Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #31 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est arrivée à Londres, c'est le moment de montrer votre amour pour le cacao. Rendez-vous par ici.
Le mois des défis !
Si vous êtes joueurs, c'est le moment où jamais de venir nous le montrer. Toutes les informations se trouvent par .
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
les petites annonces
semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
pâtisserie à la recherche d'un vendeur roman warwick cherche un(e) vendeur(se) pour sa pâtisserie sur oxford street, expérience demandée.
ton annonce ici ? c'est facile, il te suffit d'en faire la demande en envoyant un mp à un membre du staff.


show others there are good people in the world (w/edward).

avatar
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 5947
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja (a. arjona), nova (c. kimberly) & irsa (s. shaik).
() message posté Sam 16 Juin 2018 - 19:31 par Lola Barnett

≈ ≈ ≈
{show others there are good people in the world}
✰ w/edward o'sullivan
Le temps s’écoulait trop lentement aux yeux de Lola. Depuis une bonne dizaine de minutes, elle ne cessait de faire taper son crayon sur la surface dure du comptoir. Tous ses devoirs étaient terminés et il restait encore une demi-heure à sa journée au cinéma. Même si l’après-midi était entamé depuis trois bonnes heures et demi, Lola aurait encore le plaisir de profiter du beau temps à l’extérieur, travailler un peu sur son bronzage, elle qui était blanche comme la neige. Il fallait toujours en profiter lorsque le temps le permettait et avant que le mauvais temps se réinstalle à Londres. Après cinq bonnes minutes à tourner en rond derrière le comptoir, Lola entendit – enfin – des voix lui parvenir jusqu’aux oreilles. Des clients. Même si, au fond, Lola savait que cette compagnie resterait quelques minutes seulement, c’était mieux que d’être complètement seule. Elle en avait un peu marre d’être seule, Lola. Elle voulait être entouré de gens, mais la moitié de son entourage était occupé ou alors, Lola refusait la compagnie de l’autre moitié. La plupart des gens, Lola ne se sentait pas en mesure de leur expliquer ce qui la tracassait, ne leur faisant pas suffisamment confiance pour exprimer ses sentiments ou bien elle n’avait pas la motivation de résumer son histoire avec Alexander. D’ailleurs, elle préférait largement ne pas avoir à faire ce résumé à ces gens qui connaissaient son frère, Levi. Elle ne voulait pas qu’il soit au courant, lui qui était ami avec Alexander. Il n’y avait qu’une personne qui pourrait comprendre et c’était Edward. Ce qui lui donna l’idée d’aller le déranger sur son lieu de travail au musée. Elle espérait juste qu’il y soit aujourd’hui sinon Lola serait déçue d’avoir fait le détour pour rien et ce, même si c’était sur son chemin du retour. Edward comprenait et la conseillait toujours judicieusement, un peu comme ce grand-frère qui, en ce moment, manquait dans sa vie. Toujours cinq minutes plus tard, les clients se dirigeaient vers la salle de cinéma et Lola se retrouvait encore seule. Constatant que sa journée se terminait bientôt, elle commença à nettoyer derrière elle pour la prochaine personne. Ça passait le temps jusqu’à ce que les aiguilles affichent seize heures signifiant la fin de sa journée à Leicester Square. Elle salua la personne très vite avant de changer son uniforme pour une tenue plus civilisé et Lola passait les portes du cinéma. Lunettes de soleil sur le bout de son nez, ses pas la guidèrent jusqu’au métro afin de rejoindre Bloomsbury. Dans ces souvenirs, c’était là que se trouvait le British Museum et c’était là qu’Edward bossait. Elle trouvait intéressant son métier et sa chance de contempler des œuvres d’art à longueur de journée. Dans une autre vie, peut-être que ça aurait intéressé Lola d’étudier dans ce domaine, mais dans cette vie le droit l’intéressait bien plus. C’était sa destinée. Son chemin était déjà tracé depuis plusieurs années. Elle désirait étudier le droit pour devenir une avocate féroce et défendre les enfants qui n’étaient pas en mesure de se défendre. Elle ne voulait pas qu’ils passent parce qu’elle était passée, plus jeune. Les enfants étaient tellement innocents et ils ne méritaient pas de voir des horreurs parce que la vie était suffisamment horrible. Lorsqu’elle pénétra à l’intérieur du bâtiment, Lola retira ses lunettes de soleil et commença à s’avancer jusqu’à trouver une personne qui travaillait ici et à celle-ci, Lola demanda si Edward était ici. La réponse était affirmative et après avoir pris les indications, Lola se dirigea vers la pièce où elle pourrait trouver Edward, après s’être fait passer pour sa sœur parce que sinon, on lui aurait dit faire marche arrière. « Salut frérôt ! Si on te pose des questions, je suis ta sœur. » Lâcha Lola en lui souriant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 09/03/2018
» Messages : 73
» Pseudo : Chewie.
» Avatar : Chris Pine
» Âge : 36 ans
() message posté Dim 8 Juil 2018 - 16:08 par Edward O'Sullivan
Show others there are good people in the world
Lola & Edward

