Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #32 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est toujours parmi nous, venez en profiter. Rendez-vous par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
à ne pas manquer

semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
london is asking la prochaine session aura lieu le 24 novembre à 21h, on vous attend nombreux !
maxime s. monroe elle a besoin de liens la petite actrice avec sa carrière en pause, postez dans sa fiche !
sam morrison une bien jolie docteur qui recherche des liens, pourquoi ne pas aller la voir ?
Ma fiche de liens dans le besoin


Two starters, three desserts and a surprised guest. ┊Adams, Hemsworth & more.

avatar
Guyliner.

» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 11365
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 36 ans.
» Schizophrénie : Le quadra.
() message posté Mar 10 Juil - 1:46 par Ethan I. Hemsworth


TWO STARTERS, THREE DESSERTS & A SURPRISED GUEST
Je regardais la tablée et peinais à me rappeler comment j'en étais arrivé là. Enfin, si, je savais. L'envie d'Amanda de réunir sa famille. La voir en pleine effervescence me mettait du baume au coeur. J'espérais en mon fort intérieur que notre relation avait joué un petit rôle dans son entreprise. Elle vivait difficilement l'absence de Charlotte, mais nous... Si je fixais la table un peu plus longtemps, j'étais sûr de finir par croire qu'elle était dressée chez nous, et non pas chez Amanda. Pourtant, c'était bien là que j'étais, chez Amanda, tel un invité. Malgré cela, il était facile de croire que nous étions ce couple marié d'autrefois, s'apprêtant à recevoir Samuel, Lilly et Callie comme nous recevions toute la famille pour les grandes occasions avant, dans notre grande demeure Australienne. Je n'étais pas d'une grande utilité dans la préparation du repas. Mes compétences culinaires s'arrêtaient à un seul talent : sonner chez mon voisin chef cuisinier pour soudoyer ses petits plats. Pas besoin de jeter un oeil à la table ni au four pour être sûr que qu'aucune cuisine n'égalait celle d'Amanda. Tout simplement parce qu'elle me manquait. Je me rendais un minimum utile en aidant à dresser la table, exploitant sans scrupule les petites mains agiles d'Ava, ainsi qu'en vérifiant les différents temps de cuissons de la ribambelle de plats qu'elle préparait. Amanda tout craché. Je crus frôler l'incident diplomatique quand mon téléphone vibra et que je perdis le fil. « Houston we have a problème. » Peut-être un peu trop alarmant comme formule, très vite, un sourire malicieux fila sur mon visage. Il était évident qu'il ne s'agissait de rien de grave et que j'avais une idée derrière la tête. « Lilly prévient qu'elle aura du retard. Son copain la dépose... Est-ce que ce ne serait pas l'occasion parfaite d'avoir un nouveau cobaye à gaver ? » Si je ne m'étonnais plus des extravagances culinaires de la Adams, je ne me privais pas de la taquiner. Le fond de ma pensée était tout à fait sérieux. Le couvert supplémentaire déjà prêt, Ava se jeta sur l'interphone. Nous avions abandonné l'idée de décrocher ou ouvrir la porte avant elle un jour. « Lilly ? Attends on vient te chercher avec papa et maman. » Évidemment, elle était la première à se jeter sur la porte du hall et à arriver près d'elle. « Il est où ton amoureux ? » Très bonne question. Aël finit par se faire repéré et, bien sûr, Ava ne se gêna pas pour l'amener jusqu'à nous. Telle était sa mission. Je savais que si la proposition sortait de la bouche d'un enfant, il y avait peu chance qu'il la refuse. « Tu restes avec nous pas vrai ? Allez dis oui ! » Jonglant du regard entre ma nièce et son compagnon au moment de les saluer, j'affichais un air coupable mais fier. Je me tournais vers Amanda pour la forme, ayant bien retenu que de toute façon elle avait dit à Samuel et Lilly de venir accompagnés s’ils le souhaitaient. « Techniquement tu n'es pas en retard, ton père n'est pas encore arrivé. » Je glissais l'information à bon entendeur avant de pénétrer dans l'appartement, laissant Amanda les accueillir.

claude gueuse
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Best blondie sissy ever.

» Date d'inscription : 23/08/2016
» Messages : 833
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Jennifer Morrison
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Hazel J. Chase, Kyle A. Rowena
() message posté Jeu 12 Juil - 15:08 par Amanda E. Hemsworth


TWO STARTERS, THREE DESSERTS & A SURPRISED GUEST
 Amanda ne râtait jamais une occasion de réunir sa famille c'était bien connu. Une fois de plus, elle ne faisait pas exception. Avec tout ce qui c'était passé, les différents changements tantôt brusque, tantôt progressiste dans sa vie, elle avait besoin de se changer les idées. Alors quoi de mieux donc, que de réunir ses proches ? La jeune femme c'était donc lancée dans son projet à corps perdu, à sa bonne habitude. Après un rapide mais savant calcul de ce qu'elle allait bien pouvoir faire, elle avait prévenue ses invités : Son mari, duquel elle c'était particulièrement rapprochée ces derniers temps, qui bénéficiait à nouveau d'une place évidente autour de sa table, sa nièce et son frère, auxquels l'australienne avait précisé de venir avec la personne de leur choix. Si elle avait envisager de ne pas en faire trop au début, assurant à qui voulait l'entendre, qu'il s'agirait d'une simple dinette sans chichis, la blonde devait avouer s'être un peu emballer. En effet, 2 entrées, un plat principal avec des options selon les goût de chacun et trois desserts, cela faisait possiblement beaucoup en fin de compte. Elle pinça vaguement les lèvres, perplexe, installée devant ses fourneaux à surveiller la cuisson de l'ensemble. Tout était en bonne voie, pas parfait, mais presque. Ethan déjà sur place, semblait vouloir l'aider au mieux, aussi l'avait envoyer mettre la table en compagnie de leur fille. Déléguée s'avérait difficile, mais elle faisait des efforts. « Houston we have a problème. »  entendit-elle, sortant un des plats du four. Elle manqua d'ailleurs de peu de le lâcher à cette annonce. "Un problème ? Comment ça ? Rien de grave, j'espère" asséna-t-elle aussitôt. « Lilly prévient qu'elle aura du retard. Son copain la dépose... Est-ce que ce ne serait pas l'occasion parfaite d'avoir un nouveau cobaye à gaver ? » Elle ouvrit la bouche un car de seconde et l'a referma. "Oh...Oui, ce n'est pas grave. J'avais dit à Lily et mon frère de venir avec qui ils voulaient." Elle marqua une pause, puis dévisagea brusquement son compagnon : "Gaver ? Comment ça gaver ? Ce n'est tout de même pas un banquet. "déclara-t-elle, tout en sachant dans son fort intérieur qu'elle se mentait un peu. Elle regarda ensuite machinalement sa montre. "Un peu de retard, ce n'est pas la fin du monde." S’apercevant que son geste pouvait dans une certaine mesure être mal interprété, elle précisa : "...Non,je ne regardais pas ma montre pour ça, c'est pour le reste" dit-elle en indiquant la gazinière. Elle continua ainsi ses préparatifs, jusqu'à ce que l'interphone retentisse enfin. Ni une ni deux, ils n'eurent pas leur mot à dire que leur fille c'était déjà chargée de répondre. «« Lilly ? Attends on vient te chercher avec papa et maman. » Sortant de la cuisine, l'assistante haussa un sourcil avant de sourire à l'irlandais. "Elle est super efficace." Prête à recevoir ses invités, la blonde ne pu s'empêcher de rire lorsqu'Ava demanda avec naturel et sans pression où se trouver l'amoureux de sa cousine. « Tu restes avec nous pas vrai ? Allez dis oui ! » alla-t-elle lui dire une fois repérer. "Je crois que tu n'as plus le choix maintenant" annonça-t-elle tout en les accueillant. « Techniquement tu n'es pas en retard, ton père n'est pas encore arrivé. » glissa le brun à Lily. Et l'ancienne avocate approuva en hochant la tête. "Il n'y a rien de très étonnant la dedans. Sam est régulièrement bon dernier. " Elle haussa vaguement les épaules. Au moins, je ne suis pas dépaysée, songea-t-elle.
Code by Fremione.



