Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Nouveauté !
Ajout d'une ligne "absence" dans le profil, pour faciliter les choses. Toutes les infos par ici
Version #30 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 30ième version, venez découvrir toutes les nouveautés par .
Destination Vacances
C'est l'été, c'est les vacances. Il est temps de faire ses valises et de voyager un peu. Plus d'informations ici.
Skylight: Bikini Party & DJ's Set
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, laissez tomber le tee-shirt ! Ca se passe par .
Coupe du monde 2018 : demi-finale.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


You were just like me (Lucian)

avatar

» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7078
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena,Noah J. McKenzie et Amanda E. Hemsworth
() message posté Mar 12 Juin - 15:03 par Hazel J. Chase
♛You were just like me with someone disappointed in you


▼▲▼

La jeune femme avait patientée plusieurs jours. Scrutant régulièrement son portable en attentes de nouvelles. Certes, elle ne s'imaginait pas avoir un résumé en détail de chaque activité ou journée de son camarade. Toutefois, demeurait sans signe de vie aussi longtemps, n'était pas très rassurant. Même en ce qui concerné Lucian. Installée dans sa chaise de jardin, Monroe coucher à ses pieds, la britannique se demandait quoi faire. Essayait-elle de lui envoyer un énième message ? A mon avis, ça fait longtemps qu'il ne les consultes plus, commenta sa conscience. Qui sait ? Tu es peut-être sur liste noir. Elle se mordit la lèvre. L'appeler ne serait sans doute pas non plus d'une grande efficacité. Cela ne lui laissait plus qu'une seule possibilité. Après une dernière caresse à son chien, la belle brune se hâta, prenant sac à dos et équipement de moto avant de partir, direction l'appartement de son camarade. Par chance, ils habitaient le même quartier, chose à laquelle elle ne s'habituait vraisemblablement pas, se l'imaginant toujours à l'autre bout de la ville. Tout en conduisant, la britannique ce fit également la réflexion, qu'elle aurait sans doute pu y aller à pieds. Disons simplement que j'étais pressée, se fit-elle mentalement la remarque. Bref...Lorsqu'elle fut sur place, ni une, ni deux, elle ce précipita chez son ami. Elle prit à peine le temps de s'annoncer en frappant légèrement à la porte, avant de débouler tout simplement comme une furie à l'intérieur. Par chance -ou pas – il n'avait pas fermé à clé. Si la garde du corps s'attendait à peu près à tout, trouvait son compagnon tranquillement installé dans son canapé, n'était pas la première chose à laquelle elle aurait spontanément pensée. Un brin étonnée, elle ouvrit la bouche avant de la refermer. Elle resta ainsi quelques secondes dans un drôle de silence, pour annoncer : "Est-ce que tout va bien ? S ache déjà que si tu me réponds oui, tu auras des explications à me donner et...que si tu me réponds le contraire, aussi." Elle marqua une légère pause, puis reprit sans laisser le temps à Lucian de s'expliquer. "Tu aurais au moins pu répondre mes messages. Je commençais à m'inquiéter figure toi. Je neveux pas revenir sur les règles de bienséances basiques, mais tu sauras qu'on ne laisse pas ses proches dans l'ignorance la plus total, sous peine qu'ils croient à ce qu'il soit survenu un drame !" Elle se tut à nouveau et croisa les bras. "Ah et au fait, juste parce qu'avec tout ça j'ai oubliée en rentrant : Salut salut, c'est moi, est-ce que je peux entrer ? Super, merci." Essayant d'afficher la mine la plus innocente possible, elle se déchargea de son sac et de sa veste, l'air de rien, pour s'installer dans un fauteuil.


