Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Version #31 & nouveautés.
Le forum vient d'enfiler sa nouvelle version, dont vous pouvez découvrir toutes les nouveautés par ici.
Chocolate Week.
La Chocolate Week est arrivée à Londres, c'est le moment de montrer votre amour pour le cacao. Rendez-vous par ici.
Le mois des défis !
Si vous êtes joueurs, c'est le moment où jamais de venir nous le montrer. Toutes les informations se trouvent par .
Le questionnaire de la rentrée.
N'hésitez pas à venir nous donner votre avis concernant le forum, par ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.
les petites annonces
semaine du chocolat c'est la semaine du chocolat bande de gourmands, venez déguster, apprendre et admirer pour le plus grand plaisir de vos papilles.
pâtisserie à la recherche d'un vendeur roman warwick cherche un(e) vendeur(se) pour sa pâtisserie sur oxford street, expérience demandée.
ton annonce ici ? c'est facile, il te suffit d'en faire la demande en envoyant un mp à un membre du staff.


come back down to my knees, be like them, lean back and breathe (Nova)

avatar
Made with love. From Hell.
Made with love. From Hell.

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 1090
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-six ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) & maxime (t. oman) & bodevan ( g. hedlund ) & nyx (b. hadid)
() message posté Mar 31 Juil - 21:14 par Solal D. B. Fitzgerald

come back down to my knees, be like them, lean back and breathe (nova & solal) ✻✻✻
(Avignon, 15 Juillet 2018) Chaque soirée de mes étés, je les passais au bord de cette piscine. Depuis mon plus jeune âge, j'avais moi aussi choisi Avignon comme destination de vacances car c'était le seul endroit où je désirais aller. Je connaissais chaque ville, chaque bus, chaque rond point à cinquantes kilomètres à la ronde. J'avais constemment besoin de me sentir en confiance, au cas où wilson se manifesterait sans prévenir. Ici, je me sentais bien. Mon père n'y avait jamais mis les pieds. C'était nos souvenirs, à moi et Juliette. Nos vacances, toute notre vie. Avec quelqu'un d'autre que Nova, ma réaction n'aurait pas été la même. Cet endroit-ci, je ne voulais pas le partager. Je ne voulais pas qu'on risque d'y laisser de mauvais souvenirs. Mais Nova, elle avait besoin de simplicité ce soir. Elle avait besoin qu'on prenne soin d'elle, qu'on lui fasse voir ce que la vie avait de joli à offrir. Mon bonheur, je voulais le partager avec elle et chasser toutes ses mauvaises pensées. Elle était peut-être dfficile à vivre, et possédait une drôle définition de la loyauté, mais elle ne méritait pas ce qui lui était arrivé aujourd'hui. Robe rouge ou pas robe rouge. J'avais de nombreux défauts, mais les femmes, je les respectais. C'est seulement leurs coeurs que je m'empressais de piétinier avant qu'elles ne s'occupent du mien. Dans l'obscurité, et alors que je nous servais à boire, j'avais levé les yeux vers elle. Elle tentait de lire ce qu'il y avait d'écrit sur la bouteille, mais sans lumière, ce n'était pas facile. En la regardant, je me rendis compte d'une chose : c'était la première fois que la peur me prenait véritablement de blesser quelqu'un. Je ne voulais pas blesser Nova, jamais. Je ne voulais pas avoir à la repousser, je ne voulais pas avoir à m'en séparer. Je me sentais bien ici, avec elle. Pourtant, il n'y avait pas de Nova sans Persée. Et si ce soir les choses nous semblaient simples entre nous, de retour à Londres, il était certain que les choses redeviendraient impossibles entre nous. Parce que Persée était arrivée avant. Mon choix n'avait pas d'importance dans leur amitié : Nova et moi avions trompé Persée. Pour nous racheter, il suffisait que je lui cède mon coeur. Mais ce n'était pas la bonne solution, car je n'en voulais pas de cette histoire. Je ne voulais pas d'obligations, je ne voulais pas me sentir redevable. L'amour devait être simple, translucide, évident. Et cette évidence ne m'avait pas encore frappé pour que je souhaite aimer Persée. Nova, l'air incertaine, venait d'accepter mon jeu. Soudainement enjoué, je me mis à sourire comme un petit garçon et commençais à mélanger les cartes. Elle me plaisait. Et cette fois-ci, ce n'était pas sa beauté ou son corps qui m'attirait, c'était qui elle était. C'était sa manière de se tenir droite, près de moi, les pieds dans l'eau. C'était ses soupirs silencieux et ses regards vagues. Ses moues continuelles et contrôlées. Ses gestes délicats et mesurés. C'était le tout. Elle était mystérieuse mais pour autant, je voyais sa fragilité se dévoiler peu à peu. Nova avait baissé sa garde. Soudainement, je n'étais plus Solal et elle n'était plus Nova. Nous étions seulement de jeunes, quelque part dans le sud de la France, à jouer aux cartes au bord de l'eau. « Sûrement, c'est aussi un peu le but de ce jeu. » Avouais-je en riant en continuant de mélanger les cartes. Mon malaise s'en était allé désormais. Je n'avais plus peur de son rejet ou de ses remarques désobligeantes. Mais c'était elle que je sentais timide, hésitante. Lorsqu'enfin j'eu finis de mélanger les cartes, je posais le paquet entre nous et attrapais mon verre pour goûter le vin. Mais je manquais presque de m'étouffer avec ma première gorgée lorsque j'entendis les mots de Nova. Pétrifié, j'avais