Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Nouveauté !
Ajout d'une ligne "absence" dans le profil, pour faciliter les choses. Toutes les infos par ici.
Version #30 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 30ième version, venez découvrir toutes les nouveautés par .
Destination Vacances
C'est l'été, c'est les vacances. Il est temps de faire ses valises et de voyager un peu. Plus d'informations ici.
Skylight: Bikini Party & DJ's Set
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, laissez tomber le tee-shirt ! Ça se passe par .
Coupe du monde 2018 : demi-finale.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


I know you see that we gotta talk + Nate

avatar

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 853
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 37 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
» Absence : 2/10/18 (PR)
() message posté Dim 24 Juin - 11:42 par Lucian M. Torres

I feel like our ship’s going down tonight but it's always darkest before the light. And that's enough for me to try. Whatever you want. Whatever you need. Whatever you do. Pink

Nate & Lucian


La soirée s'annonçait être longue. Lucian avait sortit ses chiens de bonne heure, histoire d'avoir une bonne balade avant d’enchaîner sur son service. Les deux molosses gambadaient devant lui, sans s'éloigner plus que de raison. Il existait une ligne invisible entre eux et leur maître, ils savaient toujours où était la bonne distance. Lucian les avaient dressé dans ce sens. Sur le chemin, il se grilla une cigarette, alors que le jour commençait à décliner très lentement, signe qu'il était temps de rentrer. Il siffla une fois et les deux bêtes accoururent, chacun se posant de part et d'autre de Lucian, marchant au pas jusqu'à l'appartement. Avant de sortir, il remplit généreusement leurs gamelles avant de leur faire une caresse à chacun. Il attrapa sa veste de cuir noir et quitta les lieux. Lucian n'était pas tout prêt du Lucky Star, aussi il devait traverser une bonne partie de la ville avant de voir les portes du bar. La soirée venait juste de commencer quand il gara son 4x4 dans la rue parallèle. Il jeta un coup d’œil à son portable : il était à l'heure. Sûrement le seul travail où il faisait cet effort. Il salua tout le monde et partit au vestiaire déposer sa veste et sa sacoche. Il prit ensuite place derrière le bar, saluant quelques clients bien connu de la boutique. Lucian était presque exclusivement de service le soir, ce qui ne le dérangeait pas. Il aimait la nuit, depuis toujours. Et puis en plus d'être barman, il servait de videur. Il savait que sa carrure jouait pour lui, que sa simple présence suffisait parfois à ce que les esprits ne s'échauffent pas. Un seul regard, bien souvent, suffisait à faire descendre la tension.  

Mais ce soir-là, c'était mal barré. La soirée était bien avancée. Les gens semblaient s'être tous donné rendez-vous pour l’événement de ce soir. En effet, Nate avait prévu un groupe qui fonctionnait pas mal et qui avait emmené avec lui une foule de fans. Aussi, Lucian n'avait pas le temps de s'ennuyer. Il enchaînait les verres autant que les sorties au devant du bar pour tempérer les allées et venus. Cela faisait une heure qu'un client, bien alcoolisé, lui demandait des shoots. Son ton devenait de plus en plus virulent, parce que cela n'allait pas assez vite à son goût mais surtout, d'après Lucian, parce qu'il voulait faire le malin devant les copains. « Tu devrais te calmer sur l'alcool mec », dit simplement Lucian. Il avait beau gagner sa vie en servant des verres, il n'était pas du genre à saouler des gens pour quelques pourboires supplémentaires. Le type l'envoya bouler, puis commença à le provoquer. « J'suis sur que t'es un ex-taulard toi, t'as bien le profil... Du coup, j'me demandais, t'étais plutôt au dessus ou en dessous ? », ricana-t-il, ses camarades le toisant avec défis, l'encourageant presque. Lucian prit une grande respiration, prenant également la décision de ne plus le servir. « Bin quoi, t'es devenu muet ? ». Lucian préféra l'ignorer et s'occupa d'une autre demande. Mais son esprit revint alors à lui quand il le vit attraper une jeune femme par le bras, l'obligeant à lui faire un bisou. Celle-ci s'écarta, alors qu'il revenait à la charge. Lucian quitta le comptoirs et se planta devant lui. « Lâche là. Termine ton verre et fout le camps ». Son ton ne laissait aucune place à la négociation. Mais le type se leva à son tour, posant ses deux mains contre son torse, cherchant à le faire reculer. Peine perdue. « J'ai pas finis de boire. Et je répond pas aux ordres d'un petit barman, t'es pas le patron à ce que je sache ». Et il voulu le pousser à nouveau. Mauvaise idée. Lucian lui prit le bras qui lui tordit dans le dos, faisant hurler le sale con. Il le traîna ainsi jusqu'à dehors, sans ménagement. Le type vociféra, cherchant à rentrer de nouveau. Il manqua de lui mettre un coup, mais l'alcool aidant, il ne fit que chanceler. Sauf que Lucian, lui, était sobre. Il le plaqua contre le mur avec force. « Tu vas te barrer rapidement sinon je ne ferais pas que te péter le bras ».