@Ethan I. Hemsworth @Lilly R. Adams @Aël James @Samuel A. Adams @Callie M. Dos Santos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 202
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Jeu 12 Juil - 16:36 par Aël James
Le réveil avait été compliqué ce matin-là. Comme il ne travaillait pas le lendemain il était sorti avec Lilly pour l’anniversaire d’une de leur amie commune et la soirée s’était finie à l’aube. Suffisamment tard donc pour prendre une douche par bon sens et juste aller se coucher parce qu’à une heure pareille il n’y a rien d’autre à faire. Même lui ne s’était pas levé pour aller courir et ça, c’était une chose relativement rare dans son quotidien. Cependant, depuis qu’il était avec Lilly sont quotidien n’était plus le même. Il travaille moins, ce qui n’est pas forcément un mal d’après les dire de sa mère, et il a baissé son nombre d’heure de la salle/exercice. En fait, les heures qu’il occupait parce qu’il était seul son maintenant remplies par une brunette de 21 ans.

Ils ont donc passé la matinée à traîner, jusqu’au moment où Lilly se rappelle soudainement qu’elle va être en retard chez sa tante pour le repas de famille. Au vu de l’heure il se propose de l’amener en voiture, voiture qui sera sans doute heureuse de sortir du garage depuis le temps qu’il ne s’en est pas servi… Pour s’habiller il envisage de passer un survet’ mais se ravise quand il se rappelle qu’il y a des chances pour rencontrer des membres de la famille de Lilly. Il trouve donc un bermuda bleu foncé et un polo blanc qui font tout de même plus habiller et moins lendemain de soirée. Il fait tout de même valider le tout par sa copine avant d’attendre que se soit elle qui finisse de se préparer devant la fin d’un match de foot de la coupe du monde. Il a suivi rapidement, surtout au niveau des scores à défaut d’avoir le temps de se poser pour regarder les matchs.

Finalement, et un peu en retard ils arrivent à l’adresse que Lilly lui a indiquée. Il se gare et la suit pour être sûr qu’elle arrive à bon port. Il se demande s’il n’aurait pas mieux faire de jeter le colis par la fenêtre quand il voit le couple et la petite fille qu’il a déjà rencontrés au nouvel an chinois. Pourquoi ? Parce qu’il sait très bien qu’il ne pourra pas dire non à l’invitation d’Ava, ne serait-ce que pour être poli envers la famille de Lilly. Cependant voir le docteur Adams n’est pas forcément une perspective très réjouissante pour lui, du moins c’est ce que lui a expliquer Lilly à plusieurs reprises.  Il sourit à la petite famille, un peu gêné. « Je ne voudrais pas m’imposer… » Il regarde Lilly a ses côtés, il sait déjà à quelle tête il va avoir droit. Celle qui dit : ne m’abandonne pas. Finalement c’est vers Ethan et Amanda qu’il se trouve, après tout c’est eux qui doivent donner leur accord. Il fini par s’adresser à la petite fille en souriant plus franchement devant son air. « Si tes parents sont d’accord je reste. » Il sent déjà que cette soirée va être haute en couleur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Jeu 12 Juil - 21:57 par Lilly R. Adams
Avec le temps et cet accident, je crois que j’ai perdu l’habitude de sortir en soirée. Autant dire que le réveil est plus que compliqué quand on revient aux petites heures matinales. Je n’ai pas non plus l’habitude d’avoir moins de huit heures de sommeil dans le nez, en général, j’essaie plutôt d’en grappiller plus que moins. Le moment qu’il m’a fallu pour réellement émerger a été relativement long, au point qu’en me rappelant le déjeuner chez ma tante, j’ai enfin réussi à sortir du lit. Etant donné le peu de temps qu’il reste avant de vraiment être en retard, Aël décide de m’y emmener et de laisser les transports en commun de côté. Ma conscience me rappelle qu’il n’est pas joli d’abuser de la gentillesse des gens, et je me promets à moi-même de lui rendre la monnaie de sa pièce un jour d’une manière encore totalement inconnue. C’est à ce moment-là que je me dis que oui, il faudrait que j’apprenne à conduire et que non, je n’en ressens pas l’envie malgré tout.

