Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


I pronounce you, Husband and Wife.

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 31/05/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Kattissime
» Avatar : Henry Cavill
» Âge : 35 ans.
() message posté Dim 3 Juin - 19:31 par William Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, William, take you, Charlotte, for my lawful wife, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

William avait clairement dit adieu à toute pensée cohérente. A l’instant présent, tout ce qui comptait c’était d’embrasser Charlotte encore et encore. et le fait que cette dernière réponde à chacun de ses baisers n’aidaient pas le jeune époux à être raisonnable. Et Charlotte n’était pas raisonnable elle non plus. Elle répondait avec tout autant de passion que lui à leur baiser. Elle s’arrêta un petit moment pour le regarder et William ne put s’empêcher de la regarder elle, les cheveux en bataille, les lèvres gonflées et rougies par l’attaque qu’elle venait de subir. Elle se mordit alors la lèvre inférieure et son regard devint interrogateur. Elle ne savait pas réellement si elle pouvait. Et pour tout avouer, William non plus. Etait-ce trop tôt ? Non, ils avaient étés fiancés pendant six ans. Mais oui, c’était tout de même trop tôt : ils n’avaient jamais étés romantiques l’un vers l’autre avant aujourd’hui.

Les baisers de Charlotte dévièrent vers son cou et William poussa un grognement de désir. Toute trace de fatigue avait quitté son corps, il n’avait jamais été aussi réveillé que maintenant. Grognant encore, il glissa ses mains le long des cuisses de sa femme, remontant par la même occasion la nuisette qui l’était déjà dû au fait qu’elle soit assise sur lui. Il pouvait sentir sa femme frissonner sous les doigts et il sourit doucement avant de lui enlever totalement sa nuisette et de la jeter par terre. Il se passa inconsciemment la langue sur les lèvres en la regardant, en la détaillant. elle était assise sur lui, seulement vêtue de sa culotte. « Je pense que maintenant on est réellement à un pie d’égalité. Mais tu vois… j’ai tout de même l’impression que tu es bien plus dévêtue que moi. » murmura-t-il avant de légèrement se redresser afin de l’embrasser et de dévier ses baisers dans sa nuque à son tour.

Ses mains continuèrent à caresser la taille de Charlotte, et le reste de son corps tout en évitant l’endroit le plus évident à ses yeux. Elle pouvait le provoquer ? Et bien lui aussi. Ses mains descendirent une fois de plus sur ses hanches et ne bougèrent plus, alors qu’il retourna embrasser sa femme, tout en souriant contre ses lèvres. Ses doigts commencèrent à se glisser sous l’élastique quand soudainement son téléphone portable se mit à sonner. Et il connaissait très bien cette sonnerie : celle de son père. Il quitta les lèvres de Charlotte à contrecoeur tout en grognant. « Désolé. C’est mon père, il doit avoir quelque chose à me dire. » s’excusa-t-il tout en la décalant de lui pour pouvoir se lever et prendre le téléphone avant de décrocher et de sortir de leur chambre.

Décrocher cet appel fut la pire erreur de la journée que William puisse faire. Il alla dans leur dressing, et referma la porte alors qu’il commençait à se disputer avec son père parce que le mariage n’était pas tel qu’il désirait, que les changements faits à la dernière minute par William étaient juste inacceptables. Il resta une bonne dizaine de minutes à crier au téléphone avec son père avant de craquer et de lui reprocher de gâcher sa nuit de noce, tout comme il lui avait gâché toute son enfance avant de lui raccrocher au nez. Il ressortit alors de leur dressing en se passant la main dans ses cheveux, visiblement irrité par la conversation qu’il venait d’avoir avec son père. « J’ai besoin d’une douche pour me calmer. » lui dit-il avant de claquer la porte de la salle de bain derrière lui. Il se glissa une autre fois sous le jet d’eau glacial et y resta cinq bonnes minutes avant d’en ressortir et de se sécher. Lorsqu’il ressortit de la salle de bain, il portait cette fois un short et un t-shirt. Il se glissa sous la couette et soupira, allant entrelacer ses doigts à ceux de Charlotte. « Désolé Charlotte… » murmura-t-il avant de déposer un baiser sur sa main.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/06/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Elsy
» Avatar : Emma Stone
» Âge : 32 ans
() message posté Dim 3 Juin - 20:54 par Charlotte Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, Charlotte, take you, William, for my lawful husband, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