Lucian avait fini par rentrer chez lui, encore sur les nerfs. Jusque là, il s'était plutôt bien retenu, prenant sur lui à chaque fois qu'un connard venait le provoquer. Mais ces derniers temps, il était à cran, il le savait bien. Aussi, quand il se présenta au boulot le lendemain, il ne savait pas trop à quoi s'attendre. Alors qu'il prenait le chemin du comptoir, il tomba sur Nate. Où plutôt Nate venait spécialement à sa rencontre. Et il sut qu'il savait. Il ignorait qui avait parlé ou si Nate avait été présent sans que Lucian s'en rendre compte, mais il savait. Il y avait même fort à parier que l'autre type soit revenu se plaindre plus tôt dans journée, voire même qu'il soit allé porter plainte ? Lucian n'en serait pas étonné, ce genre de gars n'avait aucune limite, aucun courage.  Alors il regarde son patron, attendant que le verdict tombe.

(c) black pumpkin



Revenir en haut Aller en bas
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.
En ligne
avatar
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.

» Date d'inscription : 05/07/2014
» Messages : 3089
» Avatar : Grant Gustin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Edwin && Sha(ton) && Kate
() message posté Dim 24 Juin - 14:15 par Nathanael E. Keynes


« Hum... Bonjour... On m'a dit que je devais m'adresser à vous... J'étais ici hier soir et... »

C'est les risques dans un bar, les clients éméchés qui savent plus se tenir. Je le sais bien, j'en ai vus d'autres, depuis le temps. C'est pas pour ça que je trouve ça excusable, bien loin de là. J'ai même plutôt tendance à considérer que l'alcool n'excuse rien, et que si tu sais pas boire, tu t'abstiens. Que les actes et les propos injurieux, dégradants, violents, qui découlent d'une perte de contrôle due à l'ingurgitation d'une trop grande quantité d'alcool sont inadmissibles, et je suis le premier à dire à mes employés qu'il est tout à fait de leur droit d'arrêter de servir un type ou une nana qu'a manifestement trop bu. Et qu'on a beau être là pour servir, on est pas leurs larbins non plus, et on n'a pas à se laisser insulter. Quant à défendre les autres clients, au contraire, je valide. J'apprécierai moyen que quelqu'un se fasse agresser dans mon bar, et ce que la jeune femme qui se tient devant moi et que j'invite aussitôt à s'asseoir sur une des banquettes un peu en retrait afin de prendre connaissance des événements de la veille me relate entre déjà bien assez dans le cadre de l'agression à mon goût, ce qui me fait clairement détester d'office le type qui l'a emmerdée. Je suis plutôt content qu'elle ait la délicatesse de venir me prévenir à peine sortie de chez les flics, cela dit, histoire que je tombe pas des nues lorsqu'ils ne manqueront pas de venir me trouver. Le type contre lequel elle porte plainte risque gros, et c'est vraiment pas moi qui irait le plaindre. Quant à mes employés... J'ai fait le tour de ceux présents, une fois la jeune femme partie, pour avoir leurs témoignages également, je sens bien qu'on va en avoir besoin, et quelques habitués ont été contactés, qui pourraient sans doute être mis à contribution pour des témoignages plus neutres que ceux des employés.