   
Lorsqu'Edward était plongé dans son travail, il lui arrivait de ne pas voir le temps passer. Quitte parfois à se retrouver presque seul dans les ateliers du musée à des heures avancées de la soirée. Lorsqu'il se lançait dans la restauration d'une œuvre, le jeune homme avait tendance à s'enfermer dans une sorte de bulle au travers de laquelle aucune perturbation ne pouvait filtrer. En effet, il se devait de mettre toute sa concentration au service de sa mission, et ce pour travailler avec la plus grande minutie. Edward avait régulièrement des œuvres d'exception entre les mains et dans ces conditions, il n'avait évidemment pas le droit à l'erreur. Centimètre après centimètre, il redonnait vie à une multitude de tableaux ou autres sculptures que des mains expertes avaient façonnées parfois plusieurs siècles auparavant, et c'était un des éléments qui le passionnait le plus dans son métier. Ce lien au passé et aux grands maîtres qu'il avait tant admirés étant enfant, et dont il pouvait aujourd'hui poursuivre le travail à sa petite échelle. Pour rien au monde Edward n'aurait laissé sa place de restaurateur au musée, et il se prenait parfois à craindre que son passé ne finisse par le rattraper. En effet, il était clair que si sa hiérarchie venait à apprendre dans quelles affaires il avait trempé lorsqu'il travaillait en Italie, il y avait fort à parier que ses heures au sein du British Museum seraient alors comptées. Le jeune homme avait toujours su que le fait de prendre part au trafic initié par sa belle-famille était une erreur, mais l'appât du gain avait toujours été le plus fort. Au-delà même de la passion qu'il entretenait pour l'art, les sommes qu'on lui avait laissé miroiter avaient suffi à avoir raison de sa volonté et à le faire flancher. Et même si pour l'heure ces histoires appartenaient au passé, Edward redoutait toujours le moment où celles-ci remonteraient à la surface. Et curieusement, dans ces instants, il pensait aussi à Helga et à la réaction qu'elle pourrait avoir en apprenant qu'il n'était pas exactement l'homme qu'elle connaissait. A vrai dire, il craignait de la décevoir et plus largement, de décevoir l'ensemble de ses proches qui l'avaient toujours imaginé en jeune homme droit et loyal... bien loin des travers dans lesquels il s'était laissé emporté en Italie.

