Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


Boy or girl ? [PV Lilly]

avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 172
» Pseudo : Bee
» Avatar : eiza gonzalez
» Âge : 30
» Schizophrénie : Aël & Wiwi
() message posté Lun 9 Juil 2018 - 13:33 par Mila P. Dos Santos
En tant que médecin je ne devrais pas avoir trop de soucis à aller consulter un de mes confrères non ? Je ne devrais pas avoir peur d’aller chez le docteur. Pourtant, aujourd’hui je suis terrifiée à l’idée de prendre les couloirs qui vont me mener dans la partie obstétrique de l’hôpital pour aller faire une échographie. Ce n’est pas la première que je fais. En fait c’est la deuxième, celle des 4 mois. Celle où je devrais avoir normalement accepté le fait que je vais avoir un enfant. L’ennui c’est que je n’en suis toujours pas là dans ma tête. Oui, je vais avoir un bébé, non je ne suis pas prête pour ça. J’ai fini par cracher le morceau : tous mes proches sont au courant. Même Célian. J’aurais aimé qu’il ne le soit jamais. C’était improbable je sais, c’est mon voisin, et finalement on se voit beaucoup plus souvent que je ne l’aurais cru. Ma sœur et ma nièce sont là pour me soutenir tout de même. J’ai réussi à repousser mon envahissante mère pour l’instant, en lui disant que je n’aurais pas le temps pour elle parce que je bosse etc. Elle tout ce qu’elle m’a dit c’est que je ne devais pas me surmener, et qu’elle viendrait quand je serais en congés maternité parce que comme je n’avais pas de mari j’allais me retrouver toute seule. Merci maman. Merci de me rappeler ce détail auquel je pense déjà tout le temps.

Aujourd’hui je devais normalement savoir si je vais avoir une fille ou un garçon. On commence à voir sur mon profil que je suis enceinte, jour après jour la courbe s’accentue, pour l’instant je ne ressens pas vraiment le changement mais je trouve que j’ai rapidement pris du poids et je me demande si c’est bien normal tout ça. J’ose pas poser des questions à Callie, je ne sais pas bien pourquoi mais dès qu’on me parle du bébé j’ai qu’une envie c’est de me boucher les oreilles et de chanter très fort.
D’ailleurs ma grande sœur ne sait pas encore si elle pourra venir à l’échographie ou juste après. Au moins Lilly peut le faire, elle n’a pas cours cette après midi et elle a promis de m’accompagner. Je ne sais pas si c’est vraiment un endroit pour une fille d’à peine 21 ans, mais j’ai besoin d’un soutien et elle fait partie des deux seules personnes au monde en qui j’ai vraiment confiance. D’ailleurs je compte bien qu’elle soit la marraine de mon bébé au même titre que je suis la sienne… Enfin c’est une autre discussion pour l’instant je suis plutôt en train de faire des confetti avec un papier que j’avais à porter de main. Je prends mon portable mais rien à changé depuis les 10 minutes que j’attends. Je suis bien trop en avance mais Lilly ne va pas tarder, d’ailleurs au même moment j’entends des bruits de pas et je finis par voir la brunette. Je suis rassurée l’espace de quelques secondes. Je me lève, mettant par la même occasion des morceaux de papier partout. Et je la prends dans mes bras. « Est-ce que je suis vraiment obligée de faire ça ? » J’ai perdu toute notion de dignité, et je suis submergée par l’angoisse maintenant. Je me détache de Lilly et respire un bon coup. « Désolée je déraille, j’ai les nerfs qui vont lâcher je crois… » Je retourne docilement m’asseoir sur ma chaise comme si j’étais condamnée à mort. Ca n’a aucun sens.

« Mila c’est à toi. » Je connais la gynéco qui va me faire passer l’examen. Elle connait un peu mon histoire, et elle sait que si j’en suis là ce n’est pas vraiment de mon plein grès. Enfin surtout que je suis réellement stressée. Je jette un coup d’œil à ma nièce et emboite le pas de ma consœur.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Lun 9 Juil 2018 - 21:55 par Lilly R. Adams
Depuis deux bonnes semaines déjà, ce sont les vacances. Qui dit vacances dit soirées, grasses matinées et puis sorties et surtout du temps libre. Je ne suis pas une ministre, je n’ai pas un emploi du temps de ministre non plus, mais il est vrai que parfois j’aimerais que les journées dures plus longtemps que vingt-quatre heures. Le petit plus, c’est que si je décide de passer du temps avec ma mère, je peux sans devoir batailler avec notre emploi du temps à chacune, idem avec mon père bien que lui ça semble déjà un peu moins facile puisque son boulot ne se fait pas de chez lui, comme c’est le cas pour ma mère. Quoi qu’il en soit, ce matin-là, j’avais anticipé le coup et j’avais – exceptionnellement – mis un réveil et ce même pendant mes vacances, chose qui n’arrivait pratiquement jamais puisque sinon, ce ne s’appellerait plus des vacances. Aujourd’hui, j’ai promis à ma tante de l’accompagner pour son échographie. Certes, de moi-même je n’aurais peut-être pas pensé à lui proposer toute seule. Peut-être parce que je n’ai que vingt et un an et que je n’imaginais pas qu’elle aurait aimé que je l’accompagne, ou que je lui tienne compagnie. Ca reste un moment que j’imagine privilégié pour une future maman, et même si le père de l’enfant n’est pas à Londres, peut-être qu’elle aurait préféré partager ça avec ma maman uniquement. Agréablement surprise, j’ai accepté de l’accompagner et mine de rien, ma curiosité est bien plus présente qu’on aurait pu le penser. C’est une grande première pour moi, et même en étant trop jeune pour ce genre de chapitre dans la vie d’une femme, je pense que malgré tout, ma curiosité prend le dessus.