« Il risque quoi Lucian ?
- Rien, j'espère. Mais je vais pas attendre qu'on vienne me l'annoncer quand il sera trop tard pour faire quoi que ce soit. »

Parce que le type aurait porté plainte pour violence, de son côté, et vu le casier de Lucian, ça sent franchement pas bon. J'ai pris mon téléphone pour appeler Nik aussitôt, et je sais que je vais passer une partie de la soirée au commissariat, mais clairement pas avant d'avoir discuté avec mon videur. Et quand il arrive, je suis aussitôt prévenu par Kassie, et je vais à sa rencontre, alors qu'il ressort de l'arrière salle où se trouvent les coulisses et les vestiaires.

« Hey... on peut se voir une minute ? »

Je désigne une des banquettes les plus éloignées du bar, et nous laisse nous y asseoir avant de prendre la parole, histoire de crever l'abcès direct parce qu'à sa place, la première question qui me viendrait sans doute à l'esprit, c'est celle-ci.

« Déjà on va se détendre et être clairs tout de suite : j'ai pas l'intention de te virer. Certainement pas pour avoir remis à sa place un connard qu'a cru que toutes les nanas qui passent près de lui sont à sa disposition. »

Maintenant, va falloir qu'on voit comment gérer ça, et pour ça...

« Je vais sans doute être convoqué par les flics, donc ça m'aiderait d'avoir ta version des faits, déjà... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 853
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 37 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
» Absence : 2/10/18 (PR)
() message posté Mer 11 Juil - 17:34 par Lucian M. Torres

I feel like our ship’s going down tonight but it's always darkest before the light. And that's enough for me to try. Whatever you want. Whatever you need. Whatever you do. Pink

Nate & Lucian


On ne pouvait pas dire que Lucian avait passé une mauvaise nuit. Certains n'auraient pas fermé l’œil de la nuit de crainte de perdre leur job dés le lendemain. Mais pas Lucian. Il avait déjà connu pire dans la vie. Pour autant, se faire virer ne l'enchantait pas, même si sa fierté l’empêchait de le dire à haute voix. Lucian ne pouvait s'excuser d'être lui-même. En fumant sa clope à la lueur des réverbères cette nuit-là, il s'était dit que ça aurait fini par arriver de toute façon. Lucian n'avait jamais été un bosseur, un vrai. Il n'avait jamais terminé le lycée, n'avait aucun diplôme sinon celui de dealer de drogue et de casseur de tête professionnel. Avant de trouver un poste au Lucky Star ou au Ministry of Sound, Lucian n'avait jamais eu aucun emploi normal ou même légal. Et encore, il savait qu'il avait obtenu ce poste uniquement pour sa carrure et non pour ses compétences. Il avait au moins cela pour lui. Finalement, le moment où il finirait par craquer n'avait été qu'une question de temps. Tout était une question de temps avant que Lucian ne pète les plombs. Cela faisait partit de lui, c'était dans ses gênes, il était ainsi fait. Lucian avait toujours tout gâché, en commençant par briser sa mère, sa relation avec Lexie et il s'imaginait en faire de même avec sa fille. Et quelque part, c'était pour elle qu'il était le plus emmerdé. Parce qu'elle n'aurait jamais un père normal. Le mieux, c'était encore qu'elle n'est pas de père du tout...