La jeune femme était pour le moins ravie en observant son mari. Ravie de son petit effet sur lui, ravie qu'il ne la repousse pas. Elle avait pensé qu'il le ferait peut-être, qu'il ne pourrait pas se résoudre à avoir pour elle des gestes que, la voyant comme une petite sœur à l'origine, il n'aurait pas trouvé naturel. Elle sourit en se rendant compte qu'elle n'avait peut-être pas besoin d'être aussi inquiète qu'elle l'avait été jusqu'à présent au sujet de leur mariage et que celui-ci pouvait fonctionner. Ils semblaient en tout cas partis pour avoir une nuit de noce tout ce qu'il y a de plus normale pour un jeune couple. Et Charlotte ne pouvait pas s'en plaindre du fait de ces dernières années passées dans la plus grande des sagesse. Alors elle se permet d'oser d'avantage, d'aller plus loin, après avoir sondé son époux. Et elle vient déposer quelques baisers dans son coup, appréciant les grognements qu'elle lui arrache alors. Mais elle n'est pas en reste et frissonne comme son mari pose les mains sur elle, lui enlevant finalement cette nuisette, en arrachant un rire à sa compagne du fait de son commentaire.

«- Naturellement, ce n'est pas un boxer.» fait-elle remarquer. «Mais si cela t'inquiète tant que ça, la prochaine fois dans un soucis d'équité, je t'en emprunterai un.» taquine Charlotte.

L'ambiance, le ton, étaient devenus plus légers et la jeune femme n'imaginait pas un instant, maintenant, qu'ils puissent faire marche arrière. C'était sans compter sur la sonnerie du téléphone de son mari. De ces heures, un appel de l'un de leur parent avait de quoi surprendre, Charlotte jette un regard à son propre téléphone comme William la pousse, afin de regarder son écran et l'heure que celui-ci indique, laissant son époux s'isoler. Même si elle ne veux pas écouter la conversation qu'il a alors avec son père, ne pas l'entendre est assez compliqué pour la jeune femme. Alors elle se concentre sur son téléphone pour en entendre le moins possible, en profitant pour répondre aux messages d'Henry. Quand Will ressort en parlant de prendre une douche, Charlotte ne proteste pas, le laissant faire en se réinstallant sous la couette, achevant son échange avec son meilleur ami en menaçant d'un «je vais tuer votre père» sans sérieux.

A voir la tenu que son mari porte maintenant, Lotte se doute bien que le jeu, la taquinerie, sont finies pour ce soir. A vrai dire elle-même est coupée dans son élan et ne reste alors que sa frustration. La jeune femme soupire comme William prend sa main et l'embrasse.

«- Qu'est-ce qu'il te voulait ? On est marié comme ils le voulaient maintenant non, ce n'est pas tout ce qui devrait compter pour eux !? Pardon je... Je... je ne voulais pas écouter mais...»

La demoiselle a rougit, se sent un peu gênée maintenant d'avouer qu'elle a malgré tout entendu la conversation, musclée, avec le baron de Berkeley. Il aurait fallut être sourde cependant pour la manquer.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 31/05/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Kattissime
» Avatar : Henry Cavill
» Âge : 35 ans.
() message posté Lun 4 Juin - 0:54 par William Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, William, take you, Charlotte, for my lawful wife, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

Si Charlotte n’était pas là, William serait sûrement sorti faire un footing, ou bien serait allé dans la salle de sport qu’ils avaient emménagé chez chez pour se défouler sur le punching-ball. Mais il était marié à présent et il partageait son lit avec quelqu’un. Mais il se contenta d’une douche froide pour se calmer, pour éviter de tout casser sur son passage. C’était l’un de ses grands défauts. William ne savait pas contenir sa rage ; il avait besoin de tout casser pour se défouler. Lorsqu’il rejoignit Charlotte sous les couvertes en s’excusant il soupira doucement. Il s’en voulait d’avoir tout gâché. Il prit d’ailleurs son téléphone, qu’il éteignit avant de lancer sur sa table basse. Il ne voulait plus parler à son père ce soir, ou même pour un petit moment. Il l’avait harcelé pour que ce mariage se passe, et maintenant que c’était fait, il fallait qu’il lui gâche sa nuit de noces.