Lorsque le réveil sonne, je le repousse à dix minutes, le temps d’immerger et encore dans mon lit je regarde mon téléphone. Comme à mon habitude, je filtre certains messages qui me semblent moins intéressants et réponds aux autres. J’envoie aussi un simple cœur sans rien d’autre à Aël, n’attendant pas forcément une réponse en sachant pertinemment que contrairement à moi, lui il n’est pas en vacances. Finalement, je me lève et file sous la douche sans même passer par la case « salon ». De toute façon, je suis toute seule avec Shiva, puisque mon père travaille lui aussi. Une fois douchée et apprêtée, je prends un peu de temps pour m’occuper de mon chien. Elle est encore jeune, ne prend pas encore beaucoup de place et quand je la vois pratiquement cousine à un ours avec tous ses poils, je ne peux m’empêcher de la plaindre par cette chaleur. Encore qu’elle ne semble pas en souffrir, sinon sans doute qu’elle remuerait moins. Finalement, après avoir déjeuné toute seule, je l’abandonne en m’assurant qu’elle ne manque de rien pour rejoindre l’hôpital où j’ai promis à Mila de la rejoindre.

Dans les couloirs de cet hôpital, je croise des gens qui me disent bonjour alors que je ne les connais ni d’Adam, ni d’Eve. Néanmoins je sais qu’ils connaissent au moins mon père et pourtant, lui, je ne le croise pas. De toute façon, je l’ai prévenu la veille de mon intention de passer sur son lieu de travail pour y rejoindre ma marraine. Je crois qu’inconsciemment je cherche aussi un peu Aël du regard, que je ne croise pas non plus, et je continue mon petit bonhomme de chemin jusqu’au service où Mila est censée se trouver. A plusieurs reprises, je pense être au bon endroit, sauf lorsque je remarque que le couloir grouille de 4 x 20. Là, en effet, je me dis que quelque chose cloche et que non, je ne suis pas en gynécologie comme me l’avait indiqué la sœur de ma maman. Finalement, j’arrive au bon endroit puisque je repère Mila un peu plus loin et m’en approche presque essoufflée de m’être dépêchée à faire tout le tour de cet hôpital. « Pardon je me suis perdue » lui lançais-je en lui rendant son étreinte « Ben on peut partir si tu veux, mais tu sauras pas si tu dois peindre ta chambre en rose ou en bleu. Autant savoir. Puis tu dois être contente tu vas voir ton bébé. C’est même pas celui de la voisine ou de ta mère, ou ta sœur c’est le tien. A toi. Rien que ça, j’trouve ça géant. » Bon ce n’est sans doute pas la réponse qu’elle attend, mais n’empêche qu’elle sera sa seule maman. Elle seule, et personnes d’autres « T’as peur de quoi en fait ? » Je peine à me mettre à sa place, peut-être qu’à ce moment présent ma maman aurait pu être d’une meilleure utilité. Elle est déjà passée par là, elle aurait sans doute été d’un meilleur secours. « T’as déjà des idées de prénoms ? » Finalement on nous appelle, et je laisse ma tante passer devant. A l’intérieur, je reste là où je suis sûre de ne pas gêner. Je ne sais même pas si la dame sait qui je suis par rapport à Mila, quoi qu’il en soit je ne sui surement pas sa fille, puisqu’elle n’est pas énormément plus vieille que moi « Est-ce que c’est obligatoire de faire … ça » demandais-je curieusement en montrant le matériel pour l’échographie justement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 172
» Pseudo : Bee
» Avatar : eiza gonzalez
» Âge : 30
» Schizophrénie : Aël & Wiwi
() message posté Lun 9 Juil 2018 - 22:26 par Mila P. Dos Santos
Je suis dans un état de nerf intense. Les premières fois j'étais tout aussi stressée, mais jusque là j'avais encore le choix. Là je sais que je ne l'ai plus. Est ce que j'ai vraiment pris la décision toute seule, ou est ce que j'ai juste attendu de ne plus avoir de temps pour que la décision revienne à la nature et pas à moi ? Je crois qu'on est plus près de la deuxième option de que la première. Pauvre enfant, il a hérité d'une mère pleine de courage. Voir ma nièce me rassure un peu. Je me rends compte que la pauvre doit bien se demander ce qui ne tourne pas rond chez moi, ou pourquoi je suis dans un état comme ça. Moi même je ne sais pas. Est ce que je ne devrais pas être excitée, ou émue ? J'ai l'impression que je vais vomir à n'importe quel moment alors que ça fait un mois que je n'ai plus de nausée.