Mais en cette fin d'après-midi, Edward était bien loin de se tracasser avec tous ses vieux démons, et planchait depuis de nombreuses heures sur un tableau qui lui donner du fil à retordre. Si bien que, tout absorbé qu'il était par sa tâche, il ne remarqua pas le bruit du pas léger qui se rapprochait de l'atelier dans lequel il était installé. Et lorsque la voix enjouée de Lila se mit à retentir dans la pièce, Ed du réprimer un sursaut qui aurait pu réduire à néant sa dernière heure de travail d'un coup de pinceau malheureux. La jeune femme se tenait là, dans l'encadrement de la porte, et c'était bien la première fois que le restaurateur la voyait ici. « Lola ? » s'exclama-t-il machinalement alors qu'il posait ses ustensiles et s'éloignait de son chevalet pour ne pas risquer de catastrophes. Essuyant rapidement ses mains barbouillées de différentes teintes de peinture, Edward se redressa finalement pour se diriger vers Lola tout en questionnant avec une pointe d'inquiétude dans la voix : « Qu'est-ce que tu fais ici ? » Puis, une fois arrivé à sa hauteur, il la gratifia d'une étreinte à la fois amicale et bienveillante comme il avait l'habitude de le faire en sa présence. Mais alors qu'il repensait à la manière dont elle s'était annoncée, un petit sourire étira les lèvres du jeune homme qui reprit d'un air amusé : « Tu veux dire que... c'est ce que tu as fait croire à tous ceux que tu as croisé avant d'arriver là ? » Sans pouvoir s'en empêcher, il laissa échapper un petit éclat de rire et tout en secouant la tête, ajouta : « Génial, je vais devoir répondre à un million de questions dès demain matin... », conscient que la venue d'une si jolie jeune femme qui prétendait être sa sœur alimenterait les bruits de couloir pendant quelques temps. Mais Edward reprit finalement son sérieux en posant la questionnant qui le taraudait depuis l'arrivée de Lola : « Tout va bien ? »

   
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 5947
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja (a. arjona), nova (c. kimberly) & irsa (s. shaik).
() message posté Mer 18 Juil 2018 - 0:25 par Lola Barnett

≈ ≈ ≈
{show others there are good people in the world}
✰ w/edward o'sullivan
En ce moment, Lola avait l’impression d’être en terrain inconnu. Dès ses premiers pas dans le bâtiment, la jeune femme avait eu l’impression d’être transporter dans un autre univers. Comme si elle visitait des époques différentes à chacun de ses pas. « Lola ? » En guise de réponse, Lola lui offrit un sourire sincère. Eh oui, c’était bien elle, en chair et en os sur son lieu de travail. Bien sûr, Lola n’était pas surprise de le voir aussi surpris qu’il l’était puisqu’habituellement ils se rencontraient dans des endroits plus réguliers comme un café ou même un parc. Pas cette fois. Aujourd’hui, sur une idée un peu folle, Lola avait décidé de prendre le chemin qui la mènerait jusqu’au lieu de travail d’Edward, peut-être avec un peu de curiosité aussi. Elle voulait savoir comment était son lieu de travail et aussi regarder un peu les œuvres du musée. « C’est bien moi. L’unique Lola de ta vie. » Finit-elle par répondre en lui souriant toujours et s’avançant un peu plus dans la pièce, toujours avec curiosité. Lola n’osait pas trop s’avancer de peur de faire un mauvais pas et briser quelque chose qui valait une fortune et ce, même si Lola n’était pas une personne maladroite. « Qu’est-ce que tu fais ici ? » Ses oreilles avaient captés l’inquiétude dans sa voix et comme toujours, son cœur s’était légèrement réchauffé. Edward était bien l’une des rares personnes qui s’inquiétait toujours d’elle. Ce qui avait fait davantage réchauffer son cœur était l’étreinte qui avait suivi. Une étreinte comme un grand-frère devrait le faire parce que c’était ce qu’Edward était après tout. « Rien de spécial. Je passais dans le coin et je me suis dit que je viendrais te déranger. » Est-ce que c’était partiellement un mensonge ou la vérité ? Il n’y avait que Lola qui savait. Après tout, Lola avait fait un détour de son chemin habituel jusqu’à la maison dans le simple but de parler avec Edward parce qu’il était peut-être l’unique constante qu’elle avait dans sa vie, en ce moment. Alors, elle désirait le conserver plus que tout auprès d’elle. Lola savait que peu importe l’événement de sa vie ou l’émotion qu’elle ressentait, elle pourrait toujours compter sur Edward. Edward et les conseils qu’il lui donnait. Tout comme il devait se douter qu’elle serait toujours présente. Ils avaient tous les deux des démons, des moments de leurs vies dont ils ne désiraient pas partager ou exprimer à voix haute. Pour sa part, c’était la nuit du 11 novembre 2011, une nuit dont elle n’était pas certaine, un jour, partager avec lui. Un jour, peut-être. Il n’y avait que trois personnes au courant de cet événement : sa mère, son frère et Maxime. « Tu veux dire que… c’est ce que tu as fait croire à tous ceux que tu as croisé avant d’arriver là ? » Croisant ses bras sous sa poitrine, elle hocha la tête affirmativement. « Ce n’est que deux-trois personnes, mais ouais c’est bien l’excuse que j’ai donné. C’était plus facile. » D’une certaine manière, il était son grand-frère. Pas de sang, mais de cœur. « Génial, je vais devoir répondre à un million de questions dès demain matin… » Sur le coup, Lola n’avait pas pensé à ce que Edward allait devoir endurer le lendemain de son mensonge parce que dans sa tête cela semblait être une bonne idée. Non, la meilleure idée. Elle n’avait pas envie qu’on lui demande la raison pour laquelle elle devait absolument voir Edward si elle ne faisait pas partie de sa famille. « Je suis désolée si je t’ai rendu la vie un peu plus difficile. Ce n’était pas mon intention, Edward, je t’assure. Je voulais prendre le chemin facile en disant un petit mensonge. Au pire, tu leur diras le vérité ou alors que je suis ta sœur que tu vois une fois par année. » Au final, ça restait la décision d’Edward. Tout ce qu’elle retenait était que la prochaine fois, elle allait lui envoyer un message texte ou l’appeler. « Tout va bien ? » Voilà, elle retrouvait un Edward sérieux. Un Edward qui s’inquiétait de son bien-être à la première seconde. « Oui, oui tout va bien. J’avais simplement envie de te voir et savoir si tu voulais passer la soirée avec moi. Je savais à peu près à quelle heure tu terminais et j’me suis dit que papy Eddy méritait ma compagnie. » Lola rigolait souvent lorsqu’elle décidait de l’appeler papy Eddy dans le but de l’entendre rire ou détendre le sérieux dont il faisait preuve en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 09/03/2018
» Messages : 73
» Pseudo : Chewie.
» Avatar : Chris Pine
» Âge : 36 ans
() message posté Jeu 26 Juil 2018 - 16:33 par Edward O'Sullivan
Show others there are good people in the world
Lola & Edward