relevé les yeux vers elle, joues gonflées pour ne pas cracher ou avaler de travers le liquide alcoolisé. Je restai ainsi quelques secondes, à la fixer dans l'obscurité, le temps de reprendre mes esprits. Lorsqu'enfin je me sentis mieux, j'avalais mon vin, et un sourire idiot vint remplacer ma grimace. L'air décontracté, je posais finalement mon verre et posais mon regard sur Nova. Elle ne me regardait pas, trop occupée à tracer des traits invisibles sur sa coupe de vin. « Ta barrière d'oreiller ne tiendra pas le coup face à mes longs membres. J'ai tendance à m'étaler. » En même temps, il fallait savoir les placer mes un mètres quatre-vingt dix. Détournant alors le regard, trop intimidé pour assister à sa réaction, j'ajoutais : « Mais... Oui. Je dors avec toi ce soir, Nova. » Un peu plus et ma voix chevrotait. Levant les yeux vers le ciel pour faire diversion, je me mis à observer les quelques nuages encore présents. Je sentais le regard de Nova sur moi. Mais j'avais trop peur de l'affronter. Trop peur d'y voir ce que j'attendais. Peur d'y voir l'inverse. Peur d'avoir envie, à cet instant, de l'embrasser et de la tenir dans mes bras. Désormais que c'était dit, les minutes allaient me sembler longue jusqu'à me trouver couché à ses côtés. Je voulais avancer le temps. Je voulais qu'elle soit dans mes bras, là, et dès maintenant. Et avec tout cela, j'en avais déjà oublié mon jeu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she’s the moon in a morning sky;catching sights and mesmerizing hearts.
she’s the moon in a morning sky;
catching sights and mesmerizing hearts.

» Date d'inscription : 22/03/2018
» Messages : 588
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : cindy kimberly.
» Âge : 21yo, (18.03).
» Schizophrénie : lola (a. debnam-carey), rioja (a. arjona) & irsa (s. shaik).
() message posté Jeu 2 Aoû - 19:08 par Nova Ainsworth
Solal était l'une des rares personnes de son entourage qui rencontrait une Nova qui démontrait une attitude calme. Ça devait lui faire changement, elle qui, habituellement, répliquait par quelque chose de sanglant ou sarcastique. Mais pour une fois, elle n’était pas terrifiée à se montrer sous un autre jour parce qu’elle savait que Solal n’allait pas la juger, n’allait pas lui demander si quelque chose n’allait pas avec son attitude. Elle était aussi calme que la soirée. Et Nova devait l’avouer, même à elle ça lui faisait un grand bien de ne pas avoir à avoir joué un jeu. De ne pas avoir besoin d’être l’extravagante Nova que tout le monde connaissait. Puis, cette douche lui avait retiré toute trace de maquillage et bien qu’elle se sente légèrement nue, ça aussi ça faisait du bien à la jeune femme parce qu’au fond, c’était peut-être ce dont elle avait besoin. Un soir sans son masque de je-m’en-foutisme. Rien qu’une soirée où elle n’avait pas besoin de prétendre être une garce. « Sûrement, c’est aussi un peu le but de ce jeu. » Nova haussait les épaules après une cinq secondes d’hésitation. Finalement, elle avait accepté de jouer à ce jeu tout en espérant que le taux de vin ingurgité l’aiderait à dormir ce soir. Alors, Nova avait bu une gorgée et elle avait été surprise de la douceur de ce vin. Assise bien droite comme sa mère le lui avait enseigné toute son enfance, elle bougeait ses pieds dans l’eau. Elle avait envie de s’y plonger, peut-être plus tard. Pour le moment, elle demandait d’une petite voix à Solal s’il allait dormir avec elle, ce soir. C’était bizarre de l’entendre demander quelque chose parce qu’habituellement, Nova ordonnait aux gens. Elle ne leur laissait pas le choix. Là, elle laissait Solal choisir entre oui ou non sans que cela l’affecte. S’il ne désirait pas dormir dans le même lit qu’elle, Nova comprendrait avec le temps et elle le laisserait dormir ailleurs. Après tout, ce n’était pas la fin du monde même qu’au fond, c’était peut-être la meilleure idée. Qu’ils ne dorment pas dans le même lit. Mais s’il acceptait, il serait une sorte de protecteur. « Ta barrière d’oreiller ne tiendra pas le coup face à mes longs membres. J’ai tendance à m’étaler. » Un problème que Nova ne possédait pas puisqu’elle ne bougeait pas beaucoup dans un lit. Mais ce qui avait interpellé Nova avait été la réaction de Solal à sa demande. Surpris, voilà comment elle l’imaginait. Surpris de l’entendre lui poser la question. « Mais… Oui. Je dors avec toi ce soir, Nova. » Cette fois, Nova avait relevé la tête afin de déposer son regard sur lui. Il regardait le ciel. Comme elle avait fait, il y a dix minutes environ. Un mince sourire s’était installé sur son visage. Un sourire qui disparut lorsque la tête de Solal commença à redescendre pour se remettre en position. « Tu es chanceux… Je ne bouge pas beaucoup dans un lit alors si tu t’étales, je risque de me retrouver au sol. Mais je prends toute la couverture. » Ajoutait-elle avec un petit rire. Portant la coupe à ses lèvres, Nova en but une seconde gorgée. Elle retira ses jambes de l’eau, Nova s’asseyait en position indienne, face à Solal. « Alors, ce jeu, on le fait ou pas ? » Questionna-t-elle, un sourcil arqué. Elle se sentait comme une petite fille dans un monde inconnu. Ou plutôt dans le monde imparfait de Solal où elle avait trouvé sa place.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Made with love. From Hell.