Lilly reste égale à elle même et quelque part ça m'aide. En bleu ou en rose ? Je n'avais même pas pensé qu'il fallait que je fasse la déco pour la chambre du bébé... J'ai rien acheté encore. Je saurais même pas quoi acheter. Ca a besoin de quoi un bébé ? Le seul bébé dont je me sois occupé à 21 ans maintenant. J'essaye de lui sourire un peu. Elle n'a pas tord c'est moi qui vais être sa mère, et moi seule parce que je suis seule dans cette épreuve je n'ai pas le "papa" avec moi. Je doute d'en trouver un un jour d'ailleurs. Les mères célibataires ça n'a pas vraiment la quote, et puis la libido elle est morte apparemment quand on a un enfant, et pire encore on est fatigué tout le temps. C'est ça le miracle de la vie ? De quoi j'ai peur ? "De tout. Il se passe quoi si j'y arrive pas ?" Je sais que Lilly ne pourra pas répondre à ma question mais ça sort malgré moi. Je pense que ça doit être dur de croire que je suis un chirurgien alors que je perds mon sang froid pour passer une échographie. Question suivante : prénom? Oh mon dieu, je crois que cette fois ci la panique me reprend. Cependant je n'ai pas le temps de répondre parce que nous sommes coupées par le médecin.

Je m'installe sur la table prête avec le papier etc. Je m'assois, et attend les instructions tout en répondant à ses questions. Vomissement ? Non. Saignement ? Non. Fatigue ? Non. Douleur dans les seins ? Oui, apparemment c'est normal ou du moins c'est ce qu'elle m'assure. Elle me dit de retirer mes chaussures et monter sur la balance, j'ai pris presque 7 kilos. Elle fronce les sourcils mais ne dit rien. Moi aussi j'ai l'impression de ressembler à une vache. "Allonge toi on va faire l'écho" Je m'allonge, et remonte mon débardeur pour qu'on voit mon ventre. C'est là qu'elle fait ce qu'on a tous vu dans les films : elle met le gel froid sur mon ventre, et elle passe le capteur. Je met quelques secondes à regarder le moniteur en fixant Lilly, puis je me décide enfin à le faire. Je ne comprends pas vraiment ce que je vois. "Est ce qu'il y a des jumeaux dans ta famille ?[/b]" Je tourne le regard vers ma collègue sans comprendre où elle veut en venir. "Pas que je sache." Elle continue à bouger le capteur. "[i]Ici tu vois il y a le premier bébé...[/b]" Elle bouge de l'autre côté de mon ventre. "Ici le second." Je regarde Lilly. Je crois que j'ai pas très bien compris ce que je viens d'apprendre. "Le second ?" Je répète bêtement ce qu'elle m'a dit. Je repose mes yeux sur le moniteur et là ça percute dans mon cerveau, ma formation de médecin reprend le dessus et je comprends ce que je vois. Il y a deux bébés, deux battements, 20 doigts, 20 orteils, 4 oreilles... "[i]Tu es enceinte de jumeaux Mila, et je comprends mieux ta prise de poids c'est normal à ce stade de la grossesse. Je pense qu'on peut connaître le sexe des bébés si tu veux..." Je regarde Lilly je crois que je ne comprends pas bien ce qui m'arrive, je suis sonnée. J'hoche la tête. Je sens la pression froide de l'engin en plastique et je reporte mes yeux sur l'écran. "Je dirais fille avec certitude... Le deuxième est caché, mais... Je dirais garçon." Mon dieu... Et là je pense à quelque chose. "On peint la chambre de quelle couleur quand on a des jumeaux ?" Je vois le sourire sur le visage du médecin, mais la question est pour Lilly. De là la gynéco m'indique qu'elle a pris des clichés et qu'elle va aller les imprimer, je peux essuyer le gel en attendant. Je m'exécute et regarde Lilly en me redressant. "Des jumeaux ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 289
» Pseudo : HEATHEN
» Avatar : Minka Kelly
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
» Absence : 16.09
() message posté Mar 10 Juil 2018 - 15:48 par Callie M. Dos Santos
Boy or Girl ?
Lilly, Mila & Callie
Dans cette entreprise où Callie a rendez-vous, elle n’est pourtant pas très présente spirituellement. Son corps est bien là, elle est présente et attend patiemment son tour pour cette entrevue avec son client, mais ses pensées sont ailleurs. Elle aurait aimé accompagner sa sœur à l’hôpital, parce que ce genre de moments est important pour une future maman. Normalement, le futur papa devrait être là, mais depuis le retour de Mila, personne n’a plus vraiment entendu parler dudit papa. Callie regarde sa montre, il reste une heure et demi environs, avant le rendez-vous de Mila, et elle a encore de l’espoir de pouvoir les rejoindre et être présente pour sa petite sœur. Heureusement, Lilly avait promis de répondre présente, et Callie s’était bien assurée qu’elle y serait. Elle ne doutait pas de la sincérité de sa fille, encore moins quand il s’agissait de sa marraine, mais elle la connaissait assez distraite pour oublier de se lever par exemple. Callie jette un œil sur ses rendez-vous futurs, et sa montagne de travail qui l’attend encore une fois de retour chez elle. Elle ne compte pourtant pas abandonner sa sœur pour autant et si le timing ne lui permettait pas d’être présente à ce rendez-vous, elle comptait bien faire un crochet par la maison où vit Mila actuellement pour passer un peu de temps avec elle. Callie a toujours été bienveillante avec sa propre fille, mais aussi avec sa sœur cadette, alors que leur sœur ainée semblait beaucoup trop parfaite pour avoir besoin d’un quelconque soutient à un moment donné de sa vie.