CODAGE PAR AMATIS



Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 851
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 37 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
() message posté Mer 13 Juin - 16:24 par Lucian M. Torres

You were juste like me



Il avait sans doute abusé. En même temps, à un moment, ça devait arriver. Lucian avait beau faire des efforts, il y avait toujours un moment où la maîtrise ne suffisait plus. Pourtant, depuis quelques temps, il prenait sur lui. Après sa sortie de prison, le retour à la vie normal avait été compliqué. Ce n'était pas tant la perte de repère, mais plus la tentation qui était devenue obsédante. Pendant deux longues années, Lucian avait été enfermé entre quatre murs, coupé du monde, isolé de son ancienne vie, privé de ses droits et de toute forme de liberté. Mais Lucian était un roc, il tenait toujours bon, il s'interdisait de se laisser couler comme certain. Si la rue, les gangs, la mafia ou la drogue ne l'avait pas tué, alors rien ne le pourrait. Même s'il s'imaginait mal finir sa vie tranquillement dans son lit à quatre-vingt ans. Il s'imaginait plutôt finir en beauté sur une moto, à la Jackson Monroe, façon sons of anarchy. Mais Lucian n'était pas suicidaire, loin de là. S’ôter la vie était pour lui l'acte le plus lâche qui soit. Alors hier soir, il avait dérapé. Lucian était barman mais aussi videur au Lucky Star depuis un peu plus de deux ans, un poste qu'il comptait bien conserver et dans lequel il faisait son maximum pour ne pas faire de vagues. Nate, le gérant, lui avait donné sa chance et Lucian n'avait aucune envie de le décevoir. Seulement hier soir, il avait perdu son sang froid face à un client particulièrement odieux et agressif. Et pour ponctuer la soirée, il avait largement abusé de la boisson. Lucian n'était pas spécialement un gros buveur, mais à défaut de replonger dans la drogue, il pouvait compenser par les attraits du whisky.

Du coup, quand il ouvrit les yeux vers midi, Lucian sentit sa bouche très sèche. Il en avait vu d'autres et des bien pires, alors il savait comment faire passer le tout. Il but un demi-litre d'eau fraîche et partit prendre une douche. A sa sortie, il siffla ses deux chiens pour leur balade matinale. Il scruta son téléphone, dans l'éventualité d'un appel de Nate. Lucian s'attendait à des conséquences, mais il ignorait encore lesquelles. A son retour de promenade, il s'affala sur le canapé, attrapant son téléphone. En regardant son journal d'appel, il constata qu'Hazel était en tête de liste. Il soupira. Il ne l'avait pas rappelé. Quelque part, il la fuyait, parce qu'elle était trop directe, trop franche pour lui, surtout dans un moment où elle aurait envie de le bousculer un peu. Et d'un autre côté, il savait qu'il avait besoin de ça, besoin de l'écouter, besoin qu'elle le conseille sur tout ce qui chamboulait sa vie ces derniers temps. Il était entrain de songer à tout cela quand celle-ci déboula au milieu de son salon : « Est-ce que tout va bien ? Sache déjà que si tu me réponds oui, tu auras des explications à me donner et...que si tu me réponds le contraire, aussi ». Il était plutôt surprit de la voir, surtout quand il pensait à elle quelques instants plus tôt. Il allait répondre quand elle renchérit : «Tu aurais au moins pu répondre à mes messages. Je commençais à m'inquiéter figure toi. Je ne veux pas revenir sur les règles de bienséances basiques, mais tu sauras qu'on ne laisse pas ses proches dans l'ignorance la plus total, sous peine qu'ils croient à ce qu'il soit survenu un drame ! Ah et au fait, juste parce qu'avec tout ça j'ai oubliée en rentrant : Salut salut, c'est moi, est-ce que je peux entrer ? Super, merci ». Lucian n'était pas surprit de sa réaction. C'était tout Hazel cela. Entière, rentre-dedans, qui ne perdait pas de temps en discussion inutile. Il l'aimait pour ça. Parce qu'elle lui ressemblait tellement... C'était un peu son double au féminin. Et si par moment cela lui allait très bien, dans des moments comme celui-là où Hazel venait clairement pour lui sonner les cloches, il savait d'avance que cela allait le desservir. « Tu me crois si je te dis que j'allais le faire justement ? ». Le regard lourd de sens d'Hazel lui confirma que non, elle n'en croyait pas un mot. Elle s'était installé en face de lui, dans son fauteuil favoris. Déjà, Ragnar et Rango s'étaient jeté sur elle pour recevoir des caresses. « Mais regarde, je suis en vie, je vais bien. J'te remercie de t'inquiéter pour moi », lui dit-il avec un demi sourire provocateur. Il aimait la taquiner, parce qu'il savait qu'elle avait de quoi lui répondre. Elle le toisa, trouvant sûrement sa remarque infondée. « J'aurais dû te répondre plus tôt mais... Je me suis laissé dépasser. Tu m'excuse ? », demanda-t-il avec une moue exagérée, dans le but de la voir de se dérider avant tout.