En pleine rédaction du texto que je compte envoyer à Ethan, je lève les yeux de temps en temps sur les tenues qu’Aël me propose pour m’emmener. Finalement, j’approuve son choix et pense moi aussi à m’apprêter. Contrairement à lui, j’ai pas trente-six choix, j’avais surtout emporté ma tenue pour ce déjeuner familiale la veille, en débarquant chez ce dernier pour rejoindre la soirée où on était invités tous les deux. Un slim un tantinet délavé et une blouse blanche avec un col bateau et un chapeau rien de folichon, mais pas non plus mes vêtements de la veille digne d’une tenue de lendemain de soirée. En rassemblant mes affaires dans mon sac, je laisse le temps à Aël de terminer le visionnage de son match jusqu’à ce que ce soit la dernière limite pour partir.

Arrivé en bas de l’immeuble je récupère mes affaires puis sonne à l’interphone. Je ne suis pas vraiment étonnée d’entendre Ava au bout du fil, étant donné l’intrépidité de cet enfant, ni même son trop plein d’énergie. Lorsque Ava s’intéresse plus à Aël qu’à moi, en fait, je souris « Tu te rappelles de lui ? Tu l’as vu au festival des lanternes. » dis-je à ma cousine. Ensuite, je l’ai kidnappé en lui disant qu’un de ses potes l’attendait au cinéma, alors qu’il n’en était rien. Je salue ensuite mon oncle et ma tante avec le sourire et m’intéresse à la demande d’Ava concernant son envie de voir Aël participer à ce déjeuner, en croisant son regard j’ajoute « Ah bah tu serais bête de refuser la cuisine d’Amanda. Rien à voir avec la mienne, promis » En effet, on est même plutôt opposées: Amanda est un vrai cordon bleu alors que moi je reste ce cauchemars en cuisine. « Je crois que la ponctualité c’est pas notre fort parce que ma mère n’est pas souvent à l’heure non plus. » En retirant mon chapeau, je le mets sur la tête d’Ava, certes un peu trop grand et suis le reste du groupe jusqu’à l’étage « Mon dieu Amanda, qu’est-ce que ça sent bon chez toi. Ca donne faim » parce qu’en plus de s’être levé tard, on avait aussi fait l’impasse sur le petit déjeuner. Finalement, je porte à nouveau mon attention sur ma cousine « T’as des nouveaux dessins, Ava ? Tu sais qu’Aël adore ça ? » Bon en fait j’en savais trop rien, mais j’imagine qu’il serait ravit d’avoir un dessin, puisqu’il aime les enfants. Après tout, c’est l’intention qui compte. Puis j’enchaine auprès de mon oncle « Hier j’ai mis le foulard, j’avais trop la classe ! Quand on m'a demandé d'où il venait, j'ai dit que tu l'avais volé sinon elles allaient acheter le même » dis-je avec une once d’humour et d’exagération. Encore que c'était aussi ce que j'avais dit à mes parents...

@AËL JAMES @AMANDA E. HEMSWORTH @ETHAN I. HEMSWORTH @SAMUEL A. ADAMS @CALLIE M. DOS SANTOS
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 04/12/2016
» Messages : 289
» Pseudo : HEATHEN
» Avatar : Minka Kelly
» Âge : 38 ans
» Schizophrénie : Aidan M. Stewart, le sexy neurochirurgien
» Absence : 16.09
() message posté Ven 13 Juil - 18:24 par Callie M. Dos Santos
Callie avait organisé sa journée de sorte à ce que celle-ci soit reposante, mais productive. En travaillant à son propre compte,  plus on travaille, plus on gagne mais ça va aussi dans le sens inverse. Autrement dit, même en se disant qu’elle peut lever le pied, l’espagnole trouve quand même une heure ou deux pour avancer sur ce qu’elle a à faire. Lorsque Lilly lui a proposé de venir au repas organisé par sa tante, Callie est restée hésitante. Certes, avec Samuel ça va beaucoup mieux, il n’y a pas de doute, mais elle se sent toujours aussi étrangère dans la famille Adams, chose tout à fait normal puisqu’elle ne fait en rien partie de la famille. Malgré tout, face aux supplications de sa brunette, Callie a beaucoup de mal à résister et si elle a, à plusieurs fois espéré que Lilly l’oublie pour ce repas, et bien il n’en était rien. Elle a donc accepté de venir se joindre à cette petite famille, satisfaite de voir le sourire de sa fille s’élargir sur son visage. Difficile de passer à côté d’ailleurs.

Ce matin-là, Callie a pris un peu de temps pour elle, puis s’est apprêtée d’une tenue relativement simple, mais élégante pour autant. Avant de rejoindre l’adresse qu’on lui avait donnée pour le diner, l’espagnole prit le temps de passer par chez sa soeur, s’assurant que tout allait bien pour elle. Déjà être enceinte tout court n’était pas vraiment simple, mais de jumeaux, elle se doute fortement qu’on puisse parfois se sentir dépasser par les évènements. Elle essaie pourtant de donner un peu de sa positive attitude à Mila, en lui contant son vécu pas totalement semblable puisqu’elle n’était enceinte que d’un enfant, mais globalement, les deux histoires se ressemble légèrement, si on ose mettre ce petit détail de côté. Encore que pour sa grossesse et la naissance de Lilly, Callie n’était pas toute seule, contrairement à sa sœur cadette.

En bas de l’immeuble d’Amanda, Callie sort de son véhicule non sans oublier le petit montage floral acheté sur le chemin en guise de remerciement pour l’invitation, mais aussi un petit cadeau pour Ava et puis presse son doigt sur la sonnette. Elle passe une main dans ses cheveux et attend qu’on l’ouvre, puis monte à l’étage qu’on lui a indiqué à l’interphone. Lorsqu’on vient lui ouvrir, elle a le sourire aux lèvres presque rassurée de voir que même si Samuel n’était pas encore arrivé, sa fille l’était bien. Elle ne connaissait pas encore très bien le mari d’Amanda, mais heureusement elle partageait quelques vieux souvenirs avec la sœur du père de sa vie, du temps où elle aussi elle vivait en Australie. « - Bonjour, je suis un peu en retard : je suis passée en coup de vent chez ma sœur avant de venir » Finalement, et avec un sourire sincère elle offre le petit présent à la maitresse de maison et puis en allant saluer la fille d’Ethan et Amanda, elle ajoute « - Je t’ai pris un petit cadeau, ma puce. Lilly m’a dit que t’adorais les pirates » et en effet, en passant devant une jolie tenue de corsaire version féminine, Callie avait aussitôt pensé à ce repas et à la nièce de Samuel. « - Vous allez bien ? C’est gentil de m’inviter mais ça me gêne. De m’incruster tout le temps » elle finit enfin par s’approcher de sa fille qu’elle embrasse, non sans avoir remarqué au préalable que celle-ci était accompagnée « - Tu vas bien mon petit chat ? A voir ta tête on dirait que t’as dormi… 3 heures. » Puis elle s’approche du jeune homme qui l’accompagne « - J’imagine que tu dois être Aël ? J’entends tout le temps parler de toi mais je crois que j’étais la seule incapable de mettre un visage sur ton prénom. Je suis Callie la maman de Lilly » Callie n’avait pas perdu son sourire en rencontrant le petit-ami de sa brunette et s’empressa de lui faire la bise. « - Amanda si tu as besoin d’aide pour quelque chose n’hésite pas ». Callie prit place auprès des autres convives, pas forcément étonnée de ne pas voir la présence de Samuel quelque part dans l’appartement.  