Durant l’entretien, Callie essaie de mettre cette histoire de bébés et d’échographie dans un coin de sa tête. Elle doit se concentrer sur le pourquoi elle est là : répondre à la demande d’un client. Elle doit lui apporter les meilleures solutions, et continuer à embellir sa réputation de publicitaire freelance. Elle n’a pas trop de mal de ce côté-là, son expérience dans la multinationale précédente l’ayant beaucoup aidé à devenir cette femme d’affaires au même niveau qu’un homme exerçant la même profession. Dans le milieu, il est toujours plus difficile au sexe inférieur de se montrer au top, ou d’arriver à percer et pourtant Callie avait réussi à sortir son épingle du jeu, lui permettant de vivre de sa passion, et surtout de ne dépendre que de sa propre personne, et non plus d’un patron quelconque. L’homme semble satisfait par ce qu’elle propose, et en échange Callie, toujours le sourire aux lèvres et l’assurance dans sa manière d’être, lui promet des échantillons pour demain, au plus tard. Comme si elle n’avait pas assez de boulot comme ça, mais le jeu en vaut la chandelle. Une poignée de main et une soixantaine de minutes plus tard, l’espagnole est libérée. Son contrat est signé, son rendez-vous s’est bien passé, il n’y a plus qu’à.

Dans sa voiture, elle s’empresse d’envoyer un message à sa sœur la prévenant de son intention de les rejoindre. L’heure est passée, probablement que ça ne sert à rien puisque Mila est très certainement occupée avec le médecin. Peut-être aurait-elle eu plus de chance avec Lilly, ce qu’elle fait également, avant de mettre le moteur de son véhicule en marche et d’emprunter le chemin pour l’hôpital. Elle rejoint le service et en ne voyant ni sa fille, ni sa sœur, en conclu qu’elle n’a plus qu’à les attendre dans la salle d’attente. Autour d’elle, des femmes de son âge, certaines sont enceintes jusqu’aux dents, d’autres un peu moins et puis certaines ne le sont pas du tout, comme elle. Callie prend son téléphone portable pour ajuster son planning du reste de la journée ainsi que celui de demain, au moins ça lui passe le temps. Lorsque la porte s’ouvre sur Mila et Lilly, Callie se lève pour les saluer l’une après l’autre dans un premier temps « - Mila je suis désolée, j’ai fait aussi vite que j’ai pu. » Lorsque Callie pose le regard sur sa sœur, sa mine déconfite l’interpelle « - qu’est-ce qui se passe ? Il y a un souci avec le bébé ? » s’enquit-elle. Son regard passe de Lilly à Mila en attendant que l’une des deux daigne lui expliquer ce qu’il se passe concrètement pour que sa sœur tire une tête de six pieds de long.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Mer 11 Juil 2018 - 14:56 par Lilly R. Adams
Ce qu’il va se passer sous mes yeux est une grande première pour moi et à force de voir ma tante complètement tendue, je peux dire que moi aussi je commence à stresser. Pourquoi, j’en sais trop rien puisque ce n’est pas moi qui suis enceinte, et que c’est pas non plus moi la personne à qui on doit annoncer quelque chose. Techniquement, ce serait plutôt annoncer le sexe du bébé, donc en soi rien de grave. Ca devrait être plutôt excitant, elle pourra désormais savoir quoi acheter pour cet enfant. Autour de nous, il y a plus de femmes enceinte qu’autre chose, j’ai même l’impression d’être l’intruse dans le tas. Finalement je m’installe aux côté de Mila en attendant que ce soit son tour, puis lève les yeux vers elle lorsqu’elle répond à ma question « Pourquoi t’y arriverais pas. T’es pas toute seule. Maman elle y est bien arrivée avec l’aide de Nana et ton aide à toi, y’a pas de raison qu’elles t’abandonnent. » En effet, j’ai passé beaucoup de mon enfance chez ma grand-mère maternelle, ou encore avec la soeur de ma maman. Je sais donc que quand elle avait besoin d’aide, elle pouvait compter sur l’une ou sur l’autre. Je sais aussi que ma mère s’entend mieux avec Mila qu’avec son autre soeur, et un peu trop bienveillante, elle ne la laisserait pas dans une telle mouise « Et puis moi je peux aider aussi ! Bon je suis nulle en bébé, j’y connais rien, mais je peux apprendre » Ca part d’une bonne intention du moins. « Ou alors tu te cherches un gars à épouser ! Tu sais, Aël il a presque ton âge, peut-être qu’il a des potes un peu plus vieux à te présenter » Evidemment, c’est une touche d’humour pour essayer de la détendre, parce qu’il est vrai que les femmes enceintes font parfois fuir les hommes.