(c) black pumpkin



Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7078
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena,Noah J. McKenzie et Amanda E. Hemsworth
() message posté Lun 16 Juil - 14:38 par Hazel J. Chase
♛You were just like me with someone disappointed in you


▼▲▼

Faute d'obtenir une réponses à ses appels et messages, ou ne fut- ce que des ébauche de nouvelles, la jeune femme avait décidée de se rendre sur place. Au moins elle pourrait constater d'elle même ce qui ce passait. Et elle ne se gênerait pas pour passer un savon à son camarade une fois qu'elle aurait pu estimer l'étendue des dégâts. Elle s'attendait à beaucoup de choses, mais pas à vraiment à trouver Lucian, tranquillement vautré dans son canapé. Ah ba oui, c'est sur qu'il a l'air super occupé là...songea-t-elle aussitôt en l'apercevant. S'en suivit un spitch qu'elle débita sans tarder, avant de finalement se taire, poser son sac et s'installer dans un fauteuil. La belle brune attendait maintenant des explications.  « Tu me crois si je te dis que j'allais le faire justement ? »  Elle n'eu pas à ouvrir la bouche, son regard s'avéra suffisamment explicite. Tandis qu'elle laissait ainsi le temps à son ami de rassembler ses idées, elle commença de caresser les deux adorables chiens de celui-ci, qui déjà à ses pieds quémandaient maintes caresses.   « Mais regarde, je suis en vie, je vais bien. J'te remercie de t'inquiéter pour moi » dit-il avec un demi sourire provocateur. Ce qui occasionna de sa part une nouveau coup d'oeil peu sympathique. "J'aurais dû te répondre plus tôt mais... Je me suis laissé dépasser. Tu m'excuse ? ". Affichant une moue peu convaincue, elle secoua la tête. "Honnêtement, je ne sais pas. Je ne suis vraiment pas sur que tu le mérite." Elle marqua une vague pause et replaça une mèche de cheveux derrière son oreille. "Dépassé par quoi sincèrement ? T'as pas l'air si débordé que ça, sans vouloir chipoter."déclara-t-elle. Ce qui était parfaitement vrai.  "Et puis il y une différence entre répondre tardivement et ne pas répondre du tout. Si je n'étais pas venue, m'aurais tu vraiment rappelée avant le 32 du mois prochain ?". Elle haussa finalement les épaules. "C'est fait, c'est fait. Si tu me racontais ce qui t'as pris autant de temps" enchaîna-t-elle désireuse d'en savoir d'avantage sur la question. Délaissant pour quelques instants les chiens, elle se pencha légèrement en avant prête à tout écouter. "Aller ne me fait pas languir d'avantage, raconte moi" le relança-t-elle impatiente.

CODAGE PAR AMATIS



Ps ::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 851
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 37 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
() message posté Hier à 10:42 par Lucian M. Torres