Made with love. From Hell.

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 1090
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-six ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) & maxime (t. oman) & bodevan ( g. hedlund ) & nyx (b. hadid)
() message posté Ven 3 Aoû - 21:56 par Solal D. B. Fitzgerald

come back down to my knees, be like them, lean back and breathe (nova & solal) ✻✻✻
(Avignon, 15 Juillet 2018) Je ne savais plus ce que mon coeur voulait. Il était bien, ce soir, aux côtés de Nova. Il l'avait été, au début, aux côtés de Persée. Cette nuit là, en Espagne. Les nuits qui avaient suivi nos retrouvailles. Mais Persée m'avait brisé le coeur. Persée m'avait blessé car elle m'avait repoussé, elle m'avait considéré comme un simple objet. Un amant parmi tant d'autres. Mais mon corps ne tenait pas la route. Il était fragile, incertain, changeant. Il pouvait céder d'une seconde à l'autre, et ne plus rien supporter. Persée ne comprenait pas qui j'étais, elle n'acceptait pas mes faiblesses, ni mon destin. Pourtant, elle savait. Mais elle ne voulait pas comprendre, car c'était probablement trop iréel pour y croire. Jamais personne ne voyait mes membres tremblants. Jamais personne s'assistait à mes crises d'angoisse et d'obscurité. Je cachais Wilson comme un fugitif recherché. Je ne m'en cachais pas, mais je le gardais secret. Seulement pour moi. Ce soir, au bord de cette piscine, Nova ne me demandait rien. Juste d'être là, pour l'instant. Elle n'attendait pas de paroles réconfortantes ou d'ébats libérateurs. Elle se contentait d'être là, assise à mes côtés, sans masque. Démaquillée. Naturelle. Elle en était d'autant plus belle. Mon existence entière avait toujours été compliqué, pour une fois, je voulais la simplicité. Après Elsa, après Alexandra, après Alba, j'avais besoin de sérénité. A vouloir trop m'accrocher, je m'étais heurté à des rejets ou des abandons auxquels je ne m'étais pas préparé. Wilson avait fait fuir Elsa et Alba. Une autre maladie avait emporté Alexandra. Comment pouvais-je croire aux histoires d'amour heureuse après cela? Comment faire confiance alors que tout poussait au contraire? J'étais perdu, largué. Mon seul repère se trouvait ici. Ce pied à terre dans le sud de la France, en pleine Provence, entre les champs d'oliviers et les chants de cigales. Et sans trop savoir comment, Nova s'y trouvait désormais. Sans doute le destin tentait-il de me dire quelque chose. Mais ce soir, je ne voulais pas comprendre. Je ne voulais pas chercher à savoir ce que j'étais destiné à faire. Je ne me posais pas de questions. J'étais bien. Calme. Protégé. Mes yeux se posèrent sur Nova, et un léger sourire vint étirer mes lèvres. J'avais de la chance d'accéder à cette face de sa personnalité. J'avais de la chance de la voir ainsi, si douce et si calme. Ca changeait de ses réponses cinglantes. Peu importe ce qu'elle faisait, cette fille me rendait fou. Face à sa demande, je manquais presque de m'étouffer. Je l'avais invité à passer la nuit chez moi sans arrière pensées, et désormais, c'était elle qui franchissait les limites. Celles qu'on s'était fixés pour ne plus blesser Persée. Mais j'étais stupide, et lâche, et égoïste. Alors j'acceptai, car comme toujours, comme Léopold, je faisais toujours les mauvais choix. Et j'allais regretter. Un jour, Persée saurait, et j'allais m'en vouloir, j'allais pleurer, la supplier de me donner une dernière chance. J'allais haïr Nova pour être si désirable, si parfaite. J'allais rejeter la faute sur elle car c'était plus simple que d'accepter qu'encore une fois, l'abruti c'était moi. Des coeurs, j'en avais brisé. Mais étrangement, ceux de Persée et Nova m'étaient beaucoup plus précieux. Je voulais les protéger, les aimer. Toutes deux, comme elles le voulaient. Mais c'était impossible. L'amour devait être exclusif. Tôt ou tard, les choses exploseraient. Tôt ou tard, il faudrait faire un choix. Mais c'était trop tôt, pour choisir. Pour savoir laquelle des deux épargnerait le plus mon coeur. Et c'était insupportable, de ne pas savoir, de ne pas parvenir à faire un choix. La culpabilité était d'autant plus forte. Mais ce soir, je la laissais de côté. Comme tout le reste. Persée n'était pas là, et ne saurait rien. Pour le moment, tout allait bien. « Avec cette chaleur, je ne suis pas sûre qu'elle te soit très utile ta couverture. La place en revanche... » Je lui jetais un regard malicieux et riais. J'étais si doué pour faire semblant, pour cacher mes pensées. Dans l'obsucrité qui commençait désormais à tomber, je la vis sourire. Mon coeur eut un raté. Parce qu'après ce qui s'était passé, j'avais cru impossible de la voir rire à nouveau. Je ne m'étais pas rendu compte que j'étais resté à la contempler, tel un idiot; si bien qu'elle me tira de mes pensée lorsqu'elle me relanca pour le jeu. Clignant des yeux pour revenir à moi, je baissais les yeux vers le paquet de carte et en l'attrapant, je lançais : « Ah mais oui, c'est vrai. » Je rassemblais toutes les cartes en un bloc uni, puis levant la tête vers Nova, je demandais : « Alors? Rouge, noir ou purple? » Et tout en la regardant, je lui adressais un grand sourire espiègle. A deux, la bouteille allait se vider très vite, et l'acool allait monter rapidement. Mais c'était en vérité, le seul jeu d'alcool que je connaissais qui n'incluaient pas gages et strip tease. Je la jouais sobre, mais plus pour très longtemps. Et toujours à fixer Nova, je la mettai au défi. De jouer double, d'y aller franchement, et de tout oublier ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she’s the moon in a morning sky;catching sights and mesmerizing hearts.
