Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


(FB) A mortal bet

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1453
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Mar 19 Juin - 15:27 par Frank Turner
A mortal bet
ft Hazel J. Chase


Londres, 2014

Assit dans ce vieux fauteuil en cuir marron qu'il affectionnait tant, Frank Turner, observait le soleil qui commençait à prendre ses quartiers dans le vaste horizon. Les rideaux ouverts, le salon se voyait à présent pourvu de nouvelles couleurs chaudes se juxtaposant sur le blanc nacré des murs. Tout semblait calme, trop pour que cela paraisse naturel. À cette heure, il était d'usage que Megane, l'épouse de Frank dévale les escaliers avec son peignoir et se rue vers la cuisine pour enclencher la cafetière et parfumer les lieux de cette odeur particulière et rassurante pour les deux adultes qui vivaient sous ce toit. Par réflexe, Frank posa son regard sur l'escalier et ne put que constater sans surprise, l'absence de sa femme. Une absence qu'il était pour l'heure, incapable d'appréhender comme étant définitif. D'ailleurs, les traits creusés sous son regard d'ordinaire si vif et pétillants, laissaient entrevoir une courte nuit, certainement le résultat de cette cogitation elle-même engendrée par le départ précipité de Megane et Samuel que Frank continuait à appeler Bowie malgré leur accord.

Le flic posa alors son regard sur la table basse qui se trouvait à ses côtés, il saisit alors le petit cadre qu'il avait retourné et posa son regard sur le doux sourire de Megane qui tenait entre ses bras le petit Samuel, tandis que Frank prenait le cliché non sans difficulté. Puis le Frank du présent attrapa son portable pour y scruter l'arrivée d'un éventuel sms. Mais rien, toujours rien, la dispute de la veille semblait trop fraîche dans les mémoires pour entrevoir le moindre pardon. Poussant un long soupire, le flic reposa le cadre près de la bouteille de Whisky quasiment vide et accessoirement son seul remède contre les maux qui entachaient sa vie depuis quelques jours. Pourtant, il y a peu, tout allé si bien, l'inspecteur récompensé pour son travail et son investissement venait d'être promu à la tête de cette jeune unité de la police londonienne. Une promotion qui ne pouvait que rendre fiers son oncle, mais plus encore sa mère. Mais voyez-vous tout n'est que futilité lorsque la Mort décide de vous approcher d'un peu trop prêt. Et c'est ainsi que peu après la promotion, le malheur posa ses valises dans la vie du Capitaine Turner en offrant le cancer à Jude, sa mère. Ils pensaient avoir affronté le pire en fuyant San Francisco pour échapper aux coups à répétition de Victor Turner, malheureusement pour Jude et ses fils le pire restait à venir. La promotion de Frank avait donc été éclipsée par cette bien triste nouvelle. À l'époque, Jude gardait espoir, Frank n'en demeurait pas moins inquiet et avait, en guise d'exutoire, son bouloir… Grossière erreur !

Toujours avachi dans son canapé, Frank fut tiré de ses pensées par le « Baba O'riley » des The Who ( sa sonnerie de portable) Il se redressa aussitôt, récupéra son mobile et décrocha dans la foulée. « - Turner ! » lança-t-il sans grande conviction. À l'autre bout du fil, l'un des inspecteurs sous ses ordres, lui communiqua l'information que l'on venait de lui transmettre quelques minutes auparavant. Une jeune demoiselle répondant au nom de Deanna Coffrey, mineur de surcroît, venait d'être retrouvée aux abords de Bloomsbury, près d'une des quelques universités du quartier. Sans rien ajouter, Turner récupéra ses clés et sa veste, caressant le faible espoir de retrouver sa femme à son retour. Mais pour l'heure, il devait s'occuper d'une nouvelle enquête, sa première en tant que capitaine et devait, de ce fait, laisser ses problèmes au placard. Sans attendre, il prit la route et la direction de Bloomsbury. Les cordons de sécurité jaune venaient d'être posés, les policiers en uniforme se chargeaient quant à eux d'interroger les témoins. Frank sorti sa plaque et se fit connaître, puis il retrouva l'un de ses collègues qui se trouvait près du légiste qui se trouvait lui-même près du corps sans vie d'une jeune demoiselle très peu vêtue. « - Alors qu'est-ce qu'on a ? » lança Frank en observant la victime « Deanna Coffrey, 16 ans ! » commença l'inspecteur très vite relayé par le légiste qui étala ses premières constations. « La rigidité cadavérique nous indique qu'elle est morte possiblement entre 0 h 00 et 2 h 00 du matin ! »

« Son cou laisse entrevoir des marques de strangulation » renchéri l'inspecteur pour se faire bien voir avec son nouveau chef. « - C'est ce qui l'a tué ? » demanda Frank au légiste « Probablement, mais il nous faudra attendre l'autopsie pour en être sûr ! »

« Et l'absence de sous-vêtements laisse entrevoir une agression sexuelle » renchéri à nouveau le flic, qui malgré ses efforts, ne parvenait à briller face à son supérieur. D'autant plus que selon le légiste, il fallait attendre les prochaines analyses pour être certains de la nature de l'agression, bien que de primes abords tout laisse à penser qu'il s'agit d'un viol. Frustré le jeune inspecteur rangea son carnet de notes et leva la tête. « Ah non-merde ! » murmura-t-il. Frank, attiré par le juron, posa son regard sur le jeune homme. « - Qu'est-ce qu'il y a encore ? » L'inspecteur désigna alors une jeune femme du regard. « C'est votre stagiaire !»

