Bienvenue sur le forum.
Nous vous souhaitons une agréable visite sur London Calling.
Nouveauté !
Ajout d'une ligne "absence" dans le profil, pour faciliter les choses. Toutes les infos par ici.
Version #30 & nouveautés.
LC vient d'enfiler sa 30ième version, venez découvrir toutes les nouveautés par .
Destination Vacances
C'est l'été, c'est les vacances. Il est temps de faire ses valises et de voyager un peu. Plus d'informations ici.
Skylight: Bikini Party & DJ's Set
Pour ceux qui ne sont pas encore partis, laissez tomber le tee-shirt ! Ça se passe par .
Coupe du monde 2018 : demi-finale.
Venez revivre la demi-finale de la Coupe du Monde mais cette fois du côté de nos chers Anglais ici.
Fiches dans le besoin & liens.
Votre fiche manque de demande ? Venez jeter un coup d’œil par ici pour vous aider. Et si vous recherché un lien, rendez-vous par .
Encourager le forum en votant.
Aidez-nous à faire connaître London Calling en votant sur le top-site, merci. Plus d'infos.


And we are fire ( Soana + eli )

membre de la version
avatar
membre de la version
Ellen Page
» Date d'inscription : 07/03/2018
» Messages : 304
» Pseudo : Chiendelespace
» Avatar : Ellen Page
» Âge : 30
» Schizophrénie : Alistair H. Pratt
» Absence : du 3 au 23 septembre 2018
() message posté Ven 27 Juil - 8:01 par Elisabeth A. Sullivan
« Non mais t’es conscient que tes bijoux de famille ne fonctionnent plus astheure, hein? C’est-tu vraiment nécéssaire qu’on s’arrête à tous les coins de rue pour essayer de t’refaire un harem, tu crois? Tes petites amies, Bernie, tout ce qu’elles vont en retirer, en te sniffant les phéromones dans une heure, c’est que t’es juste un ostie d’eunuque, man. Et crois-moi, Bernie, les filles, tout ce qu’elles veulent, ce sont de putain de vraies couilles. »

J’avais craché la dernière phrase avec tout le fiel dont j’étais capable. Davantage pour moi que pour le chien, je dois admettre. De toute façon, il n’y avait pas grand monde pour me contredire, à cette heure grise du matin. Après une nuit blanche à tourner en rond dans le salon, à attendre que mon contact ne daigne m’envoyer les capture d’écrans de putains de certificats de naissance écossais qui dataient de vingt-cinq ans… J’en pouvais plus. Et la radio-patrouille qui crachotait, en sourdine, n’avait rien donné. Un cambriolage dans un p’tit marché du Chinatown. Pas de blessés, encore moins de morts. Un p’tit délinquant en mal de vivre. Sooooo big deal. Ça ne valait même pas la peine que j’arrête de ruminer dans mon living-room pour lui.

Rester oisive me tuait. Tout remontait à la surface. L’accident avec mon père. Son pied sur l’accélérateur, en plein milieu de l’échangeur Turcot pendant qu’il tentait de digérer que sa fille chérie était lesbienne. Emma… Emma qui était sans doute encore endormie, dans les bras de David, son copain. Celui avec qui elle m’avait trompé. Emma qui pleurait parce qu’elle était fatiguée de toujours faire tout. Emma qui criait parce que je ne lui faisais pas confiance…

Eleah, entre les griffes décharnées de cette espèce de musicien à la con dont elle s’était entichée, qui était mal à l’aise à chaque fois que je la textais deux jours de suite et qui ne voulait pas que je m’attache. Tellement facile à dire.

Et cette fille que j’avais rencontré au bar l’autre jour… Elle devait avoir tous les mecs qu’elle voulait…

Et moi, j’étais toute seule. Toute seule avec mon boulot et mes putains de scoops. Toute seule avec un chien qui pissait à chaque deux minutes...

Bernard s’arrêta au coin d’une rue pour laisser son énième trace sur une affiche déchirée. Une espèce de marche des femmes contre les politiques de Trump. Encore. Je soupirai. Rien de nouveau sous l’soleil. Il était loin le temps où je placardais moi-même ces affiches sur les palissades d’Hammersmith et de Camden Town, avec les autres filles. Si loin… C’était le bon vieux temps. Où on était toutes un peu amoureuses les unes des autres. Où le moindre prétexte était bon pour manifester et crier Solidarité! À qui voulait bien l’entendre. À vouloir changer le monde, Soana, Denise, moi et d’autres dont je ne me souviens plus du nom. Je me souvenais de la peau dorée de Soana et de ses cheveux crépus contre ma joue. De ses yeux en amandes… Comme la fille de l’autre jour, au Lucky Star.