she’s the moon in a morning sky;
catching sights and mesmerizing hearts.

» Date d'inscription : 22/03/2018
» Messages : 588
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : cindy kimberly.
» Âge : 21yo, (18.03).
» Schizophrénie : lola (a. debnam-carey), rioja (a. arjona) & irsa (s. shaik).
() message posté Jeu 16 Aoû - 21:40 par Nova Ainsworth
Nova n’était pas habitué à ce calme. Elle avait l’habitude des endroits achalandés de gens, de bruit et souvent, d’une musique trop forte. C’était probablement pour cette raison qu’elle tentait toujours de s’y habituer parce que les seuls sons étaient la voix de Solal, les chants des cigales et si elle se concentrait suffisamment, la jeune femme arrivait à entendre le son du vent sur les feuilles. À ses oreilles, c’était différent et peut-être qu’au fond, c’était ce dont elle avait besoin. Le calme. La sérénité. La chance de ne pas avoir besoin de prétendre être une autre personne. D’être la Nova bruyante que les gens connaissaient que trop bien. La première dont Solal avait fait la rencontre. Les premières fois, lors de cette soirée où ils s’étaient abandonnés l’un l’autre dans les bras. Parce que mise à part une poignée de gens, Nova n’aimait pas paraître vulnérable, silencieuse, calme et au naturelle. C’était aussi une nouveauté à ses yeux et encore maintenant, elle essayait de s’y faire. Mais Nova savait qu’elle allait s’y faire. Bientôt. Il n’y avait que Solal près d’elle et Solal était loin d’être une personne qui appréciait sa grande gueule. Ça devait aussi faire du bien à ses tympans à lui, pas qu’aux siennes. Assise en indien, elle tapait du doigt sur la coupe de vin qu’elle tenait dans ses mains. Innocemment, elle lui avait demandé s’il allait dormir avec elle, ce soir parce que ce soir, elle le voyait comme une sorte de protecteur. Après tout, c’était ce qu’il faisait depuis tout à l’heure ou même depuis un bon moment, d’ailleurs. Il essayait de la protéger elle et son amitié avec Persée en décidant de conserver leur secret même si cela le mangeait de l’intérieur. Nova savait qu’elle lui en demandait beaucoup, mais malgré sa trahison, Persée comptait beaucoup à ses yeux. Pourtant, elle était ici, auprès de lui alors que Nova pourrait être à ses côtés, en Italie ou même en Grèce comme elles en avaient discutés, il y a quelques temps. Encore une soirée dont ils ne pourraient pas dire. « Avec cette chaleur, je ne suis pas sûre qu’elle te soit très utile ta couverture. La place en revanche... » Tout comme lui, elle lui jetait un regard malicieux en souriant en coin. Puis, elle portait la coupe à ses lèvres afin d’en boire une gorgée. « Déjà, même avec cette chaleur, rien ne m’empêche de dormir avec une petite couverture... Si jamais tu prends toute la place, je vais te jeter au sol. » Répondit Nova en arquant un sourcil, un air de malice sur le visage. « Mais si on doit se battre pour la place, autant que ce soit équitable non ? » Nova eut un sourire. À nouveau. Comme ce calme, sourire lui faisait du bien. Un véritable sourire. Rare. Comme Pikachu. « Ah mais oui, c’est vrai. » Comme elle semblait avoir l’habitude de le faire, Nova l’avait déstabilisé. Avec ce sourire et en le ramenant sur Terre et ce, même s’il essayait de le dissimuler. « Alors? Rouge, noir ou purple? » Elle fit une moue, incertaine. « Je suis prête à parier que la carte sera noire. » Sa décision avait irréfléchie. Elle avait simplement dit la première couleur qui lui venait en tête. Lorsque Solal tira sur la carte afin de la retourner, Nova eut un sourire déçu. Ce n’était pas noir, mais rouge. Elle levait le verre dans les airs en mode cheers et but une gorgée. Une longue gorgée. Puis, ses mains s’emparèrent du paquet de cartes et elle balançait un ton tour. Nova ignorait depuis combien de temps ils jouaient à ce jeu, mais elle sentait que le sol bougeait sous ses pieds et ses yeux semblaient avoir un voile. Elle n’était pas saoûle, Nova le savait. Juste un peu pompette. « Et si on dansait plutôt ? » Balançait-elle en se relevant, coupe dans les mains tout en se dirigeant vers son portable afin d’y faire jouer de la musique. « Promis, je ne vais pas me coller à toi. » Elle lui rappelait cette fois où ils avaient dansé collé l’un à l’autre.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Made with love. From Hell.