William soupira doucement quand Charlotte lui demanda ce qu’il s’était passé. Il se passa la main sur le visage avant de se tourner vers elle. « Non… On est mariés maintenant, on ne doit rien se cacher non ? C’est ce qu’on s’est promis à l’autel. » sourit-t-il en lui remettant une mèche derrière l’oreille. Il soupira cependant en repensant à la conversation qu’il a eu avec son père. « Il n’était pas satisfait de la cérémonie, on est partis trop tôt pour lui, et j’ai changé trop de choses. » lâcha-t-il dans un soupir. Son père n’avait jamais été satisfait de lui. Il aurait préféré avoir Henry comme fils aîné. William était bien trop volatile et violent pour être Baron de Berkeley. mais on ne choisi pas l’ordre de naissance de ses enfants malheureusement. William avait toujours été une déception aux yeux de son père. C’était l’une des raisons pour laquelle il était partit à l’armée. Pour s’éloigner et oublier le plus longtemps possible de ses devoirs d’héritier au Baron de Berkeley mais aussi ses devoirs de fils.

William soupira doucement et attira Charlotte contre lui avant d’éclater de rire. « Je rêve où tu n’as pas remis ta nuisette ? » lança-t-il en riant. Il se redressa et attira Charlotte vers lui avant d’enlever son propre t-shirt pour l’enfiler à sa femme. Il sourit doucement et lui déposa un baiser sur les lèvres avant de se rallonger et le l’attirer une fois de plus dans ses bras. Il referma les yeux en inspirant doucement. Il caressa distraitement la taille de Charlotte en respirant doucement. La dispute qu’il avait eu avec son père l’avait totalement drainé de toute son énergie. « Je tiens à dire que mon t-shirt te va mieux qu’à moi. » sourit-il en déposant un baiser sur son front.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/06/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Elsy
» Avatar : Emma Stone
» Âge : 32 ans
() message posté Lun 4 Juin - 17:38 par Charlotte Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, Charlotte, take you, William, for my lawful husband, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

La jeune épousée hoche la tête. Oui en effet ils sont mariés et se sont promis de ne pas se faire de mensonges, de ne pas se faire de cachotteries. Ils l'ont dit devant l'autel. Pour autant la jeune femme n'avait pas à écouter aux portes, même si ce n'est pas vraiment ce qu'elle a fait et qu'elle a entendu la dispute malgré elle, du fait du ton haussé par son mari, signe d'une conversation plus que musclée avec son paternel. Quoi qu'il en soit son époux ne manque pas de lui raconter pourquoi son père n'était pas satisfait et la demoiselle hoche la tête avant de fixer le plafond.

«- Si vous en reparlez, tu pourras lui dire que j'étais fatiguée et que nous voulions pouvoir respecter notre devoir. Quand aux ajustements, tu aurais put prétendre que c'était mes volontés, que je n'avais pas osés exprimer et que tu avais voulu me faire plaisir.» répond simplement la demoiselle, comme si c'était l'évidence même.

A vrai dire si le baron de Berkeley pouvait s'agacer contre son fils il serait probablement plus doux envers sa belle-fille, c'était généralement le cas mais elle ne pouvait pas en être sûre et certaine non plus. Toutefois cela se tentait et elle songeait que si cela pouvait être un secours pour son époux, elle pouvait bien prendre à sa charge les divers changements qui avaient étés réalisés au cours de la soirée pour que ce mariage leur corresponde un peu plus.