Nate n'avait pas l'air en colère. Il affichait un air neutre même si Lucian percevait une certaine tension. Ils s'assirent sur une banquette assez à l'écart pour que leur conversation reste privée. A cette heure-ci, le bar était encore calme. Plus que quelques instants avant le tumulte. « Déjà on va se détendre et être clairs tout de suite : j'ai pas l'intention de te virer. Certainement pas pour avoir remis à sa place un connard qu'a cru que toutes les nanas qui passent près de lui sont à sa disposition. » Lucian s'autorise un très léger soupir de soulagement. Même si se faire virer ne lui faisait pas l'effet d'une baffe, il devait bien reconnaître que savoir qu'il pouvait conserver son poste était rassurant. Lucian s'adossa à la banquette, croisant ses bras sur son torse. Il avait toujours une allure austère, il le savait bien, mais dans ce cas précis, il était plutôt concentré sur la suite. « Merci. », dit-il finalement. C'était pas son genre non plus, mais sans doute qu'un autre patron l'aurait renvoyé pour moins que ça. Sans doute aussi qu'on l'aurait pas engagé du tout avec le CV de malfrat qu'il avait. Mais au fond de lui, il ne regrettait absolument pas son geste. D'ailleurs, ce sale type avait eut de la chance de croiser le Lucian barman plutôt que celui qui gagnait sa vie en réglant leur compte à ce genre de phénomène. « Je vais sans doute être convoqué par les flics, donc ça m'aiderait d'avoir ta version des faits, déjà... ». Lucian passa une main dans sa barbe. Les flics, il n'avait pas trop envie de les voir traîner par ici. De toute façon, il aurait beau dire quoi que ce soit, il avait toujours tort face à eux. Son casier judiciaire parlait pour lui, même si Lucian avait payé sa dette à la société. « Ce mec était bourré, il a commencé à chercher la merde... », commença-t-il. Toutes les histoires commençaient de la même façon. Nate n'en n'était plus à son coup d'essai, en tant que gérant de bar, il savait que ce début n'engageait rien de bon par la suite. « J'sais que je dois garder mon sang froid mais la nana n'avait pas l'air de trouver son comportement très amusant. Du coup je l'ai dégagé ». Lucian n'avait pas envie de parler des propos injurieux du mec à son égard, cela était inutile. Lucian en avait entendu d'autres et il savait bien que son emportement n'était pas dû à ses mots, mais bien à ses gestes déplacés. Et Nate le savait sûrement également, pour le connaître assez de ce côté là. Bien des nanas avaient été soulagé qu'il intervienne. Et il aurait pu s'en s'en tenir là. C'était pas la première fois que Lucian sortait un client agressif, et en règle général, personne ne trouvait rien à y redire. Si parfois Nate l'encourageait du regard, par moment, Lucian prenait les devants. Mais il savait bien que ce n'était pas tant ça le plus grave, mais plutôt ce qui s'était passé ensuite, dehors, à labris des regards. Est-ce que Nate le savait ? « Il a porté plainte, c'est ça ? ». Parce que si Nate était convoqué, ça ne pouvait être que pour ça. Et quand les flics découvriraient le nom du présumé coupable, ils ne mettraient pas longtemps à défendre ce sale type. Lucian n'avait aucune confiance en le système judiciaire, celui-ci n'avait jamais été de son côté. « J'ai voulu le défoncer, c'est vrai, mais j't'e promet que j'ai rien fais ».  

(c) black pumpkin



Revenir en haut Aller en bas
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.
En ligne
avatar
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.

» Date d'inscription : 05/07/2014
» Messages : 3089
» Avatar : Grant Gustin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Edwin && Sha(ton) && Kate
() message posté Lun 16 Juil - 21:21 par Nathanael E. Keynes
Lucian a toujours eu ce visage fermé, cette attitude austère et qui n'engage pas forcément à grand chose. En tant que videur, il suffit bien souvent d'un regard de sa part pour que les esprits échauffés se clament. Et puis il y a les exceptions. Ceux qui ont dépassé la limite d'alcool pour encore être conscient du danger, et qui pensent être capables de tout - et souvent n'importe quoi. Le type d'hier était manifestement de ceux-là. Pour ce qui me concerne, son apparence jouait plutôt en sa faveur compte tenu de son poste - et autrement, elle n'aurait eu aucune espèce d'importance. Quant à son passif, je partais du principe qu'il avait payé sa dette à la société, purgé sa peine, et que je n'avais donc aucun droit de revenir sur le sujet. Je me faisais un devoir de ne pas me laisser aveugler par des a priori idiots, et quand Sharona m'a avoué qu'il lui avait à peu de chose près sauvé la vie, j'ai plutôt été conforté dans mon choix. Jusqu'à présent, je n'ai pas eu à le regretter et je pense encore que l'incident d'hier n'est pas de nature à me faire changer d'avis. Un point que je tiens à préciser d'entrée de jeu, et qui me vaut un remerciement laconique. Fidèle au personnage, donc. Je hoche simplement la tête, entre dans le vif du sujet et attends patiemment sa réponse.