Lorsqu’il est temps d’entrer dans la salle d’examen, la gynécologue semble plutôt efficace. Plutôt que de tourner en rond dix ans avec des questions, elle procède directement à l’examen, et je suis plutôt étonnée de voir pour de vrai cette technique d’échographie. Finalement, je sens mon téléphone vibrer, m’obligeant à regarder « Maman est sur le chemin » que je finis par annoncer à qui avait envie de l’entendre. Peut-être que ça rassurerait Mila de le savoir, ou bien peut-être pas étant donné ce qu’on est en train de lui annoncer. En croisant son regard, je grimace, ayant plus ou moins compris où la dame voulait en venir. Elle va donc avoir des jumeaux, autant dire que si je trouve ça génial, je ne l’envie pas non plus. L’angoisse d’avoir des jumeaux pointes le bout de son nez et mon premier réflexe est d’envoyer un « Je ne veux pas des jumeaux, t’es prévenu ! » à Aël. Comme si mon futur avec lui était tout tracé, ou comme si on avait déjà parlé de tout ça, alors que jamais. Il va probablement se demander ce qu’il se passe pour que je lui envoie une telle information, mais tant pis. Encore qu’on ne choisit pas et que c’est probablement là le plus angoissant « Ben… jaune ça peut être pas mal sinon. C’est gai le jaune, non ? » Oui, du jaune c’est bien, ou bien elle alterne deux murs: un rose et un bleu. Malgré tout, lorsque je vois l’angoisse sur son visage, j’ajoute « Ben au moins tu n’es pas déçue si tu voulais un garçon ou une petite fille, tu vas avoir les deux. Et puis ils joueront ensemble, ça sera plus gai pour eux ! » oui oui, j’essayais vraiment de voir le côté positif de la chose. Pas sûre que ce soit vraiment efficace.

En sortant de la salle, j’aperçois ma mère un peu plus loin, que je rejoins pour lui faire la bise. Il ne lui faut que très peu de temps pour essayer d’interpréter la mine déconfite de sa soeur. Lorsqu’elle pose son regard sur moi, espérant peut-être que je lui dise quelque chose, je réagis « Me regarde pas comme ça j’y suis pour rien » Lorsque la nouvelle est tombée dans les oreilles de ma mère, j’attrape ma marraine par le bras pour la pousser à avancer plutôt que de rester là au beau milieu du couloir « ça vous dit d’aller boire un café. Mais pas à la cafétéria ici, pitié. Y’a un espèce de tea room pas loin dehors. Et puis maintenant que t’as deux bouches à nourrir, faut prendre des forces et moi j’ai trop faim » dis-je à l’intention de ma maman.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 172
» Pseudo : Bee
» Avatar : eiza gonzalez
» Âge : 30
» Schizophrénie : Aël & Wiwi
() message posté Jeu 12 Juil 2018 - 10:53 par Mila P. Dos Santos
Lilly tente de me rassurer mais quelque part j’ai quand même l’impression d’aller à l’échafaud. Elle arrive pourtant à me tirer un sourire quand elle me dit que son copain pourrait me trouver un gars à épouser. L’image qu’il me vient directement en tête c’est Célian, et là, mon estomac se tord et j’écarte l’image avant de me sentir mal. Faut pas rêver ma vieille, tu es au courant que cette relation ne te mènera à rien. « Tu penses que tu pourrais m’en trouver un pompier et sportif aussi ? » Je tente la blague mais je suis crispée.

Dans une vie il peut y avoir plein d’occasions qui vous font tomber de haut. Des évènements auxquels vous ne vous attendez pas, ou qui ne sont pas prévu dans l’ordre dans lequel ils étaient prévus. Or, je ne crois pas qu’un jour dans ma vie je me sois dit qu’avoir des jumeaux était un de mes objectifs. Comment ça se fait que ça me tombe dessus ? Peut être que si j’avais réfléchi je me serais rappeler que mon ex belle-mère possédait une sœur jumelle, et que ce genre de chose saute une génération. Mais moi, tout ce qui est relatif à mon ancienne vie à New York j’ai tenté de l’oublier. Ma faible expérience avec les femmes enceintes, et mon envie de ne pas l’être ont clairement obscurcit mon jugement sur la chose. Peut être serait il temps de tirer la sonnette d’alarme et de réagir comme une femme qui n’est plus un enfant, et qui est sensée avoir à faire à des situations beaucoup plus compliquées tous les jours… Bah oui, il n’y a pas mort d’hommes ici, plutôt deux naissances. Malgré tout, là, je n’arrive pas à réaliser. J’entends d’une oreille distraite que Callie est en chemin, ça m’apaise un peu. Sans le faire vraiment consciemment, dans mon état de choc je reprends la remarque de Lilly. De quelle couleur peindre la chambre ? Le jaune n’est pas vraiment ma couleur préférée… « Oui… Au moins ils pourront jouer ensemble. » Chance que notre Lilly n’aura jamais eu puisqu’elle est fille unique. Même s’il prenait à ma sœur l’envie de remettre le couvert avec un nouveau, ils n’auront jamais grandi ensemble et la connexion que j’ai pu avec Callie sera toujours plus forte par exemple.