@Ethan I. Hemsworth @Samuel A. Adams @Lilly R. Adams @Aël James @Amanda E. Hemsworth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
() message posté Lun 16 Juil - 19:37 par Invité
Il allait encore se prendre une réflexion par sa sœur. Pas une méchante, non, juste une petite pique avec toute la délicatesse dont pouvait faire preuve Amanda. Mais il y avait longtemps que Samuel avait abandonné l'idée d'être à l'heure quelque part, surtout aux repas de famille. Le dernier Noël faisait exception à la règle. Pourtant, il n'y mettait pas de la mauvaise volonté, il était simplement tributaire des urgences. Il espérait qu'avec le temps, ses proches avaient fini par se faire une raison. Lilly pouvait encore s'en plaindre, mais plus avec la même énergie qu'autrefois, sûrement parce qu'il avait prit des congés et qu'il n’acceptait plus toutes les gardes pour pouvoir rester à la maison. En regardant l'heure au moment de sa sortie du bloc, il sut qu'il ne pourrait pas être à l'heure. Il hésita à envoyer un message à Panda pour la prévenir, mais cela serait inutile, elle l'aura bien comprit toute seule. Avant de partir, il jeta un dernier regard au tableau des opérations, plus par réflexe que par réelle crainte. Il avait confiance en ses équipes, il ne faisait que superviser la plupart du temps. Mais comme ce soir il était de dîner, il n'avait pas envie d'être rappelé pour un problème qui aurait pu être résolu sans lui. Rassuré, Samuel ne trouva aucune anomalie et partit prendre une douche rapide dans l'un des vestiaires. Il fut un temps où il se douchait plus souvent à l'hôpital que chez lui, mais cela avait changé avec l'arrivée de Lilly à Londres et encore plus depuis son accident.

Finalement, il gara sa voiture dans l'allée et jeta un coup d'oeil à son visage dans le rétroviseur. Il s'était rasé de prés ce matin et ses cheveux étaient soigneusement plaqué en arrière. Il aurait pu prendre sa moto mais il allait certainement ramener Lilly après le repas et il connaissait sa crainte de monter en voiture, alors la moto... Avant de sonner, Samuel repèra la voiture de Callie. Il espérait qu'elle ne lui en voudrait pas trop d 'arriver après lui. Il savait combien l'espagnole se sentait gênée par cette situation. Pourtant, de nouveau ensemble depuis quelques mois, il n'y avait vraiment pas lieu d'être, mais ils avaient choisi de garder cela pour eux pour l'instant. En sonnant à l'interphone, il espérait que Lilly soit déjà là, afin que sa mère se sente plus à son aise. Il avait été mit au courant par Callie plus tôt dans la journée que leur fille avait insisté très lourdement pour qu'elle soit présente ce soir. Samuel sonna à l'interphone et entendit la voix mélodieuse de sa nièce suivit d'un « y a tonton qui est arrivéééééé » avant que la porte d'en bas ne s'ouvre.

A son entrée dans l'appartement, Ava se jeta sur son oncle qui la souleva du sol, comme à son habitude. Puis Samuel aperçut son beau-frère qu'il salua d'une tape chaleureuse : « Salut ! Je suis le dernier, c'est ça ? ». Il n'eut pas besoin d'une confirmation qu'il vit sa sœur apparaître à son tour dans l'entrée, son demi-sourire en coin. « T'ai-je déjà dit que tu étais la plus belle sœur du monde ? », dit-il avec adresse, son sourire le plus charmeur en plus. En vrai, il y avait Charlotte aussi, mais elle n'était pas là pour l'entendre. Il embrassa donc sa sœur, sans oublier de lui remettre la bouteille de vin habituelle. Il fit quelques pas avant de tomber sur Callie à qui il souria avant de l'embrasser sur la joue, non sans ressentir une certaine frustration. « Tu es arrivé depuis longtemps ? ». Il s'en voudrait vraiment d'avoir traîné plus que de raison. Mais il savait qu'il n'était pas en retard que de quelques minutes... « Tonton, y a Lilly qui est avec son amoureux », dit Ava en lui attrapant la main. Samuel éclata de rire. Sa nièce avait une imagination débordante et il imaginait déjà Lilly assise avec un nounours sur les genoux pour faire plaisir à Ava. Mais à son entrée dans la pièce principale, il aperçu une présence qu'il ne connaissait pas. Un homme, un inconnu qui lui semblait pourtant vaguement familier. Samuel fronça les sourcils, pas bien sûr que la suite allait lui plaire. Non, en vérité, au vu du regard de tous, ça ne lui plaisait pas du tout.
@Ethan I. Hemsworth @Amanda E. Hemsworth @Lilly R. Adams @Callie M. Dos Santos @Aël James
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guyliner.