Mais tout s’était arrêté quand j’étais finalement entrée au Times. J’étais alors devenue la traître. Celle qui avait succombé à l’ennemi et partageait les discours du patriarcat. Des trucs cons du genre. On s’était perdues de vue, moi et elle. Et Emma était entrée dans ma vie... pour me laisser toute seule, trois ans plus tard sur le bord de trottoir, en pantalon de pyjama à promener un chien qui n’avait pas encore compris que tout, dans la vie, en revenait à qui réussissait à prouver qu’il avait une plus grosse paire que les autres…

J'entendais des pas derrière moi, mais je m'en fichais bien. Au pire, Bernard hurlait si fort quand il avait la trouille que tout le voisinage serait alerté en moins de deux.... Pour une fois que ce serait moi, qui les vivrais, les maudits faits divers...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

» Date d'inscription : 11/02/2018
» Messages : 38
» Pseudo : ElBigQuebecano
» Avatar : Lianne La Havas
» Âge : 26 ans
» Absence : 28.08 au 28.09
() message posté Sam 4 Aoû - 12:01 par Soana J. Benta
Pour une des rares fois, elle avait laissé derrière elle sa bicyclette. Il était tard, Soana marchait dans les rues de Londres avec assurance, son capuchon sur la tête, la musique dans les oreilles. Elle ne savait pas si elle venait de passer une bonne ou une mauvaise soirée, mais justement, elle avait choisi de marcher jusque chez elle pour avoir plus de temps pour tout démêler avant d'aller se coucher. Le noir des ruelles qu'elle préférait l'aidait à y voir clair. Le revers d'aider les mères monoparentales de Londres s'avérait parfois quand même lourd, surtout quand ces dernières n'avaient aucune volonté de s'aider. Inutile de dire qu'un cas en particulier lui faisait tellement, tellement mal au coeur...

Les pauvres enfants avaient vu leur père tomber doucement dans l'alcool pour échapper à la réalité. Ils l'avaient vu sombrer dans une relation abusive avec leur mère où la réalité voulait malheureusement que les abus se perpètrent des deux côtés, l'une avec les mots, lui avec les poings. Puis quand il s'était crashé en voiture et avait tué une petite famille alors qu'il était ivre au volant, elle en a profité pour divorcer.

La bouteille, c'était elle qui la tenait maintenant, ou du moins tout le monde s'en doutait. Pendant longtemps, les intervenants du groupe avaient soupçonnés quelque chose dans cette façon dont parlaient et se conduisaient les enfants. Aujourd'hui, quand elle était arrivée pour prendre la nourriture que la banque alimentaire débloquait une fois par semaine pour celles dans le besoin, elle parlait fort. Son plus jeune fils avait une ecchymose fraîche sur le haut du bras et semblait pétrifié. Sa grande fille la maternait, semblait tout vouloir faire pour le confort de sa maman chérie. Elle l'idolâtrait beaucoup trop, soudainement, nerveusement. Elle cherchait aussi, désespérément, sa chaleur maternelle qui malheureusement était cachée sous une forte haleine d'alcool.

Ils avaient appelés la police et leur voiture avait été remorquée, la mère était partie au poste. La grande fille pleurait comme une madeleine, le petit était figé comme à son arrivée. Eux aussi avaient été pris en charge par les policiers qui malgré tout le brouhaha, avaient probablement été les plus doux et les plus compatissants envers les enfants. Bien plus que leur propre mère...