« Ce mec était bourré, il a commencé à chercher la merde... »

Nouveau hochement de tête. C'est souvent comme ça que tout commence.

. « J'sais que je dois garder mon sang froid mais la nana n'avait pas l'air de trouver son comportement très amusant. Du coup je l'ai dégagé. Il a porté plainte, c'est ça ?
- Je te confirme qu'elle a pas apprécié, elle a été porter plainte ce matin et appris au passage qu'il cherchait à retourner la situation et se faire passer pour la victime. »

Je sens bien la tension face à moi, voire même une forme de résignation désabusée. Comme si c'était perdu d'avance. Un point de vue que je suis très loin de partager. Et je suis clairement pas décidé à abandonner les miens, mes employés, ma famille en fait.

« J'ai voulu le défoncer, c'est vrai, mais j'te promets que j'ai rien fait.
- Ça m'aurait surpris que ça te tente pas un minimum vu les circonstances, j'aurais été tenté aussi mais on sait tous les deux que je fais peur à personne... »

Un sourire en coin avant que je ne reprenne, plus sérieusement.

« Nate et quelques-uns des autres qui étaient en service ont préparé leur témoignage au cas où. J'y vais clairement pour me porter garant vu que j'étais pas là hier. Il faudra sans doute une version écrite de ta part et peut-être bien que Nik, mon pote avocat, demandera à s'entretenir avec toi... Mais dans la mesure du possible, je vais tâcher de t'éviter de te retrouver au poste. »

Parce qu'on sait tous les deux qu'il y a toutes les chances pour qu'ils s'efforcent de t'y garder vu ton passif, et ça m'arrange pas plus que toi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 22/02/2016
» Messages : 853
» Pseudo : Mom's
» Avatar : Jason Momoa
» Âge : 37 yo (3/4/81)
» Schizophrénie : Samuel A. (j.gyllenhaal) + Victoria S (o.wilde)
» Absence : 2/10/18 (PR)
() message posté Sam 11 Aoû - 21:04 par Lucian M. Torres

I feel like our ship’s going down tonight but it's always darkest before the light. And that's enough for me to try. Whatever you want. Whatever you need. Whatever you do. Pink

Nate & Lucian

Devoir faire face à ses responsabilités n'était pas vraiment un problème en soit. Lucian savait le faire. Il l'avait déjà prouvé. Il avait beau être un voyou, il savait reconnaître quand il faisait de la merde. Lors de sa comparution, des années plus tôt, il n'avait pas nié les faits. Pourtant, il aurait eu toutes les meilleurs raisons du monde de le faire : son mariage avec Lexie. Mais jouer la victime, l’innocent, c'était pas son truc. Il préférait assumer, être au moins au clair la-dessus, à défaut de l'être le reste du temps. Ce jour là, il avait fixé le juge droit dans les yeux, prêt à entendre la sentence. Dans le fond, il était fou de rage, il bouillonnait de s'être fait pincer, d'avoir été assez stupide pour tout foutre en l'air avec Lexie, mais il n'avait rien montré. Jouer le mur des lamentations ne lui ressemblait pas et insulter le juge ou les forces de police ne l'aurait que condamné davantage. En silence, le corps sous tension, la mâchoire crispée, il était monté dans le fourgon l'emmenant dans ses nouveaux quartiers. Aussi, être face à Nate en cet instant, n'avait rien d'anodin pour lui. Ils connaissait les entretiens de ce genre, même si avant, ils étaient plutôt musclés et pas face à un homme qu'il appréciait. Et puis il était constamment du mauvais côté. Là, il avait la certitude que les choses n'étaient pas aussi tranchées. « Je te confirme qu'elle a pas apprécié, elle a été porter plainte ce matin et appris au passage qu'il cherchait à retourner la situation et se faire passer pour la victime ». Lucian crispa les poings. Et en même temps, il n'était pas surprit. Il connaissait par cœur ce genre de personnage pour les avoir trop fréquenté. Le genre de type qui s'attaquait à plus faible que soit, qui ne se sentait puissant qu'en affligeant de l'humiliation, mais qui n'avait aucune once de fierté. Un rictus mauvais s'afficha sur les lèvres du colosse. « Et qui vas-t-on croire entre un mec bien sous tout rapport et un ancien taulard ? ». Entre autre chose, parce que la liste était longue. Pas sur que Nate en sache le tiers et c'était sans doute mieux ainsi. La question était donc purement rhétorique.