» Date d'inscription : 13/10/2016
» Messages : 11365
» Avatar : Colin O'Donoghue.
» Âge : 36 ans.
» Schizophrénie : Le quadra.
() message posté Jeu 19 Juil - 1:49 par Ethan I. Hemsworth


TWO STARTERS, THREE DESSERTS & A SURPRISED GUEST
Tout de même pas un banquet ? Je retenais un sourire. Non, en fait, je n’arrivais pas du tout à ne pas sourire. « Oh mais pas du tout. Autant pour moi. » Je laissais mes yeux vagabonder d’un plat à l’autre puis sur la table fièrement dressée, digne de sa majesté la Reine pour qu’Amanda comprenne l’ironie de mes propos. La voir aussi emballée me rendait heureux. Même quand elle regardait sa montre, ce qui pouvait être le signe d’une quelconque pression, je ne relevais pas, me contenant juste de sourire tendrement. Elle m’attendrissait, voilà tout. « Tu devrais l’embaucher comme standardiste. » Il n’existait pas plus efficace que notre fille. Pour répondre au téléphone ou pour ouvrir les portes comme pour faire craquer n’importe qui. J’en était parfaitement conscient, et je profitais de la situation sans le moindre scrupule pour faire entrer Aël dans l’appartement. Ce que je n’avais pas prévu, c’était que ma fille se montre aussi enthousiaste. « Oui oui je me souviens ! Il était beau ! » Je manquai de m’étouffer. Sûr que cela aurait fait rire Lilly. Je me tournais vers Amanda l’air affolé puis vers ma fille, la regardant avec insistance. «…Pas aussi beau que toi papa... » Elle n’en pensait pas un mot. Non. Elle avait envie de rire. Mais je m’en contentais. L’ordre rétabli, nous pouvions passer aux présentations et convaincre Aël de déjeuner avec nous, chacun y allant de sa remarque. Comme le disait la maitresse de cérémonie, il n’avait plus le choix. « Pas encore de présentations officielles hm ? Je ne voudrais pas te mettre mal à l’aise, mais Lilly marque un point, ton estomac te remerciera si tu restes. » Il ne se doutait pas à quel point… De retour dans l’appartement, il devait constater que ni moi ni ma nièce ne lui avions menti. Ça sentait bon, en effet. Je laissais Amanda les mettre à l’aise, plus douée que moi pour ça… sans parler du fait que je n’étais pas chez moi… et regardais Ava se pavaner avec le chapeau de sa cousine sur la tête, visiblement très intéressée par ce qu'elle lui apprenait. « Oui j’en ai plein ! Ah oui ? » Elle s’approcha de l’intéressé sans se démonter. « C’est vrai ? Ils sont pas aussi beaux que ceux de Lilly mais si tu veux quand même je peux t’en faire. » Ben voyons. Pas le temps de me la jouer papa poule que Lilly me parla de son cadeau d’anniversaire. De quoi redorer le blason du père se faisant voler la vedette par un bellâtre. « Mais c’est peut-être vrai. D’ailleurs, si j’étais toi, j’éviterais de venir avec à l’hôpital. Sait-on jamais, si sa propriétaire le reconnaissait. » C’était faux, bien sûr. Mais prétendre l’avoir volé faisait une histoire bien plus intéressante.
Installés sur le canapé depuis quelques instants quand la sonnettes retentit, Ava ne prit même pas la peine de se lever cette fois-ci, trop occupée avec ses feuilles et ses crayons à côté d’Aël. Et ce n'était pas vraiment le dessin qui l’intéressait. Je répondis et indiquai l’étage à Callie, mais ce fut à deux qu’Amanda et moi lui ouvrions la porte. Comme un vrai couple, songeai-je, non sans une pointe de sarcasme. Je savais d’avance qu’Amanda s’empresserait de balayer ses excuses et sa gêne pour la mettre à l'aise. Moi, je rebondissais d'abord sur son cadeau pour Ava. « T’as tapé dans le mile. » « Oh ouais ! » s’était-elle écriée en découvrant la tenue de corsaire. « Elle est trop belle ! » Puis elle avait couru vers sa mère. On l’entendait la supplier « J'peux la mettre maman ? dis oui dis oui ! » Aël ne rivalisait donc pas encore avec les pirates. Bonne nouvelle. Ensuite, je demandais des nouvelles pour éviter d'en donner moi-même. « Toi comment ça va ? Lilly m’a dit que ta soeur attendait des jumeaux ; tu sais qu’il y a une spécialiste parmi nous. » Je pensais à Amanda bien sûr. Derrière ce trait d’humour, je marchais sur des oeufs, comme chaque fois que quelque chose risquait de lui rappeler le départ de sa soeur jumelle. Entre temps, Callie avait salué sa fille et Aël, reprenant la conversation en cours, je me penchais vers la star du jour, comme si je cherchais à me faire discret alors que pas du tout. « Profite, c’est elle le good cop. » Et quand il y avait un good cop, le bad cop n’était jamais loin. J’espérais que le charme d’Ava qui, vêtue de sa nouvelle tenue, traversa l’appartement en trombe pour accueillir son oncle opère une nouvelle fois. C’était pourtant bien parti. J’avais droit à la bonne vieille tape dans le dos et il ne laissait plus à personne l’opportunité de le chambrer sur son retard. Il le faisait très bien tout seul. Jusqu'à ce qu'il découvrit "l'amoureux de Lilly". À voir la tête qu'il tirait, la magie ne prenait pas. Il n'avait pas l'air décidé à saluer sa fille, ce qui m'étonnait. « Ce gentleman a déposé ta fille, on n’a pas pu se résoudre à le laisser repartir le ventre vide. » Je jouais clairement la carte de l’hospitalité d'Amanda.

claude gueuse
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Best blondie sissy ever.

» Date d'inscription : 23/08/2016
» Messages : 833
» Pseudo : Jean-Jacques
» Avatar : Jennifer Morrison
» Âge : 36 ans
» Schizophrénie : Hazel J. Chase, Kyle A. Rowena
() message posté Ven 27 Juil - 19:19 par Amanda E. Hemsworth


