Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Coupe du monde 2018 : Demi-Finale Angleterre-Croatie.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Version #29 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 29ième version aux couleurs estivales, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Ça bouge dans le staff !
Il y a du changement du coté du staff. Toutes les informations sont par .
Underbelly Festival Southbank.
L'Underbelly Festival est toujours en ville, n'hésitez pas à y faire un tour.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


Real lies, or how to have a typical sunday lunch [Milian#3]

avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 49
» Pseudo : Bee
» Avatar : eiza gonzalez
» Âge : 31 ans bientôt
» Schizophrénie : Aël James
() message posté Lun 9 Juil - 16:35 par Mila P. Dos Santos
Il y a beaucoup d’action que l’on fait qui ont des répercutions. On rend des services à certaines personnes et elles nous demandent des services en échange. Ca ne marche pas toujours comme ça, parce que souvent on demande des services à des amis qui n’attendent rien en retour. Clairement je savais déjà qu’en demandant un service à Célian je devrais lui rendre la pareille tôt ou tard. Est-ce que ça me dérange vraiment ? A vrai dire non. Il a été plus que compréhensif avec moi lors de cette soirée de gala où finalement nous ne sommes pas restés plus d’une heure. Il a pris plutôt bien le fait que j’étais enceinte… Enfin en même temps je ne savais pas à quoi m’attendre. Pourquoi l’aurait-il mal pris ? Bonne question. Ce n’est pas comme si ça le regardait vraiment, alors pourquoi ça me stressait autant ? Je lui suis vraiment reconnaissante. D’être resté avec moi après aussi malgré son avion tôt le matin suivant. Je crois que ça faisait longtemps que je n’avais pas passé une soirée avec quelqu’un qui ne soit pas un membre de ma famille.

Voilà peut être pourquoi quand il m’a appelé pour me demander de l’accompagner chez sa mère je ne lui ai pas dit non. En soit, je lui en devais une, ça il me l’a suffisamment fait comprendre, hormis cela, si je peux me rendre utile ça me va aussi. Par contre je ne suis pas sûre d’avoir très bien compris le pourquoi du comment. Il m’a juste demandé de lui rendre la pareille, je l’ai fait passer pour mon mari, il veut me faire passer pour sa copine. Ok, jusque là noté. Mais j’ai compris dans sa voix au téléphone qu’il y avait plus que ça. Un malaise qu’il n’a pas détaillé. Je me suis dis qu’au cas où il ne s’en rappelait pas j’étais enceinte et que maintenant que je le veuille ou non, ça se voit. D’ailleurs j’ai dû demander le dress code pour l’occasion. Aller manger un dimanche midi chez les parents, chez moi je dirais qu’on s’habille correctement, mais je ne sais pas comment c’est chez ses parents à lui. Du moins chez sa mère. C’est étrange quand même comme situation, pendant les 3 ans où on se fréquentait moins que plus, je n’ai jamais entendu parler d’eux et maintenant que notre relation est platonique je me retrouve sous les feux de la rampe.
Me voilà donc à chercher quelle tenue sera la plus appropriée, et surtout dans quelle tenue j’arrive encore à rentrer. Au moins pour travailler je n’ai pas ce problème-là : la tenue est large et élastique bien que justement ça commence à peser sur mon ventre, je crois que je vais demander une taille en plus. J’opte pour une robe légère taille empire blanche à manche large de sorte à ce que mon ventre ne soit pas la seule chose que l’on remarque sur moi. J’abandonne les escarpins pour une paire de sandale plate blanche et le tour est joué. Un peu de maquillage pour parfaire le tout mais ça reste léger juste pour ne pas avoir l’air trop fatiguée.