Made with love. From Hell.

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 1090
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-six ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) & maxime (t. oman) & bodevan ( g. hedlund ) & nyx (b. hadid)
() message posté Ven 7 Sep - 11:44 par Solal D. B. Fitzgerald

come back down to my knees, be like them, lean back and breathe (nova & solal) ✻✻✻
(Avignon, 15 Juillet 2018) Nova et moi avions brûlé les étapes. Ce soir, on apprenait à se connaître comme on aurait dû tenter de le faire avant de se jeter l'un sur l'autre. C'était au fond, la seule chose que j'attendais de Persée mais qu'elle ne me donnait pas : son coeur. Avec le temps, j'avais fini par comprendre comment fonctionnaient les relations hommes/femmes, et ce que nous partagions, Persée et moi, ne mènerait à rien. Car depuis le début, nous avions refusé de nous appartenir, de nouer d'autres liens que ceux de la chair. Si autrefois une bonne partie de jambes en l'air avait eu le pouvoir de me vider l'esprit, aujourd'hui ça n'était plus le cas. Dans les bras de Nova, je m'étais senti bien. A ma place. Mais dès lors que je l'avais quitté, tout un tas de questions m'avaient pris et avait gâché mon plaisir. J'avais besoin de partager désormais, d'avoir quelqu'un à mes côtés, la plupart du temps. Quelqu'un sur qui compter, quelqu'un qui pour une fois, ne m'abandonnerait pas. Nova avait toute les raisons de rester loin de moi, et pourtant, elle me permettait de la découvrir comme sans doute, personne ne l'avait fait auparavant. Du moins, je l'espérai. Je voulais être son exception dans sa vie, comme elle était la mienne dans toute mon existence. La seule que je n'étais pas en mesure de repousser : quoique je fasse, je voulais rester près d'elle. Même si c'était perdre Persée, perdre celle que j'avais longuement regretté. Je riais aux paroles de Nova, et il me sembla que cela faisait longtemps que je n'avais pas rit ainsi. Mon coeur battait rapidement. Ce soir je parvenais à apercevoir, quelque part, là, entre les étoiles qui pleuplait le ciel. Ce soir, j'avais goût à tout, goût à la vie. Ce soir je me sentais bien et tout me semblait possible. Ce n'était pas bon signe. Je m'attachais, sûrement un peu trop. De retour à Londres, elle allait me rejeter et me briser le coeur. Mais ça en valait le coup, d'enrurer la souffrane si c'était pour obtenir quelques minutes de plus à ses côtés. Je détournais le regard, car au fond de moi, je comprenais ce qui se passait. Je ne voulais pas le contrôler. Je ne devais pas y songer. Juste profiter. « Alors dans ce cas je m'accrocherai à toi pour que tu tombes avec moi... » Mon sourire était revenu, et mon air malicieux avec. Personne n'était là pour nous juger, pour nous conseiller de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Au contraire, à en juger par les réactions de ma mère et de mes grands-parents, Nova semblait être la parfaite partenaire. J'allais devoir subir l'interrogatoire de ma mère, qui jusqu'ici n'avait jamais eu l'occasion de faire la rencontre de mes nombreuses conquêtes. Hormis Persée, qu'elle avait eu le temps de côtoyer la seule journée que nous avions passé en Espagne. Mais Persée ne comptait pas : elle avait décidé de ne pas compter. Et je lui en voulais, de garder cette barrière entre nous, alors que la vie nous donnait l'occasion d'essayer plus. Je serrais la mâchoire et en soupirant doucement, levais les yeux vers le ciel. Pour oublier un peu, et revenir à ce rêve éveillé que j'étais en train de vivre. La plus belle des femmes qu'il m'ai été donné de toucher se trouvait là, dans mon havre de paix, assise au bord de la piscine dans laquelle j'avais appris à nager. Mes meilleurs moments, je les avais vécu dans cette maison, et ce soir, j'y tombais amoureux d'une fille trop bien pour moi. Le genre de filles qui, d'ordinaire, ne regarde pas les gars comme moi. Les hermites malades, dépressifs et inactifs. Je ne foutais rien de mes journées hormis tourner en rond et regarder le temps qui passe. J'avais essayé de travailler, mais n'avais jamais tenu plus d'une semaine. Trop lent, trop changeant, trop