La rouquine se réinstalle sous les couvertures et lève un sourcil en écoutant le commentaire de son compagnon au sujet de l'absence de sa nuisette, étonnée d'entendre ce dernier rire de cela. A vrai dire elle ne l'avait pas remise, n'y ayant pas pensé sur le coup et la brusque interruption des événements avait selon elle de toute façon coupé court à toute idée potentielle si bien que finalement le vêtement ne s'était pas imposé comme nécessaire à son esprit.

«- Non je ne l'ai pas...»

L'homme se redresse, poussant sa femme à faire de même et comme il retire son t-shirt elle lève un sourcil sans comprendre. Pourtant elle a rapidement sa réponse comme son époux la couvre de son t-shirt. Charlotte a une petite moue, d'autant que son vêtement n'était qu'un peu plus loin sur le sol et elle adresse un haussement de sourcil à son partenaire comme ce dernier ose prétendre que son t-shirt lui va mieux qu'à lui.

«- Alors... pour imiter un bateau qui nage... peut-être...» fait remarquer la rousse en levant les bras à l'horizontale et faisant mine de tanguer. «Regarde, je suis crédible dans le rôle du bateau !»

N'ajoutant plus rien la jeune femme se recouche, se réinstallant contre lui, plus sage cette fois en évitant soigneusement de poser ses doigts sur son buste, la fatigue bien trop avancée désormais de toute façon et elle remarque ironiquement que le baron avait lui-même, par cet appel, contrecarré ses plans ce soir. Et Charlotte s'endort en y songeant, pour ne s'éveiller qu'au petit matin. S'habillant rapidement, elle attache ses cheveux en queue de cheval en passant à la salle de bain, adopte un maquillage très discret et descend à la cuisine préparer le café tandis que William dort encore, alors que la matinée est avancée.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 31/05/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Kattissime
» Avatar : Henry Cavill
» Âge : 35 ans.
() message posté Mar 5 Juin - 0:38 par William Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, William, take you, Charlotte, for my lawful wife, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

William sourit doucement en la regardant s’agiter dans tous les sens pour imiter un bateau. Elle était adorable. Cela le rappelait leur enfance, quand elle essayait tout de même d’attirer son attention. William avait passé sa jeunesse à lui ébouriffer les cheveux. Surtout après le moment où il s’est mis à grandir d’un coup. Il avait prit vingt-cinq centimètres en un seul été, dépassant son frère d’au moins une bonne tête. Il secoua doucement la tête et passa son bras autours de Charlotte quand elle se rallongea contre lui et referma les yeux. Il maudissait son père d’avoir interrompu leur soirée et leur plan surtout. Il referma les yeux et se laissa bercer par la respiration de Charlotte.

Le lendemain matin William soupira doucement avant d’ouvrir les yeux. La chambre était encore dans le pénombre mais il ne trouva personne à côté de lui. Il se tourna vers le dos et se passa la main sur le visage. Il se redressa rapidement avant d’aller dans le dressing. Il songea une petite seconde à aller faire son footing, mais c’était le lendemain de son mariage. Passer du temps avec Charlotte était plus important que courir ce matin. Il choisit alors un polo, ainsi qu’un simple jean pour la journée avant de partir rapidement à la salle de bain pour se rafraichir.

Il entendit Charlotte dans la cuisine avant même d’être arrivé en bas des escaliers et un petit sourire apparut sur ses lèvres. S’il y avait quelque chose qu’il avait appris à l’armée, c’était d’être le plus discret et le plus silencieux possible. Descendant sur la pointe des pieds les dernières marches qui menaient en bas, il arriva dans la cuisine, en filature jusqu’à se trouver derrière Charlotte. Il sourit doucement et se rapprocha encore aussi discrètement avant de passer ses bras autours de sa taille. « Bonjour Lady Gueterbock. » dit-il en déposant un baiser dans son cou avant de la relâcher et de prendre sa tasse de café en la remerciant.