Prenant mon sac, et vérifiant que tout est dedans je sors et me rend jusqu’à chez mon voisin d’en face pour aller taper à la porte. J’attends patiemment qu’il ouvre profitant des rayons du soleil. Je regarde chez moi en attendant. J’aime vraiment bien cette maison, mais il faudrait que je trouve quelqu’un pour s’occuper du jardin je crois que je n’en aurais jamais le courage. Finalement la porte s’ouvre, je me retourne en souriant. « Salut voisin, ça va ? » Mes humeurs sont vraiment changeantes, je ne sais pas pourquoi je suis tellement gaie d’un coup, peut être que c’est la pression qui me fait cet effet-là.  Je m’approche pour déposer un baiser sur sa joue, je suis bien loin de la fille au bout du rouleau de ces dernière semaines, pourtant entre temps j’ai appris que ce ne serait pas 1 mais 2 bébés qui étaient entrain de grandir en moi. Peut être que voir leur bouille même sur un projecteur, et d’entendre leur cœur battre m’a mis du baume sur le miens. J’ai gardé les clichés sur mon téléphone que j’avais pris en photo pour ma mère à la base. Je me suis rendue compte que les gens aimaient bien les voir même si moi je ne comprends pas trop pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/10/2017
» Messages : 196
» Pseudo : Kim *
» Avatar : Justin Timberlake
» Âge : 34 ans
» Schizophrénie : Lilly, la princesse qui a besoin de son père
() message posté Mer 11 Juil - 11:05 par Célian T. Atherthon
Le réveil qui le sort de son sommeil, le soleil qui passe au travers des persiennes et la tête lourde qui lui rappelle qu’il n’a presque pas dormi. Pourtant il n’a pas le choix, la grasse matinée c’est pas pour aujourd’hui. De retour de New-York dans la nuit, Célian s’est juste contenté de passer sous la douche et de se laisser tomber dans son lit. Les bagages pas défaits, cette maison toujours pas arrangée. Le confort est loin d’être optimal. Parfois, l’envie de réserver une chambre d’hôtel dans la ville de Londres pour son retour lui vient à l’esprit, mais ne serait-ce pas dépenser de l’argent pour rien alors qu’il a véritablement un pied à terre dans cette ville ? Une belle et grande maison vue de l’extérieur, et pourtant une fois qu’on entre à l’intérieur, cet endroit manque cruellement de confort, de vie ou de personnalité. Il s’était promis de faire appel à quelqu’un pour s’occuper de ça, comme il avait fait pour son appartement new-yorkais. Peut-être même que ça devrait être la prochaine mission de sa secrétaire. Ca commence à devenir urgent.

Deux jours avant, Célian avait répondu à un coup de fil de sa mère. Ordinairement, il n’aime pas tellement être dérangé par sa famille lorsqu’il se trouve en voyage d’affaires. Pourtant, il connait sa mère et elle n’est pas du genre à être un peu trop intrusive en connaissant le boulot prenant de son fils. Si elle appelle, c’est qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, sans doute est-ce la pensée qui l’a poussé à prendre cet appel. Finalement, il aurait peut-être mieux fait de ne pas le prendre. Dans un premier temps, elle lui a parlé d’une compagne qu’il ne lui aurait pas présenté, dont il n’aurait jamais parlé. Euh.. Quoi ? Pas sûr de tout comprendre, il s’était assis sur la première chaise à sa portée pour essayer de se concentrer sur ce que sa mère tentait de lui expliquer. Finalement, à force de réfléchir et de se remémorer, il comprit que la fille en question était Mila et que le seul endroit où on aurait pu les voir était à la soirée du travail de cette dernière. Cette soirée, il ne peut mal de l’oublier puisqu’il avait, en effet, joué le mari pas au courant que sa femme est enceinte. Pendant une dizaine de minutes au moins, Cécé a bien essayé de lui expliquer que ce n’était pas tout à fait ça, mais l’euphorie de sa mère semblait bien trop grande pour essayer d’écouter un traitre mot de ce que son fils tentait de lui dire. Quoi qu’il en soit, elle avait pratiquement exigé de la rencontrer dès son retour à Londres. Célian avait donc fait ce qu’il pensait être la meilleure solution pour cette entrevue : demander à Mila de changer les rôles. Après, il ne resterait plus qu’à lui dire une semaine ou deux plus tard que tout était terminé, et l’affaire était bouclée.