Il ne faut pas beaucoup plus de temps pour que nous sortions. L’examen est assez rapide, avec une prise de sang, donc j’aurais les résultats rapidement, et je repars avec une enveloppe en main avec toutes les images de l’échographie, et puis le dossier relatant les explications, ainsi que le prochain rendez-vous. Elle m’a même dit qu’elle me ferait passer l’enregistrement de leur cœur. Quand je ressors de là en compagnie de Lilly j’ai l’impression d’être dans du coton, mes yeux tombent directement sur ma sœur, malgré tout je ne m’effondre pas, je suis dans un état trop étrange. Comme elle pose la question, je parle de façon assez mécanique. « Ils sont deux, et ils vont bien. » J’espère que ça pourra la rassurer. La tête que je fais est uniquement dû au choc et non à l’état de santé d’un de nous trois. Je tends l’enveloppe à Callie je sais qu’elle sait ce qu’il y a dedans, et ça expliquera mieux les choses que moi qui ait encore du mal à les comprendre. J’hoche la tête en direction de Lilly et c’est avec soulagement que je quitte cet endroit.

Heureusement je ne porte plus mes vêtements de boulot, et que j’ai dégagé la fin de l’après midi pour l’échographie j’aurais difficilement eu le cœur à travailler. Il faudrait définitivement que j’aille acheter des vêtements adaptés à la situation car mes petites robes, même pour les plus larges commencent à être serrées et bientôt je n’y rentrerais plus. Mais peu importe pour l’instant je suis ma sœur et ma nièce dans les couloirs où quelques-uns des collègues nous saluent. Nous sommes toutes les trois connues ici. Je préfère attendre que nous soyons sortis de là avant de parler à l’une ou à l’autre, parce qu’ici les rumeurs vont trop vite à mon goût. Je ne sais pas combien de temps ça prend mais je finis par me retrouver assise en terrasse de l’endroit dont parlait Lilly un peu avant. Et là je dis quelque chose qui me surprend moi-même. « Je crois que la mère de Kyle a une jumelle. » Je sais que j’ai soigneusement évité le sujet depuis que je suis arrivée mais bon il faut bien dénouer cette histoire. Tout ça c’est une histoire de génétique. Et puis je me tais à nouveau, ne sachant quoi rajouter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 289
» Pseudo : HEATHEN
» Avatar : Minka Kelly
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
» Absence : 16.09
() message posté Sam 4 Aoû 2018 - 14:47 par Callie M. Dos Santos
Boy or Girl ?
Lilly, Mila & Callie
Callie ne s’attendait pas à voir la mine déconfite de sa sœur lorsqu’elle sortirait de la salle d’examen de la gynécologue. Elle s’attendait plutôt à un sourire, même minime. Elle connaissait la réticence de Mila quant à élever un enfant – toute seule – mais l’échographie apportait toujours un peu plus de baume au cœur, de motivation et d’instinct maternel. C’était du moins ce que Callie avait ressenti lorsqu’elle avait été enceinte. Dans la salle d’attente, elle s’était occupée un peu comme elle pouvait : en répondant à ses textos, en feuilletant l’un ou l’autre magazines, en établissant son planning de la semaine via son smartphone. Puis maintenant qu’elle se trouve face à sa sœur et sa fille, elle s’inquiète. Lilly a l’air de prendre les choses avec plus d’optimisme, mais elle n’est en rien la principale concernée dans l’histoire. Non, pour le coup la tête de Mila l’inquiète un peu plus. Le regard de Callie se pose sur Lilly, puis sur sa sœur, de façon consécutive d’ailleurs. Est-ce que l’une des deux va-t-elle finir par lui dire ce qu’il se passe ? Lilly semble se dégager de toutes responsabilités, puis la nouvelle tombe « - Des jumeaux ? Comment est-ce possible ? » Callie fait le tour des personnes de leur famille, personne n’a de jumeaux. Ou du moins pas qu’elle sache ou qu’elle en sait souvenance, probablement du côté de Kyle. Callie prend l’enveloppe dans ses mains et se rassied sur l’un des sièges de sorte à jeter un œil aux échographies « - Mon dieu, deux mini toi. Déjà un ça allait être quelque chose, mais deux… » plaisante-t-elle, bien qu’elle doute que ça aide sa cadette à positiver, ou à sourire tout simplement « - Ca va, je rigole Mila. Des jumeaux, c’est deux fois plus d’amour. »  encore qu’à l’heure d’aujourd’hui, Callie avait l’impression de n’avoir de la place que pour Lilly dans son cœur, peut-être justement parce qu’elle n’avait eu qu’elle et qu’elle l’aimait bien plus que de raison.