Il s’assit à la table de la cuisine en regardant sa toute nouvelle épouse. « Tu as bien dormi ? » lui demanda-t-il en prenant une gorgée de café. Il en profita pour rallumer son téléphone portable pour découvrir quatre appels en absence de son père qui n’avait apparemment pas apprécié le fait que William lui ait raccroché à la figure la nuit dernière. Il y avait aussi des messages de sa mère qui le rassurait en lui disant que son père allait se calmer au petit matin. Henry aussi lui avait envoyé un message pour lui dire que leur père avait beaucoup bu hier soir, d’où son énervement. William soupira en lisant les messages et en effaçant ceux de son père sans les écouter. Il retourna son téléphone face cachée. « Alors Charlotte aux fraises, qu’est-ce que tu veux faire aujourd’hui ? » lui demanda-t-il un soutire taquin aux lèvres.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/06/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Elsy
» Avatar : Emma Stone
» Âge : 32 ans
() message posté Mar 5 Juin - 2:26 par Charlotte Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, Charlotte, take you, William, for my lawful husband, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

Charlotte est occupée dans la cuisine et tandis que le café est en train de couler, elle se lance dans la préparation d'une pâte à pancakes, pour faire des petites douceurs sucrées et fluffy, en remerciant le ciel que sa mère ait jugé bon de lui faire apprendre à cuisiner, comme avec William ils n'ont pas de domestiques. Pour le moment tout du moins mais la demoiselle ne doute pas que plus tard ce sera une autre histoire et elle se demande même si le mère de son époux ne fera pas pression pour que son fils embauche, afin de tenir son rand. Elle était même un peu étonnée qu'ils aient put se passer de quelqu'un. Elle-même avait l'habitude d'avoir des domestiques autour d'elle, dans la maisonnée, à toute heure du jour. Il était légèrement déstabilisant de ne pas en avoir et dans un même temps, elle trouvait cela agréable, comme elle goûtait à la liberté de pouvoir elle-même s'occuper de ses affaires. Elle ne savait pas si cela allait durer, donc prenait le parti d'en profiter.

Toute à ses préparatifs, la jeune femme sursaute quand son mari la rejoint et vient embrasser son cou, si bien que sa louche retombe dans son saladier et elle rit légèrement comme elle l'accuse d'avoir faillit lui provoquer un arrêt cardiaque. Le laissant prendre sa tasse de café, Charlotte ne s'assoit pas encore avec lui, achevant d'abord la cuisson des pancakes, qu'elle finit par déposer au centre de la table avant de chercher de quoi les garnir, dans le réfrigérateur, qui la fait grimacer. D'autant que son époux la gratifie d'un surnom tout ce qu'il y a de plus enfantin et horrible en soit.

«- C'est meilleur aux framboises, la charlotte, monsieur ! Quoiqu'à ce qu'on dit, la Charlotte avec du chocolat c'est vraiment pas mal non plus.» suggère-t-elle avec un très léger sous-entendu, qu'elle ne devrait peut-être pas faire de ces heures, ce d'autant plus au vu de la tournure de la nuit, mais soit. «Dans un premier temps je suppose que nous devrions faire des courses, parce que nous n'avons pas anticipé... et je ne suis pas encore allé courir aujourd'hui. Peut-être ce soir, avant le dîner.»

Après tout, elle était sportive elle aussi, ou cherchait à s'entretenir en tout cas, de fait il n'était pas le seul à accorder de l'importance au footing. Cependant elle était certaine qu'il la distancerait assurément s'ils partaient tout deux dans les rues pour jogger ensemble. Sortant quelques aliments des placards, elle invite son époux à se servir, en se contentant pour a part d'une tasse de thé et s'il pose des questions, elle prétendra se sentir encore un peu barbouillé de la veille.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 31/05/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Kattissime
» Avatar : Henry Cavill
» Âge : 35 ans.
() message posté Mar 5 Juin - 17:45 par William Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, William, take you, Charlotte, for my lawful wife, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