En attendant, Célian eut toutes les peines du monde pour sortir de son lit et se diriger enfin vers la salle de bain avec l’espoir qu’une bonne douche aurait un effet revigorant. Au final, c’est un peu le cas. On ne peut pas lui dire que ça ne lui a pas permis de se réveiller un peu, bien qu’il sent bien les heures de sommeil manquantes. En voyant l’heure, il se rend compte que Mila ne va pas tarder à arriver alors que lui n’est même pas encore tout à fait prêt. Il enfile un jeans noir et sans avoir le temps d’enfiler une chemise cintrée, il entend frapper, le forçant à descendre pour ouvrir. Pas besoin de se demander qui ça peut bien être : il n’attend personne si ce n’est Mila. De toute façon, il n’attend jamais personne puisque lui-même reste peu de temps dans cet endroit. Il s’empresse d’ouvrir et la laisse entrer en la saluant « Salut, ça va un peu à la bourre pour pas changer mais bon Et toi, la forme ? Entre, je finis de vais chercher mes chaussures ». La chemise il l’a déjà dans ses mains et l’enfile en grimpant les escaliers quatre à quatre puis redescends une ou deux minutes plus tard avec sa veste et ses chaussures. « C’est charmant chez moi non ? » demande-t-il avec beaucoup d’humour, se moquant lui-même de l’état peu chaleureux de sa maison. « C’est joli cette robe, ça te va bien » lui dit-il avec beaucoup de sincérité et un sourire tout aussi sincère.

Une fois prêt, Célian prend ses clés de voiture et abandonne sa maison en emmenant Mila avec lui. Dans la voiture, il devrait peut-être la briefer sur sa mère, mais que pouvait-il en dire ? Il n’avait pas tellement à s’en plaindre, elle restait une mère gentille et présente pour ses enfants, la preuve. « Ca va tu ne te sens pas trop stressée ? » Lorsqu’il se gare devant la maison de sa mère, ils ont à peine le temps de sortir de la voiture que sa mère est déjà dehors à les accueillir avec le sourire. Cécé embrasse sa mère puis se lance dans les présentations officielles : « Elizabeth ma maman, Mila ma …. Compagne » Un sourire à sa mère, presque mal à l’aise de cette présentation officieusement officielle, ou quelque chose comme ça. « Je suis ravie de vous rencontrer Mila, si vous saviez depuis le temps que j’attends ça ! Oh, mais vous êtes enceinte. Mais entrez ne restez pas là, j’ai préparé plein de petites choses sur la terrasse. » Célian un peu plus silencieux passe sa main sur la taille de Mila pour l’inviter à avancer et à suivre sa mère sur la terrasse. Une fois installés, Célian garde ses lunettes de soleil sur le nez, peut-être que ça aiderait à camoufler le mensonge lorsque sa mère pose l’ultime question « Pardonnez-moi d’être indiscrète mais, est-ce que Célian est… le père ? » Ce dernier croise le regard de sa mère avant de répondre à la négative. Madame Atherthon semble, elle, déçue de cette réponse. « Alors Mila, comment vous sentez-vous ? Vous savez déjà si ce sera une petite fille ou un petit garçon ? Vous êtes enceinte de combien de mois ? Et vous faites quoi dans la vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 49
» Pseudo : Bee
» Avatar : eiza gonzalez
» Âge : 31 ans bientôt
» Schizophrénie : Aël James
() message posté Mer 11 Juil - 13:37 par Mila P. Dos Santos
Dans le miroir avant de partir je me tourne sous tous les angles. Ma prise de poids est phénoménale en ce moment, le médecin à dit que c’était normal parce qu’une grossesse gémellaire impliquait environ 500 g par semaine à partir du quatrième mois. L’angoisse totale. Je me suis fait au fait que finalement j’aurais des jumeaux. Qu’y puis-je de toute façon ? Il m’a fallu un peu de temps quand même j’étais un vrai zombie quand j’ai appris la nouvelle. Je trouve l’idée d’être mère célibataire d’un seul enfant compliqué, mais alors avec deux ? Pourtant je dois avouer que j’ai revu mon jugement quand je me suis retrouvée seule chez moi avec les images disposées sur mon lit de mes enfants qui grandissent en moi. C’est la première fois que je les voyais pour de vrai. Ca me semble un peu plus réel quoi que j’ai toujours l’impression d’être dans le corps d’une autre plus que dans le miens. J’ai été obligée d’informer ma mère, et aussi de dire à mon employeur qu’il y aurait des chances pour que mon congé parental démarre plus tôt que prévu.