« - Ma quoi ? Je n’ai reçu aucune convention de stage à ce que je sache ! » Par réflexe, il checka sa boîte mail sur son mobile. « - Je vais régler ça Cavanaugh. Allez aider les officiers à collecter les dépositions. » Le jeune inspecteur acquiesça tandis que Turner entreprit de s’approcher de la nouvelle arrivante pour la saluer. « - Vous êtes la stagiaire ? Je suis le Capitaine Frank Turner. Écoutez, c'est ma première enquête en tant que Capitaine, alors, soyez gentille, vous restez dans l’ombre et vous observez. Je ne jouerais pas les baby-sitters, c’est clair !? » lança-t-il sans prendre la moindre pincette à l’encontre de la jolie brune.





 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7150
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena et Amanda E. Hemsworth
() message posté Jeu 19 Juil - 20:16 par Hazel J. Chase
♛A mortal bet


▼▲▼

Lorsqu'elle avait étudiée les démarches à suivre, déjà deux ou trois années au par avant, la jeune femme avait comprit que le procédé risquait d'être un peu long. Ne disposant pas du parcours classique ou du moins attendu, habituellement attitré à ceux qui se destinaient à devenir garde du corps, elle avait du faire des pieds et des mains, trouver nombre d'arrangements, de compromis et remplir une tonne de paperasse, pour réussir à être plus ou moins dans les clous. En effet, la logique des choses aurait voulue que la britannique eu exercée plusieurs années en tant que policier avant de se tourner vers la voie qui l'intéressait. Néanmoins, un de ses deux parents, avait trouver une faille dans les documents officiels, qui lui avait ainsi permis d'effectuer quelques négociations. Voila comment la belle brune c'était retrouver à faire ponctuellement des stages, d'une durée plus ou moins variable, plusieurs fois dans l'année. Hazel devait justement, après quelques mois de répit en attaquer un nouveau.
Consciencieuse, l'ancienne interprête avaiit déjà au préable prit quelques renseignements et notes, ne souhaitant pas arriver comme un cheveux sur la soupe. Cela aurait dû fonctionner en théorie...Mais en théorie seulement...D'abord, lorsqu'elle fit son entrée au commissariat et se présenta, la personne en face d'elle grimaça avant d'appeler un de ses collègues, lequel expliqua alors que le maître de stage qui lui était assigné, était déjà sur les lieux d'une nouvelle affaire. Deux options s'offraient donc à elle : l'attendre ici, à ne rien faire, hormis la visite des locaux ou le rejoindre sur place. Pas du genre à se tourner les pouces, elle décida évidemment de se rendre à l'adresse qu'on lui donna. Elle ne s'attendait pas à énormément de considération, les stagiaires s'avérant souvent mal vus, dans la plupart des métiers. Pas assez autonome, trop encombrant, le nombre d'excuses allait rarement en diminuant. Cette fois-ci ne fit malheureusement pas exception à la règle. Pire encore, un tiers l'accueillie d'un « Ah non-merde ! » murmuré mais suffisamment audible pour qu'elle l'entende. « - Qu'est-ce qu'il y a encore ? » l'homme qui venait de se retourner en posant la question ne semblait pas d'humeur à être contrarié.  « C'est votre stagiaire !»
« - Ma quoi ? Je n’ai reçu aucune convention de stage à ce que je sache ! » Assistant à la conversation sans rien dire, elle se contenta de patienter sagement. « - Je vais régler ça Cavanaugh. Allez aider les officiers à collecter les dépositions. » Elle regarda le dénommé Cavanaugh s'en retourner, tandis que l'inspecteur s'adressait enfin à elle : « - Vous êtes la stagiaire ? Je suis le Capitaine Frank Turner. Écoutez, c'est ma première enquête en tant que Capitaine, alors, soyez gentille, vous restez dans l’ombre et vous observez. Je ne jouerais pas les baby-sitters, c’est clair !? » lança-t-il sans prendre la moindre pincette à l’encontre de la jolie brune.  Elle afficha une mine vaguement étonnée pendant un car de seconde avant de reprendre un air impassible. "Très bien" répondit-elle, tout en songeant que cela démarrait fort. La demoiselle s'arrangea donc pour se montrer aussi discrète que possible, telle un fantôme elle se glissa subtilement à plusieurs reprises à coté de ce cher M. Turner et suivit ce qui se disait, bloc-notes et stylo en main. Elle ne le dérangea pas avec des questions inutiles, ni ne lui demanda rien, jusqu'à ce qu'ils aient l'air d'avoir enfin terminé d'examiner la scène. " Frank ? Hum...Dois-je vous appeler par Frank, Mr. Turner ou inspecteur ?" s'informa-t-elle. "Voulez-vous que je fasse quelque chose de particulier ?" s'enquit-elle ensuite. Elle espéra toutefois ne pas être envoyée chercher du café.