   
La vision de Lola au beau milieu de son lieu de travail avait quelque chose d'inédit pour Edward, et même s'il se réjouissait de la voir le jeune homme ne pouvait empêcher une pointe d'inquiétude de s'emparer de lui. Au fond de lui, une petite voix ne cessait de lui souffler qu'elle avait forcément des raisons d'être ici, et que cette visite de courtoisie n'était justement pas due au hasard. Peut-être était-il alarmiste pour rien mais d'aussi loin qu'il se souvienne, Edward avait toujours agi de la sorte en compagnie de Lola. En effet, il s'était tout de suite prit d'affection pour la jeune femme et l'avait immédiatement prise sous son aile, comme un frère aîné pourrait le faire avec sa petite sœur. Depuis qu'il la connaissait, elle avait toujours tenu une place bien particulière parmi ses amis et elle ne manqua d'ailleurs pas de le lui rappeler en indiquant à juste titre qu'elle était "l'unique Lola de sa vie". Amusé par cette réflexion,   le restaurateur afficha un sourire sincère, avant de chercher tout de même à en savoir plus sur les raisons de sa présence ici. Et quelle ne fut pas sa surprise lorsque Lola lui dévoila à demi-mot le stratagème dont elle avait usé pour arriver jusqu'à lui. Une nouvelle fois, le jeune homme ne put s'empêcher de rire face au coup de génie de son amie qui lui vaudrait pourtant une tonne de question dès le lendemain, il en était persuadé. Et comme l'observait Lola, deux solutions s'offriraient à lui : avouer la vérité à ses collègues pour couper court à toutes leurs conversations, ou suivre le mensonge de la jeune femme et prétendre qu'il s'agissait bel et bien de sa sœur. Dans les deux cas, il était à peu près certain que nombre de ses collègues le chambreraient en sous-entendant que la relation qu'il entretenait avec Lola était toute autre... ce qui le conforta dans l'idée de poursuivre le mensonge. Si tout le monde pensait qu'il s'agissait d'une membre de sa famille, l'idée de les voir ensemble ne germerait pas et les pires rumeurs seraient ainsi étouffées dans l'œuf. Peut-être son esprit inventif s'emballait-il une fois de plus, mais Edward savait que ce genre de choses allait extrêmement vite dans un cadre professionnel, comme Helga avait pu en témoigner au moment où elle avait commencé à se confier à lui. Même si la bonne entente régnait entre Ed et ses collègues, il savait bien qu'il suffirait d'un rien pour que la cohabitation devienne pénible.