William se mit à rire quand elle lui dit que les charlottes aux framboises et au chocolat étaient meilleures de la charlotte aux fraises. Il se servit des pancakes qui avaient juste l’air délicieux. « Je ne sais pas, il faudra goûter pour juger. » lui fit-il remarquer en lui faisant un petit sourire en coin. Il prit un bouchée de son petit déjeuner. Elle lui suggéra d’aller faire quelque courses parce qu’ils n’avaient rien à manger chez eux, ce qui n’était pas faux. Normalement, c’était les domestiques qui s’occupaient de ça. Charlotte et William avaient tous deux grandis en ayant des domestiques et des majordomes qui s’occupaient de tout pour eux : cuisine, ménage, lessive, etc. Mais William avait décidé de ne prendre personne après le mariage. A vrai dire, en revenant de l’armée, il avait perdu cette habitude d’avoir quelqu’un qui ramassait son linge sale à peine enlevé. C’était une autre raison pour laquelle il s’était embrouillé avec son père. Et ils avaient trouvés un compromis. Au lieu d’avoir des domestiques tous les jours, ils avaient décidés d’embaucher quelqu’un qui viendrait une fois par semaine, pour faire un grand ménage.

Charlotte lui dit qu’elle n’avait pas pu courir non plus, et qu’elle pensait le faire ce soir. « On pourra courir ensembles ce soir si tu veux. » lui dit-il en finissant son assiette. William savait que Charlotte courrait également le matin avant de prendre son petit déjeuner. Ils avaient le même rituel matinal. Il savait bien qu’il était beaucoup plus rapide qu’elle en course, mais ralentir n’était un un problème pour lui. Et puis cela permettrait peut être à William d’aider Charlotte à augmenter son rythme petit à petit. Il regarda sa femme en souriant, il avait été un peu déçu le matin de ne pas s’être réveillé à ses côtés. Et cette pensée le rassura énormément : il n’avait pas épousé n’importe qui. Il avait épousé la meilleure amie de son petit frère, quelqu’un qu’il connaissait depuis toujours. Ils connaissaient les défauts de l’un et de l’autre, cela ne pouvait qu’être un mariage parfait. Certes, l’amour n’était pas encore au rendez-vous, mais William y croyait.

« Pas besoin de faire les courses aujourd’hui, on commandera à manger si jamais on n’a plus rien. » Il prit l’assiette de Charlotte avant de tout charger dans le lave vaisselle. Il se sécha les mains et se tourna vers elle. « Parce que demain on part en voyage de noces. Aux îles Fidji. » William avait gardé la surprise, il avait même demandé de l’aide aux domestiques des Hadleigh, pour l’aider à acheter une valise pleine de vêtements et de produits nécessaires à leur voyage. Il avait également prévu le jet privé des Gueterbock pour y aller. Alors aujourd’hui était une journée de détente avant leur départ.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/06/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Elsy
» Avatar : Emma Stone
» Âge : 32 ans
() message posté Mer 6 Juin - 1:21 par Charlotte Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, Charlotte, take you, William, for my lawful husband, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

La jeune femme, au milieu de sa cuisine, hausse un sourcil comme l'homme répond qu'il devra essayer, goûter, pour savoir si la Charlotte au chocolat, c'est effectivement bon. Et la jeune mariée se demande une seconde s'il a fait attention au sous-entendu, à ce qu'elle a voulu insinuer, avant de supposer que non, sans quoi il n'aurait pas manqué de faire in commentaire à ce sujet, un peu moins terre à terre certainement. Et au vu des hésitations qu'il avait eut la veille, s'il avait compris les sous-entendus de son épouse il aurait peut-être protesté légèrement, ce qu'il n'avait pas fait là. Peut-être qu'elle se trompait totalement. Mais soit. Elle ne s'en préoccupe pas d'avantage et discute donc avec lui du programme de la journée. Et la question du sport est rapidement abordée comme ils courent tout les deux.

«- Si tu promet de ne pas me distancer et de faire attention à moi c'est envisageable!» répond en riant la jeune épousée. «Parce que bon je n'ai pas adopté le rythme de l'armée moi !» ne manque-t-elle pas de lui faire savoir, au cas où son compagnon aurait oublié ce détail, bien que cela l'étonnerait fortement.