C’est donc avec mes presque 8,5 kilos en plus que j’attends devant chez Célian. Je ne sais pas vraiment comment il compte faire passer la pilule à sa mère du fait que je sois enceinte. Mais soit. Cependant si il y a bien quelque chose qui me tire de ma réflexion c’est de le voir m’ouvrir la porte torse nu. C’est vrai que vu qu’il ne va pas partir comme ça, nous allons être définitivement en retard, mais moi ça me va aussi de pouvoir profiter de la vue pendant les quelques où il me fait entrer. Il disparait à l’étage, et pendant ce temps là je regarde autour de moi. C’est la première fois que j’entre à vrai dire jusque là il ne me l’avait pas proposé et je comprends pourquoi. Il y a des cartons partout, et aucune décoration. Les murs sont blancs… On dirait qu’il vient d’arriver alors que je sais que ça fait plusieurs mois qu’il est là. « Tu n’exagérais donc pas… » Je marque une pause et reporte mon attention sur lui. « Je comprends pourquoi tu es peu chez toi, ça ne donne pas envie. » A présent il a passé une chemise. C’est quelque chose que j’apprécie chez lui, quelque soit l’occasion il est bien habillé. « Merci, j’ai essayé de prendre une robe où ne voit pas trop mon ventre mais à ce stade je crois que je ne peux plus rien faire… » je pose ma main sur mon ventre, comme réponse j’ai le droit à un léger mouvement là-dedans. « Ta mère sait que je suis enceinte ? » Je ne voudrais pas que la pauvre femme s’imagine bientôt grand-mère, ou qu’on ait tenté de lui dissimuler quoi que se soit.

Nous sommes finalement en route. Je souris à Célian. « Non ça va. Je me suis dit que si jamais elle posait des questions sur… Nous … Je lui dirais qu’on s’est rencontré il y a plusieurs années à New York c’est pour ça qu’on se connait bien. Après on a fait notre vie chacun de notre côté, et on s’est rendu compte par hasard que nous habitions l’un en face de l’autre quand j’ai emménagé, et nous voilà aujourd’hui. C’est bien non ? » Finalement c’est la petite histoire de notre relation, bien que la fin soit fausse. Après si elle pose des questions sur le père des jumeaux je dirais qu’il est mort avant que je ne sache que j’étais enceinte, et dans ma tête c’est aussi ce qu’il s’est passé.
En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire nous sommes arrivés. Ok, là j’ai la boule au ventre… Ou peut être que j’ai juste faim ? Ca m’arrive tout le temps en ce moment. Je passerai ma vie à manger, et à ne rien faire aussi, mais hélas je ne peux rien faire des deux. Je peux dire que rester debout toute une journée comme à me peser. D’ailleurs on ne me met pas sur des lourdes chirurgies pour l’instant je fais plus de la consultation, du suivi de patient où j’ai le droit de rester assise. Je ne sais pas si c’est nécessaire mais c’est comme ça. Le moment des présentations a donc sonné. Je rencontre Elizabeth mère de Célian qui me fait un sourire chaleureux que je lui rends. Elle me fait directement l’impression d’une personne vraiment sympathique et chaleureuse. « Enchantée. » J’ai l’habitude des mamans qui ne font que parler, ma mère est du même genre. A vrai dire si je la connaissais mieux peut être que je serais comme ça moi aussi, là je suis plus réservée, il faut dire que la réflexion qu’elle me fait sur le fait que je suis enceinte me bloque un peu. J’attends la question pour savoir qui est le père… J’ai pas envie d’y répondre mais je sais que je n’aurais pas le choix. Je ne rajoute rien et je suis entraînée par les deux Atherthon vers la terrasse ombragée. Nous nous installons. Sur le chemin je suis ravie de constater que contrairement à la maison de Célian celle de sa mère semble abriter quelqu’un de vivant. Avant de répondre à Elizabeth je laisse son fils lui répondre par la négative. Elle semble déçue, non elle n’est pas sur le point d’être grand-mère… Je décide de ne pas insister sur le sujet tant qu’elle ne me demande rien. « Bien merci, à Londres il ne fait pas trop chaud finalement je suis bien contente de passer ma grossesse ici. » Contente de passer ma grossesse ici ? Je tiens les faux semblants mais je ne sais pas si y’a grand-chose de réellement vrai dans cette phrase. « En fait… J’attends les deux, je vais avoir des jumeaux, et même si ça pourrait sembler plus, j’en suis à bientôt 5 mois. » Je souris, et je tiens bon. Je n’ai vraiment pas envie de tourner le regard vers Célian. J’ai peur des répercutions, j’aurais pu le prévenir et je ne l’ai pas fait. De toute façon ça change quoi ? Déjà me faire passer pour « sa compagne » c’est compliqué au vu de mon état… Bref. Parlons d’autre chose, en plus je n’ai pas fini de répondre à ses questions. « Je suis chirurgien cardiologue. » Elle nous propose à boire et je suis partante pour un  jus de fruit bien frais. Je bois un peu une fois qu’elle revient et puis je joue à la belle fille polie. « Et vous ? Vous vous occupez à quoi ? Je pense pas que Célian m’en ai parlé. » Quand je dis son prénom je viens chercher sa main sur rebord de la chaise, autant jouer à la fille amoureuse jusqu’au bout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 01/10/2017
» Messages : 196
» Pseudo : Kim *
» Avatar : Justin Timberlake
» Âge : 34 ans
» Schizophrénie : Lilly, la princesse qui a besoin de son père
() message posté Lun 16 Juil - 13:42 par Célian T. Atherthon
La réflexion de Mila sur l’intérieur de sa maison ne le gêne pas vraiment. Après tout elle dit la vérité, c’est loin d’être un endroit cosy et agréable, pourtant cet endroit a du potentiel, mais Célian est de loin un homme pour qui la décoration parle. Il n’aime pas faire le shopping pour ce genre de chose, alors oui il devrait probablement faire appel à une décoratrice d’intérieur « Non seulement ça ne donne pas envie, mais je ne fais rien pour y remédier parce que justement, je ne suis pas souvent chez moi » rétorque-t-il en grimaçant. Autrement dit, c’est un cercle vicieux. Au fond, c’est pas le plus important pour Célian, d’autant plus qu’il ne se sent pas encore totalement concerné par cette ville. Dans sa tête, c’est un peu comme si cet endroit était juste un endroit pour dormir lorsqu’il est à Londres, alors qu’en réalité, c’est tout l’inverse qu’il est censé se produire. Il devrait plutôt oublier un peu les USA et se concentrer sur cette ville, mais ça reste compliqué, et le déclic a du mal à se faire.