TWO STARTERS, THREE DESSERTS & A SURPRISED GUEST
 La jeune femme était toujours heureuse de retrouver sa famille. Et pour se faire, il lui semblait évident d'organiser quelque chose. Qu'il s'agisse d'un barbacue, d'un dîner habillé ou d'une pizza party, peu importait du moment qu'elle pouvait accueillir ses proches et s'afférer en cuisine. Ce jour-là ne fit pas exeption. Même si elle avait précisée à qui voulait l'entendre, qu'il s'agissait d'un petit repas, simple comme bonjour, Madame s'imaginait bien que personne ne devait être dupe. Elle ne pouvait généralement pas s'empêcher d'en faire des tonnes. Non pas qu'elle essaye de faire mousser ou bien voir, non. Amanda avait seulement tendance à cuisiner en quantité souvent trop grande et à transformer n'importe quel moment qui supposa de manger, en banquet. Derrière son fourneau, elle haussa les épaules pour elle-même. On ne se refait pas. Et puis, il y avait sans doute des choses bien plus grave dans la vie, qu'un peu trop de nourriture sur la table. Tandis qu'elle préparait l'événement,  son mari et sa fille se mirent en tête de l'aider. Aussi, elle délégua quelques unes de ses tâches pour leur faire plaisir et les occuper en attendant les invités. Les premiers ne furent d'ailleurs pas long à montrer le bout de leur nez, ce malgré un léger retard, ne signifiant quasiment rien. Le clan Hemsworth, en bons hôtes, allèrent donc chercher tous ensemble leurs invités. Ava ne manqua d'ailleurs pas de se précipiter, façon fusée, sur celui qu'elle surnommait déjà "l'amoureux de Lily" ou plus communément "l'amoureux", tout court. « Tu te rappelles de lui ? Tu l’as vu au festival des lanternes. »   « Oui oui je me souviens ! Il était beau ! » Cette réplique aurait presque pu achever la blonde qui riait déjà, si elle n'avait pas vu la tête de son mari,  et  écoutée la suite : «…Pas aussi beau que toi papa... ». Si tôt dit, la petite qui n'avait pas perdue le fil, retourna à ses négociations. « Je ne voudrais pas m’imposer… » annonça-t-il sous le coup de la pression tout en jetant un regard à sa compagne. « Si tes parents sont d’accord je reste. ». Ni une, ni deux, la fillette répondit aussitôt : " Papa et maman on déjà dit oui ! Alors tu reste !". Ca c'est fait, songea aussitôt sa mère. Elle n'y va pas quatre chemins. "Je crois que tu n'as plus le choix maintenant" annonça-t-elle tout en les accueillant donc . S'en suivit quelques commentaires sur la ponctualité, notamment celle de son frère. « Techniquement tu n'es pas en retard, ton père n'est pas encore arrivé. » glissa le brun à Lily. Et l'ancienne avocate approuva en hochant la tête. "Il n'y a rien de très étonnant la dedans. Sam est régulièrement bon dernier. " « Je crois que la ponctualité c’est pas notre fort parce que ma mère n’est pas souvent à l’heure non plus. » L'australienne pencha légèrement la tête de coté avant de hausse les épaules pour la seconde fois de la journée. Retirant son chapeau, sa nièce le posa sur la tête d’Ava, et suivit le reste du groupe jusqu’à l’étage « Mon dieu Amanda, qu’est-ce que ça sent bon chez toi. Ça donne faim ». Tout sourire, l'ancienne avocate se tourna vers Lily pour lui faire un clin d'oeil : "Merci, mais c'est presque rien." Oui...on a juste passé la matinée à cuisiner, railla sa conscience. " Bon comme d'habitude, vous faites comme chez vous" précisa-t-elle avant de délaisser un instant son petit monde pour contrôler sa cuisine. Elle ne tarda alors pas à revenir tandis que Callie, l'ex-femme de Mr. Le chirurgien en chef, faisait son entrée.  Elle ouvrit donc la porte, en compagnie d'Ethan. "Décidément, on fait de plus en plus de choses à deux " commenta-t-elle à son intention en souriant. « - Bonjour, je suis un peu en retard : je suis passée en coup de vent chez ma sœur avant de venir » "Aucun problème, ne t'inquiète pas."  Ouvrant légèrement la bouche, devant la composition florale que lui tendit sa compagne, elle sourit de plus belle. "Oh ! Fallait pas !" Elle admira son présent, tandis que sa fille en recevait un également. "Fallait vraiment pas. Merci beaucoup. Fais comme chez toi, je t'en prie" ajouta-t-elle. "Bon par contre, ne nous ramène pas quelque chose à chaque fois que tu viens, sinon t'as pas finie." Elle baissa alors la voix tout en se rapprochant de son ex-belle soeur – quoi que ce ne fut pas très clair, mais elle aurait doute l'occasion de mener l'enquête auprès de son frère plus tard- : "Je ne voudrais les encourager dans leur passion pour la piraterie, si tu vois ce que je veux dire" s'amusa-t-elle. En réalité, elle savait que c'était déjà peine perdue. Leur fille était convertie à présent et elle n'y pouvait malheureusement plus rien.  « Elle est trop belle ! » Puis elle avait couru vers sa mère. On l’entendait la supplier « J'peux la mettre maman ? dis oui dis oui ! » La jeune femme fit mine d'hésiter un instant. "D'accord" concéda-t-elle. "Mais tu as dis merci à tata au moins ? " s'enquit-elle. A défaut de lutter contre la piraterie, elle pouvait lutter contre l'impolitesse. « - Vous allez bien ?» demanda ensuite la mère de Lilly. «C’est gentil de m’inviter mais ça me gêne. De m’incruster tout le temps » "Techniquement, si tu es invitée, tu ne t’incruste pas. Et puis, ma porte est plus ou moins toujours ouverte, si jamais tu veux passer à l'occasion boire un café ou quoi que ce soit, c'est avec plaisir." répondit-elle avant de scander beaucoup plus fort :" C'est valable pour tous les autres aussi !! Vous pouvez venir quand vous voulez ! Mais je n'oblige personne bien entendu" reprit-elle normalement en battant des cils, l'innocence incarnée. Tandis que chacun discutait à droite ou à gauche avec les uns et les autres, Amanda s'éclipsa à nouveau en direction de la cuisine : « - Amanda si tu as besoin d’aide pour quelque chose n’hésite pas » "Ca marche, merci" répondit-elle tout en vérifiant la cuisson d'une énième préparation. Un banquet, un vrai banquet, commenta sa conscience. « y a tonton qui est arrivéééééé » entendit-elle peu après s'exclamer sa fille. « Salut ! Je suis le dernier, c'est ça ? »[/i]. L'assistante revint alors dans l'autre pièce pour constater qu'Ava c'était déjà jetée sur son oncle. « T'ai-je déjà dit que tu étais la plus belle sœur du monde ? ». Elle secoua la tête tout en riant. "J'accepte le compliment, même si je sais que tu essaye uniquement de te rattraper." Elle saisit la bouteille de vin habituelle pour se pencher sur le sujet. Avec le temps, elle avait retenue quelques bonnes notes sur les différents vins existant. Même si elle encore loin de tout connaître. Observant un instant son frère et son ex-belle soeur tout en demandant de l'aide à son mari pour déchiffrer l'étiquette, qui paraissait presque écrite en hébreux, tellement elle peinait à l'a lire, elle se questionna quelque peu. Elle ne manqua d'ailleurs pas d'adresser à son compagnon un regard plein de sous-entendus concernant l'affaire rabibochage, sur laquelle elle commençait d'avoir de sérieux soupçons. « Tonton, y a Lilly qui est avec son amoureux » ajouta alors leur jolie tête blonde. Au vu du regard que jeta Sam, elle ne fut pas sur, tout au contraire que cela lui plaisait. J'espère qu'on ne vas pas risquer l'incident diplomatique, songea-t-elle avec une vague inquiétude. « Ce gentleman a déposé ta fille, on n’a pas pu se résoudre à le laisser repartir le ventre vide. » Ouf ! Se dit-elle avec soulagement lorsque son mari intervint, pile au bon moment.  
"C'est vrai" ajouta-t-elle. "C'est très aimable de sa part. Et tout le monde lui a vanté les mérites de ma cuisine, je ne voudrais pas le décevoir" dit-elle en souriant justement à Aël. "Bon sur ce, je vous propose de vous installer dans l'espace salon, pour un petit apéro "déclara-t-elle en indiquant canapé et fauteuils autour de la table basse. "Je vais cherche mes petites préparations. Installez-vous." dit-elle en disparaissant à nouveau un court instant.
Code by Fremione.