Constatant l'état de leurs frigos et placard, puisqu'il demande ce qu'elle souhaite faire de la journée, le sujet des courses, bien que cela ne soit pas le plus plaisant, est rapidement abordé alors que Charlotte propose d'aller au centre commercial, une idée qui ne semble pas satisfaire William comme il parle de ne pas y aller et de commander si besoin est. Cependant cela ne règle pas le problème et le lendemain, il faudra bien se décider à faire quelques achats. Ou pas. Elle lâche un petit «oh » comme l'homme parle de leur départ le lendemain aux îles Fidji en voyage de noces. Personne ne lui a rien dit, pas même Henry et la surprise est totale pour la jeune femme. Cette dernière le gratifie d'un sourire.

«- Cachottier ! Il va falloir que j'aille chez mes parents récupérer encore quelques affaires pour les mettre dans ma valise et pouvoir faire celle-ci ! Tu comptais me le dire quand !?» demande la rouquine en souriant toujours.

Parce qu'elle ne pouvait pas partir comme ça, sans avoir préparé quoi que ce soit. Elle ne savait pas que tout les détails avaient déjà étés réglés en amont par son époux qui avait réglé pour elle la question des bagages auprès des domestiques de ses parents, qui avaient l'habitude de faire les valises de la demoiselle et de savoir, ainsi, ce qu'elle aimait avoir avec elle dans ses déplacement.

«- J'aurais l'air fine dans les îles Fidji sans mon maillot si tu ne me laisse pas me préparer, tiens !»
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 31/05/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Kattissime
» Avatar : Henry Cavill
» Âge : 35 ans.
() message posté Sam 9 Juin - 23:55 par William Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, William, take you, Charlotte, for my lawful wife, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

William lui sourit doucement en la regardant réagir au fait qu’ils allaient partir en voyage de noces. Il avait mis un petit moment à choisir la destination, il avait même demandé à son frère de lui donner un petit coup de pouce. Après tout, personne ne connaissait mieux Charlotte que Henry. Et le sourire de Charlotte lui réchauffait le coeur. William avait toujours été de nature généreux. Et faire plaisir à sa femme lui procurait une nette sensation de satisfaction. Elle lui reprocha alors de ne pas lui laisser assez te temps pour se préparer pour le voyage. William sourit doucement et haussa les épaules en s’adossant à la chaise. « Tu n’aurais peut-être pas l’air fine sans maillot, mais je ne suis pas contre. » il haussa un sourcil, sourire en coin. Il savait qu’il était en train de flirter avec elle mais après ce qu’il s’était passé la nuit dernière, terminer ce qu’ils avaient commencés était quelque chose qui lui trottait en tête. Impossible pour William de ne pas repenser à Charlotte comme elle était la nuit dernière.

« Et puis, tu pourras faire ce que tu veux, on aura le droit à un petit cabanon privé avec notre parcelle de plage privatisée. Alors que tu sois avec ou sans maillot, ça ne tient qu’à toi… » rajouta-t-il en se relevant. Il lui envoya un petit sourire et un petit regard coquin qui en disait bien long sur ce qu’il pensait. C’était l’une des habitudes qu’il avait prises en grandissant : taquiner Charlotte dès que l’occasion de présentait. Il prit son téléphone portable qu’il éteignit avant de le glisser dans un tiroir de la cuisine. Il n’avait pas l’intention d’être dérangé pendant son voyage de noces, et si quelqu’un voulait le contacter, il faudrait attendre leur retour. « Et puis ne t’en fais pas, j’ai fait les boutiques avec Henry sur les conseils de la domestique de tes parents sur les tailles à prendre. Ta valise est déjà prête. Mais n’oublie pas : si y’a des choses totalement osées, c’est ton meilleur ami qui a choisi! Je n’ai pas mis les pieds dans le rayon lingerie. » lui lança-t-il. Henry lui avait pratiquement filé un coup de pied au cul en lui disant d’aller acheter les produits cosmétiques et crèmes dont elle aurait besoin pendant qu’il allait acheter sous-vêtements et maillots de bains. Il rit doucement en se tournant vers elle.