Célian adresse un sourire à Mila lorsqu’elle lui explique le choix de sa robe. En effet, ça devenait compliqué, mais encore qu’il ne comprenait pas vraiment pourquoi elle cherchait à le cacher. Une femme enceinte reste quelque chose de naturelle et même s’il n’est pas toujours totalement charmé par les enfants, ni vraiment sensibles aux bébés, il voulait vraiment comprendre la raison de cette folie à vouloir se cacher. Le gros ventre doit surement en être la cause pour les femmes faisant attention à leur physique et leur image, mais c’est pas non plus comme si on avait envie de penser qu’elle s’enfilait trois hamburger par soir et qu’elle est obèse. Ici, c’est pour une bonne raison et les hommes qui ne sont pas foutus de comprendre ça sont de vrais imbéciles. « Non elle ne sait pas, c’était pas vraiment à moi à lui dire je pense. » Le fait de préciser que Mila était enceinte, c’était un peu comme se sentir impliqué dans cette grossesse alors qu’en réalité, ce n’était en rien le cas. Cet enfant n’était pas de lui, il ne voulait surtout pas prendre la place de leur père. Célian se penche pour lui déposer un baiser sur la joue et reprend « mais elle le saura bien assez tôt, t’en fais pas ». Célian hausse les épaules en guise d’approbation de la théorie explicative de Mila. En même temps, c’est un peu ce qu’il s’est passé, avec une finale un peu différente jusqu’à présent. Encore qu’il n’est pas vraiment sûr que sa mère s’intéresse de savoir comment ils se sont rencontrés.