maladroit, incertain, inapte, inutile. Quand la volonté me prenait, c'était mes mains qui lâchaient. Quand elle disparaissait sous une épaisse couche de désespoir, c'était mes jambes, qui refusaient de fonctionner. D'être en état pour que je puisse me lever et aller travailler. Je broyais du noir. Sans cesse, continuellement. Je voulais avancer, mais sans personne pour m'aimer, je n'y arrivais pas. Je n'y arrivais plus. J'avais voulu quitter ma mère pour nous permettre de vivre à tous les deux, mais depuis qu'elle n'était plus là pour me rappeler qu'il me restait une raison de me battre, je ne faisais plus rien. Je n'étais plus rien. Je m'étais sacrifié pour sa vie, après qu'elle ai sacrifié la sienne à m'aimer, qu'importe les épreuves et la difficulté. Je me mettais à déprimer, et c'était incontrôlable. Trop de mauvaises pensées m'avaient pris de court, et désormais, je ne parvenais plus à revenir sur terre. Nova annonça noir, et je tirais une carte rouge. Avec un sourire, je la regardais boire et annonçais rouge à mon tour. Ce fut une carte noire. Alors, ce fut à mon tour de boire. Cartes rouges, noires, noir & rouge, rouge, noir. J'avais cessé de compter les cartes et les verres. Désormais la tête me tournait légèrement. Un sourire béat aux lèvres, je regardais Nova se lever, en l'admirant. Je ne pouvais pas m'en empêcher. Elle était trop belle. Elle proposa de danser et je me relevais à mon tour, difficilement. Mes jambes flanchaient. Elle allait devoir me guider. Elle lança de la musique et je la regardais s'approcher, en rougissant à ses paroles. « Il va pourtant falloir, tu vas devoir m'aider. » Un sourire aux lèvres, je tendais ma main pour qu'elle y dépose la sienne. Puis, je la collais doucement à moi, posais une main dans sa cambrure et mon menton contre sa tempe. Doucement, je commençais à "danser", mais mes jambes étaient raides et maladroites. Alors, je la laissais me guider. Mon coeur battait si fort que j'entendais à peine la musique. Je me sentais essoufflé, mon ventre se serrait continuellement, puis de temps à autre, semblait se retourner. C'était la bordel là dedans. Je sentais mes mains devenir moites, la grande classe évidemment. En soupirant doucement, je fermais les yeux et de ma tête, caressais doucement celle de Nova. J'avais fait ça sans réfléchir. Je l'avais serrée comme si elle était la plus belle chose que l'on me donnait. Et désormais, je me sentais mal d'avoir fait ça. D'avoir montré tant de tendresse aussi naturellement. Cette fille allait me briser et je lui déversais d'avance mes tripes sur un plateau d'argent. Non. Merde. Faut pas. Je m'éloignais alors, et tenant toujours sa main dans la sienne. Je la regardais longuement. J'aurai voulu dire quelque chose, mais rien ne venait. Tout ce dont à quoi je pensais, c'était ses lèvres, et ses beaux yeux clairs. Finalement, je pinçais les lèvres et en recollant ma tête contre la sienne et en la tenant fermement contre moi, je lançais : « Arrêtes de me faire ces yeux-là, j'essaye de me concentrer. » Je la laissais reprendre le mouvement. Je commençais à être sérieusement bourré, c'était plus facile de jouer la carte de la légèreté. De draguer, un peu. De m'y risquer, quand même. J'eu un sourire. Le malaise était passé, et pour l'embêter, et inverser les rôles, je lâchais sa main et la fis glisser le long de son dos pour la poser sur le haut de sa hanche, innocemment. Et tandis qu'on dansait, je lui chatouillais doucement, en espérant provoquer cette décharge électrique dans sa cuisse qui agaçait en même temps qu'elle excitait. De nouveau, je voulais la rendre folle, folle de moi. Comme elle l'avait été, j'en étais certain. C'était décidé désormais. Je n'avais rien à perdre ce soir, au contraire, tout à gagner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
she’s the moon in a morning sky;catching sights and mesmerizing hearts.
she’s the moon in a morning sky;
catching sights and mesmerizing hearts.

» Date d'inscription : 22/03/2018
» Messages : 588
» Pseudo : loyals. (sarah)
» Avatar : cindy kimberly.
» Âge : 21yo, (18.03).
» Schizophrénie : lola (a. debnam-carey), rioja (a. arjona) & irsa (s. shaik).