Et si Lucian pouvait accepter de prendre ses responsabilités, il n'était pas du genre à se faire marcher dessus. Parce qu'il savait, dans le fond, que sa meilleure chance était encore de s'excuser, de donner à ce type un sentiment de puissance qui le ferait jubiler. Il était prêt à parier que si Lucian se répandait en excuse devant un tribunal, cela pourrait atténuer la sentence. Mais c'était impossible et Nate le savait très bien. « Ça m'aurait surpris que ça te tente pas un minimum vu les circonstances, j'aurais été tenté aussi mais on sait tous les deux que je fais peur à personne... ». Lucian esquisse un sourire. Oui, la carrure de Lucian en intimidait plus d'un, sans compter sur son air hostile ou son visage fermé. Un corps qui ne lui avait pas toujours attiré que du positif, il devait bien le reconnaître. Pour autant, il savait que Nate avait souvent compté la-dessus pour dissuader certains clients de faire des choses qu'ils pourraient regretter. Et Lucian n'avait jamais trouvé à redire à cela. Il acceptait ce rôle qui lui permettait de gagner sa vie honnêtement et de se servir de sa carrure autrement que comme bastonneur professionnel. « Nate et quelques-uns des autres qui étaient en service ont préparé leur témoignage au cas où. J'y vais clairement pour me porter garant vu que j'étais pas là hier. Il faudra sans doute une version écrite de ta part et peut-être bien que Nik, mon pote avocat, demandera à s'entretenir avec toi... Mais dans la mesure du possible, je vais tâcher de t'éviter de te retrouver au poste. » Lucian hocha la tête, tout en passant une main dans sa barbe. Il était reconnaissant de ce que faisait les autres pour lui. Il était peu accoutumé de ce genre de démonstrations. Lucian avait toujours été vu comme de la mauvaise graine, donc pas le genre de gars qu'on a envie de défendre. Peu de personne avait déjà prit sa défense et l'une d'elle serait certainement furieuse de savoir dans quelle situation il se trouvait à présent. Puis il songea à Lana, à sa fille. C'était tout nouveau pour lui. Mais il n'avait pas envie de se retrouver dans la merde, au moins pour elle. « C'est sympa, merci ». Nate n'aurait sûrement rien de plus, mais pour Lucian, s'était déjà beaucoup. Il n'était pas démonstratif pour un sous et il ne savait pas quoi répondre à son soutien. Mieux, Nate semblait lui faire entièrement confiance, ne remettant pas une seconde en cause son implication dans cette histoire. « Tu sais qu'avec mon casier ils ne vont pas me lâcher ». C'était une évidence et le regard que lui rendit Nate venait le confirmer. Quelque part, il s'en voulait de le mettre dans une situation comme celle-ci. C'était comme si Lucian venait confirmer le cliché qu'engager des anciens détenus était une perte de temps et d'énergie. « J'espère que ça fera pas de tord au Lucky... ». Ca sonnait presque que comme des excuses, même si Lucian savait qu'il était dans son bon droit. Partagé entre l'envie de retrouver le type pour lui payer sa lâcheté et celle de faire profil bas, Lucian fixa son boss. « Je peux pas alourdir mon casier... J'ai fais une promesse à ma fille ». Il ne savait pas trop pourquoi il lui avouait ça. Lucian n'était pas homme à se confier, il n'avait même jamais dis avoir un enfant, même si l'info était récente. Trop récente.
(c) black pumpkin



Revenir en haut Aller en bas
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.
En ligne
avatar
sometimes it lasts to love and sometimes it hurts instead.