William s’approcha d’elle et prit sa main pour la guider vers le salon où il la fit assoir dans le canapé avant de s’assoir à ses côtés. Il lui prit sa main avant de soupirer doucement. Il fallait qu’ils parlent, ce qui avait faillit arriver hier soir et qui arriverait sûrement. « Il faut qu’on en parle Charlotte… On… J’ai passé six ans à éviter le sujet, et maintenant je pense qu’on a plus vraiment le choix. » dit-il en soupirant, « Je sais que je ne suis pas ton premier choix, mais je veux que ce mariage soit un succès. Je ne veux pas que tu te sentes prisonnière dans cette union. »
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/06/2018
» Messages : 28
» Pseudo : Elsy
» Avatar : Emma Stone
» Âge : 32 ans
() message posté Lun 11 Juin - 1:59 par Charlotte Gueterbock
I pronounce YOU HUSBAND AND WIFE

 Charlotte Gueterbock William Gueterbock  


I, Charlotte, take you, William, for my lawful husband, to have and to hold from this day forward, for better, for worse, for richer, for poorer, in sickness and health, until death do us part

La jeune femme a un petit rire et adresse à son mari un sourire entendu comme ce dernier plaisante sur la potentielle absence de maillot de bain dont elle pourrait faire preuve s'il ne lui laissait pas le temps de préparer sa valise pour partir en voyage. Elle note que ça ne le dérangerait pas, d'après lui et elle se demande où est passé l'homme de la nuit dernière, qui osait dire qu'il ne devait pas faire de bêtise et était prêt à partir dans la chambre d'ami pour cela. Et elle éclate franchement quand son époux lui fait savoir qu'ils auront une plage privatisée et un cabanon coupé du monde, si bien qu'il ne tient qu'à elle d'accomplir ses dires.  Mais elle doute sérieusement de le faire cependant.

"- Vu la polémique sur Catherine de Cambridge topless en Provence il y a quelques années, parce que les paparazzis sont partout à l'affûts d'un scandale... je pense qu'il vaux mieux que l'on évite ce genre de fantaisies même si je dois bien admettre que cette idée est plus que tentante très cher... Mais je crois que ton père aurait tôt fait de nous faire la leçon et que j'en prendrais pour mon grade au passage. Et quoique je sois amie de longue date avec Henry, je pense que je vais éviter d'égratigner si stupidement mon image après de ta famille." répond donc posément la demoiselle.

Et comme elle apprend que la valise est déjà prête, la jeune femme semble soulagée avant d'afficher une mine pour le moins sceptique et figée. Ah. Sa valise a été faîte par Henry. Bien. La rouquine n'est pas rassurée en apprenant cela et elle se demande ce que son meilleur ami aura fourré dans ses bagages. Bien. Elle va peut-être emporter deux-trois affaires de sécurités tout de même, pour être sûre.

"- La question est... es-tu certain qu'il en a acheté ?" fait-elle remarquer en grimaçant légèrement.

Laissant son mari l'entraîner au salon, la jeune femme prend place dans le canapé comme il la fait s'asseoir. Et elle lève son regard vers lui comme l'homme demande à ce qu'ils parlent. De quoi au juste ? Charlotte a un peu de mal à voir où l'homme souhaite en venir, ne comprenant pas qu'il parle de leur nuit de noce et de ce qui aurait put se passer si son paternel n'avait pas appelé en cassant sérieusement l'ambiance.

"- Je ne me sens pas prisonnière William. Mais je ne vois pas exactement où tu veux en venir ?" demande la jeune femme ne le questionnant du regard.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Kensington
Aller à la page : Précédent  1, 2
» matt, lula & kina ❝ husband & wife ❞
» +18 husband and wife ... it's not always easy ft chanyeol
» 03. Is it my wife you look like that ?
» Myrlande à la présidentielle de 2011
» Un second mandat de 3 ans pour Mario Andresol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-