Quoi qu'il en soit, le jeune homme se reconcentra rapidement sur son sujet d'inquiétude premier, à savoir : la présence de Lola à l'atelier. Mais la jeune femme sut bien vite le désarmer en usant d'un qualificatif qu'elle adorait... et qu'Edward détestait. Du moins, c'était ce qu'il laissait paraître lorsqu'elle se prenait à l'appeler Papy Eddy. Une grimace prit d'ailleurs place sur son visage dès l'instant où il entendit ce surnom ridicule et comme un réflexe de vengeance, il vint ébouriffer la crinière de son interlocutrice qu'importe le temps qu'elle avait bien pu passer à se coiffer. « Chut ! Ne dis pas ça trop fort, on pourrait t'entendre ici ! » chuchota-t-il comme s'il s'agissait là d'un secret d'Etat. « Et visiblement, tu en as déjà assez dit... » ajouta Edward en adressant à Lola un regard complice, en référence à ce mensonge qu'il devrait désormais cultiver auprès du personnel du musée. « A part ça... bien sûr que j'accepte de passer la soirée avec toi ! J'ai juste quelque chose à finir mais... viens, je vais te montrer ! » reprit-il finalement, conscient que même si la tentation de partir dès maintenant était grande, il ne pouvait pas laisser son travail en plan. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il se mit alors en tête d'en profiter pour faire découvrir son travail Lola. Après tout elle était ici, dans cet atelier, et l'occasion ne se représenterait peut-être pas de si tôt. Et puis, tout attentif qu'il était à l'égard de ceux qui l'entouraient, Edward avait bien remarqué la curiosité qui brillait dans le regard de Lola lorsqu'elle était entrée dans la pièce. Et même s'il ne faisait pas d'elle une grande passionnée d'art comme lui, il tenait au moins à lui faire partager quelques bribes de son métier. Sans tarder, il lui installa donc un tabouret près du sien et s'installa à la place où elle l'avait trouvé, pour reprendre son travail en lui en expliquant les moindres détails. Cela ne dura que quelques dizaines de minutes, mais elles suffirent à Edward pour terminer ce qu'il avait entrepris et pour nettoyer et ranger son matériel en vue de reprendre sa restauration là où il l'avait laissée dès le lendemain.

Rapidement, Edward s'était éclipsé pour se changer et ce fut donc avec un haut exempt de toute trace de peinture qu'il refit son apparition dans l'atelier et retrouva Lola. « Alors, qu'est-ce que tu as prévu pour ce soir ? On va boire un verre dehors ou tu préfères rentrer ? » s'enquit-il immédiatement, impatient de connaître le programme de cette soirée passée ensemble. Mais alors qu'il faisait volte-face pour prendre la direction de la sortie, il aperçut un de ses collègues dans l'encadrement de la porte, visiblement prêt à le saluer avant de rentrer chez lui mais un peu interloqué par la présence d'une femme aux côtés d'Edward. « Salut Pete ! J'te présente Lola, ma... sœur. » lança le restaurateur en jouant la comédie du mieux qu'il le pouvait, sans savoir si son collègue n'y avait vu que du feu ou pas. Quoi qu'il en soit, ce dernier salua Lola et prit rapidement congés du duo, laissant la liberté à Edward de grimacer en se retournant vers la jeune femme. « On a été crédibles là ? » murmura-t-il, peu convaincu par leur prestation commune.

 
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she has the moon in her mindthat’s why stars spill off her lips.
she has the moon in her mind
that’s why stars spill off her lips.