Callie glisse les échographies dans l’enveloppe, puis se lève en écoutant la proposition de sa fille. C’est pas une mauvaise chose. Ça permettra de se poser et d’en discuter, et puis aussi de remplir l’estomac de cet enfant de vingt-et-un ans. « - Un jour faudra que tu me dises où tu cases tout ce que tu manges, ma jolie » . Installées à la terrasse du tea room dont parlait Lilly, Callie chausse ses lunettes de soleil sur son nez. Le regard vers Mila lors de sa déclaration, Callie reprend « - ben, il faut espérer, Il est au courant ? De toute façon, de notre côté il n’y a pas de jumeaux je crois, donc si c’est pas du sien, tu devrais peut-être te poser des questions sur l’identité du père. » Sans rien vouloir insinuer, évidemment. Callie lance un signe au serveur pour qu’il vienne prendre leur commande et s’adresse. « - Vous prenez quoi ? » Callie allait opter pour un cappuccino, pas forcément affamée et surtout, l'estomac encore noué de son entretien avec son client juste avant. « - Tu comptes prévenir maman ? » Elle se doute que si Mila met la machine en marche, que leur mère allait débarquer dans la semaine et entrainer sa fille cadette dans tous les magasins de nurserie de Londres. Elle va probablement se ruiner en vêtement pour enfant, et peut-être même décider de rester à Londres jusqu'à ... très longtemps. Elle a beau être une maman chaleureuse, aimante et débordante de tendresse, elle reste cependant une maman envahissante que les trois filles Dos Santos peinent toujours à lui annoncer l'une ou l'autre nouvelle telle que la grossesse de Mila, par exemple. Néanmoins, Callie avait été contente de l'avoir quand elle était revenue en Espagne avec sa fille dans les bras.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Mar 14 Aoû 2018 - 15:14 par Lilly R. Adams
J’arque un sourcil à la demande de Mila, au fond ça ne m’étonne pas, ou du moins ça ne me choque pas. Je ne sais pas vraiment où se trouve le père de ses futurs enfants, mais si tout roulait comme on pourrait le penser, elle ne serait pas à Londres alors que sa vie était dans une des plus belle ville du monde. « J’imagine qu’Aël doit avoir des collègues célibataires. Mais tu devrais peut-être éviter de directement leur balancer à la figure que t’attends des jumeaux, ça serait con de les effrayer directement » dis-je en rigolant, bien que ça n’allait pas du tout l’aider, j’en ai bien conscience. Et puis tout le monde sait qu’un homme fait directement trois pas en arrière lorsqu’il y a un enfant en jeu. Alors deux …. Sauf Aël, peut-être, mais lui je le garde. Je ne sais pas tellement quelles seraient mes réactions si j’étais à la place de Mila, probablement totalement apeurée, mais je n’ai pas le même âge non plus, ni la même expérience de vie, alors quand je pense à ma mère qui était enceinte à 17 ans, je me demande comment elle y est arrivée, elle. Moi j’aurais probablement avorté, mais alors pourquoi elle non ? Surtout que mon père, lui, ne semblait pas vraiment concerné par la chose.

« Il parait que les jumeaux évoluent plus vite qu’un enfant tout seul, parce qu’ils se stimulent l’un l’autre. Et puis c’est plus gai de grandir à deux que toute seule, c’est clair. » Je ne sais pas si j’aurais voulu avoir une sœur jumelle. Un frère jumeaux peut-être, mais aujourd’hui, je doute avoir envie d’entendre que ma mère est de nouveau enceinte. Avant oui, j’aurai aimé, mais maintenant j’ai une vie différente et la notion de famille semble elle aussi changer. Vivre à trois dans une maison dans l’attente d’une quatrième petite tête, je n’y crois pas et honnêtement, je n’en ai même pas envie. J’ai d’autres espérance de vie je crois, peut-être qu’à l’avenir ils incluront – j’espère même – Aël, mais aujourd’hui ça reste un sujet un peu compliqué, déjà par le fait que mon père ne l’ai pas encore officiellement rencontré. « Est-ce que tu penses que les rencontres officielles c’est has been ? » Que mon père rencontre Aël par hasard, why not, mais le faire débarquer dans le but de le présenter à Samuel Adams, je m’imagine plutôt très mal. Je trouve ça un peu trop vieux jeu d’ailleurs.