» Date d'inscription : 05/07/2014
» Messages : 3089
» Avatar : Grant Gustin
» Âge : 27 ans
» Schizophrénie : Edwin && Sha(ton) && Kate
() message posté Sam 18 Aoû - 16:44 par Nathanael E. Keynes
C'est un truc que je demande à tout le monde : être honnête avec moi. Même si on se merde, même si y a de la casse et des conséquences, on est tous humains autant qu'on est, ça peut arriver à tout le monde. Mais je suis responsable de ce qui se passe dans mon bar, et je veux pas me retrouver comme un con à rien comprendre de ce qui a pu se passer et qui nous est reproché. Je crois que la plupart des gens ici l'ont bien compris. Et clairement, ma première réaction, c'est de défendre mon staff, mon bar, et tous ceux qui le font vivre. Alors non, Lucian n'est pas du mauvais côté, cette fois. Pas à mes yeux. Pas tant qu'on me prouve pas le contraire.

Et je vois bien que la mention de la démarche déplorable du type d'hier énerve mon videur et barman, je vois ses poings et sa mâchoire crispés avant qu'un rictus mauvais n'étire ses lèvres et qu'il ne me sorte, avec tout le naturel possible.

« Et qui va-t-on croire entre un mec bien sous tout rapport et un ancien taulard ? »

Je hoche la tête, pince les lèvres. Précisément. C'est exactement ce qui m'inquiète : qu'on ne lui accorde même pas le bénéfice du doute. Il passe une main dans sa barbe comme j'énumère les dispositions prises et en cours d'être prises.

« C'est sympa, merci. »

Une nouvelle fois, je hoche la tête. Ici, c'est un peu comme une famille à mes yeux - plus que ma famille réelle, ma mère exceptée - alors il me semble normal qu'on se serre les coudes. Tout le monde ne partage peut-être pas ce point de vue, cela dit.

« Tu sais qu'avec mon casier ils ne vont pas me lâcher.
- Je sais.
- J'espère que ça fera pas de tord au Lucky...
- On va essayer de faire en sorte que ça ne soit pas le cas.
- Je peux pas alourdir mon casier... J'ai fait une promesse à ma fille. »

Lucian n'est pas vraiment le type le plus expansif du bar. Ni celui dont je suis le plus proche. Des contacts physiques, à part une poignée de main, je crois pas qu'on en ait eus. Pourtant à cet instant, je pose naturellement la main sur son épaule, pour lui signifier silencieusement qu'on allait tous faire en sorte qu'il puisse tenir la promesse faite à sa fille. Et si j'étais déjà dans cette optique-là, savoir qu'il y a une môme en jeu ne fait qu'affermir ma détermination en ce sens.

« On va pas le laisser faire. »

La fille m'a laissé ses coordonnées, les autres leurs témoignages et Nik... Nik est en train de m'appeler, et d'un geste, je demande à Lucian une seconde pour répondre à l'avocat. Quelques minutes plus tard, je suis de nouveau assis près du videur après avoir raccroché avec mon pote.

« Et ça risque d'être plus facile que prévu : le type a déjà été accusé de ce genre de comportements, et si ça s'est terminé sans suite, il est connu du poste... Je vais y aller d'ici une heure, tu peux me faire un écrit d'ici là ? Prends mon bureau si tu veux... »

Moi je vais refaire un point avec les autres, si jamais il se passait quoi que ce soit en mon absence en corrélation avec cette histoire. Et rappeler la réelle victime, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Soho :: The Lucky Star
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-