@Ethan I. Hemsworth @Lilly R. Adams @Aël James @Samuel A. Adams @Callie M. Dos Santos
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version
bouh
» Date d'inscription : 23/01/2018
» Messages : 202
» Pseudo : Bee
» Avatar : Daniel Bederov
» Âge : 30 ans
» Schizophrénie : Mila la bellisima, William le torturé
» Absence : 15.08.2018
() message posté Mer 8 Aoû - 10:14 par Aël James

Il a l’impression que la situation va rapidement lui échapper des mains. Ici il n’y aura pas d’échappatoire, quand la famille Adams sera au complet il sera forcément dos au mur. Non pas qu’il les craigne réellement, disons plutôt que comme le fait très justement remarqué Ethan, il n’y a pas eu de présentations « officielles ». Si Aël sait très bien qui est le père de Lilly, l’inverse n’est pas forcément vrai, et sa mère, même si il en a beaucoup entendu parlé, il ne l’a jamais vu. Dur de dire non à la petite fille qui insiste en flattant son égo, et puisque les parents sont d’accords -ce n’était qu’une formalité parce qu’il a l’impression que l’oncle de Lilly se délecte déjà de la situation tendue à laquelle ils vont être tous sujets- il n’a pas d’autre choix que d’obtempérer. « Parce que tu cuisines toi ? Je ne m’en rappelais pas ! » Il rétorque ça a Lilly, se moquant ouvertement d’elle mais gentiment. Quoi que pour l’instant il a sans doute des alliés dans la petite famille Hemsworth, ça ne sera peut-être la cas tout du long.

Une fois en haut, Lilly trouve habilement le moyen de ne le consacrer qu’à Ava et ça lui va très bien. Lui qui adore les enfants, s’en occuper n’a jamais été une corvée, et c’est bien plus simple avec eux qu’avec des adultes qui ne sont pas toujours francs dans leur façon de s’exprimer. « Je te suis. » Il n’en faut pas plus à la petite fille pour attraper sa main et le diriger vers son atelier de dessin. Il suit docilement en gardant quand même une oreille attentive à ce qu’il se passe à côté d’eux. Le répit pour Aël n’est que de courte durée, car à peine quelques instants après que la sonnette ait retenti, la mère de Lilly arrive avec son cadeau. Revenant parmi les « grands » il attend sourire aux lèvres que Callie le remarque en restant derrière Lilly. Il comprend qu’il n’est pas la seule pièce rapportée du lot, mais ne sait pas vraiment si ça doit le rassurer ou pas. Quoi qu’il en soit, il est soulagé en voyant Callie. C’est vrai qu’elle a été mainte fois décrite par Lilly. Elle adore sa mère, il le sait, il n’en reste pas moins qu’elle doit quand même connaître leur différence d’âge et peut être avoir un avis très tranché sur la question. Cependant il n’y a rien d’hostile quand elle se présente et vient le saluer en lui faisant la bise. « Je crois que je peux dire la même chose, votre fille parle sans cesse de vous. » Etonnant donc que ça soit le père sur qui jusque là il pouvait mettre un visage… La remarque d’Ethan le fait rire. « Est-ce que c’est sensé me rassurer ? » Décidément il aime bien ce personnage qui essaye de donner un équilibre entre tout le monde.

Il ne reste donc plus qu’une seule personne a voir débarquer et non pas des moindres. En retard, Samuel Adams finit quand même par sonner à la porte, et la donne est différente cette fois ci. Il salue tout le monde, tout le monde sauf Lilly et Aël. A ce moment là plusieurs sentiments contradictoires atteignent le canadien. En temps normal, ce genre de personne il se serait contenté de l’éviter, ne pas faire attention à lui et mettre son impulsivité de côté justement. Il se connait bien, il sait qu’une situation hostile peut dégénérer mais il a appris à faire avec depuis toutes ses années. Cependant là il peut difficilement passer outre. Ce n’est pas comme si c’était n’importe quelle personne qui venait de débarquer dans ce cercle qui jusque là se portait très bien.
Il hésite sous le regard de Samuel. C’est Ethan qui vient briser la glace et pourtant Aël voit bien que ça ne change pas grand-chose. C’est comme ça, alors qu’Amanda les invite tous à passer dans le salon pour prendre un apéritif qu’Aël reste un peu en arrière pour se présenter de lui-même au père de Lilly. Ils sont adultes non ? Ils peuvent se comporter comme tels. « Je suis Aël James, nous nous sommes déjà croisés l’hôpital, je suis ambulancier. » Il essaye d’aborder un visage ouvert, pourtant ce n’est pas forcément chose aisée. Il sait que sans doute une grande partie des convives doivent suivre l’échange avec intérêt. En tout cas, on ne pourra pas dire qu’il n’aura pas essayé.

