Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Coupe du monde 2018 : Demi-Finale Angleterre-Croatie.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Hey mademoiselle...

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 02/06/2018
» Messages : 47
» Pseudo : Coconut Groove
» Avatar : Rose Leslie
» Âge : 29 ans
» Schizophrénie : Nop
() message posté Sam 23 Juin - 19:31 par Keelin Sweeney
Le monde de la nuit vêtait diverses parures des plus glauques aux plus étincelantes. Les contrastes n’en demeuraient pas moins liés et souvent reliés, l’un camouflant l’autre. Un œil avisé et expérimenté reconnaissait les soirées à éviter ou les comportements à adopter. Les brebis égarées se devaient de repérer rapidement le loup pour parvenir à éviter les morsures.

Keelin ne possédait pas cet instinct de survie pourtant profondément ancrée en chaque femme. Le monde semblait croitre qu’il était apposé au creux de l’ADN de chaque fille. Grande nouvelle, il n’en est rien. Depuis toute petite, les histoires apprennent aux femmes à être prudente, à ne pas s’écarter du chemin ou encore à se défendre du loup en adoptant une tenue adaptée ou des attitudes responsables. Elles apprennent aussi que le loup ne vient manger que les personnes qui ont mal agi comme si elle était responsable de la faim dévorante de cette bête.

Keelin avait loupé cette partie de son éducation au profit de brochures, d’examens et de rendez-vous médicaux. Jeune femme, elle avait rapidement trouvé une donzelle pour passer ses soirées et éviter ce type d’exutoire étrange qu’étaient les soirées pour célibataires. Personne ne venait pour les rencontres ce soir et tous accourait pour suivre le groupe londonien du moment. Les musiciens sur scène se déchainaient depuis trente minutes et depuis le même temps, Keelin tentait de faire partir un garçon trop insistant sans bien comprendre les messages qu’il ne cessait de lui envoyer. Ce n’est qu’en sentant sa main sur ses fesses qu’elle réalisa qu’il s’imaginait obtenir ce qu’elle ne désirait accorder. Sa robe noire et son décolleté n’offrait aucun droit de visite gratuit après avoir dix regards insistants en leur direction. Aucun accord n’offrait le permis de toucher parce qu’un verre avait été offert. Si le choix lui avait été soumis, sa réponse se serait reportée sur une autre réponse. Cette présence d’esprit lui avait manqué et à l’instant, elle se retrouvait affublée d’un pot de colle pour la soirée.

L’idée de le repousser ou de le gifler avait effleuré la rouquine. Sa chevelure de feu s’accordait avec son tempérament sauvage. Tel un volcan à la lave continuellement en éruption, son visage virait au rouge et quelques grondements se faisaient entendre, ici, noyés par la musique. La seule retenue qui l’obligeait à rester sage restait la proximité obligatoire entre les corps. La foule les pressait mais déjà Keelin s’esquivait.

« Je vais rejoindre ma cop… » Lançait la rousse en pivotant aléatoirement en une direction, sentant le poids d’un homme dans son dos. N’avait-il pas capté le message ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 399
» Pseudo : (m.)
» Avatar : jenna-louise coleman
» Âge : trente-ans.
() message posté Dim 8 Juil - 22:40 par Eleah O'Dalaigh

hey mademoiselle ...
Murmure indistinct dans son oreille. Feulement plaintif. Grondement enfin. Celui de sa frustration qui tressaute à l’intérieur, l’oppresse jusqu’à lui donner l’impression d’étouffer.  Elle a simplement quitté son loft, sans une explication, sans un regard lancé vers ce frère faisant semblant de ne pas comprendre ses attitudes furibondes du fond du canapé en cuir. Elle sait qu’il sait, sans qu’elle n’ait besoin de le dire. C’est une évidence qui lui déplaît depuis des jours. Depuis que le musicien a su entrer dans leur sphère pour la faire exploser. Il ignore quelles seront les conséquences. Sur lui. Sur elle. Parfois il n’en a cure, préférant aux tourments tempétueux de sa sœur les soupires alanguis de ses conquêtes passagères. Alors il n’a rien dit. Il s’est contenté de la laisser partir, comme une furie, ruminer ses idées ailleurs. Tout en sachant pertinemment qu’elle finira par lui revenir, abasourdie par le crépuscule … Eteinte, oui. Eteinte.