CODAGE PAR AMATIS



Ps:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1453
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Dim 29 Juil - 22:57 par Frank Turner
A mortal bet
ft Hazel J. Chase


Frank était sur les dents, autant que peut l'être un officier fraîchement promu au plus haut grade de cette jeune unité de la police londonienne. Il avait, pour les personnes à l'origine de sa nomination, les épaules pour et avait fait montre, malgré la dureté des affaires à traiter, preuve d'un professionnalisme sans égard. De plus, il était là depuis la création de l'unité. Cependant, Frank, qui n'avait pas conscience de tout cela, se mettait la pression tout seul. Cette enquête était sa première avec le nouvel insigne et de ce fait, tout devait bien se passer, mais plus encore, il ne devait en aucun cas, laissé sa vie privée et les petites contrariétés qui en émanaient, prendre le dessus. Cette enquête devait être menée dans les règles et parfaitement, sans qu'aucuns accros ne viennent envenimer la situation, mais la présence d'une stagiaire et donc d'une personne à devoir gérer en plus de l'enquête, mettait à mal les certitudes de Frank et sa patience. La pauvre demoiselle allait donc bien malgré elle, subir les conséquences. La jaugeant de la tête aux pieds, Turner souffla avant d'ajouter « - Je préfère ça ! » et de tourner les talons pour rejoindre son second qui avait déjà commencé à glaner quelques informations. Le dénommé Cavanaugh observa furtivement la petite nouvelle avant de reporter son attention sur son supérieur pour lui faire savoir qu'il avait commencé par interroger la personne ayant découvert le corps de la demoiselle. « - Ok je prends ! » lança Turner, avant d'être aiguillé vers l'homme chargeait de l'entretien des bâtiments.

« - Bonjour, je suis le capitaine Frank Turner de l'USM. Mes collègues vous ont au préalable posé quelques questions. » L'homme acquiesça, il portait encore son bleu de travail, mais n'entrevoyait pas d'y retourner aujourd'hui tant, il était affecté par la découverte. « - Vous l'avez trouvé dès votre arrivée à 6 h, c'est ça ? Est-ce qu'il y avait des personnes à proximité ? Avez-vous remarqué quelque chose d'inhabituel avant de découvrir le corps de Mademoiselle Coffee ? » L'homme répondit par la négative à chaque question en précisant qu'il n'y avait personne à part lui et ses collègues et qu'ils étaient arrivés tous en même temps. Voyant que l'homme était encore très éprouvé, Frank ne préféra pas insister et le laissa s'éloigner. Le dénommé Cavanaugh reprit la parole et fit savoir à son supérieur qu'il entreprenait d'interroger les camarades de la victime, ainsi que ses proches. « - Oui, c'est une bonne idée. Je me charge d'appeler les parents » S'il y a bien une chose qu'il redoutait de faire, c'était ça. D'ordinaire, c'était son supérieur qui s'occupait d'annoncer les mauvaises nouvelles aux parents, Frank étant désormais seul maître à bord, il devait s'y coller. Bien sûr, durant ces dernières années, il avait été confronté à cela et malheureusement certaines victimes étaient bien plus jeunes. Il fallait des nerfs d'acier pour faire abstraction de cela, plus encore en étant parent à son tour.

L'officier Cavanaugh munit de son bloc note salua une dernière fois Frank avant de s'éloigner, laissant ainsi la nouvelle arrivée seule à seul avec son maître de stage, qui était presque parvenu à l'oublier pour le coup. « - Ah oui, c'est vrai la stagiaire. Pour commencer vous évitez de m'appeler Frank, nous n'avons pas élevé les poules ensemble. Pour ce qui est du grade, c'est capitaine et non inspecteur. Il faut être précis dans le propos lorsqu'on fait ce boulot, mais puisque je ne suis pas un adepte de la lèche, Mr Turner suffira. Et pour ce qui est de ce que j'aimerais que tu fasses, c'est faire preuve de discrétion ok ? Tu peux prendre le nombre de notes que tu veux, mais n'interfère pas. Là, je vais contacter la famille de la victime. Cavanaugh et les autres recueillent des témoignages. On va attendre les résultats de l'autopsie pour en savoir plus. Rien de bien exaltant pour aujourd'hui. On regagne les bureaux. » Et effectivement, il ne se passa pas grand-chose sur le retour. Frank restait silencieux et ce même jusqu'au bureau. Il devait dès à présent contacter la famille pour annoncer la triste nouvelle. Pour se faire, il préféra s'isoler quelques minutes avant d'enfin se montrer et faire signe à Hazel de s'approcher pour entrer dans son bureau.« - Assis-toi ! » Il attendit qu'elle obéisse et prit place face à elle. Plusieurs dossiers ouverts traînaient encore sur son bureau et l'écran de son ordinateur, laissait paraître toute une liste de mails qu'il n'avait pas encore pris la peine de consulter, sauf peut-être le plus récent. « - Tu aurais dû rester ici plutôt que de débarquer sur une scène de crime. Je t'aurais sûrement reçu dans de meilleures conditions. Enfin bref, passons ! Alors Hazel, c'est ça ? Dis-moi donc ce qui t'amène ici et pourquoi tu as choisis de faire un stage parmi nous ? » Cette fois, il semblait un peu plus calme, assez pour entretenir une conversation civilisée.


 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7150
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena et Amanda E. Hemsworth
() message posté Mar 7 Aoû - 15:54 par Hazel J. Chase
♛A mortal bet


