentaient sa soeur. Ses mains se crispaient pour ne pas l'agripper. La jeter dehors, ou contre lui. La mordre, ou l'embrasser. Des envies immondes. Anormales. D'autant plus puissantes qu'il les repoussait, et qu'elles lui semblaient partagées, ou provoquées. Qu'est-ce qu'elle pouvait le chercher... Un baiser forcé, mais pas repoussé, a mis un nom sur le malaise, et un point d'arrêt à son séjour. Elle est revenue chez ses parents, et lui a été discuter avec quelques fonds de bouteille.

Les années ont passé, les tournages se sont enchaînés, et lui a signé un bon contrat pour une série prometteuse, qui le lie plus longuement que d'ordinaire à une ville. Londres. Pourquoi pas. Il s'est installé un peu mieux que d'ordinaire, a posé sa bibliothèque et son chat dans un coin de vieille ville, parce qu'il aime les rues étroites et pas pratiques, les gens bruyants et les vieilles qui gueulent dans la rue. Il commençait, à défaut de se sentir bien, à se sentir chez lui, et peut-être pas trop agité par les courants noirs de sa vie que le hasard agite fréquemment en lui.

Puis on a sonné à sa porte. Hey, frangine. Elle était revenue.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Lun 21 Mai - 23:47 par Invité
Bienvenue parmi nous Vincent - His own worst enemy 1973890357

Gaspard Vincent - His own worst enemy 705448254
Revenir en haut Aller en bas
growing strong
Alycia Hemsworth
growing strong
Vincent - His own worst enemy Tumblr_inline_ojuj3bc03m1tw2m0e_250
» Date d'inscription : 15/02/2014
» Messages : 62617
» Pseudo : margaux ; stardust.
» Avatar : zoey deutch.
» Âge : 28yo.
» Schizophrénie : jamie & gabrielle.
() message posté Mar 22 Mai - 0:09 par Alycia Hemsworth
Bienvenue Vincent - His own worst enemy 1922099377 Vincent - His own worst enemy 2941632856 bon courage pour ta fiche Vincent - His own worst enemy 1973890357
En cas de besoin n'hésite pas Vincent - His own worst enemy 1935183664
Revenir en haut Aller en bas
Lola Barnett
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.
Vincent - His own worst enemy Tumblr_mw0xuqkdLh1rswl9oo1_r1_500
» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 6568
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja, nova & teodora.
» Absence : 30 avril.
() message posté Mar 22 Mai - 0:20 par Lola Barnett
Bienvenue parmi nous. Vincent - His own worst enemy 1973890357
Revenir en haut Aller en bas
Guyliner.
Ethan I. Hemsworth
Guyliner.
Vincent - His own worst enemy 1557878364-tumblr-ogindvnttb1ux6xe1o1-250
» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 12723
» Pseudo : Meg'
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 37 ans (19/02/82).
» Schizophrénie : Le quadra.
» Absence : 26/05
() message posté Mar 22 Mai - 3:22 par Ethan I. Hemsworth
Chouette choix d'avatar et de métier Vincent - His own worst enemy 3585889792
Bienvenue par ici & courage pour ta fiche Vincent - His own worst enemy 208687334
Revenir en haut Aller en bas
the stars look so peaceful in your eyes.
Alexander Levinson
the stars look so peaceful in your eyes.
Vincent - His own worst enemy Tumblr_ox7um3rvZf1sx1fcmo5_400
» Date d'inscription : 03/03/2017
» Messages : 2316
» Pseudo : tearsflight / marine
» Avatar : will higginson
» Âge : twenty-five
» Schizophrénie : Jake & Roman
() message posté Mar 22 Mai - 6:18 par Alexander Levinson
le métier Vincent - His own worst enemy 2555317567
bienvenue parmi nous Vincent - His own worst enemy 3744571258 et bon courage pour ta fiche Vincent - His own worst enemy 1973890357
n'hésite pas si tu as des questions Vincent - His own worst enemy 208687334
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
() message posté Mar 22 Mai - 7:07 par Invité
bienvenue & bon courage pour ta fiche Vincent - His own worst enemy 4209972823
Revenir en haut Aller en bas
Sixteen L. Wellins
you is kind. you is smart. you is important.
Vincent - His own worst enemy Tumblr_ox2i69sDKj1qehsoxo2_250
» Date d'inscription : 20/04/2018
» Messages : 2164
» Pseudo : mad mind (marine)
» Avatar : nina perfect dobrev.
» Âge : twenty-seven y.o.
() message posté Mar 22 Mai - 9:33 par Sixteen L. Wellins
Bienvenue parmi nous & bon courage pour la suite de ta fiche Vincent - His own worst enemy 1973890357.
Revenir en haut Aller en bas
Hazel J. Chase
Vincent - His own worst enemy Tumblr_pmogy75nSX1ugyuoto1_540
» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7290
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena et Amanda E. Hemsworth
() message posté Mar 22 Mai - 11:46 par Hazel J. Chase
Bienvenue !! Bon courage pour ta fiche !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: It's over :: Corbeille :: Anciennes fiches
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-