» Date d'inscription : 08/05/2016
» Messages : 5947
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : alycia debnam-carey.
» Âge : 23yo, (07.05).
» Schizophrénie : rioja (a. arjona), nova (c. kimberly) & irsa (s. shaik).
() message posté Mer 8 Aoû 2018 - 17:46 par Lola Barnett

≈ ≈ ≈
{show others there are good people in the world}
✰ w/edward o'sullivan
Ce n’était pas dans les habitudes de Lola de s’inviter quelque part où elle n’avait pas reçu une invitation. Pourtant, ce soir, elle l’avait fait. Doucement, Lola s’était imposée dans la soirée d’Edward après s’être laissé emporter par toutes les œuvres d’arts que le musée regorgeait et ce, tout le long du trajet. Certes, Lola avait frayé un chemin avec un simple petit mensonge afin que les gens ne s’imaginent pas des choses farfelues et peut-être qu’au fond, elle n’avait pas complètement pensé aux conséquences. Les conséquences auxquelles Edward allait devoir gérer demain et dans les prochains jours si la mémoire des gens étaient bonnes. De toute façon, ce n’était pas comme si c’était un gros mensonge puisqu’elle le considérait comme un grand-frère protecteur qui veillait sur elle. Tout en se permettant de l’appeler Papy Eddy. Le seul surnom qu’il ne semblait pas apprécier, mais qui ne semblait pas le déranger plus qu’il le fallait. Et Lola le connaissait assez bien pour savoir qu’il lui dirait s’il en avait marre de l’entendre le surnommer ainsi. « Chut ! Ne dis pas ça trop fort, on pourrait t’entendre ici ! » Les traits de son visage s’étaient serrés après qu’il ait ébouriffer sa chevelure, défaisant ainsi sa coupe de cheveux. Tout en lui jetant un regard complice et lui tirant la langue, les mains de Lola allèrent remettre en place ses cheveux qui étaient dans tous les sens. « Et visiblement, tu en as déjà assez dit… » Elle haussa les épaules, fière de ce petit mensonge. Edward allait survivre à ce petit mensonge de rien du tout, Lola en était certaine. « Tu sais, si tu veux que je passe pour ta copine et toi mon sugar daddy, ça ne me dérange pas. Là, tu auras bien plus de questions. » Répondit-elle, hilare. Évidemment, elle se moquait un peu de lui. « A part ça… Bien sûr que j’accepte de passer la soirée avec toi ! J’ai juste quelque chose à finir mais… viens, je vais te montrer ! » Le regard de Lola s’était illuminé lorsque son cerveau avait compris qu’elle était en droit de le regarder restaurer une œuvre. Sans se faire prier, Lola s’était doucement assise sur le tabouret qu’Edward avait mis près de lui où elle regardait le moindre mouvement et écoutait attentivement tout ce qu’il lui expliquait. La durée de ce petit cours n’avait pas plu à Lola puisqu’elle avait toujours aimé apprendre de nouvelles choses et elle n’osait pas demander si, un jour, il pourrait lui en montrer davantage. Elle n’avait pas ce courage ce soir. Un jour, peut-être. « Alors, qu’est-ce que tu as prévu pour ce soir ? On va boire un verre dehors ou tu préfères rentrer ? » Lola se retournait afin de lui faire face, lui souriant. « Je vais t’avouer un petit secret… » De sa main, elle l’invitait à se rapprocher comme si c’était le plus gros secret du monde. « Je n’ai de prévu alors on peut marcher, la température n’est pas aussi terrible. » Ajoutait-elle en ricanant avant qu’elle ne l’imite en faisant volte-face afin de quitter le musée, sursautant en voyant une autre personne. « Salut Pete ! J’te présente Lola, ma… sœur. » Sa main saluait Pete tout en lui souriant. « On a été crédibles là ? » Ils marchaient en direction de la sortie et Lola faisait semblant de réfléchir à la question. « La petite hésitation fait douter, mais sinon je te donne B- pour l’effort. » Répondit Lola toujours en rigolant. « Tu as faim ? J’ai faim, allons manger quelque chose. » Sa barre tendre de cet après-midi se trouvait très loin dans son estomac.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 09/03/2018
» Messages : 73
» Pseudo : Chewie.
» Avatar : Chris Pine
» Âge : 36 ans
() message posté Ven 17 Aoû 2018 - 11:46 par Edward O'Sullivan
Show others there are good people in the world
Lola & Edward