() message posté Lun 8 Oct - 4:10 par Nova Ainsworth
Sous cette couverture étoilée, Nova se sentait en sécurité comme elle l’avait toujours été étant jeune. Elle se sentait en sécurité aussi auprès de Solal, sa présence était comme une couverture de réconfort. Sans lui, Nova n'osait pas imaginer ce qui aurait pu lui arriver dans cette ruelle. S'il l'avait fait bien chié lors de leur dernière rencontre, ce soir, Nova ne lui en voulait plus de l'avoir attaqué. Même qu'elle ne cherchait plus à comprendre pourquoi il repoussait sans cesse Persée. Doucement, mais sûrement, Nova comprenait que ce n'était pas de ses affaires et qu'elle ne pouvait pas forcer Solal à faire quelque chose dont il n'avait pas envie de réaliser. Un jour, elle comprendrait ce concept pleinement. Ce soir, elle en apprenait les bases avec une pointe de nostalgie résidant dans son coeur. Comme lorsqu’elle n’était qu’une petite fillette cherchant l’approbation de son père et l’amour de sa mère. Deux choses impossibles, semblerait-il. Nova aimait prétendre que sa vie était parfaite alors que c’était loin d’être le cas. Elle prétendait avoir le contrôle sur toutes les parcelles de sa vie, mais il y avait des moments qui étaient hors de son contrôle. Elle avait une famille chaotique. Une mère trop contrôlante. Un père absent. Un frère qui jouait le rôle de protecteur lorsque bon lui semblait et un autre avec qui elle n’était pas en mesure d’avoir une conversation normale. Des sœurs dont elle n’était pas proche. Solal semblait lui donner ce qui lui manquait depuis son enfance. Un amour donné par des gouvernantes n’avait pas été suffisant pour Nova. Solal était gentil. Malgré tout ce qui était arrivé entre eux. Deux rencontres différentes l’une de l’autre. Une pleine de désir. L’autre pleine de mépris. Alors dans ce cas je m'accrocherai à toi pour que tu tombes avec moi... » Nova lui avait jeté un petit regard tout en continuant de se déhancher doucement sur la musique. Nova avait toujours aimé danser. Certaines fois, c’était pour attirer le regard. D’autres fois, c’était pour son plaisir à elle-même. Mais elle ne prétendait jamais être meilleure que les autres. Nova dansait pour les autres et pour elle-même seulement. Ce soir, elle dansait pour elle, mais aussi pour Solal. D’une manière différente que l’autre soirée. Elle ne cherchait pas à le rendre fou ou même à le séduire. « Il va pourtant falloir, tu vas devoir m’aider. » Pendant cinq secondes, elle avait hésité à prendre la main qu’il lui tendait. « Ne t’accroche pas trop alors. » Encore une fois, elle l’avertissait de ne pas trop s’approcher parce qu’il finirait par se brûler les ailes. Pourtant, elle avait tout de même pris sa main dans la sienne et l’avait laissé la rapprocher de lui. De son corps frêle et malade. Ses jambes bloquaient, Nova le constatait malgré l’alcool dans son sang. Elle ne tenait pas très bien l’alcool. La différence était que Nova voyait au-delà de sa maladie. De ses membres raides. Elle voyait une personne désirant profiter de la vie. Qui ne voulait pas laisser la maladie l’emporter sur lui et quelque part, Nova l’admirait pour cela. Maintenant, elle le guidait dans les pas de danse qu’elle connaissait. Rien de trop poussé. Nova ne dansait pas la salsa. Elle n’avait jamais appris les mouvements. Elle avait appris à danser en société. Toujours en dansant, Nova laissait Solal se rapprocher davantage d’elle jusqu’à ce que sa tête soit collé à la sienne, son corps trop proche du sien parce que même si elle ne devrait pas, Nova n’arrivait pas à se détacher. Ils étaient deux aimants qui ressentaient le besoin d’être collé l’un à l’autre. Solal allait être sa chute, elle le savait. Puis, il l’éloignait d’elle, sa main toujours dans la sienne. Elle n’avait pas compris la raison de cet éloignement et elle ne cherchait pas à comprendre parce qu’une partie d’elle savait la raison et celle-ci possédait un prénom : Persée. « Arrêtes de me faire ces yeux-là, j’essaye de me concentrer. » Nova arquait le sourcil avant d’avoir le souffle court. Ses doigts sur sa hanche chatouillaient Nova. Elle ignorait pourquoi il jouait ce petit jeu alors que tous les deux savaient que c’était un jeu dangereux. Comme lui, Nova ne semblait pas être en mesure de le repousser ou même de garder ses distances. Peut-être que c’était pour cette raison que le destin l’avait mis sur son chemin ce soir. Son cerveau lui disait de le repousser ou même simplement de replacer sa main, mais son corps désirait autrement. Elle n’en avait pas envie. « Quels yeux? J’ignore de quoi tu parles, je ne fais que danser. » Nova jouait la carte de l’innocente. Elle avait appris que c’était une bonne tactique avec le temps. Que ça pouvait rendre les hommes fous. Mais Solal n’était pas un idiot. « Toi arrête avec ton chatouillement. Tu me déconcentres. » Sauf qu’elle ne fit rien d’autre. Elle ne replaçait pas sa main ni rien. Puis, elle ricanait nerveusement en soupirant, s’éloignant de lui. « Tu vas me rendre folle, Solal. » Avouait-elle en passant une main dans ses cheveux. Avec de l’alcool dans les veines, Nova était un peu plus honnête. Un peu plus ouverte à l’idée de parler de ses sentiments, de son état d’esprit. « Mais tu ne peux pas me rendre folle. Je ne peux pas. On ne peut pas. » C’était des mots qui écorchaient sa langue parce qu’elle n’aimait pas la sensation que ça lui donnait après les avoir dit.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Made with love. From Hell.