A la terrasse du café dont j’avais parlé, j’ai le nez plongé dans le message que je suis en train de rédiger « Moi je veux un croque monsieur avec du ketchup et un Fanta s’il te plait mamounette » dis-je à ma mère avant de replonger dans la rédaction de mon message. « Nana va venir à Londres ? » je suis déjà toute enthousiaste à l’idée que ma grand-mère vienne, sans doute que Mila l’est moins étant donné la situation « Maman si Nana vient chez toi je peux venir chez toi aussi le temps qu’elle reste, allez s’il te plait, s’il te plait, s’il te plait. Je suis tout le temps écartée maintenant, c’est nul.» Je fais une pause puis je reprends « En plus, je pourrai lui présenter Aël, elle va l’a-do-rer, j’en suis sûre. » j’adresse un sourire forcé à ma mère, comme si je ne lui laissais pas vraiment le choix alors que je savais pertinemment que l’heure allait être à la négociation. « Tu dois être contente, ta maman va venir s’occuper de toi, Mila » lui dis-je avec beaucoup de naïveté dans la voix, très certainement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 172
» Pseudo : Bee
» Avatar : eiza gonzalez
» Âge : 30
» Schizophrénie : Aël & Wiwi
() message posté Mar 14 Aoû 2018 - 16:28 par Mila P. Dos Santos
On ne peut pas dire que ma nièce ait les mots pour me rassurer. Je suis déjà stressée par tout ça, et me rappeler que je suis seule et que je le serais encore longtemps… C’est une angoisse que j’aurais aimé ne jamais connaître. Je me contente de faire un sourire qui doit plutôt ressembler à une grimace en fait.
Ma grimace ne s’arrête pas là. En effet quand j’entends Lilly qui me dit qu’ils sont encore plus réactifs à deux que tout seul… Je me souviens bien d’elle d’ailleurs quand elle était un bébé. J’avais déjà l’impression qu’elle apprenait très vite. Comme bien souvent chez les enfants c’était un petit singe qui voulait absolument tout faire comme nous. Voilà avec quoi je vais me retrouver : deux petits singes. « Est-ce que tu essaies de me rassurer ? Parce que ça ne marche pas vraiment… » J’ai d’autant plus de mal à savoir où elle veut en venir quand elle me demande si les rencontres officielles c’est has been. Je suis sonnée, mes neurones ont du mal à faire deux connexions logiques. Cependant ça fini par faire tilt là haut. « Tu prévoies de présenter ton copain à tes parents ? Si c’est le cas j’aimerais bien être une souris pour voir la tête de ton père. Surtout quand il saura son âge. Je donnerais cher pour voir ça. » Je marque une pause, essayant de remettre de l’ordre dans les évènements dans la vie de ma nièce. « Tu ne m’avais pas dit qu’ils se connaissaient déjà plus ou moins ? » Les idées se bousculent dans ma tête il faut le dire. J’ai du mal à garder les pieds sur terre, même si parler d’autre chose -ne serait ce que 2 minutes- me fait du bien.

La rencontre avec Callie me replonge au cœur de mon problème. Quand elle me demande comment ça peut être possible j’hoche les épaules. J’aurais aimé que ça ne le soit pas. Je n’ai même pas l’énergie de lui jeter un regard noir quand elle me dit que deux mini moi seraient un enfer. « Deux fois plus de couche tu veux dire… » J’ai du mal à être optimiste sur le sujet, voire même à envisager deux fois plus d’amour. Je suis pas sûre d’en avoir pour un pour l’instant encore.

« Il ne sera pas au courant. » Mon ton est clairement catégorique. Je rejette en bloc l’idée qu’il le soit, voire, qu’il puisse l’être un jour. Lui il a perdu le droit d’être au courant le jour où il a mis les pieds dans cette prison. « Mais c’est lui le père j’en suis sûre. » Pas comme si ça pouvait être quelqu’un d’autre, en 3 ans de relation je n’avais été avec personne d’autre que lui. J’écoute Lilly commander, en fait j’ai moi aussi faim. « Sandwich au poulet avec une San Pelegrino. »
Nouvelle grimace quand ma sœur parle de notre mère. Il n’y a que Lilly pour être contente, et se réjouir de sa venue ici. Je doute être capable de la supporter, et il y a moyen que si elle n’arrive trop longtemps avant l’accouchement je ne la tue dans son sommeil. « Pour l’instant je vais la tenir à distance. Ne m’en veut pas Lilly mais je ne supporterais pas de l’avoir tout le temps sur mon dos. Je vais lui dire, mais je vais aussi lui dire que sa présence n’est pas requise tant que je n’ai pas accouché parce que de toute façon elle ne pourra rien faire de plus à part me rendre folle. » J’arrête de parler, et j’ai un demi sourire. « Bon je ne vais peut être pas lui dire les choses dans ces termes. » Mon but n’est pas non plus de la blesser, ou de perdre ma tête à dire ce genre de choses mais je connais ma mère.
« Pourquoi tu ne vas pas en vacance en Espagne avec Aël cet été d’ailleurs ? » Je change volontairement de sujet essayant de retrouver un peu de contenance. Même moi je n’en peux plus de me plaindre. Elle m’a déjà vaguement parler de ça mais je ne sais pas si Callie, ou pire Sam, sont au courant ou donnerait leur accord. Peut être que je mets les pieds dans le plat…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Bloomsbury :: Great Ormond Street Hospital
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Merci A Lilly,Peluche,CC, et Clémennnnnt!!!!!
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-