▼▲▼

Sur les indications de son maître de stage, la jeune femme c'était fait aussi discrète et silencieuse qu'une ombre. Elle le suivait ainsi, se contentant d'écouter et de prendre des notes quant aux différents éléments de l'affaire ou à la façon dont procédait l'inspecteur. Elle se montra attentive et appliquée, comme elle l'était toujours et attendit bien sagement, le moment le plus opportun pour poser quelques questions – assez justifiées selon son avis – à son binôme. Professionnelle en toutes circonstances  - ou presque – elle avait appris depuis longtemps maintenant, à conserver un visage neutre, exempt de tout sentiments compromettant. Or, elle ne pu s'empêcher de marquer un court temps d'arrêt, bouche bée, en entendant les propos du policier : « - Ah oui, c'est vrai la stagiaire. Pour commencer vous évitez de m'appeler Frank, nous n'avons pas élevé les poules ensemble. Pour ce qui est du grade, c'est capitaine et non inspecteur. Il faut être précis dans le propos lorsqu'on fait ce boulot, mais puisque je ne suis pas un adepte de la lèche, Mr Turner suffira. Et pour ce qui est de ce que j'aimerais que tu fasses, c'est faire preuve de discrétion ok ? Tu peux prendre le nombre de notes que tu veux, mais n'interfère pas. Là, je vais contacter la famille de la victime. Cavanaugh et les autres recueillent des témoignages. On va attendre les résultats de l'autopsie pour en savoir plus. Rien de bien exaltant pour aujourd'hui. On regagne les bureaux. » Alors non, elle ne se faisait pas vraiment d'illusion en venant ce matin, pour ce premier jour de stage. La britannique ne c'était pas attendue à un accueil en grandes pompes, loin de là, mais quand même. Ce n'est pas ce qu'on appel attaquer du bon pieds, songea-t-elle. Refermant la bouche, elle ne dit rien et le suivit. Le trajet de retour jusqu'au locaux officiel fut donc des plus silencieux. Si c'est tous les jours comme ça, ça risque d'être long...L'absence de discussion se prolongea ainsi, jusqu'à ce qu'ils se dirigèrent vers le bureau de Turner et que celui-ci fit signe à la demoiselle d'entrer, avant de lui ordonner de s’asseoir. Une fois encore, le ton et l'attitude employée, l'a dérangère fortement, mais elle n'en montra rien et s'exécuta. « - Tu aurais dû rester ici plutôt que de débarquer sur une scène de crime. Je t'aurais sûrement reçu dans de meilleures conditions. Enfin bref, passons ! Alors Hazel, c'est ça ? Dis-moi donc ce qui t'amène ici et pourquoi tu as choisis de faire un stage parmi nous ? » Hochant la tête, elle se permis de sourire légèrement. "A dire vrai, je n'ai pas réellement été informée de l'affaire que vous traitiez, par ailleurs personne ne m'as déconseillé ou empêcher de venir. " Soit qu'elle les avaient impressionnés ou déroutés, soient qu'ils étaient tous terrorisés par cet homme. Au choix..."C'est bien Hazel" poursuivit-elle. " Et en fait, je suis en pleine reconversion. A l'origine j'ai fais des études pour devenir interprète, je me suis rendue compte que...ce n'était un métier pour moi et puis , une chose en entraînant une autre, je me suis tourner vers le monde des gardes du corps. Ce que je suis actuellement." Elle marqua une pause, juste le temps de vérifier que son auditeur suivait toujours et ne montrait aucun signe d'agacement. " Néanmoins, étant donné mon parcours peu classique, il fallut faire quelques compromis. Comme je n'avais pas l'ancienneté nécessaire dans les métiers de la police, il a était convenu que j'effectue ponctuellement des stages, d'une durée plus ou moins longues, tous les 4 ou 5 mois environs. " Elle se tut une fois de plus, l'espace de quelques minutes avant d'ajouter : " Bien entendue, je néglige pas, ni ne relègue les différents métiers potentiels dans le cadre de la police. Et pour ce qui est du choix, disons que j'ai eu de très bon échos concernant cette brigade. Et c'était également l'occasion de me retrouver au coeur de Londres. " Elle sourit une nouvelle, amicale. Prête à oublier que ce Frank c'était montrer jusqu'ici peu agréable, l'avait tutoyée gros comme le bras, tout en admettant pas qu'elle l'appel par son prénom. Peu importe, s'il se montre cordial à partir de maintenant.


CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1453
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Jeu 9 Aoû - 21:34 par Frank Turner
A mortal bet
ft Hazel J. Chase


C'était bien la première fois qu'il accueillait une stagiaire dans les locaux. L'unité n'était pas réputée pour être attractive, les aspirants policiers préférant se diriger vers du plus « classique » De plus, étant amené à enquêter sur des affaires de viol et d'attouchement, il fallait au préalable se pourvoir d'un sacré mental pour parvenir à encaisser tout cela. Car s'il était souvent question d'adolescents, il arrivait aussi que des petits bouts de chou soient concernés par ces mauvais traitements. D'ailleurs, il n'y a pas si longtemps, après enquête, deux enfants furent retirés à une famille d'accueil somme tout un peu trop tactile avec ses pensionnaires. Une affaire qui avait mis à mal la défaillance des organismes sociaux. Mais mieux valait ne plus y penser. Lorsqu'une affaire était traitée, elle le demeurait. Il fallait apprendre à compartimenter, mais plus encore à se détacher pour ne pas se laisser submerger par toutes ces horreurs, bien que Frank tente, quelques fois de prendre des nouvelles des victimes. Une pratique qui avait longtemps déplu à ses supérieurs de l'époque. À présent, il était question d'un meurtre, celui d'une jeune femme qui plus est. Annoncer la mort n'est pas chose facile pour tout être humain qui se respecte et le faire des parents et encore plus compliqué lorsque nous-même nous en sommes un. Mais une fois encore, il fallait compartimenter et ne pas trop s'impliquer émotionnellement. Il fallait aussi trouver les mots justes pour ces parents endeuillés et désireux dès lors de connaître la vérité, puisse faire leur deuil Frank le leur avait promis, il mettrait tout en œuvre pour que justice soit rendue à cette pauvre jeune femme, qui avait pourtant la vie devant elle. Turner en profita également pour consulter à nouveau ses mails avant de se décider à enfin accorder un peu de temps à la jeune stagiaire tombée, il est vrai, à un mauvais moment. Mais pouvait-on vraiment la blâmer pour ça ? L'initiative semblait maladroite, mais témoignait néanmoins d'un réel intérêt qu'il ne pouvait nier.