Chez la mère de Célian, le jeune homme reste égal à lui-même, sans en faire de trop. Ne dit-on pas que le too much fausse les situations ? Sur la terrasse, le temps s’y prête bien et il n’y fait pas trop chaud non plus. De son côté, Célian laisse sa mère mener son interrogatoire en gardant une oreille attentive et Mila semble n’éprouver aucun mal pour y répondre. Lorsqu’il prend son verre pour se déshydrater, il manque de s’étouffer en entendant la réponse de Mila. What ? Les deux ? « Célian tout va bien ? » finit par lui demander sa mère « Oui j’ai avalé de travers, pardon » Il évite le regard de sa mère, comme il évite également de tourner la tête vers Mila. « En tout cas félicitations vous êtes radieuse. Je suis très contente pour vous deux. » vous deux ? A nouveau Célian est sur le point d’oublier le jeu de rôle dans lequel il a plongé Mila et adresse un sourire à sa mère. « Oh bravo ! J’aurai aimé qu’un de mes enfants se tourne dans la médecine, mais comme tu vois Célian a toujours été passionné de sport et Nawel dans le droit. M’enfin ils gagnent bien leur vie, c’est déjà ça. Faudrait peut-être qu’ils pensent à fonder une famille plutôt qu’à penser à leur boulot tout le temps. Enfin, Célian semble s’être calmé de ce côté-là… » Célian n’est même pas étonné de ce genre de remarque « Nawel est encore jeune, maman » en effet, sa petite sœur va tout juste sur ses trente ans, ça reste un âge correct pour avoir des enfants ou pour commencer à penser à une vie de famille.

La main de Mila semble venir trouver la sienne et pour le jeu, il se surprend de venir jouer avec ses doigts dans une gestuelle délicate et remplie de tendresse. Sa mère quant à elle semble contente de voir que Mila s’intéresse un peu à elle « Oh je m’occupe comme je peux, je fais du jardinage et puis j’aime beaucoup faire de la cuisine. Je fais du point de croix.. Bref des trucs de vieux quoi » conclut-elle, avant de s’adresser à Célian « Tu pourrais peut-être penser à t’intéresser aux sportifs européens, toi. Ca te permettra d’être plus souvent ici et puis tu pourras aider un peu Mila, comme ça. De toute façon, regardez la coupe du monde, il va de soi que le foot est un foot plutôt européen. Je ne comprends pas pourquoi tu perds encore ton temps en Amérique, Célian. D’ailleurs eux n’ont même pas été qualifiés pour la coupe du monde ! » Célian est choqué, mais il ne sait pas tellement de quoi : est-ce le fait que sa mère en sache autant sur cette compétition, ou parce qu’elle vient de lui dire qu’il devait se montrer en bon père de famille, qu’il n’était pas. « Peut-être parce que mes clients ne sont pas des joueurs de soccer mais de foot US ? On verra, de toute façon je dois attendre un peu, c’est pas aussi simple d’appâter le poisson. Puis Mila n’est qu’à cinq mois, on a encore un peu de temps. » On. Chose qu’il n’a jamais dit probablement depuis des années. Célian parlait souvent en « je » ou en « tu » mais jamais autre chose. « Rassurez-moi, vous n’allez pas vivre chez Célian ? Cette maison est tellement triste. » Peut-être que ce moment chez sa mère n’était donc pas une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE

» Date d'inscription : 24/02/2018
» Messages : 49
» Pseudo : Bee
» Avatar : eiza gonzalez
» Âge : 31 ans bientôt
» Schizophrénie : Aël James
() message posté Hier à 14:29 par Mila P. Dos Santos
« Pourtant il ne faudrait pas grand-chose pour améliorer le tout… » Rapidement dans ma tête j’arrive à estimer les changements qu’il faudrait faire pour que cette pièce où j’attends qu’il soit prêt daigne ressembler à un vrai espace de vie. Ce n’est pas comme s’il habitait un appartement minable. D’ailleurs j’ai du mal à comprendre pourquoi il a pris une maison comme ça, et aussi grande du coup. Ça n’a pas de sens. « Pourquoi tu as choisi d’avoir un palace si c’est pour ne jamais y mettre les pieds et le laisser en chantier ? »C’est une bonne question non ? Et puis il faut le dire : je suis une grande curieuse, j’aime savoir ce genre de chose. Parce que franchement, je doute qu’à un seul moment il se soit dit qu’il allait toucher à cette décoration voire même à ses cartons.