You were juste like me



Lucian n'avait pas trop l'habitude qu'on se souci de lui. Il s'était construit tout seul, il avait toujours taillé son chemin sans contrainte ni attache. C'était à croire qu'il n'avait pas eu de famille... Sauf qu'il avait eut une mère, une mère aimante et dévouée, que Lucian avait choisi de décevoir. Gloria lui avait pourtant donné tout l'amour qu'il fallait, mais elle n'était pas assez forte pour retenir son petit garçon et l’empêcher de se mettre dans des histoires qui le dépassaient. C'est comme ça qu'il avait trahi la première personne qui s'était soucié de lui. Il avait mit des années pour rencontrer la seconde, celle qui deviendrait sa fiancée puis qui disparaîtrait de sa vie après qu'il est, encore, tout fait foirer. Et la troisième personne se tenait devant lui à présent, ses grand yeux noisette rivés sur lui, attendant qu'il daigne se montrer un tant soit peu reconnaissant. Reconnaissant de ne pas l'avoir laissé tomber, elle aussi, sans doute. Parce que Lucian savait s'entourer des pires personnes qui soit, il avait un don pour les mauvaises fréquentations, mais aussi, heureusement, des meilleurs femmes du monde. Si dans le lot il y avait quelques minettes qu'il s'était contenté de baiser avant de les mettre dehors, il y avait aussi des femmes comme Hazel qui faisaient toute la différence. Une femme qui n'hésitait pas à venir le secouer au fond de son appartement et à darder sur lui son regard furibond. Un regard qui l'amusait autant qu'il le craignait, même s'il ne lui avouerait jamais. « Honnêtement, je ne sais pas. Je ne suis vraiment pas sur que tu le mérite ». Sans doute pas, non. Il y avait peu de chose que Lucian méritait honnêtement. Après des années à semer la pagaille partout où il passait, il ne s'attendait pas à récolter des lauriers. Mais il savait qu'Hazel ne lui en voudrait pas longtemps, une chance pour lui, même s'il ignorait toujours pourquoi elle finissait par lui pardonner. « Dépassé par quoi sincèrement ? T'as pas l'air si débordé que ça, sans vouloir chipoter ». Elle avait prit place dans son fauteuil, très à l'aise pour quelqu'un qui s'était invité sans le moindre scrupule. Mais il l'aimait pour ça aussi. Et pour toutes ces fois où elle était resté près de lui alors que tout le monde lui tournait le dos. Il souria à sa remarque. « C'est parce que tu n'as aucune imagination ». Moqueur, il avait envie de la taquiner, juste pour lui faire « payer » sa visite impromptue, même s'il y avait de forte chance qu'elle s'en moque totalement.

« Et puis il y une différence entre répondre tardivement et ne pas répondre du tout. Si je n'étais pas venue, m'aurais tu vraiment rappelée avant le 32 du mois prochain ? ». Nouvelle question piège. Décidément, Hazel savait y faire pour provoquer le remord en lui. Enfin Lucian ne l'était pas totalement cela dit, simplement il savait qu'il devait entendre sa remarque. Elle avait raison, il avait traîné, il avait remit au lendemain sa réponse parce qu'il ignorait quoi lui dire. Ou plutôt comment. « Oui j'aurais fini par le faire... Quand j'aurais rien trouvé de mieux pour occuper mon temps ». Nouvelle pique ajouté d'un large sourire. Il cherchait simplement à gagner du temps, mais Hazel n'était pas dupe. Elle le connaissait bien. « C'est fait, c'est fait. Si tu me racontais ce qui t'as pris autant de temps. Aller ne me fait pas languir d'avantage, raconte moi ». Il n'avait plus d’échappatoire, plus moyen de reculer. En un sens, cela lui permettait de se livrer, de balancer à quelqu'un tout ce qu'il avait apprit ces derniers temps. Mais Hazel n'était pas n'importe qui. Elle était sa meilleure amie, une femme qui comptait, qui ne se contenterait pas de hocher la tête avant de repartir. « Je t'avais dis que j'avais revu Lexie... », commença-t-il. Qu'il était tombé sur elle par hasard serait un terme plus approprié. Rencontré dans un parc, trois ans après sa sortie de prison, cinq ans sans nouvelles d'elle. Après avoir été arrêté, Lexie n'avait plus donné signe de vie. Son arrestation avait signé la fin de leur histoire, briser leur futur mariage. Lucian sentit le regard d'Hazel se poser sur lui. Il s'enfonça un peu plus dans le canapé, croisant ses bras derrière sa tête. « Et bien elle est maman, une petite fille de presque 6 ans... », continua-t-il. Il ne savait pas si Hazel avait déjà fait le calcul dans sa tête ou si elle appréhendait la suite. En tout cas, maintenant que Lucian était lancé, il préférait enchaîner. « En fait c'est ma gosse aussi. Lexie était enceinte quand je me suis fait arrêter ». Au moins c'était dit, la bombe était lâché. Il avait eut quelques temps pour réfléchir à tout ça mais il ne savait pas comment Hazel allait digérer l'information, aussi il se contenta d'attendre qu'elle parle.

(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: South London :: Brixton
» Lucian Helsing, le premier Lycan
» [Presentation] Hajimemashte watashi wa Lucian desu
» On s'est déjà vu? (Lucian)
» Lucian Merowech
» Lucian Guerrier Divin du Loup Garou [ok]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-