Le goût était amer. Soana savait que c'était pour le bien des enfants, mais tout cela l'avait ébranlé. Le niveau de souffrance de la famille était élevé, tant à cause du père que de la mère, au final. Les cicatrices de ce soir resteraient longtemps gravé dans le coeur des enfants, elle en était consciente et avait souffert un peu pour eux. Ça avait été un spectacle horrible. Les autres femmes qui venaient profiter de la banque alimentaire et parler aux intervenants avaient aussi été touchées par la situation. Certaines se demandaient si l'organisme était vraiment là pour les aider ou si elles devaient avoir peur de perdre leurs enfants aussi, parfois avec pour seule justification puissante leur propre insécurité, parfois avec des raisons valables bien cachées sous une bonne dose "d'amour maternel". Les autres avaient revécu des traumas passés en voyant soit la femme se faire emmener, soit les enfants si profondément blessés par la situation dans laquelle ils se trouvaient.

Soana n'avait pas juste donné des sacs d'épicerie, ce soir. Elle avait jonglé pour distraire un peu les gens, avait parlé d'activités à venir, mais surtout, elle avait été une oreille de confiance dans laquelle les femmes et les enfants avaient déposés leur soucis. Elle avait écouté chacun d'eux sans jugement. Elle avait essuyé des larmes et serré des enfants et des mères dans ses bras.

La soirée/nuit terminée comme tout ça s'était terminée à une heure pas possible et qu'elle avait pris le temps qu'il fallait ensuite pour réconforter celles qui en avaient besoin et leurs enfants, Soana était crevée. Sans savoir si elle devait oublier ou démêler dans sa tête ce dont elle avait été témoin, elle laissait une playlist du nom de "Careless 90' R&B" tenter de reforger son mood. Elle se fichait profondément de l'heure qu'il pouvait bien être, elle avait congé demain de toute façon. Elle marchait, marchait et marchait, sautant d'une idée à l'autre, d'un trottoir à l'autre, puis elle fredonnait sur Mary J. Blige, puis elle en revenait à ses pensées sur les événements de la soirée, puis les mains dans les poches, elle cheminait tranquillement, puis oh, tiens, du Outkast...

'm sorry Ms. Jackson, ooooh, I am for real
Never meant to make your daughter cry
I apologize a trillion times....


Devant elle venait d'apparaître un souvenir, sorti de nulle part. Tiens tiens...

Soana ralentit le pas, ce qui n'empêcha pas Bernard de sonner l'alarme en la voyant.

Elisabeth Sullivan, la journaliste qu'elle avait connue dans une autre époque, il lui semblait. La belle Elisabeth. Elles avaient foulé les rues de Londres ensemble, puis quelques bars, elles avaient fait les quatre cent coups ensemble. Elle l'avait connu de A à Z, tout en lui restant étrangère. C'est comme si tout ce qu'elles avaient partagé ensemble ne s'était jamais mélangé. Leur passion, même, ne s'était jamais connecté pour former de l'amour quand elles avaient partagés bien plus que ce qui est permis. Avaient-elle été amies, même?

Certes leurs idées les avaient éloignées à l'époque, mais ce soir, Soana était heureuse de la voir, comme si un vent de fraîcheur enfin venait de passer sur elle. S'avançant de quelques pas, elle retira la capuche de son haut quand la lumière d'un réverbère l'éclaira.

La québécoise était toujours aussi belle.


" Heeeeey, ça fait longtemps! Comment ça va, toujours au journal?"
demanda-t-elle entre les jappement d'un Bernard qui, semblant pas ne pas la reconnaître, avait l'air effrayé pour une raison qui lui échappait.

Soana s'avança quand même un peu vers Eli, les mains dans les poches, sans malice. Le pauvre basset continuait à s'époumoner, ce qui la fit sourire un peu plus. Tout un personnage, ce toutou...

"Il n'a pas changé à ce que je vois! "
dit-elle en s'accroupissant devant le chien.

Un voisin, tanné d'entendre le chien japper, ouvrit sa fenêtre pour crier quelques bêtises à l'égard d'Elisabeth et de Bernard. Soana, mentalement épuisée, ne réfléchi pas et retourna la tête vers le bonhomme.

"Eh, retourne te coucher là, il a le droit d'être un chien! "
s’exclama-elle du tac au tac.

Le vieux maugréa dans sa barbe, puis claqua sa fenêtre. Au moins, l'échange avait été bref, il y avait ça de bon.

Décidant de ne pas lui accorder davantage d'attention, elle en revint à Elisabeth et Bernard, un petit sourire espiègle au coin des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
London Calling. :: Zone 1-2-3 :: West London :: Hammersmith
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain
» FIRE BURNS ~ ft. jackie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-