Je le regarde d’un air dubitatif. Sa mère ne sait pas que je suis enceinte ? Elle va être choquée la pauvre dame. Mais ça ne m’étonne qu’à moitié en réalité. Franchement à quoi je m’attendais ? S’il lui avait dit, il aurait sans doute dû raconter l’histoire. Qu’aurait il dit ? A quel point aurait-il dû se justifier d’être en couple avec une femme enceinte d’un autre homme ? Tout cela n’est pas très clair en effet. Je suppose que ça ne soit pas arriver tous les jours, c’est bien ça qui m’angoisse d’ailleurs de ne jamais trouver personne qui veuille de moi dans cet état, et dans le suivant une fois que les jumeaux seront nés. Je suppose que j’aurais dû me poser les questions avant que le père ne finisse en prison.
Enfin toujours est il que nous finissons par arriver jusque chez sa mère, et une fois les présentations faites, et le fait que Célian ne soit pas le père écarté, je continue à me faire assaillir de question. C’est donc comme ça que mon « compagnon » apprend qu’il va être l’heureux « beau père » de deux enfants et non pas d’un comme il le pensait. Peut être que j’aurais dû le lui dire dans la voiture, mais il avait l’air assez tendu comme ça. Je me retiens de rire nerveusement quand il est sur le point de s’étouffer, mais sa mère ne semble pas comprendre pourquoi donc tout va bien. Je lui adresse un très grand sourire quand elle me félicite et c’est moi qui manque de rougir quand elle nous dit qu’elle est contente pour nous. Jusqu’où ira la supercherie. « Vous êtes gentille, pour l’instant j’ai surtout l’impression de ressembler à une baleine. » Ou une vache, n’importe quel animal pesant à l’évidence plus de 100 kg. J’écoute docilement ce qu’elle me dit, avec le sourire. J’en apprends un peu plus sur sa sœur que je ne connais pas et dont j’ai très peu entendu parler, Célian n’est pas forcément bavard sur sa famille. Quand elle parle de son fils mes yeux se porte sur lui. Est-ce qu’il s’est vraiment calmé, comme elle dit ? J’ai des doutes connaissant la bête. Mais enfin je ne vais pas lui dire ça. En plus ce n’est pas comme si j’avais la moindre preuve de ce que j’avançais, il ne me raconte pas ses déboires amoureux.

J’essaye de focaliser mon attention sur madame Atherton mais la pression de la main de Célian sur la mienne me perturbe. J’essaye de suivre avant qu’elle ne me prenne pour une attardée mentale. « Au moins vous avez du temps pour vous dédier à des choses que vous aimez ! » Finalement c’est un privilège que peu de gens ont à l’heure actuelle puisqu’il faut avant tout travailler. En tout cas cette dame suit plus l’actualité sportive que moi, la seule chose que je sais c’est qu’en temps de rencontre sportive les urgences sont pleines à craquer, pour le reste je n’ai aucune expertise. En plus comme elle en rajoute une couche sur le peu de temps qu’il passe à Londres -chose que je lui reprocherais sans doute moi même si nous étions ensemble- je reste d’autant plus coite. Jusqu’à devenir muette avec son « on a encore un peu le temps ». Toute trace de sourire c’est envolé de mon visage pendant un dixième de seconde, il ne reste plus que de la totale stupeur. C’est quoi ce qu’on dit déjà ? Tel est pris qui croyait prendre ? Je me contente de le fixer stupidement jusqu’à ce que l’attention revienne sur moi. « Non. » La réponse à fuser. Quand je me rends compte que j’ai dit ça de façon abrupte je reprends. « Non, je vais rester chez moi j’ai déjà commencé à préparer des choses. Et puis, on habite l’un en face de l’autre pour l’instant ça ne pose pas de problème… Il n’y a rien de déballé chez lui, alors de là à y installer deux enfants… » J’ai menti à moitié, parce que chez moi non plus il n’y a rien de prêt je n’ai pas encore réussi à me décider à acheter quoi que se soit. Je décide d’en rajouter une couche juste pour voir jusqu’où je peux pousser le vice. « Et puis j’aimerais qu’il me supporte encore un moment, j’ai peur que si nous habitions ensemble il ne fuit. » De ma main de libre je récupère le verre qu’elle m’a servi pour me désaltérer un peu. Je sais que je le met dans l’embarras à parler comme ça, mais comment ne pas profiter de la situation ? Peut être que je devrais me taire quand même…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: Central London :: Westminster
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» Real Life Bolter!
» "White Lies." [A.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-