« - Et bien comme tu as...Enfin, vous s'est plus adapté. Donc comme vous avez pu le voir, cette affaire vient tout juste de nous être confié d'où la latence dans le service. Mais ce n'est pas grave. » Effectivement, il y avait plus grave et être désagréable avec la petite nouvelle n'était certainement pas la meilleure des solutions sauf pour lui apporter une mauvaise publicité auprès des autres services et au vu des moyens relatifs qui leur était alloué, mieux valait se montrer compétent et accueillant pour continuer à tourner dans les bonnes grâces des hautes sphères. « - Donc vous êtes en reconversion ! Effectivement, nous sommes loin du domaine de l'interprétation. » Il lui laissa à nouveau la parole, histoire de ne pas trop la mobiliser et aussi parce qu'il était assez curieux de savoir pourquoi, elle qui souhaitait se diriger vers l'univers de la protection rapprochée, avait choisi son unité. « - AH oui les compensations, je vois ! Effectivement, certaines écoles et formations demandent des stages. Pas plus de trois si ma mémoire est bonne ! » Mais en plus de ça, elle lui fit savoir que c'est aussi grâce à la bonne réputation de l'unité qu'elle s'était décidée à poser ses valises, le temps de la durée de son stage. « - Bon qu'on mette les choses au clair ! Je ne vous demande pas de me faire de la lèche comme Cavanaught, ni de vous occuper des photocopies ou du café. Pour l'heure, je n'ai rien pour vous. Demain nous aurons les résultats des analyses, on pourra reprendre les interrogatoires. Allez demander un bureau ! Ils sauront vous faire de la place, je n'en doute pas ! »



 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7150
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena et Amanda E. Hemsworth
() message posté Mar 18 Sep - 16:12 par Hazel J. Chase
♛A mortal bet


▼▲▼

Le monde de la police était particulier, la jeune femme le savait. Bien sur, l'on pouvait sans doute dire ça de beaucoup de métiers. Néanmoins, il fallait reconnaître que ce secteur précis demandait une certaine force caractère. Il fallait avoir un mental bien accroché, elle n'en doutait pas. Son maître de stage semblait d'ailleurs faire partit de ceux qui savaient et étaient prêts à affronter les aléas de ce métier avec autant de calme et d'assurance que nécessaire. En effet, elle devait avouer après l'avoir observer un certain moment tout en prenant des notes, qu'il dégageait quelque chose. En dehors de sa mauvaise humeur et de son air renfrogné, pensa-t-elle brièvement. Elle pouvait lui pardonner cela s'il essayait de se montrer un peu plus courtois par la suite. Le suivant jusqu'à son bureau, elle s'avoua s'inquiété un peu de la suite des événements. La matinée n'ayant pas très bien démarrée...S'asseyant sur la chaise que lui indiquait l'inspecteur, la demoiselle prit sur elle et répondit d'apparence aussi sereine que possible, à ses questions. Elle expliqua alors ne pas avoir réellement était bien informée sur l'affaire en cours et le fait de devoir le rejoindre ou non sur place. Elle confirma ensuite son prénom et parla un peu de son parcours, peu classique.  « - Et bien comme tu as...Enfin, vous s'est plus adapté. Donc comme vous avez pu le voir, cette affaire vient tout juste de nous être confié d'où la latence dans le service. Mais ce n'est pas grave. »  Elle hocha légèrement la tête, souriante. "Je comprends tout à fait." répondit-elle et ainsi, la conversation se poursuivit.  « - Donc vous êtes en reconversion ! Effectivement, nous sommes loin du domaine de l'interprétation. » "Oui en effet, mais...a bien y repenser avec le recul, je pense que ce n'était pas pour moi. Même si je ne regrette pas mon parcours, j'aurais peut-être fais les choses autrement." Elle haussa vaguement les épaules. Ce qui est fait est fait, songea-t-elle. La britannique ne pouvant revenir en arrière et modifier le passé, elle ne le saurait jamais. D'un autre coté, je suis pas sur d'en avoir foncièrement le besoin, je m'en sors pas si mal, non ? S'interrogea elle-même. « - AH oui les compensations, je vois ! Effectivement, certaines écoles et formations demandent des stages. Pas plus de trois si ma mémoire est bonne ! » dit-il tandis qu'elle avait continuée ses explications. Elle hocha légèrement la tête. "Oui, c'est assez compliqué de s'y retrouver...Je crois qu'ils sont en pleine réforme en ce qui concerne les programmes de reconversion. " Hazel évoqua ensuite les raisons du choix de son lieu de stage, entre autre chose le fait qu'elle ait eu de très bon échos de la brigade en question. " - Bon qu'on mette les choses au clair ! " commença-t-il, si bien qu'elle se demanda à nouveau s'il était temps de s'inquiéter. "Je ne vous demande pas de me faire de la lèche comme Cavanaught, ni de vous occuper des photocopies ou du café. Pour l'heure, je n'ai rien pour vous. Demain nous aurons les résultats des analyses, on pourra reprendre les interrogatoires. Allez demander un bureau ! Ils sauront vous faire de la place, je n'en doute pas ! " Prenant note des informations qu'elle recevait, elle hocha la tête pour la énième fois. "Très bien, c'est bon à savoir pour les photocopies et le café. " Bien sur, elle n'était pas du genre à rechigner devant certaines tâches, parfois ingrates. Toutefois, c'était agréable de savoir qu'elle ne passerait pas son temps à faire ce dont les autres ne voulaient pas. Se levant, elle sourit à nouveau : "Je vais donc de ce pas voir si on peu me faire un peu de place quelque part." Elle marqua une pause, prête à partir et ajouta : "Vous êtes sur que je ne peux rien faire d'autre aujourd'hui ? Je veux dire tant que je suis là, si je peux me montrer utile" acheva-t-elle pour attendre patiemment une réponse qu'elle espérait positive.  Trouver un coin ou s'installer ne prendrait sans doute pas tout l'après-midi et elle se voyait pas reste là les bras ballants.

CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1453
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Mer 10 Oct - 19:14 par Frank Turner
A mortal bet
ft Hazel J. Chase


Avoir une stagiaire dans les pattes qui plus est alors qu'il était encore en phase de rodage, n'était pas ce dont Frank aurait espéré, mais soit, la jeune femme était là, il fallait prendre sur lui et faire des efforts pour d'une part se montrer le plus courtois possible et d'autres parts être un minimum pédagogue histoire de faciliter les choses et l'échange. « - Je ne pense pas que confier des tâches subalternes aux stagiaires, soit une bonne idée, du moins ce n'est pas ma vision des choses. Donc on peut dire que vous êtes bien tombée. Et puis de vous à moi, on n'abuse pas tant que ça des photocopies ici contrairement à d'autres services. » Les choses étant dites, Frank, qui n'avait rien de mieux à proposer à Hazel, lui fit savoir qu'elle pouvait dès lors demander à avoir un bureau le temps de son stage et si d'aventures elle ne trouvait pas, il saurait hausser le ton pour lui attribuer un endroit. Il voulait surtout éviter de partager son bureau avec elle et lui épargner les vicissitudes d'un homme en proie à de nombreux problèmes personnels. « - Allez donc vous trouvez un petit coin ! » ajouta-t-il avant de reporter son attention sur l'écran de son ordinateur « - Ah oui j'ai failli oublier, il me faudra votre numéro de portable pour vous joindre à tout moment. » Il lui tendit de ce fait son bloc de post-it et un crayon avant de lui faire comprendre qu'il était temps pour elle de mettre les voiles, mais de toute évidence Hazel n'en avait pas fini et souhaitait vraiment se rendre utile aujourd'hui. Frank hésita l'espace d'un instant, à lui faire entendre qu'elle ne serait pas d'une grande aide aujourd'hui, mais se ravisa en voyant apparaître un couple désemparé au loin. « - Est-ce que vous vous sentez capable d'accueillir les parents de la victime avec moi ? » C'était un moment délicat, mais la présence d'une jeune femme qu'il ne présenterait pas comme une stagiaire, pourrait peut-être faire du bien à la mère. « - Suivez-moi ! Mais vous vous contentez d'observer. Si j'ai besoin d'aide, je vous le ferai savoir » Il mit son écran en veille et quitta son bureau pour rejoindre les parents de la victime.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7150
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena et Amanda E. Hemsworth
() message posté Mar 23 Oct - 18:23 par Hazel J. Chase
Si l'apparition de la stagiaire ne faisait pas partie des plans de l'inspecteur et ne l'enchantait pas,  la jeune femme l'avait bien compris, elle s'avérait soulagée de constater, qu'il c'était résigné à composer avec. La britannique se montrait prête à fournir quelques efforts, sans pour autant souhaiter s’aplatir et presque s'excuser d'être là. Par chance, celui-ci semblait décider à se montrer un peu plus courtois que précédemment. Ce qui l'arrangeait finalement. Dans le cas contraire la conversation aurait pu finir par mal tourner, songea-t-elle.  « - Je ne pense pas que confier des tâches subalternes aux stagiaires, soit une bonne idée, du moins ce n'est pas ma vision des choses. Donc on peut dire que vous êtes bien tombée. Et puis de vous à moi, on n'abuse pas tant que ça des photocopies ici contrairement à d'autres services. »  Elle hocha lentement la tête, rassurée. "Mais je n'en doutais pas" osa-t-elle dire, alors qu'elle avait bien pensée tout le contraire. Un petit mensonge anodin, qui ne fait pas de mal. Les choses étant dites, Frank ne sembla rien avoir de mieux à proposer à la britannique. Il lui conseilla donc simplement d'aller se trouver un bureau pour s'installer. Elle se leva donc, s’apprêtant à sortir tout en étant un peu gênée de rien pouvoir faire de plus. « - Allez donc vous trouvez un petit coin ! » ajouta-t-il avant de reporter son attention sur l'écran de son ordinateur « - Ah oui j'ai failli oublier, il me faudra votre numéro de portable pour vous joindre à tout moment. » Il lui tendit aussitôt un bloc de post-it, qu'elle remplit rapidement. "Vous êtes sur que je ne peux rien faire d'autre aujourd'hui ? Je veux dire tant que je suis là, si je peux me montrer utile" insista-t-elle alors, désireuse de ne pas rester là les bras ballants. Elle doutait que la recherche d'un coin bureau lui prit toute la journée. Son maître de stage sembla hésiter avant de finalement lui proposer : « - Est-ce que vous vous sentez capable d'accueillir les parents de la victime avec moi ? ». Pinçant les lèvres, elle prit quelques secondes de réflexions avant de répondre. C'était un cas délicat, mais qui faisait partit intégrante du métier, aussi il était intéressant, bien que peinant dans une certaine mesure, de s'occuper de ça. Sa première impulsion fut de répondre qu'elle ferait de son mieux. Néanmoins, l'ancienne interprète n'était pas sur que le policier accueille positivement ce genre de réponse. "J'arriverais à gérer ça" affirma-t-elle au bout du compte.  « - Suivez-moi ! Mais vous vous contentez d'observer. Si j'ai besoin d'aide, je vous le ferai savoir ». Elle acquiesça une fois de plus et suivit aussitôt son patron. Respectant à la lettre les recommandations de celui-ci, elle assista donc à la scène qui se joua entre Frank et les personnes convoquées. Le couple désemparé, paraissait sur le point de fléchir à tout moment. La femme ne tint d'ailleurs pas longuement la conversation avant d'être prise d'étourdissement. La brune proposa alors d'aller lui chercher quelque chose à boire, ce qu'elle fit avant de revenir rapidement. Lorsque ce fut fait, on l'a remercia avant de lui demander soudainement si elle avait des enfants. "Pas encore" répondit-elle sincèrement. "Un jour peut-être, si j'en ai l'occasion." "Il faudra en pendre soin. C'est tellement précieux." Elle sourit légèrement, aussi chaleureuse que possible. "J'y veillerais." Elle se tut ensuite, ne sachant que dire d'autre. "Vous arrêterez la personne qui a fait ça, n'est-ce pas ?" demanda-t-elle. "Vous et Monsieur" ajouta-t-elle en se tournant à nouveau vers l'inspecteur. "Nous ferons tout notre possible" assura-t-elle avant de se taire ne sachant que dire de plus.

CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 21/05/2017
» Messages : 1453
» Pseudo : Jay'ink
» Avatar : Sean Maguire
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : nope
() message posté Dim 11 Nov - 19:39 par Frank Turner
A mortal bet
ft Hazel J. Chase


Avouons-le, de prime abord l'apparition presque soudaine de cette stagiaire, n'avait pas sollicité une vive acclamation auprès de Frank déjà bien pris par les nouvelles responsabilités qui lui incombait au vu de son nouveau poste. Cependant et puisqu'il voyait là l'occasion par le biais de cette nouvelle recrue de promouvoir la jeune unité, il avait accepté de faire des efforts et d'offrir à la Britannique un climat propice à l'apprentissage. Et puis quelque chose semblait émaner d'Hazel, un quelque chose qui laissait à croire qu'elle avait du potentiel, sans être dans le cliché de la recrue parfaite. Pour preuve, l'observation et l'inactivité due à cela semblait l'atteindre, assez pour presque supplier qu'on lui trouve quelque chose à faire. Frank laissa paraître un léger sourire, se souvenant qu'à une certaine époque, lui aussi ne supportait pas d'avoir les bras ballants. De plus, il fallait avouer, qu'une fois le bureau trouvé, Hazel serait certainement amenée à se tourner les pouces. Frank, en voyant les parents de la victime se présentaient à un officier, prit donc la décision d'incorporer la jeune stagiaire à la rencontre. Un moment délicat qui lui permettrait aussi de voir comment la jeune stagiaire était amenée à réagir. « - Bien, dans ce cas si vous vous sentez prête à gérer ça, ne traînons pas ! » Mais avant toute chose, il mit les points sur les « i » en instaurant des règles qu'il espérait la voir suivre.

Annoncer la mort d'un être cher n'est jamais facile, surtout lorsqu'il faut le faire auprès des parents. C'est encore plus difficile lorsque nous sommes, bien malgré nous, amené à bousculer l'ordre établit. Dans le conscient collectif, c'est naturel pour un parent de partir avant son enfant et pas l'inverse. De ce fait, enterrer son gamin sonnait presque comme quelque chose de contre-nature. Frank, d'ordinaire proche des victimes, préférait cette fois garder une bonne distance pour ne pas devoir trop s'impliquer et se mettre à la place du père à qui l'on annonce la perte de l'enfant. Ca, il refusait de l'intégrer de peur de perdre pied en tentant de s'imaginer ce qu'il aurait ressenti si on lui avait annoncé la mort du petit Samuel. « - Vous devriez vous asseoir Mr et Mrs Coffey. » Leur défaillance commune était palpable et si la colère se lisait dans le regard du père, le désespoir défigurait les traits maternels. « - Je tiens à vous présenter mes plus sincères condoléances. » Ces quelques mots suffirent à faire vaciller la mère. Hazel, toujours en retrait, se porta volontaire pour aller lui chercher de l'eau. Frank acquiesça avant de se délester, à son départ, de son trop plein de professionnalisme. Malgré la douleur qu'il risquait d'éprouver, il ne pouvait se résoudre à garder trop de distance. Les parents de la jeune Deana ne méritaient pas ça, pas après ce qu'on venait de leur faire subir en leur annonçant la mort de leur fille unique.