Made with love. From Hell.

» Date d'inscription : 13/03/2016
» Messages : 1090
» Pseudo : .KENZO (louise)
» Avatar : miles mcmillan, the perfect one
» Âge : vingt-six ans depuis le premier janvier.
» Schizophrénie : kenzo (k. scodelario) & maxime (t. oman) & bodevan ( g. hedlund ) & nyx (b. hadid)
() message posté Dim 14 Oct - 23:29 par Solal D. B. Fitzgerald

come back down to my knees, be like them, lean back and breathe (nova & solal) ✻✻✻
(Avignon, 15 Juillet 2018) La situation était improbable. C'était à se demander comment nous étions parvenus à nous retrouver dans cette foule de français. Je ne pouvais plus en douter. Ce soir, le destin nous avait réuni Nova et moi. Je vivais l'instant sans réfléchir aux conséquences, mais il était certain que le retour à la réalité s'annoncerait brutal. Mais pour le moment, rien ne pouvait gâcher l'instant. Nova s'était mise à danser sous les étoiles, et je ne pus m'empêcher d'observer ses déhanchements. Mon coeur accéléra la cadence, et je sentis une vague de chaleur parcourir mon corps. Elle était si belle. Là, dans la nuit, avec comme seul son la musique qui sortait des hauts parleurs de son téléphone, il n'y avait rien d'autre pour me distraire. Mes yeux ne voyaient qu'elle et j'étais certain que même dans une boîte remplie, mon regard se serait posé sur elle. Sans aucun doute. Je pris une longue inspiration et m'approchais doucement d'elle pour me mettre à danser. Elle m'indiqua de ne pas trop m'accrocher et je grimaçais. Mal à l'aise, je détournais le regard, car c'était déjà trop tard. Depuis le premier soir, Nova hantait mes pensées. Tout ce qu'elle m'avait dit de ne pas faire, j'avais plongé en plein dedans. Je savais quel nom on donnait à ce genre de sentiments, mais je ne voulais pas l'avouer. Pas encore. Je déglutis, et ne répondis rien. Car je ne voulais pas mentir, ni avoir à avouer quoique ce soit. Nova n'était pas stupide, elle comprenait les choses vites. Je ne voulais pas la faire fuir, pas ce soir. Alors qu'elle se trouvait près de moi, alors qu'elle s'ouvrait à moi. En silence, on se mit à danser. C'était agréable, probablement trop. Mais je m'y laissais aller, si bien que bientôt, les limites furent dépassées. Gêné, je la taquinais pour faire passer le malaise et elle décida de faire l'innocente. Mais malgré tout, elle s'écarta et s'éloigna de moi. Je relâchais ma prise autour de son corps et la regardais s'éloigner en soupirant. L'instant était passé, et j'avais probablement tout gâché. Finalement, elle lança que j'allais la rendre folle et un soupire satisfait apparut aux coins de mes lèvres. « C'est déjà le cas... » Je la défiais, c'était plus fort que moi. Cette emprise qu'elle avait sur moi surpassait tout le reste. Je n'avais plus aucune autre volonté sauf celle de l'avoir toujours auprès de moi. Mais elle reprit la parole bien assez vite, pour tenter de se convaincre elle même que tout ça, c'était mal. Je secouais la tête et serrais la machoire. Lentement, je m'approchais d'elle, récupérais mon verre, en bus une gorgée et vins me coller doucement à elle. Lentement, ma main vint relever son visage et je soufflais : « Et pourquoi pas, Nova? » Je plongeais mon regard dans le sien, pour y trouver les réponses à mes questions. Pour la première fois, je me montrais à elle. J'avais de l'espoir, qu'elle cède à tout cela, qu'elle accepte cette attirance, cette possible relation à venir. Je n'avais plus peur de rien à ses côtés. S'il y avait une chance pour nous de vivre de belles choses, il fallait tenter l'expérience maintenant. Commencer, recommencer, et apprendre à se connaître. Oublier nos erreurs du passé, et arranger le futur. Pour ne pas perdre Persée. Et si tout ça, c'était l'amour? C'était pardonnable, nous pouvions nous en sortir. J'étais naïf, parcequ'elle me redonnait espoir. Dans ses yeux, je voyais tout ce que j'avais toujours désiré. Mon coeur battait à cent à l'heure, et je sentais son souffle contre le mien. Doucement, mon pouce caressa sa tempe, je la serrais un peu plus contre moi. Et doucement, je me remis à danser, l'entraînant avec moi. Je voulais qu'elle cesse de se poser des questions, et qu'elle se laisse aller. Dans mes bras, avec moi. Je fermais les yeux, collais mon front au sien, et nous laissais bercer. Lentement, doucement, sereinement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
() message posté par Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Moving along :: L'été est arrivé
Aller à la page : Précédent  1, 2
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-