   
A partir d'aujourd'hui, Edward n'aurait donc d'autre choix que de prétendre avoir une petite sœur en la personne de Lola ce qui, en soit, l'amusait bien plus qu'autre chose. Et puis il fallait bien dire qu'en réalité, le fait d'avoir une petite sœur comme elle lui aurait certainement beaucoup plus. Le comportement de grand frère protecteur qu'il adoptait avec elle depuis qu'il la connaissait était d'ailleurs bien là pour en témoigner. Mais ce que le jeune homme redoutait en connaissant la facilité avec laquelle ses collègues allaient parler dans son dos, c'était qu'ils colportent des rumeurs toutes autres. Et Lola sembla l'avoir bien compris puisqu'elle ironisa en assurant que le fait de passer pour sa copine ne la dérangeait pas. Levant les yeux au ciel en riant, Edward s'empressa de secouer la tête en lançant :  « Tu veux vraiment que j'ai des ennuis ? » A vrai dire, la situation n'aurait pas été si dérangeante en soi, mais s'il pouvait éviter les messes basses et les petits rires étouffés des filles de l'accueil, Edward ne s'en porterait pas plus mal. Sans parler de l'hypothèse qu'Helga le croit en couple, ce qui était tout bonnement inconcevable pour lui. « Mais je suis certain que ton passage ici va faire jaser... je te raconterai ! » conclut le jeune homme avec un certain amusement, se trouvant finalement assez curieux d'observer la réaction de chacun dès le lendemain matin.

Lola lui proposa d'aller se balader un peu dans les rues de la ville, ce qui enthousiasma Edward qui dut néanmoins différer leur départ de quelques minutes.  En effet, un de ses collègues se présenta devant eux et le restaurateur eut immédiatement l'occasion de tester ses qualités de comédien pour justifier de la présence de Lola à ses côtés. Le collègue en question ne sembla pas relever quoi que ce soit mais lorsqu'Edward interrogea la jeune femme sur sa prestation, elle ne le gratifia que d'une piètre appréciation. « B- ? C'est tout ?! » s'offusqua faussement Edward avait de hausser les épaules et de reprendre leur chemin vers l'extérieur après avoir éteint et fermé les pièces qui se trouvaient sur leur passage. Mais à peine furent-ils sortis du musée que déjà, la jeune femme proposa d'aller s'attabler pour manger quelque chose. Et à vrai dire, Edward accueillit cette proposition avec bonheur, lui dont le ventre gargouillait déjà depuis un moment mais qui n'avait pas trouvé le temps de faire une pause pour grignoter quelque chose. « Je meurs de faim ! » s'exclama-t-il, avant de désigner une rue toute proche d'un geste du bras. « Il y a un café sympa par là-bas, ils font des pâtisseries délicieuses. Je t'emmène. » Une de ses collègues de travail lui avait fait découvrir cet endroit et depuis, il n'était pas rare de le voir faire un petit détour en sortant du boulot pour décompresser un peu devant un café... le plus souvent accompagné d'un énorme muffin. Et si Lola ne connaissait pas encore cet établissement, il fallait à tout prix qu'elle le découvre. Edward était sûr de lui sur ce point : elle ne pouvait que l'adorer. Et peut-être que cette découverte leur ferait une raison supplémentaire de se voir un peu plus souvent pour passer leurs fins de journées respectives ensemble comme ils le faisaient aujourd'hui. Evoluant d'un pas lent pour se diriger vers la rue en question tout en profitant de l'air frais de cette fin d'après-midi, le jeune homme ne tarda pas à reprendre la parole. « Alors comme ça tu avais juste envie de me voir et de passer la soirée avec moi... » fit-il d'un ton détaché, avant d'enchainer rapidement : « C'est vrai ce mensonge ? » Aussi détaché soit-il, Edward n'en oubliait pas l'intuition qu'il avait eue en voyant Lola débouler au musée quelques dizaines de minutes plus tôt. Il aurait évidemment préféré  qu'elle dise vrai et qu'il ne s'agisse que d'une simple visite de courtoisie, mais le restaurateur avait l'intime conviction qu'il ne s'agissait pas de cela. Il se doutait qu'il y avait autre chose, et était bien décidé à percer ce mystère le plus rapidement possible pour en avoir le cœur net, mais aussi pour éviter à Lola de repousser l'échéance si elle avait effectivement besoin de se confier sur quoi que ce soit.

 
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: British Museum
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-