« - Je n'ose imaginer ce que vous pouvez ressentir et la tristesse qui vous habite. Cependant, laissez-moi vous dire que je mettrais tous les moyens possibles et à disposition pour que cette enquête soit prioritaire sur nos autres affaires. » La jeune stagiaire refit alors son apparition et tendit deux gobelets en plastique aux parents meurtris. Frank, qui croisa son regard, acquiesça légèrement histoire de lui faire savoir qu'elle avait bien fait. Le père se focalisa alors sur Turner, demandant des explications tandis que la mère interrogeait Hazel, curieuse, malgré sa détresse, de savoir si la jeune femme comptait avoir des enfants un jour. Deux conversations prenaient vie dans cette salle d'ordinaire réservée aux interrogatoires. Frank rassurait le père, tandis qu'Hazel, dans la bienveillance, s'occupait de la mère de la victime. « - Mademoiselle Chase a raison de vous faire entendre ça. Nous arrêterons la personne responsable de la mort de votre fille Mr et Mrs Coffey et je puis vous assurez que ce n'est pas une promesse en l'air. Nous allons mettre tous les moyens à notre disposition pour trouver le coupable, je vous le promets. » Ce fut au tour du flic de subir les questions de la mère désemparée. Il commença par acquiescer avant de reprendre. « - Oui, j'ai un petit garçon, il est tout ce que j'ai de plus précieux. Je partage votre douleur Mr et Mrs Coffey, vraiment. » Le regard lourd, il ne pouvait tromper personne et bien malgré lui, une fois encore, il s'était trop impliqué. Quelques minutes plus tard, Frank, suivi de près par Hazel, raccompagna les parents de la victime jusqu'à l'ascenseur, puis il fit signe à sa stagiaire de le suivre jusqu'à son bureau. « - Refermez la porte derrière vous ! Ne m'en voulez pas, mais je préfère qu'on se tutoie. J'ai du mal quand c'est trop protocolaire. Alors, comment vous êtes-vous trouvé ? » Il prit place derrière son bureau et invita la jeune femme à s'asseoir à son tour. « - Annoncez la mort n'est jamais facile, encore plus lorsqu'il s'agit de faire face aux parents ! »



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 13/04/2014
» Messages : 7150
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Gal Gadot
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Kyle A. Rowena et Amanda E. Hemsworth
() message posté Lun 12 Nov - 19:48 par Hazel J. Chase
La jeune femme ne supportait pas de rester sans rien faire. C'était vraisemblablement dans sa nature que de se trouvait toujours en mouvement. Enfant turbulente, elle n'avait jamais était pour autant hyperactive. Cependant son besoin d'activités et de sollicitations diverses s'avérait d'avantage développé que chez d'autres personnes. Aussi, demanda-t-elle évidemment à l'inspecteur s'il n'y avait pas, quelque chose qu'elle pu faire, en dehors de ce trouver un petit coin bureau. Lorsque celui-ci proposa alors, si la demoiselle s'en sentait le courage, qu'elle accueilli avec lui les parents de la victime de l'affaire en cours, elle hésita un instant. C'était une certaine responsabilité. Mais n'était-elle pas là pour ça ? Hazel accepta donc, rassemblant tout son courage et son sang-froid. « - Bien, dans ce cas si vous vous sentez prête à gérer ça, ne traînons pas ! » Avant de se lancer néanmoins, son maître de stage cru bon de revenir sur quelques règles de bienséance élémentaires. En effet, apprendre le décès aux proches de quelqu'un s'avérait un exercice des plus délicat. « - Vous devriez vous asseoir Mr et Mrs Coffey. »   Leur défaillance commune était palpable et si la colère se lisait dans le regard du père, le désespoir défigurait les traits maternels. « - Je tiens à vous présenter mes plus sincères condoléances. » Restait en retrait jusque là, la britannique se porta volontaire pour aller chercher de l'eau à Mrs Coffey. Elle n'osait qu'à peine imaginée la douleur de cette femme. Rapidement et toujours dans le plus grand des calmes, elle revint et tendit deux gobelets en plastique aux parents désemparés. Cette étrange scène suivit alors son cours, chacun s'occupant d'un des deux parti. Frank répondait aux questions du père, tandis que l'ancienne interprète essayait également de répondre  au mieux aux interrogations de la mère. « - Mademoiselle Chase a raison de vous faire entendre ça. Nous arrêterons la personne responsable de la mort de votre fille Mr et Mrs Coffey et je puis vous assurez que ce n'est pas une promesse en l'air. Nous allons mettre tous les moyens à notre disposition pour trouver le coupable, je vous le promets. » La brune hocha brièvement la tête en accord avec son supérieur. Ce fut au tour du flic de subir les questions de la mère désemparée. Il commença par acquiescer avant de reprendre« - Oui, j'ai un petit garçon, il est tout ce que j'ai de plus précieux. Je partage votre douleur Mr et Mrs Coffey, vraiment. ». S'efforçant de rester aussi impassible que possible, elle eu pourtant bien du mal et fut tristement soulagée lorsqu'il fut question de raccompagnait enfin le couple vers la sortie. A la suite de quoi, Frank lui fit signe de le suivre à nouveau jusqu'à son bureau. Elle s’exécuta donc.  « - Refermez la porte derrière vous ! Ne m'en voulez pas, mais je préfère qu'on se tutoie. J'ai du mal quand c'est trop protocolaire. Alors, comment vous êtes-vous trouvé ? » Elle secoua légèrement la tête. "Je n'y vois aucun inconvénient. Toutefois...J'ignore si j'arriverais à vous tutoyer." Marquant une pause, elle replaça une mèche de cheveux échappée de sa queue de cheval, derrière son oreille. "Pour le reste...Je n'en sais trop rien. Objectivement parlant, j'imagine que cela aurait difficilement pu mieux se passer. " Comme il avait prit place derrière son bureau, il fit signe à la brune de s'asseoir à son tour, ce qu'elle fit.  « - Annoncez la mort n'est jamais facile, encore plus lorsqu'il s'agit de faire face aux parents ! »  "En effet...Je vous avouerez que si j'ai agis d'instinct et relativement facilement finalement...Je veux dire, par rapport à ce à quoi j'aurais pu m'attendre, ce ne sera clairement pas ma partie préférée du travail." Elle se tut alors et s'absorba un instant dans la contemplation du bureau.

CODAGE PAR AMATIS

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]
» Inscriptions partie 80 - Mortal Kombat
» Archives partie 80 (Mortal Kombat)
» The Mortal Instrument RPG
» « Une amie penses-tu, une bien mauvaise amie tu t'es fais mon beau. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-