@Amanda E. Hemsworth @Ethan I. Hemsworth @Samuel A. Adams @Callie M. Dos Santos @Lilly R. Adams
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre de la version
membre de la version

» Date d'inscription : 21/01/2017
» Messages : 1029
» Avatar : Bridget Satterlee
» Âge : 21 ans (23.05.97)
» Schizophrénie : Célian, l'homme de ces dames (J. Timberlake) et Jude, la jolie brune à l'esprit libre (J. Kramer)
» Absence : 25.10
() message posté Mer 8 Aoû - 20:18 par Lilly R. Adams
Ava a beau être jeune, elle a néanmoins déjà bon goût. L’entendre dire d’Aël qu’il est beau est selon moi, la vérité. Après, tous les goûts sont dans la nature, mais je défie quiconque – autre qu’un homme hétéro – de dire qu’il est moche. Ce serait de la mauvaise foi. La réaction d’Ethan me fait rire également, sans doute est-ce un avant-goût de ce qu’il aura dans quelques années, lorsque sa fille commencera à s’intéresser aux hommes. Quant aux présentations officielles, je ne peux m’empêcher de gonfler les joues. En effet, mais en même temps, il ne s’agit pas d’un moment pour lequel j’éprouve une quelconque excitation. Présenter Aël à ma mère, ça passe ; à mon père ça casse plus qu’autre chose à mon humble avis « Ca dépend avec qui, on va dire. » Je pense qu’Ethan comprendra où je veux en venir, alors que je me suis déjà réfugiée chez lui à plusieurs reprises suite à mes quelques nombreuses disputes avec mon père depuis mon arrivée à Londres. Je bouscule gentiment Aël face à sa remarque concernant ma fréquence en cuisine, et même si je suis très nulle, j'essaie de mettre les chances de mon côté comme je le peux depuis quelques semaines « J’apprends, figure toi. L’autre fois j’ai réussi à faire des crêpes. Bon je me suis trompée entre le sel et le sucre, mais à part ça elles étaient réussies ! » Une idée que j’avais eue pour passer le temps en attendant que mon père ne rentre de son travail, bien qu’au final il avait fallu commander puisque ça restait immangeable. Ava finit par emmener Aël pour lui montrer ses dessins et moi je me concentre de nouveau sur la conversation avec mon oncle concernant ce cadeau d’anniversaire que je trouve toujours aussi magnifique. « Hahaha négatif, capitaine. Mon but est de ne plus mettre un seul pied dans cet hôpital tout court. C’est le challenge que je me lance pour la fin 2018 » plaisantais-je. J’en profite que mon père ne soit pas encore là pour tenter une touche d’humour quant à son lieu de prédilection, ou plutôt sa … première maison ?

Je rejoins Aël et Ava un peu plus loin et je jette un bref coup d’œil sur les dessins de cette dernière. Peut-être parce que c’est ma passion, et la voir évoluer là-dedans attire une grande partie de mon attention. Pour son âge, elle reste douée, même plus douée que moi au sien, je m’installe de l’autre côté d’Aël et lui demande « Tu stresses ? » J’évite évidemment de lui dire que Samuel Adams a déjà eu l’intention de refaire le portrait de Julian, mais la situation était autre aussi. « Tu nous montreras ton œuvre quand tu l’auras terminée, Ava ? » En prenant les dessins qu’elle avait emmené avec elle, j’y jetais un œil y compris un où se trouvait un homme barbu, gros, déguisé en pirate. Un dessin approximatif, un dessin d’enfant « Ethan, t’es trop canon là. Très représentatif en plus » dis-je à l’attention de mon tonton en lui montrant le dessin et non sans lui adresser un sourire taquin. Je doute qu’Ava ait voulu représenter son père, mais l’occasion était parfaite pour ne pas en jouer et taquiner un peu plus mon oncle préféré

A l’arrivée de ma mère, je dépose les dessins sur la table basse. Ma maman a le mot magique pour sortir ma cousine de son dessin. Lorsqu’elle s’approche je finis par me lever et la salue. Je suis rassurée de la voir chaleureuse et pas du tout sur la défensive, mais en même temps je ne doutais pas vraiment de son accueil quant à sa rencontre avec Aël. « Oui on a un peu abusé, on est rentré tard… ou tôt, mais c’était sympa comme soirée. Mais Aël est pauvre en anticerne et du coup ça explique la tête de déterrée. » dis-je en le taquinant à mon tour. Je lui souris non sans passer ma main autour de sa taille, c’est de bonne guerre et puis il l’a cherché, un peu plus tôt. Finalement, lorsque la sonnette de la porte d’entrée retentit à nouveau, c’est pas difficile de deviner qui se trouve derrière, puisqu’il ne manque que mon père pour qu’on soit au complet. Je pense que l’ambiance change, ou alors la pression monte. Ce qui me choque le plus, je crois, c’est de le voir dire bonjour à tout le monde – et chaleureusement – sauf à Aël et moi. Sympa, ça commence bien. On a qu’à dire qu’il a été surpris, peut-être. N’empêche que je soupire non sans lancer un regard à Ethan qui essaie tant bien que mal de justifier la présence du jeune trentenaire. Lui, a la bonne attitude à avoir, je crois. J’attends de voir la réaction de mon père, avant de finalement me pencher pour lui faire la bise « Je t’en ai vaguement parlé, papa ». Finis-je par dire en parlant d’Aël. C’est vrai, sans déblatérer toute la vie de mon copain, il avait déjà entendu parler de lui. Je m’attends à une remarque qui va me déplaire, ou qui va me laisser perplexe. Un reproche peut-être, comme quoi il aurait préféré que ça se fasse en petit comité, et qu’il ait été prévenu avant. Mais je n’avais pas non plus prévu qu’il me ramène, ni même qu’on lui demande de rester manger. Lorsque Amanda nous invite à tous rejoindre le salon pour pouvoir nous faire gouter tout ce qu’elle avait préparé, je m’installe aux côtés d’Aël sans trop rien ajouter.

@Aël James @Ethan I. Hemsworth @Samuel A. Adams @Amanda E. Hemsworth @Callie M. Dos Santos
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: North London :: Camden Town
Aller à la page : 1, 2  Suivant
» Starters !! :)
» differents starters ?
» [Théorie]Les starters Eau: des armes de guerre ?
» Liste des starters
» Desserts "d'amon-nos-z-autes"**

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-