L’aube d’une nuit sans lune. Une nuit où Eleah se permet d’errer, sur les trottoirs sinueux des rues de Londres. Il n’est pas très tard encore. Et pourtant, elle a l’impression de tourner en rond depuis une éternité. Elle a songé marcher jusqu’au Viper, aller débusquer James dans les replis de sa tour d’ivoire pour le marteler des idées qui la tourmentent depuis des jours. Depuis ce jour-là en vérité. Le concert des Untitled. Cette fameuse soirée. Les liens dont elle n’a pas su se départir depuis. Qui la gangrènent, la terrifient, brûlant ses poignées, irradiant dans tout son corps. Ces liens ineffables qu’elle a toujours voulu refuser, mettant un point d’honneur à les broyer dès lors qu’ils devenaient trop lourds à porter. Mais elle n’a pas pu cette fois-ci. Elle l’a laissé tout prendre. Tout. Jusqu’à l’essence la plus triviale de ce qui la compose. De cette offrande-là elle ne peut pas revenir. Il lui est impossible de reculer, de faire marche arrière. Il trop tard. Trop tard oui. Et ses pensées s’engluent à l’idée qu’il ait pu lui arracher, cette liberté farouche qu’elle a mis tant de temps à apprivoiser. Cette seule pensée l’affole. Il suffisait d’un rien pour qu’elle s’aimante aux âmes qui passent dans sa sphère. Pour qu’elle ait envie de les faire siennes, même de manière illusoire. Il suffisait d’un rien … Un rien. Ce rien qui n’était finalement jamais assez. Ce rien qu’elle pourchasse, maintenant qu’elle sait ce que le tout implique d’offrande et de partage. Rageusement elle shoote dans un caillou, regarde l’écran de son cellulaire. Elle songe à appeler Edmund. Enjoint l’intention au geste sans même y penser, se disant simplement qu’ils pourront convenir d’un rendez-vous comme d’habitude. Une chambre, choisie par lui. La chaleur de ses bras puissants autour de son corps. Sa carrure rassurante, pour lui faire oublier les craintes qui feulent à l’intérieur. Simple … Si simple. Première sonnerie … Seconde. Personne. Répondeur. Eleah raccroche sans même avoir laissé de message. Sa main tremble un peu autour du téléphone lorsqu’elle le range au fond de son sac à main. Si simple … Alors pourquoi est-ce si difficile de se détacher de cet autre ? Pourquoi ? Pourquoi quand elle sait pouvoir attirer dans ses draps n’importe qui ? Que doit-elle se prouver ? Elle ne sait pas … Elle ne sait plus.

Machinalement, Eleah entre dans le premier bar qui semble attirer du monde. Elle ne connait pas l’établissement, n’y a jamais mis les pieds non plus. Il y a un groupe de jeunes qui se déchaînent sur scène. Ils lui rappellent les Spectrum, ou bien les Untitled. Tous désireux de percer dans un milieu qui les brisera tous. Directement, Eleah va s’arrimer au bar. Elle qui ne boit habituellement presque jamais, elle commande un bourbon. Pur, sans glace. Abrupte lorsque la première gorgée roule sur sa langue et vient attiser un brasier sur ses papilles gustatives. Une grimace s’étend sur ses traits un peu fatigués. Entre les répétitions pour le festival, l’effervescence du projet en cours, et les nuits sans sommeil, elle commence à payer le prix de ses déboires. Plus lentement elle repose le verre sur le comptoir et laisse ses pupilles tancer la population alentour. Au bout d’un balayement, ses attentions se portent sur la chevelure flamboyante d’une jeune femme, non loin de là. Belle comme tout, même de dos. A l’évidence elle est aux prises avec un galant insistant. A la posture de son corps, on devine parfaitement le rejet. Eleah attend un peu, observe, termine son verre qui réchauffe son ventre vide et allège immédiatement ses humeurs. Au bout d’un moment, elle décide de s’approcher dans un élan imprévisible, ayant besoin de cette adrénaline pulsant à ses tempes pour oublier les questions qu’elle se pose.

« Aah ! Tu es là chérie, je te cherchais partout ! »

Entrée en scène. Implosion de leur binôme pour la laisser entrer, toute sourire, rayonnante tandis qu’elle saisit la jeune femme par la taille avec douceur, feignant une complicité totalement illusoire. Elle lui adresse un clin d’œil au passage, porte toutes ses attentions sur l’homme qui l’observe d’un regard ahuri. Il a l’air vraiment bête, vu comme ça. Elle ne perd pas au change, la jolie rouquine.

« Oh vous êtes vraiment un amour de lui avoir tenu compagnie pendant mon absence. Elle déteste être toute seule au bar vous savez. Elle trouve que ça fait pilier de comptoir, ou femme désespérée … c’est adorable. Pas vrai, trésor ? »

Eleah mord sa lèvre, joue le jeu jusqu’au bout en déposant une caresse indistinct du revers de ses phalanges sur la joue de sa « compagne ». Et l’autre, qui ne bouge pas. Visiblement choqué. Hésitant entre prendre la fuite et rester pour assouvir quelques fantasmes où son imaginaire convoiterait deux femmes ensembles.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London
» Mademoiselle "LYLY"
» Mademoiselle Alice Hargreaves .
» Les aventures de Mademoiselle Petra
» La formidable Fumerie de Mademoiselle Tan [Fermée par la Marine]
» [vente/achat] Un p'tit tour chez mademoiselle Tan (Pour Toji)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-